Archives de Tag: yonea

Interview Zekwe Ramos – bonus

Jamais 2 sans 3, Zekwe revient pour vous parler de ses influences musicales niveau beatmaking et de son point de vue sur certains collègues (Kaaris, Seth, Al K, Orelsan, L’Entourage, Dinos, Sinik, Diam’s…)

et ça c’est un quizz sur les voyages dans le temps, qu’on a donc décidé d’appeler MacFly Quizz, pour être sûr que personne ne comprenne bien de quoi il s’agit. D’ailleurs à un moment ça parle de Quick.

et ça c’est le freestyle du bonhomme à Générations, c’est pas du tout notre vidéo mais on s’en fout il dit notre blase dedans alors c’est tout comme

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

Interview Zekwe Ramos – 2e partie

la suite de ça

Spleenter : On parlait d’Orelsan tout à l’heure, vous aviez échangé sur Twitter, il aimait bien Histoire de, y’avait d’ailleurs une de ses fans qui comprenait pas pourquoi il aimait…

Zekwe : C’est ce qu’on disait, c’est le coté social de la musique… Une petite meuf avec une casquette Supreme à l’envers et une paire de Air Force, qui va lui dire « nan mais vas-y, je comprends pas, tu vaux mieux qu’eux, la banlieue, les singes, les bananes ».

Spleenter : une collaboration est envisageable ? (avec Orelsan, pas les bananes)

Zekwe : Carrément ! On en a déjà discuté, il aime bien ma musique, j’aime bien la sienne… y’a encore rien de prévu techniquement, mais ça va se faire. A la base, c’est lui qui est venu vers moi, à me dire « ouais j’aime bien Histoire de, j’ai écouté Selecao »… mais frère de quoi tu me parles ? Je faisais pousser de la beuh, j’ai acheté ton CD par hasard, et je me suis pissé dessus pendant tout le trajet !

Spleenter : Comment tu définirais la différence entre Selecao 1 et 2 ? J’ai l’impression que c’est plus ouvert.

Zekwe : Je suis d’accord avec toi, c’est plus ouvert, c’est un peu moins débilos. Y’a des tracks un peu débilos, d’autres un peu plus sérieux… j’ai essayé de faire du bon rap, tout simplement. L’avantage, comme je produis et que je fais tout moi-même, c’est que personne ne peut me forcer à faire quelque chose qui ne me plaît pas. Donc en gros, y’a une facette un peu sérieuse, avec des émotions, et une facette bête et méchante … du Neochrome quoi. Mais dans l’ensemble, c’est vrai que c’est plus ouvert, plus grand public. Ma daronne peut écouter 3-4 sons sans aucun problème. Mais comme je te dis, c’est un peu à l’image des albums cainris qu’on a toujours écoutés. T’as des hits, des sons de rue, d’autres pour les clubs …

Spleenter : J’aime bien Extra-Large, parce qu’il me semble que je t’avais encore jamais entendu sur ce genre de prod.

Zekwe : C’est Hits Alive qui a produit celle-là, je tourne le clip la semaine prochaine (l’interview s’est déroulée début avril). D’ailleurs, (il montre son sac) on m’a prêté des vêtements.

Spleenter : Mais si c’est pas tes vêtements c’est pas authentique, man.

Zekwe : Bah tu sais quoi, je viens de me rendre compte que j’ai dit « prêter », mais c’est faux : on me les a donnés ! Je suis parti les récupérer tout à l’heure, justement, pour ce clip qui se tournera le week-end prochain.

Spleenter : On pourra être dedans ?

hF8EB64BF

Zekwe : Avec grand plaisir !

Teobaldo : Genono il ressemble à Trezeguet en plus, ça te fait une star dans ton clip.

Spleenter : Et tu vas clipper Le début de la faim, celui où tu nous dédicaces ?

Zekwe : C’est pas sur du tout, donc pour me rattraper, si vous voulez passer sur Extra-Large, c’est avec plaisir. Dans ce clip je vais me balader dans Paris entouré d’une trentaine de mecs habillés en saoudiens, un truc bien débilos.

Teobaldo : T’as pas peur que Sacha Baron Cohen porte plainte ?

Zekwe : (rires) Il s’est déguisé en saoudien lui ?

Teobaldo : Ouais, pour The Dictator, sur une version arabe de The Next Episode.

Zekwe : C’est un génie ce mec là, chacun de ses personnages est génial.

Spleenter : Niveau cinéma, qu’est ce qui t’a marqué récemment ?

Zekwe : Je suis un inconditionnel de Tarantino, du premier au dernier. Je me fais régulièrement des journées Tarantino, je regarde toujours les mêmes films comme un débile.

Genono : Ça vient de là le fétichisme des pieds ?

Zekwe : Effectivement, ça peut venir de là. Et puis quand t’as Tarantino, t’as Rodriguez qui va avec. Je suis un grand fan de ces mecs là.

Spleenter : T’attends Sin City 2 ?

Zekwe : De ouf ! J’attends le prochain Tortues Ninja aussi, mais je t’avoue j’ai peur. Les costumes des films des années 90, c’était quelque chose ! Et là, ils te foutent des putains d’images de synthèse de merde. C’est comme le film Dragon Ball… c’est une blessure qui saigne encore. A part ça, qu’est ce que je regarde … les comédies américaines genre Gigolo malgré lui, avec un acteur juif… merde, j’ai oublié son nom. Un petit avec des yeux verts … je sais plus, un acteur juif américain quoi. Y’en a tellement.

Teobaldo : Par contre je viens de recevoir un texto du CRIF, ils te demandent de retirer immédiatement tes propos.

Zekwe : J’emmerde le CRIF ! Y’a pas de questions sur Dieudonné, pas de questions sur les clashs, vous êtes pas à la page les gars !

Spleenter : Ah oui, alors est-ce que tu peux nous faire une quenelle ?

Zekwe : (rires) Je t’en fais une discrète, comme ça je pourrais dire que j’ai pas fait exprès !

quenelle doigtée

Genono : T’apparais pas dans le clip de Barbeuk, de Seth Gueko. Est-ce que c’est parce que t’as eu peur de Lea Castel, étant donné que tu la traitais de pute sur l’album de l’Indis ?

Zekwe : Dis-toi que j’ai eu des « problèmes » à cause de ça ! Seth est venu me voir, il m’a dit qu’elle se sentait pas bien, du coup je me suis un peu excusé sur twitter… je me suis senti coupable ! J’ai écrit un texte sans trop réfléchir, sous alcool, sous substance, la dame que j’ai insultée est blessée… faut savoir reconnaître que c’était méchant, je la connaissais même pas la meuf. Après, il n’empêche que les rumeurs disent que… mais les rumeurs disent ce qu’elles veulent. Bref, je me suis excusé.

Teobaldo : Tu pourrais faire une photo avec elle, comme Rohff avec Céline Dion ?

Zekwe : (rires) Il est bon, celui-là ! Nan mais je crois qu’elle me déteste assez, et puis j’ai pas spécialement envie de la connaître. Mais la question, c’était quoi ?

Genono : Est-ce que c’est pour ça que t’apparais pas dans le clip de Barbeuk ?

Zekwe : Nan, pas du tout ! Y’a pas de raison particulière … et puis de toute façon, je suis mauvais en figuration.

Spleenter : Est-ce que tu sais quand va sortir le clip de Babtou pure souche ?

Zekwe (ses yeux s’illuminent) : Han, c’est tellement un chef d’œuvre ! C’est le Detox des clips vidéos ! D’ailleurs, dans ce clip je suis figurant, je dois avoir 22-23 ans. Si vous avez aimé Cabochards, c’est dans le même délire … c’est un vrai bijou. Avec des quads violets, des caravanes roses … imagine une fête foraine, avec du rap.

Genono : Et pourquoi c’est pas sorti, en fait ?

Zekwe : Je vais pas te dire de conneries, mais il me semble qu’il y a eu des problèmes avec le montage, et que ça a fini par se faire monter par quelqu’un d’autre. Là, 25G garde le clip en stock, et il attend d’avoir plus de matière, préparer des morceaux, clipper, pour pouvoir tout balancer à la suite.

Spleenter : Quel bilan tu tires de Selecao 1 ?

Zekwe : Là, je dois en être à 2000 CDs vendus. On l’a vendu sur le long terme, la première semaine j’ai du en faire 400, c’était horrible. Mais au final, ça m’a ouvert plein de choses. Déjà, c’est une carte de visite, si tu veux savoir ce qu’est Zekwe, t’écoutes Selecao. Ça dessine un personnage, un univers musical, c’est super important, même si en termes de ventes c’est pas ouf. Je pouvais pas arriver avec « Rap de Banlieusards 3 » comme carte de visite ! Un truc où la piste 17 est en fait la piste 1 dans la tracklist, où tout est à l’envers… c’était un puzzle. Il me fallait un vrai projet, qu’on sache qui est Zekwe. Ca m’a aussi ouvert à d’autres artistes : me faire connaître par Orelsan, ou réaliser l’album de Nakk, Supernova.

me demande pas où j'ai eu cette photo putain

me demande pas où j’ai eu cette photo putain

Genono : Et du coup pourquoi « Selecao 2 », et pas un titre complètement nouveau ? C’est histoire de dire que tu restes dans la continuité ?

Zekwe : Voila, c’est le côté « je fais les prods et j’invite tous les copains qui veulent bien venir ». Selecao, ça a rien à voir avec le foot, le Brésil… c’est plutôt le délire « sélectionneur ». Je fais ma formation comme je veux, je place un couplet d’Alpha Wann juste après un couplet d’Al K-pote. Et au final, je sais même pas si Selecao c’est une compil, un album, un album-concept … Ensuite, je pense partir sur l’optique de sortir des projets courts, des EP, des 5-6 titres, avec moins de feats.

Spleenter : Tes objectifs en termes d’ouverture artistique, c’est quoi ?

Zekwe : Je prends tout ce qu’il y a à prendre. L’objectif c’est d’envahir le marché, par tous les moyens : placer des prods sur tous les bons albums, proposer des prods avec des refrains, imposer une touche, une couleur. Je pense que Selecao 2 va servir à ça : confirmer après Selecao 1, montrer que je peux balancer des prods encore meilleures, avec des refrains mieux chantés, des textes mieux écrits. Et puis, faire des connexions ! Parce que souvent, les producteurs choisissent un artiste, et travaillent dessus, comme Therapy avec Sefyu il y a quelques années. Il a imposé un truc ! Et bah moi, mon propre artiste, c’est moi-même ! J’ai 2 cartes à jouer pour envahir le business, c’est magnifique. Après, businessement parlant, si demain une maison de disques ou une boite d’édition vient frapper à la porte… une boite d’édition c’est l’idéal, parce qu’elle s’occupe de ramasser tes billes, elle dit « j’ai tel artiste dans mon catalogue, je vais lui faire écouter telle prod »… ça va plus vite.

Spleenter : Actuellement t’es en indépendant, au final tu vois plus d’avantages ou d’inconvénients ?

Zekwe : T’as l’avantage de faire la musique que tu veux sans te faire sermonner par des vieux mecs qui sortent du rock, ou des directeurs artistiques de merde qui ne connaissent rien au rap. Le gros inconvénient, c’est le coté financier, la sécurité et la stabilité qui vont avec. T’as un mois avec, un mois sans. Après, tout le monde veut faire les choses par soi-même, vivre de sa passion, c’est logique. Mais tu peux rester en indépendant tout en bossant avec un éditeur, ou signer en licence. Une licence, en gros, ça veut dire que tu vas en maison de disques, mais avec ton équipe, ta façon de travailler, et eux se contentent de te filer de l’oseille. Y’a plein de manières différentes de travailler.

Citrix_iPad+Strip+_Final

Spleenter : Sur Neochrome ou Selecao, t’invites pas mal de gens, on en parlait tout à l’heure, t’as aucun mal à te mélanger, mais j’ai l’impression qu’on t’invite moins.

Zekwe : Je pense que c’est parce qu’aujourd’hui, le rap, c’est beaucoup de calcul. On va peut-être préférer inviter un mec moins fort, mais qui a plus de visibilité. Si j’avais vendu 10000 exemplaires de Selecao 1, j’aurais eu beaucoup plus d’invitations, je suis encore dans une période où je fais découvrir ma musique aux gens. Jusqu’ici, j’ai touché les gens qui sont dans le business, mais j’ai pas encore vraiment touché le public. Y’a des mecs qui préfèrent s’armer de featurings plus intéressants niveau marketing, et je leur en veux pas, c’est plus ou moins normal.

Genono : Justement, comment t’expliques cette différence ? C’est-à-dire que les rappeurs vont dire « Zekwe il est fort », mais au final ça se répercute pas tellement en termes de visibilité, ventes et reconnaissance par le public.

Zekwe : Ce que je vois, c’est que dans les médias, certains se comportent comme les horribles directeurs artistiques qui sont là uniquement parce que Tonton a décidé qu’il fallait les mettre là. Notre génération, on entendait un single à la radio, on allait acheter le CD, et là on découvrait l’album. Aujourd’hui, on balance tout et n’importe quoi au public, qui ne sait pas forcément reconnaître la bonne musique. Y’a pas l’éducation musicale, en France, pour que le public dise « ça c’est un bon rappeur » ou « ça c’est un mauvais rappeur ». Tous les mecs qui connaissent la musique vont te dire que Zekwe c’est de la bonne musique ! Mais tout le monde ne connaît pas la musique. On va écouter un rappeur uniquement parce que dans la cour de récré tout le monde l’écoute, ou alors uniquement parce qu’il est de telle origine et qu’il la revendique à fond. Pour que la musique parle d’elle-même, en France, c’est super dur.

Genono : Justement, t’as dit « j’aurais déjà percé si Evry c’était New-York ».

Zekwe : Je pense, ouais. Après, seul Dieu sait ce qu’il peut se passer, on peut pas imaginer, ce que je veux dire c’est…

Genono : Tu veux dire que le public est mieux éduqué là-bas ?

Zekwe : T’as une culture musicale, tout simplement ! Et pas uniquement dans le rap, ici t’as des petits qui savent pas qui sont Gainsbourg, Brel, Souchon.

Teobaldo : Tu penses pas que la France n’est juste pas un pays musical, et qu’attendre que ça s’ouvre, c’est un combat perdu d’avance ?

641px-Accordéon_diatonique

Zekwe : T’as raison, c’est un combat perdu d’avance, et puis même sans s’arrêter à la musique… on est dans un pays où tout est dans le politiquement correct. Ils se disent pas « bon, on encule le peuple, mais au moins on va leur mettre un peu de divertissement, des bonnes séries, de la bonne musique ». Ça les intéresse pas. Mais à la base, la France c’est un pays très ouvert sur l’art.

Teobaldo : A la base …

Zekwe : Voila. Aujourd’hui, je vois des Plus Belle la vie, ou des chaines comme W9, NRJ12 … j’arrive pas à comprendre.

Spleenter : Tu produis, tu rappes, et tu chantes. Si t’étais pas pauvre et hétéro, on pourrait dire que t’es le Kanye West français.

Zekwe : Je valide complètement ! Sauf que je suis un peu plus souriant.

Genono : Tu pourrais sortir des t-shirts blancs, comme lui, et les vendre 80 euros ?

Zekwe : Avec grand plaisir ! Si les gens achètent, pourquoi se priver ? Quelle enculade … plus ils sont blancs, plus ils sont chers, ça tue !

Spleenter : D’ailleurs, pourquoi tu nous as pas ramené des t-shirts et des bonnets gratuits ?

Zekwe : Parce qu’il faudrait que j’en ai, déjà ! Moi-même, j’en ai pas, donc tu vois on est loin de Kanye West ! (rires)

Teobaldo : Je voudrais revenir sur Neochrome. Tu parles d’Alkpote, de Katana, de Seth Gueko … on a compris que t’aimais bien chercher chez les autres quelque chose d’intéressant. A une époque, autour de Neochrome y’avait plus ou moins Salif, Exs, Nubi, l’Unité de Feu, Nakk, Joe Lucazz, Despo, Escobar, et j’en passe… tu te dis pas qu’il y avait un vrai truc à faire ?

Zekwe : A cette époque je me focalisais plus sur ce que j’avais à faire, et ce pour quoi j’étais payé. Y’a eu des connexions, sur l’album de l’U2Fpar exemple y’a Nysay, Nubi … Attends, y’a une époque où Neochrome avait carrément des bureaux, mais c’était l’époque où le rap vendait un minimum. Mais y’a pas de regrets à avoir, personnellement en tout cas j’avais placé des prods à un peu tout le monde.

Genono : Est-ce que Neochrome pourrait élargir ses activités en dehors du rap, en produisant des clips, des films ?

Zekwe : Bien sur, bah ça se fait déjà un peu : y’a eu Cramé, y’a du textile … Après, c’est un peu compliqué, parce qu’il y a des activités qui sont gérées par des mecs de Neochrome mais qui ne sont pas sous le tampon Neochrome. Mais c’est vrai que ce serait bien de créer une vraie branche visuelle, à travers 420 peut-être.

jaquette-zack-et-miri-font-un-porno

Genono : T’as une implication dans Cramé ?

Zekwe : Nan, pas du tout. J’étais jeune, je m’en battais les couilles. Après si c’est un vrai rôle, faire l’acteur pourquoi pas.

Spleenter : J’ai senti un petit côté Doc Gyneco sur Selecao 2, avec des morceaux un peu mélodieux, qui parlent de meufs … C’est un truc qui te parle ?

Zekwe : Bien sur ! Première consultation, l’épopée Secteur Ä… respect ! Le rap français est ingrat, parce qu’on parle beaucoup de Time Bomb, mais on oublie toujours le Secteur Ä. Quand j’ai été dans l’âge mûr, où je pouvais enfin comprendre le vrai sens des paroles de ce que j’écoutais … Skyrock c’était le Secteur A ! Ärsenik, Passi, Stomy, Hamed Daye, Gyneco… ça leur appartenait ! Première Consultation, musicalement j’ai pas tout aimé, c’était un peu west-coast, pas forcément le genre d’ambiance que je kiffais … mais le délire global du CD, c’était violent.

Genono : A propos de Gynéco, dans Extra-Large y’a un moment où tu dis « il manque une rime en –i » … c’est une référence au « il manque une rime en –eul » dans Affaire de famille ?

Zekwe : Je l’avais pas vu comme ça, mais tu peux, oui, je la prends avec grand plaisir.

Spleenter : Tu dis aussi « j’ai trouvé le nom de ton futur album : adopteunflow.com ». C’était une phrase de Gaiden contre Sinik, t’étais au courant ?

Zekwe : …Non. C’était un clash, c’est ça ?

Spleenter : Ouais, un truc organisé à la radio.

Zekwe : Bah tu fais bien de me le dire, parce que je vais avoir 1000 commentaires d’horribles enculés sur ma page youtube : « espèce de pompeur ! ».

Spleenter : il parait que t’avais mal pris le fait d’être sélectionné pour la Booska-tape ? T’es pas obligé de répondre mais si tu peux insulter des gens ça nous fera plus de clics.

Zekwe : On peut en parler, y’a pas de souci, puisque j’en ai déjà discuté avec les principaux concernés. J’avais un intermédiaire qui me disait « t’as pas le niveau pour Booska-P, faut que tu fasses tes preuves ». Et quand j’ai vu certains mecs qui étaient dedans… je me suis dit qu’ils abusaient un petit peu. Si tu me dis que je t’intéresse pas, je m’en bats les couilles, mais qu’on me dise que j’ai pas le niveau… le souci quand t’as un intermédiaire, c’est que tu sais pas si c’est ce qui s’est dit réellement, ou pas. Par la suite j’en ai discuté avec eux, ils m’ont expliqué que c’était pas tout à fait ça, et aujourd’hui y’a aucun souci, je vais en interview chez eux, je fais des freestyles

wpid-248959-1_38284

Spleenter : J’avais relevé un petit coup de gueule sur twitter, tu disais « les rappeurs, faites semblant de pas savoir qui je suis, alors que vous fourrez votre langue dans mon cul dès que vous êtes en studio ».

Zekwe : Le mec on me dit « lui il kiffe ce que tu fais, il aime bien tel morceau, etc », et t’arrives devant lui en studio, il tire la tronche et il te regarde de haut genre « mais qui es-tu, horrible fanatique ? » … c’est un truc que je comprends pas. « Ouais, nous on suce pas », ok mais dire que t’apprécies ce que je fais ça va pas te boucher le cul.

Genono : Quand tu parles de langue dans le cul, c’est une métaphore, hein ?

Zekwe : On sait pas, frère ! Entre le fétichisme des pieds, le coming-out … de toute façon, aujourd’hui c’est le mariage pour tous ! Je vaux autant que vous !

Spleenter : J’étais un peu déçu du clip de Buzz l’Eclair. Le morceau était plein de phases marrantes à illustrer, puis le clip… y’a le côté Snatch mais ça colle pas trop.

Zekwe : Y’a pas mal de gens qui m’ont dit la même chose. 420 m’a proposé ça, j’ai trouvé que ça changeait un peu, un clip un peu scénarisé, j’ai trouvé ça sympa. Pour certains c’est peut-être un peu trop tiré par les cheveux, je comprends ton point de vue sans le partager. Désolé pour la déception, ça arrive.

Spleenter : Est-ce que t’es au courant que le mot « forgerie » n’existe pas ?

Zekwe : J’avais dit ça dans quel morceau ?

Spleenter : Dans J’y arriverai.

Zekwe : Bah … on invente des mots, frère ! Faut bien rebondir, forgerie, je suis, fort, je ris… Attends mais forgerie, ça existe (réellement convaincu) ! Les forgeries, j’ai déjà vu ça quelque part.

Teobaldo : Nan, on dit « une forge ».

Zekwe : Haaan… La banlieue mon poto ! (rires) La bonne excuse à tout.

Genono : Est-ce que la net-tape Mazter Chefs a été initiée par Alkpote, par toi, est-ce que c’est un projet global de Neochrome ?

Zekwe : C’est une bonne question. C’est un projet global de Neochrome, qui avait pour visée de mettre plus en avant Alkpote. Il est sur plus de morceaux, et c’est lui qui a le plus défendu la sortie … mais c’est un vrai projet global Neochrome. On a pris des inédits à gauche, à droite … Pas facile était prévu pour Selecao 2.

Sans-titre77

Teobaldo : C’est un peu le même principe que Rap de Banlieusards au final.

Zekwe : Voila, c’est histoire de maintenir une actualité, balancer des inédits.

Spleenter : T’avais une phase contre Def Jam France… qu’est ce que t’as contre eux ?

Zekwe : Bah à l’époque où j’ai lancé cette phase, leur catalogue d’artistes était épouvantable. C’est Dej Jam… Kanye West vient ici, il regarde ça, il fait un infarctus. Depuis, ils ont pris un bon virage, ils se sont rattrapés avec des mecs comme Joke par exemple, que j’apprécie artistiquement, ou Dinos Punchlinovic. J’ai presque envie de m’excuser, mais non, j’ai pas envie.

Spleenter : Est-ce qu’il a été question de signer Dinos chez Neochrome ?

Zekwe : Ouais, Dinos a toujours été un fan de Neochrome. Mais après, il a étudié toutes les propositions qu’il avait, et il a fait ce qu’il avait à faire. Y’a quelques années, dès que je me connectais sur MSN il venait me dire « Zekwe, ton nouveau morceau tue, cette phase est terrible »… aujourd’hui il est plus connu que moi, et il est plus riche que moi. Ça tue !

Genono : Y’a quelques années t’as fait « Vote ou meurs » avec Grodash… mais plus récemment t’as dit « on votera peut-être pour le parti anarchiste ».

Zekwe : On m’a obligé ! A l’heure qu’il est, ça me parle plus du tout le vote, c’est triste, je me sens pas du tout concerné par tout ça. Mais on est plein à être comme ça !

Tous en chœur: Moi c’est pareil.

Zekwe : T’as l’impression que c’est une guéguerre entre des millionnaires, pour savoir qui va accéder au pouvoir… c’est Game of Thrones en fait. Et nous on est le peuple, qui ramasse les galets par terre pour voir si y’a pas de la mousse qui a poussé en dessous. Nan, avec le recul, j’en ai rien à foutre de ce morceau, rien à foutre de voter… Voila pourquoi je parle du parti anarchiste, ça reflète plus ma façon de penser actuelle.

tyrion1

Spleenter : Quand on interviewé LMC Click, ils nous ont dit que maintenant le 91 essayait d’être uni. Toi on t’a entendu sur Yeah Mogo remix de Grodash… c’est un truc que tu kiffes, ce côté unité ?

Zekwe : Bien sur, on a un truc dans le 91. Y’a plusieurs ambiances, plusieurs sonorités, mais on a un truc en commun, c’est inexplicable. Ça a commencé y’a longtemps, on parlait déjà du Triangle des Bermudes entre Evry, Grigny et Corbeil. On est un département tristement connu pour des guerres entre quartiers, et même pas pour des histoires de terrains : ça se tire dessus pour zéro euro. Donc on a toujours eu ce réflexe, dans le rap, de faire le chemin inverse. Musicalement, ça donne de bonnes choses, et pour les petits, pour l’image qu’on renvoie, c’est super important.

Spleenter : Comment t’expliques que dans le 91, il n’y a pas eu de « grand rappeur historique » ? Y’en a eu, mais aucun n’a réellement percé.

Zekwe : Y’a eu Diams et Sinik, quand même …

Spleenter : Je parle plutôt d’une 1ère génération de rappeurs, l’équivalent de NTM dans le 93 ou du Ministère Amer dans le 95.

Zekwe : Je pense que c’est une question d’époque. NTM ou IAM, ils ont marqué les débuts du rap en France, mais nous on avait personne à cette époque là. Après, on a quand même réussi à créer une touche, le souci c’est qu’on a pas réussi à l’imposer, parce qu’elle est très pointilleuse. C’est de la rime, du flow, des détails… Je sais pas. Je suis attaché au 91, mais je fais pas non plus une fixette dessus.

Spleenter : Du coup c’est pas un peu relou d’être le département qui, dans le rap, est reconnu à travers Diams ?

Zekwe : Elle a bicrav, elle a fait de l’argent. Bon après, musicalement… attention quand même, Premier Mandat c’était un petit bijou. Et puis par la suite, elle a fait son business, elle a pris de l’oseille, même si c’est clair que c’est pas du tout ce que j’écoutais. Après, j’avoue c’est un peu relou. « Tu viens du 91 ? Ah ouais, si si, la vibe avec ton mec, tout ça » (rires) Et puis même Sinik, il a fait de bons trucs. Bon, ensuite Booba les a attaqués tous les deux, on a l’impression qu’on nous disait « retournez dans vos champs, on vous valide pas, bande d’arriérés ».

PO98_117-paysans-portugais

Teobaldo : Tu l’as pris pour toi, ça ?

Zekwe : Nan nan, pas du tout. Booba il se permet de dire ça parce que … il est sorti à l’époque où il fallait ! Après, il a réussi le plus difficile : perdurer. Mais Diams et Sinik, faut pas en avoir honte, ils ont fait de l’argent, faut respecter ça. D’ailleurs je tiens à préciser que j’ai produit pour Sinik quand j’avais 18-19 ans, un morceau qui s’appelle Tard le soir.

Genono : Dernière question, pour conclure : l’année dernière tu t’es fait interviewer par une meuf avec un t-shirt de Tortue Ninja. Est-ce qu’après ça, c’est pas un peu fade de te faire interviewer par 3 paires de couilles ?

Zekwe : Bah nan frère ! C’était d’autres styles de questions, Le Blavog j’ai tenu à le faire … sinon des interviews, je peux en faire 1000, c’est toujours les mêmes questions : quel est ton parcours, qui sont les invités, qu’est ce que tu penses de Booba, qu’est ce que tu penses des clashs… c’est horrible ! Donc je suis content d’avoir fait ça. Content d’avoir abandonné ma famille, d’avoir pris le RER, de crever de faim, d’être arrivé avec une heure de retard.

Genono : Je suis dans le même cas, t’en fais pas.

Zekwe : T’es d’où toi frangin ?

Genono : Mantes la jolie.

Zekwe : …Oh merde.

Le-Malaise-Paysan-Le-Malaise-Paysan-Livre-ancien-863424124_ML

Spleenter : Y’a quelques phases egotrip où tu parles du fait d’être métisse, avec toujours un peu cette idée « j’ai pas de race, alors je rigole de tout ».

Zekwe : C’est le résultat du métissage… Tout à l’heure j’étais avec mon pote Glyphe et ses cousins, c’est des sénégalais, j’arrive on me dit « wesh négro », tu vois ce que je veux dire ? Après, y’a des gens qui peuvent mal prendre le fait que je dise « négro » c’est un peu confus. C’est juste que je fais pas attention à ça, pour moi c’est naturel. Le dimanche, quand je vais manger chez maman, c’est du maffé dans l’assiette. Les races, les religions, les communautés … c’est un truc auquel je refuse de faire attention. La nouvelle génération, elle te demande ton prénom, ton âge, et direct après, ton origine et ta religion. Alors que je m’en bats les couilles ! Je te prends pour ce que t’es.

Spleenter : Donc tu fais pas partie des groupes facebook « anti-beurettes à khel » ?

Zekwe : Nan, ce genre de truc ça fait pas avancer grand-chose.

Spleenter : Ça fait pas avancer ma bite, surtout.

Zekwe : (rires) Grave, après les meufs rebeux sont complexées (attention, superbe imitation à venir) : « vas-y, j’ai un renoi, mais après on va dire que je suis une pute lààààà ! ». Y’a une période où on se posait pas toutes ces questions, et nous on est issus de cette génération. Mais déjà, avant, on voyait pas la tête des rappeurs. Y’avait pas internet, les clips, etc. Je me souviens, au collège, avec mes potes, on débattait sur Booba : « il est noir » « nan, c’est un rebeu »… Et Freko, de ATK ! Le jour où un mec est venu et m’a dit « Freko, c’est lui » … ma réaction ça a été « mais nan, c’est pas possible, c’est le boucher à Freko ! ». Donc voilà, je pense que ce je-m’en-branlisme se ressent dans ma musique. Je suis fier d’être métisse, mais je suis surtout fier d’être sans race.

hennen

Spleenter : T’es d’Evry, donc ton maire c’est Manuel Valls ?

Zekwe : C’est l’ancien maire.

Spleenter : T’es content de ce qu’il fait ?

Zekwe : (rires) « Alors, t’es fier de toi, enculé ? Avec toutes vos conneries, vous lui avez foutu le seum ! »

Spleenter : Si tu pouvais remonter le temps MacFly, est-ce que tu lui ferais mater des spectacles de Dieudonné, pour qu’il devienne fan ? Réponds dans le respect.

Zekwe : Franchement, ouais. Mais je pense que même aujourd’hui, tu l’attaches à une chaise et tu le forces à regarder, il est obligé de rigoler. J’en suis sûr et certain. Mais lui, il est en mission, en croisade.

Teobaldo : En tout cas, c’est un des meilleurs plans promo qu’on ait jamais vu.

Zekwe : De ouf ! Bon, après t’as tout ce qui va avec : les saisies, les amendes… Dieudonné, c’est un génie, c’est relou pour lui.

Spleenter : Est-ce que ta meuf te casse pas les couilles sur certains sons, quand tu dis des trucs un peu sales, ou quand tu parles d’autres meufs ?

Zekwe : Nan, ça la fait rigoler. Elle a beaucoup de recul là-dessus, elle sait que j’avais une vie avant elle. Dans mes chansons, je peux parler de mes anciennes relations, de mes fantasmes … le rap, c’est un exutoire. Ça revient à ce que Genono me disait tout à l’heure, sur le fait que j’ai un personnage moins marqué. C’est simplement que des fois t’as envie de parler de ta vie, des fois t’as envie de parler de la vie des autres… dans le rap, tu dis ce que tu penses sur le moment, c’est tout.

Spleenter : Et la belle-famille ?

Zekwe : C’est plus compliqué. C’est une autre génération, d’autres coutumes, c’est plus compliqué. Mais y’a un gosse, maintenant, donc c’est verrouillé ! (rires) Ils m’aiment beaucoup, mais au début c’était compliqué, ils s’inquiétaient. Et puis toi, t’essayes de pas remuer le couteau dans la plaie, tu dis « alors en fait, je suis compositeur », ça passe toujours mieux.

Spleenter : Olivia Del Rio c’est ta pornostar préférée, ou c’était juste pour la rime ?

Zekwe : Je pense que toutes générations confondues, c’est ma pornostar préférée. Elle envoyait au max !

2 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Interview Zekwe Ramos – 1ère partie

Teobaldo : On commence ?

Zekwe : Ouais, mais me posez-pas l’horrible question de tous les journalistes français…

Spleenter : « Tu penses quoi du clash ? »

Zekwe, mort de rire : Nan, mais elle est pas mal aussi ! La pire de toutes, pour moi c’est : « Salut Zekwe, tu peux te présenter ? ». Nan, fais une introduction, « Zekwe t’as fait ça l’année dernière, on t’a vu là, etc ». « Présente-toi », on dirait que je passe un casting !

Spleenter : Quel est ton parcours ?

Zekwe : (rires) Quel est ton parcours, t’es né où, etc. Va te faire enculer ! Ils sont oufs les mecs !

Genono : Pendant la promo de Neochrome Hall Stars, t’as parlé de titres supplémentaires, qui devaient sortir après l’album. Je les ai jamais entendus.

Zekwe : C’est là que réside toute la magie de Neochrome ! On en a pas vraiment parlé dans les interviews, mais y’a eu une 1ère version du CD qui a été faite, et qu’on a décidé de ne pas sortir. Avec le recul, c’était vraiment le CD que les gens attendaient de Neochrome : un truc crado. Un peu trop crado même, résultat on a tout jarté, on a gardé que deux titres, et on a refait tout le reste. Quant à savoir si les titres sortiront un jour, d’une manière ou d’une autre … j’ai bien peur qu’ils soient tombés dans les abysses les plus profonds du rap français.

Teobaldo : Qui a décidé que ce serait cette version qui sortirait, et pas la première ?

Zekwe : Pour être franc avec toi, un peu tout le monde. On a écouté le truc, on s’est dit « ça tue, mais les gens vont s’attendre à ça ». Est-ce que c’était la bonne décision ? Je sais pas, certains ont aimé, d’autres ont trouvé que c’était pas assez crado, pas assez Neochrome … Les deux galettes envoient 2 émotions différentes.

Teobaldo : Donc c’était quoi le but recherché, la démarche autour de cet album ?

Zekwe : Le but, on va pas se mentir, c’était de passer en radio. On voulait vendre, tout simplement. Après, bien sur, on voulait pas faire des trucs débiles non plus, on voulait que ce soit homogène. Il faut essayer de passer par plusieurs chemins, bon, on s’est planté, ça n’a jamais marché … On reste Neochrome, quoi qu’il se passe. Même si on faisait un truc super musicalement, je pense pas que les radios suivraient, parce qu’on est Neochrome.

le-machin-seth-gueko-alkpote-zekwe-ramos

Genono : Quand tu dis que vous vous êtes plantés, c’est niveau ventes, niveau réception du public ..?

Zekwe : On s’est plantés dans la démarche, tout simplement ! Le fait d’essayer de nouvelles choses, clairement, ça n’a pas fonctionné. Y’a des gens qui ont aimé, y’en a même qui sont venus à nous alors qu’ils ne faisaient pas partie de notre public de base, mais le fan de Neochrome, celui qui s’attend à voir le Président de la République se faire insulter pendant soixante minutes, il est déçu.

Genono : Du coup si l’album était à refaire, tu le ferais, ou plutôt vous le feriez différemment ?

Zekwe : Je vais pas parler pour les autres, mais en ce qui me concerne, oui. Sincèrement, je vais être très franc avec toi, je pense que les gens attendaient plus un CD avec uniquement Al-K et Seth. Parce que moi, je peux pas m’empêcher de ramener de la musicalité, et c’est pas toujours compatible. Y’a eu des réussites, sur certains titres, mais d’autres, avec le recul, ça n’a pas marché.

Teobaldo : Mais je t’ai vu sur scène, jouer des morceaux de cet album. Tu les assumes.

Zekwe : Bien sur, moi je les assume ! Si je fais de la musique, personne ne me force à faire quoi que ce soit. On a fait un morceau sur les meufs, on sur l’ère Sarkozy, c’est des trucs que j’assume, et que j’aime faire. Mais avec le recul, il aurait fallu donner autre chose. Après, il est jamais trop tard, si demain il y a un Neochrome Hall Stars vol.2, vol.3, à faire, et qu’il faut donner une autre face, on y va. Mais je comprends ce que vous essayez de me faire dire, ça ressemble pas à du Neochrome, et je vous comprends !

Teobaldo : Nan, c’est même pas ça. Y’a une démarche pensée, c’est bien. Après, elle se comprend ou elle se comprend pas, mais ça part d’une vraie démarche.

Zekwe : Hé frère, à un moment t’as la dalle ! Le lait Guigoz dans le biberon de tes enfants, c’est pas « salope », « grosse pute », et « fuck Sarkozy » qui vont le payer ! Y’a un moment où tu tentes des choses, après c’est pas non plus une catastrophe, on s’en est bien sortis, on a fait une tournée, des clips, y’a des bons trucs … Je regrette rien du tout. Mais, si j’étais producteur de Neochrome –et je ne suis pas producteur de Neochrome !- j’aurais donné autre chose.

de-gaulle-je-vous-ai-compris

Teobaldo : En plus y’avait Yonea qui était ultra-présent chez Neochrome, et qui quitte le navire quelques temps avant la sortie de l’album … ça donne une impression un peu bancale.

Zekwe : Je pense que Yonea aurait aussi voulu faire quelques essais sur certains titres, mais il aurait aussi appuyé le coté sale. Il a toujours été comme ça : (il se met à imiter la voix aiguë de Yonea) « ajoute des insultes, insulte toute la terre, ça tuuue ! », « faut qu’on fasse des t-shirts avec TOUTES tes phases, faut qu’on bicrave tout ! » … il nous aurait poussé là-dedans ! « Zekwe, dis que t’es un portugais qui fait du tunning tous les dimanches, et toi, Alk, fais l’arabe qui insulte tout le monde ! ». Après, est-ce que ça aurait plu à Laurent Bouneau … C’est le problème de l’horrible France ! Écoute les américains, ils passent à la radio, ils sont libres, ils disent ce qu’ils veulent. Musicalement ça tue, le public suit, hop, on exploite ça commercialement. Ici, c’est pas pareil. On est dans le politiquement correct, on peut pas se permettre de dire et faire n’importe quoi.

Teobaldo : Du coup tu vois comment la montée d’un mec comme Kaaris, qui dit « chatte, cul, bite » à toutes les phrases, et qui fait disque d’or ?

Zekwe : Ça tue ! C’est une victoire pour moi, pour le rap français, pour le hip-hop ! Cet horrible mot, que personne ne veut prononcer … mais c’est ça, l’esprit hip-hop ! Prendre une mentalité qui vient d’un milieu social spécifique, et l’imposer à tout un pays … c’est une réussite, c’est une victoire ! Je serai toujours à fond derrière Kaaris, toujours, je valide à 300%. Après, musicalement, y’a peut-être des titres qui me parlent moins que d’autres, mais dans la démarche, « j’emmerde toute la terre entière », « j’arrive sur les plateaux télé en faisant des doigts » … c’est Gainsbourg ! Gainsbourg, je le voyais quand j’étais tipeu, je bougeais plus … ils sont passés où ces mecs là ? Maintenant, ils sont tous en cravate, ils se tiennent bien … j’aime bien les grandes gueules, qui viennent foutre un peu le zbeul sur les plateaux télé.

Spleenter : T’as commencé en t’appelant Kevin, ensuite y’a eu un freestyle où Seth te présentait en disant « Zekwevinho Ramazzotti » … ça vient de là ?

Zekwe : Plus ou moins, mais « Zekwe » ça a toujours été là. C’était la période « La cité de Dieu », où tout le monde était à fond dedans … donc Zekwe, c’est un peu un mélange entre Kevin et Ze Pequeno. Et puis, étant données mes origines –ma mère est cap-verdienne-, je parle portugais, et il m’est arrivé de regarder le film en version originale … ils parlent comme des tapettes ! Enfin, comme des brésiliens quoi (il se lance dans une imitation splendide de l’accent brésilo-tafiole), ils se tirent dessus … c’est un peu n’importe quoi.

Chico_le_devedech____SLIM-13040730082006

Teobaldo : T’es beaucoup allé au Cap-Vert ?

Zekwe : J’y suis allé une fois dans ma triste vie. Ma famille y va tous les étés, ils ont construit des baraques là-bas, à chaque fois ils me disent « qu’est ce tu fous, viens ! » … J’aimerais y aller, mais je suis dans le rap, la vie est dure ! J’aimerais bien aller au Brésil aussi ! C’est pas exactement la même langue, mais ça se rapproche vraiment. Nous c’est du créole en fait ! On est les antillais du Portugal (ça fait pas rêver putain)

Spleenter : Niveau écriture, t’es beaucoup dans les multisyllabiques. C’est un truc qui te vient du 91, parce que c’est très fréquent là-bas, ou de Neochrome ? Ou les deux ?

Zekwe : Franchement, les 2. Un des premiers mecs que j’ai écouté, et qui faisait ça, c’était Nubi, dans l’album de Futuristiq, Demain c’est maintenant. Et puis même avant, dans Time Bomb, Ill fonctionnait un peu comme ça. Je l’ai toujours plus ou moins fait, finalement, avant l’Unité de Feu, à une époque où eux étaient plutôt dans les assonances, etc.

Teobaldo : « Minotaure / mine à terre » …

Zekwe : Exactement ! Donc voila, ça me vient du 91, de Neochrome, des mes influences précédentes comme Time Bomb … du moment que les mots sonnent, c’est pas compliqué, la musique fonctionne comme ça. Il faut de la musicalité, c’est bête mais y’en a beaucoup qui ne pensent pas à ça. Regarde Despo, je le respecte à fond parce que jamais j’arriverai à écrire comme lui, mais y’a aucune musicalité dans ce qu’il fait. Il te dit des trucs super sensés, logiques, intelligents … mais c’est pas musical ! Même si ce qu’il fait, il le fait bien.

Spleenter : Quand je t’ai découvert, ça devait être sur des feats avec l’U2F, je te trouvais un peu banal en tant que rappeur. Et petit à petit, t’as commencé à mettre plus de punchlines, et aussi pas mal d’humour dans tes textes. Ça t’est venu comment ?

Zekwe : Faut savoir que quand j’ai commencé, je produisais plus que je rappais. C’est des mecs comme l’Unité de Feu qui m’ont dit « Zekwe, tu sais rapper, faudrait que tu t’y mettes un peu » … mais moi je m’en battais les couilles, j’étais jeune, je préférais baiser des meufs et regarder des séries. Puis à force, je suis rentré dedans. Tu t’entraînes, tu façonnes un personnage qui te correspond, avec ton vécu, avec ton entourage, etc. Seth et Alk, c’est 2 bons exemples qui montrent que l’humour ça marche bien, dans le rap. Kaaris, c’est pareil : c’est violent, mais y’a de l’humour, et au final c’est efficace. Ce qu’il faut, c’est que les gens te retiennent. Il faut transmettre des émotions ! Kaaris, il fait rire, mais il fait un peu peur, aussi … c’est un mix des deux, on sait pas, c’est Chuck Norris un peu. Fais rire, fais peur, fais réfléchir, fais pleurer … mais transmet des émotions ! Mais je suis d’accord avec toi, mes premiers morceaux, même moi, je les réécoute, j’entends juste un mec qui sait faire des rimes. Les 1ers trucs que t’as écoutés de moi, j’étais super jeune.

h075FDF5F

Teobaldo : Haine, Misère et Crasse, t’as 20 piges …

Zekwe : Dix-neuf ! Mais quand je te dis que j’étais jeune, c’est surtout dans la manière d’écrire. Mais c’est comme tout, tu t’entraînes, et tu progresses.

Teobaldo : C’était quoi ton rôle avec l’Unité de Feu ?

Zekwe : Producteur. J’ai produit un peu plus de la moitié de l’album. Je leur ai donné une âme, j’ai apporté une couleur à l’album.

Teobaldo : Tu bosses beaucoup avec des samples.

Zekwe : Surtout à cette époque-là. J’ai pas vraiment eu d’éducation musicale, j’ai fait qu’une année de solfège, parce que ma mère est dans la musique, mon père aussi … ils m’ont poussé là-dedans, mon père me disait des trucs de ouf genre « ça coûte une fortune, si tu rates un seul cours, je t’encule ta mère ! » (rires). Il me mettait des coups de pompe au cul, du coup j’allais là-bas, j’ai appris deux-trois trucs, telle note ne s’accorde pas avec telle note, etc, mais au final, j’en suis ressorti avec pas grand-chose de solide. Le sample, c’était réellement le truc le plus accessible. Tu prends une mélodie, tu colles, tu coupes, tu rajoutes un beat, c’est pas compliqué, tu peux faire ça avec trois fois rien. J’avais un PC, c’était une antiquité.

Teobaldo : A la même époque, t’avais placé des prods sur l’album de Dany Dan …

Zekwe : C’était l’époque où on traînait chez un mec qui s’appelle Dave Daivery, qui faisait des prods, et qui est aujourd’hui DJ pour Disiz, il l’accompagne sur sa tournée. Dave s’est retrouvé à composer, enregistrer, maquetter, l’album d’Ol Kainry et Dany Dan … et moi je suis là, à 18-19 ans, au milieu de mecs que j’écoute depuis des années, qui m’ont grave influencé, et qui commencent à me dire « elles sont bien tes prods, je prendrais bien celle-là, et celle-là » … c’est là que tu te rends compte que tu peux faire quelque chose de sérieux. C’est de là que c’est parti ! S’ils m’avaient dit, à cette époque là « c’est de la merde, retourne jouer à la Playstation », j’aurais peut-être pas eu la même vie. Dany Dan m’a pris Ne me pousse pas, ça a donné un super titre, alors que moi j’avais juste pris un sample et un beat, le truc le plus simple à faire.

Teobaldo : D’ailleurs sur Rap de Banlieusard, tu reprends cette instru, et tu reprends aussi Chevalier de ciment. C’est toi qui avais fait celle-là ?

Zekwe : Chevalier de ciment, c’est moi, avec un sample des Chevaliers du Zodiaque. C’est les influences, les trucs avec lesquels t’as grandi. T’as une boucle, tu te dis « ça tue », et c’est parti.

roxbury

Spleenter : D’ailleurs, plus récemment, tu l’as refait avec Parker Lewis, sur Kubiak, même si c’est pas une boucle, on l’entend en fond.

Zekwe : Voila, et c’est la preuve qu’on calcule pas vraiment, tu prends des trucs de ta jeunesse, qui t’ont marqué … c’est pas quelque chose qui s’apprend ! Aujourd’hui tu vas dans un collège, tu dis « Parker Lewis », le tipeu il t’encule, ou du moins il te crache dessus. Les Chevaliers du Zodiaque, c’est pareil.

Teobaldo : Les Chevaliers du Zodiaque, faut les découvrir petit, parce que si tu découvres ça quand t’es ado, ça fait vraiment pédé.

Zekwe : De ouf !

Teobaldo : D’ailleurs dans Génération Club Dorothée tu parles de  « l’armure de Ikki », et dans le clip on voit Saga. Faute grave.

Zekwe : La magie Neochrome, frère ! (rires)

Genono : Du coup si t’avais eu les moyens d’Orelsan, t’aurais pu faire un clip comme lui ?

Zekwe : Direct ! Mais direct ! Avec le moule-bite, tout, j’en ai rien à foutre ! Il tue son clip, j’étais le premier à lui dire, il a tout tué. Même le dernier, en Transformers … c’est une tuerie. Il a tout mon respect, niveau image comme niveau rap. Tiens, je vais te raconter un truc à propos d’Orelsan. (chouette, une histoire ! merci Père Castorama)
Entre Rap de Banlieusard et Seleçao 1, j’ai voulu arrêter le rap. J’étais concentré sur d’autres trucs qui rapportent un peu plus d’argent, qui se fument et qui sentent bon. Et quand j’allais dans mon petit labo, je galérais, parce que depuis chez moi y’avait beaucoup d’heures de route. Je me suis arrêté dans une station-service au milieu de nulle part, et j’avais envie d’écouter un truc nouveau. J’ai pris le CD d’Orelsan, son 1er, Perdu d’avance … je savais même pas qui c’était. Je me suis pissé dessus sur la route ! Ce mec était trop fort, trop marrant, et j’ai écouté cet album pendant des mois. Et je suis content de voir là où il est aujourd’hui, parce que même s’il fait des trucs grand public, ce gars-là, il est comme nous. Il est drôle, il rappe, il construit bien ses rimes, il fait de la punchline … c’est un tueur. C’est un peu un Kaaris, mais d’un autre monde. Et son évolution, là où il en est aujourd’hui, c’est un bon point pour le rap français.

Teobaldo : Musicalement, ce qu’il fait maintenant, ça te parle toujours ?

Zekwe : Carrément. En solo comme en groupe, ça me parle à fond. Après, bien sur, les tubes qui tournent en boucle à la radio, comme La terre est ronde, je vais les écouter 2-3 fois et je vais passer à autre chose, c’est des trucs qui sont destinés à un public pas forcément spécialisé dans le rap. Mais c’est ça aussi, un album. J’ai toujours écouté des albums, surtout dans le rap américain, où les mecs n’ont pas peur de faire une chanson pour la radio, une pour la rue, une pour les boites, une pour leur daronne … en France, on a peur de faire ça. De la piste 1 à la piste 19, on reste dans le même créneau … sinon on a peur de vendre son slip.

pour-la-presidentielle-le-slip-surfe-sur-le-made-in-france_303804

Spleenter : Niveau rap cainri, c’est quoi ta came ?

Zekwe : C’est dur à définir. A l’époque, c’était New-York, le Queens plus précisément. Les boucles, les caisses, Mobb Deep, Alchemist, Infamous Mobb. J’ai pas mal écouté le Wu-tang aussi, mais j’ai jamais été fan d’un seul groupe, d’un seul rappeur. Actuellement, j’aime bien le virage que ça a pris, la trap, l’électronique, etc.

Teobaldo : Sur Rap de Banlieusards t’avais fait un morceau « anti-dirty », tu semblais encore pas mal cantonné au son de New-York …

Zekwe : Bah si t’écoutes ce morceau, tu te rends compte que l’instru est un peu spéciale, elle se rapproche de ce qui se faisait à cette époque-là, avec un beat un peu plus ralenti. Le message de ce morceau, c’était plutôt une critique des codes que les mecs adoptaient, à parler de coke, etc. Mais musicalement, j’ai toujours été ouvert, même sur ce qui se fait aujourd’hui, tu peux prendre un beat trap, mélanger avec un sample … ça tue. Pour finir de répondre à ta question : A$ap Mobb, qui mélange justement plusieurs trucs, ça me parle. Kendrick Lamar aussi, en fait j’aime bien toute la nouvelle vague. Je suis pas difficile, en musique. Quand c’est bon, je prends.

Teobaldo : Même Swaggman ?

Zekwe : Franchement, je te jure, le dernier Swaggman, je l’ai écouté en boucle. Il m’a eu, c’est un pouvoir qu’il a ! Après, j’achèterais peut-être pas son album, mais ouais, il a quelque chose.

Genono : Tu parles de Black Card ou Suicidey ?

Zekwe : Suicidey, putain je l’écoute en boucle, avec ses rimes en –ey … il tue, frère !

Genono : Autant Black Card j’ai kiffé, autant celui-là, il est horrible.

Zekwe : « Tatoué de la tête aux crottes de nez ! ». Ça se respecte, gros ! Il fait que des rimes en –é, c’est le seul mec avec Magic System qui arrive à tout niquer avec des rimes en –é. Après, je suis pas fan du bonhomme, mais dans la démarche, un OVNI comme lui, un peu débile, qui insulte tout le monde, et qui arrive à aller sur les plateaux télé, c’est une bonne chose. J’essaye de trouver du positif partout … avec certains c’est dur, mais on y arrive.

Genono : Swaggman, c’est un personnage hyper-caricatural. Toi, tu parlais de « façonner ton personnage », et je trouve que tu te lâches un peu moins que d’autres, on peut penser à Kaaris, à Alkpote, à Seth Gueko. Est-ce que c’est volontaire, dans le sens où tu ne veux pas tomber dans la caricature ?

Zekwe : C’est une bonne question que tu me poses là (pas vraiment, mais c’est gentil). Je me dis que ma mère est dans la musique, et je peux lui faire écouter mes sons. Y’a toujours cette espèce de … retenue. Mais ça dépend des titres, c’est comme dans la vie réelle : le samedi t’es avec tes potes, et tu fais des trucs complètement débiles, et le dimanche tu vas manger chez maman et t’es tout sage. Je trouve ça un peu hypocrite de faire un album où, de la piste 1 à la piste 19, t’es énervé, t’insultes tout le monde … c’est un choix de vie. Des fois j’ai envie d’être débile, des fois j’ai envie d’être réfléchi, ou de te faire chialer, ou rire … C’est vrai que Zekwe est peut-être un personnage moins prononcé, mais moi j’ai aussi le coté prods, la musique, pour combler ce truc-là. Ça m’intéresse pas forcément, parce que quand tu joues trop le rôle d’un personnage, tu peux finir comme … le Roi Heenok par exemple. Un mec dont on va regarder les vidéos, mais le jour où son CD sort, y’a que son cousin et sa tante qui l’achètent. Il a du talent, mais il a trop misé sur son personnage, pas assez misé sur sa musique.

Teobaldo : D’ailleurs il est sur Rap de Banlieusard 3. Comment s’est faite la connexion ?

Zekwe : Par Tony Danza, aka Sadik Asken. C’est lui qui gérait plus ou moins la réalisation du CD, et il était en contact avec Heenok, à qui il a fait écouter des sons à moi. Le mec a kiffé, il a voulu faire un morceau … il a choisi une horrible instru, il a fait son truc (rires). C’est Heenok, quoi ! Un vaisseau spatial ! Il te dit « je veux ça », tu lui dis ok, mais y’a pas de caisse claire, il répond « je m’en fous, je veux ça ! » (rires)

Spleenter : Pour revenir à ma question sur les rappeurs US, niveau beatmakers, qui t’a le plus impressionné ?

Zekwe : Y’en a tellement … Alchemist, DJ Premier, Just Blaze … beaucoup de samples au final. Un mec comme Lex Luger, sur 3-4 morceaux ça peut tuer, mais après, faut qu’il me laisse tranquille. Qui d’autre … Dre. Il traverse les époques, il est trop fort, même si on sait que c’est un peu un faussaire. Après y’a plein de mecs inconnus au bataillon, qui te font qu’une seule prod de ouf et dont on entend plus parler.

Spleenter : Niveau structure, t’as fait partie de French Kick … c’est terminé ?

Zekwe : C’est fini, ça s’est dissout comme une pastille au lavage.

Spleenter : Et aujourd’hui, t’as un pôle de beatmakers avec toi, tu peux nous les présenter ?

Zekwe : Ça s’appelle Beat Mac. On est 3, c’est pas compliqué : en dehors de moi, y’a mon gars Yoro Glyphe, qui a produit dans Selecao 2, qui a fait également le dernier Zesau, Dirty Zoo, de la piste 1 à la piste 19, il a tout fait. Et y’a aussi mon gars Boudjéma, qui, si je dis pas de conneries, a fait ses 1ers pas sur Neochrome Hall Star, avec J’suis die, Walkman-cassette … C’est des pattes différentes, Glyphe est très trap, Boudjéma est plutôt dans le sample, il est aussi très fort dans les accords, le solfège, etc. Lui et moi, on est assez complémentaires, on joue beaucoup avec les instruments, on s’envoie des trucs, on s’échange des sons … on essaye d’imposer une touche un peu spéciale.

Spleenter : Neochrome, aujourd’hui, c’est juste Seth Gueko, Alkpote et toi ?

Zekwe : Y’a aussi 25G, qui recommence à écrire, et qui prépare des trucs. Y’a aussi Waybess, que j’ai plus ou moins fait entrer dans le label … c’est un belge, de Wallonie. Il a un délire un peu différent du notre, avec des flows rapides, même s’il garde ce délire de rimes neochromiennes un peu bizarres …

Spleenter : Bah il est noir.

Zekwe : Pardon ?

Spleenter : Il est noir ?

Zekwe : J’ai pas compris …

Spleenter : Waybess, il est noir.

Zekwe : Nan, il est blanc.

Spleenter : …

Zekwe : Dommage, mec. C’est un belge d’origine marocaine. En Belgique, si t’es pas belge, t’es soit congolais, soit marocain.

tumblr_mbhixxGPKI1qbh0eio1_500

Spleenter : Et donc, Neochrome, vous êtes encore en recherche d’artistes à développer ? Vous ne voulez pas de noirs ?

Zekwe : Sans cesse ! Neochrome, c’est une usine, un centre de formation. Neochrome, leur objectif, c’est de déceler quelque chose en toi, le développer, et le vendre à une maison de disques. Chacun gratte son billet, on se serre la main, et bonne route.

Genono : Y’a Bilel qui est passé chez vous, nan ?

Zekwe : Ça c’est compliqué … Y’a une époque où Yonea mettait le cachet Neochrome sur pas mal de clips, mais je sais pas vraiment … Sincèrement, Bilel, je l’ai jamais rencontré de ma vie, je pourrais pas te dire. La magie Neochrome !

Spleenter : Est-ce que t’as un truc contre le Père Noel ? Parce que t’as quand même fait 2 morceau contre lui, un avec U2F, et un autre avec Niro.

Zekwe : Je m’appelle Kevin, comme le petit dans Maman j’ai raté l’avion. Ses Noël à lui, ils étaient toujours mystiques. Bah moi, c’est pareil ! C’est plus un amusement en fait, même si ça cache une petite vérité, mais je vais pas faire le pleurnichard, à dire « ouais, j’ai pas eu ce que je voulais pour Noël, j’ai eu une enfance malheureuse » … Mon grand regret a été que mes parents se soient séparés, j’ai été trimballé d’appartement en appartement, j’ai été élevé par ma grand-mère, mes tantes … donc les Noel en famille, ça me dit rien de spécial. Après, ça reste de l’amusement, et puis les films d’horreurs avec des Pères-Noel méchants, c’est super marrant, ou des comédies avec des Pères-Noel renois. Niro est venu me voir, il m’a dit « faut que tu regardes Bad Santa »… on en a parlé, il m’a proposé l’idée du morceau, j’ai signé direct. On s’est démerdé, le clip a coûté 0 euro.

Spleenter : Et alors qu’est devenu « Ce rêve vert », avec Niro ?

Zekwe : On l’a charcuté, on l’a mis à la poubelle, puis on l’a ressorti, retravaillé, et ça a donné un nouveau morceau.

Spleenter : C’est ce truc qui est devenu Incessamment sous beuh ?

Zekwe : Exactement. D’ailleurs, Incessamment sous beuh, c’est le titre original. Et c’est Glyphe qui a fait l’instru.

Teobaldo : T’as produit quand même, sur Selecao 2 ?

Zekwe : (rires) « t’as branlé quelque chose sur Selecao 2, au moins ? » Bah en fait, Glyphe il en a fait qu’une seule, plus une qu’on a co-produite. Y’en a une de Boudjéma (Le début de la faim), une de Hits Alive (Extra Large), et tout le reste, c’est moi.

steve-urkel-did-i-do-that-676x540

Teobaldo : D’ailleurs sur Le début de la faim, je sais pas qui t’a donné l’idée de faire rimer Patate de Balrog avec Putain de Blavog, mais c’est très bien.

Zekwe : Ça sort de mon cerveau … Non merci, (un joint est tendu à Zekwe), je fume plus, j’ai arrêté y’a quelques temps. C’est galère de te réveiller à 4h du matin pour préparer un biberon quand t’es à moitié défoncé.

Spleenter : Qui a eu l’idée de sampler le son du film 127 heures pour J’y arriverai ?

Zekwe : On zieutait le film avec Katana, et il m’a dit « putain, ça tue, faut le sampler » … je me suis dit « mais non, on peut rien faire avec ça ». Mais il m’a pris la tête, et au final on a réussi à chier ce truc là. Mais à la base, c’était un morceau de Katana et moi, avec Alkpote aussi, et au final je me suis arrangé avec lui pour récupérer le son.

Teobaldo : Il en est où, Katana ?

Zekwe : Il enregistre des sons. Il est produit par Le Gouffre, un groupe de chez nous, qui a sorti un projet récemment (Marche Arrière) qui a super bien marché, ils ont vendu 10000 exemplaires avec une boite de jeu, des t-shirts, un jeu vidéo … un merchandising de ouf. Et là, ils ont décidé de miser sur Katana, qui devrait donc sortir 3 projets avec eux. C’est bien, il va enfin sortir des morceaux qui sont prêts depuis longtemps. Bon, après faut s’attendre à des prods sorties de 1992, mais ils arrivent à toucher un public comme ça, respect à eux. Katana est partisan de ce merdier… ce mec, c’est un génie. Des fois il me sort des phases, je lui dis « reviens sur cette planète » (rires). Il est super talentueux, après je trouve qu’il se limite un peu musicalement, mais il fait le son qui lui plaît et c’est de loin le plus important.

Spleenter : T’es fier de « J’y arriverai » ?

Zekwe : A mort ! Y’a plein de gens que ça a touché, et d’ailleurs beaucoup de monde m’a demandé pourquoi je l’avais pas fait en solo… Seth et Alk sont un peu sortis de leur registre, et se sont aventurés sur un truc qu’il n’auraient pas osé faire sur leurs albums solo. Ce projet-là, c’était ça l’excuse, se dire « venez, on tente un truc ». Ça c’est le genre de morceau, tu le fais écouter à ta daronne, elle te dit « ah, tu sais faire ça toi ? C’est bien » par contre tu le fais écouter à ton pote, il te dit « ah tu fais ça toi, fils de pute ?! ».

did-i-do-that.american-apparel-unisex-fitted-tee.white.w760h760

Spleenter : Si t’étais dans la situation du mec de 127 heures, tu te couperais le bras aussi ? Et la question d’après c’est : « et si c’était ta bite ? »

Zekwe : (rires) Le bras, ouais… la bite… la corde aurait pas été assez large pour me faire un garrot à la bite. Loooool ! (oui, Zekwe a vraiment dit « Loooool », on a une vidéo pour le prouver)

Spleenter : Qui a eu l’idée des inserts de « La maison des 1000 morts » dans Neochrome Click ?

Zekwe : Je crois que c’est les réalisateurs du clip, 420. Et puis Seth aussi, il avait mis l’idée sur la table, ils ont du en discuter entre eux.

Genono : 420, ils font tous vos clips quasiment.

Zekwe : Ouais, ils ont un espèce de contrat d’exclusivité avec Neochrome, donc ils font à peu près tout. J’aime bien la couleur de ce qu’ils font, c’est pas dit que je fasse appel uniquement à eux pour mes clips à moi, mais en tout cas pour Neochrome Hall Star je trouve que ça collait super bien, y’avait une vraie alchimie. Ils ont plein d’influences différentes, ils font aussi des clips pour la MZ, et pour d’autres artistes… ils ont une touche, mais ils arrivent à l’adapter, c’est très fort.

Genono : Sur les 3 têtes d’affiche de Neochrome (toi, Alk et Seth), t’es le seul qu’on n’a pas encore vu avec Butter Bullets. Est-ce que c’est parce qu’ils ont des têtes de nazis ?

Zekwe : Nan, c’est juste que tu le sais pas encore. C’est déjà fait, c’est pas encore sorti, donc t’as bien visé. Dela m’a envoyé une prod, et j’ai donc fait le morceau avec Sidi Sid. C’est un morceau qui parle d’une meuf, on l’a appelé Mademoiselle chante le flouze. Le titre parle de lui-même, je suis content du résultat, et même lui m’a dit que ça ressortait un peu, par rapport à ses horribles chansons de nazis.

Genono : Du coup c’est sur leur prochain album ?

Zekwe : C’est ça ! Respect à eux, j’apprécie ces ovnis, ces zombies, ces nazis.

Teobaldo : Sur le remix de Miguel, y’a une phase …

Spleenter : « Mignon comme le petit Guizmo ? »

Teobado : (rires) non …

Spleenter : Parce qu’après y’a Guizmo sur le son, donc ça sonne très homosexuel.

homosexuals-are-gay1

Zekwe : Mais non, il est pas dans ce morceau, Guizmo ! C’est pas dans ce son que je dis ça, c’est dans celui avec Sofiane. Mais faut que les gens comprennent hein, Guizmo, avant d’être un rappeur, c’était un personnage du film Les Gremlins … Mais j’ai quand même une peluche de Guizmo dans mon lit.

Teobaldo : Celui du film ?

Zelwe : … oui.

Teobaldo : Ah on sait pas, avec le merchandising …

Zekwe : Ah, Yonea il pourrait … (il prend la voix) « Ça tuuuue ! Guizmo, une peluche avec des grandes oreilles, ça tuuuue ! »

Teobaldo : Pour revenir à ma question, je pensais à la phase d’Alpha Wann, qui dit « Le jour je suis Alfred, la nuit je suis Batman » … Batman, c’est pas Alfred.

Zekwe : Je pense qu’il le savait, il a pas pu faire une horrible erreur comme ça … C’est plus dans l’image, peut-être qu’avant il bossait au Mac Do, et maintenant c’est un super-héros du rap, il fait des tournées, il rentre de l’argent comme personne.

Genono : A ce propos, t’as dit en interview que t’aimais bien l’Entourage… Pourquoi ?

Zekwe : Putain, t’es dur, direct. Je suis pas dans le côté social, dans le sens où je déteste cette façon de dire « tel rappeur correspond à tel type d’auditeur ». Si je partais là-dedans, j’écouterais pas Orelsan, ou d’autres. La musique, ça me parle, je veux pas me mettre de barrières, un mec comme Alpha, je le trouve doué. Deen, pareil. Après, je suis pas fan de tous les mecs de l’Entourage … mais je suis obligé de respecter des mecs qui étaient fans de oim, et qui aujourd’hui vendent 10 fois plus de CDs que moi. Soit je les respecte, soit je les déteste, et les détester, ça fait fils de pute. Ils ont pas besoin des maisons de disques, ils se gèrent tous seuls, ils sortent des CDs quand ils veulent, ils se remboursent largement, ils partent en vacances … ils vivent de la musique !

Genono : Mais… leur musique te parle ?

Zekwe : Ouais, leur musique me parle. Peut-être pas tout, le boom-bap de 1992, ça me casse vite les couilles. Mais genre un de leurs derniers trucs, Caramelo, t’as un sample, avec des rythmiques actuelles, c’est bien fait. Après, comme je te dis, je suis pas fan de chaque mec de l’Entourage, mais je respecte leur façon de faire. Je préfère écouter 10 fois un album de 1995 qu’un titre de Zifou.

406958792_small

Spleenter : T’arrives à te mélanger avec tout type de rappeur, tu peux rapper avec Niro, comme avec l’Entourage, comme avec des anciens comme Nakk … T’es pas trop « cases » en fait.

Zekwe : Je déteste ça. Mais après, ça peut aussi te jouer des tours. C’est ce qu’on disait tout à l’heure, effacer le personnage pour laisser place à la musique, ça t’ouvre ce genre de porte : tu peux rapper avec tout le monde. Mais le revers de la médaille, c’est que tu peux pas cibler ton public. Zekwe, ça parle à qui ? Aux skateurs, aux cailleras, aux bourgeois ? Tu sais pas trop, du coup quand tu vas démarcher une maison de disques, ces horribles fils de pute, c’est la 1ère chose qu’ils te demandent. Ils vont sur ton skyblog, ton myspace, ton twitter. Ils regardent combien t’as de followers, ils regardent la gueule des mecs qui te suivent. Mais je t’emmerde, moi je fais de la musique ! Je fais des chansons pour la radio, mais je fais aussi d’autres trucs. Je fais des remix où t’as Alpha Wann, juste après t’as Alkpote, et juste après t’as L’Indis. C’est pas tout le monde qui peut se permettre de faire ça.

Spleenter : Sur la pochette de Neochrome Hall Star, t’avais une crête. Pourquoi ?

Zekwe : Parce que j’étais beau, mec ! Plus sérieusement, tu peux regarder 15 de mes clips, j’ai jamais la même gueule. Ça revient encore à ce qu’on disait tout à l’heure, tu dessines ton personnage au fur et à mesure, et sur le moment c’est ce que je voulais, cette horrible crête d’arabe-juif –grec… bon, après t’as toutes les petites beurettes qui te font (et là, grand moment, Zekwe prend une voix de petite beurette) : « Zekwe, nan mais arrête, t’es trop beau, garde ta crête » (rires). C’était sympa sur le coup mais j’ai abandonné, j’ai rasé tout ça.

Spleenter : Sur Selecao 2, le côté « Justin TimberZek » est plus assumé, avec des chansons sur les meufs, etc.

Zekwe : Ça, c’est un truc que je prends du plaisir à faire. Ça fait longtemps qu’on me dit de le faire, de miser là-dessus. Premier métro, par exemple, c’est plus ou moins une histoire vraie. La meuf un peu caillera, qui réserve l’hôtel, t’arrives, tu mets ton coup de rein, et c’est elle qui disparaît … c’est un peu remixé, mais ça se base sur une histoire vécue. La fille d’à côté, par contre, c’est une fiction, mais c’est des trucs qui sont déjà arrivés à tout le monde. Fantasmer sur ta voisine, ça parle à tout le monde. L’amour, les relations hommes/femmes, les divorces, les enfants … Stromaé a construit toute sa carrière là-dessus.

vlcsnap-2011-07-01-23h33m17s214

si tu sais pas d’où vient cette photo t’es un sacré petit sac à merde

Genono : Dans Premier métro tu dis « elle sait ce que j’aime, elle se déshabille mais elle garde ses chaussures » … t’es fétichiste ?

Zekwe : Ouai, j’suis fétichiste, de ouf ! Les talons, tout ça, les beaux ongles … c’est un kiff. Après y’en a qui en ont rien à foutre, d’ailleurs à voir ta tête, tu t’en bats les couilles.

Genono : Je t’avoue que c’est pas trop mon délire, mais je ne juge pas.

Spleenter : Le côté « chanté », c’est un truc que tu faisais déjà un peu sur Selecao 1, mais maintenant t’as l’air complètement décomplexé par rapport à ça. T’as fait un genre de coming-out, comme Abdelkrim dans Les Kairas ?

Zekwe : (rires) Putain la phase, après les talons, les gens vont imaginer des trucs de ouf … Nan mais t’as raison, tu te décomplexes au fur et à mesure. Pourquoi se priver, alors que des mecs qui connaissent la musique te disent que ce que tu fais, ça tient la route ? J’ai confiance en moi, je tente des trucs, mais parfois je tente des trucs sans trop savoir quoi en faire par la suite. Mais je suis pas un chanteur… je saurais même pas me définir, je compose, je rappe, j’essaye de faire des bonnes chansons, transmettre des émotions.

Teobaldo : T’as ce côté self-made-man.

Zekwe : Un peu. Tu me fous en studio tout seul pendant un mois, c’est bon. Y’a d’autres trucs pour lesquels j’ai besoin d’aide : la communication, l’image, les visuels, les clips. Mais c’est vrai que dans un studio, je fais tout, de l’instru à la réalisation.

Teobaldo : Ça t’a jamais tenté de passer du coté de l’image ? Réaliser des clips, etc.

Zekwe : Si, ça me tente beaucoup. J’ai les idées, j’ai beaucoup d’idées, mais il me faudrait une équipe technique. Parce que reprendre tout un travail technique, se former là-dedans … c’est comme si tu me disais de repasser le bac, je te dirais d’aller te faire enculer. Y’a plein de petits trucs à connaître qui ne s’improvisent pas, genre la lumière … Regarde les clips de rap français, c’est toujours la même chose : les mecs sont face à la caméra. Les cainris, ils sont jamais face-caméra, y’a des angles différents, etc. Y’a beaucoup de mecs qui adaptent les codes du cinéma aux clips en fait, c’est fait proprement, mais ils ont pas les codes qu’il faut. Les ralentis, les effets, les angles … c’est ça qu’il faut apporter.

Spleenter : T’aimes bien Kevin Gates ?

Zekwe : Franchement, je vois pas qui c’est. Pourquoi tu me demandes ça ?

Spleenter : Il rappe et il chante, il est fortiche, il se back en rôtant parfois. Mais si je te parle de lui c’est juste parce qu’il s’appelle Kevin.

Zekwe :

La suite : ici

5 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 3

Et sinon, juste histoire de bien faire chier, pourquoi t’as jamais fait de son sur les meufs ou l’amour ? Mais on en a fait un avec Cross, sur rap de banlieusard 2 ! Si, le morceau « ce genre de filles ». Bah non, c’est un truc où vous parlez d’armes et les meufs servent de métaphore filée. Non, on parle vraiment de meufs aussi, en même temps, on dit qu’on aime les femmes. Cross a quand même une rime où il dit qu’il a un gun long comme sa bite… Ouais, bon, on en parle à notre façon, quoi.
Joe appellera ensuite Cross (« tu te souviens du Blavog ? Les mecs qui se foutaient de ta le-gueu ? Je suis avec eux là ») et d’autres potes dont son manager et le fondateur d’E.T.A & 357 (on a oublié le nom mais il me semble que c’est Nabil, ça doit être sur un des audios, démerdez-vous) n’oubliant pas de sortir des blagues dont lui seul a le secret (« en fait, là on attend des gens pour vous péter la gueule »). D’ailleurs le billet sur So parano, les concernés en avaient pensé quoi ? Alors en fait nous on était sciés, d’une part c’était marrant mais le pire c’est que ça ressemblait vraiment à la réalité. Au début on pensait que c’était l’ingé son qui avait écrit ça, ou un pote à nous. Donc là on repense à ce qu’on a écrit et on se dit deux choses : les sessions d’enregistrement ont dû être folklo, et Ill est vraiment perché. Dès son arrivée Cross demandera d’ailleurs direct « alors moi je veux savoir un truc : qui vous a renseigné », et un autre nous dira à peu près la même chose. Mais pourquoi vous m’avez fait parler comme une loque ? Bah parce que c’est tout ce qu’on a trouvé, le flow de Cross étant le plus posé de tous, alors que les autres sont déjà bien lents, et l’ovni Monsieur Cross 2 nous a marqué. Concernant ce son, et « l’instru de clown » (rires) en fait, sans me justifier hein, mais mon idée c’était de jouer sur le décalage entre mon flow, ma voix et l’instru qui est vraiment inhabituelle, on s’attend pas du tout à m’entendre dessus. Détail troublant, sans sa voix, difficile de reconnaître Cross, qui a non seulement une casquette, mais aussi beaucoup de cheveux. Spleenter sera profondément choqué par cette vision, ce qui donnera lieu à l’échange suivant :
Spleenter – et sinon t’as des projets ?
Cross – dans le rap, bah pas vraiment
Spleenter – non mais pour tes cheveux, tu comptes faire quelque chose ?
Cross – (rires) ah mais je vais te dire un truc : j’ai fait le ratio entre la longueur de cheveux et la quantité de meufs que tu serres, et je dois dire que j’y ai grave gagné.
Toujours au niveau capillaire, parce que c’est un sujet primordial dans le rap, Joe y va de son petit conseil technique. Au début ma mère était contre les locks, y’avait pas moyen que j’en ai. Alors le truc c’est que j’ai dit que ce serait juste pour les vacances, pendant l’été, tu vois. Sauf qu’à la rentrée j’ai dit bon ben on a qu’à dire jusqu’à la Toussaint, ce genre de conneries. Et forcément ça poussait, et au bout d’un moment bah elle a lâché l’affaire. Mais là j’ai coupé un peu, c’est plus aussi long qu’avant. Ça c’est de l’interview qu’a des couilles au cul, ou je m’y connais pas.
Son pote/manager/producteur, avec qui Joe nous explique qu’il veut monter une structure en totale indé, décrit le personnage à sa façon : Joe il a une plume, y’a vraiment quelque chose à faire avec lui. Bon le truc c’est que lui, c’est le genre… si y’a un concert et en même temps, une soirée, il va aller à la soirée (sourire).

The Wire vs Les Sopranos (bonus track)

Joe – C’est super dur, je sais pas franchement.  C’est une bonne question parce que je crois même qu’aux États-Unis y’a eu un genre d’étude des meilleures séries et c’était ces 2 qui ressortaient. The Wire j’adore, y’a plein de persos géniaux, mais de l’autre côté y’a Tony… The Wire c’est constant dans la qualité, mais Les Sopranos c’est autre chose, sans que tu saches pourquoi, des fois t’as un épisode de fou, comme quand Christopher et Paulie se paument dans la neige en voulant enterrer un Russe, et qu’ils perdent tous leurs moyens. C’est super comique parce que c’est des mafieux classiques mais là tu les vois dans une situation qu’ils maîtrisent pas, ils ont les cheveux en bataille, ils crèvent la dalle, ils sont gelés, ils s’embrouillent parce qu’un des deux a bouffé un supplément sauce du mac do alors que c’était le seul truc qui leur restait pour grailler…

Spleenter – ça faisait très Fargo, c’est un épisode réalisé par Buscemi je crois.

Joe – Sinon en ce moment y’a Boardwalk Empire, je sais pas si vous suivez.

Spleenter – Ouais, mais si je passe 50 minutes devant un épisode des fois je me fais chier. Alors que si je lis des pages wikipedias mal documentées sur certains persos de la série, je passe une bonne soirée. C’est quand même un gros problème. A part Capone, tous les persos de mafieux sont nuls.

Teo – Surtout Luciano et Lansky, l’un est un attardé impuissant et l’autre a une dégaine d’écolier. Au train où ça va, quand Siegel va débarquer, ce sera un autiste avec un yoyo en bois qui fait des clins d’œil aux meufs dans la rue (et effectivement, entre temps la saison 2 a été diffusée, et un personnage plutôt jeune appelé « Beanie » se distingue en faisant des grimaces d’enfant de 5 ans aux autres gangsters durant ses courtes apparitions)

Joe – ouais mais tu vois, déjà la série elle est pas vraiment sur ces mecs là. C’est sur le perso de Buscemi, et aussi le jeune là, Darmody. Lui il est très bon. Après ça me dérange pas qu’il affiche salement Luciano, avec le moment où il se fait avoir par la meuf qu’il baise. Parce que en vrai, à cet âge là, bah Luciano c’était un ptit con. Nous on a l’image finale du gros gangster mais ça s’est pas fait en un jour. Pareil pour Lansky. Tu vois c’est comme dans Malcolm X de Spike Lee. S’il le montre pas dans sa période de ptit con, en train de (il imite la démarche ridicule que Malcolm X tape à un moment au début du film), bah tu vois pas son évolution et ça a moins d’impact. C’est la réalité.

Il explique ensuite que c’est pareil chez les mafieux, en calant des références précises, notamment Genovese qu’il connait par cœur, avant que le tout débouche sur une interprétation très personnelle du rôle de la mafia dans le débarquement en Sicile : « faut quand même se dire un truc : sans Luciano, tu parlerais sans doute allemand. faut pas l’oublier ça ». Quand à son amour des bonnes séries, il n’en démordra pas « je vais te dire : c’est mieux que le sexe ».

Lucazz du siècle

Une anecdote sur Diomay, c’est cadeau, le rappeur préféré de Teobaldo.
Y’a tout un tas de trucs qui posent problème et qui font qu’on se prend la tête pour rien. A un moment je me suis dit pourquoi pas poser avec Diomay, je le contacte, et il répond via le net « ouais là c’est chaud je suis sur mon album », que son manager veut pas qu’il s’éparpille ou je ne sais quoi. C’est quoi ça. Moi ça m’avait plié de rire, parce que franchement si t’es un rappeur et que tu penses comme ça… La définition d’un rappeur, c’est de rapper. Les trucs « oui mais là c’est pas la bonne période », c’est n’importe quoi. Surtout que bon, je veux pas l’enfoncer, mais ça reste Diomay hein. C’est pas une tête d’affiche ou quoi. Le pire c’est que si ça s’trouve il a pensé que je lui en voulais vu que j’ai pas relancé. Non, j’en ai juste rien à foutre.
Sinon, pelle-mêle, on retiendra le patron de bar qui salue Joe et se fout de la gueule de Delarue : « faut être balaise pour passer de 20g à 0 par semaine. T’as vu sa vidéo d’excuses là ? il a pas seulement baissé son froc, il a tendu son cul en demandant si c’était assez bien ». Joe nous parlera aussi vite fait de Kenny Kenz, un rappeur belge ou suisse (ça date, faites pas chier) qu’il compte produire « il est tout frais et surtout, il est vrai, il fait que décrire son quotidien, il sait de quoi il parle, y’a pas de cinéma. C’est bien aussi de mettre des jeunes en avant, c’est comme ça que la musique se renouvelle. En France on a un peu du mal, mais aux states tu vois même des Lil Wayne, qui sont pas des anciens, ils pensent déjà à la relève, avec Young Money, Drake, Nicki Minaj. Drake c’est pas trop mon truc, mais je comprends la démarche, et Wayne a vu juste, il a ramassé le pactole avec lui, pareil pour Nicki Minaj, même si moi je suis un ancien donc je préfèrerai toujours Lil Kim, mais c’est cool. C’est comme Cory Gunz, il a vu qu’il était dangereux, il l’a signé» Et Rick Ross (ça c’est d’la transition) ? J’apprécie bien. Après le problème que j’ai c’est que c’est glacial, c’est une machine le mec, c’est presque… c’est trop parfait des fois. Tu sais que t’auras l’instru classieuse ici, le feat avec tel rappeur là, le refrain de John Legend là-bas… faudrait que ça respire plus, mais sinon chapeau. Concernant Kenny Kenz, on n’était déjà pas emballés à l’époque, et ça n’a malheureusement pas changé après écoute de leur mixtape commune. Et si on avait un doute sur tous ces gens qui arrêtaient Joe dans la rue alors que c’est même pas son quartier, l’intéressé clarifiera les choses avec une simplicité lucide « bah quand on était encore dans le biz on mettait bien beaucoup de monde, faut pas chercher plus loin hein ». Le même détachement qui lui fera dire en nous quittant « vous faites comme vous le sentez, vous êtes libres pour le texte, je veux pas avoir mon mot à dire dessus, tant mieux si ça pique des fois même ».

Par la suite j’ai revu Joe une fois, où au détour d’une conversation il lâchera tranquillement « moi si j’avais eu l’occasion de faire ça, j’aurais foncé direct. C’est vraiment génial d’être critique de film, ou sinon critique littéraire, c’est vraiment bien ». Bref, un rappeur qui gagne à être connu sans être enfermé dans une case, même si c’est évidemment peine perdue, parce que le public est un con. Cela rejoint d’ailleurs une réflexion qu’il avait eu quand on lui avait fait remarquer qu’il avait un côté très à l’ancienne, vieux Paris dans ses références, qui rejoignait le côté bien écrit de ses lyrics. Renaud, Gainsbourg, Coluche, ouais, si je les cite c’est parce que je me reconnais, je les ai découvert tout jeune et j’aime toujours bien. Desproges aussi, j’adore, Audiard, pareil. Et Dieudonné (ouais on lâche pas l’affaire) ? Ouais… (il hésite, comme s’il attendait qu’un agent du Mossad sorte des chiottes en hurlant putain on en tient un) Ouais. Ouais, j’aime bien également, c’est très bien, il est fort. Puis, après une hésitation, cette dernière phrase qui, à mon sens, résume bien le personnage : En fait, je déteste la bêtise.

Joe Lucazz et Kenny Kenz – Espèce Chaîne Gang

Joe Lucazz – Rencontre avec Joe

Joe Lucazz – Rap de banlieusard 2

Joe Lucazz – des sons à droite à gauche, de ci de là, cahin caha (avec Nakk, Alpha 5.20, Monseigneur Mike, Zekwe Ramos et d’autres gentils garnements, le tracklist est mal écrit, mal taggé, et chaotique, mais tu vas pas faire chier non plus)

Joe & Cross feat Despo & Escobar Macson – Crack music et bijoux de famille

ce morceau n’existe nulle part à la base, mais c’est pas ça qui va nous arrêter. Une production Blavog, unique et historique comme un god dans la chambre d’une bonne sœur (ça c’est bien, parce que god, godemiché, mais god, Dieu : un jeu de mot très classe qui conclut une année qui l’a été tout autant).

Et une bonne année bande d’enculés

8 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 2

Sorti du microcosme parisien, une connexion dénote un peu : le lien entre Joe et Le Rat Luciano.
En fait à une époque, des potes voulaient faire une tape où ils reprendraient des classiques du rap français. Ouais mais ça c’est Retour vers le futur et c’est le K.Ommando Toxik. Voilà, ils nous ont pris de court, du coup ça c’est jamais fait. Mais par la force des choses, c’est grâce à ça que j’ai rencontré le Rat Luciano, puisque parmi les reprises, y’avait la FF. Et là franchement on a accroché direct. Et le mec, alors que je suis un parisien qu’il connaît ni d’Adam ni d’Eve, je l’ai au phonetel « ouais t’as qu’à descendre à Marseille au quartier » et c’était pas une façon de parler, après il me traite comme un pote, et réciproquement quand il venait ici. Même quand chez lui c’était pas possible, parfois je dormais chez Don Choa… Tant que c’était pas chez Menzo, ce n’est pas sale. En fait le truc avec le rat, qui fait que de Marseille à Paris il est respecté, c’est pas seulement qu’il est fort, c’est qu’en plus, y’a aucune différence entre celui que t’as sur disque et celui que t’as en face de toi. Il est quartier pour de vrai. Autant, nous tous, même quand on colle à la réalité, on enjolive un peu… autant lui c’est vrai à la virgule près. Et tout le monde te le dira. Même Booba, un jour à une soirée, il me sort « le rat c’est le seul que je respecte dans ce rap game ». Moi à l’époque j’ai juste pensé  « attends que j’arrive, ptit enfoiré » (rires). Mais là j’ai vu que Luciano a fait un feat avec La Fouine On remarque une note très prononcée d’inquiétude dans sa voix, c’est la fin du monde tel qu’il l’a connu, et on le rassurera en lui disant que Luciano ne change apparemment pas de style dans l’extrait du morceau qui a filtré. « Et y’a Rohff aussi, il paraît qu’il a sorti un son qui s’appelle « C’est comment », pareil, j’ai pas écouté, mais ça fait chier, c’est un truc que je voulais faire ça, parce que cette phrase je la dis tout le temps ! » Effectivement, une moitié du Blavog confirme, pour avoir passé une soirée en sa compagnie, le nombre incroyablement élevé de « c’est comment » l’ayant obligé à répondre « pépèrement » une bonne centaine de fois. Cependant chez Rohff la phrase est juste le titre de l’intro de La Cuenta. « Alors c’est cool, tant mieux ». Tout est bien qui finit bien.

INTERLUDE
Là tout de suite faut préciser un truc essentiel. Tout au long de la soirée, Joe s’arrêtera fréquemment pour saluer des gens, et inversement, qu’il soit posé à un bar où simplement en train de marcher en pleine rue. Sa moyenne étant d’un serrage de main et une bise sur la joue toutes les 9,27 minutes, on les passera sous silence la plupart du temps, mais pas là. Parce que Joe s’interrompt brusquement dès l’entrée d’un homme dans le bar, qui le salue chaleureusement.
Le type – salut ça va ? Tu deviens quoi ?
Joe – bah ça va Yann tranquille et toi
Yann – (à nous) enchanté, Yann, Yann Le Bras.
Après avoir échangé quelques amabilités, cette personne revient sur moi, puis sur Joe et fait « ah mais on se connaît, c’est avec lui que vous êtes venu la dernière fois » Hein ? Mais non, pas du tout. Faut aussi préciser qu’être pris pour quelqu’un d’autre est un super pouvoir de Spleenter, qui au cours de sa triste vie s’est vu attribuer une ressemblance avec Mohammed Ali, Yannick Noah, Joachim Noah, Michael Jackson période Jackson 5, Marcel Desailly et même Ronaldinho. « Ah, pardon. Bonne soirée ». Donc c’était le fameux Maître Le Bras, on l’applaudit bien fort, l’avocat le plus name-droppé dans le rap français depuis Perry Mason. Alors comme ça on a le même baveux que B2O, on se fait pas chier. « Ouais, mais ça veut pas dire grand-chose, d’ailleurs c’est même possible qu’il fasse certains trucs pour Booba gratos, vu comment l’autre le fait connaître à tout le monde. » On en apprend tous les jours.

So Parano
Moi à la base je suis plus New York qu’autre chose. C’est ça qui me parle. Mais pourtant sur So Parano notamment, la sélection d’instru allait de faces B de Lil Wayne à Young Buck en passant par Mike Jones et Terrace Martin. Ça en fait c’est dû à Work, c’est lui qui a fait la sélection de beats. De nous tous c’est lui qui se tient vraiment le plus au courant de ce qui se fait actuellement aux U.S. Moi, du moment que ça sonne bien, je suis pas fermé, je pose dessus, le changement c’est toujours sympa. Le délire So Parano en lui-même, bon déjà on est tous fans des Sopranos, et on parle de ce qu’on connaît, de notre vécu, avec le côté business de rue, tout ça. Entre lui qui donne son prénom et son nom, et Work qui dit « on kiffe tellement le rap qu’on se poucav nous-mêmes comme des golmons sur disque » où est la limite à pas franchir pour pas se griller bêtement ? Joe reste pragmatique. C’est une petite tape, personne l’écoutera, même nos proches qui vont l’écouter, avec les flows, les expressions, ils comprendront pas tout, donc ça va. Pas si parano que ça du coup… Tout le délire So Parano c’est surtout parce qu’à l’époque c’était à fond le biz de C. Chacun finissait de poser il checkait son portable, « bon je dois bouger voir un mec, je reviens ». C’était vraiment notre ambiance, et on enchaînait les couplets au milieu de tout ça. De toute façon, nous notre façon de penser c’est que tout ce qu’on fait on devra le payer tôt ou tard. Donc c’est aussi pour ça qu’on se permet d’aller un peu loin dans les paroles, on fait que raconter nos vies, pas la peine de nous faire la morale derrière parce qu’on vous a pas demandé de nous plaindre non plus. On fait que décrire notre quotidien.
Spleenter – Mais par exemple, ta mère écoute ta musique ?
Joe – Ouais
Spleenter – Et elle dit quoi ?
Joe – Elle dit « t’es un con », en général. Mais sinon elle sait que dans la vie je suis plus dans les bêtises, elle est contente pour moi maintenant. Mais sinon quand j’ai eu mes problèmes avec le 36, bah c’est ma sœur qui m’a présenté Le Bras par exemple, comme quoi.

Une famille de boss, on peut le dire.

Joe & Cross : Les Clipse frinçais ?
The Clipse avaient repoussé lors d’un entretien l’étiquette « cocaïne rap » en mettant en avant leurs talents de lyricistes, les métaphores, doubles sens, etc, la vente de drogues étant une thématique générale plus qu’un style. C’était aussi le cas de Joe sur disque (« Classe-moi parmi les lyricistes ») et aussi dans une interview pour rap mag où il citait Talib Kweli comme une de ses références.
« Ouais, je me rappelle. Kweli ça me plaît parce que c’est rue, mais l’écriture reste soignée. Sinon par rapport à nous, ça faisait dix ans qu’on parlait de coke et à l’époque on nous le reprochait beaucoup. Maintenant limite si t’en parles pas t’es hasbeen, alors moi j’ai décidé d’en parler moins qu’avant. Dans mon album y’aura quand même 2-3 sons dessus mais sinon je les  laisse, qu’ils s’amusent à jouer les Scarface entre eux… Nous on savait de quoi on parlait et pourquoi on le disait ». Le mec dit ça comme un plombier qui déplore la piètre qualité des pièces importées d’Europe de l’Est. L’amour du travail bien fait, ni plus ni moins. Pourtant, dans leurs premiers sons, Cross comme Joe décrivait l’univers du deal de manière plus vague, et surtout d’un point de vue extérieur, puis peu à peu il y a eu glissement vers un discours où ils s’assument vendeurs. « Bah justement c’est aussi parce que nous au début on avait une certaine retenue par rapport à ça, puis le temps passe, tu vois des gens qui n’ont jamais été dans ça qui se mettent à parler comme s’ils s’y connaissaient alors qu’on sait que non. Donc là on s’est dit autant y aller, les gens verront bien qu’on s’invente pas de vie. » D’où des phases comme « ils parlent tous de 0.9, 0.9, comme s’ils étaient des chimistes » ? C’est ça, c’est ridicule cette mode.  Pour en revenir aux Clipse, c’est sympa, j’aime bien leurs wordplays, mais dans le genre je préfère D-Block par exemple. » New-York jusqu’au bout décidément. Désolé les gars, on aura vraiment essayé, mais Malice et Pusha T n’auront pas les faveurs du bonhomme de neige.

1 commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 1

Teobaldo – et on a interviewé Joe Lucazz aussi dernièrement

Lalcko – il est très bon lui. C’est dommage qu’il rappe plus.

Teobaldo – mais il a pas arrêté…

Lalcko – ah bon ?

Cet échange hautement confidentiel entre ces deux individus, qui a eu lieu dans l’escalier de mon immeuble, est certes anecdotique mais résume assez bien la position particulière de Joe dans le rap français. Respecté, estimé de ses pairs, mais totalement à la ramasse niveau promo, et limite absent de l’inconscient collectif du public rap frinçais (ça si c’est pas d’la phase de branleur je sais pas ce que c’est).

2e anecdote, toujours plus haut, toujours plus fort : lors de l’enregistrement de GB Paris vol 1, il s’est passé un truc assez marrant à un moment. Joe pose son couplet, et là un petit silence se fait, les autres rappeurs présents l’écoutent réellement. Alors que l’ambiance du studio et le nombre de mc au mètre carré étaient pas du tout adaptés pour ça. Shone et Miko diront d’ailleurs « Joe on a son skeud à la maison », et au-delà du fait que ça sous-entende que ces deux personnes habitent ensemble, une telle unanimité est en général soit synonyme d’hypocrisie soit carrément exceptionnelle. On était ici dans le second cas, avec un consensus parfois flou mais sincère, qui revenait à mettre tout le monde d’accord sur un point : Joe, il écrit pas avec son derche.

Il y a maintenant une petite dizaine de mois, on a eu la chance de pouvoir échanger tout plein de mots avec ce rappeur qu’on aime beaucoup ici, mais dont personne ne parle. Jamais. Surtout toi là-bas. Parce qu’un papier difforme vaut tous les tops de merde du monde, voici le récit pas piqué des hannetons d’une sacrée soirée, en version audio pour ce qu’on a pu sauver et écrite pour tout le reste. Avec des propos rapportés mais aussi de l’itw directe, parce que c’est comme ça, c’est Noël, et comme disait cette meuf qui avait de l’herpès « y’en aura pour tout le monde ».

Lucazz Begins

« En fait à la base j’étais avec Cross dans un crew et à un moment on devait tous se choisir nos blases. Cross à l’époque s’appelait Lupino (?), inspiré de Arsène Lupin (!) et moi, Lucazzi c’était pour Luca Brazzi en fait. C’était un moment où je voulais rendre mon flow plus fluide alors j’essayais au maximum d’enlever certaines lettres qui te font buter sur la prononciation, c’est pour ça que Luca Brazzi est devenu Lucazzi. Dans Le Parrain, ce perso m’a choqué dès le début : tu vois un type répéter pendant une heure une simple phrase de félicitations pour Corleone, ensuite il disparaît et quand Corléone se fait shooter et qu’ils font la réunion de famille tout le monde dit « ah si Luca Brazzi était là, il règlerait tout ça en 2-2 ». Mais tu sais pas bien qui c’est à part que c’est le plus fidèle des capos de la famille. Après t’as la fin, où il réapparait et se fait caner salement. Bref j’étais intrigué. Donc j’ai lu tous les bouquins de Puzo et le perso y est beaucoup plus développé et il m’a bien plu. Donc aucun rapport avec Frank Lucas. « Ca va pas non ? Pas du tout, en plus c’est une balance lui ».

Cam’ron sur Marche avec nous

Alors cette connexion à la base on l’a eu par DJ Battle qui a mixé notre album et qui était beaucoup aux States à ce moment là. A un moment il nous contacte et nous fait voilà j’ai moyen de vous avoir Cam’ron, mais pour un petit truc, ce sera pas forcément un couplet ni rien. Nous on s’en foutait, tu nous passes Cam’ron sur notre skeud, bien sûr que c’est oui. Donc voilà l’histoire de cette intro.

Méthode de travail

Alors mes potes, j’écoute leur avis, mais en vrai, je m’en fous. C’est d’abord moi seul qui compte. Mais attention, je suis super exigeant avec moi-même. La plupart des sons que je fais, je me mets des notes en fait. La plupart du temps, si je me mets pas plus de 14, je sors pas le son. Et ça arrive souvent. Du coup c’est l’inverse, c’est mes potes qui me disent mais t’es fou, ça c’est bien. Mais faut que ça me plaise à moi d’abord. Niveau écriture, le truc que j’aime bien faire c’est instaurer une continuité dans mes couplets, au moins sur la forme, même si ça va parler de tout et de rien au final. Si je te fais une comparaison en début de couplet sur, on va dire, le poker, je vais me démerder pour que ça revienne par la suite, et si possible finir sur ça aussi, mais de manière variée à chaque fois. Que quand t’écoutes, ça semble un enchaînement logique, pas des phrases interchangeables à l’infini.

Joe et le rap français

Il évoque dans un premier temps ceux qui ont fait un bout de chemin avec lui, à commencer par Flynt. « si t’as une embrouille avec Flynt, t’as qu’à squatter les concerts de Mobb Deep, Infamous Mobb, tout ça, t’es sûr de le trouver. C’est vraiment son délire. C’est un mec en or, il est pas du tout comme moi. Flynt tu lui donnes rendez-vous à 15h, il est là à moins cinq, à 15h01 il t’envoie un texto et à 15h03 il t’appelle. » Évidemment, Joe aurait pu se contenter de dire « Flynt est blanc », mais il est comme ça, il a son sens de la formule bien à lui et il y tient. Quand il parle au naturel, il encule l’ensemble des slammeurs de ce pays. En parlant de ça, la seule fois où on a entendu un pic à des collègues, c’était pour Abd al Malik et Michael Youn nan ? « En fait j’aime pas les clash, je trouve ça bidon en France. Si j’ai un problème avec quelqu’un je vois franchement pas l’intérêt d’en faire un morceau. La phase sur Malik et Youn c’est pas un clash en vrai, c’est juste la vérité : l’un a vraiment zappé le rap pour du slam, et l’autre est un clown. C’est même pas une attaque. L’autre fois où je me suis retrouvé dans une histoire comme ça c’était avec Cen Safaraa, et alors là c’était n’importe quoi. Je pose sur un truc qui reprend la face B de Repose en paix au refrain. Avec Cross on se dit que c’est bien, je pensais même qu’on aurait pu appeler Booba pour qu’il dise quelques mots en intro. Je reviens au studio, et je vois les autres couplets. « Merde mais c’est un clash ça les mecs !? » (Joe dit vraiment ça comme le gars qui se réveille, qui voit la fille à côté de lui et qui fait « mais c’est une rousse, ça les mecs !? »), avec Kappacci qui s’est rajouté et tout. Et en plus ils voulaient le clipper. » Donc là ce qu’on retient c’est que si tu veux clasher quelqu’un mais qu’il te manque un couplet, t’appelles Kappacci, il insultera tout le monde sans rechigner. « Mais de toute façon, même les fois où les beefs ont dépassé le cadre de la musique, c’était déjà n’importe quoi. » Un exemple ? « Le truc de Gab’1 là. Avec Rohff et Kery qui le tapent ou je sais pas quoi. Et y’a sa vidéo le lendemain. Franchement si tu tombes sur un mec et que juste après il continue son délire en vidéo, c’est que déjà tu l’as pas assez tapé. En plus Gab’1 on le connaît c’est un mec du 19, on le voit rentrer en taxi de soirée, il est marrant. Mais sinon le délire c’est que maintenant même les têtes-têtes c’est fini. Normalement, si t’as un truc contre quelqu’un, et que tu le retrouves avec tes gars, c’est tes potes qui le règlent et qui sautent pour toi. C’est comme ça que les trucs se règlent, les histoires de duel de cour de récré, j’y crois pas. » En parlant du 19e, quid de ses petits camarades ? Les Ghett Dip, je les connais, on s’apprécie, leur délire Hausmann, c’est bien, c’est super classe mais le truc c’est que des fois ça va un peu loin. Quand Simsky fait sa rime « je suis juif, musulman, chrétien », bah non. T’es juste musulman. Ça sert à rien, tu vas pas rallier tout le monde juste parce que tu dis ça. C’est comme les délires Illuminatis. C’est la mode, les mecs foutent des signes et des trucs mystiques dans leurs sons et leurs clips, ils croient que ça va leur ramener un certain public. Mais ceux qui sont là-dedans, ça les intéresse pas un rappeur qui parle de ça. Y’a aussi des mecs qui se sont mis à parler de coke dans leurs morceaux parce que c’est devenu fashion. Les gens sont profondément stupides de croire que ça peut les booster. Joe n’est pas non plus très fan des théories du complot en tous genres. Non mais moi, les trucs sur le 11 septembre, les trucs secrets pour contrôler le monde… je suis réaliste. Pour moi c’est l’argent qui dirige absolument tout. Donc pas besoin de chercher très loin. Tu vois juste ceux qui profitent d’un truc et ceux qui y perdent et t’as tout compris. Pourquoi des gens se feraient chier à faire des manipulations de fou pour contrôler un truc alors qu’il suffit de l’acheter ? A part ça, il fréquentait pas mal Sinik et Kennedy durant une période non ? Bah Kennedy et Sinik c’était les petits de Diam’s. Bon Sinik je peux plus trop l’écouter mais Kennedy, lui son évolution est un gâchis. Il s’est racaillisé de fou, avec son accent et ses intonations qui lui vont pas du tout. Surtout qu’à la base c’est pas un ouf. En même temps Kennedy dès qu’il a posé sur Ouest Side il a cru qu’il faisait partie du 92i… C’est exactement ça. Tous ces mecs qui rappaient normal et qui se sont mis à prendre un flow caillera après Booba… (là, Joe imite l’accent caillera. C’est impossible à décrire, le mépris dégouline trop sur les syllabes déformées, on obtient le chaînon manquant entre le raclement de gorge et le gémissement) Mais c’est dommage c’est un petit qui aurait pu tout niquer… mais tous les petits qui peuvent tout niquer ils leur arrivent des trucs. Ce qui manque c’est un jeune qui a les dents longues et qui maque le game. J’ai cru que Sefyu pourrait le faire, mais il a pas les capacités. Certains morceaux je peux même pas les écouter. Son truc « s-s-s-s-s » là (molotov 4), c’est mort pour moi. Le truc des gimmicks c’est bien une fois, pas plus. Pourtant Joe lui aussi a fait un couplet comme ça, « Doom ». Ouais, un couplet sur un feat. Dans mon album solo aussi y’aura un morceau gimmick. Ça s’appellera Mimil. Parce que c’est vrai que je le dis tout le temps. D’ailleurs cette expression, ça vient d’où ? C’est un truc à l’ancienne ça. Moi je me rappelle que c’est à Rosny qu’on le dit beaucoup. Mimil’ c’est genre… tu vois les petits mecs des rues mais d’avant ? Les gavroches, les minots qu’ont même pas 15 piges mais qui ramassent les mégots des grands pour se les foutre dans la bouche, tu vois ce style là, très vieux Paris. Bah c’est ça Mimil’. Et chez nous c’est devenu une sorte de truc qu’on ajoute en fin de phrase, genre « allez arrête tes conneries, mimil… ». Retour au rap. « Ce qui est dommage aussi et qui explique que y’a pas de petits qui déclassent les grands, c’est que les grands quand ils montent ils ont des équipes de merde avec eux. Booba il est fort mais son équipe elle est dégueulasse. Et c’est loin d’être le seul. Du coup tu peux pas avoir de crew à l’américaine qui sont tous au top en même temps. Du côté du Blavog, on a un peu peur de l’évolution de Dosseh. « Je crois vraiment que Dosseh est moins con que les autres de son âge, et en plus il vient de province, il a pas été bousillé par le délire d’ici, il doit avoir plus de recul. »

Darys, Ill, Joe Lucazz – freestyle

La suite au prochain épisode, avec un invité surprise, du suspens et des effets spéciaux.

14 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

genèse d’une mixtape

 

Cette semaine, le nouveau projet de Joe Lucazz, la mixtape So Parano, est dans les bacs. Et comme Monsieur Joe est un mec pour qui les valeurs de la famille sont importantes (rappelons qu’il vend de la coke avec son papa, c’est lui même qui le dit) il invite ses copains sur le projet et partage la paternité avec eux. Et dans ses potes, outre la présence de son binôme Cross, on retrouve également ILL des X-Men. Et en grande forme malgré son omni-absence (4 apparitions sur 21 pistes).

Yonea -Alors Joe ? Tu as bientôt fini ton projet ?
Joe -Ecoute Mimil, ton label avait besoin d’un pur niggaz, je suis venu. Alors déjà on dit merci. Ensuite j’ai du faire un détour par le Sahara, Mimil. Ensuite faut maintenant que j’invite mes potes.
Yonea -Ok, ok. J’espère juste que tes potes son un peu plus rapides que toi pour boucler leurs couplets.
Joe – Bah y a Cross.
Yonea – …
Cross – Bon… Jou…
Yonea – Ouais, salut. On va pas y passer la nuit non plus.
Work – Salut.
Yonea – T’es qui toi ?
Work – Je suis Work.
Yonea – …
Work – W. O.R.K.
Yonea – …
Work – L’auteur des mixtapes « Work street
tape. »
Yonea – Désolé monsieur, je ne vois pas du tout qui vous êtes…
Work – Joe dis lui qui je suis.
Joe – Ouais Mimil ! … T’es qui déjà toi ?
Yonea – Bon, peu importe. et sinon…
Sopra – A la bieng ! soprababa la famille ! massilia !

 

Yonea – ah ! refais plus jamais ça dans mon dos !

Joe     – écoute mimil. ça fait la 4e fois que tu viens au studio cette semaine. quand c’est que tu vas capter que le projet c’est SO PARANO. pas Soprano. alors faut partir.

Sopra – oui mais vous avez mis la typographie des Sopranos sur la cover, et même des images de la série en teaser. donc je dois forcément participer.

Joe – et pis on est déjà 4, on s’est fixé un nombre limité, sinon tout fout le camp.

Work – y’a T.O.2 qui pose avec nous vite fait, ça fait 5.

Joe    – tiens, j’l’avais oublié. tu le vires lui aussi, autant que possible.

Sopra – mais je me suis entraîné à faire le générique des sopranos, vous voulez pas entendre ce que ça donne ?

Work  – non

Joe     – jamais

Yonea – je dois déjà supporter 25g sous vocoder, alors non

Sopra – lève toi ce matiiiiiing ! et va t’chercher ung flingggggueuh !

Joe     – hum. c’est insupportable. on va être encore forcés de te péter la gueule.

Sopra – mais c’est toujours cool une connexion paris/marseille non ?

Work -Sur les projets Marseillais, oui.

Joe     – remarque… ce serait pas mal, ambiance mafia du sud et tout… ouais chuis convaincu. on invitera le rat luciano sur l’album. maintenant fous-moi l’camp mimil.

Sopra – ok à demain alors !

Joe     – …

soprababa

Yonea – ouf ! On attend qui encore ?

ILL – voici le H.I 2L G. Héros de la prophétie ! au fait je crois que j’ai croisé menzo qui sortait d’ici.
Yonea – Sans déconner ?! T’es ill ? Le Hill G des X-Men ? Time Bomb tout ça ?
ILL – Et ouais connard ! Où est mon chèque ? et mon trône ?
Yonea – Si tu veux on peut te signer sur Neochrome.
ILL – Pourquoi faire ?
Yonea – Pour pouvoir développer tes projets.
ILL – Bah c’est ce que tu vas faire en me filant mon chèque. Mes projets c’est d’acheter de la vodka avec.
Yonea – Non mais je parlais de projet de rap…
ILL – Ah ouais ? Comme vous faites avec Nakk ?
Yonea – oui mais non, là c’est différent… Et puis on a plein d’artistes déjà. C’est dur de gérer tout le monde…
ILL – Ah bah ouais, c’était impératif de sortir les mixtapes de Farage ou Kevin Ramos avant. Ou encore de mettre en avant Mister You. C’est vrai ça, l’autre là, ce n’est que Nakk Mendosa…
Yonea – Bah… Je… Enfin… Voilà quoi…
ILL – Allez, ne nous fâchons pas. T’as quand même l’air d’un brave gars. Au fait il t’a arrangé malement Rohff quand il t’a tabassé dans les locaux de je ne sais quelle maison de disque. Ça va mieux ?
Yonea – C’était des rumeurs ça. Il s’est jamais rien passé.
ILL – Ah ouais ? Et les bosses sur ta tête si on arrête d’y croire elles disparaissent ?
Yonea – Non ça c’est naturel
ILL – Oups ! Désolé… Enfin moins que toi j’imagine mais un peu désolé quand même.

Tandis que ILL, Cross et Work enregistrent leurs parties, Yonea s’en va tout déprimé et va se rééouter des sons de Seth Gueko où ce dernier gueule « Yonea Yons le patron » ça lui remonte le moral.

Joe – Hé Mimil tu poses ?
ILL – D’accord mais pas avec vous.
Joe – Attends, le principe c’est que tu poses avec nous.
ILL – D’accord mais je veux 2 solos.
Joe – Euh… OK Mimil.
ILL – Et je veux des bonnes instrus qu’aucun de vous réutilisera.
Joe – OK Mimil…
ILL – Et je veux que Cross pose un solo sur un instru de clown.
Cross – De… Quoi… Mais… Pour… quo…
Joe – Ok Mimil !
ILL – Et qu’il utilise de l’autotune aussi.
Cross – Je… Re… fu…
Joe – Ok Mimil ! Mais tu devras citer Michel Colucci au moins une fois.
ILL – Si tu veux.

Cross -… Se… de… me… ser… vir… d’un… vo… co…. deur…

ILL -T’es super lent toi, tu dois être Suisse…

Cross -Sauf…. que… je… suis… pauvre…

ILL -Y a des Suisses pauvres, tu sais ?

Cross -AH… oui… ?

ILL -Ouais, ils lavent eux même leur BMW

ILL pose ses 4 couplets avec une énergie qu’on avait pas retrouvé chez lui depuis des années. Décidément il a mangé du lion et ça fait très plaisir.
Joe -Maintenant il faut nommer notre projet. On donne quel nom à notre groupe ?
ILL – Moi mon groupe c’est X-Men et X-Men c’est X-Men ! Hein my men Cass ?! Ah bah il est pas là… En tout cas je prend pas un autre nom de groupe. Alors on met chacun notre nom et puis c’est tout.
Joe – On met par ordre alphabétique, ce sera plus simple.
ILL – Si vous voulez. Vous vous mettez par ordre alphabétique. Mais derrière moi.
Joe – OK Mimil.
Work – C’est pas parce que c’est Ill que tu dois dire oui à tout.
ILL – C’est pas parce que personne te connaît qu’il faut croire que ton avis nous intéresse.
Joe – Moi je m’en branle, Mimil. C’est Joe Lucazzi ! AKA Monsieur Snow ! AKA fuck la droite ! AKA fuck la gauche !
ILL – T’es un peu le Pierre Desproges moderne toi…
Joe – Gainsbourg en mode niggaz ! Bon maintenant faut faire la pochette.
ILL – Bah tiens ! Machin, prends l’appareil photo.
Work – Mais si c’est moi qui prends en photo on me verra pas dessus.
ILL – Tu sais que t’es pas loin d’être un génie toi ?
Work – Et on fait quoi comme pochette ?
ILL – Ce que vous voulez. Mais derrière moi.
Work – Ouais bah non. Je vais prendre Joe en premier plan. Comme ça tu seras pas devant tout le monde.
ILL – Ah ouais ? Et si je me mets dans l’autre sens, hein ? Hein ? Bah ça y est vous êtes tous derrière moi. Alignés tels des rangs d’oignons.
Work – N’importe quoi…
ILL – Vous êtes mes ienchs. Vous faites semblant de pas le savoir mais vous êtes mes ienchs.
Scène bonus (et ouais, comme dans les DVDs) :
Cross -Et… si… on… in… vi…
Joe – Et si on invitait Cassidy ?
ILL – Il m’a dit qu’il était occupé en ce moment. Attends je l’appelle. Allo ? Cass ? Ouais c’est Gilles ? Mais non pas celui de l’album d’Abd El Malik. Ah ah ah ! Le con ! T’as des projets dans l’immédiat ? Tu t’occupes de NaÏ et Atto ? Du groupe 2.L.U.X. ? Ah ah ah ! T’es con ! Ah ?… T’étais sérieux… ? T’es con… C’est dommage je suis sur un projet à moi là. Ah ? Et y a Joe et Cross, aussi.
Work – Et y a moi aussi.
ILL – Et y a un autre mec.
Work – Dis lui que c’est Work.
ILL – Il dit que c’est Work… Non moi non plus je vois pas qui c’est.
Work – Mais si ,enfin. Je l’avais invité sur une de mes Work Street tape.
ILL – Il s’excuse mais il voit pas qui t’es.
Work – Sérieux ?
ILL – Non je déconne. Il s’excuse pas.
myspace joe lucazz (avec toute la tape en écoute)http://www.myspace.com/joelucazzi

So Parano teaser http://www.dailymotion.com/video/x8t2i8_teaser-so-parano-ill-xmen-joe-lucaz_music

Hill G toujours en forme quand il sagit de freestyler (espérons qu’il retrouve cette énergie en studio) : http://www.dailymotion.com/video/x7p8xt_ill-xmen-freestyle-une-video-de-ken_music
Là, Hill G reprend son couplet de « Retour aux pyramides » juste pour le kiff : http://www.zshare.net/audio/590258461724cf05/
Pierre Desproges – l’artiste dégagé (featuring le talent) : http://www.youtube.com/watch?v=qWfeimeWhYs
Tu vois pas le rapport avec Desproges ? Bah regarde ça Mimil :
http://www.dailymotion.com/video/x8w2cs_joe-lucazz-freestyle-so-parano-20-a_music

Cassidy, Atto – visionnaire http://www.dailymotion.com/video/x87z2q_atto-feat-cassidy-xmen-visionnaire_music

Cross – monsieur Cross part 2http://www.zshare.net/audio/590310322867da8b/

7 Commentaires

Classé dans sliphop