Archives de Tag: Treepsal

Interview d’Express et DJ Allstarzz (et Sukre) (3/3)

Spleenter -Ah oui, bah d’ailleurs, on va parler de ça. Toi, t’as jamais fumé ?

Allstarrz -J’ai essayé quand j’étais plus jeune, comme tout le monde, tu vois ? Ça m’a mis KO, j’ai vu que c’était pas pour moi, tu vois ?

Spleenter -Et au niveau de la tise ?

Allstarzz -Ouais, je bois à l’occasion. À un mariage, à un baptême, à un délire comme ça mais non, sinon.

Spleenter -Donc seulement quand c’est sponsorisé par le Vatican ?

Allstarzz -Je bois de l’alcool que quand il est Martiniquais en fait.

Spleenter -OK. Toi par contre, c’est l’inverse.

Express -Humm… On peut dire ça…

Allstarzz -La preuve, il est venu avec son flash. Je sais pas si ça va intéresser les lecteurs.

Spleenter -On le filmera à la fin. Et donc, au niveau du peura, quand t’écris ? T’écris par rapport à quoi ? L’instru ? Le flow ? Ou t’écris juste comme ça et après tu cases des trucs ?

Express -J’écoute l’instru, je trouve un délire qui va. Tout ce qui me parle… la vibe qui vient. On essaye et voilà.

Allstarzz -Et on le surnomme aussi le king du refrain.

Spleenter -par rapport au chant ?

Allstarzz -Ouais voilà.

Spleenter -C’est pour ça que dans un hypothétique projet commun avec les mecs de Cambrai, tu serais un peu le… ça ressemble à une insulte ce que je vais dire là… Tu serais un peu le Maître Gims, dans le sens où tu fais les refrains.

Allstarzz -Mais je te rassure, ça fait longtemps qu’il fait des refrains, Express.

Spleenter -Ouais, bien sûr. Mais sur tout un album ? Parce que Express peut pousser le chant. J’ai beau chercher dans tous les autres, tout le monde a sa voix, mais je vois pas qui pourrait chanter, dans les mecs de Cambrai.

Teo -Bah si. T’oublies « Vide le chargeur » sur « On passe du shit à l’industrie du disque. »

Spleenter -Ouais mais c’était du bourrinage total.

Teo -Justement !

Express -Tu vois, y en a qui essayent et qui le font.

Allstarzz -mais faut rendre à César ce qui appartient à césar. C’est Express le roi des mélodies. Et justement, l’album « Certifié bavon » ! Y en a qui vont être surpris !!… Ça va être un gros truc. Pas de limite. Ce sera « frais » le mot d’ordre.

Teo -T’en as combien des morceaux déjà prêts pour l’album ?

Express -J’en ai une dizaine, à peu près.

Teo -T’es du genre à en enregistrer plein, plein, plein et à garder le meilleur ? Ou alors à aller à l’essentiel ?

Express -Je pense que je vais plus essayer de faire une sélection. Ne sortir que les bons morceaux. Je pense pas que ce sera un truc avec 19 morceaux.

Spleenter -Plutôt un 13, 15 titres ?

Express -Voilà, quelque chose comme ça.

Allstarzz -Quoi que, 19 morceaux c’est bien aussi.

Express -Je l’ai déjà fait ça. Mais là ce sera un délire vraiment album. Avec, comme d’hab, des thèmes et des trucs persos. Du swagg.

Spleenter -D’ailleurs, en 2011, c’est quoi le swagg maintenant ?

Allstarzz -Comme il le disait dans l’interview sur Zikaload, c’est…

Spleenter -C’était pas en 2011. Depuis, y a eu DSK, y a eu plein de trucs. La mort de Ben Laden !!…

Express -Il s’en passe des trucs.

Allstarzz -Quand nous on dit swagg, c’est pas forcément précis. Un rockeur, il a du swagg. Un agriculteur, il va avoir son swagg.

Express -C’est une attitude.

Allstarzz -Le swagg ; c’est pas parce que t’as mis une ceinture Louis Vuitton et un jean’ Dolce Gabana que t’as du swagg… Je vais pas dire de nom, mais y en a dans le rap français, ils sont habillés de haut en bas en Louis Vuitton et ça lui va pas.

Spleenter -Oh tu peux dire des noms.

Allstarzz -Non, on va pas dire le nom. Il va se reconnaitre, le mec.

Teo -On peut dire DJ Battle, quand même. C’est le Blavog. On peut y aller là, les mecs !

Allstarzz -Non. On va pas cracher sur les gens. Nous même, on aimerait pas qu’on nous crache dessus, comme ça.

Spleenter -Quand même ; il a un sale style.

Allstarzz -Mais si ça se trouve, y en a qui aime. Tu vois, le swagg c’est comme les meufs. Tu vas trouver une meuf super belle, je vais la trouver super moche, lui il va la trouver pas mal, etc… Le swagg, c’est une attitude. Comme je te disais, même un agriculteur a du swagg dans son délire.

Spleenter -Y a qu’à regarder Seth Gueko.

Allstarzz -Ouais, il a son swagg ! Chacun son swagg. C’est pas la marque, c’est comment tu te comportes. Là tu vois Express comment il est swaggé. Il a mis une paire de cortez, assorties avec un jean cartonné bleu, avec un petit polo Ralph Lauren. Tu vois, c’est un mode de vie le swagg.

Spleenter -Si je me goure pas, je me rappelle d’une interview de toi sur Zikaload où t’avais une casquette NY. Et ça disait « Ouais, t’es plus West et t’as une casquette NY ?! » Et ça partait sur ce délire là.

Allstarzz -C’est juste un logo, comme je disais. C’est pas parce que je mets une casquette NY que j’écoute que du NY…

Spleenter -Et donc, on pourrait te voir avec un maillot de Marseille ? (quelle habile manœuvre, quel feinteur)

Allstarzz -Ouais, quand même pas… C’est même pas par rapport à Marseille, c’est parce que moi, j’aime pas le foot, pour tout te dire. Express aime bien le foot, moi j’aime pas trop. Je suis pas à fond, vraiment. Je supporte Paris parce que j’habite Paris, j’ai grandi là, c’est la capitale. Moi je comprends pas les mecs qui habitent Paris et qui supportent Marseille. C’est un truc que j’ai jamais compris. Mais comme je t’ai dit tout à l’heure, en début d’interview, si on me donne un gros chèque et qu’on me dit : « Mets le maillot de Marseille. » Je le mets, tu vois ?

Express -Tu marches aux gros chèques, quoi ?!

Allstarzz -Ouais, voilà. Je marche aux gros chèques.

Teo -Tu ferais beaucoup de chose pour un gros chèque…

Allstarzz -Y a des limites, quand même. Y a des limites. Mais tout ce qui reste musical… C’est comme un acteur, on lui dit « Fais un rôle de gay. » Même si il est pas gay, c’est son métier, il le fait.

Spleenter -D’ailleurs, pour en revenir aux films, vous avez vu ça ?
(Il leur montre son poster de The Dark Knight _oui, le cas de Spleenter ne s’améliore pas)

Express -Moi, ouais.

Spleenter -T’as pensé quoi du personnage du Joker ?

Express -Il a joué violent, le mec. Mais après ça il est mort, l’acteur. C’est un truc de ouf, chanmé !

Teo -Y a une phrase que t’entends parfois dans des films à la con : « C’est facile de rentrer dans la tête d’un fou. C’est plus dur d’en ressortir. »
Et je me demande si c’est pas ce qui lui est arrivé…

Spleenter – Qui a dit ça ?

Teo -Je sais pas, c’est une phrase de merde que t’entends dans plein de film de merde…

Express -Il est tellement rentré dans le personnage, il est devenu favou !

Allstarzz -Moi, je suis pas trop film, comme je t’ai dit. Mais ça, ça me parle plus (il désigne un autre poster). « American gangster. »

Teo -Bah tu peux en parler. Fais toi plaisir.

Allstarzz -Je sais pas pourquoi mais il me plait bien ce film. Comme tout le monde.

Express -Déjà, c’est réaliste. J’aime bien quand c’est comme ça. Les séries à la Oz, The Wire, les trucs comme ça.

Teo -Ouais mais du coup, je l’ai trouvé un petit peu lent comme film.

Allstarzz -À démarrer, ouais ! Je l’ai trouvé un peu lent aussi ; mais l’histoire est bien. Ce que j’aime bien dans les affiches de film, c’est que parfois, tu peux reprendre ça pour en faire des pochettes de mixtapes. Ça donne de bonnes idées.

Teo -T’as repris des affiches, toi ?

Allstarzz -Hitjacking de Krem. La pochette c’est une affiche de film. Un film de braquage, vu que c’est le concept de la mixtape. Le fait de braquer les autres.

Spleenter -En posant sur les instrus cainris, donc ?

Allstarzz -Voilà. C’est tiré d’un film mais je sais plus lequel. Niveau film, c’est plus les pochettes qui m’inspirent. Comme American gangster, je trouve que ça ferait une bonne pochette.

Spleenter -Je me rappelle que quand j’ai pris ça, on a essayé de me refiler l’autre. Je taffais au cinéma, en fait. Et d’abord, il m’a rapporté celle avec Rusell Crowe. Je lui ai dit que j’en avais rien à foutre.

Allstarzz -T’es raciste ?

Teo « Oh mon Dieu ! C’est Russell Crowe ! »

Allstarzz -Il était pas assez swaggé sur la pochette ?

Spleenter -Non. Mais si tu regardes bien, même Frank Lucas c’était une poucav.

Express -Mais ça c’est chelou. C’est une poucav reconnue mais il est toujours en vie !!… Normalement, quand tu poucaves…

Spleenter -Je pense qu’il a dû se faire protéger. Et se barrer vraiment à l’ouest. Plus à l’ouest que ce qu’il y a dans le film.

Allstarzz -Mais il vit toujours, il est en chaise roulante maintenant. T’as jamais vu de vidéo de lui ?

Spleenter -Je me rappelle avoir vu un documentaire, mais lui il était pas dedans, c’était une autre tête de Harlem.

Allstarzz -(Il éternue) Atchoum ! (très réaliste)

Teo -À tes souhaits.

Allstarzz -Merci. Mon souhait c’est d’avoir un gros chèque !

Spleenter -Au fait, j’ai oublié de vous demander par téléphone : vous faites des T-shirts ?

Express -J’en faisais.

Allstarzz -On en avait fait. On en fait à l’occasion.

(C’est alors que DJ Allstarzz, qui avait bien senti que Spleenter allait lui demander des T-shirts gratuits mais qu’il ne s’arrêterait certainement pas là, décide de s’enfuir en sautant par la fenêtre du rez de chaussée)

Spleenter -Donc en gros, tu peux pas donner de délai parce que c’est vraiment fini. T’as des surprises que tu peux pas dire… Au moins une surprise ?

Express -Comme d’hab, y aura des sons de Médeline. Y aura des sons d’un peu partout, des connections que j’ai faites. Featuring, pareil. Et des mecs de la cité. ET quelques surprises, dont Papillon et certains autres dans ce délire là.

Teo -Y avait déjà un feat avec Papillon sur la swaggtape, d’ailleurs. Sur « Heureux de se fonsdé. »

Express -Ouais, justement, y aura aussi des gens de cette scène dont vous parliez tout à l’heure. Les Seno et compagnie, tu vois ?

Spleenter -Je pensais à MSJ, aussi. Qui a un timbre de voix très spécial…

Express -Si si.

Spleenter -Bon, Aelpeacha c’est plus pour les prods. Mais c’était surtout les mecs avec des voix un peu… je les catégorise dans les « voix de petits cons », tu vois ?

Express -Ouais, ouais, je vois.

Spleenter -Même 16Ar de l’S-Kadrille, il a un peu ce truc là.

(C’est là que DJ Allstarzz revient avec un CD de « Mon introdestruction »)

Allstarzz -Tenez, les gars. L’album que vous avez pas écouté. Vous faites pas votre boulot.

Express -Mais si, il connait un peu.

Spleenter -Ah bah c’est cool !! J’aurais préféré un T-shirt gratuit, mais…

Teo -Faites des T-shirts ! C’est vrai que c’est un bizness.

Allstarzz -Ça va venir.

Spleenter -Y a laboutiqueofficielle. Tu donnes ton logo, ils te font le truc, ils le mettent sur leur catalogue et après c’est suivant les demandes ou les ventes.

Allstarzz -Ouais ? Faudrait qu’on voit ça aussi. À explorer.

Teo -Du coup, on peut parler des clips.

Spleenter -Alors comment tu travailles tes clips ? Quelles sont tes influences ?

Sukre -Moi, à la base je suis photographe.

Spleenter -Comme beaucoup de mecs avant de commencer.

Sukre -Voilà. J’ai commencé la video y a pas longtemps. Ça fait 6 mois que j’ai mon appareil en HD et que je commence à faire des clips.
Sinon, je faisais que de la photo.

Spleenter -Tu faisais quoi ?

Sukre -Je fais de tout, reportage, studio, noir et blanc, couleurs, argentique, numérique, de tout. Moi je suis un photographe, je suis pas un photographiste.

Spleenter -Tu peux faire la différence pour ceux qui connaissent pas ?

Sukre -Je fais de la vraie photo, on va dire. Pas de la photo retouchée à mort, tu vois ? Je suis pas un graphiste, en fait. Je suis photographe et là je commence à faire des clips pour mon frère, comme ça.

Spleenter -Et tu taffes avec quel matos ?

Sukre -Je taffe avec un Nikon, toujours, D 3800 HD.

Allstarzz -Il essaye de faire des trucs qui sortent un peu de ce qu’on voit d’habitude.

Spleenter -Et t’as des références ou des trucs que t’aimes bien. Que ce soit en clips, en films ou en n’importe quoi, d’ailleurs ?

Sukre – Quand j’étais petit, déjà, je me suis buté avec des trucs comme BET, MTV, tout ça. C’était à partir d’Hype Williams, à l’ancienne, déjà, c’était que des trucs de ouf. C’est à partir de là. Je me suis intéressé à la vidéo plus tard. Parce que maintenant, on a accès à la HD, nous aussi. Mais sinon, avant, c’était trop dur. Avant, je voulais pas me lancer dedans parce que j’avais pas les moyens. Maintenant, je vois qu’avec un petit appareil comme ça, numérique, je peux faire un clip. Ça ressort bien, comme t’as pu le voir tout à l’heure.

Spleenter -Une fois que toi, t’as l’appareil, j’imagine que ça coûte pas non plus des milles et des cents. Et pourtant, t’as toujours des clips, notament de rap français, qui sont très très laids !!…

Allstarzz -Et qui passent !

Sukre -Ça je peux pas te dire. Je suis comme toi. Faut avouer, à l’heure actuelle, Chris Macari est très fort. Il est très fort. Moi j’aime beaucoup.

Spleenter -Il doit taffer avec le même genre de matos que toi, pourtant.

Sukre -Ouais, sûrement, mais ça sort bien : regarde la lumière du jour en HD.

Spleenter -Ouais ! Mais c’est plus les angles de vues. Il peut se louer un hélico pour filmer Las Vegas, mais le grain de l’image est le même.

Sukre -Ouais mais y a plein de choses : Le cadrage, le déplacement, comment l’image est rythmée. Y a plein de choses qui sont importantes. Moi j’aime bien ce qu’il fait. Franchement, ça va. En plus, il s’adapte selon les moyens, ça travaille pas que avec des mecs du haut. Si t’as moins de moyen que untel, ton clip sera moins bien.

Express -C’est pas forcément une question de moyens, aujourd’hui. La vidéo franchement : t’as des idées, ça joue.

Sukre -La post prod ça compte beaucoup aussi.

Spleenter -C’est à dire ?

Sukre -Bah le montage d’un clip, ça joue beaucoup. Je travaille avec des monteurs. J’ai fait 2 clips, j’ai taffé avec 2 monteurs différents.
Pour avoir des styles différents, justement. Pas essayer de faire tout le temps la même chose.

Spleenter -en post prod tu retouches pas l’images, tu fais pas des trucs…

Sukre -Ça dépend, des fois. Mais normalement non.

Spleenter -Mais quand tu dis que tu retouches l’image ?

Sukre -Non, y a pas de retouches mais on peut ajouter en petit effet de lumière. Un halo de lumière. Léger. Comme t’as pu voir dans « Rouge et bleu. » Je veux faire plein de choses différentes : Le clip se coupe, au début c’était en noir et blanc, après c’est en couleurs. Ça c’est Dipset, encore…

Express -Ouais. Enchainer avec un autre morceau.

Sukre -Ça coupe et après y a le début d’un autre morceau. C’est ce qu’il faisait, Juelz Santana, dans ces clips.

Spleenter -Ouais, tu t’es quand même buté aux clips que tu kiffais.

Sukre -Ouais, voilà ! Premier clip que j’ai fait, j’ai fait ça direct. Coupé, noir et blanc, on change de délire.

Spleenter -Tu te vois faire un truc comme « Santana’s Town »…

Express -Ça c’est un clip de ouf !

Sukre -Mais je lui en parle tous les jours de ce clip ! Il est chanmé !

Express -Putain, ouais !

Allstarzz -Mais c’est ça que je disais tout à l’heure : C’est des mecs comme ça qui manque dans l’industrie ! Des mecs qui connaissent le taff ! Tu vois, quand tu parles avec un mec, il sait de quoi vous parlez. C’est pas un mec qui va te dire « Sans tana tone » ? C’est quoi ?

Spleenter -Santana stone.

Express -Y en a, parfois, ils sont allé taffer. Après ils ont changé.

Allstarzz -À l’ancienne, dans le rap français, les mecs qui faisaient des clips, c’est pas des mecs qui connaissaient.

Spleenter -Ouais, mais c’était des clips mieux que maintenant.

Express -Mais c’est parce que maintenant y a tout et n’importe quoi. C’est ça internet.

Teo -Avant t’avais moins d’albums, moins de clips par album, maintenant, il en faut plus.

Allstarzz -Si j’étais un rappeur et que demain je vais voir Sukre pour me faire un clip. Je lui donne mes références, il sait tout de suite de quoi je parle.

Spleenter – Pour en revenir au clip de Juelz, c’est un faux, parce qu’y a des trucs que tu grilles. Mais le faux plan séquence de Santana’s Town est magnifique.

Sukre -Y a les raccords mais c’est bien fait.

Allstarzz -Je me demande même si c’est pas Jimmy qui a fait ce clip. Parce qu’il a fait plein de clips, Jimmy.

Spleenter -Là je peux pas dire.

Allstarzz -La plupart des clips, c’est lui qui les faisait. Regarde bien dans les crédits.

Spleenter -Je sais qu’il a signé genre DA ou research ou je sais pas quoi chez Warner. Donc ça, ça prouve bien que c’est clairement pas un naze.

Allstarzz -Il a fait le clip de… de…

Spleenter -Je sais que Ballin, t’as son nom qui apparait direct. En même temps c’est basique, mais ça passe.

Allstarzz -Le clip magnifique où Cam’ron sort des égouts à un moment. En rose. Au début c’est une chanson, après c’est l’autre.

Spleenter -C’est Killa Cam, ça.

Express -Ouais mais y a un deuxième morceau derrière.

Allstarzz -Non. Le premier c’est un autre morceau : « Get’em girl. » Et le dernier c’est Killa Cam, où il sort des égouts. C’est Jimmy qui a fait ce clip aussi. Même le clip « Purple City Byrdgang. »

Express -Avec le piano. Ça c’est violent !

Allstarzz -C’est des bonnes idées ! Maintenant, tu peux demander à un mec comme Sukre, il peut te sortir des idées comme ça. C’est ça qui est bien. C’est ça qui a changé par rapport à avant. Tout le monde dit « le rap c’était mieux avant », non ! C’est pas mieux avant ! C’est différent !

Allstarzz – Faut s’adapter, vivre avec son temps. Tu vas pas dire toute la journée : « C’était mieux le vinyle. » C’est bon, on est en MP3 maintenant.

Teo -Et puis ce serait chiant les vinyles dans le métro.

Allstarzz -Mais y a toujours un connard qui va te dire : « Y a une odeur ! » Il va te casser les couilles.

Spleenter – Vas-y, ramène toi au moyen-âge, y avait pas de vinyle, y avait rien.

Allstarzz -« Ouais mais ton disque dur, y a 300 000 sons mais dans 10ans y aura plus rien. Moi, mon vinyle il est chez moi. »

Spleenter -Surtout que le vinyle, au bout de 10ans, il est fini.

Allstarzz -Ouais mais c’est la connerie qu’ils ont. « Le rap c’était mieux avant », moi cette phrase, je la déteste ! Y a qu’en france pour faire une phrase comme ça. J’en suis sûr !

Spleenter -Mais je pensais au début que c’était du second degré. « Le rap c’était mieux avant », comme Francis Lalanne. (en fait c’était Francis Cabrel, perdu) Après tu vois des mecs qui portent le T-shirt !!… « Houlà ! Ça va loin quand même !!… »

Express -T’as vu ?

Allstarzz -C’est pour ça.C’est toujours 10ans après qu’on va te dire que tel gars était bien. C’est ça, toujours un train de retard. T’as vu comment ça marche les compil années 80 ?

Teo – NTM se reforment, ils sont partout alors que d’autres rappeurs, au même moment, des rappeurs de maintenant, ont jamais été invités, jamais fait de plateaux télés.

Allstarzz -Faut dire aussi qu’NTM sur scène, c’est quelque chose !

Tout le monde -Ouais !

Allstarzz -Quel groupe peut te faire ça en france ? Même si Booba c’est le meilleur en ce moment, sur scène…

Spleenter -Sur scène il est pété.

Allstarzz -Tu mets un Joey Starr, il va vraiment faire un show.

Teo -Mais je comprends qu’NTM se reforme et on en parle. Parce que, forcément, ça a été des générations, ça va très loin. Mais que ça prenne toute la place, non. C’est comme Dorothée qui revient à la télé. Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? Surtout qu’à la finale : personne ne l’a regardé, tout le monde s’en foutait de sa nouvelle émission !

Allstarzz -Mais bien sûr.

Spleenter -On en parle pas déjà du rap, d’habitude… parce que même… ouais non… Sexion d’Assaut c’est spécial leur affaire…

Allstarzz -Ouais mais ils ont ramené une petite fraicheur, quand même.

Spleenter -Non, non, je parlais d’après qu’ils aient eu leur galère.

Teo -Ce qui était marrant c’est que du jour au lendemain, t’avais des mecs qui étaient là : « Quand même, y a beaucoup de paroles homophobes dans Sexion d’Assaut… » T’es pas un peu con ? Les singles passent en boucle et t’avais pas capté ? Ils écoutent même pas ce qu’ils passent…

Express -Ils avaient fait la même chose avec le gars qu’avait fait « Sale pute » ou je sais pas quoi.

Spleenter – Orelsan.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -Mais c’est ça le rap en france, ils ont un problème avec ça, je te ments pas. Si tu retrouves toutes les phrases que les gens ont dit…

Express -Mais le rap est là !!…

Allstarzz -Je sais pas si vous avez écouté un morceau de… comment il s’appelle ?

Express -Sardou ?

Spleenter -Michel Sardou ? le temps des colonies ? Je pense que t’allais parler de ça.

Allstarzz -Voilà ! Pourquoi ils reviennent pas sur des trucs comme ça ? Pourquoi toujours le rap ? On est toujours marginalisés… Mais bon, faut faire avec.

Spleenter -le truc de Nagui, déjà, c’était de la merde « mais » juste pour ça : « Merci d’avoir invité des rappeurs… » Alors que c’est les plus gros vendeurs, c’est pas une faveur non plus.

Allstarzz -Même Booba. Quand il était invité sur RTL par Hondelatte. Il lui a dit : « les auditeurs doivent se dire que c’est un truc de ouf si je t’invite. Mais je peux pas passer à côté de toi. T’as vendu je sais pas combien de disques… »

Spleenter -Le mec a déclassé les mecs de la variet’ et tu vas pas calculer ? Ça n’a aucun sens.

Allstarzz -C’est pas normal ça. Et y a qu’avec le rap qu’on fait ça.

Spleenter -Et puis, même l’image du rap. Ça me fait le même effet que l’image de l’équipe de france. Après t’as DSK qui arrive et t’as des mecs qui vont faire un plaidoyer, limite : « Quelque part, c’est pas grave. Il s’est lâché… »

Allstarzz -Imaginons : on mettrait Joey Starr à la place de DSK. Bah le rap c’est mort en france !

Spleenter -Mets Joey Starr, juste à la place de Bertrand Cantat ! C’est fini ! « Ah ouais, c’est un rappeur, c’est normal, il a tabassé sa femme… »

Express -Je te jure.

Allstarzz -Mais c’est pas pareil. Je sais pas pourquoi, le rap c’est… je sais pas…

(Spleenter montre ensuite une vidéo où un mec très sérieux défend la pédophilie dans l’émission de Taddei à la télé. Ça, ça devrait faire scandale, mais ça ne fera pas)

Spleenter -On va arriver sur le mot de la fin.

Allstarzz -L’album « Certifié bavon », restez à l’affut. On balancera sûrement quelques clips avant et une Swaggtape vol. 2.

Express -Avant la fin de l’année, t’as vu. Y’aura du frais avant la sortie de l’album.

Allstarzz -Vous serez au courant en premier, je vous donnerai l’exclu. Et surtout écoutez toujours l’émission : Y aura souvent des exclus d’Express sur le Allstarzz Show.

Express -Sûrement du live.

Spleenter -Ah oui ! D’ailleurs ! Koffi nous avait parlé de ses projets au niveau de la scène. Faire une sorte de mini tournée des boîtes et aussi au niveau des MJC. Du coup il a dit qu’il ramènerait tout le monde, dont toi.

Express -Moi, je suis toujours opé.

Allstarzz -De toute façon, au quartier, on se voit. Si y a un truc, il me le dira.

Express -Quand c’est Krem, quand c’est koffi. Y a pas de problème. On est là. Même si je rappe pas, je viens, sur le côté, je fais les backs. Y a pas de problème.

Allstarzz -On prépare ça doucement, tu vois ? Comme on est indé on peut pas donner de dates précises. Quand on a un plan, on l’a. C’est pour ça qu’il faut surveiller facebook. Express 19. Toutes les infos.

Spleenter -Ah si ! J’avais une question, mais faut que je retrouve l’image.

Teo -Je vais meubler, j’ai une question. Ici, y a plein de questions pendat le mot de la fin, c’est une coutume. Du coup, le clip de SDF, c’est qui qui l’avait fait ?

Express -Le clip de SDF, c’est un pote qui m’a présenté un mec qui faisait des clips. Et y avait quand même un petit budget. On s’est impliqués dans le clip.

Teo -C’est scénarisé.

Express -Ouais, je voulais pas un truc comme d’hab. On avait déjà fait des trucs comme le clip sur Gyneco. On voulait un truc un peu différent. Puis c’est lui, le mec que je te dis, quand il a écouté SDF il a eu des idées. Moi aussi. Et voilà.

Teo -Et les gens qui sont dedans, du coup, c’est des potes à toi ? Des comédiens ? Les 2 ?

Express -Ouais, y a des potes à moi, des potes à lui.

Spleenter -J’ai retrouvé l’image. Ceerano c’est ce mec là ?

Allstarzz -Ouais, c’est lui. Pareil. C’est un mec du quartier aussi.

Spleenter -Apparemment, il s’est barré du label d’Alain De L’Ombre. Mais quand il dit les feats, y a aucun mec de chez vous. En tout cas, pas que j’ai entendu.

Allstarzz -Si, mais c’est une nouvelle génération, en fait. Ses potes à lui c’est la génération derrière nous.

Express -C’est les plus jeunes.

Allstarzz -À l’ancienne, il faisait partie d’un groupe qui s’appelait Treep Alliance. Avec Tony et Autop C. À l’époque de Treep Sal, le premier gros projet du quartier, en fait. Maintenant, il a remonté un nouveau truc. Entre temps, il était avec Alain De L’Ombre. Aux dernières nouvelles, il est plus avec lui. Mais, moi, je sais pas trop. J’ai suivi ça sur facebook, comme je le vois pas souvent, non plus. Je pourrais pas t’en dire plus sur lui. Je sais qu’il prépare un truc avec son nouveau collectif : La Mafia Parisienne.

Express -Chacun fait ses trucs de son côté mais y a toujours des trucs communs, aussi. C’est comme ça.

Spleenter -Et bah, comme dirait Pascal Cefran : « C’est l’heure du freestyle ! » (là on sait pas bien si Spleenter a tenté une imitation ou non)

5 Commentaires

Classé dans Express et DJ Allstarzz (+ Sukre), Interview (et ouais mon pote !)

Interview d’Express avec DJ Allstarzz (2/3)

Allstarzz -Donc voilà, la Swaggtape en libre téléchargement. Justement, j’avais fait une émission spéciale Express sur le Allstarzz Show. Qui avait très bien marché. On avait fait un concept : le même soir on avait tout enchainé. À la fin de l’émission, on avait mis la Swaggtape en libre téléchargement et le clip. Directement.

Spleenter -Et le clip ? Si je me trompe pas, c’est…

Teo -SDF !

Express -Kamagra.

Teo -Ah ? Bon…

Spleenter -Je pensais à SDF aussi.

Express -SDF c’est un morceau qui était sur « Mon introdestruction. »

Allstarzz -Le premier projet d’Express.

Express – SDF c’est tiré de ce projet avec la casquette et les 2 baskets, sur la pochette.

Allstarzz -Mais SDF, on l’a remis dans la Swaggtape pour les gens comme toi. Qui connaissent sans connaitre. Donc on a fait le clip Kamagra et, dernièrement, on a fait le clip de « Rouge et bleu. »
Sur l’instru de Wiz Khalifa.

Spleenter -Laquelle ?

Express -Black and Yellow. Donc rouge et bleu.

Allstarzz -Les couleurs du PSG. Express featuring Krem.

Spleenter -Mais d’ailleurs, comment vous le faites « Rouge et Bleu » ? Parce que t’as une syllabe en moins.

Express -Rouge et blaveu !

Teo -Ah bah oui !

Spleenter -Blaveu ! Forcément !

Express -On s’adapte !

Allstarzz -Donc on a fait le clip au Parc des princes. De toute façon, tu vas sur la video sur youtube. En description, y a le lien pour télécharger le morceau. Ce dernier morceau a bien tourné sur le net. Je crois qu’on était les 1ers à reprendre ce truc. J’ai vu qu’y avait Brasco qui l’avait fait dernièrement.

Spleenter -Y’a Brasco, y’a Black Kent avec « Sacré negro. »

Allstarzz -On a fait tout ça avant.

Spleenter -Déjà le clip est bien. C’est pas comme Black Kent sur fond noir avec 3 mecs à côté.

Allstarzz -Donc le clip a été fait par le frère d’Express, qui travaille en famille. Il est photographe.

Express -Y a Krem aussi, dessus.

Allstarzz -C’est le dernier projet en date. C’est le dernier clip qu’on a fait.

Spleenter -Ça va, c’est propre, le grain de l’image il est clean.

Allstarzz -C’est le travail de Sukre.

Spleenter -Sukre ?

Allstarzz -Express, Sukre. K Fé, Krem.
(Krem était à la base en duo avec un autre rappeur nommé K Fé)

Spleenter -Ah d’accord. Je pensais au mec de Prison Break, moi, en fait.

Allstarzz -Y’en a un qui s’appelle Sukre ?

Express -Ouais, Sucre. (Express prononce avec l’accent, donc Soucré)

Allstarzz -J’ai pas suivi, ça.

Spleenter -C’était de la merde de toute façon.

Sukre -On m’appelait Sucre bien avant lui.

Express -Et l’autre (Kamagra) je l’avais sorti en même temps que la Swaggtape.

Allstarzz -Donc ce morceau, Rouge et bleu, il se retrouvera sûrement sur la Swaggtape 2 en attendant l’album. Vu qu’on va sûrement sortir un 2ème volume avant l’album. L’album ce sera sûrement en fin d’année, si tout se passe bien.

Spleenter -Fin d’année 2011, donc ?

Allstarzz -On va pas te donner de date vraiment précise parce qu’il est un peu minutieux

Spleenter -Ah t’as clipé Kamagra ?

Express -Ouais !

Allstarzz -En même temps qu’on a sorti la Swaggtape. Donc Kamagra, tout le monde sait c’est quoi ?

Spleenter -Surtout depuis Seth Gueko.

Allstarzz -Ah OK.

Spleenter -Non mais je déconne. Et le truc, c’est que toi, dans le refrain tu dis « J’ai pas besoin de ça. » Et Seth il dit « T’inquiète j’ai mon kamagra. »

Express -C’est pas pareil !

Spleenter -le clip, c’est toujours toi.

Sukre -On l’a fait à 2.

Express -À 2 avec Gambs (de Boyz in Africa).

Spleenter -Ça reste mieux que Chris Macari, je trouve, personnellement.

Sukre -Sérieux ??!!!

Spleenter -Ouais. Le grain de l’image… les couleurs…

Sukre -Mais moi je bosse avec ça. (Il montre son appareil, vous inquiétez pas, on va y revenir en détails plus tard)

Spleenter -Ah ouais, mais j’imagine que l’autre il travaille aussi avec du matériel de base.

Allstarzz -C’est ce qu’on te disait tout à l’heure, on essaye de faire tout tous seuls et de se débrouiller.

Spleenter -Non, mais tu sais, ça fait pas clip de rue.

Alsstarzz -C’est notre concept.

Express -L’image c’est important.

Allstarzz -C’est important. Quand on te parle de Swagg, on sait de quoi on parle. Même avant le rap, quand on est dans la rue on aime bien être bien habillé. On est comme ça. On te parle pas de Swagg parce que c’est à la mode, ça a toujours été comme ça. On a grandi avec des Zaïrois, tu vois ?

Spleenter -Je vois très bien.

Allstarzz -Surtout que le rap, maintenant, ça se regarde beaucoup. Et l’album s’appellera « Certifié Bavon ». Donc bavon c’est un argot de chez nous. Ça veut dire que c’est bien.

Spleenter -C’est « bon » tout simplement, non ?

Allstarzz -Ouais, voilà. C’est un argot bien de chez nous, faut bien préciser.

Teo -Faut le déposer !

Express -Ouais, on va le déposer.

Allstarzz -Y a du fric à faire ! On parle de beaucoup d’argent !

Spleenter -Je me rappelle de ton interview sur Zikaload où ça disait : « Ouais mais à Lyon aussi, ils parlent comme ça. »

Allstarzz -Ça c’est exporté !

Express -Mais j’en sais rien, si ça se trouve, ça vient de là bas…

Spleenter -Mais ça tu peux pas le dire dans l’interview !

Express -Pour nous, en tout cas, ça vient de chez nous.

Allstarzz -Je pense que ça c’est exporté. Comme « by » ou « on s’enjaille » maintenant.

Spleenter -« On s’enjaille » c’est carrément parti de la Côte d’Ivoire.

Allstarzz -Ouais, c’est Ivoirien, en fait ! Mais bon, c’est là que tu vois la force du rap.

Spleenter -Comme pour les mecs de grigny, les by, les -zère.

Allstarzz -Les bougs, c’est un mot Antillais, ça veut dire nègre, en fait.

Allstarzz -Mais tant mieux ! Ça s’exporte. C’est fait pour ça la musique.

Spleenter -D’ailleurs, ça vous a jamais tenté de faire tout un morceau limite incompréhensible pour les gens ?

Allstarzz -On y a déjà pensé.

Express -Avec que ce truc là ?!

Spleenter -Que l’argot du 19.

Allstarzz -On y a déjà pensé, mais sinon, si vous cherchez bien, le mec de ghett Diip a déjà fait un freestyle comme ça. Pour le jeu Def Jam. Je sais pas si vous avez vu ?

Teo -Simsky ?

Spleenter -Ouais, si. Y en a mais y a pas que ça.

Allstarzz -On peut le faire !!… Mais après ça reste sectaire.

Spleenter -Ouais mais quand l’équipe de Grigny ils te font des truczer, etc… Ils ont même des expressions qui correspondent à rien. Les mecs, au lieu de te dire Sarkozy ou quoi, ils vont te dire « le doracel. » Personne comprend au début.

Teo -Ouais, y a même « doracélé », je crois.

Allstarzz -Mais est-ce que tout un morceau comme ça… Parce que nous, le but, c’est que notre musique voyage.

Spleenter -Ouais, c’est pour ça que je dis que ce serait juste un délire. Entre parenthèse.

Teo – Koffi Trop 2 Style fait une outro sur un morceau comme ça. « Quartier sale », il fait que ça.

Spleenter -Ah ouais : « Elle veut sa vrette-laveu. »

Teo -Vrette-laveu !

Allstarzz -Sinon encore mieux : On devrait faire un dictionnaire du 19.

Teo -Dans le fascicule de la Mafia K1 Fry, à la fin t’avais un lexique.

Allstarzz -Ah oui !

Spleenter -Mais les tous 1ers à le faire, je crois que c’était IAM. Pour leur deuxième truc.

Allstarzz -Bah déjà… Akhenaton, pour comprendre ce qu’il disait parfois, à l’ancienne…
C’était déjà chaud.

Express -Ouais c’est chaud.

Spleenter -Mais en fait, je partais de ça. Parce qu’il a fait un couplet comme ça. Je me rappelle plus dans quel son. En louchébem. L’argot des bouchers de Panam.

Teo -Ça, ça devait être sur la mixtape avant leur dernier album.

Allstarzz -Ah oui ! J’en ai déjà entendu parlé de l’argot des bouchers. Christophe le tatoué, tu te rappelles quand il est venu avec son frère ?

Express -Ouais.

Allstarzz -Il avait dit qu’ils avaient un argot entre bouchers.

Spleenter -Et c’est un truc qui s’appelle le louchébem. Mais le mec a fait un couplet entier là dessus : c’est une langue étrangère !

Express -Ouais, tu comprends rien.

Teo -T’as des mots qui viennent de là qu’on connait tous : louf, loucedé, larfeuille.

Allstarzz -Exact. Je pensais pas que ça venait de là.

Spleenter -C’est comme plein d’argots.
Si un manouche vient te parler, c’est sûr que tu vas pas comprendre…

Express -Je te jure !

Teo -Tu vas comprendre 3 mots

Spleenter -Tu vas faire « Ouais, là il a dit kahlouch… »

Allstarzz -Mais « kahlouch », c’est arabe, non ?

Spleenter -Euh… Ouais… mais…

Express -Mais ils mélangent tout les gitans, c’est un truc de ouf.

Spleenter -Voilà !

Allstarzz -Kahlouch ça veut dire noir ? C’est ça ?

Spleenter -Ouais, c’est ça. Attends… Je me gourre… L’argot manouche, mais oui ! C’est tous les trucs en « av » !

Teo -Schnikav…

Spleenter -Pillav, bicrav…

Allstarzz -Oui, c’est ça.

Spleenter -Tout ça, ça vient d’eux.
Mais maintenant, si un d’eux te parle, c’est mort.

Express -C’est ouf.

Spleenter -Tu vas être comme le mec dans Sntach : « Ah ouais, il a dit bicrav à un moment… après je sais pas… »

Teo -Si c’est shnikav, faut te méfier. Ça veut dire séçu.

(Teobaldo connait ce verbe dans toutes les langues, il vous donnera des cours. Demandez à Tyler The Creator)

Allstarzz -Et vous ? Comment vous avez connu Express, justement ?

Spleenter -Comment on a connu Express ?

Allstarzz -Là c’est moi qui vais interviewer le Blavog !

Teo -Ça devait être parce que vous gravitez autour d’Absolut Treepsal. Vu qu’on aime bien le délire. Je pense qu’on a dû tomber dessus à un moment. Mais dans le détail…

Spleenter -Moi, peut-être sur une tape.

Allstarzz -Sur le morceau clash contre…

Spleenter -Contre Gyneco ?

Teo -Ah bah moi, ça devait être là.

Allstarzz -Je pensais pas à celui là. la première compil de « Menace sur la planète rap » y avait le clash contre Marseille, avec Bouga. Et sur le 2, y a celui de Doc Gyneco.

Spleenter -OK. Bah alors c’était avant ça.

Allstarzz -Et sur le deuxième volume, ils avaient fait un DVD aussi.

Express -Y’a le clip.

Spleenter -Est-ce qu’avant t’avais posé un truc « Ma maka » ?

Express -Ouais !

Spleenter -Ma maka ça date d’avant ?

Allstarz -Ma maka c’est dans « Mon introdestruction. »

Spleenter -Ok ! Bah alors c’est ça !

Allstarzz -Et aussi dans la compil.

Express -Dans « Mon arrondissement favori », elle y est.

Teo -Ah oui.

Spleenter -C’était à partir de ça. J’avais vraiment dû écouter « Mon introdestruction » et après je t’ai retrouvé vite fait sur le clash avec Doc Gyneco, forcément. Donc c’est parti de là et après, forcément, quand j’étais sur Treepsal, t’étais autour.

Teo -Moi je pense que c’était avec le clash sur Gyneco, tout simplement.

Spleenter -Moi c’était Ma maka. Je me rappelle de ça.

Allstarzz -Ça te parle, hein ?!

Spleenter -Bah oui, forcément !

Allstarzz -T’es dans le même délire qu’Express, alors ?!

Spleenter -Ah ouais, ouais… En plus, ce qui était marrant, que ce soit toi, Papillon comme je disais tout à l’heure ou… Tu vois toute la clique d’Aelpeacha ?

Express -Ouais.

Spleenter -Bah voilà. Tous ces mecs là, ça me fait retrouver l’ambiance « Première consultation. » Et donc, forcément, je kiffe.

Express -Ah bah ouais.

Spleenter -Mais c’est vrai que, sans que tu le dises, j’aurais pas dit « Il est à moitié Antillais. »
J’aurais dit « Ouais… C’est peut-être un turc. »

Allstarzz -Ouais, mais ça c’est pas important. On fait de la musique, on s’en fout des origines.

Spleenter -Sauf si t’es roux !

Express -Ah c’est dur, ça.

Allstarzz -La discrimination contre les roux, c’est pas bien. Vous allez vous faire censurer sur le net, les gars. Faut pas toucher aux roux, c’est comme les gays, les gars. En tout cas, nous on est pas homophobe, hein ? On aime les lesbiennes.

Spleenter -Mais ça, je comprends pourquoi ils l’ont pas fait vu leur position, mais le jour où t’as vraiment un mec qui s’en bats les couilles dans le rap et qui est accusé d’homophobie, il sort le T-Shirt : « Je suis pas homophobe » Et il se retourne : « Je kiffe les lesbiennes »
À la cainri, quoi !

Allstarzz -On en revient aux Dipset. T’as une phrase : « Dipset bitches ! No homo ! »

Express -C’est encore Cam’Ron qui l’a lancé ça : « No homo. »

Spleenter -Ou le truc « Stop snitching. » Et pour le truc des lesbiennes, il a une phrase comme ça dans sa dernière mixtape avec Vado… Enfin, peut-être pas sa dernière vu qu’il en sort à la douzaine. Mais un truc avec butters et…

Allstarzz -Butters and guns ?

Spleenter -Guns and butters !

Allstarzz -Guns and butters ! Voilà !

Spleenter -Dedans, il parle à un petit merdeux ou je sais pas quoi. Et en gros il lui fait : « You have gay-friends. I have lesbians hoes. » C’est le délire, quoi.

Express -Cette mixtape est très très bonne.

Spleenter – Tu disais qu’y avait des surprises mais que tu pouvais pas les dire ?!

Express -Bah ouais. Mais tout à l’heure tu parlais de Papillon, y aura des trucs comme ça. Mais je vais pas te mentir, c’est des mecs où le feeling passe, plutôt que le featuring qui fasse vendre. C’est pas mon but, même si je refuserai pas, t’as vu ? Si je pouvais faire un feat avec, on va dire, Orelsan, je sais pas, n’importe qui, je refuserai pas. Je suis pas dans un délire mec fermé.

Allstarzz -Et puis comme on est dessus, on peut pas trop vous dire. Parce que là on sait pas encore. On est dans la construction. On peut pas trop te dire, encore. Si ça se trouve, demain…

Spleenter -« On croise Lil Wayne » ?

Allstarzz -Ouais, Lil Wayne ou Cam’Ron. Y’aura Cam’Ron sur son album.

Teo -Là, en sortant ! Cam’Ron à Porte d’Asnières.

Allstarzz -Mais ce que je peux vous dire c’est que ce sera un gros, gros truc. Franchement, y en a qui seront étonnés.

Spleenter -Et niveau distrib ? Vous avez démarché pour avoir des deals ou vous en êtes encore vraiment au stade de la création ?

Allstarzz -En fait, Express c’est pas son boulot, ça. Pour l’instant il se concentre vraiment sur le son, il fait de bons morceaux.

Express -mais on est déjà en train de voir un peu comment on peut sortir ça. Le but c’est d’essayer de faire mieux que ce qu’on a pu faire.

Allstarzz -Et là on veut vraiment faire un truc lourd. on se prend la tête. On voit dans quelles conditions on va sortir ça.

Spleenter -Vous essayez de trouver les meilleurs contacts.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -On cherche les meilleurs biz qu’il y a à faire.

Spleenter -Donc toi, tu bosses spécialement avec Express. Est-ce que tu bosses avec d’autres gens ?

Allstarzz -Avec Krem aussi. Bah j’ai fait sa mixtape dernièrement « Hitjacking. » Il reprend toutes les faces B du moment. Et là, justement, pour en revenir encore aux Dipsets, la Hit Jacking volume 2, ce sera une spéciale Dipset. Il reprend toutes les instrus et…

Spleenter -Même les à l’anciennes ?

Allstarzz -Ouais ! Même les anciennes.

Spleenter -C’est bien ça !

Teo -C’est une série qu’il va faire ? Une spéciale dipset, puis une spéciale je sais pas quel groupe, etc… ?

Express -Pourquoi pas.

Allstarzz -On fait ça au feeling. On va voir. Pour le 1er volume, on a vraiment pris les sons du moment. DJ Khaled « All I do is win », Birdman, Lil Wayne, etc…

Express -Rick Ross.

Allstarzz -Tous les gros morceaux qui avaient marché. Là, vu qu’il est dans le délire Dipset, comme moi, il aime bien, il m’a dit : « On va faire ça. » Là, je crois qu’il a enregistré 60% du projet.

Spleenter -J’ai cru que t’allais dire 60 morceaux.

Teo -Ça ferait beaucoup.

Spleenter -Un jour, je t’ai fait un best of de Cam’Ron qui durait quand même 3h30.

Teo -Presque 4 heures, ouais !

Express -C’est comme Allstarzz. Il s’arrête jamais.

Allstarzz -Moi aussi j’ai fait des truc spécial Cam’Ron. À l’occasion, je t’enverrai ça.

Teo -Le pire c’est que je l’écoute souvent en entier. Tu sais, tu le lances ça passe tout seul.

Allstarzz -Les Dipset, franchement, dans le rap, ils ont fait un vrai truc. En plus ça a été dur pour eux. Peut-être pas pour Cam’Ron : il est arrivé avec Roc-a-Fela. Mais Dipset ils sont arrivé quand c’était fini avec le Roc. Ils sont arrivés en même temps que G-Unit sur le marché.

Spleenter -Pas tout à fait…

Allstarzz -Vers la fin ! L’album Diplomatic c’est en même temps que G-Unit. C’était dur, à New York les gens juraient que par G-Unit. Et eux, ils ont réussi à exister.

Spleenter -Ouais. Mais ils avaient quand même Cam’Ron, il avait un nom, il portait le truc. C’est comme… Ouais non, j’essayais de trouver un équivalent en france, mais ça existe pas.

Teo -Y a pas d’équipe entière qui monte en france.

Express -Il était direct en marge à New York, cam’Ron. Il s’habillait en rose et tout ça, c’était un truc de ouf. Y avait pas de trucs comme ça à New York.

Allstarzz -Mais parfois, on nous compare avec les Dipset.

Spleenter -Je me rappelle. (Spleenter fait partie de cette secte de gens qui ont comparé Absolut Treepsal et leurs proches aux Dipset, justement)

Allstarzz -Je sais pas si vous vous rappelez d’un article dans Groove magazine où ils avaient fait un article sur les gars du 19. Ils avaient fait un petit reportage, un petit article, sur notre quartier. Parce qu’en fait on a un pote à nous qui avait ramené DJ Clue pour mixer en boîte. Dans l’article, ils expliquaient qu’on avait notre délire à nous, vraiment. Un truc spécial. Faut vraiment que je retrouve cet article.

Spleenter -Et ils vous comparaient aux Dipset.

Allstarzz -ouais, aux Dipset.
C’est toujours une bonne comparaison.

Spleenter -Bah ouais, tu m’étonnes.

Teo -C’est toujours bon à prendre.

Allstarzz -C’est clair. C’est un groupe qu’on apprécie beaucoup.

Teo -C’est pour ça que tu mets des polos roses ?

Allstarzz -Ouais, je suis habillé en rose. Mais y a la petite touche française, y a le crocodile.

Spleenter -J’allais dire qu’à part Absolut Treepsal, qu’on peut comparer aux Dipset ; Y’a aussi le Ghetto Fabulous Gang, surtout par rapport à Alpha. Parce qu’il a ce côté boss et parfois tu mattes des vidéos, tu te dis : « Il est un peu perché, mais en même temps il est pas con… »

Teo -Mais même les vidéos. Le fait de faire des vidéos, c’est Alpha. Il a ramené tellement de délires dans le rap français.

Spleenter -C’est pour ça qu’il est un peu assimilé à des mecs comme Morsay. Mais c’était mieux fait.

Express -Il en faut des mecs comme ça dans le rap. Il faut de tout pour pouvoir ramener de tout. C’est ça le rap. Il faut des trucs différents.

Allstarzz -Il a déjà fait un truc très grand dans le rap français. C’est le premier à avoir sorti son album et un film en même temps. Il faut respecter ça aussi ! Mais bon, c’est la france… Tout ce qui est nouveau, les gens ont peur. C’est après, dans 10ans, les gens diront : « Alpha était en avance. »

Teo -J’aimais bien la vidéo à l’ancienne où il était dans un ascenceur, tu vois ?

Express -Ouais, ouais.

Allstarzz – il sortait les billets, là ?!

Teo -Ouais. Où il clashe Gyneco, les chanteurs de je sais plus quoi, etc…

Spleenter -Des joueurs de foots qui ferment leur gueule, aussi.

Teo – Mais c’était lui qui faisait dans les premières vidéos que tu voyais comme ça, en france. Ce mec a lancé ce truc là ! Après, y en a plein qui ont fait des vidéos.

Spleenter -Sauf que lui c’était pas que comme Morsay, que des insultes.

Allstarzz -Ouais, voilà.

Spleenter -Y avait un truc derrière. Y’avait tout un délire.

Allstarzz -Dans 10ans, ils te diront qu’Alpha était bon.

Spleenter -J’espère.

Teo -Bah il le mérite.

Spleenter -Parce que même sur ses choix de prods il est bon. sur le son « Les rappeurs sont des chattes », dans l’outro il cite les mecs que lui il a écouté. Et même en français. Et là tu vois que le mec a des bêtes de références.

Allstarzz -Bien sûr. De toute façon, si il a la trentaine comme nous, il a connu l’époque glorieuse du rap.

Express -Tu peux pas mentir. Tu sais qu’il les a écouté.

Spleenter -Et il a dédicacé des mecs rarement cités dans le rap français, des Master P, des mecs de Memphis comme les Three Six Mafia et tout ça.

Allstarzz -Et Master P c’est quoi ? Tu vas aux states : tout le monde connait !

Express -Alors qu’ici, il passe inaperçu.

Allstarzz -Ici, c’est vraiment les connaisseurs qui vont te sortir combien il a sorti de mixtapes.

Teo -Je vais te dire, honnêtement, je connaitrais pas Master P sans Alpha 5.20.

Allstarzz -Ah ouais ?! À l’ancienne, il te sortait de ces pochettes… Il était connu pour ça. Il avait des pochettes d’albums, tu tombais parterre. Tu prenais son album, tu tournais, son visage bougeait en même temps.

Teo -Je sais pas si tu vois les vieux menace records ?

Allstarzz -Voilà !

Express -Ouais, ils reprenaient ça.

Allstarzz -Mais les premiers qui ont fait ce délire là dans la photo, on les cite jamais, ils s’appellent…

Spleenter -Pen & Pixel ?! (il répond comme à un jeu télé, personne ne lui a dit qu’il n’y avait rien à gagner)

Allstarzz -Voilà ! C’est des mecs qui t’ont tué photoshop, à l’ancienne. Je sais même pas si tu dis ça à Fifou, si il connait. Peut-être. Fifou c’est notre Pen & pixel en france, on va dire. Si tu regardes ces dernières années, c’est lui qui était sur tous les albums.

Spleenter -Ouais mais t’as pas le côté un peu série B. Comme les vieilles jaquettes du fin fond de ton video club.

Allstarzz -Ou un peu comme les street films.

Teo -C’est le mauvais goût assumé. « Ouais, moi mes références c’est de la série B, c’est de la sous culture générale, je revendique à mort. »

Spleenter -De toute façon, c’est la suite de la blaxploitation, c’est ça.

Express -Voilà, c’est ça.

Spleenter -pour autant, on en reparle aujourd’hui. C’est bien la preuve que c’était pas de la merde.

Allstarzz -Dans les écoles de management, maintenant, on t’apprend Master P. On t’apprend son business.

Teo -Mais je pense pas qu’en france ils vont t’apprendre le biz d’Alpha ou Morsay dans les écoles.

Express -Si, peut-être dans 10 ans.

Spleenter – ils devraient.

Express -Parce qu’il a compris comment ça fonctionne.

Spleenter -Il arrive à vendre et il arrive à vendre son merchandising.

Allstarzz -Mais même Morsay ! Je le critique, je dis qu’il sait pas rapper, mais peut-être que dans 10ans… Personnellement, je l’ai dit, je respecte son bizness. C’est le mec qui rappe que j’aime pas. Mais peut-être , un petit qui aura 30ans dans 10ans, il va peut-être te dire : « Morsay c’est mon exemple. »

Teo -Mais ouais, parce qu’ils font du fric dans une industrie en crise. On serait aux Etats unis, les mecs seraient grave respectés.

Express -En plus, ils font les taffs que les gens veulent pas faire. Se lever, aller aux puces, c’est du taff.

Spleenter -En plus, les gars on les regardait comme des ovnis au début. Tu vois des rappeurs qui vendent leurs disques aux puces, tu te dis : « C’est des clodos… »

Allstarzz -C’est spécifique à la france, ça. Tailler un mec parce qu’il a des baskets trouées ou je sais pas quoi. C’est con, on s’en fout de ça. On fait de la musique. Le plus important ce serait la musique, normalement. On s’en fout si le mec que t’écoutes a été en prison ou autre chose.

Express -en france, c’est tout le temps comme ça. Ils veulent tout savoir.

Allstarzz -nous on est pas dans ce délire. Nous on sait ce qu’on sait, on vient de la rue, on a fait des trucs, on a vu des trucs, tu vas rien nous apprendre. On va pas en faire tout un plat. « J’ai tiré sur je sais pas qui ! » On s’en fout. On fait du bizness.

Express -C’est de la musique.

Teo – vendre de la musique en france, ça se fait pas. Parce que c’est du divertissement et si tu regardes bien, le divertissement en france, c’est un truc péjoratif.

Express -Voilà.

Teo -faut toujours qu’y ait un fond derrière. Et limite ils s’en foutent de la forme, tant qu’ils savent que t’as fait je sais pas quoi.

Allstarzz -C’est comme quand on était à l’école. Quand on te disait « Tu vas faire plombier. » Ta mère pétait un plomb ! Mais regarde les plombiers aujourd’hui. Tu peux être plombier et habiter dans un pav, avoir une belle voiture. Faut respecter.

Spleenter -Pour en revenir à la musique, le côté divertissement est mis en dessous. Alors qu’à la base, c’est fait pour ça. si tu penses cinéma français, tu t’imagines un couple de geoibours dépressifs ou alors une grosse comédie mais avec des gros beaufs partout.

Allstarzz -Avec des titres comme « Ma femme est partie. »

Teo -« Il a plu sur la colline », « Mets ton pull, il va faire froid. »

Allstarzz -Mais je pense que ça va changer. Parce qu’il y a plus de jeunes comme nous, y a de nouvelles générations. Nos enfants seront baignés dans ça.

Teo -Mais nous même. Nous on est de 86, on a 24, 25 et…

Spleenter -Non, moi je suis du 92.

Spleenter -C’était la blague.

Teo -Profitez-en, y en aura d’autres ! Amenez vos gosses la prochaine fois. Nous on est de 86, on a grandi devant des séries américaines, avec des films américains, etc…

Spleenter -Vous aussi j’imagine.

Express -Bien sûr.

Allstarzz -Déjà, on est pas loin de vous.

Spleenter -Vous avez pas grandi avec du Gerard Jugnot, on est d’accord.

Allstarzz -Si, quand même ! Attends ! Le Père Noel est une ordure !

Spleenter -Le Père Noel est une ordure ? Alors d’accord.

Allstarzz -C’est les grands classiques français.

Spleenter -Mais pas les bronzés 3 ?

Allstarzz -Le 3, je l’ai pas vu… Je pense que le jour où ça va vraiment changer c’est quand, dans la musique, ce seront des mecs comme nous qui connaissent vraiment, qui ont baigné dans le truc, qui seront aux manettes. Là ça va changer.

Spleenter -Y a beaucoup de gens qui disent ça.

Allstarzz -Je me rappelle que quand j’allais à la fnac, je voulais acheter un CD, le vendeur c’est un mec qui sortait de je sais pas où…

Teo -C’est un étudiant.

Allstarzz -Ouais, c’était un étudiant. Il écoute pas de rap du tout. C’est juste un job. Il va pas me conseiller, il connaît pas.

Spleenter -A la fnac, ça a pas changé.

Allstarzz -Si. Peut être que maintenant c’est un petit jeune et qu’il connait.

Express -Si tu vas à la fnac à Chatelet, ouais.

Teo -Mais pas partout.

Allstarzz -Et pour reprendre un truc qu’a dit Booba et qui est vrai : Comment ça se fait qu’une radio comme skyrock ait pas de DJ ?! y a pas de DJ ! Y a que Cut Killer…

Teo -C’est les émissions spés.

Spleenter -Et en plus, Cut Killer c’est le survivant. Le mec c’est un dinosaure.

Teo -À l’ancienne, ils en avaient un à eux. Un mec qui devait s’appeller DJ Skape et qui servait à rien ! C’était avant qu’ils aient les émissions spés.

Spleenter -Mais tu sais quoi ? Ça devait être le mec qui datait d’avant le rap de skyrock. Ça devait être le mec qui enchainait quand ils passaient du rock ou des trucs comme ça.

Teo -Le disque jockey !

Allstarzz -Vous avez bien vu dans le reportage. (rimes et châtiments) C’est Tabatha Cash qui a ramené le rap à skyrock.

Spleenter -Tabatha Cash et les pourcentages de Jacques Toubon. Ils devaient passer tel pourcentage de musique française, ils se sont retrouvé avec le rap.

Allstarzz -C’est ça qui nous a sauvé, un peu.

Express -Sans le rap français, pour eux, c’était mort. Fallait qu’ils trouvent un truc.

Teo -Y a aussi eu la coupe du monde 98, la récupération de la france black-blanc-beur. Parce que moi, je me souviens qu’y a eu un changement. (attention, séquence émotion) Je suis arrivé au collège, c’était « Sale espagnol, retourne dans ton pays. » D’un coup, la france gagne…

Express -On te disait ça ?

Teo -Ouais, mais j’ai grandi dans un bled d’arriérés, t’imagines même pas.

Allstarzz -Quand je vois ta tête, j’imagine pas que t’as subi de la discrimination.

Teo -Je me doute ! Mais c’était plus à cause de mon nom de famille. Il devait être chelou pour eux… Parce que c’est un nom de famille français mais hispanisé. C’est une histoire de famille, ils étaient partis vivre en Espagne, le nom a changé, ils l’ont gardé.

Spleenter -Ils ont dû tuer des gens…

Teo -Mais du coup, pour là où j’étais…

Spleenter -T’étais un métèque du coup.

Teo -mais ouais. Mon frère il s’est fait traiter de bougnoule, moi aussi. (faut préciser que dans certaines régions, « bougnoule » veut juste dire « méteque » donc sale étranger et pas spécifiquement « sale arabe ». Par contre, si quelqu’un te dit ça, c’est un fils de pute, peu importe la région, ça ça change pas) T’imagines même pas, c’était des cons.

Spleenter – ça c’était dans le nord de la france ?

Teo -C’était dans la Manche. En Normandie…

Spleenter -Comme quoi, le nord de la france…

Allstarzz -Mais les mentalités changent.

Spleenter -Je sais pas. Je pense qu’y a toujours des merdeux.

Allstarzz -Ouais, comme partout.

Teo -Donc ouais, plein la gueule en première année de collège. Et ensuite, france black blanc beur, france plurielle.

Spleenter -On est tous copains.

Allstarzz -Dans les cités, ça fait longtemps qu’on était tous copains, en fait. On a pas attendu france 98. en tout cas, nous on habite dans le 19ème, on a toujours été avec des juifs, des arabes, des blancs, etc…

Teo -Je te crois. Mais chez moi c’était des arriérés. Chez nous tu deviens un homme à 13ans quand tu violes ta première chevre. C’est le passage rituel.

Allstarzz -Alors ? C’était comment une chèvre ?

Teo -C’est soyeux.

Allstarzz -Faut essayer les poules, alors.

Teo -c’est duveteux, les poules.

Allstarzz -Ça part en zoophilie l’interview.

Express -C’est bizarre.

Spleenter -On va repartir sur du sain, on va repartir sur DSK : Alors au niveau des tatouages, ça t’est venu comment ?

Express -les tatouages c’est venu comme ça. Au début, j’en ai fait un et voilà.

Spleenter -On va faire une interview OK Podium : Quel était ton 1er tatouage ?

Express -Le premier tatouage que j’ai fait c’était ça.

Spleenter -Donc déjà « Express » ?

Express -Ouais.

Teo -Ça t’es venu comment ? C’est quoi qui t’a donné envie ? Un personnage de film ? Sportifs ?

Allstarzz -Le rap, je pense.

Express -Ouais. C’est ça.

Allstarzz -Malheureusement, en france, nos seuls idoles c’était les rappeurs. Quand t’allumais la télé, c’était pour voir un mec comme toi. C’est chaud.
(Il dit ça à Teobaldo, que ça fait golri)

Spleenter -Tu m’étonnes.

Allstarzz -Donc après, nos premières idoles c’étaient le dealeur d’en bas de la cité ou le rappeur.

Express -Mais c’est vrai qu’à l’ancienne, les tatouages c’étaient pas comme aujourd’hui.

Allstarzz -C’est des oeuvres d’art si vous regardez bien.

Express -C’est à la mode aussi, tu vois ? Y a des petits qui viennent, ils veulent faire le cou direct.

Spleenter -Après t’as aussi des Wiz Khalifa.

Allstarzz -En france, on a Swaggman.

Spleenter -Ce mec me fait de la peine. Mais de la vraie peine.

Teo -Mais vraiment.

Allstarzz -C’est son bizness, je pense.

Express -Chacun son créneau.

Spleenter -Mais apparemment, il a une belle vie.

Allstarzz -Ouais, apparemment. Mais il a pas une si belle vie que ça. Si tu veux tant que ça être connu c’est que t’as quelque chose à vendre. Il doit pas être si riche que ça. pourquoi il veut faire un album ? Pourquoi il cherche un producteur ?

Express -Tu penses qu’il est riche, toi ?

Spleenter -Ouais, je pense.

Allstarzz -Mais qu’est-ce qu’il se prendrait la tête alors ?

Spleenter -C’est pour ça que je dis qu’il me fait de la peine. Je pense que ce qu’il y a derrière c’est que : oui le mec a une vie de merde, mais pas parce qu’il est pas riche. C’est juste qu’il a une vie de merde.

Teo -Moi il me fait de la peine parce que quand tu le vois, quand tu l’entends parler, t’as vraiment l’impression que c’est le mec le plus seul au monde. Il a jamais eu d’amis…

Allstarzz -J’ai suivi son histoire, je crois qu’il a dit dans un reportage qu’il était enfant de la ddass ?!

Teo -Ouais. Je crois.

Spleenter -C’est du mytho. Il est plus jeune que moi et il est passé, en 4ans, de « je dors dehors » à « j’ai un appartement sur les Champs »…

Allstarzz -C’est le rêve américain… C’est comme le mec qui chantait au feu rouge et qui est devenu animateur radio.

Express -En france, ça existe pas ça !

Spleenter -Ça existe pas.

Allstarzz -C’est pas le rêve français.

Spleenter -Il est troué le rêve français.

Express -Il se transforme en cauchemar.

Allstarzz -Sinon, t’as vu, les tatoos c’est un mode de vie, quoi. Comme on dit tout le temps, c’est une drogue. D’abord t’en fais un.

Express -Ensuite il t’en faut un 2ème. C’est bien quand c’est un tatouage perso, quand ça a un sens.

Spleenter -Bah oui, c’est pas une décalcomanie.

Express -Y en a qui arrivent carrément chez le tatoueurs, ils savent même pas ce qu’ils veulent…
Ils regardent le truc « Ah ouais, celui là, pourquoi pas ? » Tu vois ? Après, je sais pas, chacun son truc… Mais un tatouage c’est pour la vie.

Allstarzz -Quoique maintenant, tu peux te les faire enlever au laser.

Teo -Je connaissais quelqu’un qui avait fait ça. Mais tu voyais toujours bien la trace d’une feuille de canabis sur le mollet… Même si ça avait été enlevé.

Allstarzz -Ça a été mal fait, alors. Parce que Pharrell a enlevé son bras, y a plus rien.

Spleenter -Ouais mais après, c’est Pharrell Williams aussi.

Express -Il a pas dû prendre le même truc.

Teo -C’est les lasers de la nasa qu’il peut se payer. Et la Swaggtape 2 ? Vu que la 1ère c’était retrospective, tu vas mettre quoi sur la 2e ? Que des inédits ou y a d’autres vieux sons que t’as pas remis sur la première ? Ou c’est aussi des trucs que tu poses spontanément et que tu gardes pas sur l’album ?

Express -Y aura des titres comme ça, qui seront pas sur l’album. Mais y’aura peut-être aussi 1 ou 2 en exclu qu’on retrouvera ensuite sur l’album. Et aussi des faces B.

Spleenter -Des faces B de maintenant, donc ?

Express -Ouais. Françaises ou cainris…

Spleenter Ah ? Françaises aussi ?

Express -Ouais. Sur la première j’avais repris le son de Booba, Garcimore.

Allstarzz -En fait, le truc c’est qu’il a fait tellement de morceaux dans sa carrière, que des Swaggtape ont peut bien en faire 3 ou 4 volumes.

Spleenter -Franchement, faites le. Je sais pas si vous voyez Lil B ?

Allstarzz -Ouais.

Spleenter -Le mec inonde vraiment le net avec toutes ses webtapes, en plus c’est gratos.

Allstarzz -Y en a plein qui ont commencé comme ça. Comme Wiz Khalifa. Il a pété grave cette année, mais en fait si tu regardes sa carrière, le mec a je sais pas combien de mixtapes. mais même les grosses têtes, en fait. Ils font plein de mixtapes gratuites : Rick Ross, bah Dipset, pareil…

Spleenter -Justement, tout à l’heure, on disait qu’il fallait se différencier par rapport à la france. Si tu me dis que de quoi faire des tapes, des tapes, des tapes, inondez le net ! Je te dis pas d’en lâcher 10 dans la semaine.

Allstarzz -Ouais, je sais. Mais en même temps, aussi, faut qu’on bosse sur son album. C’est ça le truc.

Spleenter -Mais si les morceaux sont déjà prêts ?

Allstarzz -Oui, je sais, mais on veut pas trop parasiter le truc en fait. Tu vois ? Sortir 5 swaggtapes et le mois d’après, sortir l’album, ça rime à rien.

Spleenter -Pas tout en même temps, mais quand même gérer un petit truc.

Express -Il faut quand même qu’il y ait du brand-new, du nouveau. Faut qu’il y ait du frais. Même si y en a sur la Swaggtape 2, faut qu’il y ait quand même du frais. Là on est plutôt sur l’album.

Allstarzz -Parce que sur son album, il peut t’enregistrer 60 morceaux et n’en garder que 15.

Spleenter -Mais je te dis pas de sortir les trucs dont t’es pas satisfait.

Allstarzz -Même ça, satisfait, ça veut rien dire. Parce que des fois y a des morceaux qu’il aime pas que moi j’adore. Ou que moi j’aime pas et que lui, il adore. Ou que toi t’aime et que moi je déteste. Faut en donner un peu à tout le monde.

Spleenter -Mais ce que je voulais dire c’est, par exemple, tu vois Seno ?

Allstarzz -Ouais, Seno. Les Samedis Bâtards, c’est ça ?

Spleenter -Ouais. Tu sais, genre un morceau par semaine. Ça va pas vous tuer.

Allstarzz -Ça on verra.

Express -Mais c’est un bon concept. On balance un son, un son, un son et à la fin on balance la Swaggtape 2. C’est un bon concept. À chaque fois, faut trouver des nouveaux trucs.

Spleenter -Sauf qu’en plus, juste avec les mecs de Cambrai, vous avez de quoi faire.

Allstarzz -Ah oui ! Y a de quoi faire ! D’ailleurs y a un petit de chez nous qui va sortir un truc, il s’appelle Rhod Star.

Teo – celui qui a posé avec Koffi et un 3ème gars sur Clubbangers ?!

Express -Voilà.

Allstarzz -J’ai animé un peu sur la mixtape, elle s’appelle « Blow Grana. » En référence au Barça. Pareil, c’est le même concept que la Swaggtape, il a pris quelques faces B, des morceaux, il en a fait une net tape gratuite. Donc là y a plein de jeunes qui arrivent derrière à Cambrai. Y a pas que nous, y a un groupe qui s’appelle CBR, y aRhod Star, etc…

Spleenter -Ils ont posé avec toi, non ?

Allstarzz -Rhodstar, oui. Sur Summer in Paris.

Teo -L’Eté à Paris, alors ? Swagg ou pas swagg ?

Express -C’est dur parfois l’Eté à Paris.

Teo -C’est la première fois que j’entends un morceau où le mec dit « c’est l’Eté à paris, c’est frais. »
D’habitude c’est plus : « Putain… »

Spleenter -« ..On se fait chier ! »

Allstarzz -C’est la capitale, quand même ! Nous, le vrai Paris, on le fréquente pas vraiment, mais le vrai Paris, tu kiffes ! Demande à un japonais si il kiffe pas le vrai Paris ?!

Express -Y a toujours un plan, en cherchant.

Spleenter -Le vrai japonais qui kiffe Paris, il a des plans que nous on a pas.

Allstarzz -C’est pas les plans, c’est qu’il y a des endroits où lui il rentre et nous on rentre pas.

Teo -mais ils ont un problème au Japon : y a une nouvelle dépression nerveuse qui existe. C’est le blues de Paris, ou je sais plus quel nom exact.

Express -Y en a qui sont déçus, tellement Paris c’était un truc de ouf dans leur tête.

Teo -C’est ça. Ils se montent trop avec ça ! Déjà t’arrives à Charles De Gaulle, t’as une caillera qui vient prendre tes sacs.

Express -Ils se font voler.

Allstarzz -Rho ! les préjugés, le blavog. Arrêtez, c’est pas bien.

Teo -Mais c’est normal. T’as un japonais qui arrive, un touriste tout content, il est tout petit. Tu veux le tester : tu fais du karate toi ?

Express -Mais imagine les à gare du Nord…

Spleenter -Mais ça c’est arrivé à Odd Future, je sais pas si vous voyez ?

Allstarzz -Euh, non.

Spleenter -Bah tu sais quoi, je vais vous montrer. Tiens, fais une pause sur le dictaphone.

Teo -T’es plus proche.

Spleenter -Ouais mais je sais pas comment marche ton truc.

(Et Spleenter leur montra une video des Odd Future en live chez Jimmy Fallon. Allstarzz et Express assimileront Odd Future à un nouveau mouvement : du hard métal rap. Ensuite on partira sur autre chose)

Spleenter -La 1ère fois que j’ai vu ta gueule, du coup, ça devait être sur le making of de Fuck Gyneco.

Express -Sur Booska P.

Spleenter -Sur Booska P, qui a disparu.

Express -Du jour au lendemain.

Allstarzz -En fait, l’histoire, c’est que cette compil « Explicit Politique » était financé par une association.

Spleenter -Ah d’accord ?! Parce que ce que nous disait Koffi c’est que ça avait pas pu passer, déjà parce que des émissions spés étaient tenues par des anciens du Secteur Ä. Donc même si eux disaent ouvertement : « Doc Gyneco à déconné » ils passaient pas le son.

Allstarzz -Je peux pas te confirmer ça, vraiment. Ce que je sais c’est qu’à la base cette compil a été faite par une associativement, donc à la base c’était vraiment un truc accès sur la politique. Nous on était vraiment le morceau ovni de la compile.

Spleenter -Mais vous étiez le premier clip. Vous êtes pas le seul, y en a peut-être eu d’autres mais personne les a calculé.

Allstarzz -Mais à la base, je sais pas si tu l’as eu dans les mains, mais le morceau est caché.

Spleenter -Ouais, c’est après la dernière piste.

Teo -Après XPlosif Click.

Allstarzz -Donc à mon avis, les mecs ont pas voulu se brouiller avec l’association. Moi, je pense que la raison c’était plus ça : Comme c’était une association qui avait financé le projet, ça le faisait pas pour eux d’avoir un morceau « on fuck Doc Gyneco ! » c’était pas ça le concept de la compil.

Spleenter -Ouais, mais n’empêche qu’ils ont quand même choisi de le mettre en avant.

Allstarzz -Non, même pas.

Spleenter -Mais alors, Booska P sont venus comment ?

Allstarzz -Le morceau a pris une ampleur, même eux s’attendait pas à ça. La compil a vendu grâce à ce morceau déjà, à la base. C’est ce morceau qui a fait connaître cette compil.

Express -Ils savaient même pas ce que ça allaient donner quand on a fait le morceau. Après, ils ont kiffé. Quand ils ont kiffé, on s’est dit qu’on allait faire le clip. On l’a fait entre nous le clip.

Allstarzz -Voilà. Le morceau commençait à prendre du buzz, du buzz… À un moment, tu peux plus arrêter la machine. C’était lancé. Donc ils avaient plus le choix, en fait. Et le clip en a remis une couche. Et le clip c’est retrouvé dans Menace sur la planète rap 2, dans le DVD. Parce que ça avait fait un buzz.

Express -Y a même des mecs qui me reconnaissaient. Mais après, Booska P ont enlevé la video.

Allstarzz -Parce que l’équipe de Booska P était sur le tournage. Ils sont venus sur le clip, mais y a quand même une question d’oseille. Booska P c’est pas gratuit.

Spleenter -Vous avez payé pour ce truc ?

Allstarzz -Non, on a pas payé !!… Mais à un moment, si tu payes pas, tu vas pas rester un mois !

Spleenter -Même à l’époque ? Parce qu’à l’époque ils en étaient pas là où ils en sont maintenant.

Express -Tu payais quand tu voulais être sur la page. Mais c’était pas reuch’. À l’époque c’est vrai que t’allais les voir et tu leur demandais juste.

Spleenter -Attends. C’était pas reuch ? C’était combien ?

Express -Je sais plus. On m’avait parlé de 200€, 300€. C’était pour la bannière, tu sais.

Spleenter -Ça a bien changé…

Express -Bah oui !

Spleenter -Les trucs que les rappeurs disent aujourd’hui c’est plus proche de1 500 d’abord, 1 500 après… Je crois que c’était ça, ce que disait Sazamyzy.

Teo -Je me souviens d’un truc comme 30 000…

Spleenter -Bah non, ça fait 3 000.

Teo -Ouais, je me souvenais que c’était avec un 3 et que c’était beaucoup… (les Espagnols et l’économie résumé en une seule phrase)

Express -Sur Booska P, si t’y vas, maintenant, y a du foot, y a du je sais pas quoi…

Ça a changé Booska P…

Teo -Tu comptes l’axer comment, ta promo ? T’as zikaload déjà et quoi d’autre, sinon ?

Express -C’est surtout internet, pour ça, tu vois ? Et on va essayer de se déplacer, d’aller en province, de faire des trucs qu’on a pas trop fait encore. On l’a fait mais pas beaucoup…

Teo -Des showcases ? Des concerts ?

Express -Ouais. Parce qu’on a des petits contacts aussi, on peut le faire. Mais voilà… C’est de l’organisation. On en a déjà fait un peu. C’est pas le truc numéro 1, parfois la vie appelle d’autres priorités, mais on fait avec…

Spleenter -Et c’est quoi ton rapport à la scène ? Tu kiffes ? Parce qu’y a des mecs qui sont plus studios, d’autres plus concert…

Express -La scène, franchement, c’est bien. Moi je kiffe. C’est pas de la rigolade, tu vois ?
Je pense que la scène, c’est un truc à maitriser, à bosser.

Spleenter -Ouais, tu vas pas juste te ramener et rapper ?

Express -Non, ça c’est pas intéressant. Ça veut dire que si je retourne sur scène, à cette heure ci, ce sera pour faire des trucs que j’ai pas fait avant. Des trucs carrés et bien.

Allstarzz -Donner quelque chose au public. On va pas venir se foutre de la gueule des gens.

Spleenter -Toi, t’as déjà fait de la scène ?

Allstarzz -Oui, oui. Ça m’est déjà arrivé. Pas avec Express mais peut être par la suite. On verra. De toute façon, vu comment c’est la musique maintenant, t’es obligé de faire de la scène. C’est ça qui va te permettre de vendre ta musique. Donc on va essayer d’avoir quelques plans, c’est prévu de toute façon.

Spleenter -Et tu te sens à l’aise sur scène ?

Allstarzz -Ouais ! Tu sais, quand on est artiste…

Spleenter -T’es pas forcément en mode DJ : Un mec qui gueule dans son micro tout le temps ou t’as rodé la scène ?

Allstarzz -les 2, les 2 ! Je l’accompagne, on voit ça au feeling. Ça se prépare, comme il dit.

Express -Il a pas vraiment d’étiquette mais il est là.

Allstarzz -Moi, je suis un peu touche à tout.

Express -Il est devant, derrière, il est partout.

Spleenter -Hin hin hin ! Non, on rigole parce que ça fait très porno…

Teo -Ouais, c’était un peu ambigu, vite fait.

Spleenter -Tu feras un montage.

Allstarzz -Ça c’est vos histoires. On vous a déjà dit, on est pas homophobes mais voilà…

Express -Tu vois le film very bad trip ? Le 2 ?

Spleenter -Ah le 2 ?! Tu l’as vu ?

Express -Ouais. Je viens de le téma, j’ai golri. Tu vois le mec qui a un tatouage ?

Allstarzz -Ouais.

Express -La tête de oim, il lui arrive des trucs…

Allstarzz -Mais me raconte pas, je vais le voir.

Spleenter -Il faut pas lui dire.

Express -Mais c’est des trucs de ouf ce qui lui arrive ! J’ai golri !

Spleenter -Tiens bah d’ailleurs ! Des références en films ?

Express -Y a pas de style particulier, j’aime un peu tout. Déjà, comme je suis Antillais, y a « Rue case nègres. » Je suis obligé de te dire ce film. Un Antillais qu’a pas vu ce film, je comprends pas…

Allstarzz -D’ailleurs il est repassé y a quelques jours sur France Ô.

Express -Ouais, je sais. Quand je regarde ce film, c’est un truc de ouf. Je pense à ma grand mère, je pense à la vraie Martinique. Tu vois, c’est un bète de film ! En plus il est réaliste, un truc de ouf ! Sinon, j’aime de tout : Les films cainris, les séries, etc…

Spleenter -Et si tu devais faire, on va dire, un top 5 ? Or Rue case negres.

Express -Or Rue case negres ? Bah je suis obligé de te mettre les DeNiro et compagnie. C’est surtout des films comme ça.

Spleenter -On va faire le test : est-ce que je suis encore une fois le seul à avoir vu « Il était une fois en Amérique » ?

Express -Non. Je l’ai vu, moi, celui là.

Spleenter -Voilà ! Comme quoi ça existe !!…

Allstarzz -Bah vous êtes 2 à l’avoir vu, alors.

Teo -Bravo.

Express -Non mais c’est un bête de film.

Allstarzz -C’est avec qui ça ?

Spleenter -C’est avec De Niro, Joe Pesci, déjà. C’est l’ancêtre de tout !

Allstarzz -Ah mais moi je suis plus « J’ai oublié les clefs de ma bagnole », des trucs comme ça.

Teo -« Les clefs de bagnole » ? Le truc de Laurent Baffie ? C’était bien con, ça.

Allstarzz -Ou « Viens chez moi, j’habite chez une copine. »

Spleenter -J’ai cru que t’allais sortir du « Menace (II society). »

Allstarzz -Non, mais non ! Ça c’est de la rigolade ! Les vrais films c’est avec Pierre Richard.

Spleenter -Ah ouais ?! Donc t’es vraiment à l’ancienne, toi ?

Allstarzz -Je suis un mec à l’ancienne, comme Jean Gab’1. Non, je rigole, j’aime bien ce genre de film là mais « Menace » c’est un classique. « Boys n the hood », « Set it off » le Prix à payer en français, y a quoi d’autre encore ?… Je suis pas trop cinéphile, à la base. Moi, c’est plutôt la musique. Je suis un malade de la musique !

Spleenter -Et là, par exemple, vu que vous êtes plutôt West, vous le sentez comment le Detox. Ça fait un bon moment que c’est repoussé, repoussé, repoussé, repoussé… Y’a eu un 1er single qui puait la merde !

Allstarzz -Ah ouais ?! Kush !? T’as pas aimé, toi ?

Spleenter -Je te parle pas de Kush, je te parle de l’autre.

Allstarzz -Ah l’autre ? J’aime pas, mais le clip est magnifique.

Spleenter -ouais, le clip, esthétiquement.

Allstarzz -I need a doctor, c’est ça ?

Express -On attend un peu beaucoup, aussi. Y aura forcément de la déception !!…

Allstarzz -c’est le Docteur, hein ? T’es obligé de l’attendre ! J’espère qu’il nous sortira vraiment un truc de ouf.

Spleenter -J’espère.

Allstarzz -Ca va faire comme le syndrome de Paris, le syndrome de Detox.

Express -On verra, de toute façon. Y’aura sûrement 1 ou 2 pépites.

Allstarzz -C’est Dr Dre, quand même !

Express -Il a sa touche.

Allstarzz -Ouais. Mais mon rêve, ce serait un Chronic comme le premier.

Express -Y aura pas de Up in smoke numéro 2 et tout ça.

Allstarzz -C’est fini, ça.

Spleenter -Je suis dégouté de l’avoir loupé. Enfin, loupé… être limité à la vidéo quoi.

Allstarzz -Ça c’est un concert que j’aurais fait. Ça et un concert de Michael Jackson.

Express -Ou Tupac, mon frère !

Allstarzz -Non, même pas Tupac. Je sais pas pourquoi… Moi c’est vraiment ça et Michael Jackson ! Et faire aussi, un jour, un summer jam.

Spleenter -En tant que quoi ? En tant que DJ ou…

Allstarzz -Non ! Spectateur !

Spleenter -Et par rapport à la mort de Nate Dogg ?

Allstarzz -Quand il est mort, on découvre que le mec c’était une balle alors qu’on le savait déjà. C’est la vie, hein ?! Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?

Express -C’est la fin d’une époque.

Allstarzz -Il aura laissé des classiques derrière lui. Qu’est-ce que tu veux que je te dises sur sa mort ? Qu’il repose en paix.

Express -Ouais, voilà. C’est fini. C’est comme ça…

Spleenter -Parce que sur « Kush » y a un mec avec la même voix.

Allstarzz -Y a ce fameux débat !

Express -On dirait Nate Dogg.

Spleenter -C’est un mec qui lui ressemble. Apparemment qui tente de lui ressembler mais dans les crédits, t’as pas Nate Dogg.

Allstarzz -Voilà ! C’est un débat que j’avais avec Express et autre gars. Je leur dis « Je pense pas que c’est Nate Dogg… »

Spleenter -Non, c’est pas Nate Dogg. C’est un mec qui est entre Timbaland et Nate Dogg niveau voix.

Express -On dirait, pourtant…

Allstarzz -J’avais même pensé qu’ils avaient samplé, carrément, la voix.

Spleenter -Non, non.

Allstarzz -Mais c’est vrai, ça y ressemble beaucoup.

Spleenter -Tout est fait pour !

Allstarzz -Tu l’as le vrai single, avec les crédits ?
(Spleenter ne comprendra jamais que cette question est pour lui)
C’est ça maintenant, avec les MP3, tu peux plus voir les crédits…

Spleenter -En même temps, je crois qu’en france, personne n’a ce crédit là.

Allstarzz -J’avoue. De toute façon, il est même pas sorti en single, en vrai ?

Spleenter -Dre a dit que ce sera même pas sur l’album. Mais tu sais, si le mec avait eu que des retours : « Ouais, c’est de la tuerie ! » il aurait fait : « Ouais, c’est sur l’album, t’inquiète ! »

Allstarzz -La basse sur Snoop est magnifique. Comme d’hab.

Express -Ouais mais y a Akon aussi. Akon, il nique un peu le délire.

Allstarzz -C’est ça qui refroidit les puristes. Mais pourquoi Akon ? Normalement c’était Nate Dogg !
Mais bon… Le mec, ça faisait 2ans qu’il était à l’hopital.

Express -Et faut s’adapter. Même Dre taffe avec des nouveaux.

Allstarzz -Ouais mais j’ai entendu plein de puristes dire ça. L’autre fois je voyais une interview de Fabrice Eboue : « Alors ? Qu’est-ce que t’en penses ?
-Franchement, il est chanmé ! Mais je vais faire le vieux mec. J’aurais préféré qu’y ait Nate Dogg, dessus. »
Mais c’est plus les anciens qui disent ça.

Spleenter – Franchement, même pas. Parce que t’as juste à écouter le Chronic de 2001, forcément Nate Dogg va te manquer.

Express -C’est sûr.

Spleenter -Et puis si t’écoutes ce qui vient après Kush, c’est encore pire.

Allstarzz -Le morceau « I need a doctor » j’aime pas. Mais le clip, je le trouve trop magnifique ! Des images à l’ancienne et tout !!… Franchement, il est beau le clip.

Express -Ouais mais les gens attendent pas des morceaux comme ça venant de Dre, tu vois ?

Allstarzz -Il va pas te faire du Chronic 1 toute sa vie, aussi… Faut évoluer avec le temps.

Spleenter -Ouais mais même quand tu prends ses dernières meilleurs prods.

Allstarzz -C’est à dire ?

Spleenter -Tu prends à partir de « In da club. »

Allstarzz -Mais y a aussi des trucs pas sortis. Il était en studio avec Dipset.

Spleenter -Ouais, j’ai vu les photos.

Allstarzz -Je sais pas ce qu’il leur avait préparé, mais Jimmy avait l’air sur un nuage ! Faut attendre. Mais dans les dernières prods qu’il a faite : Kush !

Spleenter -OK pour Kush. C’était sa toute dernière, mais si tu remontes avant ?

Allstarzz -Il en a posé dans le dernier album de Game. Mais ça remonte à quand ?

Express -C’était sur le premier. Avec Fifty aussi.

Spleenter -Après, il était plus avec lui. C’était du Scott Storsh.

Allstarzz -Ouais mais Scott Storsh, c’est Dre en vrai.

Spleenter -C’est lui qui a fait le piano dans Still. Donc ouais.

(Ensuite, une chaussette fait son irruption dans la conversation)

3 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Interview d’Express avec DJ Allstarzz (1/3)

Après Koffi Trop 2 Style du groupe Absolut Treepsal, on interviewe un autre bon rappeur venu aussi du 19ème.
Le 75019 c’est un vivier de bons rappeurs dont tout le monde se fout, ça tombe bien, nous on est pas tout le monde, on est le Blavog. Et quand y a un rappeur avec un style frais et prenant des risques, on écoute.

Et le Blavog interview Express, qui est venu avec DJ Allstarzz et Sukre (le frère d’Express) à qui on a posé des questions aussi parce que c’est comme ça.
Nul ne nous échappera.

Teo -On est avec Express, donc on va commencer par le début. T’es du 19ème, est-ce que tu peux nous dire avec qui t’as commencé, tu connais qui, etc… ?

Spleenter -Et c’est où dans le 19ème ? C’est toujours Cambrai comme toute la clique ?

Express -Ouais, la source.

Teo -Y a que Cambrai dans le 19ème ? Vous vous mélangez pas avec les autres ou quoi ?

Express -C’est vrai, y en a beaucoup qui viennent de Cambrai, on nous a souvent reproché ce truc là. On s’est pas assez mélangé, peut-être. Je sais pas. Dans le 19ème, y a beaucoup de rappeurs, partout, mais c’est vrai que dans notre coin, c’est différent.

Allstarzz -En fait, nous on est l’école juste après Oxmo et tout ça.

Express -La nouvelle génération.

Spleenter -Vous êtes de la même génération que les Ghett Diip. Ghett Diip ils sont aussi de Cambrai ?

Allstarzz -Ouais.

Spleenter – vous avez jamais pensé faire un truc style « Cambrai allstars » ?

Allstarzz -Si. Y a eu un truc comme ça. En fait, le premier projet qu’on a fait qui s’appelait « Le Parizien. » Tu vois la compil ?

Spleenter -C’était là où il y avait le truc contre l’OM  ?

Allstarzz -Voilà.

Express -C’est un peu une compilation de Cambrai et de tous les mecs qui tournent autour.
Et 10ans après, c’est un peu toujours les mêmes gens même si chacun fait sa vie. Y en a qui on arrêté, qui ont continué, qui ont pris d’autres chemins. Mais bon.

Spleenter -Ça vous a jamais dit de faire un truc un peu comme Mafia K1 Fry ? Carrément un album, pas une compil. Avec des morceaux collectifs. Pris séparément, vous êtes pas spécialement connus, mais ensemble ça peut faire un bon truc.

Allstarzz -Tous les groupes parisiens, tu veux dire ?

Spleenter -Non, non. Que Cambrai.

Allstarzz -C’était ça le principe du Parizien, la première compil, à la base.

Spleenter -Ouais, mais en tant que collectif, faire un album…

Allstarzz -Ah ! Mais c’était un peu le principe d’Absolut Treepsal.

Express -C’était un peu la suite de Treepsal. Y a eu Treepsal, y a eu le Parizien, ensuite y a eu Absolut Treepsal, c’était un peu la suite de tout ça. Puis voilà, comme je t’ai dit, y a eu les histoires, y a eu beaucoup de trucs, tu vois ? C’est compliqué de réunir tout le monde à chaque fois. Surtout sur un gros projet. Après, peut-être que ça se fera, je sais pas.

Teo -On a l’impression que vous êtes tous potes, qu’y a une bonne cohésion.

Alstarzz – À la base on est des potes d’enfance. C’est pas parce que parfois tu nous vois pas sur le morceau de Koffi que…

Express -Si ça se trouve, je suis au studio quand il pose. On soutient, c’est la famille, mais c’est compliqué d’organiser un truc et, surtout, qui va l’organiser ? Et Comment ? Mais pourquoi pas un Parizien numéro 2, on en parle parfois…

Teo -On a l’impression, comme nous disait Koffi (allez lire son interview), que dans le 19ème, après Oxmo et Pit, qu’il y a eu un passage à vide. Sur ta Swaggtape y a le « Retour du 19 dans le game. » Vous avez vraiment envie de porte le 19ème, de le ramener sur la carte ?

Allstarzz -Passage à vide médiatique !

Express -C’est vrai qu’à part les vrais mecs comme vous, les mecs qui nous connaissent, on est pas connu.

Teo -C’est pour ça qu’un projet collectif, je pense, ça pourrait vous faire plus connaitre. Déjà si y a les Ghett Diips, ça ramène le public des Ghett Diips. Absolut, pareil. Et même toi, même si t’es pas le plus « connu », t’as des supporters. Donc si vous mélangez tout ça, déjà ça ferait une vue d’ensemble.

Spleenter -Et faudrait ramener Joe Lucazz, même si il est pas de Cambrai.

Allstarzz -Ouais mais il est autour.

Express -On le connait depuis. C’est l’équipe.

Spleenter -Et justement, par rapport à ça, Koffi avait sa théorie dessus ; le fait qu’on vous invite pas, qu’on vous voit pas trop, que vous soyez un peu les exclus de Paris, ça vient d’où ?

Express -C’est compliqué ça. C’est vrai que les gens, quand ils nous voient, ils font comme si on était potes et tout ça mais ils oublient de nous appeler, des fois. Mais bon, qu’est-ce que tu veux ?
Nous, aussi, on a beaucoup voulu faire nos trucs tout seul. Jamais rien devoir à personne.

Allstarzz -Après, t’as vu, c’est un bizness le rap. Les gens préfère inviter quelqu’un qui peut rapporter quelque chose médiatiquement. Nous on est pas forcément le groupe le plus connu de Paris. Donc peut-être que ça intéresse pas tout le monde. C’est pour ça qu’on fait nos trucs de notre côté et quand ça pète, ça pète ! c’est quand tu pètes que les gens viennent à toi. C’est à nous de le faire, justement.

Express -Mais plusieurs fois, on a eu les petits buzz par rapport à des morceaux comme celui sur Gyneco ou le truc de Marseille. On aurait pu… Mais il y a beaucoup d’aléas qui sont pas forcément musicaux…

Teo -C’est ce qui vous a fait le plus connaitre, c’est peut-être ce que tu dis là, les trucs sur Gyneco et les Marseillais.

Express -Exactement. En plus, c’est des morceaux qui sont fait dans un délire.

Spleenter -C’est plus des coups de têtes ?

Express -Ouais, voilà. Exactement.

Allstarzz -C’était pas calculé. C’était pas des choses pour faire un buzz. À la base, Koffi il a expliqué, mais y a une autre explication : sur ce morceau, le délire de la compil, c’était de parler de politique. Au mec qui faisait la compil, on lui a dit qu’on voulait se démarquer de ça comme on était pas vraiment calés dans la politique. Nous, le truc qui nous avait le plus dérangé dans le truc de Doc Gyneco, c’est pas une question de partir à l’UMP. On s’en fout, chacun fait ce qu’il veut, tu vois ?

Express -En fait, tu sais comment ça s’est passé ? Je revenais du pays. J’étais là bas, en Guadeloupe et on m’a montré la maison de Doc Gyneco en Gwada. Et j’étais content, je me disais que les mecs quand ils sont au bled, ils sont bien. Tu vois, ça faisait plaisir. Moi, Gyneco, j’ai écouté.

Spleenter -Mais tu le dis en plus dans le morceau.

Teo -Et que tu le connais déjà depuis v’là le temps.

Express -Voilà. Et quand je suis rentré, direct y a eu l’histoire.

Allstarzz -« Les banlieusards c’est des clowns. »

Express -À ce moment là j’ai repensé à ça. Je voulais pas faire un truc politique.

Allstarzz -C’est plus ça qui nous a dérangé. Mais le côté genre il est parti à l’UMP, mais nous on s’en fout de tout ça. Mais crache pas sur les gens. Parce que nous on a acheté tes CDs. Jusqu’à maintenant, moi je le dis, si tu me demandes un classique du rap français : Première consultation. Il sera dans les 5 premiers, tu vois ? Pour moi c’est un classique.

Spleenter -Y en a beaucoup qui disent ça. Sauf certains.

Express -Ouais mais chacun ses goûts.

Allstarzz -Le clash c’était juste pour ce côté là, mais sinon, le reste, ce qu’il fait… On respecte son travail. Il a fait avancer le truc, quand même. Il a ramené un nouveau délire.

Express -Après on nous met direct dans le truc clash. Mais en vrai, on fait pas les clasheurs.

Allstarzz -Pareil pour le morceau avec Marseille. On était jeunes…

Spleenter -Ça c’est suite à la phrase de Bouga.

Allstarzz -Et encore. On s’est aperçu qu’en vrai il disait même pas ça, tu vois ?

Spleenter -D’ailleurs, je sais pas si vous avez vu, mais dernièrement il a fait un clip.

Allstarzz -Un morceau sur Paris, ouais.

Express -J’ai pas capté le concept. Est-ce qu’il taille ou est-ce que…

Spleenter -Non, non. C’est pour la BO d’un film. Enfin un street film, quoi. Le concept, en gros : Les mecs ont pris le gars le plus étiqueté « anti-Paris » pour lui faire faire un morceau sur Paris. Et à la fin, il a le maillot du PSG.

Allstarzz -Mais ça reste de la musique, hein. Le morceau on l’a fait quand on était jeunes, on avait 20ans. On était fous.

Spleenter -C’est un truc que vous pourriez faire, pour un délire ? Aller à Marseille et mettre le maillot de l’OM ?

Allstarzz -Si y a un gros chèque à la clé !

Express -Mais en vrai, nous, on est pas des mecs fermés, je te dis la vérité.

Allstarzz -On s’en fout de ça. On écoute du soprano, on aime bien. C’est juste un délire.

Spleenter -T’écoutes du Soprano ?!

Allstarzz -Ouais.

Spleenter -Carrément ?! Faut y aller quand même !!…

Teo -Effectivement, vous êtes très ouverts.

Spleenter -Tu m’aurais dit le Rat Luciano, encore, je comprends.

Allstarzz -Ouais ! Mais je te parle de trucs de maintenant. C’est pour te dire, en gros, qu’on est pas anti-Marseillais. Ça reste de la musique. Même quand on supporte le PSG. Sinon on s’en fout de tout ça, nous on est là pour faire du biz.

Spleenter -D’ailleurs, vous avez pensé quoi du truc par rapport au Parc ?

Allstarzz -Express va mieux te dire, il est plus dans le délire supporter.

Express -Le truc sur les abonnements et tout ça ?

Spleenter -Ouais.

Express -T’as vu, les ultras, les vrais, ils te diront que c’est relou. Moi, personnellement, j’ai jamais été abonné. J’allais au Parc, on m’emmenait quand j’étais petit, c’est pour ça. Je suis un Parisien, t’as vu. Mais réellement, je m’en bats les couilles de ça. Le truc bien, c’est qu’au moins y a plus de skins comme à l’ancienne. Quand on était jeune, je me suis déjà fait insulter, c’est relou. Les histoires de skins au parc, tout ça c’était relou.

Allstarzz -Et ça salit l’image de la capitale. C’était ça surtout.

Express -On est à Panam et jusqu’à aujourd’hui y a des histoires comme ça, c’est chaud… Enfin, c’est pas pour ça que y aura plus de skins. Ils seront toujours là même si ils sont plus en rangers.

Allstarzz -C’est bête, pour du foot, toutes ces histoires.

Express -Mais là, par contre, les arabes « arab money » ils ont racheté Paris, ça c’est bien.
Là on est content. Tu vois le délire ? Arab money…

Teo -Tu penses qu’ils ont fait une bonne affaire ?

Express -Ce que je sais, c’est que du moment qu’ils lâchent l’oseille, qu’ils ramènent des joueurs, on est content.

Teo -C’est peut-être pas ça le problème de Paris. Parce que des joueurs, y en a eu, en passant par les Ronaldinho, les je sais pas qui. Y en a eu des bons joueurs.

Express -Ouais, c’est vrai.

Allstarzz -Après, c’est le club de la capitale. On a plus la pression qu’un autre petit club, c’est normal. C’est comme ça, c’est Paris.

Express -C’est même pour ça qu’ils sont venus les reubeus. Ils s’en battent les couilles du championnat de france. Mais Paris, c’est Paris, t’as vu ?!

Spleenter -On va repartir au début. Comment t’as commencé le rap ? Et les influences et tout ça.

Express -Les influences, comme tous les jeunes de mon âge, on est tombé dans le rap, on s’est mangé une baffe. Moi, au début j’étais pas rappeur.

Teo -T’as quel âge, d’ailleurs ?

Express -Je suis né en 79, j’ai 32 balais bientôt.

Allstarzz -Pour l’anecdote, il s’appelle Express…

Spleenter -Par rapport à Express D.

Express -Mais c’est pas moi qui ai choisi. C’est mes potes qui m’ont appelé comme ça.

Spleenter -Parce que tu te la butais à Express D.

Express -Voilà. Je sais pas. Y a plusieurs histoires. Mais Express c’est comme ça qu’on m’appelle, tout le monde. J’ai pas spécialement choisi.

Allstarrz -Parce qu’y en a qui s’attendent à un mec qui rappe vite. À cause du nom.

Spleenter -Ah, c’est clair qu’ils peuvent être déçus.

Allstarzz -Mais au début, c’est ça. Il écoutait tellement d’Expression Direkt qu’on l’appelait déjà comme ça.

Express -Au début je rappais pas, moi. C’est Koffi, même Krem… Krem c’est mon voisin de pallier. C’est le pote de mon petit frère à la base. Et lui il rappait. Moi je rappais même pas à cette époque là. Mais j’étais là, en studio. On a toujours kiffé le peura, tu vois. Après, un jour, j’ai lâché un couplet et puis voilà. Ceux qu’étaient claqués, ils étaient zappés ; et ceux qui passaient, ça passait.
Donc c’est que mon truc il est passé. Et voilà : j’étais un rappeur, c’est tout.

Teo -Comme ça. Carte de membres poinçonnées : rappeur.

Spleenter -Au niveau us, les influences ?

Express -Nous, c’est plus la West Coast, je vais pas te mentir. du Snoop, Dre…

Allstarzz -Bone Thugs…

Spleenter -Bone Thugs aussi ?

Express -Ouais.

Spleenter -mais toi t’es pas trop roulements, tout ça ?

Express -J’ai été. J’ai fait un peu de tout, moi tu sais. Et au début, j’ai commencé à chanter. Parce qu’avant y avait pas La Fouine et tout ça. Mais nous ça faisait longtemps qu’on faisait des trucs comme ça.

Allstarzz -C’est vrai que quand il est arrivé avec ça, ça se faisait pas.

Spleenter -Tu dois être le seul mec en france à avoir chanté sur un clash.

Express -Tu vois ?! Mais nous, c’est ça. On prend des risques. En tout cas, on a pas de limites.

Teo -Et ce délire d’avoir un flow un peu chanté, c’est venu comme ça ?

Express -C’est venu naturellement. Avec les trucs West qu’on écoutait, c’est toutes ses influences là. Et puis pas que ça, parce qu’on écoute pas que ça non plus. Moi, je suis à moitié Antillais. Ça se voit pas sur ma gueule, tout le monde me prend pour un rebeu ou je sais pas.

Teo -Ouais, c’est ce que j’allais dire.

Express -Ma mère elle est black, c’est une martiniquaise, et mon père il est blanc. Et voilà, moi j’écoute aussi du reggae, j’écoute de tout, tu vois ?

Spleenter -C’est vrai que je vois pas trop à qui te comparer. À part peut-être à Papillon, mais c’est pareil, il a les mêmes influences et aussi un peu le même genre de voix, un peu décalée. en france, tout ce qui est un peu influencé West ça a du mal à passer…

Express -Mais c’est aussi parce que, je vais pas te mentir, parfois les mecs se sont trop mis Westcoast. C’est à dire : il continue avec les sons comme à l’ancienne, comme Snoop. Mais le Snoop d’il y a des années. Alors que tu vois qu’aujourd’hui, Snoop…

Spleenter -Ouais, il a évolué.

Express -Tu vois ce que je veux dire ? Faut suivre le truc. C’est comme ça. J’ai même fait une coupe d’aujourd’hui. On suit le truc. Toujours à la page, on s’adapte.

Teo -Ça veut dire que t’avais des tresses collées à la Snoop quand t’étais jeune ?

Express -Non, non, non. Ça j’ai jamais pu. Donc dans les influences : Bone Thugs, Dipset beaucoup, Snoop…

Spleenter -Faut dire que Dipset, dans mon souvenir, vu que je suis quand même plus jeune, c’était les seuls de New York mais qui mixaient tous les styles. Ils faisaient du south avant que le sud pète.

Express -Mais bien sûr !

Allstarzz -Mais voilà. Ils reprenaient des trucs, ils ont repris Master P, déjà à l’époque.

Express -Ils pouvaient reprendre des délires West, y a pas de soucis.

Spleenter -Et d’ailleurs, ils étaient détestés par les puristes.

Allstarzz -Ouais voilà ! Ils aimaient pas Cam’Ron. Mais ils ont ramené un truc ! Tu vois les histoires de vendre ses mixtapes dans la rue, c’est eux.

Express -Ils essayaient d’être originaux. dans le rap français, ils sont beaucoup à faire la même chose. dés qu’y a un truc à la mode, ils veulent tous le faire. le mec à la mode qui fait du son, tout le monde veut son son. La pochette c’est le même mec. Ils veulent tous les mêmes trucs ! Un peu dommage.

Teo -On a bien vu avec l’autotune. Ça existe depuis v’là le temps. D’un coup, y en a un qui le fait -toujours le même d’ailleurs- et ils s’y mettent tous.

Express -Tout le monde le faisait avant Booba.

Allstarzz -Les chanteurs de raï, ils utilisent beaucoup l’autotune.

Express -Ils ont peur de prendre des risques.

Allstarzz -À la base c’est Zapp & Roger le vocoder. Maintenant on appelle ça autotune.

Teo -Avec Computer Love, ce genre de trucs.

Allstarzz -Voilà. Tout ça. On a baigné dans tout ça aussi, Zapp & Roger, Isley Brothers…

Spleenter -Et toi, d’ailleurs, comment tu t’es mis au DJing, en fait ?

Allsatrzz -En fait, comme j’expliquais dans l’interview sur Zikaload aussi, à la base j’étais pas DJ.  je travaillais avec Express, j’étais plutôt dans le délire de management. J’avais travaillé auparavant sur la première compil « Le Parizien », j’étais associé avec Koffi, à l’ancienne. Et le 1er morceau d’Express sur un CD, c’était sur cette compil justement. Après j’ai travaillé avec Koussek, je sais pas si tu connais.

Spleenter -Si, si. Celui qui avait fait un feat avec Nessbeal ?

Allstarzz -Voilà. Avec Nessbeal.

Spleenter -Et qui insultait Oxmo Puccino.

Allstarzz -Ça va, tu connais tes bases. Mais c’était des trucs de gamins. L’histoire, on était jeune, c’était des trucs de cités. On s’est embrouillé avec Danube, Riquet, etc… Et Oxmo venait de Danube. C’était ça en fait. C’est des conneries de jeunesse.

Spleenter -D’accord. J’avais tiqué dessus, j’avais éclaté de rire : « Putain mais elle sort d’où cette phase ?' »

Allstarzz -20ans, on foutait la merde et voilà. C’est venu de là… Donc on avait travaillé sur le premier street album de Koussek qui s’appelait « Explosif » et « Carnage » après.

Spleenter -Là, je vais avoir du mal à retrouver.

Allstarzz -Si tu cherches bien, sur I-Tunes.

Express -Il avait bossé sur 2 maxis et il bossait sur un album. Pendant longtemps. Il avait bien bossé sur cet album. Nous, on l’avait aidé. Et finalement…

Allstarzz -La vie a fait qu’on s’est séparé. On se voit tout le temps, au quartier, mais je crois qu’il a un peu mis la zic de côté. Mais je pense qu’il va revenir, tu vois, parce que le rap c’est une passion. C’est comme nous, plein de fois on a dit on arrête. Mais on revient. Et pour en revenir à comment je suis devenu DJ : je kiffe tellement le son ! Tu vois, on parlait de Dipset. Avant, moi j’étais le seul qui kiffait ça. j’en avais marre, quand je demandais des compils, y avait jamais de Dipset. Donc je me suis dit « Vas y, je vais faire moi même mes compils. » De la 1 à la 13, je mettais que du Dipset.
Je me suis lancé dans ça, je me suis retrouvé DJ.

Spleenter -Je me souviens que Cam’Ron avait limite disparu. Ensuite t’as l’embrouille à la radio avec Fifty. Il revient avec son clash, l’autre répond. Et ce qui m’a saoulé c’est que les 2 autres, Jim Jones et Juelz, ils l’ont laché.

Allstarzz -On connait pas trop l’histoire, en fait.

Spleenter -Ouais, peut-être que c’était prévu.

Allstarzz -Mais c’est pas ça l’histoire, c’est une histoire d’oseille, en fait. En fait, Cam’Ron était producteur executif de tous les albums de Juelz Santana et ils ont vu qu’y avait de l’argent que Juelz avait pas perçu. Cam’Ron récupérait tout.

Spleenter -Jim Jones était dans la période post « Ballin » donc il avait plus de buzz que Cam’Ron.

Allstarzz -Y a aussi eu des histoires personnelles. Parce que je crois que la mère à Cam’Ron était malade pendant quelques années.

Spleenter -Donc là, ils sont revenus au complet. Ça fait plaisir ou quoi ?

Allstarzz -Ça fait plaisir, mais en vrai, ce que les gens savent pas c’est que Juelz et Cam’Ron se parlent plus.

Spleenter -Ouais.

Teo -C’est un mariage forcé.

Allstarzz -C’est pour le bizness.

Express – Vado c »est sa nouvelle équipe. Chacun a monté sa nouvelle équipe.

Allstarzz -Mais les kainrys, ce qu’on a pas ici, eux ils pensent biz. Même si y a ça, le peuple demande du Dipset. Y’a un truc en france que je comprends pas, on en discutait l’autre fois en studio avec Express, comment des mecs comme Rohff ou Booba ont jamais pensé à faire un truc ensemble ? Tout le monde attend ça et ça pourrait faire un truc de ouf. Et ce qui fait ça, je trouve, c’est qu’internet ça joue un rôle important. Maintenant, tout le monde est derrière son clavier, tout le monde à son avis. Même un petit con qui connait rien du rap il va dire « Rohff il est nul ! Booba c’est nul ! »

Spleenter -Ça je suis d’accord. Mais aux States, le net c’est pire. C’est simplement qu’un Fifty il va pas se mettre devant un écran et bloquer sur un commentaire ; ça va pas lui pourrir sa journée.

Allstarzz -Ouais mais si demain on lui dit « Remets toi avec Game, faites un album. » On sait que ça va vendre chanmé. Ils peuvent mettre leurs histoires de côté. C’est l’argent. Ici y’a pas ça.

Spleenter – c’est peut-être simplement que quand t’es un cainri qui vend, plus t’as de l’argent, moins un commentaire va te toucher.

Allstarzz -Mais entre nous, Rohff et Booba sortent un album ensemble, ils explosent les charts !

Spleenter – Ce qui est marrant, c’est que les seuls qui ont fait ça en france, c’est NTM.

Allstarzz -Voilà.

Express -Voilà.

Spleenter -Et c’est que pour les concerts, ils ont même pas refait de morceaux. Et j’ai pas vu leurs concerts mais j’ai vu la vidéo où ils font leur entrée et ils se prennent dans les bras. c’est quand même drôle.

Allstarzz -Mais à un moment, c’est quoi le fin mot de l’histoire ? C’est des artistes et c’est leur job !
Ils ont des familles à nourrir, je pense. Et faut faire de l’argent.

Teo -Les salles étaient remplies. Y a un public.

Express -Y avait de la demande.

Allstarzz -Tu peux pas cracher sur ça. Je pense pas que demain Joey Starr sort un album et vend autant qu’il vendra avec NTM.

Allstarzz -Comme Kool Shen. Son album ça a pas été chanmé. C’était un flop.

Teo -C’était mérité. C’est la vérité. Sans méchanceté ni rien, y avait pas grand chose dans son album.

Allstarzz -Voilà.

Spleenter -En même temps, des gens comme ça qui reviennent maintenant, voilà quoi…

Allstarzz -D’où la phrase de Booba : C’est de l’antiquité. Où il expliquait en fait qu’ils sont revenus et qu’ils ont rien ramené de nouveau.

Spleenter -Même si ils avaient ramené des nouveaux sons. Parce qu’IAM continue de faire du son.
Mais bon… I luv New York c’est gentil…

Allstarz -J’ai pas écouté.

Spleenter -J’ai pas écouté non plus, j’ai juste vu le clip, voilà.

Allstarzz -Le concept a l’air… (il cherche ses mots)

Spleenter -Le concept c’est juste : On était jeunes dans les années 80, on se branlait sur Rakim, c’est sympa mais bon…

Allstarzz -En fait, je lisais une interview d’Akhenaton, il disait pourquoi il était pas allé en maison de disque pour cet album. Ils savent qu’ils vont peut-être en vendre, on va dire, 15 000 en indé.
Pour eux, c’est bon. Alors que si ils sont en maison de disque, si ils font ce chiffre là…

Express -C’est juste pour ce projet là, je pense. Si il sort son album, il fera autrement. C’est pour te dire que des mecs comme ça, c’est maintenant qu’ils sont en indé, tu vois ? T’as des mecs, même Rohff, ils ont sorti leurs trucs en indé. Les Mac Tyer, tous ces gens là. Ils connaissaient même pas ça. Y en a qui ont eu de la chance et d’autres… Frère, nous on été jeune, on a fait des trucs alors qu’on avait pas de biff. Nous, on connait l’indépendance ; depuis longtemps.

Teo -Est-ce que tu penses que vous êtes mieux armés pour ça ?

Express -On est pas mieux armé mais en tout cas, on sait ce que c’est. Ça veut dire que nous, même si on a une avance de je sais pas combien, si on touche un million, je vais pas faire comme Pit Baccardi : tout mettre dans une gova, faire le tour du monde et me retrouver comme un con.

Spleenter -Toi, t’as du voir le documentaire « Rimes et châtiments. »

Allstarz -De toute façon, t’as pas besoin de le voir pour ça.

Express -Tout le monde le sait ça !

Allstarzz -T’as pas besoin de voir le reportage pour savoir qu’en fait… Mais bon, on leur en veut pas. C’est normal, à 20ans on te donne un million : Qu’est-ce que tu fais ? Tu penses pas à acheter une maison pour ta mère !?

Teo -Bah tu peux, quand même.

Allstarzz -Ouais, tu peux ! Mais à 20ans, j’en connais pas beaucoup.

Teo -Non, mais peut-être pas payer une baraque entière mais…

Spleenter -Mais ouais, garder un petit truc.

Allstarzz -Si tu regardes bien, y a plein de mecs qui bicravent et ils roulent en grosses voitures et leurs parents vivent en HLM…

Express -Mais comme eux ils vendaient bien, ils pensaient que ça allait jamais s’arrêter. Ils ont pas connu la lèrega. Direct, y a des mecs qui leur ont payé des studios, des trucs. Nous, c’est pas ça. Nous on a payé les studios, parfois même pour enregistrer un seul morceau.

Spleenter -Et c’est vrai que Pit il reviend en indé maintenant, avec sa structure.

Allstarzz -Il a perdu 10ans.

Allstarzz – Une maison de disque, ça les interesse pas si tu vends 15 000 disques. Autant vendre tes 15 000 toi même. Elle va investir je sais pas combien d’argent sur toi, tu vas vendre 15 000 que à Nanterre ou je sais pas où… C’est pas rentable. Donc voilà. Je sais pas si t’allais nous poser cette question : Ce qu’on pensait de l’évolution du rap.

Spleenter -Si, mais nous, nos interviews, c’est très comme ça, tu sais.

Teo -C’est des conversations.

Allstarzz -Après tu les coupes et tu les réorganises ?

Spleenter -Euh… C’est ça.

Allstarzz -Donc, maintenant, avec le net, t’es obligé de bosser comme ça. C’est une autre manière de bosser.

Spleenter -Même toi, en tant que DJ. D’ailleurs, à la base, t’étais quoi ? Parce que t’as les DJ mixtape, DJ soirée, DJ radio…

Allstarzz -Bah moi je suis DJ mixtape, parce que moi j’anime pas de soirées.

Spleenter -Pas du tout ?

Allstarzz -Non.

Spleenter – on pourrait croire que c’est ton délire. Le côté Dipset, ça ça peut être bien pour les soirées.

Allstarzz -Ouais ! J’aime bien aller en boîte, comme tout le monde, mais je me vois pas faire ça. Dernièrement, encore, on m’a proposé ça, mais non. J’ai une vie de famille et tout ça, je pourrais pas.

Teo -Tu vas en boîte pour t’ambiancer.

Allstarzz -Ouais, et encore. Je vais en boîte de temps en temps. Je suis pas vraiment le mec qui sort tous les week ends. Je vais pas faire de ça mon taff.

Teo – comment tu t’es retrouvé sur Zikaload ?

Allstarzz -Sur Zikaload ? En fait, Jee (l’Tismé) c’est un ancien du quartier. TSN, on a tous connu.
Donc à la base, j’avais sorti la mixtape « Le Parizien » et entre temps j’avais sorti une mixtape qui s’appelle « Bokay Mizik » que tu peux retrouver sur le net, si tu veux. C’est Jee qui m’avait proposé ça. Donc c’était pareil : on avait compilé plusieurs morceaux des mecs du quartier. Y avait Express, Krem, Esprit Noir.

Spleenter -S’Pri Noir avec le « s » ?

Allstarzz -Non, c’est un autre Esprit Noir. Celui dont tu parles c’est celui qui avec Still Fresh.

Spleenter -Je me disais. Parce que Still Fresh il est tout petit.

Allstarzz -Ouais, il aurait été jeune. Mais non. C’est un mec de notre quartier, Esprit Noir. Qui rappait avec Dogg Fou, je sais pas si… ça vous dit rien ?

Teo -Si, ça me dit chose quel, mais vraiment vite fait.

Allstarzz -Justement, il a repris un morceau de Jee. J’suis F. Le morceau de TSN.

Allstarzz -Donc on s’est retrouvé avec Jee comme ça. Par rapport au morceau J’suis F que mon pote Dogg Fou a repris. Dogg Fou c’était son voisin quand ils habitaient au 156…

Spleenter -Ah ? C’est un mec de la génération de J L’Tismé ?

Allstarzz -Non. Du tout. C’est un mec de ma génération. Jee, c’est le grand frère, on va dire. Il habitait au quartier.

Express -Jee habitait à côté de chez nous. On connait TSN.

Allstarzz -On a baigné dans TSN, à l’ancienne. À la base, y avait pas encore Zikaload, Jee était sur… le site…

Spleenter –187 prod ?

Alsstarzz -Voilà. Après il est parti dans ses démarches, tout seul, il a fait Zikaload. Donc un jour il m’a proposé. Sur son site, y avait un concept et des émissions. Y avait une émission spéciale Dirty South. En fait, je suis le seul DJ qui fait un peu de tout, dans le site. Parce que c’est vraiment basé WestCoast si tu regardes bien. Je suis le seul à mettre du Dipset, R’n’B, dance hall, tout ça. Donc il m’a proposé ça, ça m’a plu. Depuis ça va faire bientôt 2 saisons de Allstarzz Show. Tous les Jeudis de 22H30 à 23H30 sur Zikaload.com. Les dernières exclues US, y’a du Dipset, y a du Express, y a du Koffi. Je passe un peu tout, tu vois ? Ça marche bien, on tourne à 1 000 connectés tous les Jeudis. Ça va.

Teo -Comment tu choisis les sons que tu passes ? Y a des gens qui te demandent ? Qui t’en envoient ? Ou c’est toi ?

Allstarzz -Je vous dis d’entrée, je mets pas que des trucs que j’aime. J’essaye vraiment d’élargir, de plaire à tout le monde. Et les morceaux que je passe des fois, c’est pas forcément les morceaux que j’écoute tous les jours chez moi. Mais j’essaye d’être à la page.

Teo -Ça t’arrive de passer des trucs que tu détestes ? Juste par curiosité. Sans rien citer.

Allstarzz -Pas des trucs que je déteste vraiment. Par exemple, Morsay et tout ça, c’est pas du tout mon délire. Je le passerai jamais.

Spleenter -Mais personne le passera jamais.

Allstarzz -Après, je les respecte pour ce qu’ils ont fait niveau bizness !

Express -Voilà !

Allstarzz -Mais niveau rappeur… J’ai une école à côté de moi, y a des mecs comme Express, Koffi, tu vois ? Je peux pas dire que Morsay rappe, tu vois ? C’est pas possible. Donc ça, c’est des trucs que je passerai pas, mais je le respecte niveau bizness. Après, je vois parfois ses interviews et j’aime pas toujours ce qu’il dit quand il dit genre : Il crache sur le rap quand il dit « Je m’en bats les couilles du rap, moi. »

Spleenter -Dans le dernier truc qu’on a vu de lui, il dit pas ça, justement, il dit : « Moi, je sais pas rapper, je sais pas chanter » Et il le dit comme ça.

Allstarzz -Je trouve qu’il crache beaucoup sur le game. Après c’est un truc perso. Mais je vais pas me prendre la tête sur lui à faire ou à dire je sais pas quoi. Je m’en fous de ce gars là, je respecte son bizness, lui et son gars Zehef. Mais c’est pas des trucs que j’écoute.

Spleenter -On te retrouvera pas dans son film ?

Allstarzz -Si. Si il me donne un gros chèque, je vais aller dans son film, y a pas de problème.
Sinon, je passe des morceaux ricains, français, R’n’B, zook. Moi aussi je suis Antillais, j’ai été bercé avec la musique Antillaise.

Spleenter -Ah daccord. Donc toi t’es à moitié Guadeloupéen, si j’ai bien retenu ?

Express -Non. Martinique.

Spleenter -Complètement foiré.

Allstarzz -Rho, c’est pareil ! C’est les îles, c’est pareil.

Spleenter -Et toi tu es ?

Allstarzz -Guadeloupéen. Et on bosse ensemble. Je bosse sur son album, je l’aide un peu. À trouver des contacts, la preuve je vous ai demandé une interview.

Spleenter -Ouais, ouais. Ça nous étonne encore.

Allstarzz -À la base, c’est moi qui ai fait connaitre le Blavog à Express. À la base, je connaissais, j’aimais bien. Je lui ai dit « J’aime bien. Va faire un petit tour sur le Blavog. » J’aimais bien le délire.

Teo -C’était quand ça ?

Express -Ça fait longtemps qu’il m’a envoyé des liens.

Allstarzz -Ça fait longtemps, je sais plus. Quand je suis tombé sur vous, je tapais « Absolut Treepsal » dans google, je crois.

Allstarzz -Et déjà, le nom. Le Blavog. Ça nous parle !

(blavog c’est juste « blog » en langage du 19)

Spleenter -Mais à cause de ça, y a des gens qui pensaient qu’on était du 19. « Mais c’est dégueulasse ! Ils taillent les mecs alors que c’est des mecs de chez eux. »

Allstarzz -Non. 1er article que j’ai lu, j’ai compris le délire.

Express -C’est décalé, ça se sent direct.

Allstarzz -Faut comprendre le truc, moi ça m’a fait marrer quand vous avez dit qu’Absolut avait sûrement braquer Médeline pour les instrus.

Spleenter -(plein de nostalgie) Ah ouais…

Alsstarzz -C’est marrant. Je trouve que c’est bien ce que vous faites, ça change des interviews classiques. C’est ce qui manque un peu dans le rap, il faut rigoler tu vois.

Teo -Mais quand on commence à rigoler avec des gens, en plus tu vois qu’ils ont grave de l’humour ! Peut-être ils osent pas.

Express -Y en a, ils sont dans un rôle. C’est un rôle.

Allstarzz -On en revient à ce qu’on disait tout à l’heure, c’est à cause du net tout ça. Y a trop de gens derrière leurs ordinateurs…

Express -Ils se prennent la tête.

Allstarzz -Ils vont aller voir le Blavog et, par exemple, le mec qui disait « Ils taillent les mecs du 19 »
ça doit être un mec derrière son ordi, qu’a pas capter le délire. Direct il est parti mettre un commentaire : « Ils taillent ! » C’est ça que les gens ont pas tous compris, dans le rap. On est pas tous des gangsters. Quand je rentre chez moi, j’embrasse mon fils, j’ai pas un gun toute la journée.

Teo -(il braque un gamin imaginaire) T’as fait tes devoirs !?

Allstarzz -Tu vois, on rigole. On fait la fête. On est pas tout le temps énervé. Comme tout le monde. À un moment, la street-credibilité a pris trop d’importance dans le rap. C’est ça qui a tué le rap. Un peu.

Express -Faut faire la part des choses.

Allstarzz -Moi, ça me casse les couilles quand je vais en boîte et que j’entends un morceau : « Je tire ! » Je veux danser, mec. Je m’en fous de ça. La rue, je la connais comme toi, tu vois. On s’en fout de tout ça, c’est notre vécu mais on va pas en parler toute la journée.

Teo -Après, y a quand même des morceaux où y a des messages.

Alsstarzz -Mais même ça, aussi. Message… Ouais. J’écoute ça chez moi, tranquille. C’est pas Kery James qui va m’apprendre la vie.

Teo -Par exemple, sur la Swaggtape, y a un morceau sur la situation aux Antilles. Il passe pas toute la tape à te parler de ça, mais c’est là.

Alsstarzz -Mais avant qu’on en arrive à la Swaggtape, il avait sorti un premier projet qui s’appelait « Mon introdestruction. » Y a des morceaux, par exemple, où il parle de métissage. Il est métis, il te parle de ça.

Express -C’est de la musique aussi, tu peux aussi faire passer des messages.

Spleenter -Sur un son de la Swaggtape, tu commences un couplet en disant : « Au lieu de braquer… » et t’enchaines avec « En même temps, je veux pas te prendre la tête. Parce que moi non plus je suis pas un exemple »

Express -En plus, les petits, tu sais comment ils sont, aujourd’hui. Tu leur fais la morale. Dès que tu vas le lâcher, il va dire : « Vas-y, comment il me casse les couilles, celui là… »

Allstarzz -On peut pas leur en vouloir aux petits, on était comme ça, aussi.

Express -Bien sûr. On a été comme ça. Faut les laisser.

Allstarzz -Faut qu’ils se cassent la gueule aussi.

Express -C’est l’expérience.

Allstarzz -Je peux pas venir et te dire « fais pas ci » alors que moi je l’ai fait, tu vois ? Vis ta vie, après tu verras. Bon, c’est vrai que maintenant y a plus de limites. Les petits vont un peu plus loin. C’est la vie qui fait ça.

Spleenter -C’est l’époque.

Teo -C’est pas les seuls à aller plus loin.

Spleenter -Toi ! Tu veux parler de DSK !

Teo -Ouais. Les hommes politiques vont plus loin. Tout le monde va plus loin. D’ailleurs ? Dominique Strauss Kahn : swagg ou pas swagg ?

Allstarzz -Attends ! des costards à 30 000 euros, si il est pas swaggué le mec !

Spleenter -Panamera !

Allstarzz -Panamera ! Quoi que c’était pas à lui, mais bon, on a vu qu’il avait de l’oseille.

Express -Sa femme accepte les maitresses, elle a des millions.

Allstarzz -Mais bon, on va pas se leurrer. Ça étonne tout le monde, mais qui ne sait pas que les hommes politiques ont de l’argent ? Déjà, pour faire une bête de campagne, faut de l’oseille, non ?!
Les Français sont tous étonnés : « Il a de l’argent ?!! » Les mecs ont été avocats, ils ont de l’argent.
Même Borloo, quand on le voit on dirait que c’est un saoulard, mais le mec il est frais. C’était un avocat d’affaire, à l’ancienne. L’argent, en france, c’est tabou, tu vois ? Faut pas s’étonner, la vie c’est comme ça, y a des pauvres, y a des riches.

Express -En tout cas, il est parti à Rykers Island, là où était Tupac.

Spleenter -Tupac, Prodigy et Lil Wayne. On a enfin un rappeur français à Ryckers Island !

Teo -Même son avocat, c’était celui de P Diddy.

Allstarzz -Le truc qu’on peut lui dire, c’est qu’il a merdé, quoi !

Spleenter -Ah oui, il a merdé.

Allstarzz -Quand c’est comme ça, tu proposes de l’argent. Tu payes. Tu violes pas ! Fallait proposer… Dans l’histoire, y a une victime, quand même ! Faut en parler.

Teo -Totalement.

Spleenter -C’est une Sénégalaise en plus, la meuf.

Teo -C’est qui ? C’est Diallo !

Spleenter -Ouais, c’est une Diallo. Tu sais que si je me prenais la tête à rappeler au bled, je pourrais ptêt la retrouver.

Allstarzz -T’es Guinéen, toi ? C’est une Guinéenne, non ?…

Spleenter -C’est une Guinéenne d’origine qui a immigré au Senegal, qui s’est barré après aux Etats unis. Mais elle a de la famille au Senegal j’crois.

Allstarzz -Je pense que ça va pour elle…

Spleenter -J’espère qu’elle va l’enculer !

Allstarzz -Ouais !! Elle va faire son petit bizness, elle va prendre son petit million et voilà. J’espère.

Spleenter -Même si il se mange pas de ferme.

Express -Faut le péter.

Spleenter -Une petite meuf comme ça, qui vient du Senegal et qui va péter le boss du FMI.

Teo -La classe.

Allstarzz -Mais bon, les mecs, y a eu viol, quand même… Si c’est vrai.

Teo -si c’est vrai que le mec est un pointeur, qu’il aille en taule et voilà ! Il mérite de bien se faire fourer.

Spleenter -Par Adebisi.

Allstarzz -Si tu nous écoutes, DSK : La prochaine fois, paye directement. T’as les moyens, en plus.

Spleenter -Je sais plus ce que je voulais dire… Pose des questions toi.

Teo -Moi j’en ai des questions. Sur la Swaggtape, les sons sont tous récents ou y a des trucs de plusieurs époques ? C’était une retrospective ?

Express -C’est plus une compil. Où on a mis des trucs frais, des inédits. Et puis des trucs que j’ai pioché, par ci, par là. Qu’étaient jamais sortis ou qu’étaient sur des compils.

Teo -Les plus vieux remontent à quelle année ?

Allstarzz -Bah 2000.

Express -Vu qu’y a des sons que j’avais posé sur Le Parizien.

Allstarzz -De 2000 jusqu’à maintenant, en fait.

Express -C’était un petit résumé, pour les gens qui me connaissent pas, aussi.

Spleenter -Une carte de visite ?

Allstarzz -Pas une carte de visite… La carte de visite c’était plutôt « Mon introdestruction », le premier street album.

Spleenter -Ouais, mais on va pas se mentir, personne le connait. Et pourtant… Quand nous on connait pas, ça veut vraiment dire que personne le connait. (retenez bien cette phrase, parce qu’y aura un twist finale dans cette interview)

Teo -On est vraiment des fouineurs de merde.

Spleenter -Tous les trucs gratuits du net.

Allstarzz -Elle était pas gratuite.

Spleenter -Ouais, je sais. Mais t’as vu des CDs sur mes étagères ? Ouais, y en a certains, mais c’est des jeux vidéos.

Teo -La musique c’est gratuit, payer c’est une option maintenant.

Spleenter -J’ai des CDs mais c’est des CDs gravés. La médiathèques d’Asnières, les grands frères, tout le monde…

Allstarzz -Donc, la Swaggtape c’était plus une retro. Un récapitulatif de sa carrière, en gros. Et c’était aussi pour annoncer le projet qui arrive : l’album. L’album « Certifié bavon. »

Spleenter -Qui a quand même été repoussé et repoussé…

Allstarzz -Là on est dessus en fait. Il enregistre pas mal de morceaux. Là on enregistre, on est en train de caller les petits featurings et tout.

Teo -Et y aura qui ? Est-ce qu’on peut savoir déjà ?

Allstarzz -On va pas tout dévoiler mais y aura la famille : Absolut Treepsal, un petit peu.

Spleenter -Ouais, ça d’accord. Mais est-ce qu’y aura des surprises ?

Allstarzz -À mon avis, vous allez être surpris parce qu’il a pris des risques.

Teo -Au niveau des ambiances, de tout ça ?

Allstarzz -Ça reste du Express mais il a pris des risques. Lui il peut pas trop en parler parce que c’est son bébé qui va sortir. Moi je suis la sage-femme, tu vois ? Je peux te dire que ça va être une grosse surprise. Parce que je suis souvent en studio et je suis tombé de haut. Y a certains trucs… voilà quoi… Ce sera ouvert, y aura beaucoup de thèmes, du flow surtout, c’est important.

Express -Et surtout, pour la première fois, j’ai essayé de faire un truc vraiment carré. Il faut prendre son temps, c’est vraiment un vrai projet carré du début à la fin. Avec des prods lourdes. On va essayer de se mélanger un peu aussi.

Allstarzz -On a pris des prods où c’est vraiment ouvert.

Express -On essaye d’avancer. On fait attention à l’image aussi. On enchaine les clips.

Allstarzz -On a pris des prods d’un peu partout : des mecs de Lyon…

Spleenter -C’est plutôt des mecs qui vous envoient des trucs via le net ?

Express -Voilà.

Allstarzz -En fait, la Swaggtape nous a ouvert pas mal de trucs. Déjà, on a plus de 500 téléchargements et on reçoit des prods de mecs de facebook. On travaille avec un mec qui s’appelle frencizzle, un mec de chateauroux, qui nous envoie pas mal de prods aussi.

Express -T’as vu, le Net ? Lui c’est pareil, c’est un petit mec de Chateauroux, il bosse avec des kainrys.

Spleenter -Le net a ouvert les portes pour ça.

Allstarzz -Parce que les gens critiquent, critiquent le net mais y a pas que des mauvais côtés. Par exemple, à l’ancienne, tu voulais un son, fallait se prendre la tête à aller voir un mec parfois. Prendre sa voiture, aller jusqu’à je sais pas quoi. T’arrives, parfois le mec il béflan. Maintenant, avec facebook dés que le mec aime bien ce que tu fais, c’est bon. Y a pas d’argent.

Teo -Vous avez toujours été Parisiens, vous ? Toujours été en Île de France.

Allstarzz -Toujours !

Spleenter -Ah oui ! C’est vrai que là on a un provincial.

Allstarzz -Ah ? Tu viens de la province ?

Teo -Ah ouais, je suis de la baie du Mont Saint Michel.

Express -Pour trouver des trucs, là, faut vraiment être un fouineur.

Teo -Tu prends ta caisse. Faut aller à Caen ou à Rennes, 1 heure à l’aller, minimum.

Allstarzz -Mais même nous ! Les Parisiens c’est quoi leur réputation ? Tu leur dis « Va à Melun », pour eux c’est loin. Alors que c’est à côté.
Maintenant, avec facebook, même si on se voit pas, on taffe ensemble, c’est ça le bon côté des choses, tu vois ?

Spleenter -C’est vrai que, comme tu disais, le net a une réputation négative à la fois pour le téléchargement et pour les mecs qui mettent des commentaires.

Allstarzz -C’est négatif pour les mecs qui brassaient beaucoup à l’ancienne.
Leur fond de comerce, maintenant, il est mort.

Express -C’est le bizness qui a changé, faut s’adapter.

Spleenter -C’est un truc qui m’a étonné, parce que moi je me vois pas faire ça, mais apparemment y a même un marché pour le téléchargement légal. Y a vraiment des mecs qui payent des MP3.

Express -Maintenant c’est rentré dans les habitudes.

Allstarzz -I Tunes ! I Tunes c’est ça.

Express -Ou avec des trucs comme Paypal. Tu télécharges l’album directement sur le compte. Les jeunes, ils ont l’habitude de faire ça. Pas notre génération à nous. Télécharger payant c’est pas encore dans notre mentalité, mais les plus jeunes si.

Teo -Moi, si je veux un truc, je me déplace. Je le veux physiquement.

Spleenter -Je peux pas acheter un MP3, c’est pas possible. Ou alors, faut que le mec mette 5 000 pages en PDF où il me parle et il me dit « Alors ce morceau etc… » Mais bon, même avec ça, je suis pas sûr.

Teo -Ah si ! J’ai payé UN MP3. C’était sur l’album de Weedy « 24 heures d’un MC yégri », t’avais une piste quétait rayée…

Allstarzz -Mais bon. On va pas faire l’appologie du téléchargement illégal. Ça va niquer notre buizness, quand même. On est là pour vendre des disques, tu vois ?

Spleenter -Mais à propos de ça… dans le ciné, t’avais ce discours là. « Le téléchargement bla bla bla », mais les ventes de DVD continuent, la VOD elle est là et les salles sont toujours pleines.

Allstarzz -Moi je dis que si ton truc est bon, y a toujours un mec qui va vouloir l’acheter.

Express -S’il aime la démarche.

Allstarzz -C’est comme moi. Si j’aime un artiste, je vais acheter son disque. Ne serait-ce que pour savoir qui a fait tel son.

Spleenter -Pour les crédits, même lire les dédicaces.

Alsstarzz -Donc en fait, je pense que c’est pas si mort que ça. La preuve, Booba vend toujours ; La Fouine est triple platine.

Spleenter -Bon après, ils ont baissé les platines et les disques d’or.

Allstarzz -Voilà, mais ils en vendent quand même. Ce qui est bien c’est que maintenant, les mecs se prennent la tête en concert. Alors qu’avant, les mecs s’en battaient les couilles. Pour en revenir à Doc Gyneco. Il a jamais fait de concert ce mec là.

Spleenter -Ah… ? Je sais pas si il a fait de tournées..

Allstarzz -Jamais ! Je suis un fan de Doc Gyneco à l’ancienne ! Jamais il a fait de concert.

Express -Même le truc à l’Olympia, c’est Secteur Ä.

Allstarzz -Jamais il a fait de concert de Première consultation.

Spleenter -Jamais en solo ?!

Allstarzz -Jamais ! Tu vois ? Ça étonne tout le monde !!…

Allstarzz -Parce que le mec, à l’ancienne, il en a vendu 1 million. Il s’en foutait de faire des concert. Maintenant, ça oblige les artistes à en faire plus. Faire des vrais shows. Parce que le mec qui a payé 40euros il veut voir un vrai show, il veut pas voir : Tu viens avec un survet Lacoste, t’as ton DJ derrière. « Ouais ! Ouais ! » On s’en fout ! Ils veulent plus de ça, les gens. Tu vois bien les cainris ? Même pour aller rapper à The Source. T’as vu les Dipset à The Source ? Quand ils on refait leur quartier en carton derrière ?

Teo -Dans l’épicerie ?

Spleenter -Avec Cam’Ron qui a la mitraillette camembert ?

Allstarzz -Voilà !

Express -Ça c’est génial ! C’est un truc de ouf !

Allstarzz -Est-ce qu’un mec il va se prendre la tête et faire ça sur un plateau de taratata ? Non.

Spleenter -Taratata, j’ai vu leur truc… Bon c’est sympa, il les a invité, au moins…

Allstarzz -Ouais, déjà…

Spleenter -mais voilà, on en est réduit à ça : »Ouais, c’est sympa. Il les a invité. »

Teo -Ouais c’est sympa… Il est gentil…

Allstarzz -Mais bon ça commence.

Spleenter -Ça se décante un peu.

Teo -Ce qui est marant c’est que le Taratata, si ça s’est fait c’est parce que ça fait un petit moment que, dans des artciles récents ils te disent « Le rap vend beaucoup mais il est pas bien représenté dans les médias. » Ça fait 10ans que c’est comme ça, ils l’apprennent maintenant ??!!

Allstarzz -Je sais pas si vous êtes tombé sur une video qui tournait à un moment. Où IAM et Lionel D ils sont invités sur un plateau avec des philosophes.

Express -Ciel mon mardi, ou un truc comme ça. Avec Dechavanne.

Allstarzz -Voilà ! Dechavanne.

Spleenter -C’est le truc où IAM ils font les cons avec des ballons ?

Allstarzz -Non. Non. Non.

Express -Y a Lionel D qui freestyle.

Allstarzz -Voilà. Et y a un philosophe dit « Vous, le rap, dans 10ans c’est fini. »

Teo -Ah mais ouais. Elle retourne en ce moment sur facebook, cette video.

Allstarzz -Et 10ans après ? Où on en est ? La Fouine te remplit Bercy.

Teo -Surtout que c’était y a plus de 10ans cette vidéo. C’était peut-être y a plus de 15ans qu’il disait ça.

Express -Il lui dit Akhenaton, en plus. Le rap, c’est plus que ça. Le rap n’a pas de limite. Ça veut dire qu’il s’adapte. Il peut pas s’arrêter.

Allstarzz -Ils vont devoir s’y faire, c’est comme ça. Le rap, en france, c’est là.

Express -C’est la musique des jeunes.

Allstarzz -Eux ils aiment pas, mais leurs enfants c’est ce qu’ils aiment. Leurs enfants écoutent ça. Sarkozy, sont propre fils en écoute. Il fait du son.

Spleenter -Pour Poison, c’est lui qui a produit « Mec 2 Tess. »

Teo -« Mecs 2 tess » c’est lui ??!!

Spleenter -Et ouais. (et non)

Allstarzz -Moi je vais vous donner une anecdote : Premier voyage à new york, je l’ai fait avec ce mec là, le fils Sarkozy. Pierre Sarkozy. La première fois que je suis parti à New York, je crois que c’était en 2008…

Spleenter -Sois précis parce que là c’est dur.

Allstarzz -Il vous le dira !

Express -Il était même pas encore présient, l’autre. (Donc là tu sais que c’était pas en 2008)

Allstarzz -On a un ami en commun qui s’appelle Patrick, il me disait : « Ce mec là, c’est le fils de Sarkozy. » Et nous on le charriait « Vas-y ! Arrête ton mytho ! » Une fois, je suis parti à New York avec ce mec là, Patrick. Il était venu avec ce gars là. Si vous voulez encore une anecdote : Pierre Sarkozy, à l’ancienne, il avait des nattes comme ça. Collées, en arrière.

Spleenter -Collées ?! Je savais qu’il avait eu des dreads, ou un truc dans le genre.

Allstarzz -Il avait des nattes collées, bandana et tout.

Teo -Bandana ? (Là, Teobaldo imagine un grand sarkozy blond avec des tresses collées et un bandana)

Spleenter -Ah ? Bandana ? Carrément ?! (Spleenter, c’est pas loin non plus, mais lui ça le fait rire)

Allstarzz -Et à l’époque de myspace, son nom d’artiste c’était Mosey.

Express -Il s’appelle toujours Mosey.

Allstarzz -Donc moi, Je l’avais rencontré. Et je l’avais recontacté sur facebook : « Tu te rappelles quand on était à New York ? » Il me fait « Ouais, je me rappelle. J’ai encore la photo. » Mais ça, c’était à l’ancienne, tu vois ? Ça je le raconte pas à tout le monde, parce que les gens vont me dire que je fabule. Mais c’est la vérité.

Spleenter -Je te crois sans souci.

Allstarzz -Mais lui il le disait pas qu’il était le fils de Sarkozy. Donc j’ai passé une journée avec lui et son pote. Et par contre, on a beau dire, il est calé en rap ! Il s’y connait en rap le mec ! On peut dire ce qu’on veut sur son père, on s’en fout ! Mais le mec s’y connait en rap !

Teo -De toute façon, ton père c’est ton père. Toi t’écoutes ce que t’aimes, c’est tout.

Express -Bah ouais.

Allstarzz -Mais c’est vrai que quand on était à new York avec lui, je le savais, mon pote me l’avait dit, mais je le croyais pas. Et je lui ai jamais demandé.

Spleenter -De toute façon, à l’époque, sarkozy il était quoi ? Maire de Neuilly ?

Express -Ministre de l’intérieur.

Spleenter -Ah ? Déjà à cette époque là ?

Allstarz -Parce que moi, c’était en 2008 mon premier voyage à New York.

Teo -Bah… 2008 il était président, non ?

Express -2008, c’était y a que 3ans.

Allstarzz -Ah non. Alors vers 2000… C’est un an après le world Trade Center que je suis parti.
En 2002. Donc j’étais parti une journée avec lui, on a été à Harlem, il faisait golri. Tu sais, c’était un blanc avec des nattes, il parlait de rap et tout.

Teo -Ouais mais non, merde, quoi… Pourquoi les nattes ?!…

Allstarzz -Et je peux même te dire encore un autre truc. Je crois qu’y a un clip de Singuila, tourné dans une maison. Je sais pas si vous connaissez ce clip de Singuila ?

Spleenter -Si t’as le titre… ?

Allstarzz -Putain, je me rappelle plus… C’est un clip où ça se passe dans une bète de baraque ! Et en fait, cette maison appartient à un de ses potes. c’est Pierre qui leur a ramenée pour faire un de ses clips, là bas. Mais ça c’est les anecdotes du ghetto, tu vois ce que je veux dire ?

Spleenter -T’inquiète.

Teo -C’est cool, c’est frais, les mecs se sont rincés dans la baraque à Sarkozy. Quelque part, si t’as l’occasion de le faire, tu le fais !

Express -Bah oui.

Spleenter -C’est comme pisser sur la voiture de Benoit Magimel.
(Ça c’est une private joke entre Spleenter et Teobaldo… et Benoit Magimel, si tu nous lis…)

On se retrouve bientôt pour la suite, en attendant, tu vas cliquer là dessus :

Clique enculé

9 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Interview de Koffi Trop 2 Style (Absolut Treepsal)

Parce qu’on ne peut pas toujours interviewer une légende du rap frinçais (ça va on décoooooooooonne), nous avons rencontré Koffi Tro 2 Styl du groupe Parizien du 19ème (On sait que c’est ton arrondissement favori, fais pas de la psy) « Absolut Treepsal. »

Celui qui a coécrit Menace II Society avec sa bite n’est pas avare d’anecdotes, il aime aussi partager  sa musique, ses concepts, ses délires, ses expériences. Y a pas de branlette, il répond à tout. Je crois que c’est l’une des meilleures interviews de rappeur frinçais que j’ai jamais lue. Et je dis pas ça parce que c’est nous qu’on l’a faite, mais parce que c’est vrai.
Vous allez trouver que c’est un peu long mais sachez une chose. On a enlevé plus des 3/4 des « tu vois ou pas ? » sinon ce serait 2 fois plus long.

Teo -Question simple pour commencer, comment Absolut Treepsal est né ?

Koffi -En fait, moi j’ai commencé à rapper, on va dire, vers 97. À l’époque mon groupe c’était avec Sidi Omar et Kameni, c’était le groupe Roi De l’Asssos. Donc on a commencé les premières mixtapes Neochrome avec Loko, Yonea. Neochrome 1, Neochrome 2. c’était à l’époque où il faisait les freestyles.

Teo -les premières cassettes Neochrome.

Koffi -Voilà. Après avec le temps, Sidi Omar est passé un peu en solo. Et après ils ont fait une structure, comme ça marchait. Ils ont fait un label et eux, ils l’ont signé. À l’époque y’avait Sinik, Seth Gueko venait d’arriver, tout ça. Après moi j’ai continué de mon côté, j’ai fait un truc : Treepsal. Après y a eu des petits problèmes par rapport au premier CD qu’est sorti. Après moi j’ai fait un truc à part, j’ai fait mon groupe Absolut Treepsal. Là on a commencé à faire un 1er street album, on l’a pas réellement sorti parce que dans le groupe, y en a plein qui sont partis en prison. Et voilà, là je reviens maintenant. Pour taffer sur mon nouvel album, toujours avec les gars d’Absolut Treepsal mais on va dire que c’est plus mon album solo.

Teo -Donc c’est pas fini Absolut treepsal ?

Koffi -Non, non. On est toujours là. À côté on prépare un deuxième street. Mais là j’ai voulu faire vraiment un truc solo. Et celui qui rappe avec moi, de toute façon c’est un boug, Autop-C. Lui aussi il fait des tapes à côté. Il prépare aussi un street. Donc c’est pour avoir plusieurs produits en fait.

Teo -Vous partez chacun dans vos trucs.

Koffi -Voilà. Mais on est pratiquement toujours ensemble. Par exemple, dans mon street, on va dire à 70% il est toujours avec moi. 70% des morceaux il est là. Il fait des refrains, il fait des backs, il crie avec moi.

Teo -Ouais dans Absolut, on a l’impression que c’est surtout toi et Autop-C Après y a beaucoup de mecs qui gravitent autour.

Koffi -Ouais voilà, Kapacci, Krem, Express. Après, chacun fait les trucs de son côté, mais on va dire que la vraie ossature c’est moi et Autop-C. Comme nous on vient tous du même quartier, y’a pas d’embrouilles entre nous. On se connait depuis, on va dire, plus de 15 piges. On a toujours avancé ensemble. Treepsal on était ensemble. Absolut Treepsal on est encore ensemble. C’est vraiment au début, quand moi j’ai commencé à rapper de mon côté avec Sidi Omar et Kameni que j’étais vraiment à part. Parce que ça rappait pas beaucoup dans mon quartier. C’est après qu’ils ont commencé à rapper, quoi. Y en avait certains qui rappaient mais c’était des grands. Mais de ma génération, moins. Certains faisaient leur truc en cachette. Et après moi, quand j’ai commencé à revenir dans le quartier, par rapport à la musique, on a fait nos trucs ensemble. On a voulu avancer ensemble quoi.

Teo -C’est une histoire de potes avant tout, en gros ?

Koffi -Ouais. On était toujours ensemble, on trainait toujours ensemble. Donc après y a eu la musique, normal qu’on rappe ensemble. Même là maintenant, quand ils font leurs trucs de leur côté, je suis en studio, je passe les voir. Parce qu’en fait, on est ensemble mais, t’as vu, chacun sa couleur. Certains aiment plus des ambiances que d’autres. Certains développent plus de sujets que d’autres.

Spleenter -D’ailleurs, comment tu définirais un peu le style Absolut ? Parce que c’est vrai qu’en écoutant certains sons, on peut dire « ouais c’est plutôt West », d’autres sons « c’est plutôt nanana » (ça c’est de la question taffée avec amour) etc…

Koffi -On va dire que dans l’influence son c’est plus West, nous. Tu vois ? Mais New West. Façon les nouveaux sons de Dr Dre, tout ça. genre G-Unit, Fifty. Vraiment le nouveau West.

Teo -C’est West Coast mais pas G-Funk.

Koffi -Ouais non, c’est pas trop G-Funk. C’est plus le Nouveau west, ils ont donné un nom. Tu vois dans les nouvelles tendances, les nouvelles instrus de Dr Dre, etc…

Spleenter -Ouais, la New West, quoi.

Koffi -Voilà. Donc on a un peu les codes gangstas. Enfin, gangsta… nous on est Français, c’est un peu des trucs de cités, tu vois ?

Teo -C’est plus caillera que gangsta. Même si après y a des codes qui se retrouvent.

Koffi -Voilà !

Spleenter -Ah d’ailleurs, je voulais te poser cette question en dernier, donc je vais le faire là : la mort de Nate Dogg ?

Koffi -Franchement, c’est… c’était un bon artiste, t’as vu ? Il nous a fait kiffer. Moi j’avais kiffé sa première chanson avec Warren G, à l’époque. Et le reste qu’il a fait. Donc franchement, on doit tous partir un jour, mais quand ça arrive comme ça c’est toujours triste. Surtout comme lui. On le connait pas mais on le voit tout le temps. Il nous a un peu bercé. Ça fait toujours un choc.

Teo -Ah oui. J’ai une question de Spiro (big up à lui), d’où vient le nom Absolut Treepsal ?

Koffi -Treepsal, en fait, à l’époque, quand je trainais avec Sidi Omar et Kameni, moi j’étais toujours dans les ambiances meufs. Les gens me voyaient ils me disaient « Mais toi tu fais toujours des trips sales » après c’est resté dans le concept. Maintenant, quand on a voulu revenir avec un nouveau truc, on voulait toujours rester dans l’ambiance Treepsal. Parce que c’est un concept qu’on vit. On a trouvé Absolut parce qu’à l’époque c’était quand on a commencé à boire, donc on a pensé à Absolut Vodka. Là on a dit qu’on allait s’appeler Absolut Treepsal. Pour donner un côté luxueux à notre truc. Ça fait penser à un truc beau, un truc bien, tu vois ? Absolut ça pète, tu vois ?

Spleenter -Dans une vidéo que vous avez faite, on vous voit dans la rue… je sais plus comment elle s’appelle cette video. Peut-être « Absolut dans la rue » (une imagination débordante) ou un truc comme ça.

Koffi -« Fait kiffer » ? Quand on montre la bouteille de Smirnoff ?

Spleenter -Ouais ! Celle où vous dites « c’est ce que les negros du quartier ont dans les couilles, ça ! »

Koffi -Voilà ! (rire général) C’est par rapport à ce délire. Parce que franchement, nous, on est dans une ambiance « gangsta ». J’aime pas trop employer ce mot là mais on est vraiment gangsta. Mais quand je dis gangsta c’est pas comme les américains. Mais un peu comme tout le monde, tu vois ? Et nous on veut vraiment mettre ce côté là en avant. Fumer, boire, faire la fête, baiser. Comme tout le monde. Mais nous on le revendique vraiment. Certains rappeurs, je sais pas si c’est par rapport à la famille ou par rapport à la religion, ils aiment bien mettre ça en retrait, faire des trucs mais pas trop le dire. Alors que nous on préfère le dire directement. C’est plutôt ce côté là. Mais je vais pas dire qu’on est les seuls à le faire. Moi je sais que tout le monde le fait, mais y a certains rappeurs que je connais qu’aiment pas trop le dire. Ils ont une certaine image.

Spleenter -C’est vrai que c’est ce qui m’avait le plus accroché au début, c’était le solo d’Autop C sur « Mon arrondissement favori« . Genre « nous on est des sales races mais on s’assume »

Koffi -Ouais. C’est un peu notre concept.

Teo -Des phases comme « tu peux plaindre mes parents, mais j’en ai rien à branler. »

Koffi -Voilà, on essaie de travailler ce style là. C’est un côté egotrip mais tout le monde fait de l’egotrip dans le rap français. On essaie plus de sortir des phrases de tous les jours. Mais je répète bien : tout le monde le fait. Mais certains, c’est pas qu’ils ont pas les couilles, c’est plus par rapport à une certaine pudeur qui fait qu’ils le disent pas. Nous on a vu que c’était un truc que personne faisait, ou avait peur de faire. Ça fait des années qu’on s’est lancé dedans c’est pour ça que maintenant on balance toujours comme ça.

Spleenter -Ça c’est marrant parce que c’est un truc qui caractérise le 19ème, dans le rap.

Koffi -Franchement, ouais. On va dire qu’y a une nouvelle école dans le 19 là. Après qu’il y ait eu Oxmo ou Pit Baccardi qui étaient vraiment dans la fiction. En fait c’était du vécu mais eux ils te le montraient vraiment comme une fiction. Mais nous on essaye de jouer sur un autre truc.

Teo -C’est plus rentre-dedans, plus brut.

Koffi -Voilà, c’est plus brut. Comme ce qu’on écoute, t’as vu ? Du Dipset, du G-Unit.

Teo -Ou du Three Six Mafia ?

Koffi -Ouais ! Moi j’adore Three Six Mafia !

Teo -Parce qu’y avait eu une pochette qui ressemblait à celle de « On passe du shit à l’industrie du disque » (en fait c’était une pochette de Project Pat mais on va dire que c’est pareil).

Koffi -Si si. Moi j’écoute du Three Six Mafia. Déjà, tout ce qui est cainri, moi j’aime bien. Que ce soit West, que ce soit ATL, ça m’inspire toujours. Après c’est sûr que j’ai des préférences… Three six Mafia ils ont fait des bons trucs. Project Pat, tout ça, ils ont fait des trucs lourds ! Donc moi je connais. Tout ce qui est bon, moi j’écoute. Peut-être, en scred, c’est ça qui nous influence. On sait pas.

Spleenter -C’est vrai qu’au niveau du discours, du délire, c’est très Dipset. « Nous on arrive. On vend du crack, on s’amuse »

Teo -« Et on s’en bat les couilles. »

Koffi -Après, y a des gens qui aiment pas. Mais nous on insiste sur ce côté là. J’ai entendu toutes sortes de critiques « vous vous balancez tout seul, vous vous grillez, vous êtes des fous, vous mentez, vous exagérez… » Alors, peut-être qu’on exagère, mais ça reste de la musique. Quand tu fais de la musique, c’est comme quand tu vas voir un film. Dans un film Américain, ils mettent directement le gros paquet. Si tu veux une petite comédie française, ça me fait rire, mais quand tu veux un blockbuster, comme ils disent, tu mets du lourd. Nous on fait notre musique, on met du lourd. C’est à dire : si j’ai baisé une meuf, je vais te dire que j’en ai baisé 100 ! sinon où est l’intérêt de m’écouter ? (rires) C’est pour ça que nous on gonfle toujours. Si je vends une barrette, je vais te dire que j’en vends 100. C’est comme ça, faut faire kiffer les gens. quand tu restes toujours dans le minimum, moi je trouve qu’y a pas trop d’intérêt. Mais chacun son style. Y en a ils sont bons dans le rap conscient, l’introspectif. Certains ont plein de styles. Mais nous on essaie vraiment de développer ce truc là, egotrip avec du vrai rentre-dedans, comme vous avez dit.

Teo -Quand on écoute, au premier abord, on se dit que c’est vraiment du rap de rue. Ça parle de deal, de diez, de bizness, mais quand on écoute vraiment, ce qui revient le plus souvent c’est les meufs. C’est pas les backstreet boys non plus, mais ça revient presque à chaque morceau.

Spleenter -Surtout les meufs casées. (rires)

Koffi -Nous, quand on a commencé la musique, je te mens pas, on s’est toujours dit qu’il fallait déjà, comme t’as dit, qu’on arrive avec une truc rentre-dedans. Fallait qu’on en fasse toujours plus. Et surtout, nous on veut un public féminin. Parce que moi j’ai vu et y a certaines études, certaines statistiques qui montrent que les meufs, c’est elles qui achètent et c’est elles qui poussent à acheter. Sans faire le suceur, quand y a une meuf qui écoute quelqu’un, t’es là tu dis « T’écoutes quoi ? » elle t’énerve. Mais après : « Pourquoi t’écoutes celui là ? » Elle, elle peut t’amener à écouter quelqu’un. Souvent t’écoutes ton pote, il te dit « t’as vu, y a le dernier Project Pat » mais souvent, les meufs, c’est des dingues donc elles rentrent dans un autre concept. C’est pas des fanatiques mais plus des groupies. Elles te font écouter leur truc. Donc nous on essaye de vraiment toucher les meufs. Si t’arrives à avoir les meufs et les mecs, c’est opé. Nous on est là pour vendre ou au moins pour plaire. Et pour faire kiffer notre musique faut faire kiffer les mecs et les meufs. Donc c’est pour ça qu’on parle beaucoup de meufs, parce qu’il faut qu’on les touche. Parce que ce qu’on dit c’est quand même réel. Y a des meufs elles sont casées et elles déconnent, tu vois ou pas ? Et des meufs bien aussi. Comme nous on est parti sur un truc négatif et qu’on accentue toujours on est forcés de parler des meufs casées, qui font des bêtises. Nous on est là, comme ils disaient IAM, on est là pour le côté obscur (rire général). On est là pour ramener le côté obscur dans ce business.

Teo -Là tu prêches un convaincu. Les meufs casées c’est plus facile à pécho que les autres.

Koffi -Mais oui ! Une meuf casée c’est toujours plus simple à serrer.

Teo -Là on va revenir sur un truc que t’as dis tout à l’heure… en fait ça va être un peu anarchique cette interview.

Koffi -Y a pas de souci, c’est cool. Moi j’aime bien.

Teo -Tu disais que chacun amène sa couleur dans Absolut, t’amènes quelle couleur toi ?

Koffi -En fait, moi je bouge beaucoup en soirée. Ça va toujours dans le même délire, le délire Absolut Treepsal mais moi ça va plus être des sons club. Comme un peu Rick Ross, comme il faisait Biggie. C’est à dire la banane, je vais faire des sons qui bougent mais dans mes textes je vais toujours rester hardcore. Je vais te parler de meufs, de rue, de drogue, mais plus dansant. C’est pour ça que j’ai un délire Clubbanger.

Teo -C’est le nom d’un de tes morceaux.

Koffi -Dans « Mon arrondissement favori » oui.

Teo -Et y en a un second avec 2 autres gars.

Koffi -Avec 2 petits de chez moi : LOgbi et Rhod. Clubbanger c’est le concept que je vais faire. Sinon ça parle toujours de la même chose, mon street album il va s’appeler « Champagne & coke » (rire général). On va sortir les délires club, champagne et la coke. Coke, je parle des 2 côtés. Du vendeur et du consommateur.

Teo -Parce que tu consommes toi ?

Koffi -Coke, non. Shit, ouais. seum, ouais. Mais coke ça m’est déjà arrivé, avec des meufs… je me suis fait baisé, mais bon. Je vais pas te mentir, ça m’est arrivé 2 ou 3 fois. C’est pas un sujet tabou pour moi, de toute façon j’ai grandi dedans. Mais aller dire que je suis un consommateur, je pourrai pas. On peut dire que je fume du shit, mais on peut pas dire que je tape de la c. Mais si tu demandes, les gens qui me connaissent savent que j’ai déjà pris 2 ou 3 fois. Celui qui te dit qu’il a pris qu’une fois, c’est toujours le mec qui ment. Mais après, aller dire après que je suis un consommateur, non.

Spleenter -Ou le revendiquer dans tes textes…

Koffi -Non plus. Mais je peux revendiquer que je fume du shit parce que ça je le fais régulièrement. Je bois de l’alcool aussi régulièrement. Y a des trucs que je fais régulièrement. Mais dire que je suis tapeur de c, j’en vois pas l’intérêt vu que je fais pas ça tout le temps. Après si je le fais tout le temps, peut être dans mon prochain album je le dirai. Moi ce dont je parle dans mon album c’est que quand t’es dans le monde de la coke : tu vends, les gens ils consomment et souvent, sans faire exprès, t’en prends par rapport à d’autres délires Parce que quand tu vends de la coke…

Teo -Tu rencontres d’autres mecs qui sont dans d’autres trucs.

Koffi -Voilà. Et eux, sans faire gaffe, ils peuvent t’amener à ça. En fait, y a 2 types de consommateurs. Y a le consommateur qui vient acheter dans ta cité et y a le consommateur qui est sur les Champs. Lui il est là avec sa berline dans sa bête de maison avec des bêtes de gos. Tu viens, tu livres ton truc et après tu rentres chez toi. Mais un jour il te dit « Tu veux pas rester avec moi ? » Et toi t’es là « qu’est-ce qui se passe , mais qu’est ce qui se passe ? » Après il te dit « vas-y, y a des meufs. » Je reste. Après ça devient ton pote. Tu rentres dans d’autres délires. Tu vas en boite avec. C’est tout un monde. Ensuite c’est à toi de prendre du recul et te dire « je perds les pédales, je pète les plombs ou pas ? » Parce que eux c’est un style de vie qu’ils ont, ils habitent sur les Champs, ils sont plus riches que toi. Toi t’es le dealer tu viens donner ton truc. Faut voir, soit tu veux rester avec eux et faut assumer, parce que c’est un style de vie qu’ils ont. Peut-être c’est des chefs de publicités, des trucs comme ça. Toi t’es là, t’es qu’un dealer. Qu’on peut remplacer à la minute. J’en ai vu plein. C’est ça que je raconte aussi, y en a plein qui ont été donnés. Quand ils ont des couilles, ils balancent pas, ils tombent. Après un autre les remplace. Moi je parle un peu de tout. Et de champagne. En fait je dis champagne & coke parce que c’est un cocktail explosif pour faire la fête. Et c’est un cocktail explosif aussi pour être dans la merde. Moi je montre le côté festif mais aussi l’autre côté. Pour avoir du champagne et de la coke, les gens ils pètent les plombs. Le revers de la médaille. Ça finit pas forcément bien.

Spleenter -Justement, ce côté là, le côté sale, on s’assume, on a l’impression que c’est très typique au 19ème. On fait pas la morale et on y va à fond.

Koffi -En fait, je sais pas comment ça s’est développé, mais à partir d’Oxmo et de Pit, y a plus rien eu dans le 19ème. Et comme ils disent souvent dans le 94, ils revendiquent que ce sont des braqueurs. Je te mens pas, que tu sois blanc, noir, arabe ou chinois dans le 19ème, tout le monde a dealé, tu vois ou pas ? Tout le monde, au moins une fois dans sa vie. C’est un truc que tout le monde a fait, même si maintenant tout le monde fait autre chose, mais tout le monde a vendu au moins une barrette, une connerie. Ce qui fait que nous, quand on est rentré dans le truc et qu’on avait rien et qu’on était dans notre ghetto, on a créé une certaine école. Ce qui fait qu’entre nous, on était tous ensemble, chacun balançait ses textes et parlait de son vécu. Et nous on s’est lancé un délire, on parlait toujours de drogue, de drogue, de drogue. Ce qui fait que même les petits qui nous suivent, quand on balance des trucs à la radio ou sur internet, ça reflète toujours ce qu’on vit. Parce qu’en fait on nous a ghettoïsé. Si tu regardes bien, dans le rap français y a toujours la banlieue : 93, 94, 95…

Spleenter -92 !

Koffi -Tu vois ! Y a même le 18e mais on parle jamais du 19e.

Teo -Avant c’était le 20-1 mais c’est vrai qu’on entend moins ça, maintenant.

Koffi -Voilà, mais on a toujours été dans une sorte de ghetto, toujours à rapper dans nos salles, dans nos MJC, à galérer. À rapper dans nos voitures ou dans le hall, ce qui fait que maintenant y a une certaine école et chacun s’est passé le mot sans faire exprès. C’est à dire que nous on va parler de drogue en voulant peut-être copier un peu les mecs du 92, ceux qui bicravaient au Luth, à Asnières-Gennevilliers, des trucs comme ça. Nous on a voulu lancer un truc comme ça. Ça va être notre sorte de marque. Y a pas que ça dans le 19 mais ceux qui font vraiment du rap hardcore, je te mens pas, ils parlent de ce qu’ils font. Ils parlent de leur vécu ou de leurs amis, leurs proches, mais ça reste très drogue. C’est pour ça qu’on dit qu’on est le Harlem de Paris, ça vend beaucoup de drogue. Ça parle de meufs, d’embrouilles, de tout, mais tout le monde parle de drogue.

Teo -Ça me rappelle qu’à un moment je trainais souvent près de Jourdain, c’était un petit coin tranquille mais c’était un four. T’habites au rez-de-chaussée, t’as des petits de 17ans ou moins, ils sont assis sur le rebord de ta fenêtre, t’ouvres, tu demandes si quelqu’un à un 20, un 30, etc…

Koffi -Tu vois ? Je te mens pas, dans le 19ème tout le monde a vendu au moins une barrette et même si c’est pas toi, c’est ton pote, donc tu connais. Pour braquer, faut peut-être des couilles, mais dans le 19ème ça deale à l’école, en bas de chez toi. Ou même si t’es ce qu’on appelle un porte-avion, un petit que t’envoies chercher. Ou un grec frite. Ou même si tu prends pour un pote, y a toujours de la drogue dans tes mains. Même si après tu fais autre chose, tu joues au foot, tu peux même être avocat, mais tout le monde a de la drogue dans ses mains. Moi je suis là depuis 1993 et j’ai toujours vu de la drogue. Que ce soit les toxicos, l’héroine, le crack, les extas, la beuh, le shit, le marocain, j’ai toujours vu de la drogue. Même si j’étais pas à fond dedans, mais j’en entendais parler, je voyais des gens. Donc en rappant, c’est rentré dans nos textes. Comme les gens du 94 ils parlent de braquage, c’est comme ça.

Teo -C’est identitaire.

Koffi -Voilà. C’est notre identité. Après y a des gens ils essayent d’être un peu plus « hype », d’être un peu fashion, de faire des trucs stylés comme, par exemple, la Famille Haussmann avec qui je travaille beaucoup.

Spleenter -Ah oui, c’est vrai. Les Ghett Dip.

Teo -Ah bah les Ghetto Diplomats ils étaient quand même là pour représenter le 19e après Ox et Pit.

Spleenter -C’est toujours Cambrai ?

Koffi -Ouais ils sont toujours à Cambrai. Mais eux, c’était les petits d’Oxmo et Pit. Quand ils sont partis en couille, je veux dire quand ils se sont séparés de Time Bomb, ils les ont un peu laissés dans la merde. Les Ghetto Diplomats ils ont dû se débrouiller pour revenir.

Teo -Y a eu le truc commun avec les X-Men.

Koffi -Voilà. Ils ont été Jedis, après ils ont été Ghetto Diplomats.

Teo -Entre Jedis et Ghett Dip, y avait même Korporation Bordelik.

Koffi -Voilà, Korporation Bordelik. Ça veut dire qu’ils ont fait plein d’équipes avant de revenir en Famille Haussmann.

Teo -C’est un truc propre au rap Parisien ça. Absolut c’est donc toi et Autop mais avec plein de ramifications autours, récemment y’a la Sexion d’Assaut qui était un collectif avant avec le groupe 3ème Pro et des mecs en solo, y a l’Institut pas loin, maintenant t’as 1995 avec l’Entourage ou je sais pas quoi…

Koffi -Ouais, 1995, les mes de banlieue, là ?

Spleenter -Ils sont surtout de Panam.

Koffi -Ah ? Je savais pas. Y en a pas qui viennent de Gennevilliers ?

Spleenter -Si, je crois que t’en as un qui vient de Gégène, un autre de Villeneuve, ouais.

Teo – à l’ancienne y avait aussi ATK… Plein de gros collectifs avec plein d’affiliations, c’est une technique de base du rap parisien pour embrouiller les auditeurs ?

Koffi -Non mais Paris c’est petit. c’est une expression comme « fais de la psy » ou « c’est bavon » mais c’est vrai « Paris c’est petit« . Donc on se retrouve partout. On fait pratiquement les mêmes choses, ça fait du sport dans les mêmes clubs, certains le basket, certains le foot, on traine dans les mêmes cités, on a pas de mal de passer d’une cité à une autre, à moins d’une grosse embrouille. Mais ça veut dire que moi je peux trainer dans un coin, par rapport à des cousins, par rapport à des amis, on a les mêmes écoles. Donc dés qu’il y a quelque chose qui nous rassemble, on est tous partis ! Y a des affinités aussi, j’avoue. On a pas de mal à faire des connections. On est amenés à faire les mêmes choses sur Paris qui font que. On fait les mêmes boites, on fait les mêmes puces, y a Châtelet, y a Opéra, je sais pas, y a les Champs. Tout le temps ça gravite autour de ça. Les clubs c’est les mêmes. On rentre pas dans tous les clubs, mais le peu de club où on rentre, on va retrouver les mêmes gens. Donc à la fin on est potes. On se voit 2, 3 fois. À la 4ème fois « ah ça va mon pote ?« . Et voilà, c’est du direct.

Spleenter -Et d’où vient l’expression « tu fais de la psy ? » c’était là avant que t’arrives ?

Koffi -Ça c’est nous. Je te mens pas, nous à Cambrai on a inventé beaucoup d’expressions. Fais de la psy, ça vient de Cambrai. Comment t’expliquer… C’est un truc qui est réel, mais toi tu veux faire du cinéma. Par exemple, moi je te dis « Tu kiffes Booba ? » tu dis « Non » bah je te dis que tu fais de la psy. Après y en avait plein des expressions. « Réveille toi » ou « T’es sérieux« .

Teo -Celle là on les connait, mais faire de la psy c’est vraiment chez vous que ça se dit.

Koffi -Y a Cambrai et y a le 19ème, mais ‘fais de la psy‘ c’est vraiment de chez nous, de Cambrai. Comme je te dis, c’est un truc qui est sûr mais tu fais du cinéma. Y a toujours des gens qui font semblant. Au lieu de dire qu’on fait style, on dit faire de la psy.

Teo -Tu parles de Booba, tu parles de la Sexion, tu kiffes qui d’autres dans les têtes d’affiches du moment ?

Koffi -Ceux connus là ? Franchement j’aime bien Booba.

Teo -Même le dernier ? (c’est pas beau de vouloir influencer la réponse des gens, Teo)

Koffi -Toute sa carrière, même le dernier j’aime bien aussi. Sexion d’Assaut, ça va, j’aime bien. Après je dirais pas que c’est mon groupe préféré, mais j’aime bien et ça s’écoute. Moi je suis un rappeur, donc en tant que rappeur je trouve que les sons qu’ils utilisent et comment ils travaillent leurs morceaux, ils font un bon taf. Je kiffe pas tous les morceaux mais Booba, j’aime bien, La Fouine, j’aime bien. Rohff j’aimais bien… je vais dire j’aime bien. C’est le dernier album que je calcule pas trop mais sinon j’aime bien. Je vais pas le tuer pour un album, t’as vu. Nessbeal aussi j’aime bien.

Spleenter -Il avait posé avec un mec de chez vous Nessbeal.

Teo -Koussek, je crois.

Koffi -Ouais voilà. je le connais bien Nessbeal, par rapport à cette connexion là, maintenant on se connait. Parce qu’en fait il connaissait un grand à nous qui nous l’a présenté. Y a qui encore ? Je te parle des rappeurs connus, hein ? Y en a plein. Y en a d’autres que j’écoute mais ils sont pas connus. Comme on a dit, Joe Lucazz, la Famille Haussmann, Seth Gueko aussi j’aime bien. En fait, je suis pas à fond sur un rappeur à 100%, mais je me laisse toujours niquer par un morceau. Si tu rappes c’est que tu peux toujours sortir un bête de morceau. C’est comme si tu vas chez un mec qui fait des instrus, il peut t’en faire écouter 200, elles seront pétées. Mais y en aura une qui va te plaire. Je pars toujours de ce principe là. Quand tu vas chez un mec qui fait des sons, toujours il te saoule. Mais tu vas toujours tomber sur un où au pire tu vas lui dire « retaffe le un peu stp » mais y en a toujours un qui va te plaire. Pour moi c’est comme ça la musique, si t’es là et qu’on entend parler de toi sur internet c’est pas moi qui vais venir te dire que t’es pété. Je suis honnête, je dirai « j’aime pas – j’aime pas – j’aime pas » mais je me dis que si t’es là y a quand même quelque chose qui va me parler. Sexion d’Assaut au début je calculais pas mais je me suis dit « y a peut-être un morceau qui va me parler » après ça a été le cas. Maintenant, je serai pas toujours derrière eux. Par exemple si y a un concert de Sexion d’Assaut ou Booba, je te le dis, je préfère aller à celui de Booba. Je veux aller voir le spectacle. Mais si un pote me dit qu’il a été voir Sexion d’Assaut et que c’est bien. Peut-être j’irai au prochain.

Teo -Pourtant Booba sur scène y a moins d’énergie que la Sexion, non ?

Koffi -Ouais, mais moi je parle d’un côté artistique, d’un côté show. Parce qu’il a une manière de vendre sa musique.

Spleenter -Il va ramener des danseuses.

Koffi -Voilà. Sexion d’Assaut ils sont neuf sur scène. Ils ont chacun un couplet, ils tournent. Ils font les backs, tout ça. Eux même c’est des backeurs. Alors que Booba il est tout seul. Donc je suis plus amené à allé voir ce que booba il va donner ou pas. Ça veut pas dire que Sexion d’Assaut c’est pas bon, moi j’aime bien.

Teo -T’as un esprit très compétition, tu regardes ce que font les autres.

Koffi -Toujours. Je regarde toujours ce qui se passe, pas pour faire comme eux. Quand on te parle des autres c’est toujours mieux de pouvoir dire « je connais ». On peut pas tout connaitre mais souvent je vais sur internet. La dernière fois je vais sur facebook, je vois ça parle de 1995. Pourquoi ils parlent ? Je suis parti sur youtube, j’ai regardé. J’ai regardé leur truc, y a au moins une chanson qui m’a plu. Je me dis ça va, ils se débrouillent, tu vois ou pas ? Ça me fait penser au délire Sexion d’Assaut et même La Cliqua de revenir comme ça, sac à dos. Moi j’ai connu toute cette période. Donc voilà, je kiffe. Moi j’ai déjà mis les sacs à dos, on est partout, on tourne, on monte sur toutes les scènes alors qu’on n’est pas invités. On freestyle, on arrache le micro, tout ça.

Spleenter -C’est un côté qu’on imagine pas spécialement chez vous.

Koffi -Si si ! Je suis passé par là. Tu prends le RER, tu vas loin, tu vas à Cergy Pontoise, à l’époque y avait le truc à Bobigny, le festival XXL, tout ça. Tu prends ton sac à dos, t’es là t’as ta casquette. Je connais. Tu prends le métro à Châtelet, on est 20. J’ai fait la guerre, tu vois ou pas ? quand je revois des gens qui reprennent ces codes là, même si ils sont plus jeunes, je me dis que je suis passé par là. C’est quand même bien. Bon après, en grandissant, tu rentres dans un autre délire. Parce qu’à l’époque j’avais que mon sac à dos, j’étais pas trop dans le quartier, j’étais plus à aller voir si y avait des meufs à Châtelet, t’as vu ? J’étais à fond dans la musique, fallait aller voir si y’avait des studios pour poser. On avait pas l’argent pour prendre des studios donc quand y avait un plan, que quelqu’un posait, il fallait y aller direct. Y a des tapes où on s’imposait. Mais en grandissant t’as besoin d’acheter des habits etc.. Et comme j’étais dans le 19, comme je dis dans un texte qui sera dans mon album, sans faire exprès, je me suis mis à faire les stupéfiants. Je voyais déjà les gens faire, mais j’en voyais pas l’intérêt. Mes parents ils me donnaient un peu de billet, de l’argent vite fait. Pas beaucoup non plus, mais un peu d’argent de poche. Et un jour, je sors de chez moi et 2 ou 3 fois on me dit « t’as pas quelque chose mec ?« … Attends ! Après tu réfléchis, tu vois ou pas ? T’as même pas besoin de créer un terrain, d’être Tony Montana, juste tu descends. T’as pas besoin de créer un truc ou d’avoir une arme et de tuer des gens, juste tu descends en bas de chez toi pour acheter le pain pour ta maman et on te dit « hé mec, où est-ce que je peux avoir une barrette ?« .
Genre t’as juste à l’appeler dans un coin si t’as ta barrette, tu vois ? Après tu te mets dedans. Après, comme t’es un mec, t’es con. Tu te mets à vendre encore plus de truc. Moi c’est comme ça que c’est parti. Après tu commences à te structurer, à dire « hé mon pote, maintenant je fais du biff. Toi aussi tu fais du biff. Viens on se met ensemble on fait un gros truc. » Puis tu sors, y a les meufs, les bouteilles, les vacances, Thailande, Brésil, Etats-Unis, Afrique. Ça te pousse à en faire encore plus, jusqu’à ce qu’un jour, les keufs viennent. Après ça dépend si tu continues ou si tu t’arrêtes. Mais en fait, ce que je veux dire c’est que t’as une facilité pour en vendre, c’est même pas une question de couilles. C’est à toi de te prendre la tête, à avoir la bonne qualité, avoir les bons prix. Mais en vendre, tu vois, c’est pas un souci.

Spleenter -D’ailleurs, si c’est pas déjà fait, sur ce truc là faut que tu mettes en intro le passage de Traffic où t’as un mec qui dit exactement ça : « Imaginez si dans un quartier blanc pavillonaire, t’avais 100 noirs qui arrivent pour demander du crack. Le lendemain, tous les blancs ils en vendraient. »

Koffi -Grave ! Mais ça va vite, hein ? Plus t’avances dans ce délire là, plus t’auras des gens pour te demander des trucs, ce qui fait que tu t’arrêtes plus après. C’est toi qui te mets en mode stop « bon j’arrête. » Mais sinon t’es amené à voir d’autres gens qui te proposent d’autres structures. Par exemple, au début je faisais du shit et quand tu fais du shit y’a toujours un mec qui te dit « et au fait, t’as pas de la coke ?« . Toujours ! Et après toi t’es là et tu te dis « ah ouais ! La prochaine fois, je vais le faire ce billet là ! » (rire général) Et maintenant tu te mets à ça. Ça s’arrête pas. Donc à un moment fallait qu’on paye nos heures de studio, tout ça ça nous a aidé à sortir nos albums. Mais entre temps y en a certains… En fait, comme je te disais dans Asbolut Treepsal au début on était 5 ou 6. Et sans compter Kapacci et Express. Y’avait Freddy Crack, souvent je parle de lui dans mes textes, lui il est bé-ton. Y a Tony il est bé-ton, il est encore en taule là. Y en a plein…

Teo -Tony il avait posé sur L’Alien de Sir Doums ?

Spleenter -Ah, c’est celui là ?!

Koffi -Voilà, bah lui il est béton aussi. Après y a Autop-C, tu connais, y a des périodes dans le rap où t’arrêtes, comme t’as dit tout à l’heure, toi t’es auditeur et parfois t’arrêtes d’écouter du rap. Quand t’es rappeur aussi, parfois t’en as marre. Tu t’arrêtes puis tu reviens. Ce qui fait que même à Génération, un jour un mec nous a dit « Ouais mais vous faites tellement de bêtises, sortez un vrai truc. » Après on a dit « on va essayer. » Peut-être même que là, mon album là, il est fini à 75% et peut-être que je vais pas le sortir. Mais j’essaye de le terminer, de le sortir. J’ai commencé à faire des clips. On va voir.

Teo -T’as déjà commencé à en sortir ?

Koffi -Ouais, j’en ai mis sur facebook.

Spleenter – Par rapport à d’autres groupes qui sont pas diffusés, et qui maintenant prennent leur revanche sur le net, comment ça se fait que vous soyez pas plus présents ?

Koffi -Parce qu’on calculait pas trop, je te mens pas. On était plutôt dans la folie, on va dire. Moi je dis que ce qui nous a beaucoup manqué et qu’on va essayer de taffer là, c’est la structure. Ça nous a beaucoup manqué.

Spleenter -En attendant que Teobaldo trouve les clips sur youtube. Le nom il vient d’où ?

Koffi -Lequel ?

Spleenter -Koffi Trop 2 Style.

Koffi -Alors Koffi c’est moi. Je m’appelle vraiment Koffi. Et Trop 2 Style c’est par rapport à quand je trainais encore avec Sidi Omar et Kameni ; parce qu’avec les meufs, toujours, quand j’étais jeune on me disait tout le temps « Ouais mais arrête, toi tu fais trop de style, mec ! » (rire général, on s’est beaucoup marré dans cet interview) « Ouais mais toi t’es vraiment Koffi trop de style, enfoiré ! » Et c’est resté, tu vois ? (il regarde l’écran de l’ordinateur) Ah voilà. C’est celui là.

Teo -Donc ça c’est le clip de « Ok negro. »

Koffi -Ça normalement c’est l’intro de mon street album.

Spleenter -Ça va, il est propre quand même au niveau du grain de l’image. (et évidement, au moment où il dit ça, youtube plante…)

Koffi -Ouais. Ceux qui font les vidéos, là, c’est Les Grands Lacs. C’est ceux qui ont sorti « Mon arrondissement favori », c’est mes potes. Ils vont faire quelques uns de mes clips, parce que je suis parti pour en faire 20.

Spleenter -Tu vas tout clipper ?

Koffi -Ouais, tout, tout ! Comme t’as dit on était pas sur internet. Là on est obligé de revenir. Parce que la visibilité c’est dur. De toute façon on vise pas la signature, mais il faut du visu. Donc on va bosser sur ça.

Spleenter -Du coup c’est en indé ?

Koffi -Ouais, c’est en indé et on va essayer de chercher une distribution et au pire le balancer sur tout ce qui est téléchargement légal. Ce qu’ils appellent digital. I-Tunes, tout ça. C’est bon, j’ai un contrat avec un believe. Ça vous dit rien believe ?

Les 2 -Euh… (on reconnaît les cancres)

Koffi -C’est comme une distribution qui fait les plates-formes digitales : fnac, SFR, Nokia, Virgin, etc… J’ai un truc avec eux, on va voir, quoi.

Spleenter -T’as un label en indé ?

Koffi -Non, tout seul. Nous c’est que de l’auto-prod. Mais après, quand je vais terminer mon projet avec tous mes clips, tu sais, je vais aller voir des équipes, essayer de faire une co-prod. Mais là, comme nous notre rap il est un peu rentre-dedans comme t’as dit, les gens voient déjà les problèmes par rapport à ça. Ils veulent pas avoir cette image de bêtises, de drogues ou de meufs, tout ça. Donc je préfère tout terminer et comme moi j’ai quand même un côté artistique, je sais comment je vais essayer de le vendre aux gens. Je préfère tout terminer avant qu’on rentre dans mes affaires et me dire « fais pas ça. » Je préfère arriver avec le tout terminé et dire aux gens « Tu veux t’associer ou pas ? » Mais à la fin j’aurais peut-être quelques feats, c’est pour ça que je dis que c’est fini à 75%. Peut-être avec Joe Lucazz ou des plus connus comme Seth Gueko et Nessbeal. C’est ceux que je connais vraiment.

Teo -Justement, Joe est sur un morceau avec Kapacci sur Mon arrondissement favori, « Caillera caillera ». Un bon petit son. Mais y a jamais eu de vraie connexion Joe avec Absolut.

Koffi -Non. Enfin si, y en a eu, mais on les a pas encore sorti. Y’en a 2 ou 3 qui traînent.

Spleenter -Bah faut y aller là.

Koffi -Ouaaaaaaiiiiiis. Mais on va balancer là. On va balancer ! Déjà on va faire le clip sur le court métrage qu’il est en train de m’écrire, là. Ça va être tourné et on va prendre les images pour en faire un vrai clip. Et je serai en feat avec lui.

Spleenter -Tu peux déjà balancer le thème du court ou c’est trop tôt ?

Koffi -Ça parle d’un mec qui sort de taule et qui reprend les affaires. Ça parle de business encore. Mais de quelqu’un qui sort de taule qui a perdu son biz depuis, et qui revient un peu malgré lui aux affaires. Parce qu’il a des trucs à régler. Il vient pas pour se remettre directement dedans mais il y est amené indirectement par rapport à sa famille, ses cousins. Ça parle de truc comme ça.

Spleenter -C’est l’impasse version 19ème.

Koffi -Voilà ! Tu vois ou pas ?! Donc ça va durer entre 10 et 15 minutes.

(Youtube a enfin chargé la vidéo, on envoie. Vous noterez la référence biblique « avant la fin du jour tu me renieras par 3 fois » )

Koffi -Ça parle un peu de moi, je rappe à propos du fait que je me sois fait péter, dernièrement. Y a environ un an. Mais bon, je suis pas béton, je suis resté en contrôle judiciaire 8 mois jusqu’au jugement et là j’ai encore 5 mois de mise à l’épreuve et 1 an de sursis, par rapport au stupéfiants et je parle un peu de ça.

Teo -Ce son là il est très solennel. Y en avait déjà quelques uns avec Absolut même si c’est pas ce qui est mis le plus en avant.

Koffi -En fait ce son là c’est pour des personnes qui se reconnaissent. Parce qu’en fait moi, par rapport à mon histoire, on m’a balancé, tu vois ou pas ? (là Spleenter voit très bien) c’est à dire qu’y avait une commission, c’était une histoire où y a 10 personnes qui se sont faites arrêter. Ils m’ont arrêté à la fin. Et les personnes qui se sont faites péter communiquaient au téléphone quand ils étaient en prison et ils m’ont toujours dit que j’étais pas dans les histoires. Après on est venu quand même me péter. Donc je raconte un peu tout ça. Je parle un peu de zic, de tout. Et entre temps on a aussi perdu des potes, tu vois. C’est pour ça que c’est un peu solennel et je la mets un peu comme une intro. Y’a toujours un contraste, comme on avait un peu fait sur le premier album d’Absolut Treepsal. Sur l’album, y a le premier track, y a un mec là, le pasteur de Belly qui parle. (rire général)

Spleenter -Ah ouais, on allait t’en parler de ça.

Koffi -c’était pour montrer aux gens qu’on est pas si fous que ça. Après c’est comme votre blavog, ça dépend de comment tu le prends. Y a des gens qui disent qu’on est dingues mais il faut toujours un côté pieds sur terre. Alors t’apprécies, t’apprécies pas.

Spleenter -Ce passage du film, vous l’avez mis en intro et en outro.

Teo -Mais là où c’est fort, c’est que, déjà, c’est marqué interlude-intro et interlude-outro.

Koffi -La fin, c’est pour clôturer toutes les bêtises qu’on a dit au début. En fait le mec nous parle à nous. Parce qu’en fait nous on est ses negros, comme il dit, qui maltraitent les femmes, qui maltraitent les parents, qui maltraitent tout le monde. C’est pour montrer aux gens qu’on fait des bêtises, peut-être pas aussi accentuées que dans nos textes, mais on représente tout ça. Parce qu’y a des petits qui nous écoutent aussi, ils vont vraiment croire qu’on est oufs. Par exemple, toi tu m’écoutes tu te dis « c’est des oufs, mais normal« . Mais des petits, ils vont vraiment dire « Ah ! Putain ! Mais ils sont vraiment dingues ceux là ou quoi ? » Mais le truc à la fin, c’est une sorte de morale et le vieux, le pasteur, il nous parle à nous et à tous ceux qui kiffent notre album. Il est là pour dire « Vous êtes une génération qui partez en couilles, vous faites que des bêtises, vous maltraitez la femme, vous êtes des malades ! »

Teo -Vous avez quand même conscience de tout ça.

Koffi -Voilà.

Spleenter -On fait des conneries mais on le sait.

Koffi -Ouais, on le sait. C’est toujours ça. Même là, dans cet album qui arrive, j’ai une interlude dans le même délire. Toujours pour montrer aux gens que dans le mauvais y a du bon aussi mais on reste conscient de ce qu’on fait.

Teo -On savait plus de quel film ça venait, nous. Y’a un mois que je suis retombé sur Belly en VF et quand le pasteur arrive à la fin je me suis dit que je la connaissais presque par cœur sa tirade. « Tu représentes ce feu ! »

Koffi -Au début, l’entrée c’est pour montrer qu’on va commencer à dire des conneries. Parce qu’il le dit le mec. Et à la fin c’est la morale quand il dit à DMX « Vous avez foutu le bordel. Vous avez fait que des conneries. »

Teo -C’est un parallèle avec le personnage de DMX dans Belly ?

Koffi -Ouais un peu. Dans l’album on est des « mauvais » comme DMX un peu. T’as toujours le choix dans la vie mais par rapport à la musique que nous on fait, c’est pas qu’on est des comédiens mais c’est accentué dans la musique, si t’écoutes mon album, tu vas dire « c’est des sales races, c’est des pourris, c’est des oufs ces gens là, ils ont aucun respect et ils sont dingues. Ils sont fiers en plus de ce qu’ils font. C’est des cons mais ils sont fiers. » On est obligé de mettre un délire sérieux pour que les gens se disent « ils sont peut-être pas cons… Même si ils le font »
Après c’est au second degré, c’est quand même de la musique. Mais il faut toujours avoir ce message là. Enfin je pense. Dans le film avec Tony Montana y a quand même de la moralité. dans Scarface il fait le dingue jusqu’à la fin, dans tout le film mais quand on lui dit de tuer et qu’y a les enfants, tu te rappelles quand y a les enfants ?

Spleenter -Ah oui, quand il tue le mec de Sosa.

Koffi -Voilà. quand tu vois le film, tu te dis que c’est un dingue, mais c’est que vers la fin, dans ce passage, qu’il dit « je suis pas une merde, moi. Je tue pas les enfants. » Mais t’es un fou ! Pourtant il sait que sa carrière elle est morte, là. Donc même dans les mauvais films y a toujours une morale. On est obligé de mettre une morale dans l’histoire.

Teo -Quand j’avais fait écouter l’album autour de moi, je me souviens qu’y avait des gars pour dire « ouais mais ils sont racistes, t’entends ce qu’ils disent sur les blancs. »

Spleenter – Mais c’était pour les flics, y’avait une phase genre « Fouillés par la bac, ces fils de putes de blancs. »

Teo -Ou « j’aime le blanc que dans mon café »

Koffi -Ouais ! Ça c’est moi ! C’est une phrase que j’ai pris dans Malcolm X. Nous, le côté qu’on veut montrer, comme je t’ai dit, c’est le côté terre à terre. C’est à dire que nous on a vraiment une culture de films américains, quand ils disent « sales blancs », « sales noirs » parce que si t’écoutes bien l’album, souvent on dit « sale noir » « toi t’es qu’un sale negro ! » Tu vois ou pas ? Après « sale arabe » on le dit pas vraiment, je sais même pas pourquoi d’ailleurs.

Spleenter -C’est vrai que ça c’est le seul tabou dans le rap français (rire général)

Koffi -Maintenant, nous on le dit comme ils le disent dans les films US « t’es qu’un sale blanc », « t’as qu’un sale noir » parce que nous on est vraiment dans un concept cainri. Moi j’ai des potes blancs, c’est juste dans le concept on veut vraiment faire ricains et dire ça, parce que nous on est vraiment dans cette culture là. Par rapport à ça en tout cas. Je sais qu’on est pas tous dans la même culture en vrai et que certains peuvent mal le prendre mais maintenant y a des groupes commes les autres là, du 95/93 qui s’appellent « Les sales blancs. » Eux, ils sont dans ce concept aussi. Par exemple, un jour, j’étais sur facebook et eux ils ont une page et j’ai mis « j’aime les Sales Blancs », y a une meuf elle m’a dit « t’es un ouf ! Moi je suis une blanche, t’es un fou. » tout ça. Moi j’ai mis « hé ! hé ! va sur la page et tu verras. » parce que elle, elle avait vu que Les Sales Blancs et c’est tout. Mais après c’est vrai qu’on a pas vraiment fait grand chose pour contrecarrer ce que tu dis. Mais nous on dit vraiment « sale truc » etc… dans la vie. Mais c’est pas parce que je suis raciste. C’est comme quand on dit « sale enculé » ils me disent que je suis anti dep ou homophobe. Mais je suis pas homophobe, enculé ; mais t’es un enculé. Y’a plein de trucs où il faut expliquer. Et je t’en mens pas, si on me pose la question je m’explique. Mais si les gens se font leur avis sans me poser la question, c’est sûr, ils vont se dire que je suis un dingue, que je suis un raciste.

Teo -De toute façon, dans ceux qui captent pas ce délire là, t’as des mecs qui vont te dire que le rap c’était mieux avant et ils vont retourner écouter Ministère AMER où c’était déjà comme ça. Donc faut pas chercher à parler avec ces gens là. Ça n’a pas de sens.

Koffi -Tu vois ? Nous on a été bercés par des groupes, je te mens pas, c’était hardcore. Bon, La Cliqua ça va, mais Ministère AMER c’était hardcore, Démocrates D c’était violent, mon frère ! Avec « Le crime » ils disaient des trucs de dingues. Nous on est cool encore. Quand ils disaient « j’aime l’hémoglobine, le sang » je me rappelle de ça, moi.

Spleenter – « J’aime le sang, je n’ai aucun pas de sentiments ». (ce n’est pas une faute de frappe)

Koffi -Voilà ! Même Ärsenik au début, je sais pas si tu te rappelles quand il étaient 3, à la base. Avec Tony Truand.

Teo –L’Enfer remonte à la surface

Koffi -Mais c’était des oufs ! On écoutait du rap, c’était des oufs, mon frère. Donc nous, quand on dit sale noir, sale blanc, c’est comme si tu regardais Menace II society ou Boyz n the hood.

Teo -Y a des passages de films dans l’album. En plus du pasteur de Belly, y’a Adebisi dans le film de 50 Cent. Il s’appelle pas Adebisi dans le film, mais c’est Adebisi quand même.

Koffi -Get rich or die tryin, quand il raconte comment préparer sa came, là. Quand il donne des conseils.

Spleenter -Il parle de la dope comme d’une pute.

Koffi -C’est toujours pareil, on aime beaucoup tout ce qui est film. Le cinéma. On le fait parce qu’on aime bien mais c’est aussi pour montrer aux gens derrière que c’est pas que gratuit. C’est comme quand tu regardes un film d’horreur, y a du sang, ok, mais y a aussi un travail derrière. Même si on dit « fuck la police » je le dis pas tout le temps mais ça arrive, y a pas que ça. Derrière on pose sur des vrais sons, on essaye de respecter les 16 mesures, on écrit, on va en studio. On va peut-être dans les mêmes studios que Booba ou Obispo, tu vois ? Même si on dit « fuck la police » on va dans de vrais studios. C’est aussi pour montrer nos références cinématographiques et se faire plaisir.

Spleenter -On va rebondir là dessus. Dans tes références cinématographiques, y a quoi ? Si tu devais faire un top 5 des films qui t’ont vraiment bercé/ marqué.

Koffi -Un top 5 ça va être dur. Y en a plein. Parce que moi je regarde vraiment beaucoup de films. On va dire, dans le désordre, Menace II society, Pulp Fiction, Training day parce qu’on aime les flics mais les pourris (rire général)…

Après, Les affranchis. Après, franchement, je sais pas.

(ensuite Spleenter part sur un délire autour de « Il était une fois en Amérique » de Sergio Leone)

Koffi -J’ai dû le voir mais là ça me dit rien. Franchement comme 5ème film, je vois pas.

Spleenter -T’en es qu’à 3 de toute façon.

Koffi -Non, j’en suis à 4.

Teo -Je confirme, il en est à 4.

Koffi -Un cinquième maintenant…

Spleenter -T’as qu’à dire The Dark Knight sinon…

Koffi -Pourquoi pas. Mais je regarde trop de films, franchement, je regarde de tout. Non, ce que je suis pas c’est les films d’horreur. Mais sinon, que ce soit les petits budgets, les films à la française j’aime bien. Ah bah on va dire « Leon » tiens !

Teo -Grave !

Spleenter -C’est bien parce que tu commences par parler des petits budgets à la française pour finir sur Léon.

Koffi -C’est parce que je pense à ça, tout à coup. Mais le dernier film que j’ai vu, tu vois, c’est « Les petits mouchoirs »

Les 2 –Ah ouais ?! Carrément ?!

Koffi -Ouais ! Moi je regarde tout ! Parce que ça me permet de m’évader. T’as toujours des concepts à prendre, pas forcément pour la musique, même pour la vie de tous les jours. C’est toujours bien de voir des films.

Spleenter -On te prendra en photo et on fera un montage avec des petits cœurs autour. (là aussi, rires. Marrez vous chez vous aussi si vous le sentez)

Koffi -Ah ouais. T’as vu, c’est ça mon concept : je regarde beaucoup de films et j’écoute beaucoup de musique, un peu de tout. Tout ce qui m’ambiance : dance-hall, musique classique, afrobeat, rap, electro, house, ça dépend du concept.

Teo -Et qu’est-ce qui t’as donné envie de rapper ? Vu qu’à la base tu disais que ça rappait pas trop dans ton quartier.

Koffi -En fait c’est mon cousin, il avait un groupe à l’époque. Ça s’appelait Les Negres de +, là il continue à rapper il s’appelle Guiguipop. Il est plus en banlieue dans le 77. C’est pas trop connu, mais c’est lui qui a commencé à m’écrire mes 1ers textes. Je le regardais rapper, je kiffais. J’ai toujours voulu faire comme les autres, comme les américains. En plus, c’était l’époque de La Cliqua. C’était un peu avant Time Bomb. Avant y avait MC Solaar mais ça me disait vraiment pas grand chose. Mais j’aimais bien MC Solaar, à l’époque « Qui sème le vent récolte le tempo ». Après je me suis mis à rapper. J’ai retravaillé les textes que mon zinc me passait, je me suis lancé comme ça.
À l’époque où j’ai commencé à rapper, le rap c’était comme faire des bêtises, c’était comme voler des glaces.

Spleenter -T’allais pas dire à ta mère que t’allais poser en studio…

Koffi -Voilà ! Pour nous le rap c’était ça. On était à la cité et on répétait les textes des autres rappeurs. De La Cliqua, de Booba. C’est comme si c’était nous Booba. On rappait ses textes tac ! tac ! pendant qu’on jouait aux cartes, qu’on galérait. Y en avait d’autres qui jouaient au basket, nous on rappait, tu vois ou pas ? Donc après, t’es obligé de te mettre à rapper, c’est comme ça. C’est vite fait. C’est comme quand tu fais du vélo, c’est une culture. Tout le monde rappait. Même ceux qui rappent pas, ils rappaient les textes des autres.

Spleenter -Sur Mon Arrondissement Favori y a le fameux interlude de Gab’1 où il menace.

Koffi -C’est là où il dit que personne n’est allé au paradis, tout ça ?

Spleenter -Ouais. Donc lui étant aussi du 19ème, vous avez des connexions avec lui, ou pas du tout ?

Koffi -À la base, lui on le connaissait par rapport aux histoires qu’on nous racontait sur lui en grandissant. Parce que nous on a grandi quand lui il était déjà en taule. Après il est revenu dans le quartier et comme c’est un mec du 19, nous on lui donnait le respect comme à un grand. Après il est tout le temps avec nous, donc un jour on lui a demandé comme ça, quand il a commencé à rapper. « Est-ce que tu peux faire un truc avec nous. » Lui il a dit « pourquoi pas, vous êtes les petits du quartier. Ouais je vais le faire « . Lui c’est pas un mec compliqué. Surtout qu’on est des gars du 19.
Il a dit directement « je le fais » et vu que lui il aime bien partir dans des longs discours et se lâcher, il a fait son interlude de dingue. Lui faut l’arrêter, sinon il peut te faire tout un album. Pour le coup, il a toujours des histoires, il sait tout. Il connaît plein d’histoires sur tous les rappeurs.

Spleenter -Vous avez jamais eu l’envie de faire un son avec lui ? Ou peut-être que ça a pas pu se faire ?

Koffi -Non… Franchement j’aime bien ce qu’il fait, mais poser avec lui c’est compliqué un peu. Déjà, par rapport à ses prises de positions, de 2 lui il est compliqué, il rappe pas sur tous les beats. Il a un truc spécial à lui, en fait il parle. Il a pas vraiment un flow. Et avec le délire que nous on a, un peu arrogant, ça va pas vraiment coller avec lui. Moi je préfère l’écouter et si j’ai un projet je lui demande de poser un morceau ou faire un interlude. Mais en feat avec lui, ce serait pas trop ça. Mais j’aime bien, il est dingue lui aussi.

Teo -Je me rappelle que pendant l’une des grosses embrouilles Gab’1/ Rohff, y avait eu une vidéo avec des petits du 19ème qui soutenaient Gab’1 et insultaient Rohff.

Koffi -En fait c’est toujours pareil, à la base, Rohff on l’écoute mais s’il s’embrouille avec Gab’1, les gens vont bouger. Pas tout le monde. Pas tous les grands. Mais les petits, eux, ils vont suivre direct. Les grands c’est une autre histoire.

Teo -Puisqu’on évoque Rohff, même si ça a rien à voir, ça me fait penser à un son qui s’appelle « Bête 2 rageux ». C’est plutôt rare dans le rap de se revendiquer rageux, non ?

Koffi -C’est sur « Mon arrondissement favori » aussi. C’est aussi parce que dans nos textes on essaye de passer beaucoup de messages. Comme on dit chez nous, on est des mal aimés, les gens nous font pas croquer. Si tu mates bien, y a pas beaucoup de gens du 19 qui posent dans les projets. Ce qui fait qu’y a que par nos textes qu’on peut passer les messages, on est obligé de faire comme ça. Même si on dit pas les noms précis, les gens comprennent ce qu’on veut dire. C’était une sorte de freestyle egotrip. Bête 2 rageux c’était pour dire aux gens que nous on est relous. On a grandi comme ça, on est dans notre coin, les gens nous calculent pas. Après ça nous dérange pas, on fait ce qu’on a à faire. C’est juste par rapport à la musique, les gens nous invitent pas.

Spleenter -Mais c’est dû à quoi, selon toi ?

Koffi -Franchement, c’est par rapport à nos prises de position, par rapport à ce qu’on dit. C’est peut-être par pudeur qu’ils aiment pas. Parce que j’en vois faire des conneries, mais ils les revendiquent pas et quand nous on les revendique peut-être que ça passe pas encore en France. C’est pas à la mode, on est peut-être trop ouf.

Teo -Pourtant ça revient à la mode de partir dans des trucs plus décomplexés.

Spleenter -Y a quelques années encore, certains osaient juste dire qu’ils fumaient du shit et maintenant c’est l’inverse, on est arrivé à un stade où tout le monde dit vendre de la C.

Koffi -Héhéhé ! Grave !

Spleenter -Alors qu’y avait des groupes comme vous qui le font depuis v’là le temps.

Koffi -Ouais, nous on le faisait à l’ancienne tu vois.

Spleenter -Pourtant vous êtes toujours pas invités.

Koffi -Moi je pense franchement qu’on est boycottés. Pourquoi ? Honnêtement je sais pas. Mon explication ce serait parce qu’on est arrogant, on revendique trop de truc et pour certains ça passe pas. Mais maintenant que tout le monde le fait, je pense que c’est du boycott. Quand t’as fait semblant de pas calculer quelqu’un et que maintenant tu reprends son délire, tu peux pas l’inviter. Sinon tu les mettrais toujours en avant. Tu vas pas dire « Maintenant je fais ça et c’était eux les 1ers. » Dans tous les cas, t’es obligé de nous boycotter. Même si tu nous copies, hein.
C’est comme si toi t’as un style, moi je copie ton style ; si je te calculais pas avant je vais pas t’appeler et te dire « Hé maintenant je copie ton style. » Tu peux pas le faire. Dans tous les cas on est baisé. Mais bon, c’est pour ça qu’on essaye d’avoir nos propres réseaux et que sur cet album qui arrive, on va essayer de faire beaucoup de concerts. Et balancer sur le net, facebook, twitter, youtube, dailymotion et beaucoup de concerts ! Pour te dire j’ai remarqué que même les sites internet, c’est un délire avec eux. Les trucs comme Booska P, tout ça, ça commence à devenir compliqué.

Spleenter -C’est ce qu’on entend beaucoup dernièrement.

Koffi -Peut-être qu’ils font croquer que leurs potes, je sais pas. quand toi t’arrives, c’est compliqué aussi. Donc on fait nos trucs tout seul. Maintenant, y a un truc que tu peux pas contrôler c’est youtube ou facebook. Mais bon, quelqu’un qu’a son site, il veut pas t’inviter, y a pas de souci. C’est pour ça que vous, vous m’invitez, ça me fait plaisir. Parce qu’y a des gens, je les ai contacté carrément et rien. Je sais pas ce qu’ils me racontent.

Spleenter -Pour toi, c’est quoi la raison ? C’est juste le biff ? Ou c’est plus une histoire de sale réput comme ça a pu être pour des groupes comme Express D.

Koffi -Je te jure que je sais pas pourquoi parce que nous, quand y a un truc à payer, on paye. On a jamais fait les bâtards, en ce qui concerne la musique.

Teo -Peut-être que c’est l’exposition comme vous avez sorti qu’un seul vrai LP.

Koffi -Je vais dire que c’est ça, ouais. Mais en même temps, quand tu sors quelque chose, ils veulent pas te mettre en avant. Après, moi, je sais pas, t’as vu…

Spleenter -Que ce soit dans votre musique ou le manque de reconnaissance qui va avec, ça fait pas mal de points communs avec les mecs de Grigny.

Teo -C’est vrai que le DGC a aussi ce côté très west, jusque dans l’attitude qu’ils amènent. Même si on confond pas vos styles respectifs, y a des rapprochements.

Koffi -En plus c’est mes gars. On est boycottés pareil. Et quand Booba il a repris leur concept Ouest Side, il les a pas mis en avant. C’est ça que je te dis. Pourtant, Booba il sait très bien que eux, en Île de France, c’était eux les 1ers à faire ce concept. Mais il les a pas mis en avant. Ils avaient pris la rage, quand même. Moi je les connais un peu, j’avais entendu « c’est nous la vraie west side. C’est nous on faisait les conneries west side avant toi. » Après, qu’est-ce que tu veux que je te dises ? C’est comme ça. C’est pour ça que je te dis que maintenant on balance sur youtube, dailymotion. Là ils peuvent rien dire, les gens. Ils peuvent pas t’enlever ta vidéo. Là ils peuvent pas te boycotter. Sauf t’envoyer des critiques, mais moi je te mens pas, les feedbacks et tout ça là, je calcule pas. Tu peux même insulter ma mère, je te calcule pas. (riez !) Je te jure ! Je regarde, hein. Mais je calcule même pas, je réponds pas. Si tu rentres dedans, tu vas devenir dingue. Y’a tous ceux qui disent « nique ta mère ! t’es un fou ! t’es pété ! fils de pute ! » tu vas tomber dans les pommes. Moi ça me fait rire, carrément. Parce que je me dis qu’il a quand même pris le temps de regarder et de mettre « fils de pute. »

Spleenter -En parlant de clips, il a été tourné où celui de « Nouvelle cock » ?

Koffi -Nouvelle cock, c’est une partie à Lyon. Là où y’a toutes les meufs, c’est à Lyon. Et l’autre partie dans la cité. Mais le reste c’est Lyon, en boite.

Teo -Y a aussi le clip du clash contre Gyneco.

Spleenter -C’est parti de quoi ça ? Parce que dans ce son y a Express qui dit qu’il voyait Gyneco à l’ancienne, etc…

Koffi -Ouais parce que nous on allait à l’école dans le 19ème, pas loin. Et comme t’as dit, les stars à l’époque, c’était Ministère AMER. Puis Gyneco, à l’époque de Première consultation. Il baisait toutes les petites de là où on était. C’était même pas une caillera. À l’époque on appelait ça un scarla. Pour nous c’était une sorte d’exemple, il avait produit « Les sales gosses », pour nous c’était un délire de dingue. Et à la fin, on voit quoi ? Il est pour l’UMP. Et encore, nous ce qui nous a choqué, c’est pas vraiment l’UMP, c’est qu’il a dit « tous les gars dans les cités, dans les banlieues, c’est des clowns » C’est lui le clown. Parce qu’à la base, lui il s’est fait connaitre en faisant clown. Il est pas arrivé avec un rap de thug, c’est lui qui est venu en faisant le clown. C’est ce que les gens te diront. Moi j’aime bien, je respecte. Si je le vois je lui serre la main. C’est lui, si il est pas content il me le dira. Parce qu’on l’a revu après, il nous a dit « vous faites ce que vous voulez. » Mais sincèrement, pour moi, Gyneco, dans le rap Français, c’est un guignol. Il parle au ralenti, il est dingue, il veut se donner un genre. Mais pour les français, c’est plus un guignol qu’autre chose. Comment tu peux dire que les gens de cités sont des guignols ? Franchement, je peux très bien être pour l’UMP, mais j’irai pas dire que les gens de cités sont des guignols. Défends toi d’une autre manière. Dis « je vote pour l’UMP parce que je suis d’accord par rapport à ce qu’ils proposent ». Les impôts ou je sais pas quoi. Mais me dis pas que les gens de cités sont des guignols. C’est trop facile. Pourquoi clasher les gens de cités ? En plus, à l’époque où il l’a fait, les gens de cités avaient rien dit encore. C’est lui qui a devancé, les gens ont même pas eu le temps de dire « mais il est fou ce gars » c’est lui qui a commencé à dire « Vas-y, je vote UMP, vous allez faire quoi ? Vous êtes des clowns. » alors que personne a encore rien dit. Et la preuve que c’est un clown, c’est que ça a niqué sa carrière. Moi quand je le connaissais, c’était un grand mais il nous a jamais fait peur. Mais on le respectait pour ce qu’il a fait dans la musique. Parce que nous on était plus petit et c’est la même chose qu’on voulait faire. Tout le monde veut aller dans les grandes boites, signer et vendre un million d’album. Donc on le voyait vraiment bien. On se dit que c’est un gars bien. Toujours en se disant que c’est pas un ouf. Après il passe à la télé et il fait le fou. Après, les gars de Montfermeil ont fait un truc qui s’appelait « Explicit Politique. »

Teo -C’était en piste cachée à la toute fin.

Koffi -Je vais vous expliquer. Ils viennent nous voir, parce qu’ils me connaissent. Ils savent que nous on peut te faire un morceau sur le champagne ou sur le bedo. On va te faire tous les morceaux que tu veux. Ils viennent nous voir comme ça « on a truc politique« . Mais moi je suis pas dans la politique, les gars. Ils nous disent « mais si ! si ! le truc est grave. Peut-être Sarkozy il va passer. » C’était à l’époque, hein ?! Moi je leur dis « sarkozy il passe, il passe pas, je m’en fous. » Mais ils disent qu’ils ont besoin d’un morceau à nous. Bon OK, d’accord… (il réfléchit) Hum… Fuck Doc Gyneco ! « Vous êtes sûr que vous voulez faire ça ? » Mais on a rien à perdre de toute façon ! On fait le morceau. Et quand on fait le morceau, je me rappelle qu’y a que moi et Express qui posons. On leur passe le morceau, ils disent « ouais ouais ouais. » Le 2e jour, parce que eux c’était des gars de Montfermeil qui trainaient dans notre cité par rapport à des cousins à eux qui habitaient là, ils viennent nous voir et ils nous disent « Franchement le morceau c’est un truc de ouf. Y a déjà les 2 Bal et tous les autres groupes qui ont posé. Et franchement votre morceau c’est un truc de ouf, il est conceptuel mais il faut un 3e couplet. Un truc de ouf. »
Moi je dis « je reposerai pas, je laisse comme ça. » Parce que c’était un morceau, je m’en foutais. Je leur ai dit « Si vous voulez, le mettez pas, alors » parce que ça me cassait les couilles. Le morceau c’était un concept. Tu me dis « insulte Chirac » je l’insulte mais après je calcule plus. Pour moi c’est pas le morceau du siècle, je m’en fous, c’est un clash, c’est un diss comme disent les kainrys. C’est vite fait. Après ils vont voir Kappaci parce qu’ils s’entendent bien avec lui. Ils lui font écouter, là Kappacci dit que c’est un truc de dingue et lui c’est un vrai rappeur dans l’âme. Il me rappelle et il me dit « j’ai un couplet, je le pose« . Bon OK. J’ai reposé mon couplet, parce qu’en fait j’avais même pas un 16, j’avais posé un 12. Donc Kappacci pose son 16 aussi. Et après ils nous disent quoi ? « franchement il est violent le son. Faites un clip ! » Je dis « mais non ! vous abusez là ! »

Spleenter -Surtout que c’est le seul clip de la compil qui a vraiment tourné.

Koffi -Voilà ! Et après ils ramènent Booska P. Le jour du tournage, ils ramènent Booska P, ils font des vidéos. Ils disent que ça va être un truc de fous, tout ça. Et on le produit le clip, eux ils produisent rien. Ça veut dire qu’on le paye, nous. On le sort, Booska P le pose. Et eux ils vont à la radio pour le démarcher. À l’époque, Stomy il leur dit qu’il calcule plus Doc Gyneco. Passi leur dit qu’il calcule plus Doc Gyneco. Et Jacky dit qu’il calcule plus Doc Gyneco. Moi j’ai dit aux gars de Montfermeil : »ils font du cinéma. Ils font de la psy, ceux là. » Eux ils me disent que non, qu’ils le calculent plus, c’est tout. Ils ont même pas fait attention, chez Ardisson, Stomy il le dit « J’ai grandi avec Doc Gyneco mais il est devenu fou, je le calcule plus ». Ils ont pris le son, ils sont allés voir les émissions spés. Stomy leur a dit qu’il le passerait pas. Couvre Feu, ils le passent pas. À Génération, pareil. Même les gars de Génération qui calculaient pas Doc Gyneco ils ont dit qu’ils le passeraient pas. Ça veut dire que même dans le reste du rap Français, ils assument pas. Gyneco il aurait jamais rien fait, il faisait plus de rap, ni hardcore, ni façon west-coast. Il faisait plus rien, il est parti dans un autre délire. Dans des trucs chelous. Il faisait du théâtre. Ils ont tous refusé de le passer, alors que quand il s’agit de passer chez Ardisson et de dire « je calcule plus mon pote » ils font style. Moi je savais que c’était du cinéma. Après ils ont fait quoi ? Il nous ont boycotté, nous. Et dans la compil, on se retrouve en morceau caché. Et sur Booska P, ils ont appelé, ils ont enlevé le clip et même la video qu’on a fait pour la promo. Les même gars de Montfermeil. Parce qu’ils ont vu qu’ils pouvaient pas faire de biz sur notre morceau. que tout le monde leur fermait la porte. Ça me fout même pas la haine, je leur avais dit à la base que je m’en battais les couilles. C’est eux qui avaient fait tout un cinéma. Après, la haine, c’est peut-être pour le clip qu’on a payé. Pourquoi j’avais la haine ? Parce que si le clip était resté sur Booska P ça aurait fait de la promo, mais ils l’ont enlevé. C’est juste ça qui m’a véner. Mais, sinon j’ai vu que les gens dans le rap assumaient pas. Ils nous ont demandé un truc simple qu’on a fait simplement. Ils nous ont demandé un clip, on a tout fait. Et à la fin, ils vont voir les concernés et voilà… C’est pour ça que les Stomy, tout ça, je les calcule plus. Peut-être qu’ils ont fait des choses bien dans le rap, mais je les calcule pas. Tu peux pas passer chez Ardisson et dire que tu calcules pas un mec et nous dire après que t’aimes pas notre morceau. Parce que c’était ça. C’est même pas qu’ils ont pas de couilles mais c’est le fait que ça parle sur Gyneco, c’est ça qu’ils aimaient pas. Je croyais qu’ils le calculaient plus… Le seul qui était d’accord avec nous, c’est Jean Gab’1. Il a dit « franchement, je peux pas promotionner votre morceau. C’est Gyneco qui m’a sorti de la merde quand je suis sorti de taule et qui m’a mis dans la musique. Je cracherai pas sur lui parce que j’ai dormi chez lui » à l’époque où Gyneco avait acheté la maison à Johnny Halliday ou je sais plus quoi. Il était bien à l’époque. Donc Gab’1 nous dit « Il est chelou mais je peux rien dire. Parce que je mets pas de couteau dans le dos. » Parce que lui il a des principes d’ancien. Lui il a bien parlé. Mais les autres… Stomy qui va chez Ardisson pour faire de l’audimat et dire « je le calcule plus » alors que c’est encore leur pote. Dire n’importe quoi à la télé… Peut-être que c’est à partir d’histoires comme ça qu’on est boycotté. Parce que moi, quand je dis que quelque chose est clair, c’est clair. Je suis passé à autre chose, c’était un clash comme ça. À la base, les gens pensent qu’on s’est pris la tête sur Doc Gyneco. Mais non. On nous a demandé, on avait pas de concept. Ils nous ont dit de parler de politique. On a pas de sujets politiques ! Je connaissais pas le programme du PS, ni du parti communiste, ni de l’UMP. J’ai dit que je savais pas, moi. Ça tombe bien, c’était le truc du moment, on fait le truc sur Gyneco. C’est parti en couilles par rapport à ça. De toute façon, moi j’assume. On l’a revu Gyneco après, on pensait qu’on allait s’embrouiller. C’est lui qui nous dit « on va pas s’embrouiller pour ça. » Tout ça pour dire que, lui, il sait que c’est nous et il a pas fait tout une histoire. Mais c’est les choses de la vie. C’est ça l’histoire de ce putain de morceau.

Spleenter -Niveau prod, vous taffez avec Médeline.

Koffi -Ouais, Médeline, parce que c’est des gars du 19. Et j’ai grandi avec eux donc je les connaissais avant qu’ils fassent du son. Quand ils ont commencé à en faire, il nous ont balancé ça direct.

Spleenter -Vous étiez sur « Equipé Sport. »

Koffi -Ouais, puis ils ont fait une structure et ils ont sorti l’album « Illicite projet. » (la structure était composée du pôle de producteurs Médeline et du groupe Rédemption)

Spleenter -par contre, vous étiez pas sur celui là.

Koffi -Non, on est pas dessus. En fait, notre morceau pour Illicite projet s’est retrouvé sur le deuxième Narcobeat. C’est le morceau qu’on a remis sur l’album, « OP. » Il devait être sur Illicite projet mais finalement ils l’ont mis sur leur tape. Ensuite leur structure est morte. Maintenant ils sont séparés, Cid Youssef de Rédemption rappe tout seul, Gueye a fait Cash-game, Médeline, ils font du rap mais un peu électro maintenant.

Teo -Y a eu des rumeurs d’embrouilles avec Médeline.

Koffi -Quoi ? Nous ? Absolut Treepsal ? Non. Médeline, c’est mes gars sûrs et certains.

Teo -Faut dire qu’y a un mec bizarre qui pose des commentaires sur le blavog (on dira pas qui c’est, mais c’est une merde) qu’aime bien s’inventer des vies. Une fois il disait qu’Absolut c’était des gars du 19ème, de chez lui et qu’en gros vous aviez racketté des prods à Médeline et que donc y avait peu de chances pour qu’ils vous fassent d’autres prods à l’avenir.

Koffi -Non. En plus, ils me les donnent. Ils les font payer aux gens, entre 3 000 et plus, Nous ils nous les donnent comme on a grandi ensemble. En fait, ils sont 2 mais j’ai plus d’affinités avec l’un d’eux. Parce que lui j’ai vraiment grandi avec lui, on était tout le temps ensemble. Donc lui il est clean. Par exemple, je lui demande une instru, il m’en donne 50. C’est moi qui choisis, qui fait mes trucs. Y a aucune embrouille avec Médeline, ni avec personne de toute leur équipe, Odessa.

Teo -Donc tu taffes toujours avec eux.

Koffi -Ils m’ont encore passé des prods. Ils m’ont passé une dizaine de prods mais je vais en mettre 3 dans le street album. J’ai des prods d’un nouveau gars qui est affilié à la Famille Haussmann, Jimmy Jax. Et d’ailleurs, dans la Famille Haussmann, y a 2 frères, tu vois ou pas ?

Teo -Simsky et Kamal.

Koffi -Voilà. Et ils m’ont fait des sons aussi, les 2. Donc voilà, y a des sons de la Famille Haussmann, des sons de Médeline et des sons de gens pas trop connus mais qui m’ont fait des prods que j’aime bien. Dans mon délire.

Spleenter -Pareil pour la Famille Haussmann/ Ghetto Diplomats/ Jedi, même si vous vous connaissez y a pas trop eu de feats avec eux.

Koffi -Si, si, si. Dans « Treepsal volume 1 », ils avaient posé. Après on avait fait une mixtape « La Parizien », ils ont posé. Dans « Mon arrondissement favori » ils avaient un morceau mais je crois qu’il a sauté.

Spleenter -C’était des featurings directs ?

Koffi -si, si. Sur Treepsal vol. 1 on a fait des morceaux où on était tous ensemble. Dans Le Parizien ils posaient seuls. Et là, dans mon album, on pose ensemble. On a toujours posé ensemble.

Teo -Nous on connait surtout l’album « On passe du shit à l’industrie du disque », la compilation « Mon arrondissement favori » et quelques sons à droite à gauche. Mais y a eu combien de projets en tout ?

Spleenter -Si tu pouvais résumer. C’est une des premières questions qu’on aurait du te poser, en fait. (c’est là qu’on reconnaît les super pouvoirs de journaliste de Spleenter)

Koffi -Avant ça y a eu le premier Treepsal. C’était encore à l’époque Roi De L’Assos avec Sidi Omar et Kameni. Après y a Le Parizien. C’est une mixtape où y a que nous, les gens du quartier. Krem, Express. Ils clashent les Marseillais dedans, par rapport à une embrouille.

Spleenter -Ah ?! Mais c’est le truc où ça clash Bouga ?

Koffi – Ouais, ça c’est les projets vraiment à nous : Treepsal volume 1, Le Parizien et On passe du shit à l’industrie du disque. Ça fait 3. Mais entre temps on a posé sur d’autres projets : Narcobeat 1 Equipé sport, Explicit Politique, Explicit 18, le truc de clash de Bob de Génération.

Spleenter -Menace sur la planète rap. Vous clashiez qui là dessus ?

Koffi -Euh… Je sais même plus qui on clashait. (encore des rires) Je te jure, je sais même plus… Tellement on était fous. Sinon je vois pas, je crois qu’y a que ça.

Teo -Ça fait peu. C’est étonnant parce que quand on t’écoute on voit que t’es dans la musique depuis v’là le temps, tu connais du monde et t’es vraiment motivé, encore maintenant. Alors que quand on regarde la discographie, ça ressemble plus à une bande de potes qui font ça en dilettante. Y a un décalage.

Koffi -C’est ça le délire, à côté, comme je t’ai dit, y a toujours des couilles et toujours des trucs qui font que voilà, quoi… Après, je vais pas te mentir, je sais pas comment t’expliquer mais on est seuls donc si on s’motive pas, il se passe rien. En fait, y a des gens, t’as l’impression qu’ils font beaucoup de choses parce qu’ils sont partout. Toi t’as un truc, je pose sur ton truc. Mais comme t’as dit, les gens on les connait. Alpha 5.20, je connais, Ghetto Fab, Shone, tous ces gars là je les connais. Quand je les vois ils prennent des nouvelles. Mais m’appeler pour que je pose dans leurs trucs, ça s’est pas vraiment fait. L’S-Kadrille aussi je les connais, Pedro et Youss. Seth Gueko, tout le monde. Quand on se croise, on se parle. Mais peut-être que t’as dit un vrai truc, peut-être qu’ils nous prennent pas au sérieux parce qu’on sort pas assez de trucs. Je pense plutôt que ça vient de là. Parce qu’on est bien gentils mais les gens préfèrent poser avec des gens un peu connus, qui ont fait des trucs. Si personne nous invite, les gens veulent pas commencer et être les 1ers. Peut-être que si un jour on est connus, ils vont nous inviter. Parce que franchement je les connais tous. Et quand je dis connaître, c’est à dire qu’ils sont en studio, ils posent et moi je suis là. Je pose pas. En même temps, nous on aime pas poser avec tout le monde. C’est ça le délire aussi. Dans le rap français, là, sincèrement, à part peut-être Booba, La Fouine ou Nessbeal qui peuvent m’apporter quelque chose dans mon concept perso, j’irai pas inviter d’autres gens. Pas parce que j’aime pas mais j’en vois pas l’intérêt. Je préfère m’en sortir avec mon style, parce qu’on a un style vraiment précis. Alors pourquoi je te dis ces 3 là ? Parce que le rap c’est un biz : Booba ça peut faire écouter des gens, La Fouine si je fais un truc hardcore il va me faire un refrain qui glisse, Nessbeal c’est un pote et j’aime bien. Donc là je parle en question marketing. Mais sinon on est dans la merde, on a une culture, je me vois pas faire des morceaux pour faire des morceaux. Mais ça fait toujours plaisir que les gens t’invitent quand ils font des projets. Par contre on nous invite pas. Mais faire un feat pour faire un feat, je vois pas trop.

Teo -T’iras pas les appeler pour ton projet à toi.

Koffi -Non. Mais si ils m’invitent, je viendrai. Je suis pas un mec qui frime, mais à part les 3 noms que je t’ai dit, je vois pas qui pourrait m’apporter quelque chose. Sans dire que je suis le meilleur ou que je suis fou. Mais je préfère rester dans mon concept. Je pars du principe que les gens m’écoutent pas, qu’ils m’aiment pas, je pars dans un concept un peu comme les Dipset. Je fais mon truc, t’aimes ou t’aimes pas mais moi je vais te donner du bon son, des concepts, des clips, de l’image, de la photo après toi t’as tout le packaging c’est à toi de voir si ça te plait ou pas. Je vais pas faire plein de trucs avec les gens, parce qu’après les gens vont s’emmêler « c’est les petits à Sefyu ou à Seth Gueko ou à je sais pas qui. » On est dans notre délire, autant rester dans notre délire et ceux qui sont pas forcément dans notre délire mais qui peuvent apporter quelque chose c’est ceux que je viens de te citer. Kery James aussi, mais je suis pas dans le rap conscient alors si c’est pour qu’il me dise « hé mon frère« … Donc franchement : La Fouine, Nessbeal ou Booba. Rohff pas trop. Y a des gens que j’aime bien mais je me vois pas poser avec eux. Sauf si ils m’invitent, parce que si on m’invite, je viens. N’importe qui, hein ?! C’est pas grave. Ça tue pas de rapper. Mais faire des feats comme ça, ça me dit pas trop.

Teo -Vous avez pas envie d’être assimilés à d’autres.

Koffi -Voilà.

Teo -Et c’est pour ça qu’y a pas eu de feats avec Joe Lucazz plus tôt ?

Koffi -Non, Joe Lucazz encore, ça va. Lui c’est la famille, tu vois ou pas ? Y a pas de souci avec lui. Mais nous on s’est toujours dit qu’on aimerait bien se faire tous seuls. Mais Joe on le voit tout le temps. Donc pas de souci, la preuve il m’écrit même un truc. Ça dépasse le rap, c’est un court métrage. On est dans des « plus gros trucs », on essaie vraiment de partir sur des courts métrages et même des films en DVD, des trucs comme ça.

Teo -À la « Cramé » un peu ?

Koffi -Ouais, dans des concepts comme ça. Parce que j’ai un pote comédien aussi. Donc on essaie vraiment de partir sur des trucs comme ça, tu vois ? Le rap c’est juste une bande originale.

Teo -Je lui souhaite bon courage à ton pote. Moi ça fait 4 ans que je suis comédien et je touche rien.

Koffi -Sérieux ? Bah lui il galère, il fait que de la figu.

Teo -Je connais bien, j’en ai fait de la figu. À force, j’en fais même plus tellement ça me gonfle. Quand c’est rémunéré, c’est pas déclaré ; quand c’est déclaré, c’est pas rémunéré.

Koffi -Ah mais t’es à fond ?! Si tu veux je te le présente. Comme ça vous allez pouvoir vous donner des conseils. Surtout toi. Toi ça fait longtemps. Enfin, lui aussi, il est dedans depuis, mais il est à fond, on va dire depuis 1 an ou 2. Pour le moment il fait de la figu mais je pense qu’il va être saoulé au bout d’un moment. Il va dire « c’est bon ! » à un moment tu veux un rôle.

(s’en suit une conversation sur le métier de comédien et le milieu des acteurs frinçais, donc de cocaïne sur les Champs de nouveau, d’engrenage aussi, de pistons, de fils à papa. Bref, de tout ces trucs à la con et de savoir si le jeu en vaut la chandelle quand on téma la gueule du cinéma frinçais actuel… Koffi dira quand même « Si je dois jouer dans un film, faut que ce soit un vrai truc. Pas forcément un truc ghetto, mais un truc qui représente. »)

Teo -Du coup t’as un réalisateur ?

Koffi -Ouais, j’ai un pote réa.

Teo -donc c’est solide.

Koffi -Ouais, ouais. J’ai un pote réa, j’ai des potes qui ont de l’inspi comme Joe Lucazz. J’ai même d’autres gens qui écrivent vraiment. Ils sont pas forcément dans la musique, tu vois ? On va essayer de faire des trucs, on va voir. Mais j’aimerais plus me lancer dans des trucs comme ça, la musique c’est bien mais c’est un accompagnement, parce que moi je commence à vieillir, j’ai 30 piges et j’ai vraiment pas prouvé dans le rap. Je vais pas commencer à faire celui qui a la dalle au micro comme ceux qui ont 20ans. Comme Sexion d’Assaut. Moi je préfère faire des trucs plus carrés.

Comme vous le voyez, Koff a beaucoup de choses à dire. Vous pouvez rater vos tristes vies mais ne ratez pas la 2e partie. Et pour vous faire patienter, en guise de teaser voici un son de Koffi avec Les Sales Gosses (Papillon Bandana et Charlie Waits) Vous connaitrez l’histoire de ce morceau la prochaine fois :

Retrouver Koffi sur facebook : http://www.facebook.com/pages/Koffi-Trop-2-styl-officiel/197239043627969   et    http://www.facebook.com/profile.php?id=100001540918029

10 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Koffi Trop 2 Style