Archives de Tag: Scarface

Kick-Ass 2 : tofs de tournage

Histoire de se changer les idées et parce que j’ai bien kiffé le premier, et que le second promet. les légendes des photos ne contiennent pas de spoilers. d’ailleurs y’a même pas le nom des acteurs en général.

Chris D’Amico et son garde du corps Javier

je suis une bande de jeunes à moi tout seul

c’est pas tout ça mais faut y aller

c’est pas comme ça qu’on tient un flingue bordel

ah bah voilà. SWAG

il est à noter qu’il a changé de costume mais aussi de nom. On l’appelle plus RedMist mais THE MOTHERFUCKER.

du côté des gentils

frinçois hollande se cache sur cette photo, sauras-tu le retrouver

une réunion entre potes qui consternera la serveuse

« Remembering Tommy » couple de wannabe héros bien folklo

Doctor Gravity (aka Turk de la série Scrubs) et Insect Man (aka un gros geek à lunettes)

la consternation, un élément essentiel de l’univers kick-ass

Night Bitch est dans la plazza bande d’enfoirés

Javier et Mother Russia en civil

Mother Russia dans ses bonnes œuvres et son « costume »

THE CHAMP IS HERE

en voiture simone

THIS. IS. WRONG. (désolé Mehdi)

rdv en juillet 2013, dans la joie et la bonne humeur

qu’est-ce que ça fout là ça ? clique en-dessous, tu verras.

Parce que si tu veux faire le expendables 2 des superzéros, il te faut un Chuck Norris

et ça c’est cadeau pour la route

ah bah en fait y’a eu du nouveau entre temps

le Colonel dans son costume très chic

gloire à l’élu

et y’a aussi une ptite vidéo en bonus

hasta la vista baby

4 Commentaires

Classé dans cinoche

Radio Biture

Vous vous souvenez de Bayes ?
Le chef de Menace Records et aussi des sorties controversées.
Il avait, entre autres, sorti “X Story” un soit disant album des X Men fait avec tout et n’importe quoi.
Cerise sur le gâteau, il avait même collé des stickers “Les nouveaux Lunatic”… Pourquoi pas.
En fait, Bayes c’est tout simplement un méchant de films du début des années 90 : il veut l’argent de la banque mais il piétinera d’abord le château de sable de ton gosse sur la plage et pissera sur ton parasol dès que tu vas te baigner.
Il est comme ça Bayes : vilain.
On pourrait l’imaginer au sommet d’un gratte ciel regarder la ville avec un rire diabolique, mais t’es en frince ici, alors t’auras une cave en Seine Saint Denis.

Bayes -Mouahahahahah ! J’adore être mauvais. La seule chose qui est mieux qu’être méchant, c’est compter tout l’argent que j’ai gagné en étant méchant ! (on vous avait dit qu’il était vilain)

Au même moment, quelques étages au-dessus.
Serveur – bonjour monsieur, qu’est-ce que ce sera ?
Lino – trouve moi de l’essence et un alibi
serveur – heu… c’est un bar ici, pas une station service. Mais pour l’autre chose on peut s’arranger. Alibi ! Y’a quelqu’un pour toi !
Lino – mais qu’est-ce que…
Alibi – ah salut Lino, ça faisait longtemps.
Lino – ça dépend pour qui.
Alibi – oh, ça va. Une connexion Lino/Alibi Montana, ça fait toujours du bien.
Lino – ça dépend pour qui.

Soudain, un être qui semble flotter dans les airs fait son apparition. Il porte un costume ringard des années 80 et a des traces blanches sous le nez.

Tony – pourquoi tou portes mon nom, coño ?
Alibi – ah ! Qu’est-ce que c’est que ça ?!
Lino – tiens, tu peux le voir toi aussi ? Je croyais que j’étais le seul, ou que c’était le délirium tremens
Alibi – mais qu’est-ce qu’il veut ?!
Tony – le monde, chico ! Et tout ce qu’il y a dédans. Mais pour l’instant yé veux youste qué tou té casses, hors dé ma vue.
Lino – voilà, barre-toi.
Alibi – à la base si j’ai pris ce blase c’est…
Lino – mais on s’en fout !
Alibi – …en hommage à ton parcours tu vois, parce que ça me rappelle le mien.
Tony – yé né comprends pas. Toi aussi tou es oune millionnaire ?
Alibi – non, mais bon, j’ai fait de la prison, j’ai fait du biz
Tony – y’ai yamais fait dé prison, y’avais pas lé temps pour cette merde
Alibi – j’ai fait du biz aussi j’ai dit !
Tony – yé souis oune traficante international, coño
Alibi – j’ai été pris dans une fusillade et je suis tombé pour tentative de meurtre du coup
Tony – yé souis mort dans oune fusillade après avoir toué oune cinquantaine de coños.
Alibi – mais on est presque voisins, je suis haïtien à la base.
Tony – yé souis cubain, et yé té pisse à la raie. Maintenant fous moi lé camp.
Lino – pas trop tôt.
Tony – bon ! Qu’est-ce qu’on fout là, chico ?
Lino – « on » ne fout rien. T’es juste un chieur qui me suit partout sans que je lui ai rien demandé.
Tony – yé t’arrête tout dé suite. Si yé souis là c’est uniquement parce que tou m’as invoqué grâce à ton truc de sorcier africain.
Lino – le sample de ta voix ?
Tony – mé sors pas ton dialecte dé bamboula.
Lino – t’as de la chance que mes coups de poings passent à travers toi.
Tony – sans ça yé n’aurais pas pu inspecter les sous-sols et découvrir que c’est là que se cache célui qué tou cherches, coño
Lino – encore heureux que tu serves à quelque chose.

Ils descendent les escaliers en 4e vitesse, et ça fait un peu de bruit. (ça c’est de la narration)

Bayes -Vos gueules dehors ! Je m’entends plus être méchant !
Lino -Tch tch !
Bayes -Mais par où t’es rentré (je t’ai pas vu sortir) ? Comment as tu passé tous mes gardes ? Gardes !
Lino -C’est une fiction, tu sais. Donc j’ai un sabre laser.
Tony -Ma c’est lui Bayes ? Regarde le, il a pas la classe, le look !
Lino -Ah ouais, et y’a le fantôme de Tony Montana qui m’accompagne.
Bayes – une petite minute là. Tony est un personnage de fiction qui n’existe que le temps d’un film…
Tony – qu’est-ce qué ça peut té foutre d’où yé viens ? Yé meurs à la fin !
Bayes – tu es sûr que tu n’es pas le fantôme d’Al Pacino plutôt ? Il est vieux, c’est possible que…
Tony – yé n’ai rien à voir avec cette fiotte dé rital dé mes couilles !
Bayes – et à supposer que les fantômes existent, ça n’a déjà aucun sens. Mais en plus les fantômes n’existent pas, donc là ça devient vraiment le bordel. En plus tu parles même pas anglais ou espagnol.
Tony – ça c’est votre faute, à vous tous les rappeurs français. Vous m’avez fait revenir en vf à chaqué poutain dé fois. Y’ai cru qué vous alliez passer à autré chose, yé pensais qué vous m’échangeriez contré Zé Pequeño, mais il a fallu qué cé coño dé Lino fasse tout un morceau en passé-passé avec moi, puta madre !
Lino – et du coup on est 2 dans la combine : Bors et mon enfoiré de Colombie
Tony – yé souis cubain ! Et y’aime pas ces poutains de colombiens
Lino – et nous on est frinçais, donc on s’en fout.
Bayes -Quel merdier…
Lino -Le merdier c’est la sortie de “Radio Bitume” sans me prévenir !
Bayes – toutes mes excuses, j’ai dû confondre avec Alino
Lino – c’est vraiment ton excuse ? T’en as tellement rien à foutre que t’as pas voulu trouver mieux que ça ?
Bayes -Bah quoi ? regarde aux USA, Dre il a fait un hologramme Tupac. ça a fait plaisir aux fans de revoir Tupac. Bah là c’est pareil, ça leur a fait plaisir de te revoir.
Lino -Mais je suis pas mort, moi !
Bayes -Rhooo, tu chipotes sur du détail là.
Lino -Ah tu veux que je chipote sur du détail ? Fuck it ! Même la cover pue la merde. C’est des photos de 2005 !
Bayes -Et ?
Lino -Et donc je suis pas mort ! Je peux encore faire des photos !
Bayes -Mais j’en ai rien à branler que tu fasses des photos, moi. Tout le monde peut faire des photos, vas-y si ça te chante.
Tony -Ma, votré histoire d’hologramme, ça m’a l’air intéréssanté ces nouvelles technolorhia, coño !
Lino -Toi ta gueule.
Bayes -Par contre, quand tu seras plus trop occupé à te prendre sous ton meilleur profil, je veux bien que tu fasses des morceaux aussi, puisqu’il paraît que t’es pas mort.
Lino -Tch Tch ?
Bayes -Parce qu’en vrai ça fait un bon moment que tu me dois un album fini, mais ça, bien sûr, tu préfères pas en parler.
Lino -Oui, un album fini. Pas une espèce de maquette. C’est pas comme ça que je travaille.
Bayes -Et tu travailles comment ? On peut te demander ça ? Tu travailles en te sauçant avec une avance et en rendant jamais rien ? C’est ça que t’appelles travailler ?


Tony -Ahaha ! Ese coño ! C’est vraiment oune salopard. Il investit de l’aryent et il veut le récoupérer. Màtalo !
Lino – matelot ?
Bayes – matelas ?
Lino – il a sans doute voulu dire « matons-le », ou « mouton lent » ou peut-être « mythonnons » voire même « nutella »
Bayes – toi on t’arrête pas quand t’es lancé, c’est technique
Lino – c’est comme ça que je trouve mes rimes, je me rappelle jamais de la première mais après c’est parti.
Tony – …
Lino -Mais mes morceaux étaient même pas finis, par contre ! Fuck it !
Bayes – ahahah ! Si tu savais ce que j’ai fait aux X Men. Sois encore heureux que j’ai pas eu le temps de foutre un gros sticker « le nouveau Booba » sur ta pochette.
Tony – Booba ?
Bayes – tu dois pas connaître, même s’il a fait une chanson à ton nom.
Tony – oune hommage ? Ça doit être bien, c’est oune rappeur gangster comme vous dites, no ?
Lino – si on veut. La chanson parle d’une meuf dont il est tombé amoureux, et il rappe pas, il chante sous autotune.
Tony – COÑO ! Yé souis pas oune tapette !
Bayes – en attendant t’es comme Ill, un sacré branleur.
Tony -Ah ! Des insoultes ! Ça mé plait ça ! Il veut jouer à la vache !
Lino – une vache ?
Bayes -Radio Bitume a pas eu l’air de choquer plus que ça tes auditeurs. Faut dire que depuis le temps qu’ils attendent…
Lino -Ils attendront le temps que je leur dis.
Bayes -Mais attendre quoi ?
Lino -Que l’album soit au niveau de mes attentes et que j’estime qu’on peut le sortir, dugland.
Bayes -Comme Paradis Assassiné ? Tu voulais encore ramener tous tes potes relous sur un posse cut interminable ? Tu voulais Janik pour massacrer un de tes morceaux les mieux écrits ? Et il aurait fallu attendre plus de 7 ans pour ça ?! Tu veux retenter les singles merdiques avec Wallen qui rappe aussi ?
Lino – c’est pas moi, ça c’est Rohff.
Bayes – je t’assure que c’est toi aussi. Mais c’était tellement pas glorieux que t’as préféré refouler ce souvenir.
Rohff – exact, même Lino pompe mes concepts ! Il est comme les autres rageux de merde !
Bayes – qu’est-ce que tu fous là, toi ? Et comment ça se fait que vous passez tous la sécurité comme ça ?!
Rohff – C’est Alibi qui m’a prévenu que mon pote était ici. Tony, mon ami, mon frère ! Je t’ai cherché partout.
Lino – tu le connais ?!
Tony – c’est oune cinglé qui me suit partout dès que j’apparais. Alors qu’on sé connaît même pas.
Rohff – mais je t’ai sauvé la vie dans le jeu
Tony – yé souis mort connard ! et c’est oun yeu pour toi ?
Rohff – oui, non… en fait c’était un clip animé comme un jeu vidéo
Tony – décidément vous aimez bien vous branler sour mon dos, ici !
Lino – on va pas s’en sortir, là…
Rohff – c’est pas ça, moi ça fait longtemps que je m’identifie plus à toi, je suis adulte, mais c’est toujours bien pour se mettre dans l’ambiance avant de rapper
Tony – t’as besoin du personnage principal d’un film des années 80 pour avoir de l’inspi ? Ma vous êtes tous givrés ou qué ?!
Bayes – mais tous les rappeurs ne pensent pas ça, Despo par exemple quand il parle de toi…
Lino – mais ta gueule, t’es con ou quoi ?
Bayes – ça donne ça ou encore ça
Tony – Mierda ! Alors soit vous m’idolâtrez commé des pétits coños soit vous me traitez de schlag et dé hijo de puta ? Si c’est comme ça, yé mé casse !
Rohff – non, attends ! (il lui court après)


Lino – pas trop tôt. En tout cas je boycotte cette sortie.
Tony – c’est yentil. Moi aussi yé pense que y’aurais dû rester dans la pièce.
Lino – mais pas ta sortie à toi abruti, celle de mon projet. C’est pas comme ça que je travaille ! Je valide pas.
Bayes -Et tes supporters ? Tes fans ? Tes auditeurs ? Eux, tu leur as demandé s’ils validaient ?
Lino -?
Tony -Pero que ?
Bayes – rien à foutre de ton perroquet. Ils ont l’air de bien aimer. En tout cas les retours sont meilleurs que pour Noyau dur, hein ?
Tony -Lé fourbe, il tape là où ça fait mal !
Bayes -Et puis ça leur fera sûrement bien plus plaisir que le Bisso Na Bisso 2, hein ?
Tony -Lé mauvais garçon !
Bayes -La grande vérité c’est que t’es comme ce gros glandeur de Ill des X-Men, tu te prendras jamais en main.
Lino -Tu vas voir où tu vas te la prendre ma main.
Tony -Ah ça y est ? Tou parles toi ?! Vas-y, réplique ! Rentré loui dédans !
Lino – Qui c’est, Louis ?
Tony – Loui qui ?
Bayes – Tu as besoin d’ordures et de directeurs artistiques derrière toi !
Tony – oune ordure derrière loui ? Ma y’a qu’à démander, yé souis là !
Bayes -Tu as besoin qu’on te pousse au cul et qu’on force ton talent !
Lino -Fuck it ! C’est bien gentil tes conneries, mais ton blabla passera pas devant un juge quand les mecs des Choristes se rendront compte que t’as refoutu un sample refusé en 2005.
Bayes -Mais ils s’en rendront jamais compte. Personne ne vérifiera jamais un truc sorti à l’arrache n’importe comment. C’est ma combine perso, ça.
Black Kent – j’t’ai vu, man !
Bayes -Qu’est-ce que tu veux toi, qu’est-ce que tu fous là avec… Oh putain ?!
Tony -Joder ! Coño !
Lino -Je me rends plus compte si je suis vraiment bourré ou si Jay Z se tient devant moi.
Black Kent -Oui, c’est Jay Z.
Lino -Qu’est-ce qu’il fout là ?
Black Kent -Jay Z il dit qu’il y a un sample qui lui appartient sur ton album.
Lino -C’est pas le mien, démerdez vous avec Bayes.
Bayes -Hein ?! Quoi ?! Mais non…
Black Kent -Jay Z il dit que le sample de Mâle dominant et ben en fait c’est “Umbrella” de Rihanna et lui et que tu dois déclarer ce sample.
Bayes -Bah c’est à dire qu’en fait…
Black Kent -Jay z il dit qu’il va estimer le montant que tu lui dois et…
Lino -Attends, tch tch ! Personne ne m’a encore expliqué ce que tu foutais là, toi, tch tch !
Black Kent – non, Chichi c’est le prénom de la femme de Sangoku, et depuis le début de ta carrière tu le prononces très mal. d’ailleurs tu prononces aussi très mal « George Jung », mais c’est pas le sujet. Moi c’est Black kent, ton boy black, blacky pour les intimes. En fait ma nouvelle super major me fait rattraper mes mauvaises ventes en me faisant faire des petits boulots. Là je fais interprète pour rappeurs Américains…
Bayes -Mais je peux parler biz directement avec Jay Z, moi, je suis réglo.
Lino -Bah voyons…
Bayes -Dis lui que je parle Anglais.
Black Kent -Jay Z il dit que c’est ton droit, mais qu’il parle pas avec toi quand même.

et ça c’est une vidéo live de Chuck Brown, qui vient de décéder. Vous vous demandez sans doute quel est le rapport avec Lino, et bien avancez la vidéo à 3’25 et vous verrez le lien.

RIP

et ça c’est pour les plus jeunes, ou les plus vieux remarque, on est pas racistes.

5 Commentaires

Classé dans complots, sliphop

Mortelle Saint Valentin (3)

Sortez les fleurs et le lubrifiant, comme tous les ans ou presque, le blavog vous aide à trouver les mots magiques qui vous donneront les clés du cœur (ou autre) de celui ou celle qui fait battre le vôtre, de cœur.
Là j’en entends dans le fond qui marmonnent que la saint valentin c’était y’a deux bonnes semaines. Oui mais, ici c’est un blog avec du rap frinçais dedans. Et comme chacun sait, le rap frinçais ne respecte jamais les délais, quels qu’ils soient. Alors, hein. On n’en est plus là. Et de toute façon la saint valentin c’est pour les pédés.

un petit rappel des éditions précédentes, lues par une conteuse hors-pair dont le charisme n’a d’égal que sa diction catastrophique

et c’est pas la peine de dire « c’est dégueulasse d’avoir enlevé et séquestré une mineure pour la forcer à lire des insanités », c’est pas comme ça que ça s’est passé. en plus c’est B-la, elle a l’habitude des déclarations d’amour saugrenues.

Trève de plaisanteries, c’est parti !

N’ayez pas peur de mettre à nu votre côté romantique, ça fera craquer votre chérie.
suffit du « clac » du string d’une tass pour que le char se réveille : un doigt de génie rectal en guise de tendresse
Kaaris, houdini

Si elle n’est pas convaincue, mettez en valeur votre côté mature : le temps a passé, vous êtes maintenant prêt pour le grand amour
j’veux plus d’celles qui couchent le premier soir, faut attendre toute l’aprèm’
Kevin « Zekwe » Ramos, sous les draps

communiquez, jouez la transparence. Attention tout de même : trop de franchise et c’est la boulette.
c’est le meilleur rapport qualité/prix que j’ai trouvé, j’pourrais presque l’épouser, sauf qu’elle m’excite pas
Orelsan, double vie

si vous êtes un artiste, faites-la rêver et partagez avec elle votre train de vie de star
ramène toutes tes copines on fait le clip : frottis-frottas sur la piste et pas de slip
ol kainry, champagnons

et si par bonheur un heureux événement se profile, réagissez avec la tendresse qui vous caractérise
Va te faire niquer ! Ça j’te l’dit depuis le bac à sable. J’veux un test de paternité, les « je t’aime » c’est pas fiable
Fababy, fuck l’amour

montrez que vous gardez l’esprit ouvert en toutes circonstances et que rien ou presque ne vous bloque.
faut jamais dire femme fontaine, je ne boirai pas de ton eau
Seth Gueko, sexationnel

une fois venu le moment de la déclaration, oubliez la carapace et laissez parler l’amoureux transi qui sommeille en vous
j’arrête pas d’mater son cul, j’y plongerais 25 fois par jour jusqu’à ce que la go appelle au secours
booba, scarface

votre belle est indisposée ? Ce n’est pas grave, car c’est avant tout le bonheur d’être à ses côtés qui vous satisfait.
c’est les putains de règles, c’est les putains de règles, dégage de mon lit, salope si t’as tes règles !
la fouine, fouiny juice

n’hésitez pas à vous engager sur le long terme
c’est hors de question ! je suis pas un beau p’tit con, j’trempe mon saucisson et j’taille, c’est c’que les OG font
guizmo, normal

sachez rester naturel, c’est aussi ça qui fait votre charme
un ptit peu gros, même un ptit peu trop, les filles cassent les couilles quand trop près de leurs gueules j’té-rô
freko, ils disent que c’est grave

même si c’est pas votre truc à la base, soyez attentif à ses besoins, même les plus intimes
satanée crasseuse pourrie, essuie avec du moltonel ta merde
al kpote, hurlez

soyez toujours doux et compréhensif, montrez bien que jamais ô grand jamais vous ne la jugez
espèce de vieille meuf, ici nos sacs sont pleins de billets, tu veux ton louis vuitton ? Va taffer ou va t’rhabiller
Dry, vieille meuf

ne soyez pas susceptible, apprenez à jouer avec elle au jeu complexe des compliments et des taquineries
ok ok ma chérie, comment ça tu m’charries ? Certes je suis pas l’pape mais toi t’es pas non plus la vierge marie
mister you, pas d’love

et en effet, un expert en séduction vous le confirmera :
t’es pas la vierge Marie, t’es qu’une timp
Stomy Bugzy, Sois hardcore

rassurez la : ce sont les sentiments qui priment pour vous, et avant tout, la beauté intérieure
cousine, tu crois au cupidon, on cherche la bonne combine, si t’as un cul bidon tu seras jamais ma concubine
abis, gangsta

soyez exigeant sur le choix de votre valentine, histoire d’éviter tout mauvais souvenir.
la poisse colle à la peau comme l’odeur de cette marocaine
sofiane, les 5 fantastiques
qu’est-ce qu’on vous avait dit mesdames ? L’HYGIENE BORDEL. C’est pas difficile à retenir putain.

Quand vous tombez sur la perle rare, n’hésitez pas, faites lui comprendre que vous savez qu’elle est votre élue, la seule, l’unique.
si t’es vraiment bonne, je réserve un suite. j’vais me branler avant pour pas cracher tout de suite
Rohff, dans tes yeux

toujours avoir le sens des priorités, c’est important en amour.
j’préfère dire je t’aime à une salope qu’à une connasse
nessbeal, ginger wine

des fois que la donzelle ne comprenne pas bien vos intentions, expliquez lui de façon douce mais claire.
si tu vois weedy à poil, c’est que tu sautes sur mes couilles
weedy, freestyle Didaï session

n’oubliez pas de vous tenir au courant des dernières modes qui vous permettront de rester dans le coup
ça m’rappelle celle-là, à qui j’avais mis un exta dans l’verre de vin : quand elle se réveille, la belle ne se rappelle de rien
dany dan, veux-tu coucher

sans en faire trop, laissez filtrer un ou deux indices sur vos atouts.
je suis tellement sexy que si j’pouvais j’me baiserais
B. James, ça devait être sur un son de Que d’la haine 2 mais j’ai eu la flemme de chercher. si y’en a un qui le retrouve, qu’il nous le dise, et il gagnera une poupée gonflable (usagée).

même si vous ignorez l’issue de ce rendez-vous galant, ayez confiance en vous.
si j’avais l’bif à B20 elles m’suceraient la bite dans tous les sens
Niro, hors-catégorie

et vous mesdemoiselles, mettez toutes les chances de votre côté en ne laissant rien au hasard
Pute, donne du rhum à ton homme pour qu’il te fourre plus fort
Seno, babtoo

pour finir, capturez la magie de cette magnifique soirée avec la sensibilité qui vous caractérise
Sur son boul des impacts de zgueg forment mon logo
Venom, sans titre

on pourrait vite conclure de ce recueil de poésie que les rappeurs frinçais sont parfaitement incapables de traiter la femme dignement, et que c’est bien la preuve que c’est une musique de dégénérés. c’est pourquoi le blavog vous offre également ça :

dans cette vidéo se cache l’arme ultime qui vous permettra de clouer le bec d’un nombre incalculable de cons et de connes s’ils vous font chier une énième fois avec le machisme dans le rap. Parce que « pauvre laura » c’est quand même un level bien au-dessus, en plus d’être une chanson rigolote.

et ça c’est cadeau, ça me fait plaisir :

bonne st valen’r’tard à tous et pour ceux qui ne sont pas accompagnés…

faut pas mollir

8 Commentaires

Classé dans experts en séduction

Des souris et des hommes, des rappeurs et des chattes

parce que quelqu’un devait le faire.

Poster un commentaire

Classé dans sliphop

Kick-Ass troue le cul

« En Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle »
Amadou Hampaté Bâ

« Quand je crèverai, tu pleureras un vidéoclub. »
Un branleur

chose promise, chose due, je vais vous parler de Kick-Ass. alors si tu l’as pas vu faut savoir que ça va spoiler. légèrement, pas de trucs qui te gâchent le film non plus.
après si tu sais pas que redmist en vrai c’est le fils du mafieux, c’est un peu comme si tu disais que tu sais pas que dans The Dark Knight Harvey dent c’est Double-face, autant te suicider tout de suite parce que c’est des années de sous-culture à rattraper.
donc vous savez tous que Kick-Ass est un film que j’attendais depuis maintenant deux ans, ou un truc du genre. Et si vous le savez pas, et bien, on ne change pas une équipe qui gagne, vous êtes probablement un immonde roux gay fan du monde de Narnia (parce qu’Harry Potter c’est fini) et de Twilight (ça par contre ça change pas). Contrairement au dernier Batman vu dans des conditions de screener de merde d’abord, puis en salle après, là c’est l’inverse : vu en salle plus d’un mois avant la sortie du film, et revisionnage dans des conditions de screener merdique après (pasque je reste un con, faut bien comprendre ça). C’est la vie, un jour tu falsifies un test antidrogue à l’aide de la pisse d’un pote et la semaine d’après on t’appelle pour te dire que tu vas être payé à voir des films.


Nicolas Cage. C’est toujours étrange de retrouver cet acteur dans un bête de film. Pour une raison simple, en général ce bête de film est précédé de 3 autres bouses minimum dans sa filmo. Une sorte de malédiction. On parle quand même du gars qui est capable de passer de Lord of War à Ghostrider sans tortiller du cul. Et en enchaînant les coupes de cheveux agressives avec ça. Et là en Big Daddy c’est la révélation : tous ses rôles de merde, absolument tous, c’était un entraînement. Un entraînement à s’afficher encore et encore dans des dégaines de loser avec des répliques à chier. Pour pouvoir finalement incarner Big Daddy. Et le plus fort c’est que Cage n’avait aucun moyen de savoir qu’il allait devenir ce perso à l’époque de ses pires rôles. C’est là qu’on reconnaît le génie. Et le gars enchaîne les scènes total mongol, comme quand il se rajoute un surplus de moustache devant la glace ou quand il hurle des ordres de survie codés en langage cinglé à sa fille (« Passe en mode Kryptonite !« , ça n’a pas de prix) avec des fins de phrase qui montent dans les aigus vu que des flammes lui lèchent les couilles. Sa relation père-fille avec Hitgirl c’est bien simple, c’est la plus belle que j’ai jamais vue, à placer juste à côté de Lino qui menace de mort son futur gendre et de la danse finale de la famille de barges de little miss sunshine. Il faut voir le bonheur dans les yeux de sa gosse quand elle déballe un cadeau et qu’elle découvre le couteau papillon qu’elle avait commandé au père noël, tandis que Cage sourit comme un taré.
Niveau compo le type confirme haut et fort qu’il est cinglé, comme on s’en doutait depuis sa prestation de A tombeau ouvert de Scorsese : « j’ai voulu rendre hommage à Adam West, le seul et unique Batman pour moi, qui a bercé mon enfance, j’ai voulu reprendre sa diction si étrange et inquiétante ». Et effectivement, dans le film le gars parle en saccadé bizarre, avec des pauses qui ne correspondent ni au sens de la phrase, ni à la ponctuation, ni à quoique ce soit d’identifiable humainement.
et pour les plus jeunes (aka les petits cons), rappelons qu’Adam West, c’était ça :

et là tu respectes Nicos Cage le patron.
Ensuite big daddy c’est aussi la réalisation d’un rêve que tous les fans de Batman ont connu à un moment ou à un autre. Pasque contrairement à la bd où il ressemble à ça, ici big daddy c’est clairement un Batman du pauvre. et qui utilise des armes à feu, armes blanches etc. C’est le début d’un beau rêve. A la fameuse question « qu’aurait donné Batman s’il utilisait des armes ? » le film apporte une réponse claire : il aurait tué tout le monde, en très peu de temps. Et y’a un truc qui est spéciale dédicace pour toi petit con mais que tu n’as pas vu ni compris, sauf si t’as eu le dossier de presse du film, ou été présent dans une émeute ou manif qui dégénère (dans mon cas c’est les 2, je suis un pro), c’est que le costume de big daddy est composé à 75% de combi de CRS frinçais. et ouais mon con. les jambières et les espèces de plaques chelou sur la poitrine là. les designers ont pris ça des sapes antiémeutes de notre beau pays. sacrés petits cochons.
On a donc un batman sapé en CRS qui parle comme dans les années 60 avec les méthodes du punisher. C’est valide.


l’acteur principal. alors là c’est dommage, mais la prod a cédé à la facilité. pas qu’il joue mal, non, le mec s’en sort plus qu’honorablement. Le problème c’est qu’il est ce qu’on appelle dans le jargon un faux moche. C’est quoi un faux moche ? c’est comme la pute à lunettes de ce vieux film de merde qui s’appelait Elle est trop bien qu’on a tous vu en bande-annonce en boucle sans le voir en entier, sauf les plus malchanceux. En gros tu prends une personne plutôt classe, tu lui fous des lunettes, des sapes de merde et une coiffure pourrie, et tu dis à tout le monde qu’elle est dégueulasse alors qu’en fait, magie, non pas du tout. donc à ce niveau là un Jesse Eisenberg (le petit-juif-fou-puceau-nerd de zombieland) aurait mieux correspondu, tant pour le gabarit plus proche de la bd que pour la loose attitude innée que le mec possède. Mais bon. Aaron Johnson n’est pas mauvais et il insuffle suffisamment de loose power au perso pour qu’il nous fasse marrer tout en se prenant des raclées tout au long du film.

Le gros point faible du film, c’est qu’il offre un dépucelage à son héros, qui quitte donc légèrement son statut de loser. et ça c’est inacceptable. pasque dans la bd ce qui est très fortiche c’est que le type quand il dit à la fille de ses rêves qu’en vrai il est pas gay, ce qui se passe est très simple : la fille appelle un pote renoi costaud et lui demande de tabasser dave pour s’être foutu de sa gueule, et le soir dave reçoit une tof sur son portable qui montre la meuf en train de sucer le renoi. enfin, dave confie qu’il a honte mais qu’il s’est depuis branlé plusieurs fois dessus. et c’est le seul rapport un tant soit peu sexuel qu’il a avec sa katy. Alors que là on a une amourette improbable qui n’a juste rien à foutre là, avec des phrases que personne n’a envie d’entendre, comme « je tiens beaucoup à toi » et d’autres trucs écœurants.
Le réal et l’auteur de la bd ont promis que le second volet (pasque ça devrait être une trilogie, une de plus qui renverra les fans de star wars dans le trou à merde d’où ils ne devraient pas sortir) serait « plus sombre » donc on compte sur eux pour corriger ces détails.

Redmist. ce bon vieux chris mintz-plasse en aura fait du chemin depuis supergrave, et en peu de temps avec ça. là le petit refait le même rôle au final, un condensé du Mclovin de supergrave et du loser des grands frères. C’est la première fois qu’il fait l’enculé de service, et il s’en sort bien le bougre, alors qu’il était habitué à la comédie uniquement. Et le voir faire le con avec une cape et une crête rouge sur la gueule, pour qui l’a vu débuter en binoclard avec cheveu sur la langue et « je suis puceau » marqué en majuscule sur la gueule ne peut qu’apprécier ce rôle à sa mesure.


Le méchant : Frank D’Amico. parce qu’il en faut bien un, sinon pas de superfilm. Faut bien comprendre que Mark Strong ici c’est un méchant de 24 h chrono qui aurait sous ses ordres une armée de gangsters de pulp fiction. ça résume bien le personnage. Et ce qui est bien c’est que contrairement aux mafieux des autres films de superhéros, là le type réagit avec des manières de vrai gangster, façon Joe Pesci. t’imagines Nikki Santorro qui croiserait un cinglé costumé qui lui dit que le crime c’est mal ? bah t’as le jeu de Mark Strong pendant tout le film. Le gars passe toutes ses scènes dans un état de consternation totale, avec un visage qui suinte la haine ©. Par exemple à un moment il croise Kick-Ass par hasard dans la rue. il le suit puis lui explose la gueule en lui hurlant dessus que tuer ses hommes et prendre sa coke, ce n’est pas la meilleure façon de devenir son ami. Là il est content. Arrivé chez lui, il mate les infos. Qui lui apprennent qu’un sans abri qui s’amusait à faire le copycat de kick-ass s’est fait sauvagement agressé dans l’après-midi. Et là c’est le retour de la consternation sur son visage. Il réhabilite également l’expression « fuck you very much » et ça c’est respectable.

Le meilleur pour la fin, on arrive à la boss du film. la patronne. j’ai nommé Hitgirl. H to the I to the T to the GIRL. la petite soeur qu’on a tous rêvé d’avoir, surtout les fils uniques.
Hitgirl c’est une sorte de mini-Miho (la tueuse ninja de Sin City), qui parlerait avec le vocabulaire de Cartman et les punchlines légendaires de Joe Hallenbeck, tout en pratiquant l’assassinat avec le naturel de Snoop de The Wire.
par exemple quand le mafieux lui dit « playtime is over kid » et qu’elle fait « I NEVER play. » bon. déjà, vu qu’elle a une petite dizaine d’années pas plus c’est marrant en soit. Mais le truc c’est qu’elle n’a réellement jamais joué de sa vie la ptite, sauf si l’on considère que s’entraîner à shooter des merdes et encaisser des tirs à bouts portant est ludique. donc là ça devient très fort. ou quand elle vient de buter 5-6 gangstas devant un kick-ass traumatisé qui brandit son taser et qu’elle lui lâche d’un air consterné « dude that’s a gay taser ». Mais le meilleur reste bien sur sa réplique clin d’œil au boss, et oui, je parle encore de batman. quand kick-ass lui demande comment la joindre elle et son cinglé de père, elle répond le plus naturellement du monde : « contacte le bureau du maire. il a un signal spécial. ça envoie un logo dans le ciel, en forme de bite géante. »
là j’aime autant te dire que kick-ass fait la même gueule que le daron d’Amélie Poulain qui voit une photo de son nain de jardin devant les pyramides d’égypte.
Niveau jeu bon ben Chloe Moretz c’est clairement pas du guano. Je l’avais pas vu dans 500 jours ensemble, vu que je ne mate pas de film de cowboy pédé qui bouffe du pudding comme dit précédemment, mais la petite a tout pour être une grande. A ranger juste à côté de Isabel Fuhrman (Esther) et l’autre petite folle de Little miss sunshine et Zombieland. A côté, mais un peu devant quand même aussi.

Ensuite pour les critiques de demeurés et de vierges effarouchées, tous ceux qui se plaignent qu’on fasse des scènes violentes avec une gosse, bref, tous ces gens choqués que l’on regroupera sous le nom de « fils de pute » (appellation d’origine contrôlée) et qui nous cassaient déjà prodigieusement les couilles en disant que dans 93 hardcore c’était pas bien de montrer des enfants à côté de mactyer armé. Prenons le temps de les écouter, avec la critique de leur champion.

While director Matthew Vaughn channels the spirit of Mark Millar’s comic, too often he oversteps his mark with his stylised use of violence, with young Chloe Moretz as the main attraction.

Donc apparemment le gars est choqué. le gars trouve ça mal de voir une enfant découper des truands. jusque là pourquoi pas, c’est son droit d’être une fiotte, nous ne sommes pas là pour juger. Par contre ça

It deliberately sells a perniciously sexualised view of children and glorifies violence, especially knife and gun crime, in a way that makes it one of the most deeply cynical, shamelessly irresponsible films ever

C’est juste génial. Pasque concrètement le type explique qu’une gamine qui se tape et qui transperce des corps avec des schlass c’est une image sexuelle pour lui. là on est dans du grand, dans le syndrome des prêtres : quelque soit les images qu’ils voient, si y’a un minimum de mouvement et d’action entre des personnes de sexe opposé, c’est sexuel. on pourrait dire « oui mais quand un adulte fait la même chose vous en pensez quoi » mais il est clair que cette personne se masturbe devant les scènes d’action pour adulte. Or là y’a une gosse et il peut pas s’empêcher d’aimer ça. donc ça le trouble. ça le perturbe. du coup il trouve ça malsain. merci à lui.
Après si y’a réellement des gens déjà mentalement atteints qui se branleront sur Hitgirl, bah c’est pas la faute du film, c’est comme quand Big Paul Castellano se branle devant la scène de viol de Irreversible, on va pas interdire le film pour ça.

Ensuite les références. y’en a plein. déjà un film qui se termine sur une reprise de réplique du joker du 1er batman de Tim Burton (Timmy !) ne peut être qu’un chef d’œuvre. on peut ajouter un énième clin d’œil à taxi driver quand kick-ass fait le beau devant sa glace, un hommage au ciné asiat quand cage demande à sa fille quel est le premier film de john woo, et scarface quand un gros renoi prend un bazooka et fait « i always wanted to say this. say hello… TO MY LITTLE FRIEND ! » et toute une chiée de références aux comics (wolverine, batman, spiderman, et tant d’autres). Et, cerise sur le cake, y’a même une scène tournée en FPS. oui, comme ton jeu vidéo préféré, avec juste l’écran ki représente le champ de vision et la main qui tient le gun en plein milieu. doom, duke nukem, tout ça. c’est dans le film.
Et surtout le mélange de tous les genres (action, comédie, hardcore, policier, drame) fonctionne comme jamais. C’est à dire qu’en une scène tu passes de l’émotion (après je vais pas tout niquer en disant qui meurt non plus) à la violence pure pour finalement atterrir à une punchline comique. le film se permet même des scènes épiques avec une musique genre sauveur du monde qui marche au ralenti mais qui sont faites dans une atmosphère mongol permanente. bref c’est génial.
même les musiques utilisées sont des clins d’oeil à des zics autres films (sunshine et 28 jours plus tard notamment) que la bo pille abondamment, dans le plus pur esprit hiphop. On aura donc Hitgirl flinguant des cons sur du Ennio Morricone de Pour quelques dollars de plus.

le petit + français que j’aime beaucoup, c’est que la promo bordélique assimile le film à une sorte de comédie pour toute la famille, y’a même pas d’interdiction au moins de 12 ans. Et ça c’est génial, c’est un peu comme quand t’étais un sale mioche de merde avec deux poils sur la bite et que tu découvres que tes parents ont pas débranché le décodeur canal plus le premier samedi du mois.

Pour conclure je vais redire ce que j’ai déjà dit ailleurs, mais en mieux, pasque le blavog a droit au top du top. Kevin Smith, réalisateur de Clerks, Dogma, bref le roi des nerds du ciné ricain, avait dit à la sortie de The Dark Knight « les films de comics tiennent leur Parrain 2 ». Bah avec Kick-Ass on tient le Pulp Fiction des superhéros. tout simplement. tu pourras reprendre cette citation pour briller en soirée et épater tes amis.

Bande-annonce Kick-Ass
Kick-Ass comic tribute (comme ça tu vois ce que ça donne en version bd)
la seule autre critique du film qui vise juste (et je dis pas ça pasque c’est aussi moi qui l’ai faite, je dis ça parce qu’elle est géniale)
ensuite pour compléter tu peux bouger ton cul là dessus.
ça c’est un dossier qui te dira ce que tu dois penser des films de super héros de ces 10 dernières années, yahoo l’avait même foutu sur sa homepage apparemment, même si j’ai pas compris pourquoi ni comment ce genre de truc marche, mais ce qui est sûr c’est que ça prouve que je suis un génie avec plus de visibilité que les sites de fils de pute et les blogs de merde que personne ne lit.
tout simplement.

51 Commentaires

Classé dans cinoche

Dans mon club des métaphores 4 (fermeture)

 

Nous y sommes, le club des métaphores dernière part… Mais qu’est-ce que c’est que ça Mimil ?

13Or -Dipset Byrd gang ! Tah sah !
Lalcko -Que veux tu encore ? Tu as trouvé une phase ?
13Or -Non, mais il me semble que j’avais un chapeau en arrivant. Où il est ?
Lalcko -Euh… Je… Driver ?! T’as un chapeau en vestiaire ?
Driver- Bah j’ai celui là, c’est lui ?
13Or -Ouais pourquoi pas. Rends le moi ! I want my hat back !
(et il arrache le chapeau des mains de Driver et s’en va en courant, tout content pasqu’en fait il n’avait pas de chapeau en arrivant)
Lalcko -… Tu lui as donné quoi ?
Driver -Un abat-jour défectueux.

 

 

 

À l’intérieur, Rohff, Ikbal et Sinik sont en tenue camouflage pour se fondre dans le décor (mais les canapés sont violets tirant vers le rouge…). Ils observent en silence et épient les maîtres des métaphores. Dans le carré VIP, Ill, Dany Dan et Nakk Mendosa essayent de dégager une date commune pour enregistrer un son à trois. Mais eux et les dates ça fait beaucoup, vous les connaissez… Escobar Macson, Mac Kregor et Casey font un concours de phases gores. Oxmo et Lino sont dans le carré VIP du carré VIP.
Oxmo -Et là tu comprends c’est formidable, j’ai écrit toutes mes rimes de cet album dans le but d’être reçues pas d’être données… Ou c’est le contraire je ne sais plus…
Lino -Tcht Tcht. C’est quoi la différence ? Fuck it.
Oxmo -Et mon album sera plus dans la veine de mes projets personnels, comme Opéra Puccino, L’Amour est mort ou Le cactus de Sibérie.
Lino -Bref, comme tout ce que t’as fait (hips) sauf le Lipopette Bar…
Oxmo -Voilà et dedans j’ai des métaphores de fou ! Par exemple celle que j’ai donnée à Lalcko pour qu’il me laisse passer, écoute ça « Je suis un Cheeseburger, renoi, je… »
 
 

 

(Ils sont interrompus dans leur écoute)
Lalcko -Patron.
Rohff -Hein ? Quoi ?! Pourquoi tu viens me déranger toi ? T’es pas dehors ?
Lalcko -Y a ce monsieur qui ne veut pas partir, il dit qu’il vous connaît personnellement.
Kery -Mais je connais personnellement Rohff et…
Rohff -Non pas du tout !
Lalcko -Vous voyez monsieur… Faut partir maintenant.
Kery -Attends ! J’ai une métaphore « Mais Amour m’avait caché Déception. » Alors ça te la coupe, hein ?
Lalcko -Ouais c’est très gentil mais ça n’a rien d’une métaphore ça. C’est une personnification. Je vais vous raccompagner jusqu’à la sortie, monsieur. Revenez accompagné d’une métaphore. Ou de Karlito.
Kery -Je rapperai depuis l’extérieur pour mon frère à l’intérieur. je rapperai pour R.O.H.2F, je pleure nos erreurs.
Rohff -Ouais, ouais, c’est ça…

(Rohff et les autres retournent à l’écoute de la métaphore d’Oxmo mais ils ont tout raté, Lino et Oxmo se dispute un verre)

Lino -Je te dis que c’est le mien !
Oxmo -Non c’est le mien !
Lino -Mais arrête de pomper mec !
Oxmo -N’y touche pas enfoiré !

 

 

Rohff, Ikbal et Sinik rampent sous les canapés du coin VIP pour aller vers le milieu de la salle où Escobar Macson, Despo Rutti et d’autres devisent gentiment.
 
 
 

 

Despo – Et là j’ai dit ‘Je peux rater Miss Dominique dans un couloir.’
Dany Dan – Ma parole !
Esco – Et moi j’ai dit ‘Ils poussent des street albums comme des champignons au Bois de Boulogne.’
Dany Dan – Pire encore yo ! À la régulière, on est bon !
Ill – Oh ! Il est chaud, Esco. Attends, attends ! Laisse moi enchaîner un truc là dessus ‘Oh oui ! Voici du bon produit. pas de bonbons gratuits. Ils vont regretter ou devenir persona non grata.’
Joe Lucazz – Ouais Mimil ! La fonte des neiges à libérer un monstre. Plus Sosa que Tony car on ne m’encule pas.
Despo – J’ai dit enlevez les posters de Scarface. c’est un shlag. Elvira, c’est une shlag. Qu’est-ce qu’y a ?

Rohff – note, Ikbal, apparemment Scarface c’est pas si green que ça.

Dany Dan – Et personne n’aime quand la haine se pointe au fond de mes yeuz. Je suis Scarface, la scène avec la tronçonneuse.

Rohff – non attends Ikbal, renote, c’est pas si mal que ça apparemment.
Esco – Je rappe avec ma tronçonneuse. Drive By Firme à la vie à la mort, toujours les mêmes tronches haineuses.

 

Mais là c’est trop pour Rohff, qui ne comprend pas qu’on puisse se revendiquer haineux. Il intervient.
Rohff – Tchicky mais c’est quoi ça ? T’es un haineux ?
Esco -Ouais ! La haine, c’est sûr, je l’ai !
Rohff -C’est pas possible de dire ça. Tu veux dire que t’as la cassette de ‘La haine’ chez toi, c’est ça ?
Esco – Non !
Rohff – T’es pas dans le Dîn, c’est ça ?
Esco – Mais qu’est-ce que tu racontes ?
Rohff – En quoi est-ce que tu crois ?
Esco – Pose pas de question à la con.
Rohff -Tu veux que je sorte ma pelle ?
Esco – Fais gaffe ma gueule pasque moi aussi j’en ai des pelles ! Méfie toi de tout ce qui peut saigner pendant des semaines sans jamais mourir ! t’as peut-être passé le code de l’horreur mais moi j’ai le permis depuis des années.

Kennedy – et moi j’ai le code de la rue gros !

Rohff – mais comment t’es rentré toi ??

 

Ça aurait pu se terminer très mal mais Lalcko intervient une nouvelle fois.

 


Lalcko – Patron, y a ces mecs qui viennent d’arriver mais je ne comprends rien à ce qu’ils disent, je les laisse rentrer ou pas ?
Rohff – Pourquoi ? Il parle en quelle langue ?
Lalcko – Je ne suis pas sûr. Il y a du Français mais c’est compliqué.
Nikkfurie – Il se cache parmi nous, parmi nos Stan. Compte son cash, par millions, Parigo Flash
Arrivant d’Abidjan ou d’Avignon ou d’Algérie en filigrane.
Envoyant toute sa maille par télégramme. Et les drames qui n’épargnent personne
Rohff – De quoi ? Mais qu’est-ce que c’est que ça ?
Hi Tekk – Espèce d’hindou rien à foutre tu viens d’où. Quinze coups dans la gueule, j’ai la main lourde
Je déterre ta grand mère et la viole comme une chienne, et si t’es pas content, je viole ton père
Prêt pour la douche ? Je te pisse dessus et je te brise le cul, petit fils de pute, Je te fist nu, ne te crispe plus.
Rohff – J’adore ce mec ! Il est trop green !
Esco – Ouais, c’est bien ce qu’il dit le petit gars.
Nikkfurie – En fait, elle jouait la timide, sans vouloir être insistant… Une comédienne insipide, ainsi s’envole son innocence !

Je suis lycée, tu es amiante. Je suis vissé, tu es anéantie. J’suis officier, tu es sergente. Je suis fiché, tu es pervenche !
Dany Dan – C’est génial, même moi je comprends à peine. Je veux pas me jeter des fleures en disant que je suis le plus cool. Mais si je suis le prince de la métaphore, eux ce sont les rois.
Oxmo -Moi je comprends.
Lino -Mais merde ! Arrête de mytho, mec !
Kennedy – Arrrgh… je me sens… pas bien (il s’évanouit)

Mac Kregor – il lui arrive quoi à lui ?

Lalcko – il a jamais dû entendre autant de métaphores en un seul coup, là il fait une overdose. je m’en charge (il réanimera Kennedy en lui faisant écouter du Christophe Maé)

Casey – quelle fiotte…

Hi Tekk – N’arnaque pas n’importe qui, sinon, c’est la visite au congélateur, température : -14° Celsius,opposée à la chaleur du luxe ou se complait l’acteur, la valeur du stup se compte en grammes de came ou de skunk .Avec les ragots : le plus con c’est le jacteur ,je dirais que même le mec le plus complexe a peur.

Kennedy – Rhaaaaa…

Lalcko – merde arrêtez vous, il va me faire une rechute.
Sinik – Houlà là quel truc de fou malade. Je comprends rien.
Ikbal – Moi non plus je capte rien. Hous, c’est green ou pas ?
Rohff – Bah si personne ne comprend rien c’est que c’est bien écrit. Ces mecs sont très forts en métaphores et en images. C’est eux qui devraient être les gérants d’ici.
Nikkfurie – OK !
Hi Tekk – Alors on va commencer par virer tous ceux qui savent pas en faire, c’est à dire vous trois là.
Sinik – quoi ? Nous ?
Ikbal – Pas green ?
Rohff – Vous jouez les fiers ?! c’est ça ?! Je vais vous enculer vos mères les putes moi !
Mac Kregor – Ouais ! Qu’ils sortent leurs chéquiers sinon nique leur grands mères les putes !!
Rohff Tchicky ! tais toi, toi ! Taisez vous tous !! Cassez vous !!! Barrez vous de mon club !!!!

 

Et tandis que Rohff arrose les lieux et Sinik à l’essence (sacré pyromane) les MCs évacuent les lieux.
 
 
 

 

Esco – Moi je m’en fous. j’ai des punchlines en brouettes.
Lalcko – Bah on a qu’à refaire la même ailleurs du coup.
Despo – Ouais, sauf que c’est pas un club qu’on va faire mais un pays des métaphores.
Esco – Et ce sera une dictature !
Ill – Je peux avoir l’asile politique ?
Joe Lucazz – Ouais Mimil, moi aussi (en effet les stups se rapprochaient dangereusement de sa voiture)
 
 

 

 

Oxmo qui présente son album et qui terrorise des gens mal habillés : http://fr.youtube.com/watch?v=WDtolB4L1vc

L’un des clips les plus rigolos du rap Français : http://www.dailymotion.com/video/x1amai_batards-de-barbares_shortfilms

La version que ta copine préfèrera : http://www.dailymotion.com/video/x48k7i_gentiment-je-timmolebatard-de-barba_music

Mac Kregor, on ne s’en lasse pas : http://www.booska-p.com/video-mac-tyer-mac-kregor-tandem-v483.html

La Caution & Casey – on n’a qu’ça : http://www.zshare.net/audio/55178843b867c137/

On récapépette depuis le début : https://leblavog.wordpress.com/category/dans-mon-club-des-metaphores/

3 Commentaires

Classé dans Dans mon club des métaphores, sliphop

J’ai les mêmes excuses que Dieudonné

         
Blavogueurs, blavogueuses, bien la famille ? Quoi de neuf dans l’internet ? J’espère que ça va bien pour vous, sachant que quelque soit votre réponse ce qui va suivre va suivre et puis c’est tout. Pourquoi cette introduction si solenel, ce ton sentancieux, why so serious ? Parce que dernièrement un sale pompeur est venu sur notre bô blavog, s’est allegrement servi et à coller nos histoires ailleurs en s’atribuant tout le crédit de nos oeuvres éternelles et magnifiques. Sans même mettre de liens qui ramèneraient chez nous (paske tant qu’à faire, il avait qu’à dire que c’était son blog carrément, au point où on en est)…

Cette petite p hutte qui va par le nom de Slayeur a été démasqué et sodomisé virtuellement sur la place publique. Et c’est pour ça qu’il est ici ce soir, tenant à s’excuser pour sa conduite inqualifiable (en effet, il a écrasé Kenza Farah). Alors nous, ça ne nous dérange pas d’être pompé, on aime ça, ça prouve bien qu’on est les meilleurs. Les plus novateurs sont souvent pompés. La seule exception étant peut-être Despo Rutti, un mec tellement novateur que personne n’arrive à faire comme lui ou alors ça n’y ressemble plus du tout ce qui fait qu’on est pas au courant. Mais auquel cas, bande de suce-pénis il faut créditer notre foutre quand vous allez le revomir ailleurs, c’est la moindre des politesses. Histoire que les gens viennent ensuite sur le blog. pour que ça fasse plus de visites. Ici c’est le milieu du ternet, si t’as les visites t’as le pouvoir et si t’as le pouvoir tu nous le passes, c’est cool. Pour qu’on continue à caracoller en tête des blogs les plus green, et que ANU et Frooty soient un peu plus consternés en nous lisant (et s’ils répondent à ça c’est l’aveu qu’ils nous lisent et ça c’est moche).

Bonzour à vous tous, ze sais que vous me détestez désormais paske z’ai été très vilain. Ze me présente ze m’appelle Slayer, ze suis fan de Booba et de Buffy contre les vampires, ce que z’aime avant tout c’est que les zens m’aiment. Mais c’est pas facile, sassant que je suis roux, petit, et que ze n’est qu’un seul sourcil, grâce au net ze peux me casser derrière mon ordi. Un zour z’est trouvé un blog qu’il est drole dedans alors ze me suis dit que si y avait des zens si cools qui existaient sur Terre être l’un d’eux devait être le sumum de l’aboutissement de l’existence. Z’ai donc subtilisé les textes si bien écrit de ces zénies pour aller les poster sur un forum de fans de Booba (ze voulais un forum de fans de Booba et de Buffy mais apparemment ça n’existe pas, c’est bizarre). les zens m’aimaient enfin. Moi que mon père battait puis m’enfermer dans un sac après m’avoir raser le scrotum… (oui même mon enfance ze la pompe sur des trucs que z’ai vu)… Z’étais enfin accepté, les zens me trouvaient drole, spirituel, talentueux et les femmes voulaient cousser avec moi. Tout aurait bien fonctionner si les incomensurables intellizences suéprieures qui rézissent ce blavog ne m’avait pas astucieusement démasqué en révélant ainsi ma vraie nature de sale roukmoute sournois à la face du monde. Z’en suis infiniment désolé, le pire c’est que z’ai tout perdu puisque désormais ces auteurs que z’admirais tant vont me hair comme il se doit. Ze ne suis qu’un misérable, un moins que rien mais comprenez moi, z’avez mes raison. Ze ne sais plus si c’est Zésus ou Tupac qui disait « If you dont no mi, dont zeudze mi. »

Et ben voilà ! Si ton blog c’est pas le blavog, negro ne le lis pas.

Nous sommes le blavog, ne cherche rien d’autres ailleurs, there is no country for ungreen men. We blav the world. Par contre on blav pas your children parce que Pedo Bear s’en charge déjà.

No body fuck with us, ‘cause we’re too hugly, ok ?!

3 Commentaires

Classé dans hors-sujet, Puatches, tu parleras moins avec une batte dans ton c..., Uncategorized