Archives de Tag: Rim’K

Dossehlai Lama

Une fois n’est pas coutume, derrière ce titre de billet peu inspiré se cache un petit hors-série dans la rubrique la phrase débile de la semaine, ainsi qu’une excuse pour vous faire profiter des photos trafiquées par les soins de @Asura__   Si vous suivez un peu le blavog, vous devez savoir qu’on apprécie pas mal Dosseh. Et si vous suivez pas le blavog bah vous le savez quand même puisque je viens de vous le dire.

En l’an de grâce 2009, sortait la mixtape Autopsie 3 de Booba, avec sa palette d’invités au niveau hétéroclite. Parmi eux, Dosseh, avec le morceau Non-stop, qui ne sera jamais clippé, faudra donc se contenter de ce superbe montage bâclé et amateur :

Venons-en maintenant à ce qui nous intéresse. A la fin du titre (vers 2’47), on peut entendre dans la tirade de Dosseh qui sert d’outro au son (il fait souvent ça Dosseh, il aime bien, y’en a qui vont réécouter leur couplet après avoir posé, lui il reste en cabine et il parle à un public imaginaire, c’est son truc) :

« On se nique la santé pour essayer de trouver de l’argent, plus tard on niquera de l’argent pour retrouver la santé. On vit dans l’excès comme si on allait jamais crever, puis un beau jour on crève, comme si on avait jamais vécu. »

C’est joliment dit, et c’est sympa comme conclusion, tout ça. Le problème c’est qu’un homme a déjà tenu presque exactement ces propos. En effet, lorsqu’on lui a demandé « Qu’est ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? », un certain Tenzin Gyatso a répondu :

« Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé… et  penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur… ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

Tenzin Gyatso, c’était anciennement Lhamo Dhondup (on ne se moque pas) mais il est désormais plus connu sous son blase de mc « le Dalai Lama » qui lui a permis de faire son buzz un peu partout dans le monde.

On entend déjà les plus malfaisants d’entre vous commenter « ah bah bravo, Pit Baccardi reprenait le slogan d’Adidas à son époque, au moins son petit frère il innove » ou « après Coluche, les punchlines des rappeurs cainris et les répliques de film, le rap français va toujours plus loin dans la reprise éhontée de lyrics », etc. D’autant plus que Dosseh La Famine a déjà utilisé des références assez folklo dans ses rimes.

Mais là je dis stop. C’est un peu facile quand même et ça repose sur des préjugés. Rien n’indique que c’est pas le Dalai Lama qui a lui-même pompé le rappeur d’Orléans en premier lieu. Quoi, parce que le mec est né en 1935, se fait appeler « sa sainteté » (un a.k.a pas super original je trouve) et a écrit des bouquins (rarement seul, il se fait ghostwriter à mort le gars), c’est impossible d’imaginer ça ? Réfléchissez deux secondes :

il se rase la tête depuis qu’il est en âge d’avoir des cheveux

il a pas de meuf mais vit avec un crew de mecs qui portent des sapes larges

il a des fans prêts à s’immoler pour lui

il a un discours de victime mais un public de bourges

il se plaint constamment du boycott de la Chine alors qu’il peut crécher dans n’importe quel autre pays, notamment les pays développés.

Ce mec a tout du rappeur hardcore en manque de buzz. On l’imagine très bien aux fourneaux, en train de cuisiner du crack, dispenser à ses bougs du Tibet quelques doctrines essentielles telles « soit t’es un homme soit t’es une pomme » ou encore « on va tous caner un jour, debout sur nos pattes ou à genoux comme des fiottes ». Sans parler de tous les égarés qui s’interrogent sur les conséquences de leurs actes et à qui il répond systématiquement, même à ceux en sandales « tant pis si les mains sont sales tant que les nike air sont propres ».  Alors qu’à la base c’est Dosseh qui a écrit tout ça. C’est vraiment dégueulasse.

Et on espère bien qu’un jour, Dosseh saura réclamer ce qui lui revient de droit.

3 Commentaires

Classé dans la phrase débile de la semaine

Le choc des ‘tits cons

Si vous lisez le blavog, il y a de fortes chances pour que vous sachiez très bien à quoi ressemble l’ANPE (ou Pôle Emploi, ou ce que vous voulez, ça change rien en fait).
Et bien pour sortir un album de rap frinçais c’est pareil, tu fais la queue dans la file qu’il faut et tu galères jusqu’à ce qu’on te mette une merguez. Cool non ?


Dans la file du 22 Novembre, Ali, Booba et LIM ne fêtent pas leurs retrouvailles et tentent au contraire de s’ignorer.
Ali -Tu pourrais au moins nous dire bonjour.
Booba -Ouais mais j’ai arrêté de fumer. J’arrête toutes les deux semaines.
LIM -Je ne comprends pas.
Booba -Pour dire bonjour, j’écrase mon mégot sur la main qu’on me tend. Donc là je peux pas, j’ai pas de mégot.
LIM -Non mais je comprends pas pourquoi t’arrêtes de fumer.
Ali -Surtout pour reprendre 2 semaines après.
LIM -Ça on s’en fout. Rien qu’arrêter, c’est naze.


Ali -Mais c’est bien qu’on soit rassemblés en ce jour.
Booba -Tu te prends pour un curé ?
Ali -J’aime ces moments là, on est là tous ensemble.
LIM -Ouais, ouais, les culs de joints dans le cendar, les regards qui se croisent et tout ça.
Ali -Ça colle bien avec mon album « Le rassemblement. »
Booba -Si tu dis ça pour avoir un feat, tu peux te gratter, sale assisté. Touche à ton cul et sens ton doigt. 2 fois.
Ali -Ah non, pas du tout. C’est pas ça le but du rassemblement.
LIM -C’est quoi le but alors ?
Ali -C’est de ne pas inviter de gens.
LIM -De quoi ?
Ali -Par exemple, dans mon Planète rap j’ai ramené Lino. Parce qu’il est vraiment très fort. C’est le meilleur en Frince, je me devais de ne pas l’inviter sur mon album.
LIM -?
Ali -Les Sages Po aussi. Sans eux, pas de rap à Boulogne, ce sont vraiment des grands. C’est un honneur pour moi de ne pas les avoir invités.
LIM -…
Ali –Cens Nino aussi, ton pote de la Movez Lang. Lui c’est typiquement le mec que je n’inviterai pour rien au monde.
LIM -Je comprends.
Ali -Et j’ai pas invité Cassidy non plus. Parce que les X Men et Time Bomb ont vraiment marqué l’histoire du rap. Dommage que Ill ne fût pas là. J’aurais vraiment voulu ne pas l’inviter lui aussi.
LIM -Ça n’a aucun sens.
Booba -Moi j’écoute pas.
Ali -Par contre, depuis planète rap, Youssoupha me harcèle pour un feat. Il n’a rien compris au principe de rassemblement…


Booba -Sors pas le même jour que moi, tu vas te faire tabasser.
Ali -…
Booba -Je déconne, n’aie crainte, je suis pas dangereux, j’ai ni cravate ni barbe.
Ali -Moi j’ai une barbe, je vois pas le rapport.
LIM -Et moi j’ai une cravate.
Booba -Ouais mais tu sais pas la mettre.


Booba -Mais t’inquiète, Ali, je t’aime bien. Lunatic c’est mon premier groupe.
Ali -C’est surtout ton seul groupe.
Booba -T’oublies un peu le bridge. Qu’on avait fait avec Oxmo et Pit.
Ali -Tout le monde a oublié ça. Ça a jamais vraiment existé.
Booba -Bah j’ai quand même invité le petit frère de Pit, Dosseh. Sur le son 45 Scientific.
Ali -Tu appelles ton album Lunatic et tu fais un son qui s’appelle 45 Scientific ?!
Booba -Pour 45, c’est parce qu’en fait j’ai invité Dosseh et qu’il est du 45.
Ali -C’est surtout le contraire, t’as invité Dosseh pour faire un son qui s’appellerait 45 Scientific.
Booba -Non ! pas du tout ! c’est pas vrai ! Je l’ai invité parce que je le trouve bon.
LIM -Ah ouais ?
Booba -Parfaitement ! Je fais pour lui ce que j’ai fait pour Mac Tyer ou Kennedy.
LIM -Tu vas niquer sa carrière ?

 

Ali -De toute façon, moi je sors plus tard finalement.
Booba -A L I tu as toute ma reconnaissance.
Ali -En fait c’est à cause de ma pochette, le photographe a fait tomber son appareil, on voit rien sur cette photo…
Booba -Plus qu’à m’occuper de LIM.
Shone -Hé ! Je suis là moi aussi.
LIM -Tu sors le 22 Novembre aussi ?
Shone -Ouais ! Et que le plus médiatisé gagne !
LIM -… Ouais mais non là…
Booba -Si si voilà, Izi. Boss du rap game.
LIM –Illicite, je le suis et je le reste. Nique ta mère si tu te prends pour le best.


Shone –Wesh Booba, moi je vis pas au ghetto à mi-temps. Ascenseur démonté, tu peux pas imiter.
Booba -Tu veux dire que t’es un assisté ? T’as le cul cloué à la cité et tu voudrais qu’on partage…
Shone -Non. Ghetto Fabulous Gang avait déjà du blé avant de rentrer dans le rap.
Booba -Tant mieux pour toi.
Shone –La bicrav est dans ma tête.
LIM -Avec un litron on peut devenir patron.


Rim’K -Nous on sort le 6 Décembre.
Mokobe -Personne ne veut sortir le même jour ? Histoire de ?
AP -J’ai une idée, les gros. On sort tous ensemble.
Rim’K -C’est à dire ?
AP -Bah toi, moi et Mokobe, on a qu’à sortir le même jour.
Mokobe -Ouais trop chaud ! Les jaloux vont maigrir.
Rim’K -Euh… Vous êtes certains là ?
AP -Mais ouais gros. Au pire on retarde d’une semaine et on sort en même temps que Rohff.
Rohff -Houlàlà ! c’est quoi ça ? Si c’est ça je quitte encore la Mafia K1 Fry définitivement. Je qui-quitte la plazza.
Mokobe -Tu peux pas, t’es pas encore revenu depuis la dernière fois que t’es parti définitivement.
Rohff -C’est parce qu’on a des relations de merde. Rela ! Rela ! Relation de merde.
Rim’K -Fuck ton pote.
Rohff -C’est toi fuck ton pote, sale jaloux.
Mokobe -Je peux te dire qu’on se pèse tous les jours et on est pas des jaloux.
AP -Sinon on maigrirait et c’est pas le cas.
Rim’K -C’est qui le gros ?! Hein ?! Hein ?! C’est qui le gros ??!!


AP -Calme toi, gros.
Rim’K -C’est qui le gros, putain !!!??
AP -C’est nous les gros.
Rim’K -OUAIS GROS !!!!
Mokobe -Calme toi, voilà un album d’Amel Bent. AP, mets lui dans les oreilles… Non mais mets les écouteurs dans ses oreilles, le CD c’est pour le lecteur…
AP -Ah pardon.
Rim’K -J’ai besoin qu’on calme mes pulsions meurtrières avec du R’n’B.
Mokobe -T’inquiète pas mon gros, on a plein de sons dansants sur notre album.
AP -C’est que t’as un sacré paquet de pulsions meurtrières, toi.
Mokobe -Rim’K a un bon fond. Et je veux dire par là qu’il est dangereux pour toute forme de vie sur cette planète.

Et dans le clip, elle fera souvent rempart entre rim'k et la caméra, c'est pour vous protéger.
Rim’K -Merci les copains.
Cortex -Ouais moi je te comprends ! Moi aussi j’ai un instinct meurtrier !
Rim’K -Et t’écoutes du R’n’B pour te calmer aussi ?
Cortex -Ouais. La seule chose qui me calme c’est l’album à Zaho.
Mokobe -Salut gros. Tu sors le 6 Décembre toi aussi ?
Cortex -Ouais ! Cortex ! Instinct meurtrier dans les bacs le 6 Décembre. Je nique les fachos, les keufs et tous les fils de putes !
Rim’K -Il m’est sympathique.
Cortex -Je nique Guerlain aussi. Florent Pagny et même le Roi Heenok. Je les insulte tous en vidéo.
AP -Tu fais beaucoup de vidéo dis donc.
Cortex -Je fais ce que j’ai à faire. C’est peut-être les autres qui en font pas assez.
AP -Moi je suis discret.
Mokobe -Et moi je suis mon Afrique.
Rim’K -…
Mokobe -Bah à toi, gros. Tu dois dire que toi t’es une famille nombreuse.
Rim’K -Mais on était pas du tout en train de dire les titres de nos albums, là.
Mokobe -Ah, désolé. Mais moi je suis comme ça. Promo, promo.

Cortex -En fait je fais des vidéos parce qu’il le faut. Quand j’entends un enculé à la télé, je mets mon costume, ma cape et je les insulte sur youtube et… Hé ! Toi là ! Tu fraudes pas dans les files d’attente !
Ali -Veuillez excuser mon arrivée brutale. Si ça a pu choquer des gens je m’en excuse.
Cortex -Ouais bah j’étais à 2 doigts d’aller chercher mon costume dans la voiture et de revenir te péter la gueule.
Ali -Si j’ai blessé des gens à cette époque, je me repens humblement.
Rim’K -C’était y a 5 minutes.
Ali -Oui mais j’ai été transféré tardivement. Je devais sortir le 22 Novembre mais j’ai repoussé à cause de la pochette.
Rim’k -C’est vrai qu’elle est à chier ta pochette, on dirait que t’ouvres une épicerie.
Ali -Ah non mais celle-là c’est la nouvelle.
Mokobe -Ah putain. Quand même…
Ali -Elle est pas bien non plus ?
Mokobe -Une pochette ça se travaille.
Cortex -Ah bon ?
AP -Regarde la nôtre par exemple. 113 Universel.
Ali -Tu fais quoi avec ta main ?
AP -La main sur le cœur, gros !
Ali -C’est de l’autre côté le cœur…
AP -Ouh merde !


Mokobe -si tu veux changer de pochette va falloir reporter encore ton album.
Ali -Je vais.
AP -C’est pas un peu chiant de repousser tout le temps comme ça ?
Ali -Mes auditeurs savent que je suis sur 45 Scientific, on les a habitué à pire.
Rim’K -Bah du coup va dans la file du 13 Décembre.
Rohff -Hachek !! Jamais ! JJJJamais !!! Hé mais toi ! Je vais sortir ma pelle ! Je te préviens !
Rim’K -Mouahahaha ! Je pense à toi, renoi. Les années noires tu les a fait avec moi.
Rohff -Tu te fous de ma gueule en plus ?!
Ali -Je vais plutôt sortir le 20, en fait. Je vais bien peaufiner ma pochette cette fois ci.
Rohff -C’est ça. Casse toi pauv’ con.


Rohff -Moi je sors pas n’importe quand ! Je sors le même jour que Michael Jackson, moi ! je vous baise en brochette.
Lino -C’est ici la file des gens qui sortent le 13 Décembre ? Hips !
Rohff -Quoi ? Tu sors aussi à ce moment là toi ?
Lino -Burps !
Rohff -Mais attends !? Tu sors un album ? Une mixtape ?
Lino -Hips !
Rohff -Mais ça va pas du tout ça. J’ai repoussé pour pas sortir avec Booba, c’est pas pour sortir avec Lino.
Lino -OK. Mais fuck it !
Et Monsieur putain de Bors n’en dira pas plus. On ne saura jamais ce qu’il a voulu sortir ce fameux jour. Une annonce de sortie et puis plus rien.


Rohff -Mais t’es qui toi ? Qu’est-ce que tu fais dans cette file. Je suis pas ton pote. Tu m’as pas consulté pour sortir le même jour que moi.
Macson -Mais qu’est-ce que tu racontes ?!
Rohff -Qui est dans la plazza ? On a pas été présentés.
Macson -On se vouvoie plus alors qu’on a pas encore baisé.
Rohff -Quoi ?
Macson -Je suis Escobar Macson. Plus de 93 kg de colère. On m’appelle Esco pour faire plus vite.
Rohff -S’Co ? Comme mon frère ?
Macson –M’appelle pas « mon frère » t’insultes ma mère.
Rohff -T’es un haineux, c’est ça ?
Macson -La haine, c’est sûr je l’ai.
Rohff -… je suis choqué…
Macson -Par exemple, moi aussi j’ai invité Dosseh, mais je lui ai dit de gueuler 45 000. On gueule pas 45 chez moi ! Ou tu toucheras les cieux ! Ali a bien fait de pas sortir aujourd’hui. Parce que je l’attendais avec ma planche.


Rohff -Qu’est-ce que tu fous là toi putain ?
Ol Kainry –Je me pavane.
Rohff -Non mais qu’est-ce que tu fous ici ! Là ! Tu sais où t’es ?
Ol Kainry -Oui. Je suis totalement au max !
Rohff -Faux ! T’es dans la file des gens qui sortent le 13 Décembre.
Ol Kainry -Voilà. Je sors le 13/12, sachez le. Demolition man ! Appelle moi la 10ème balle qui va flinguer Fifty.
Rohff -Moi c’est pas Fifty que je fuck, c’est Boo… C’est ses contrefaçons.
Cortex -Et moi c’est Ol Kainry que je baise. Ouais on te baise !
Ol Kainry -Me voir en galère, ça mon vieux, ça ne te gène pas.
Cortex -T’avais qu’à pas sortir le même jour que moi.
Ol Kainry -Mais on sort pas le même jour.
Cortex –Je te baise quand même.
Ol Kainry -…


Ol Kainry -Mon procès est fini. Alors je peux sortir Iron Mic. Dans le cul le boug christian. Ta grand mère la milf. Le morceau « Sexy Legging et Louboutin » sera pas sur le disque, mais ça a fait parler les bougzer. Maintenant ce vendeur de chaussures sera toujours associé à mon clip. Mercizer, enculézer.
Rohff -Mais pourquoi t’as pas juste changé le titre en « Sexy Legging et popotin » ?
Ol Kainry -Ah merde, pas con…
Rohff -Eh bah voilà, maintenant tu vas retourner en studio et sortir ton album plus tard.
Ol Kainry -De toute façon je sors plus Iron Mic.
Rohff -Ah bon ? Mais pourquoi tu m’emmerdes alors ? Tire toi de la file.
Ol Kainry -Mais ma colère a donné naissance à une nouvelle transformation.
Rohff -T’es ridicule comme Dragon Ball avec le recul.
Ol Kainry -En fait je sors Iron Mic 2.0.
Rohff -Hachek ?
Ol Kainry -Tchiiiip. Ça veut dire que ce sera un double album finalement.
Rohff -Toi aussi tu fais un double album parce que t’es un gogol qui s’ennuie ?
Ol Kainry -Sachez le !


Rohff prétexta d’avoir un trou à creuser pour s’esquiver. À l’abri des regards de jaloux de merde, il prend alors son téléphone pour appeler quelqu’un (en même temps il allait pas s’en servir pour se laver les mains).
Ol Kainry -Allo au max ?
Rohff -It’s me, Mandingo.
Ol Kainry -C’est un grand honneur, je connais tous vos films par cœur.
Rohff -Alors tu think every tout le monde can voler my name ? I’m gonna make you a procès au cul.
Ol Kainry -Oh non, totalement pas au max. J’aime pas me manger des procès, je préfère les miel pops. Sachez le.
Rohff – dirty rageux of merde. You will never sortir le 13 Décembre. Never ! Never ! NNNNever !!
Ol Kainry -Rohff ? C’est toi mon boug qui fais des blagues ?
Rohff -No ! It’s not me. It’s Mandingo. and if you’re pas content I will tartiner your gueule with my pelle !
Ol Kainry -Ahahahah ! T’as failli m’avoir.
Rohff -Mais non mais merde. Je suis vraiment Mandingo.
Ol Kainry -J’ai confiance qu’en 3 gars. Le 1er c’est moi, le 2ème c’est Bobby et le 3ème c’est pas toi.
Rohff -C’est qui Bobby ?
Ol Kainry –C’est ma bite.
Rohff -… Je vais raccrocher.


C’est à cet instant qu’Ali arrive dans la file du 27 Décembre avec une troisième pochette qui fait plus penser à un album d’Iznogoud que de rap.

Tiny Booba – Comme une étoile au piano/sans autotune

Faut pas faire chier somno Cortex dans les files d’attente :

67 Commentaires

Classé dans sliphop

Les origines du mal(entendu)

Voyez cet interview de Rohff pour street live : http://www.streetlive.fr/html/videos/video.php5?id_vid=770

Un autre lien ici des fois que ça galèrerai avec le premier (je ne vois pas pourquoi je dis ça) :

http://zik-news.blogspot.com/2008/12/rohff-interview-street-live-part2.html

Rohff, en bon météorologue qu’il est, vous explique les origines du froid entre lui et Booba. Remontant en 2001, présentant l’Ourson comme étant un illustre inconnu à l’époque, puisqu’il ne venait QUE de sorti « Mauvais oeil » avec Lunatic. Album qui était devenu disque d’or un an auparavant en totale indépendance… Rohff ne devait pas être au courant et ça expliquerait bien des choses. Faisons un petit tour dans (jingle) « le passé ! »

Rohff est au sport à Vitry, il a convenu avec Booba qu’ils enregistreraient un morceau en commun ce jour ci. Booba allant jusqu’à proposer à Rohff de venir le chercher lui même après le sport. Dans les vestiaires, Rohff et ses camarades se changent après la douche.

Un gars :-Hey tu viens avec nous Housni, on va manger un kebab à Balzac.

Rohff :-Non. je peux pas là je vais en studio enregistrer.

Le gars :-Et toi Ikbal ?

Ikbal :-Ben non, j’ai loué la VHS du Cinquième élément et je l’ai vu que trois fois aujourd’hui (Dans le passé, le Cinquième élément était un film récent et on avait pas les DVD).

Un autre gars :-Mais ça sert à rien, Hous’. Tu feras jamais de sous avec ton rap, là. Viens avec nous.

Rohff :-Non, je vous jure, en plus j’ai rendez vous avec un autre rappeur pour faire un son, un mec qui s’appelle Booba.

Les gars :-Booba ?! Sérieux ?! Booba des Lunatic ?!

Rohff :-?! Vous le connaissez ?

Les autres :-Mais t’es malade ou quoi ?! Bien sûr qu’on connaît. t’as pas écouté ‘Mauvais oeil’ ?

Rohff :-Si, je l’ai même acheté. C’est sympa ce petit album. mais c’est trop hardcore, ça marchera pas ça dans les bacs. Faut faire des sons avec des filles au refrain. D’ailleurs là j’ai des morceaux sur mon futur album, c’est moi qu’ai trouvé l’air du refrain en plus et ça j’en suis fier.

Un des gars :-Non, attends, reviens en arrière. Tu dis que ça marchera pas dans les bacs, Lunatic ?! Mais les mecs ont fait disque d’or là, déjà, ça y est !

Rohff :-… Quoi ?

Le gars :-Et en total indé. Un vrai braco. Il a pas demandé trop cher, ton Booba là ?

Rohff :-Bah je sais pas… On en a pas encore parlé…

Le gars :-Tu vas raquer Hous’ !

Rohff :-Vous êtes sûr que ça a si bien marché que ça pour eux ?

C’est à ce moment que retentit un klaxon à l’extérieur. Rohff et ses potes sortent du gymnase et aperçoivent une BMW noire flambante neuve, rutilante, avec vitres teintées. Booba en sort la tête et demande si Rohff est là. les autres désignent Housni qui était en train de prier pour que ce ne fût pas lui, ce fameux Booba. Mais le temps de chahed et voilà la voiture de King Kong… Rohff monte dans le véhicule, forcé d’admettre que les choses avaient l’air de rouler pour Booba, à l’image de sa caisse.

Rohff :-On a pas encore parlé des tarifs pour le feat.

Booba :-T’inquiète, on verra ça plus tard, pépère à tête reposée.

Rohff :-Ah… Ouais… Elle est sympa ta voiture là, vite fait.

Booba :-Ouais, je prévois d’en acheter une mieux d’ici quelques albums.

En entendant ça, Rohff su qu’il était dans la merde, il avait déjà claqué une bonne partie de son budget que lui avait avancé Hostile et à l‘époque il n‘était pas encore un gros vendeur. Et il ne savait pas combien allait demander Booba et le 45 Scientific. Au volant de sa tire, B2O était très content allant même jusqu’à dire « C’est cool. les keufs ne m’arrêtent pas ils sont aimables, aucun contrôle du véhicule, quand je roule dans un BM cab. D’habitude il cherche un gramme, deux grammes, ou bien un flash. Aujourd’hui c’est tranquille, negro, alors je m’arrache. » ROH2F aurait bien voulu que les keufs les arrêtent. mais oui ! C’est ça ! Une idée germa alors dans sa tête : tout faire pour que Booba ne veuille plus faire le son avec lui.

Rohff :-je vais monter le son, j’aime bien cette chanson (en fait c’était les pubs, mais il avait besoin d’une excuse pour tripatouiller la radio)Tiens, j’ai pété ton autoradio ! C’est trop con ! J’imagine que maintenant tu ne vas plus vouloir faire le feat, je te comprendrais….

Booba :-Pas grave, en fait j’en ai un mieux dans le coffre. Un model qui fait lecteur CD, parce que les cassettes ça va bien 5 minutes. Je l’ai acheté en venant et j’ai pas encore eu le temps de le poser. Une chance.

(Dans le passé, les lecteurs CD pour voiture n’était pas monnaie courante)

Rohff :-…Ah ! Là ! Vas y prends à gauche ça ira plus vite. Oh merde c’était un sens unique, je me suis trompé…. Zut alors, voilà un flic… Tu vas casquer pour l’amande… Je comprendrais que tu sois énervé et que tu ne veuilles plus faire le feat avec moi.

Booba :-Ça arrive… (il baisse sa vitre pour parler au policier. En ce temps là les keufs ne le reconnaissaient pas, ils l‘arrêtaient, c‘était pas de la balle).

Sergent Pepper :-Vous n’avez pas vu le panneau ?

Booba :-Je suis pas d’ici moi, m’sieur.

Sergent Pepper :-Et chez vous c’est pas le même code de la route c’est ça.

Rohff :-Chez nous c’est le code de l’honneur !

Booba :-Attends Housni, je gère.

Rohff :-Ouais gros ! C’est toi qui sait gérer avec la police de la route, après tout c’est toi qui est allé en taule pour une histoire de taxi.

Sergent Pepper :-Vous êtes un ancien détenu, monsieur ? Vous avez de la drogue ou une arme sur vous ?

Rohff :-Bah tu vois, toi qui disait que les keufs te fouillaient toujours pour savoir si t’avais un gramme ou deux sur toi…

Sergent Pepper :-Sortez du véhicule monsieur. Je vais devoir vous faire une fouille complète.

Booba :-Je peux pas baisser mon froc, y en a qu’aime ça.

Sergent Pepper :-C’est la loi. This is the law.

Booba :-Y a qu’un canon scié dans mon caleçon….

Sergent Pepper :-En plus vous avez une arme à feu ?!

Après une fouille complète, Booba remontera dans son véhicule en boitant. Puis redémarrera la voiture.

Rohff :-Désolé gros. j’ai du mal avec les shtars, ces bâtards. J’aime pas qu’on me parle mal. Je veux pas me soumettre à l’esclavage moderne de l’État ! C’est tout ma faute. Si tu ne veux plus faire le feat, je comprendrai…

Booba :-Nan je comprends, moi non plus je les aime pas. J’ai mis des lames de rasoirs dans son écharpe à ce bâtard.

Rohff :-Bah ouais gros, mais la fouille tout ça…

Booba :-Tu sais, en taule y a pire.

Rohff :-Beurk ! J’espère que j’irai jamais.

Le voyage continue, Rohff indique de nouveau un ‘raccourci’ à son invité.

Rohff :-Ah zut, on a pris à droite, on aurait pas du, décidément alors. maintenant ta voiture se trouve au fond d’un lac… ça m’étonnerait que tu veuilles encore faire le feat mais je te pose la question à tout hasard….

Booba :-Bah écoute c’est pas grave, je demanderai une plus grosse somme à ta maison de disques, ça plus l’assurance ça couvrira les frais.

Nos deux héros, ah bah non… pas de héros. Nos deux gars finirent donc le chemin à pied, Booba boitant toujours à cause du Sergent Pepper. Les jeunes les voyants passer se mirent aussitôt à boiter eux aussi parce que si Booba le faisait c’est forcément que c’est cool (Tu te souviens quand on marchait tous comme ça plus jeune ? Oui ça vient de là.).

Arrivé au studio Rohff passe vite des coups de fil à tous ses amis de la Mafia K1 Fry mais peu étaient libres dans la minute (bah oui, il l‘a pas fait avant parce qu‘à l‘époque on avait pas tous des portables).

Rohff :-Bon bah voilà, Booba, Rim’K a insisté pour faire le son avec nous. Tu ne feras plus qu’un tiers du son plutôt que la moitié des couplets comme convenu au départ. Donc tu seras payé moins.

Rim’K :-Attends Hous’, c’est toi qui vient de m’ap…

Rohff :-Bon allez ! On y va ! Il nous reste pas énormément de temps. on en a perdu pas mal à cause de tous ces détours à la con qu’on a fait. En plus j’ai promis à mon petit frère de regarder le Cinquième élément avec lui au moins une fois dans la journée.

Finalement ils enregistrent le son. Rohff tentera une ultime tactique.

Rohff :-Booba, t’es Musulman ? T’es très croyant ? Pratiquant ?

Booba :-Non pas vraiment.

Rohff :-Alors au refrain je vais dire ‘C’est pour ceux qui se torche avec la main gauche et de l’eau’ c’est un truc de chez nous. Tu n’y vois pas d’inconvénient ?

Booba :-Non, moi je m’en tape. C’est pour ton public quoi. peut-être que eux ils se torchent avec la main droite et du papier… C’est toi qui voit.

Rohff :-Merde ! Encore raté ! Il m’énerve à se la jouer magnanime et à dire oui à tout, ce n’est pas le berger de mes thunes…

Booba :-Au fait Housni, toi qui est sur ‘Hostile’ tu pourrais demander à ta maison de disque si ils ne veulent pas nous restituer les droits d’un morceau qu’on avait poser pour eux en 96 ? C’était « Le crime paie » comme ça vous nous donnez ce son et en échange je fais ton feat gratuit. c’est honnête.

Rohff :-Quoi ?!? Depuis le début t’avais ça en tête et tu me le dis que maintenant ? Espèce de sale petit enfoiré !

Booba :-Bah c’est qu’au début j’étais pas sûr, mais vu que t’es sympa, je vais pas te faire payer.

Rohff :-Mais tu te la joues, espèce d’enculé ! Tu fais l’inaccessible, tu veux faire l’Américain ?! Tu me respectes pas ! Pisque c’est comme ça, on fait plus le son ensemble et votre morceau là « Le crime paie » tu peux te le carrer au derche ! je vous emmerde et je rentre à ma maison !

(Il se casse en claquant la porte et en laissant Booba et Rim’K tout seul)

Booba :-… C’est dommage, il m’était très sympathique ce garçon.

Rim’K :-Et si on faisait un son tous les deux ? On l’appellerait ‘Banlieue’, qu’est-ce que t’en penses ?

Booba :-OK.

Booba rentrera ensuite chez lui au Pont De Sèvres, retrouvant ses collègues du 45. Encore tout déçu de n’avoir pas concrétisé ce projet avec Rohff qu’il trouvait pourtant extrêmement sympathique. Ali et Generaldo lui demanderont pour le droits de « Le crime paie »

Ali :-Alors; Élie ?

Booba :-Houlà, Ali. À cause de cette histoire je me suis embrouillé avec un mec super sympa. La crème des hommes.

Generaldo :-mais t’as les droit ou pas ?

Booba :-Toi ta gueule ! Vous m’emmerdez avec vos histoires de business, déjà que vous signez plein de mecs sans me demander mon avis.

C’est de là que partira l’embrouille entre Booba et le 45, bien que certains historiens prétendent que ça n’aura lieu que un ou deux après. mais tout ça c’est tellement loin qu’on ne peut en être entièrement sûr…

 

 

 

Le sergent Pepper en action :

Le son de la discorde :

Un vieux son de Booba « La meuf » enregistré en 96 et qui tourne en mauvaise qualité sur le net. Un petit peu l’ancêtre de ‘R.A.S.’ en quelque sorte la famille :  

http://www.megaupload.com/fr/?d=83Z7C128

11 Commentaires

Classé dans booba & rohff sont sur un bateau, sliphop