Archives de Tag: Ranma 1/2

Mangas et rap game

Une fois n’est pas coutume, un ptit jeune qui n’en veut nous a proposé de faire ça, donc voilà. L’occasion de rappeler que le blavog est ouvert aux contributions, tant que les gens qui les écrivent sont assez intelligents pour comprendre qu’on a strictement rien à leur offrir en échange, mais suffisamment fous pour penser à des conneries originales. Bref place à Tony Nhem.

tokyotribe2t1_1

Vous avez eu les comparaisons avec The Wire, puis entre personnages de Comics et rappeurs, vous allez avoir maintenant celles entre personnages de mangas et rappeurs. Je vous préviens tout de suite, rien à battre si certains rappeurs seront comparés à des personnages du sexe opposé et de toute façon, certaines explications n’iront pas plus loin que le bout du nez de Krilin. Et puis, si vous avez des remarques, des suggestions, vous savez où vous adresser. Et le nombre de parties n’est pas encore défini.

Ill :

illshanks

Shanks le roux  (One Piece)

« Pense à l’oseille vivre sous le soleil décemment, plein de conquêtes récemment, numéro 1 prestement » (C’est Justifiable)

Des mecs charismatiques, très forts dans leurs mondes respectifs mais qui apparaissent que très rarement. Ils préfèrent se la couler douce dans le trou du cul du monde.

Lino :

linouser235435_pic116782_1281162433

Hiko Seijuro (Rouruni Kenshin / Kenshin le vagabond)

« L’alcool aidant, se détendre et déballer ce que tu ressens » (Paradis Assassiné)

« Et la tension monte quand mon taux d’alcoolémie monte » (P***** de poésie)

Maîtres des arcanes suprêmes secrètes de leur art respectif (l’un le rap, l’autre le kendo). leurs plus hauts faits d’armes semblent désormais appartenir au passé malgré le fait qu’ils restent très en forme. Aujourd’hui, ils sont probablement en train de picoler, retirés de toute civilisation (l’un dans une forêt près de Kyoto, l’autre dans le Val d’Oise)

Casey :

caseyTsunemi Chiba

Tsunemi Chiba (Beck)

Un rappeur dans un groupe de rock. J’aurais pu mettre B.James ou Hamé, mais c’est elle qui est présente sur tous les albums de Zone Libre. J’aurais pu mettre Disiz sinon, mais il le mérite pas. Et puis c’est plutôt…

Disiz :

disizshin-chan

Shin-chan

« Toi tu veux ma quequette » ; « Suce mon zob » (J’pète les plombs)

« Tu pue des pieds » (Go Go Gadget)

Des textes qui volent aussi haut que les paroles d’un gamin de grande section (à l’esprit un peu dégénéré, quand même). Et en environ 15 ans de carrière, ça n’a pas changé. Shin-Chan est aussi un gamin comme ça. Donc, il n’y a rien à a dire de plus (et je vous dispense des liens)

Fababy :

fababySakura Haruno

Sakura Haruno (Naruto)

Parce que les 2 ont un grand front et que je les ai jamais trouvés intéressants comme personnage/rappeur. C’est suffisant comme explication. Même si on constate que Sakura peut toujours tourner des clips dans sa ville.

Alkpote :

al kkazuma

Kazuma Azuma (Yakitate !! Ja-pan)

« J’suis le masterchef, je suis l’as de trèfle » (Masterchef)

A.L.K.P.O.T.E, la baguette la plus chère qui vient de chez Paul, en plus de ses multiples gimmicks et personnalités, est un inventeur de rimes farfelues et inattendues comme Azuma de pains farfelus et inattendus dont…. un pain au cannabis

Maska :

maskaryo-ishizaki_102096

Ryō Ishizaki/Bruce Harper (Captain Tsubasa/Olive et Tom)

Le mec qui n’a rien de particulier. On sait pas à quoi il sert (à part à prendre des ballons dans la gueule pour Ryô ou faire ça) mais il profite de ses coéquipiers pour connaître la gloire.

 

Rohff :

rohffvegeta2

Végéta (Dragon ball)

« Comme Végéta, rageux, les bras croisés » (Salamoualaykoum)

Puisque c’est lui qui le dit. Celui qui veut à tout prix battre son éternel rival (Vous savez, celui qui lance des Kaméhamé) car il considère qu’il n’a pas un vrai comportement (de mec de la rue / Saiyen) mais qui n’y n’arrive que rarement (quand l’un sort le Code de l’horreur, l’autre sort de la salle de l’esprit et du temps).

OU

takeshi kumada

Takeshi Kumada (Mon vieux)

Un gars qui, avec seulement une pelle et ses couilles, a exterminé un clan de Yakuzas qui avait brûlé sa maison pour l’expulser avec sa famille. La vengeance, la pelle, tout y est.

Orelsan :

orelsanKeitarô Urashima

Keitarō Urashima (Love Hina)

« Y’avait toujours un petit bâtard qui voulait me casser le bras » (Courez Courez)

Un LOSER, une victime. Il se fait souvent frapper, il rate tout ce qu’il entreprend, même si à la fin du manga, il perd un peu son statut de loser. Contrairement à …

James Deano :

James-Deano1shirai et l'autre

Shirai Kimiaki & Haitani Masayuki (Love Hina)

« Tous les grands du quartier l’appelaient fils de bâtard » (Le fils du commissaire)

2 pour le prix d’un. Les 2 losers amis de Keitarō. A la différence qu’eux, ils disparaissent au fil de l’histoire comme le fils du commissaire dans le rap. Il devient quoi, d’ailleurs ?

Eklips :

eklipsMr. 2 Bon Kurei 3

Mr. 2 (One Piece)

« je suis le Yves Lecoq du hiphop »

Que ce soit à force d’entraînement ou grâce à un fruit du démon ingurgité (le Travesti Fruit), le résultat est le même : ce gars semble pouvoir imiter à peu près qui il veut (c’était déjà bien fait dans Comics et Rap Game, j’allais pas me fatiguer à chercher une autre explication)

La Fouine :

La+Fouine++black+white1451-hercul2

Mr. Satan (Dragon Ball)

« Je confonds ma garde-robe et le crâne à Swagg-man » (Tu n’as Aucun Swagg)

Des impostures qui ont réussi à arnaquer tout le monde. Mr Satan, c’est quand même le gars qui a réussi à faire croire au monde entier que c’est lui qui a sauvé la Terre, et grâce à ça, il a pu montrer son vrai talent, être un businessman. La Fouine, c’est un peu le même style. Des grands bluffeurs. On peut dire que ces 2 là sont des génies en quelque sorte.

Despo Rutti :

Despo Ruttikenpachi zaraki

Kenpachi Zaraki (Bleach)

« Qui est choqué par mon clip, le manque de rimes mon kick, m’en bats les couilles que le rap francais ait ses règles j’viens le prendre par le cul » (Dangeroots)

Kenpachi, pour cibler le personnage, c’est l’un des gars les plus forts de Bleach mais le seul à ne pas avoir de technique particulière (à la limite, il connaît un peu le Kendô, mais il s’en sert presque pas). Un style bourrin mais efficace comme le rap de l’auto-proclamé rappeur le plus détesté de France.

Sidi Sid (Butter Bullets) :

sidireborn-tome-1

Reborn (Reborn !)

« Séance de Ball-trap sur toi et ta snapback » (Péplum)

Ne pas se fier aux apparences, telle est la phrase qui correspond à ces deux là. Reborn, malgré son air enfantin, est le plus grand tueur à gage de la mafia et Sidi Sid, malgré son apparence, est hardcore à outrance. A ne pas mettre dans le même panier que… (En citant Sidi Sid au passage « j’ai 1995 raisons de te dire que c’est de la merde)

1995 :

1995légendaires

Les Légendaires (C’est pas un manga mais le graphisme y ressemble et puis ils sont 5 comme les rappeurs du groupe)

Le refrain de « Flingue Dessus » suffit comme explication.

Les légendaires sont des adultes qui sont retournés en enfance (et le reste du monde aussi) à la suite de la destruction d’une pierre magique et qui veulent ramener les gens à leur vrai âge.

1995, Le groupe qui ramènerait à la vie le « vrai hip-hop ». Ok, ils sont écoutables mais il faut pas pousser le bouchon (de Champomy) trop loin.

Kaaris :

kaaris-interview-z-e-r-o-momentWyald02

Wyald (Berserk)

Wyald, à la base, est un simple humain qui est devenu un apôtre, c’est à dire un monstre qui sert les God Hand, sorte de dieux maléfiques, en versant son sang sur un objet bizarre appelé béhérit et qui s’est mis à pleurer des larmes de sang (« Le champagne coule des cieux, le sang coule de tes yeux » L’hôte funeste).

Lui et sa troupe ont un penchant pour les pratiques sexuelles, en particulier quand elles sont assez violentes. Pas difficile de faire un lien avec Kaaris.

Médine :

medine-tournee-arabian-panthermanta-oyamada_large

Manta Oyamada (Shaman King)

Un personnage qui se trimballe toujours avec son encyclopédie sous le bras = Médine.

Snoop Dogg :

snoop_doggsnoopmanga

Le bras droit de Leon Sykes dans Beck (Je me souviens plus de son nom)

L’homme de main d’un producteur de musique au comportement assez suspect, il a pour mission de liquider quelques personnes et de le protéger. C’est juste une ressemblance physique et un hommage.

à la prochaine

11 Commentaires

Classé dans hasard ou réalité scientifique

Entre mâle et mal

Salut les sales putes.
 
Aujourd’hui on va s’intéresser à celui qui fait couler l’encre et les ragnagnas des pisseuses d’internet ces derniers temps.
J’ai nommé Orelsan. En fait c’est lui qui s’est nommé comme ça. Tu m’aurais demander je l’aurais appelé Petite Crotte parce que ça colle bien à son personnage. Mais ça c’était avant qu’on ne découvre ses supers pouvoirs.
En effet, Orelsan, Orel pour Aurélien et San pour les putes Asiats comme i se plait à le rappeler, possède un don inné :
Dés qu’il s’adresse à une femme, celle ci rentre alors obligatoirement dans sa période de menstruation. Et comme chacun sait, une femme qu’a ses doches n’est plus un être raisonnable mais une chieuse.
Juste une chieuse. Rien d’autre.
 
Mais loin de nous l’idée de défendre ce Orelsan qui est quand même un foutu merdeux.
Rappel des faits. Orelsan c’est un rappeur Normand (sic) qui a fait son buzz sur internet pendant quelques années avant d’être signé par une bande de cons mais avec logistique et gros moyens (une maison de disque quoi). Cette bande de cons voyait en Orelsan le Eminem Frinçais.
Orel accouche (et oui mesdames, il accouche) d’un premier album honnête mais il est déjà détesté dans le milieu rap et en plus le grand public ne suit pas vraiment son délire. Le grand public et le milieu rap aurait trop l’impression d’être un PD en écoutant Orelsan qui est une sorte de boutonneux geignard qui collectionne des figurines à l’effigie de héros de séries de merde Japonaise. Bref, de quoi passer pour une tarlouze avec ça dans les écouteurs. Et les vraies tarlouzes, elles, écoutent de la techtonique ou Kanye West et pas ce grossier personnage.


 
Malgré tous ses efforts, le rappeur ne vendra donc pas beaucoup. Pourtant il avait tout fait bien, comme il le dira lui même dans ses nombreuses interviews aux questions peu inspirées. Il avoue avoir fait un album pour plaire au plus grand nombre, avoir édulcoré son délire, poli son univers. Pour s’en convaincre, y a qu’à écouter « Entre bien et mal » première version et celle finalement disponible sur son album. Beaucoup moins de violences gratuites, d’homophobie ou de misogynie.
Le mec se trempe les couilles dans l’eau froide avant de rapper.
 
Mais c’est alors qu’un miracle survint.
Un obscure blog de merdeuses comme le net en compte par millier découvre un des morceaux qui a aidé Orelsan à se faire du buzz à ses débuts. Il s’agit de la chanson qui va par le nom de « Sale pute. »
 
Alors Sale pute, c’est quoi ?
C’est l’histoire d’un tâcheron de merde, Orelsan, qui se sappe comme un pingouin et achète même des fleurs comme un canard pour sa pute.
Hors, sa pute est en fait une sale pute (nuance subtile) et elle est en train de se faire déboiter la boîte à merde par un mec un peu moins minable que orelsan (un peu le tout venant donc).
Orelsan arrive sur ces entre faits.
Que va-t-il faire ?
Tuer les deux acteurs de cette sinistre comédie ?
Non… Même pas…
Il va gueuler ? Rentrer dans le tas, se taper ?
Ou juste insulter la sale pute et le mec avant de se barrer ? Casser des objets ?
Non ! même pas…
Mais alors que va faire ce barbare ?
Il va écrire un mail d’insultes à chaud en rentrant chez lui en pleurant avec son costar et ses fleurs qu‘il n‘offrira jamais…

Le fou, le sauvage, l’odieux personnage, le monstre, l’agent du chaos…
 
Aurélien, on le sait, c’est une lopette un peu beaucoup quand même. Il a des sentiments et un rien le fout parterre. Il est anéanti par le spectacle qu’il a vu. Il est tombé amoureux d’une crasseuse et il le savait pas.
En ces circonstances, l’atterrissage ne se fait pas en douceur. Il s’emballe, il est énervé toussa…
Voilà. « Sale pute » c’est tout cela.
Ignoble non ?
Du jamais vu. Quelle oûtrecuidance. Sacré barbare de merde.
Et c’est pour ça que ce groupuscule de vierges éffarouchées lui tombe sur le coin de la gueule comme la misère sur le monde.
 
Probablement une bande de vieillasses adeptes de la bien pensance et qui sont contentes quand leurs gosses apprennent du Molière à l’école.
Paske dans l’oeuvre de Moière en fait, y a 15 fois pire que dans « Sale pute » mais lui il a le droit parce que ça fait des siècles qu’on te dit que c’est un génie (ce qui est sûrement vrai par ailleurs, on revient pas là dessus) et que donc ces mégères ont grandi avec l’idée que moière c’était vachement bien sans jamais vraiment se poser la question de savoir ce qu’il racontait vraiment, le père Moière.
C’est vrai ça ? Il voulait dire quoi Moière quand il écrivait des scènes où Sganarelle tabassait sa femme ?

Bah ça tu vois, c’est typiquement le genre de question que ces petites blogueuses ne se pose pas.
Parce que des questions elles doivent pas s’en poser beaucoup, elles ne sortent pas de leur moite intimité cérébrale encrassée.
Elles restent sur un ressenti primaire. Sans la moindre réflexion aucune derrière. Elles ne réfléchissent pas par elles même.
Juste cette tendance malsaine à se poser en victime dés que c’est faisable.
Cette façon indécente de se mettre en avant en profitant d’un vrai combat. Celui des autres. Celui qu’on a pas mené même quand on est concerné.
Qu’est-ce qu’y a connasse ? T’étais pas là pour obtenir les droits de la femme et tu regrettes ? T’as jamais rien accompli dans ta vie de merde et tu t’ennuies tellement que tu t’inventes des problèmes come pour te prouver à toi même que t’existes et que ça a été dur ?
Moi aussi je peux tirer des conclusion hâtives fondées sur absolument rien. J’y arrive, ça me fait pas peur.
 
 
Une chance inéspérée de se faire du buzz et relancer les ventes de son album pour notre ami Orelsan.
La technique est simple. Il va à la télé pour s’expliquer et mater cette bande de putains déssechées.
Spleenter, mon collègue vous explique comment :

« il aurait dû faire le méchant là quand même, partir en yeuks toussa.
à base de « bah si les jeunes m’écoutent rien à foutre, chuis pas leur babysitter non plus », tout simplement. niveau argumentation c’est basique.
1) j’vous baise
2) c’est pas des assos de connes qui vont me casser les couilles
3) tu sais pas la diff entre la fiction & le réel alors va mater superman & jette toi de ta fenêtre connasse, tu verras la diff’
4) vous restez toutes des putes, et ça depuis toujours dans le rap français, et c’est ça qu’est bien. »

 


 
 

Seulement, voilà…
Là c’est Orelsans Couilles qui est là.
Calimérisme de base, Il va se retracter comme un vagin et s’excuser comme une merde.
Parce qu’Orelsan c’est une chatte. Depuis le début en fait, c’était une gonzesse.
C’est comme ces affreux thrilleur où tu te rends compte à la fin qu’en fait c’était le héros du film le meurtirer depuis le début et qu’il le savait même pas lui même.
 
La « Sale pute » c’est lui dans l’histoire, depuis le début. Orelsan est une fille !
Et il trompe son mec en se faisait déboîter par d’autres tocards pendant que le régulier n’est pas là.
Et un jour elle a reçu un e-mail de son petit ami régulier qui avait tout vu et l’insultait sur plusieurs pages avec des menaces de morts aussi pathétique qu’inconcevable venant d’un émasculé qui a vu sa meuf se faire mettre avec plaisir par un autre homme et qui s’est barré sans rien dire.
 
Orelsan, Orelie Chan de son vrai nom, décide alors de transformer cet e-mail en rap.
Un rap qui témoignerait de l’aspect pathétique des hommes dans leur course au bonheur.
Pour ce faire elle doit changer de sexe et devenir un homme pour mieux interpréter cette chanson à la première personne.
Une sorte de madame Doubtfire mais renversée.


 
C’est pour ça que toute cette cabale menée contre Orelsan/Orelichan n’a aucun sens.
Elle reste trop sage et s’excuse.

Alors qu’il y avait nombre de rappeurs avec qui ça aurait été beaucoup plus drôle.
Des mecs qui seraient volontiers venus sur des plateaux télé histoire d’en découdre et de se faire du buzz.
Alors on va vous préparer une sélection de bon petits sons de rap où de gentils jeunes hommes tiendront des propos à vous hérisser les poiles pubiens messieurs et mesdames les chattes.
J’espère que vous les trainerez dans la boue et que vous en ferez encore tout un scandale pour faire de la promo a de bons petits gars qui méritent.

30 Commentaires

Classé dans hors-sujet, Puatches, sliphop