Archives de Tag: Poker

scènes cultes x golmontages

parce qu’on est évidemment pas les seuls à faire des idioties, notamment sur youtube, petite sélection thématique de trucs que j’ai bien appréciés, et donc, fatalement, que vous aussi vous allez aimer, parce que c’est comme ça.

TRANSFORMATION

le mastercrétin en action

TRANSFORMATION

et mon préféré, the boss

TRANSFORMATION

Poster un commentaire

Classé dans cinoche

Interview de Seno (des Sales Blancs) – Partie 3/3

C’est la dernière partie de l’interview. Vous vous demandez tous « Pourquoi Seno ne fuit-il pas tant que Spleenter est aux chiottes ? »
C’est très simple, il avait très envie de rerépondre à une question qu’on lui a déjà posé 2 fois…

Seno -Donc, SENO, réalisé entièrement par Aelpeacha. C’est écrit très vite. En Septembre l’année dernière, je crois, je le balance sur le net.
Je reviens de vacances, je me dis « Allez, je vais faire plaisir au public. » Je prends le skeud, je fais un lien partage facile ou je sais pas quoi. Hop ! Je balance l’album gratos et je reçois pas mal de retours : « L’album est lourd. » « On kiffe. » « C’est mon préféré. » « On aimerait bien l’avoir en original, pour la collec. » Donc je me tate un peu, je regarde le nombre de préco. J’ai vu que je risquais rien.

Teo -Y a un retour sur investissement.

Seno -Voilà, le but c’était juste de pas perdre d’argent. Donc je l’ai pressé, je l’ai sorti et je l’ai vendu.

(Le téléphone de Seno sonne encore. Et quand il raccroche, on en revient au morceau « Libérez Dominique »)

Seno -Je suis d’accord sur l’idée, pour faire un remix. Mais maintenant, il faut que ce soit fait dans le même état d’esprit, c’est un truc marant, second degré. Moi, ça m’intéresse pas un mec qui vient et qui dit : « Fais toi enculer sous la douche, Dominique ! » Ça m’intéresse pas quoi…

Teo -Oh si !

Seno -Ouais, bon, si.

Teo -Même moi je le dirais. C’est même le 1er truc qui me viendrait, je pense.

Seno -Ouais mais ça c’est nul. Ça sert à rien. C’est pas marrant, c’est pas intéressant.

Spleenter -Non, ça c’est pas nul. Alain Chabat c’est nul.

Seno -On m’a dit que je faisais du second degré intelligent.

Teo -Attention ! C’est ta nouvelle fan-base, ça. Attention !

Spleenter -Mais qui te dit ça ?

Seno -C’est quelqu’un sur internet, qu’a écouté le morceau et qui m’a dit ça.

Spleenter -Ah d’accord… C’est Lil Thug, quoi.

Seno -Mais non. On m’a dit que je faisais du second degré intelligent. Je sais pas trop ce que c’est du second degré intelligent…

Teo -Bravo.

Spleenter -Du second degré intelligent, c’est comme quand tu te fous de la gueule de la pote que la meuf hyper bonne, qu’est blonde, a ramené chez toi. Et tu lui dis « Ouais… pfff… t’es quand même moche. » Ça c’est du second degré intelligent.

Seno -Mais t’es pas obligé de dire « intelligent. » C’est du second degré tout court.

Spleenter -Non, ça c’est juste parce qu’ils ont peur de se faire taper. Ils pensent pas que t’habites pas en Île de France.

Seno -Mais si on fait un remix allstar, faut que ça soit une grosse marrade.

Spleenter -Bah évidement.

Seno -J’aimerais bien faire une version coupée décalée. Avec de l’autotune.

Spleenter -Non, parce que ça impliquerait Mokobe.

Seno -Non, t’es fou ! Colonel Reyel !

Teo -Rhoooo non !

Seno -Est-ce que vous avez écouté sa version de…

Teo -Non !

Seno -Sa version skyrock.

Teo -Non !

Seno -Dis la vérité, t’as écouté ou pas ?

Teo -Non.

Seno -Tu vois sa chanson ?

Spleenter -Je la vois sur youtube mais je clique pas dessus.

Seno -Non, mais la vérité : il a fait un truc, moi je l’ai écouté parce que c’est énormissime. Ça me tue ! C’est dingue ce qu’il a fait. Ecoute le mec. Il reprend sa chanson, tu sais ? Le truc qui tourne partout. Il change les paroles : « Tous les matins, je me réveille avec elle, skyrock, ma radio préférée, blablabla. »

Spleenter -Donc il fait l’amour à skyrock ?

Seno -Voilà ! C’est quand même un grand moment de musique !

Teo -Alors je vais te dire…

Seno -C’est moi je vais te dire.

Teo -Tu te calmes bien.

Seno -maintenant je parle à Spleenter, c’est lui qui compte ! Tu m’as menti. C’est lui le patron.

Teo -Hé ho ! C’est qui le blanc ?

Seno -Putain, je voulais dire un truc super con. J’ai oublié…

Teo -Ouais, bah moi je vais te dire une bonne chose : Moi, j’ai eu la gangrène, il a fallu m’opérer en urgence pour me faire une ablation totale de la vésicule biliaire. Et j’ai survécu à la gangrène ! Mais je pense que je ne survivrai pas à Colonel Reyel.

Spleenter -T’as eu la gangrène dans le cul ? C’est ça que t’es en train de dire ?

Seno -Bah moi, je l’ai écouté. C’est Lil Thug qui m’a dit « Faut que t’écoutes une dinguerie, c’est incroyable. Tu vas pas le croire ! »

Spleenter -Mais c’est vraiment de la merde à ce point là ?

Seno -C’est horrible ! C’est super horrible. C’est à un autre niveau de langue coincée dans l’anus de Laurent Bouneau.

Teo -Je me rends pas compte. Par rapport à Hiro Nakamura de Soprano, c’est pire ? Vraiment ?

Seno -Ah non mais si je dois choisir, je mets un poster de Hiro Nakamura dans ma chambre. Cette chanson qu’il a fait, c’est un truc de dingue ! Y a pas… Faire plus, tu peux pas.

Teo -Je suis choqué et calmé.

Seno -Pour faire plus, faut que t’aies couché avec Bellanger de skyrock. Faut avoir des rapports sexuels avec.

Spleenter -En même temps, c’est pas dur, apparemment…

Teo -Pierre Bellanger il tape un peu dans tout ce qui bouge, hein bon… Dés que ça a un peu plus de 14ans… Paf !

Spleenter -C’est 16ans la majorité sexuelle. « Attention ! J’ai peut-être 47ans, mais je sais me tenir, moi, monsieur ! »

Teo -« Je suis Pierre Bellanger, moi ! Je peux rester 16 jours dans mon bureau et pleurer ! »

Seno -« Skyrock sans le haut ! »

Spleenter -« Sur skyrock, on ne coupe pas les disques ! »

Teo -« Mais on coupe les couilles de ton rappeur préféré. »

Seno -Ouais mais après, les rappeurs… Ouais, enfin, on va pas rentrer dans le discours skyrock. On va pas refaire le débat…

Teo -C’est fait, c’est fait…

Seno -Ils le font ! Mais on est d’accord aussi que si y avait moins de rappeurs pour aller à skyrock le froc baissé en marche arrière, ça serait tout aussi bien…

Spleenter -Ouais, je sais pas. Moi j’étais jeune encore, donc je vois le résultat final mais j’étais trop petit pour comprendre le début de tout ça.

Seno -C’est peut-être utopique, complètement con et gnan gnan ce que je vais te dire mais si demain, tous les rappeurs disent : « On arrête de faire de la merde calibrée pour sky, on fait que ce qu’on aime vraiment. » Moi je pense que si skyrock, si ils sont vraiment, comme ils le disent, numéro 1 sur le rap, ils vont quand même passer du rap.

Spleenter -Pour moi, c’est limite l’inverse, parce qu’avant skyrock passait quand même du Express D.

Teo -Ouais mais c’était 98 ça. C’était les débuts.

Seno -Ouais mais ils passent aussi ce que les rappeurs font. Je le défends pas, mais faut arrêter de croire que Laurent Bouneau il est dans les studios derrière tout le monde. Que c’est un grand spectre qui dit : « Non ! Plus de refrains ! » Enfin bref, on s’en fout…

Teo -Si tu passes à skyrock, tu passes à skyrock, bon bah voilà… Tout le monde a déjà baisé une moche…

Seno -D’un autre côté, si je peux y aller, j’y vais. Tant que j’assume mon morceau, j’ai pas de souci.

Spleenter -tes morceaux, même en étant les pires intervieweurs, je vois pas bien quoi te dire de mettre ou pas mettre pour les salir.

Seno -Non mais c’est même pas ça. On parle de Colonel Reyel, mais c’est son problème. Si lui il assume ça. C’est sa connerie à lui, tu vois ? C’était le moment morale, les enfants. Je fais la morale… T’as pas encore des questions rigolotes, là ?

Spleenter -Si, bien sûr.

Teo -Le suisse !

Seno -Le suisse !

Teo -Enculé, le suisse !

Seno -Mais c’est des vraies questions ?

les 2 -Ouais, ouais…

Spleenter -Ah oui !!… Celle là c’est les miennes (de questions) : tu vois Adebisi dans Oz ?

Seno -Oui, oui.

Spleenter -T’es un peu la version blanche.

Seno -Ouais ?! Je vois pas bien, mais si tu le dis…

Spleenter -C’est pas un peu tendancieux pour Lil Thug ? Parce qu’on voit jamais vraiment Adebisi enculer Kenny Wangler.

Teo -On sait pas si il le fait.

Spleenter -Si, on le sait plus ou moins. Dans l’épisode où Augustus Hill parle des super héros, tu vois Adebisi en Bruce Wayne en costard et wangler est en dick grayson et il commence à le caresser.

Seno -C’est bizarre.

Teo -C’est tendancieux.

Spleenter -C’est très tendancieux.

Teo -Magnifique question. En as tu d’autres ?

Spleenter -Oui. J’ai un pote qui s’appelle Hype.

Seno -Je crois que je le connais.

Teo -Peut-être…

Spleenter –Je pense aussi. Et il demande des techniques, des méthodes, par rapport à la perte de poids.
La muscu, tout…

(Là, ça devient le moment diététique. Parce qu’on vise un lectorat féminin, nous. Et vu qu’on sait que vous êtes grosses, mesdames, surtout toi. Voici pour vous)

Seno -Tout ? Ouais j’ai perdu du poids.

Spleenter -Va falloir chiffrer là.

Seno -J’ai perdu presque 50 kilos.

Spleenter -Wahou ! T’étais un gros porc !!

Seno -Ouais.

Spleenter -Putain ! (Là, Spleenter éclate de rire. On l’a perdu pendant plusieurs longues minutes)

Seno -Tu vois ? J’étais dans les 120 kilos, quelque chose comme ça.

Spleenter -Et alors ? La technique ?

Seno -Tu manges plus de trucs dégueulasses. Tu bois plus de coca, de fanta, de… En fait, tu vois une vie nulle ? Tu vois tout ce que t’aimes ? Tu l’enlèves !

Spleenter -Ray Liotta dans la scène des Affranchis « je commande des spaghettis et j’ai juste des pâtes ?! »

Seno -Même pas les pâtes !

Spleenter -Oh mon Dieu !

Seno -Tém, téma : Ray Liotta qui ouvre sa porte et qui a une assiette vide. Faut réapprendre à manger équilibré, t’enlèves tout ce qu’est gazeux, les cocas, les merdes. T’arrêtes de bouffer au kebab, t’arrêtes de bouffer au mac do. Enfin, quand je te dis « t’arrêtes », tu te limites, tu y vas qu’une fois. Parce que je trouve que se priver, c’est le meilleur moyen de craquer. Ce que j’ai fait c’est que du Lundi au Vendredi. J’ai eu des problèmes de santé qui font que. Il a fallu que je perdes du poids.

Spleenter -Tu pouvais plus rentrer dans des pièces.

Seno -C’était ça. c’est pour ça que j’ai mis 2ans à faire Paradis Artificiel, parce que je pouvais pas sortir de chez moi. Et mon fils il voulait pas m’aider : « Tu te démerdes ! » Je suis bon client, les mecs, putain !

Spleenter -Totalement.

Teo -T’es engagé.

Seno -Mais faut manger, hein. De toute façon, se priver, c’est pas la solution. Ce qu’il faut faire, c’est se bouger. Moi je me bougeais pas trop, je reste chez moi, je lis des bouquins, je regarde la télé, je me gratte les couilles, je relis des bouquins, je reregarde la télé, je suis sur mon ordi. Je vais de là à là. Quand j’ai besoin d’aller dehors, j’ouvre la fenêtre. Je respire un coup, ça y est j’ai étais dehors. Tu vois ? C’est comme ça que ça se passe… Un peu geek sur les bords. Totalement, même… Donc tu fais attention à ce que tu bouffes. Tu manges les mêmes choses mais t’en manges moins, forcément. Tu fais attention. Et j’ai fait du sport, tous les jours, quand j’étais dans cette phase là, je faisais un régime, c’est comme ça que ça s’appelle. On va appeler un chat, un chat. Je voulais que ça aille vite, moi. Je voulais pas faire ça sur 3ans, 4ans.

Spleenter -4ans, c’est déjà beaucoup.

Seno -Mais c’est ce qui faut. Quand t’as beaucoup de poids à perdre, c’est ce qu’il faut faire.

Spleenter -Quand t’es obèse, ouais.

Seno -Ce que je voulais, c’est que ça aille super vite, genre en 6 mois. Et j’ai perdu ça en 6 mois. Je perdais 7, 8 kilos par mois, tu vois ? Un truc comme ça. Donc moi, tous les matins, je me levais, j’allais courir, après j’allais à la piscine, puis je rentrais chez moi et je faisais du sons, des conneries, Après, je fais du BMX aussi, donc l’après midi je prends mon vélo. Ça me réussit pas trop, parce que je me suis pété la cheville et le poignet.

Spleenter -Ah carrément ?

Seno -Ouais, ouais. Là, tu vois, je sors juste du kiné. Je viens juste de finir le kiné pour le poignet.

Spleenter -Mais comment tu peux te péter le poignet en vélo ?

Teo -En tombant dessus…

Spleenter -Mais il faut déjà se péter la gueule sur soi et sur son propre poignet, non ?

Seno -Ou en faisant un saut. Enfin bon, je me suis biché la gueule. C’est surtout ça qu’il faut retenir.

Teo -C’est ce que les manuels d’Histoire retiendront. Quand on parlera de DSK, on dira Seno s’est pété la gueule en vélo.

Seno -Mais c’est pathétique d’être un grand fan de BMX, de kiffer plein de trucs et d’être une merde.

Teo -Tu n’es pas seul dans le rap français. Armeni Blanco kiffe le BMX, aussi.

Spleenter – et ses mollets sont une légende à Queens.

Seno -À la base, j’aime bien le délire bi-cross, c’est cool. Y a pas de vitesses, y a rien. Tu peux même virer les freins, tu t’en bats les couilles.
Tu roules tranquille (il siffle) C’est des trucs rattachés à l’enfance, un peu. Le côté vélo, quoi.

Spleenter -Je vois très bien. Sauf que quand je me pétais la gueule en vélo, je le rattachais pas à un générique de dessin animé… J’essayais de l’oublier très vite.
Je remontais chez moi :
-Regarde ce que je me suis fait.
-Mais oui. C’est rien. (donc là spleenter admet se parler tout seul depuis ses 8 ans, pourquoi pas).

Seno -C’est ce que j’ai fait. J’ai pris mon poignet, comme ça. Je suis rentré chez moi. J’ai dit à ma meuf : « T’as 5 minutes, là ? Pour m’emmener à la clinique ? Parce que c’est cassé… » Voilà. On en fait pas toute une histoire. Donc voilà, j’ai bougé mon cul. Un peu de muscu aussi. et puis après, ça fond. Mais moi j’ai fait ça en 6 mois parce que je voulais que ça aille super vite.

Spleenter -Mais par rapport à Hype ? Un mec qui est à peu près aussi grand que toi, il me semble…

Seno -Non, Hype il est plus grand que moi !

Teo -Il est de ta taille, à peu près.

Spleenter -De ma taille à moi ??

Teo -Un poil plus petit.

Seno -Je fais 1m73, je suis pas très grand. Hype il mesure combien ?

Spleenter -Moi je fais dans les 1m95.

Teo -Il doit faire dans les 1m86, par là.

Spleenter -Mais donc : méthode de régime express ?

Seno -Ce que je viens de te dire. Pareil. J’en sais rien moi… J’ai l’impression d’être le docteur Dukan…

Spleenter -Non, mais c’est lui qui m’a demandé, sincèrement.

Seno -Dans ce cas, tout dépend de lui. Comme on dit, y a des gens qui sont sucrés, y a des gens qui sont salés.

Spleenter -Ouais, bah lui, il veut surtout un régime.

Seno -C’est vachement dur pour les gens qui aiment bien les gateaux, les bonbons, les merdes. Moi j’aime pas trop les trucs comme ça, les yaourts, les machins… C’est des trucs de meufs, les desserts. Donne moi un demi kilo de viande ! Mais au lieu de manger un demi kilo, t’en manges la moitié…C’est pas plus compliqué. Je l’ai fait pour ma santé.

Spleenter -et si t’avais un conseil à donner ?

Seno -C’est la rigueur. Moi je faisais mes trucs du Lundi au Samedi, je fais du sport, je me défonce à ça et je fais attention à ce que je mange. Le Dimanche, ou parfois le week-end entier, c’était souvent le week-end entier, je m’en bats les couilles. Je fais pas de sport, je reprends ma vie de merde, à bouffer que de la merde et voilà. Mais dés le Lundi, tu repars dans ton cycle. Tu refais ta muscu, tu refais ton vélo, tu vas à la piscine, tu vas courir… Faut avoir le temps, moi j’étais au chômage donc j’avais le temps.

Teo -RSA rider.

Seno -J’ai fait ça et ça a été vite. Parce que j’ai été rigoureux. Je pense que les gens qui font des régimes qui marchent pas, c’est parce qu’ils le font le Lundi, le Mardi ils font pas, le Mercredi ils font parce qu’ils ont des remords, ils refont pas le Jeudi, Vendredi mais « c’est pas grave, je reprends Lundi. » Et c’est comme ça… Quand je fais un truc, généralement j’aime bien aller au bout, que ce soit sérieux ou pas sérieux. Une connerie ou pas une connerie. C’est comme ça, j’aime bien aller au bout de ma connerie. J’aime bien aller au bout du truc, si je me trompe c’est pas grave. Faut vivre des expériences. Voilà, tu diras à Hype d’être rigoureux et de faire attention.

(Donc voilà. On ne saura jamais si Hype a réellement demandé à Spleenter de poser cette question à Seno, mais ça nous a permis de faire le tour (du ventre) de la question)

Seno -T’as d’autres question magnifiques comme ça ?

Spleenter -Ouais ! Sur les séries.

Seno -Sur les séries ? Vas-y !

Spleenter -c’est quoi que t’aimes bien comme série ?

Seno -Entourage. Entourage j’ai trouvé ça cool.

Spleenter -Rien à foutre. Le reste ?

Teo -On a jamais regardé, donc bon…

Seno -Ça commence un peu à dater mais on en parlait tout à l’heure : The shield. J’ai trouvé ça cool. Ce que j’aimais bien c’est que, parfois même dans le même épisode, les étalonnages sont différents. Ça je trouve ça cool.

Spleenter -Il va falloir que tu t’identifies à un personnage dans chaque série.

Seno -Alors, dans Entourage : « Turtle. »

Spleenter -Ouais. Mais tout le monde s’en fout.

Teo -Nous, on sait pas c’est qui.

Spleenter -Et ouais, ça devient plus dur tout de suite. Et le reste ?

Seno -Le reste de quoi ?

Teo -Je peux pas t’aider, je découvre cette interview en même temps que toi.

Spleenter -Le reste des séries !

Seno -Ah ! Dans The Shield : Vic Mackey. C’est facile. Y quoi d’autres comme séries ? J’aimais bien Sons Of Anarchy. J’aimais bien au début, mais après j’ai trouvé que c’était gnangnan.

Teo -Il se passe rien, surtout. Enfin, c’est pas qu’il se passe rien mais.

Seno -C’est mou du fion.

Teo -Voilà.

Seno -Mais tu vois son pote, l’autre là, le barbu ?

Teo -Ils sont tous barbus.

Seno -Celui dont la femme se fait tuer et…

Spleenter – Dieudonné ?

Seno -Ouais, voilà. En bykers blanc. On s’est compris. J’aimais bien aussi, Nip Tuck.

Spleenter -Nip Tuck ?

Seno -Ouais.

Spleenter -Attends 2 secondes.

(Là, c’est un gros merdier, je sais plus bien ce qui se passe. Plus personne ne sait en fait. Puis ça refinit sur Batman, comme d’hab)

Seno -Si, y a une série que j’aime bien, c’est Mad men.

Spleenter -J’ai pas encore regardé. Mais tout le monde dit que c’est très très bien et tout.

Seno -Ce que j’aime bien dans cette série là c’est qu’ils te montrent comment c’était dans les années 50. Genre la femme c’était vraiment « Va laver mon slip la femme ! » C’était « Ferme ta gueule la femme », limite droit de cuissage. Mais tu sais quoi ? Strauss Kahn il a dû trop regarder Mad men. Il a dû regarder Mad men à mort. Parce que c’était vraiment ça : droit de cuissage dans les bureaux. Comme ça, normal. C’est normal une partouze au bureau… C’est assez cool comme série. Breaking Bad aussi c’est cool.

Teo -Avec l’acteur qui faisait le père dans Malcolm  ?

Seno -Ouais. En tant qu’acteur, il fait un bon truc dedans, je trouve. Parce que tu l’attends pas sur ce terrain là. Et c’est pas mal. C’est pas mal ! Et la fin de la saison 3, elle est dingue aussi.

(Et là, Spleenter envoie « Pauvre Laura »)

Seno -Ah ! Pauvre Laura.

Teo -C’est un hymne pour Pierre Bellanger.

(Là c’est la pause, ça écoute un peu de son et ça parle de chaussures)

Seno -On était sur quoi ? Ah oui. SENO qui est sorti. (On en était plus du tout là depuis longtemps)

Teo -Y a eu le truc avec Gizo aussi.

Seno -On a fait un album avec Gizo. C’était… C’était quoi d’ailleurs ?

Teo -« Mi ange mi démon. » (en fait c’est « Ange ou Démon » mais c’est déjà beau de pouvoir encore articuler des mots à ce stade de la soirée)

Seno -Ah ouais. Je reprenais des morceaux de « Même les anges pleurent », je reprenais mes couplets, Gizo venait dessus. À l’époque, Gizo était déjà parti plusieurs fois là bas, il avait une connection. Avec le label Underworld, les mecs de San Diego. Et les mecs sont venus, ils ont ramené tous leurs artistes. C’est sorti chez Baby Latina. Et ça a bien marché. Là bas ça a bien marché. On a voulu le sortir en France, mais on l’a pas sorti. J’aime pas surfer sur des trucs. Ça y est, c’est fait, on l’a sorti. C’est comme « Libérez Dominique » ça y est, c’est fait. Je fais plus attention. J’aime pas exploiter.

Spleenter -Mais pourquoi c’est pas sorti ?

Seno -Parce qu’on voulait pas.

Teo -Aucun de vous 2 ?

Seno -Non, aucun de nous 2. C’est sorti là bas ! Les mecs de france qui le veulent, ils peuvent le trouver sur internet. On a pas voulu se prendre plus la tête que ça. Lui, il avait déjà ses projets en route, moi j’avais les miens.

Teo -Et sur Edition Collector, y a des chutes de ça. C’est des chutes d’albums.

Seno -Ouais. C’est des chuttes mais même d’avant ça. Avant, avant. Du premier album aussi. Enfin, une partie des chutes du 1er album.

Teo -Et qu’est-ce qui fait que tu t’es dit que ces sons tu les mettais pas sur l’album et que plus tard tu les remets ?

Seno -Parce que c’est des sons que j’avais trop écouté. Pour le 1er album c’est toujours comme ça, tu sais… Tu veux toujours en faire de trop. Tu veux faire trop bien alors t’écoutes tes sons 10 000 fois et quand ton album sort, t’es écoeuré, t’en as marre. C’est une espèce de gâteau avec trop de crème.

Teo -C’est pour ça que si je faisais de la musique, j’en ferais que quand je suis totalement bourré. Là tu t’en fous.

Seno -C’est là que c’est le mieux. Le lendemain, quand tu réécoutes, c’est moins bien… J’ai écrit des trucs super la nuit ; le lendemain matin, je sais pas, ça sonne pas pareil. Ça sonne carrément moins bien. Donc j’ai un peu arrêté d’écrire bourré. Tu fais le boulot, puis après bon…

Teo -En récompense, un peu comme Servietsky ?

Seno -Ouais, voilà. J’aurais bien aimé être Servietsky.

Teo -C’est hardcore, parce qu’il finit quand même très mal… Il finit à sucer des vieux pour du crack, le mec…

Seno -Non mais Servietsky, je trouve que c’est magnifique. Tu te rends compte que South Park… Ah bah voilà ! C’est une série que j’aime bien South Park ! La liberté qu’ils ont ! « On va faire une serviette qui parle et qui est toxico. » Ça c’est bien, tu vois ! En France, on fait pas un dessin animé comme ça…

Spleenter -On fait pas de dessin animé…

Teo -Et Celestin ?! Le fantôme qui fait la sécurité routière ?! Patrimoine français, les mecs !

Seno -Non, je suis pas d’accord.

Teo -On leur fait la nique aux Etats Unis. Ils sont là, ils nous regardent, ils chient mou ! Ils ont les commissions dans le filet !

Seno -Servietsky, c’est cool.

Teo -Bon, c’est vrai qu’on peut pas vraiment lutter contre une serviette qui fume du shit…

Seno -La suite c’était quoi ? Donc y a l’album avec les chutes… On a fini le SENO qui est sorti l’année dernière, au mois de Décembre là… (Oui, ça fait 4 fois qu’il le dit, mais tout à l’heure il a dit Septembre) Il y a bien 5 mois… Et après ! À partir du mois de Janvier, je commençais déjà à avoir envie de faire autre chose. J’ai commencé à bosser avec « l’agent des stars » : Fizzle. L’homme de l’ombre. Mon impresario, comme on dit dans le milieu. On est tombé assez d’accord sur ce qu’il fallait faire, tu vois ? Il m’a dit « Si je bosse avec toi, on fait ça, etc. » J’ai capté sa vision du truc donc on est parti là dessus. C’est lui qui a eu l’idée de faire les Samedis Bâtards, donc on est parti sur ce truc là. Entre temps, je venais de finir un album. Normalement, il devrait s’appeler « Gangsta Funk. »

Teo -Et sur les Samedis Bâtards, le choix des faces b tu le fais comment ?

Seno -Tu sais quoi ? Presque toutes les faces B, c’est Fizzle qui les a choisi. Si je choisis les faces B moi même, forcément je vais choisir des faces B qui sont dans mes ambiances à moi. Le but c’est pas ça ! Le but c’est d’aller vers autre chose et de tenter des trucs. Alors parfois tu te casses la gueule… Ça marche ou ça marche pas. Mais Fizzle a capté le truc. Il écoute des sons qui sont dans l’air du temps aussi. C’était un peu impératif de prendre des trucs du moments. Et les trucs du moment qui ont des covers ! Pour qu’on puisse détourner les covers, c’est Erko qui les détourne. Alors, autant parfois on fait des covers qui sont assez cools, mais on en a une qui est magnifique. Elle est d’un niveau de kitsch, à mort ! Elle va bientôt arriver.

(Teobaldo mime un geste obcène)

Seno -Ah tu l’as vu celle là ?! Elle est superbe ! J’ai encore mon plâtre, ma résine.

Teo -Avec une meuf et une capuche.

Seno -Avec la fourrure…

Spleenter -Je vois très bien le visuel, mais je vois plus les featurings.

Seno -C’est avec Sobre et Aelpeacha.

Teo -On l’a celui là. (parce que oui, on a les samedis bâtards bien avant tout le monde. Donc quand on sort un billet en retard, on a vraiment aucune excuse)

Seno -La pochette de celle là, c’est là qu’on voit qu’on est bien golmon. Avec une meuf qui a été découpée dans un truc et poséE à côté. Parce qu’on est pas foutu de ramener une meuf qui veuille le faire.

Teo -Ça, ce sera dit de l’interview.

Seno -Bah attends ! Tu vas faire quoi ? Tu vas aller voir une copine à toi et lui dire : « S’il te plait, tu pourrais pas te mettre en culotte de dos, pour faire une photo ? Pour les Samedis Bâtards… S’te plait ?! » On va un peu galérer avant de trouver la meuf qui veut bien, qui va vouloir le faire.

Teo -Ça se paye…

Seno -Ouais. Mais l’idée des samedis Bâtards c’est qu’on paie rien. Tout est gratuit. On paye rien du tout.

Teo -Vrai concept de chômeurs. On peut tous en prendre de la graine.

Seno -Donc on est parti sur ça. on a fait tous les morceaux. Ils sont tous faits. Ce que je voulais absolument, c’est que tous les vendredis à mi-nuit : Bam ! On met le son ! C’est pas : « Ce samedi là, on va pas mettre de son parce que je vais à la pizzeria. » Et puis le samedi d’après : « Là, j’en ai fait un, mais il manque l’invité. Il est pas venu. » Non. On voulait faire tous les morceaux, on a tout mis en boîte. On a 4 mois de Samedis Bâtards de prêt.

Teo -4 mois ?!

Seno -Ouais. Ça fait que 16 semaines.

Teo -Ça fait pas mal d’avance.

Seno -Bah là on est à la moitié. J’ouvre ma gueule mais on va être en retard là… (ça se passe un vendredi soir, c’est pour ça) Mais bon, c’est pas dramatique. L’idée c’est ça. Si t’en mets un de temps en temps, que tu loupes des week-end, pour les gens c’est pas sérieux. L’idée c’est d’amener un concept où là, je me lache ! Je me fais plaisir.

Spleenter -Dans les Samedis Bâtards, t’as jamais posé sur un truc vraiment West. Ça vient de là ?

Seno -Mais je veux pas poser sur des trucs West dans les Samedis Bâtards.

Spleenter -Ouais, je comprends, mais parfois t’as des hits qui sont issus de là bas, mais tu les prends pas.

Seno -Ouais, mais je veux pas. Je veux poser sur des trucs que je connais pas.

Spleenter -D’accord.

Teo -Et t’as pas peur qu’en « retaffant » ton image, tu perdes un peu ta fan-base ?

Seno -C’est pas la perdre. C’est évoluer. C’est fusionner !

Teo -Mais t’as pas peur que…

Seno -Peur de quoi ? J’ai pas peur moi ! Bagarre !

Teo -Bagarre !

Seno -Est-ce que j’ai peur de perdre ma fan-base ?

Teo -Ouais. Par exemple, moi je te connais depuis longtemps, je me demande quand est-ce qu’y aura un bon son, un bon hymne gangsta bien West avec beaucoup de bons cas sociaux. Mais ça va, hein. Y’a le truc avec Myssa et Joe Lucazz, ça peut rentrer là dedans, sans problème.

Seno -Mais après, quand tu me parles de fan-base, moi je fais pas de la musique pour une fan-base. Je fais de la musique pour moi, déjà. Donc si demain je décide de faire un truc et que ma fan-base me dit : « C’est nul ce qu’il a fait ! » Mais c’est pas grave, parce que moi je le fais pour moi. Le vrai truc : J’ai pas peur de perdre ma fan-base. Ce qui serait grave c’est que je me perde, moi. Tu vois le délire ? Faire des trucs comme on parlait ; à la Colonel Reyel ou je sais pas quoi. Là je me perds ! Et là, la fan-base a des raisons de m’en vouloir. Mais si je perds ma fan-base, ma vie continue… Même là, je fais le truc sur DSK ; on sait très bien qu’il faut en profiter maintenant. Moi, je m’amuse ! J’en rigole tous les jours. Parce que dans quelques jours c’est fini. faut pas se blaguer. Je veux même pas surfer sur la vague. Parce que c’est plus marrant ! C’est pour ça que je te dis que pour faire un allstar, faut qu’il soit génial le allstar. Pour le diffuser faut qu’il soit génial.
Je suis d’accord pour le faire, mais est-ce qu’on le diffuse ou pas ? ou alors on se le passe qu’en cassette audio… Un truc, les gens savent qu’il existe mais ils l’écoutent pas.

(Là, Spleenter décide qu’il est temps de parler d’OJ Simpson, ça suffit les conneries)

Seno -Moi, franchement, je fais la musique que j’ai envie de faire. (Là, vous pouvez être admiratifs parce que Seno ne se laisse pas déstabiliser, même par les pires intervieweurs du monde entier) Si ma fan-base me suit, bah je suis content !Je suis content, c’est cool. Si elle me suit pas, bah tu veux que je te dises quoi ? Je vais pas les forcer à me suivre, non plus. D’un autre côté, si je fais autre choses, y a d’autres personnes qui vont accrocher. Je vais peut-être montrer d’autres facettes de ma personnalité ; je vais faire des trucs où je me lache plus. Des trucs complètement mongols ! C’est ce qui me plait. Parce que je me suis rendu compte que pendant longtemps, j’ai fait du rap en étant sérieux dans ce que je faisais.

Seno -Et en fait, ça a pas payé plus que ça, tu vois ?… Et si t’écris une chanson en une heure, tu la mets sur internet, t’écris des trucs de mongols et… Alors après, faut pas généraliser. Je dis pas que la facilité c’est forcément la clef de la réussite. Mais j’ai moins envie de me prendre la tête. Je prends la musique pour ce que c’est : de la musique. Je fais des morceaux qui me font marer, parce qu’aujourd’hui j’ai envie de me marrer. Je veux que ça soit cool. Et même si je vais faire des trucs gangstas, véners ou des trucs comme ça, je vais le faire d’une façon décalée. J’ai envie que ce soit comme ça maintenant, que ce soit marrant, même si j’aborde des thèmes sérieux, j’essayerai toujours d’amener des références de ma vie à moi, de trucs de comics, faire en sorte qu’y ait mes repères à moi, dedans. Voilà, mon truc c’est ça. J’ai envie d’évoluer ! J’ai envie qu’y ait plus de personnes qui écoutent ma musique. Je trouve que c’est normal aussi à un moment donné. C’est bien beau de faire le puriste, le mec qui te dit : « Non, moi je vends mes 500 disques et ça suffit. Je veux pas que d’autres mecs écoutent ma musique ! » Mais c’est pas vrai ça, c’est des conneries. C’est parce que t’arrives pas à vendre plus de 500 disques. Point barre ! Demande pas à un mec si il veut vendre des disques !!… C’est mon point de vu, tu vois, ça n’engage que moi. Mais faut pas se mentir.
C’est comme les mecs qui disent : « Mon album ? Non ça a pas marché. Mais c’était un succés d’estime. »

Teo -Y en a pour qui c’est vrai, quand même.

Seno -Ça a pas marché parce que ça a pas marché. J’ai un pote qui m’a dit un jour, au quartier : « J’étais chez cette meuf là. Putain c’était chaud ! J’ai passé une soirée de ouf ! J’ai presque baisé ! » Presque baiser… ça veut dire quoi ? Presque, c’est quand même raté ! J’ai presque réussi, c’est quand même raté.

Spleenter -Il a dit « J’ai presque baisé » ? (Spleenter prononce cet assemblage de mots comme une langue étrangère)

Seno -Ouais ! Mais ça veut rien dire !

Teo -Tu baises ou tu baises pas…

Seno -Donc je vais pas te dire que je fais des albums que pour ma fan-base. Non. C’est pas vrai. J’ai envie de vendre des disques, c’est normal. Demande à un mec qui fait de la musique s’il a envie d’aller travailler, d’être fonctionnaire ou de faire un boulot de je sais pas quoi. Et demande lui si il a pas envie de rester chez lui à laisser sa créativité s’exprimer. S’il a pas envie d’être un artiste. C’est normal. Si t’es vraiment un mec qui aime la musique, si t’es vraiment un artiste, c’est ce que tu veux. Tu veux faire que ça, tu veux vivre de ton art. Après, y a vivre de son art et vivre de son art. Je demande pas de vendre des centaines de milliards de disques mais si je les vends je serai content quand même, faut pas se blaguer. Mais bon, on est loin. Les poules auront des couilles, comme on dit.

Teo – Mais quand tu parles d’évoluer, qu’est-ce que t’entends par là ? Parce qu’y en a qui évolue dans le rap, par exemple Oxmo Puccino… Il fait ce qu’il veut, hein ?! Apparemment il a un public… Mais ça rappe plus.

(On parle d’Oxmo et, comme par magie, Spleenter s’endort. Réflexe)

Seno -Je vais te dire, on parlait tout à l’heure des trucs cainrys où j’accroche pas, pour Oxmo, je reconnais que c’est un bon rappeur. Je serais de mauvaise foi de dire qu’Oxmo c’est pas un bon rappeur, mais moi j’arrive pas…

Teo -Pareil. Donc tu comptes quand même garder un aspect rap ! Un aspect flow ! Quoi qu’il arrive ?

Seno -Ouais. Quoi qu’il arrive. Aujourd’hui, si je fais un morceau où je fais des roulements, je vais faire un morceau qui va tuer sa mère ! Dans l’album, je vais peut-être t’en faire qu’un, mais ça va être LE morceau. Mais y a des rappeurs comme ça où j’y arrive pas, j’y arrive pas. Faut pas m’en vouloir. Mais en France c’est comme ça : si t’aimes pas untel, holàlà ! « Tu connais pas tes classiques ! Holàlà ! »

Teo -Ici, c’est admis, t’es un peu chez les connards. Parce que nous, on n’écoute plus Oxmo Puccino et on aime bien Alpha 5.20. Donc, automatiquement, on nous classe parmi les trous du cul.

Seno -Alpha 5.20, j’aime bien. C’est bien Alpha 5.20. C’est marrant Alpha 5.20. Mais tout dépend comment tu le prends.

Seno -Moi, aujourd’hui, je veux faire du rap avec un côté second degré, décompléxé, libéré un peu. Je veux que ce soit cool, tu vois ?
Ce qui est bien avec le DSK, c’est qu’en 3, 4 jours on a réussi à amener cette image là. « Le mec il est cool, le morceau il est drôle, c’est du second degré, y a de l’humour, y a quand même un côté véner et un côté vulgos qui est magnifique. » On a fait tout ce qu’on voulait, quoi. Et peut-être même que dans toute ma carrière, c’est ça mon tube, tu vois ?

Teo -Niveau positionnement, ouais.

Seno -On a quand même eu un papier sur les inrocks.

Spleenter -les inrock, Elle, closer, 24h je sais pas quoi…

Seno -On est partout, quoi !

Spleenter -Même les mecs qui se basaient sur Wat-TV : « Clip choc ! »

Seno -Clip choc !

Teo -Ouais, j’ai vu ça tout à l’heure. Je vais le mettre sur mon CV : « Je fais des clips chocs… »

Seno -Si des fois ça t’intéresse un petit clip choc ?

Teo -C’est bien, ça fait nom de glace, un peu. C’est l’Eté, tu vas vendre des clips chocs aux gens sur les plages.

Seno -Ou une drogue, un peu.

Spleenter -I want clip choc !

Teo -C’est ce que tu disais tout à l’heure ; en 3, 4 jours, c’est le boulot d’un an.

Seno -Bah ouais, si on avait voulu amener tout ça, si ça se trouve, pendant un an, il aurait fallu qu’on bosse sur les Samedis Bâtards, sur d’autres trucs. Là, en 3 jours c’est fait. Donc c’est bien. Sur ce truc là, y a pas d’argent à faire, tu vois ? Mais au moins, on a fait le boulot. Le truc est fait, on a pu avancer. Même des gens qui me connaissent pas : bah voilà ! À partir de ce morceau là, je peux faire tout ce que je veux.
Vu qu’on a été un peu dans l’extrême de la déconnade et du décalage. Et puis c’est de la chance aussi ! C’est de la chance ! Fizzle aurait très bien pu ne pas m’en parler, j’aurais très bien pu zapper le week-end, ne pas regarder ce truc là comme je loupe la plupart de ce qui se passe…

Spleenter -D’ailleurs, justement, sur ce truc là… Une question qui n’a rien à voir. Quand West Coast La a fermé, par rapport à « On est les Sales Blancs » tout ça. Qu’est-ce qui s’est passé ? (même complètement défait, à la frontière du sommeil et ne captant plus rien à ce qui se passe autour de lui, le Spleenter a la faculté de poser de bonnes questions. Mouche toi le cul, le journalisme frinçais. Le Blavog rappelle que le Spleenter est interdit aux mineurs. Herbe et bouteille de rhum vendus séparément)

Seno -En fait, ce qui s’est passé, c’est que sur le forum du CSA, y a des gens qui ont réagi direct en disant que sur l’émission de skyrock blablabla… Qu’y avait un groupe de noirs qu’avaient fait un morceau qui s’appelait « Les Sales Blancs » et qui insultait les blancs… Et tout de suite, tu t’es pris un niveau de fascisme !!… C’est genre, le mec, avant d’aller sur son ordi, il a mis sa petite chemise catchy, il s’est refait la raie : « Attention le forum !  J’arrive ! » Il a mis ses gants en cuir, c’est parti.

Teo -(il imite l’accent Allemand, en tout cas c’est ce qu’il croit) Ch’ai une egzclucifité !
Che détient informations nouvelles ! Là où c’est fabuleux : Le CSA, à un moment, ils sont obligés de valider, plus ou moins. Faut bien qu’y ait quelqu’un qui vérifie à un moment !? Avant de prendre acte et de dire « Hop ! Supression de l’émission, supression de l’antenne ! » Y a personne qui a vérifié et qui a vu qu’effectivement « Les Sales Blancs » c’était pas le nom du morceau mais le nom du groupe et que vous étiez blancs ?

Seno -Bah non…

Teo -C’est consternant…

Seno -Mais je crois qu’à l’époque, skyrock aussi avait un peu Stomy dans le pif, tu vois ?

Teo -Ils voulaient supprimer les émissions spés.

Seno -Ça a été le prétexte, la petite goutte qui fout le bordel. Donc on en est là… Tiens ?! Je vais appeler mon fils…

(Seno appelle donc son fils. Qu’il nous passera d’ailleurs. Mais seul Lil Thug serait en mesure de vous dire ce qu’on lui a dit. Parce que nous, on s’en souvient plus)

Spleenter -Mais les samedis Bâtards, c’est parti de quoi, à la base ?

Seno -De Fizzle !

Spleenter -pour repartir sur le délire de Kanye qui a été repris par beaucoup de rappeurs français aussi, Black kent et d’autres. Donc tu fais ton truc tous les samedis : tu reprends un hit ricain, tu reposes dessus en invitant quelqu’un à chaque fois. Comment t’as sélectionné tes invités ?

Seno -Faut que la connection soit un peu improbable. On en parle avec Fizzle et on se dit « On verrait qui sur cette connerie ? » On veut des gens qui soient ouverts aussi. Faire des Samedis Bâtards avec que des mecs de la West, c’est pas le but non plus.

Spleenter -En même temps, t’as fait l’inverse, du coup.

Seno -J’ai fait les Samedis Bâtards avec des gens qui sont pas dans mon univers. Des gens que je connais pas. Enfin si, j’en ai fait un avec Aelpeacha, Sobre que je connais depuis peu, Myssa aussi je le connaissais. Joe Lucazz je le connaissais pas, je connaissais sa musique, mais pas lui. Sidi je le connaissais pas. Bunk je le connaissais pas… Y a qui d’autres ?

Teo -Les Mallrats.

Seno -Les Mallrats, c’est des gens que je connaissais de nom, mais je les connaissais pas. J’étais pas connecté avec ces gens là, tu vois ? Et FIzzle a fait en sorte que je sois connecté avec tous ces gens là. Ça a été super vite, parce qu’on se prend pas la tête. On contacte les gens : « Tu veux ? Oui. » « Tu veux pas ? Pas grave. » Y a pas de « Peut-être. » Tu le fais ou tu le fais pas mais si tu le fais, faut que ce soit très rapide, faut qu’y ait une réactivité. Parce que quand tu commences à dire « On t’envoie le morceau et quand t’as le temps, tu le fais. » ça va s’appeler les années bâtardes. On va en mettre un par an. C’était pas le but. Le but c’est d’aller vite, d’être là, dans le coup du moment.

Teo -sinon, pour le reste de ton actualité, y a un EP qui va sortir pendant les Samedis Bâtards ?

Seno -Ouais. Parce que j’avais des prods de Venom.

Teo –Venom et Sovan qui avaient fait « 15ans de retard. »

Seno -Voilà. Et en fait, il m’a filé des prods qui étaient cool, donc j’ai enregistré 5 ou 6 morceaux. Je les avais mis de côté ; je savais pas trop pour quoi ça allait être. Ça date du mois d’Octobre, Novembre, un truc comme ça.

(Lil Thug rappelle Seno, mais il demandera expressément à ne plus jamais nous reparler de toute sa vie)

Teo -Donc on parlait du EP.

Seno -Ouais, du coup on s’est dit : on va le faire. j’ai envoyé ça au mix. Toutes les voix sont déjà envoyées à Venom et il va mixer le truc. Y a un track où il veut aussi ramener du monde donc il va ramener du monde dessus. Je pense que c’est un truc qu’on va balancer gratos. On va mettre les gens bien. Je pense que quand tu fais de la musique comme ça, faut pas dire « Je veux de l’argent ! » C’est pas rien quand même de vendre sa musique ! Je trouve que c’est quelque chose, quand même. Donc quand tu vends un truc, faut que t’en sois fier ! Attention, c’est pas parce que les Samedis Bâtards c’est gratuit, que j’en suis pas fier. Faut donner des bons trucs, pour vendre des trucs encore mieux. Il faut passer par ce stade là, je crois. Tu peux pas toujours tout vendre. À la fin, on va regrouper tous les Samedis Bâtards et rajouter 2, 3 inédits. Là c’est pareil. Je pense que c’est un truc qu’on va donner. On va pas le vendre ! Les gens seront contents. En juillet, on leur filera les sons.

Teo -Pour les vacances.

Seno -cet Eté, ils auront les Samedis Bâtards à s’écouter.
Et puis bon… Ça en fait des conneries à s’écouter d’affilée !!…

Teo -Le prochain album, tu disais que c’était un truc super G Funk, avec des sirènes, de la talk-box, etc… Pour boucler la boucle ?

Seno -Ouais ! Je l’ai attaqué vers le milieu de l’année dernière. C’est Bianksta qui fait les prods et j’ai 2 prods de Makiavelik aussi. Bianksta m’a fait écouter des prods, elles étaient complètement dingues ! Franchement, j’étais presque obligé de le faire. Et franchement, au moins, je trouve que l’album est très très lourd.Honnêtement, il est super lourd. Dans le délire Westeux, à l’ancienne, très G-Funk, je veux finir sur ça. Après tu peux faire des trucs West, mais plus dans la New West à la The Game. C’est pas obligé qu’y ait une sirène dans chaque son que je fais.

Teo -Là, prochainement, on va t’entendre sur Grand Banditisme volume & de Hype et Sazamyzy. Le son tourne déjà. Y’a d’autres gros trucs qui arrivent ?

Seno -Ouais, y a pas mal de trucs qui arrivent.Là, demain, je suis en studio avec 13K de Oussen et 13K.C’est pareil, c’est un mec qui est venu sur les Samedis Bâtards, on s’est bien entendu, le feeling est bien passé.En retour, le mec m’invite sur 2 projets différends qu’il va sortir par la suite. Avec Sidi et Alkpote, y a des trucs en route. On continue, tu vois. On continue ! On s’arrête pas à DSK.On se repositionne pas. Je veux pas ressembler à ce mec qui a fait qu’une chanson…

Teo -Et qui essaie de la refaire.

Seno -Voilà. T’as eu ton truc, c’était cool. C’est pour ça que je me mare le plus possible ces jours ci. J’en profite, on fait les cons.

Teo -On va arriver au mot de la fin, je pense.

Seno -Ouais, je pense. Bah écoute, Spleenter n’entendra pas le mot de la fin… Dans les bras de Morphée.

Teo -Il n’est de bonne compagnie qui ne se cuite.

Seno -Je voudrais vous remercier pour la réactivité. Parce que vous avez été sur le coup des Samedis Bâtards déjà dés le début. Ça été très vite à chaque fois. On s’est bien marrer en lisant vos trucs. Je lisais déjà vos conneries avant, je connaissais déjà. Je me disais « Mais ils sont complètement fous ?!! »

Teo -Tu peux constater.

Seno -Je constate que c’est le cas.

Seno -J’avais bien aimé les dead Buzz Walking. Avec Lil Thug. C’était excellent. C’est une consecration pour moi.

Teo -AHAHA ! Salaud ! Spleenter n’entendra pas ça, parce qu’il dort !

Seno -Et puis, au niveau mongol.

Teo -Je pense qu’on se pose là.

Seno -Et on est pas mal aussi. Je pense qu’y a une vraie team qui est en train de se monter là. Ça va être du lourd. Ça va être de la quenelle bling-bling. Donc merci pour la réactivité. Le Same’Diksa dés le Lundi. Le montage dans la foulée. Dis nous ce qu’il faut faire pour qu’un montage soit pris pour un clip vidéo dans les médias ?

Teo -Ah bah ça ! Je sais pas ce qui leur a pris.

Seno -Un clip choc ! Je pense qu’on va s’arrêter là.

Teo -Je pense que clip choc, c’est le mot qui définit cette interview.

quelques minutes plus tard, Spleenter se réveillera et réalisera avec horreur qu’il n’a pas posé la seule et unique question qui valait le coup : « mais si vous aviez été de confession hébraïque, vous vous seriez appelés les sales juifs  ? »

that’s

all

folks.

1 commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Seno

Interview de Seno (des Sales Blancs) – Partie 2/3

Spleenter -Donc « Seno » ça t’est venu parce qu’à la base c’est le nom que tu tagguais.

Teo -Tu cherches un sens et tu ne trouves pas.

Spleenter -S. E. N. O. t’as déjà trouvé des trucs ?

Seno -Non, je trouve pas, j’ai déjà essayé. J’ai trouvé des trucs pourris ! J’ai pas gardé ça en mémoire. Tu sais, c’est comme tous les taggueurs, on cherche des lettres qui tournent, qui s’enchainent bien et je trouvais ça cool. J’ai taggué ça, je devais avoir 14, 15ans.

Spleenter -Et pour préciser, là t’as quel âge ?

Seno -J’ai 37ans. Donc ça fait bien plus de 20ans. Et aujourd’hui, je vois…

Spleenter -Non mais coupe l’interview, personne s’intéresse aux vieux. Fallait être plus jeune.

Seno -Mais on m’avait pas dit ?!

Teo -Dis que t’as 27. Grand maximum !

Seno -Oui, alors non. J’ai 27ans. c’est 27, pour la petite histoire. Dans ma ville, y a un mec qui taggue, qui s’appelle Seno, c’est un pote, je le connais. Et y a le fameux Seno qui défonce sur Paris, vers Saint Lazare depuis quelques années.

Spleenter -Donc y a plusieurs Seno. Parce que je me suis déjà demandé « est-ce que ce serait pas lui ? »

Seno -Non. Non. C’est pas moi. Mais moi c’était de la merde ce que je faisais.

Spleenter -T’as juste refait ton mur.

Seno -« Vous avez vu ? Ils ont repeint, là.
-Mais y a personne qui passe, là…
-Non mais on va tout défoncer ! Ça va être cool ! »
Et comme tous les mecs qui tagguent qui font n’importe quoi, je me suis fait serrer, j’ai payé une putain d’amende.

Spleenter – Toi c’était plus tag vandal.

Seno -Voilà. On volait des bombes et on allait tout niquer.

Spleenter -T’as jamais payé une bombe ?

Seno -Non.

Spleenter -Bah c’est cool ça. C’est la marque des vrais, normalement.

Seno -ouais, non, jamais. Surtout qu’à l’époque où on le faisait, y avait très peu de magasins. Ça commençait.

Spleenter -Si tu pouvais donner à peu près l’année, pour avoir un ordre d’idée.

Seno -Attends, je devais avoir 14ans, je suis né en 73, ça fait…

Spleenter -On comptera après.

Teo -Bah 87.

Spleenter – Les gens qui rappent de cette façon, c’est à dire plutôt influences West, sont rares. Comment t’en arrives à rapper comme ça ?

Seno -J’ai connu la grande époque du rap quand « c’était mieux avant », j’ai connu ce truc là.

Teo -L’âge d’or.

Seno -L’âge d’or… T’imagines ? Le précieux !

Spleenter -Les années 90.

Seno -Voilà. J’étais bien dedans. J’écoutais tout. Je kiffais, franchement c’était cool. À un moment donné, j’aimais bien Rockin Squat, Assassin, Je kiffais.

Spleenter -Ça c’est étonnant.

Seno -Mais j’aimais bien, franchement. J’avais les skeuds et tout. Et à un moment donné, je me suis dit « Il commence à me faire chier avec ses arbres… » Avec ce qui se passe ailleurs. Je suis pas trop comme ça, tu sais, à dire « Oh regardez, au Guatemala tout le monde meurt. » Ou je sais pas quoi.
Y a des gens qui meurent en bas de chez toi. Occupe toi déjà de ça.

Teo -Bah peut-être qu’en bas de chez Rockin Squat les gens meurent pas. Tu sais pas, ça.

Seno -Ouais, voilà. Moi j’aimais bien. NTM aussi, tu vois. Je trouvais ça bien en live, j’allais en concert. Qui d’autre ?… D Abuz ! D Abuz System. Et tu sais quoi ? Là, ce soir c’est le morceau avec lui qu’on va mettre. J’étais trop content de faire un morceau avec lui. Honnêtement, j’étais super content parce que c’était un mec que je kiffais à l’époque. Et faire un morceau avec lui, pour moi c’est vraiment un truc cool.

Spleenter -C’est un kiff.

Seno -Ouais, c’est un kiff. C’est un kiff artistique. C’est un mec que t’écoutais, un mec que t’achetais, c’est un mec qui fait partie de cette histoire.

Spleenter -C’est un peu comme quand Teo a interviewé Salif.

Seno -C’est pas volontaire mais y a des choses qui me parlent pas. Dans le rap Français ou même dans le rap US. C’est pour te dire comment je suis arrivé plus au délire West, c’est que j’écoutais tous ces trucs de rap français et après y a toute la vague Wu Tang, machin qui est arrivée et j’ai pas compris ça en fait.

Spleenter – Ça t’a pas parlé ?

Seno -Ça m’a pas parlé, je trouvais que c’était pas mélodieux, parce que je suis de la génération 73 donc moi j’ai grandi avec les Maritie, Gilbert Carpentier, les Mike Brandt, les Dalida, les Sheila. Enfin tu sais, toute la variété française. C’est ma culture musicale. C’est ça le problème aussi dans le rap, les mecs ils te disent « Alors tu vois, ma culture musicale c’est Curtis Mayfield, c’est James Brown, c’est toute cette scène. » Après ils vont te sortir des trucs de Nu Soul un peu pointus dont ils ont jamais écouté les albums. Ils vont te citer Curtis Mayfield parce que voilà. Parce que c’est ça…
J’ai écouté des trucs comme ça ! Mais plus tard !

Seno -Plus quand j’avais 20-25ans en fait. Mais j’ai grandi dans une famille où le Samedi soir on regarde Champs Elysées, on regarde Drucker et tout ça. Y’avait tout ce côté variété, tu sais, très années 80 avec les Corinne Charby avec les boules de flipper, toutes ces conneries là. Mine de rien, c’était des mélodies très gnan-gnan et y avait un côté qu’était cool là dedans.

Spleenter – De tout façon c’est lié à ton enfance donc c’est forcé. C’est comme si tu me demandes si j’aime bien Louis De Funes. Je vais être obligé de te dire : « Ouais. Bah quand même ! »

Seno -Tous les « Corniaud », les machins comme ça.

Teo -Ouais mais De Funes c’est différent. Il a beau avoir tourné beaucoup dans des merdes, lui, en tant que tel, tu le vois tu peux pas nier qu’il a du talent.

Spleenter -C’est pareil quand Gab’1 reprend du Tino Rossi ou du Joséphine Baker. Evidemment que c’est de la merde, en tant que tel. Mais…

Teo -Mais il a grandi avec.

Seno -C’est ses repères, ça fait partie de son histoire. C’est ça aussi qui permet de voir qui est l’artiste. Ça permet de cibler le personnage. Moi j’ai grandi avec ça donc j’ai tout le temps aimé les trucs avec des mélodies peut-être un peu facile. Et après, vu que je m’intéressais pas aux trucs qui étaient de New York, Mobb Deep, etc… Ça me parlait pas, quoi… Alors que mes potes, ils écoutaient, ils traduisaient les paroles et tout. Ils étaient oufs, du Wu tang, je comprenais pas. C’est des albums que j’ai réécouté après et que j’ai appris à apprécier après. Même Mobb Deep, y a des trucs où j’ai dit « ça défonce ! » Y’a un morceau que je kiffe, je me souviens plus du nom, mais ils ont samplé un truc français qui s’appelle Saint Tropez. C’est vraiment un truc français de l’époque. Ça ressemble à du Joe Dassin. Une espèce d’Eté Indien. Et ça a été repris par Mobb Deep et franchement le morceau est mortel, le sample est magnifique. Donc j’y suis revenu après. Tu vois, faut pas être bête.

Spleenter – t’as pas fait une croix dessus.

Seno -Ça me parlait pas, c’était pas ça. Après y a eu, plus ou moins en parallèle du Wu tang, tous les Snoop, etc… C’est là où, même en france, y avait 2 écoles.  Y avait tout le délire Death Row. Déjà, l’imagerie, pour moi, elle était plus forte.  Et je trouvais ça plus sympa, plus fun, plus marant. Et après, y avait le côté musical. Wow ! Les sirènes, les machins, Dr Dre, tout ça. J’ai fait « Wow  C »est lourd. » Et j’ai commencé à regarder les crédits sur les CDs. Qu’est-ce qui sample quoi ? À partir des samples, je trouvais les morceaux de base et c’est de là que tu te dis « Regulate, moi j’en ai rien à foutre. Je vais m’écouter le son de Michael McDonald… Ah les bâtards… »

Spleenter -Ça m’a fait ça avec, d’ailleurs j’ai perdu le nom du morceau.
Sur le même morceau, Dre a tiré « Nuthin but a G Thang » et un dernier, « The Wash« .

Seno -moi, j’ai kiffé sur les samples.

Teo -Tu rappais déjà à l’époque ?

Seno -Euh… J’ai commencé à rapper quand j’avais 17ans, à peu près. Mais c’était pas « on rappait. » C’était : Tu galères dehors avec tes potes, c’était plus du « Yo momma », tu vois ? Je me rappelle, on fait du stop pour aller à une soirée, pour aller à 20 bornes, pas de transports. C’est le soir, le truc pourri, tu galères avec tes potes et tu fais du stop. Pendant ce temps là, tu rappes et tu chambres sur la daronne de ton pote et lui c’est pareil. Et c’est chacun une rime, tu vois ? Un truc comme ça.
De la bonne grosse chambrette, quoi. Après j’ai des potes qui commencent à rapper de leur côté ; mais ils étaient carrément barré dans le truc New York. Je me suis un peu écarté de mes amis parce qu’on va dire que j’ai fait des choix… des erreurs. Je trainais plus trop avec les mêmes personnes, mais musicalement j’étais barré dans ce truc West, j’aimais bien ! L’imagerie me plaisait, les albums qui sortaient, à chaque fois je trouvais que c’était des dingueries. Y avait que ça qui sortait, blam, blam, blam. C’est une folie. Tu montais à Paris chez les jumeaux, à Street Sound, y avait que des dingueries. C’était complètement fou. C’était ça, quoi ! Et en parallèle je commençais de plus en plus à écouter de la soul, parce que j’écoutais les versions originales des trucs samplés. J’écoutais que ça, avec le temps j’ai commencé à écouter un peu plus loin. Descendre en dessous des années 70. 60, 50. J’aime beaucoup tout ce qui est Doo-wop, je suis un grand kiffeur de ça. Je suis cap de le faire. J’ai un morceau où j’ai fait une petite intro, un truc avec que du Chalala. Où je pose plein de voix.  En accapella. J’adore ça ! Franchement, j’adore ça.
Le Doo-Wop, j’adore, je peux écouter ça toute la journée. Chez moi souvent, ça tourne en fond sonore. Avec, tu sais, un côté rockabilly. Le truc vraiment années 50, 60, après t’as des groupes un peu plus vieux, fin 70.

Spleenter -Quand t’as des coups de cœur comme ça, tu les proposes pas à un producteur pour qu’il en fasse un beat, en samplant un truc à l’ancienne que t’écoutes en boucle  ?

Seno -Non, moi j’ose pas. J’y touche pas. Je veux garder un truc. Je veux pas y toucher.

Teo -C’est le jardin privé, quoi ?

Spleenter -Secret…

Teo -Tu te calmes.

Seno -C’est parce que c’est tellement… Ça m’emmène ! Je pourrais pas faire mieux ! Y a des trucs comme ça. Tu me dis « Viens on va faire une reprise de rap, de connerie. » Je le fais. Je m’en fous. Mais y a des trucs c’est tellement beau, faut pas y toucher. Autant je reprends des trucs de Bone Thugs, des conneries, je le fais.

Spleenter -C’est parce que c’est déjà du rap à la base.

Seno -Voilà. Mais y a des trucs, je sais pas. C’est beau, quoi ! J’ai pas envie, je ferai pas mieux. Je vais pas être à l’aise pour le faire. J’aime la musique avant tout. Si je fais tout ça c’est un peu parce que j’aime la musique quand même.

Teo -Tu t’es dit quand que t’allais faire de la musique, justement ? (Quand Teobaldo était à la conférence de presse de Odd Future, il a très distinctement entendu Tyler The Creator dire que ce genre de question c’était de la merde. Du coup, il s’adapte, il pose des questions de merde, comme un vrai journaleux)

Spleenter -Attends, parce qu’on est pas encore arrivé au moment où tu te dis « Quand moi je rapperai, ce sera Westeux. »

Seno -Bah en fait, c’est pas un truc prétentieux que je vais dire, mais j’ai vu que quand je rappais comme ça, bon c’était des conneries ce que je disais, c’était pas spécialement bien…

Spleenter -C’est toujours pas bien. Le viol c’est mal.

Seno -Ahah enculé ! Et comme j’écoutais beaucoup, beaucoup de musique on va dire que j’étais dans les temps. J’arrivais un peu à me placer. J’étais juste.  Le texte c’était pas encore ça mais j’étais dans le rythme. Après, dans les années 90, y a eu une période où y avait vraiment n’importe quoi dans le rap. Tu sais, des trucs à la Squeedgee, tous ces trucs là. À l’ancienne. Ça ressemblait un peu à des boys band qui faisaient du rap.

Teo -Les New Kids on the block. Mark Wahlberg !

Seno -Ils ont sorti Mark Wahlberg de là dedans.

Spleenter -Marky Mark. C’était comme des 2 be 3 qui faisaient du rap.

Seno -À un moment donné, je me suis dit : Franchement, j’entends des trucs qui sont juste impossible. Et ces gens là, ça marche. Donc moi, ce que je vais faire, c’est que je vais commencer à écrire des morceaux, aller au bout de ma connerie. Je vais essayer de faire un morceau. « Il est cool, il est bien. » Et voilà, après t’es le mec qui rappe parmis tes potes. C’est toi le rappeur « Ouais on a un pote qui rappe ! »

Spleenter -À l’époque t’étais donc dans le 78 ?

Seno -Ouais, et après je suis parti.

Spleenter -T’étais où dans le 78, en fait ?

Seno -J’étais à Meulan. À côté des Mureaux. Donc loin. Et je suis parti à Evreux. J’ai commencé comme ça, avec mes potes. Des potes du quartier commençaient à faire des trucs. C’était cool aussi, mais moi j’ai du mal à me mélanger avec les gens. J’ai commencé à faire mes morceaux tout seul. Après, c’était avec un pote, Joe Killa.

Teo -Qu’on retrouve sur Edition Collector.

Seno -Ouais, voilà. On rappait tout les 2. Et ça tournait bien, tu vois. Ce qui s’est passé c’est que lui, il a déménagé à Sarcelles. Donc, ce qu’on a fait, c’est que tous les week end, je prenais mon train, j’allais à Sarcelles, on passait le week end ensemble, on trouvait tout le temps un plan, chez un mec, chez un type, pour enregistrer un morceau. On continuait !

Teo -C’était en quelle année ça ?

Seno -Je peux pas te dire, franchement. C’est ça avec les vieux. Ah j’ai pas 12ans moi ! Je peux pas te dire. Je suis pas né hier.

Teo -C’était genre quelle période ? Ministère AMER avait pas encore explosé ? Est-ce que Sarcelles est déjà sur la carte du peura ou quoi ?

Seno -Non, pas encore ! Parce que je me rappelle : nous, on avait les maquettes. Moi j’avais les cassettes.

Teo -Les maquettes du Ministère AMER ?!

Seno -Ouais.

Teo -Yeah !

Seno -J’avais les cassettes d’Ärsenik aussi.

Teo -YEAH !!

Spleenter -Bah ça va !

Seno -Tu vois l’album d’Ärsenik ? Bah j’avais les maquettes de ça.

Teo -T’as du kiffer avant tout le monde.

Seno -J’avais un morceau de Stomy qui s’appelait « La maison du Diable. »

Teo -C’est sur quel truc ça ?

Seno -C’est pas sorti. Le morceau est pas sorti. j’avais un morceau de Passi… Je l’ai plus… Je vais regarder chez moi si je l’ai mais je crois que je l’ai plus… Un morceau de Passi où, si tu veux, il fait un peu « Je zappe et je matte » mais il faisait ça sur les dessins animés. Il parle de Cobra, de Capitaine Flamme, etc…

Spleenter -Ah putain ! Et t’as réussi à perdre ce son ?!

Seno -Et c’est toujours pas sorti. Pour te situer, on était à cette époque là. Donc on continuait, on rentre en studio. Après, mon pote, il a ramené un pote, qui a ramené un autre pote, etc… On s’est retrouvé à 4, 5. On fait un groupe. On a commencé à rapper et faire nos trucs. On faisait des morceaux, on faisait plein, plein de morceaux, on a jamais sorti d’album.

Spleenter -Il a un nom ce groupe ou même pas ?

Seno -Le groupe ça s’appelait 6Konirami. Parce qu’en fait mes potes c’étaient des Maliens. En Malien, ça veut dire « Le mélange des 3. » Joe et moi on faisait un groupe, un pote rappait solo et 2 autres qui étaient dans un groupe. Donc on a mélangé les 3 groupes (le lecteur attentif notera que ça fait que deux groupes + un solo et non 3 groupes, mais y’aura tellement plus consternant en bas de la page que c’est pas grave). Mais on s’est pas cassé la tête. Je me rappelle, on était dans un studio je sais plus où « Ouais, faudrait qu’on se trouve un nom de groupe… » Puis en 10 minutes c’est sorti, quoi. On voulait pas un nom comme ce qui se faisait à l’époque. C’était que des noms d’armes de guerre. « 357 magnum » « python machin truc » ou je sais plus quoi…

Spleenter -C’était quelle époque ça ?

Teo -Bah c’est toujours avant le Ministère AMER.

Spleenter -Donc en gros c’est des gens qu’on connait pas. S’ils ont pas percé, c’est qu’on les connait pas, on va pas s’emmerder.

Seno -c’était plus ou moins en même temps. Parce que quelques mois après, c’est sorti Ministère AMER. Mais nous on avait ces fameuses cassettes là.

Spleenter -Et à l’époque d’ailleurs, vous en pensiez quoi quand c’était pas encore sorti ?

Seno -C’était mortel ! Je vais te faire une confession, j’aurais kiffé être le blanc dans Ministère AMER. « Si y a un blanc, faut que ça soit moi, dans Ministère AMER. » Fallait que ce soit moi, ça c’est clair et net. Ouais, je kiffais grave. Même Passi, tu vois. Premier album c’était une dinguerie.
Doc Gyneco…

Spleenter -Doc Gyneco, pour moi c’est un classique, son premier.

Seno -Pour moi, c’est le meilleur album de rap français.

Spleenter –  carrément ?

Seno -Ouais. Pour moi « Première consultation » c’est le meilleur album de rap français.
Il a réussi à faire un truc qu’est westeux, qu’est pas westeux, il parle de plein de trucs.

Teo -Mais tout le monde kiffait cet album.

Spleenter -C’est le seul artiste solo qui a fait autant qu’IAM.

Seno -Tu vois ! À l’époque, quand c’est sorti, il avait fait presque un million.

Spleenter -au final il a fait le million je crois bien.

Seno – Quand il est sorti, allez, c’était comparable à Jean Jacques Goldman de l’époque en ventes. Il était Partout ! Partout ! Mais même, le clip de « Viens voir le docteur » il est magnifique. Le clip de « Nirvana » il est magnifique. Y a des morceaux comme « Né ici » ce sont de super beaux morceaux.

Spleenter – Nirvana,  ça parle quand même de suicide, mais le mec il te l’a placé crème, comme Renaud quand il te fait « Mimi l’ennui. »

Seno -C’était ça. Et aujourd’hui, quand je le réécoute, pour moi, l’album est parfait. Il vieillit bien musicalement.

Spleenter – En fait j’aimerais avoir le crédit des vrais producteurs. Dans le tracklisting déclaré, t’as un même nom qui revient tout le temps et ce nom n’existe que sur cet album. Tu l’as jamais vu nulle part, après, avant.

Seno -Et tu crois que c’est une banane ?

Spleenter -Bah évidemment que c’est une banane. J’avais demandé à Driver « Ouais mais c’est qui Ken Kessie machin truc ?
-Qui ?
-dans les crédits de l’album de Doc Gynéco. C’est qui ce producteur ?
-Mais non ?! Ils étaient plein sur le truc de Gynéco.

Teo -Exact, il nous avait sorti ça.

Spleenter -Mais oui, il avait dit ça direct. « Mais c’est qui ? » – « Oh, c’est compliqué. »

Seno -Pour en revenir au truc, on faisait ça. Je faisais des trucs avec mes potes. Y a du temps qui passe. Y a plusieurs années qui passent. J’avais pas besoin de plus que ça. Faire du son avec mes potes, c’est cool déjà. Ça restait un kiff, c’était cool.
Mais des fois, j’avais rendez vous en studio avec mes potes et, des fois, ils étaient pas là. En fait, on avait le studio, avec un mec qui nous faisait les prods et tout. Et y avait personne… Donc moi je prenais les heures. je me faisais un morceau solo, tu vois ? J’avançais dessus et j’ai commencé à ressentir l’envie de faire des trucs tout seul. Faire un morceau solo, 2 morceaux solos, 3 morceaux… Je me suis dit « Tiens ? Mais je pourrais faire un album… » Donc j’ai commencé à faire « Même les anges pleurent »

Spleenter -Le 1er album. Il est né comme ça.

Seno -Voilà. Donc je me suis branlé à le faire, j’ai mis au moins 2ans. J’ai commencé en 2000, alors qu’on arrive fin 90. avant ça, je devais avoir, entre mon groupe et moi, presque une centaine de morceaux de fait, à peu près.

Spleenter -Mais de ces trucs, rien n’est sorti du coup ?

Seno -Ouais parce qu’y a des trucs qui sont vite fait, y a des trucs qui sont pas finis. J’avais fait un truc que j’avais mis sur le net Edition Collector. J’avais mis une 15aine de sons, des maquettes, fonds de tiroir, etc…

Spleenter -C’est le truc où t’avais mis des instrus, non ?

Seno -Ouais. J’avais mis des instrus. J’ai gardé le meilleur de tout ça, faut dire aussi qu’y avait des CD qu’étaient rayés, qui marchaient plus… C’était l’époque des K7 ! Tu vois ? Je vais au studio avec des K7 ! CD ou K7. Puis on allait au studio et des fois on faisait pas graver le CD. Donc on mettait le son sur la cassette. Tu vois le délire ?! Parce qu’on prenait des heures, on prenait pas des journées complètes, on prenait 2 heures seulement donc ça allait vite. Et à la fin, y avait d’autres groupes qui arrivaient, fallait laisser la place, c’était compliqué.

Teo -Et vous les payiez ?

Seno -On les payait ! On les payait pas cher mais on les payait. Je sais plus, on payait peut-être 50 balles.

Teo -Et à plusieurs.

Seno -Ouais voilà. C’était rien.

Spleenter -Vous aviez des réductions parce que vous étiez blancs aussi…

Seno -Non, j’étais le seul blanc.

Spleenter -Ah bah oui c’est vrai ! C’était pas encore les Sales Blancs. (là c’est le signal : l’esprit de Spleenter a quitté son enveloppe corporelle)

Seno -À l’époque, on faisait des concerts. le groupe 6Konirami tournait bien, sur Garges Sarcelles.
On faisait plein de concerts et tout.

Spleenter -6 connards amis ?

Seno -Nirami. 6Konirami.

Spleenter -6Konirami ?

Seno -Voilà.

Spleenter -C’est quand même un nom de merde…

Seno -Noooon. si on avait fait un album qui avait pété, tu t’en rappellerais tout le temps.
On a pas fait d’album donc…

Spleenter -Ouais mais cite moi un album qui a pété et qui a un nom compliqué comme ça, genre 6Konirami.

Seno -Mais nous on disait le 6Ko.

Teo -Et moi je dis « Saian Supa Crew » en terme de n’importe quoi, pourtant les mecs ils ont pété.

Spleenter -Ouais mais t’as pas un 6 au milieu. T’as pas de…

Teo -Non mais Sa-Ian-Su-Pa-Crew et ça s’écrit même pas avec un y… Parce que si tu lis Dragon Ball, bon bah voilà, tu retiens mais c’est pas pareil.

Spleenter -Ouais, Super Sayan Supa Crew.

Teo -mais là t’as 2 fois super…

Seno -Nous on disait 6Ko, de toute façon.

Spleenter -Autant s’appeler Psyko c’est plus rapide pour tout le monde…

Seno -Donc j’ai fait « Même les anges pleurent. »

Teo -Donc ça c’est vers les 2000 ?

Seno -Ouais, 2000. Mais je mets du temps à le faire, je mets au moins 2ans à le faire. De 2000 à 2002.

Spleenter -Et au niveau des compos et des prods ?

Seno -Je bossais avec un ingé son qui s’appelle SCH, un ingé son de Pierrefitte. Et c’est là bas que j’ai commencé à croiser 4 21. Parce qu’ils allaient aussi là bas.

Spleenter -Tu vois, ça c’est du journalisme ! Ça c’est de la question ! Je rebondis sur les propos de l’autre.

Seno -Tac ! tac !

Spleenter -Apprends.

Teo -J’apprends, j’apprends… Donc 4 21 c’est Le Fou La Merde et Tombokarnage ?

Seno -Ouais. Va me chercher un truc à boire.

Teo -Je vous emmerde, moi ! Je suis comédien, moi ! À la baseuh !

Spleenter -Ouais c’est ça… ici, t’as un mec qu’est pas encore journaliste, un rappeur et un comédien. Tu sais que rien ne se passera dans cette pièce avant longtemps.

Teo -Tout à l’heure, j’interviewerai le mec qui a fait le clip de « Free Dominique. » (En fait, Teobaldo parle de lui même)

Spleenter -Non ! J’interviewerai le type qui a fait le clip ! Et peut-être que tu pourras interviewer le mec qui a écrit le texte… je sais pas encore…

Seno -Si j’ai à boire !

Teo -Donc 4 21, c’est Le Fou La Merde et Tombo.

Seno -Le fou la Merde et Tombo, oui.
On se croisait comme ça. Eux, ils préparaient leur premier EP.

Spleenter -Ah oui, alors, juste pour préciser, parce que c’est vrai que vous êtes quand même pas mal, y a qui ?

Seno -Pour les Sales Blancs ?

Spleenter -Ouais.

Seno -Alors y avait moi qui rappait en solo, t’avais Tombocarnage et Le Fou La Merde qui formaient 4 21, t’avais manol qui faisait partie d’un groupe qui s’appelait Contrefaçon où y avait aussi… attends que je me rappelle… Lexa et…

Spleenter -C’est pas des mecs qui ont arrêté le rap ?

Seno -Si, ils ont arrêté…

Spleenter -Alors on s’en fout !

Teo -Leçon de journalisme en direct.

Seno -Et y avait Gerald, le Babthug. Qui vient du 94, de Splifton. Du CSRD. Il est sur les premiers trucs d’Aelpeacha et tout ça. Il est de Club Splifton, plus précisement.
(Club Splifton, c’est le C et le S dans CSRD)

Spleenter -D’accord.

Seno -Donc eux ils faisaient leurs trucs « Juste un autre jour… (Dans la rue) » le EP. C’est un 7 titres de 4.21. Qui, pour moi, est leur meilleur truc. Pour moi, y avait la fraicheur du truc, y avait vraiment le mélange mecs de quartiers et flow west et tout.  dedans ils ont morceau, moi c’est mon morceau préféré. C’est « L’abécédaire gangster. » Frachement, j’ai surkiffé. Mais y a des circonstances parce que moi j’étais là quand ils le faisaient. Je me rappelle, eux, ils sortaient de sessions du stud et moi je rentre en session et le mec (SCH, son ingé son) me dit : « Ecoute ce que je viens de faire avec eux. » Je me prends le morceau ! Et à l’époque y avait pas trop de morceaux avec des sirènes de ouf Et Brrrrrah ! Je me prends ça !

Spleenter -Tu les connaissais pas avant ?

Seno -Non… On se disait « bonjour », on se serrait la main. « euh… ouais… salut… » Parce qu’on est des rappeurs, on est un peu cons. « Salut… ça va ?… Hun hun… Hun hun… Hun ! » Tu vois ? En hochant la tête « hun hun ?! »

Spleenter -« Tranquille ? »

Teo -« Wesh ? »

Seno -« J’ai écouté… Si si, bien ! »

Spleenter -C’est à dire que le mec il sait même pas ton nom, quoi…

Seno -Non mais on savait qu’on avait à peu près le même délire. Ça allait au delà du simple « salut ça va. » Après j’ai fait le morceau avec Ese Grouch, tu sais ? Le mec de San Diego. « Mi vida loca » un truc où je voulais dégainer, où je faisais du roulement. C’était ma grande période ‘je-veux-aller-vite-je-vous-emmerde-vous-comprenez-rien.’

Spleenter -Justement. Ça ça vient d’où ? le truc du roulement ?

Seno -C’est Bone Thugs !

Spleenter -Ouais, voilà.

Seno -Je savais que 4 21 aussi, c’était Bone Thugs.

Spleenter -Voilà. Parce que tu nous a dit que tu t’étais un peu déclenché sur la période Death Row, Dre, tout ça.

Seno -Et après, y a eu Bone Thugs ! Et quand y a eu Bone Thugs, y a plus rien eu à côté. Le rap a cessé d’exister, pour moi. Y avait que Bone Thugs. Pendant des années et des années, j’écoutais que ça. Même si tu me parlais même des autres trucs de la West. Y a des classiques de la West que j’ai pas écouté. Parce que j’ai raté la sortie. Parce que « Non ! T’es fou, c’est Bone Thugs ! Y a que ça ! »
Je voulais écouter que ça. Les autres c’étaient nul ! NUL !!

Spleenter -NUL !!!

Teo -NUL !!!!

Seno -Mais tu sais, autant je les ai adoré, autant aujourd’hui je veux plus les écouter ! Tellement je suis déçu. Ils m’ont déçu… Bizzy, j’ai envie de le prendre, de l’emmener au studio et de lui mettre des claques : « -Non ! C’est pas comme ça qu’il faut faire ! Non, les instrus, je choisis pour toi ; tu fermes ta gueule et puis tu rappes comme ça… » Et puis quand tu les vois aujourd’hui, avec tous les scandales qu’il y a eu, tout ce qu’ils ont fait… Ils se sont pris la tête… Là, récemment t’as Krayzie qui quitte le groupe. Krayzie et Wish partent ensemble parce que Krayzie monte sa structure…

Spleenter -Après c’est du biff, hein…

Seno -Ouais mais bon, il a porté le groupe sur ses épaules tout le temps, quoi.

Spleenter -Oui, c’est Krayzie Bone, on est d’accord. Mais même l’autre, Bizzy… Par exemple, t’as pensé quoi de l’album de Papillon ? En collab avec Bizzy Bone.

Seno -Je l’ai trouvé cool, mais j’ai trouvé que c’est dommage d’avoir un Bizzy qui est pas au top.

Spleenter -vu ce que tu décris, c’est normal qu’il soit pas au top.

Seno -Ouais enfin, moi ça m’aurait fait chier. Parce que moi, j’aurais pas fait le même album que Papillon.

Seno -Quand je fais un truc… Par exemple mon album Paradis artificiel, quand il est sorti c’était mon 2ème album. Les gens l’attendaient. Ils pensaient que j’allais faire un truc super G-Funk. Et il est dans une veine très Bone Thugs. Il a eu du mal, je te dis la vérité, il a eu du mal. Mais aujourd’hui, les gens me disent « Il est chanmé, c’est un classic dans la West. Cet album là, il défonce et tout, c’est mon préféré. » Mais au début, comment j’ai ramé ! Les 2, 3 premières semaines, pour en vendre, j’ai ramé. Les gens n’en voulaient presque pas. Parce que c’était pas ce qu’ils attendaient. Ma fan-base a eu du mal à prendre l’album, je te le dis franchement. Pourtant c’était un album produit par le A et tout.

Teo -C’est le public West français.

Seno -Ils attendaient un truc plus « poom clap ! poom poom clap ! » Plus G Funk. Mais moi, c’est pas ça. Paradis Artificiel, je le fais au feeling, j’en ai rien à foutre si j’en vends 4. Dedans j’ai fait un morceau de Bosa Nova. Y a le morceau « Alizé » où je fais une déclaration d’amour à la boisson alizé, sous forme de meuf. Y a des morceaux, c’est Cross roads, c’est du Bone Thugs. C’est des barres de rires, quoi. Mais quand on fait ces trucs là, des trucs super mélodieux, faut savoir que quand on le fait, avec Alpha, on est morts de rire. C’est un kiff. Tu te dis « Putain mais je suis en train de réaliser un rêve, là. Je me marre. »

Teo -Donc ça c’est sur ton 2e lp. Aelpeacha, tu l’as rencontré comment ?

Seno -Le morceau « Vida Loca » m’a connecté avec Pimp Cynik. J’ai rencontré Mimo qui ride avec le CSRD, à l’époque. Et il me dit « Y a un mec qui s’appelle Pimp Cynik, il fait un truc qui s’appelle ‘West Rider 2′ » Moi, je connaissais déjà ! West rider 1 et tout ça…

Teo -Il s’appelait déjà Pimp Cynik à l’époque ? Parce qu’il me semble qu’y avait une histoire comme quoi il avait changé de nom…

Seno -Il a changé un peu quand y avait Sinik.

Seno -Donc, je le rencontre. Il me fait écouter le morceau. Le morceau est cool, il est mortel.
En plus y avait un cainri. Je crois que j’ai été le premier dans la West à utiliser internet et faire un morceau. Pam pam ! Le mec il m’envoyait ses pistes. La claque ! Dans la West en france, hein ?! Dans notre niche.

Spleenter -C’était en quelle année ça ?

Seno -2000 et quelques.

Spleenter -Ah ouais. Mais non. Non. Ça marche pas. (si quelqu’un sait ce que Spleenter a voulu dire, c’est inquiétant)

Teo -Ça fait juste un quart d’heure qu’on parle de ce morceau, mais bon…

Spleenter -Non mais je rigole. (« Comme dirait mon pote Luciano : Joe, il rigole mais il rigole pas.« )

Seno -J’avais capté le délire. Ce qu’on pouvait faire. Ce qu’ils font tous en ce moment. Se connecter avec les ricains, tout ça. Après c’est pas une fierté, on s’en fout, hein. Mais dans notre petite niche, j’ai fait ce truc là. Ce qui était cool, c’est que sur West rider, y avait un cainri.

Teo -J’avoue, c’est classe.

Seno -Je sais pas si c’est classe mais…

Teo -Mais si c’est classe.

Seno -Après, je ramène pas Snoop, hein. Je ramène un chicanos de San Diego.

Teo -Rey Mysterio ? C’est classe.

Seno -Mais c’est un mec qui était dans un label, anciennement, chez Low Profile qui était quand même un gros label.

Spleenter -Ouais, c’est un mexicain que t’as ramassé dans la rue…

Seno -Voilà.

Seno -Mais pour le coup, pour l’époque, j’avais le swagg des années 90, début 2000.

Spleenter -Il avait des baskets Marty McFly, quoi…

Seno -Grâce à ce morceau là, j’ai pu rencontrer Pimp, ALPHA, un peu tout le monde. Et aussi parce qu’il y avait une réunion pour The Source France. Tous les groupes sont venus, tous les mecs qui étaient sur le double CD West Rider 2.

Teo -Y avait La Fouine, non ?

Seno -Non, ça c’était sur le West Rider pirate. Mais je me rappelle y avait même George Praxis de Lyon qui était monté, Rafcha, et tous les mecs DGC qui étaient là.

Spleenter -Putain ?! Rafcha était là ?!

Seno -Ouais !

Spleenter -Rafcha, le mec du docu de canal+ sur le crunk ?!

Seno -Ouais, voilà. Il était dans sa période chicanos, à l’époque.

Teo -Ça nous rajeunit pas tout ça…

Seno -Papillon était là aussi.

Spleenter -Forcément que Papillon était là.

Seno -Ce jour là, y avait tout le monde. Tout le monde a connecté. « Ça va bien, toi ? » Tu prends les numéros, bim bam boum. Après, tout le monde se voyait. Donc, ils ont enchainé. Y a eu l’album de 4.21, l’album éponyme. Suite à ça, ils ont fait le clip « Lalala » Ils m’invitent sur le tournage du clip. Parce qu’on m’invitait sur les clips à l’époque !…

Teo -Autre temps, autres moeurs.

Seno -sur le clip, le Fou La Merde me dit, parce qu’ils avaient déjà fait un son sur leur EP « Sales Blancs » :  « On veut faire le groupe les Sales Blancs. Dedans y a Manol, Gerald, Tombo, moi même Le Fou et toi ! Sérieusement, on bosse le truc ! » Moi je dis « Ok, ça marche ». Avec le Fou, j’ai vraiment appris. C’est un mec qui est super carré aussi, dans son taff. J’ai appris beaucoup de lui sur ce coup là, à être carré, à bosser, à trancher. Avant ça, j’étais du genre à faire un morceau et à me dire « Ouais, je sais pas… Je le mets de côté… j’en fais 5 versions. » Puis pas le sortir. Perdre un mois sur un morceau comme ça, pour rien. Mais j’ai appris à trancher. Une façon de travailler aussi. On l’a fait tellement sérieusement cet album. Entre temps, on a fait un street avant la sortie « Le Sale album de rue. » Et ça c’était mortel. On s’est enfermé tous les 5. C’est vrai en plus, ça parait faux quand on raconte ça. On s’est enfermé tous les 5 chez Tombo. On a fait un caddie de course. Et pendant une semaine, jours et nuits, on a enregistré.

Spleenter -Quand tu le dis comme ça,  ça parait vraiment très gay…

Teo -C’est un truc de blancs. Tu peux pas comprendre ça. On s’enferme avec de l’alcool et on sort plus.

Spleenter -Yé né peux pas.

Seno -Il faut préciser que Tombo avait un appartement, ou a toujours un appartement quand même assez grand.

Spleenter -Faut préciser parce que moi, dans ma tête, j’ai un studio.

Teo -C’était Clairefontaine ou vous pouviez amener vos meufs de temps en temps ?

Seno – Non mais y en a qui sortaient. Y’avait quelques petites escapades. On est arrivé avec des CD de faces B ; y a un étage chez Tombo, donc y en a un qui est bas avec le poste et ça écrit, en haut ça enregistre les morceaux. Et quand t’as fini, y en a qui dorment dans un coin. Franchement, on a tout enregistré en une semaine. J’ai trouvé ça bien. Tu fais la popotte, tu fais la cuisine… On voulait pas manger des kebabs tous les jours, on faisait les courses.

Spleenter -Personne ne veut manger des kebabs tous les jours.

Seno -Y a pas mieux pour consolider, renforcer les liens dans un groupe. c’est cool.

Spleenter -Du coup, vous êtes combien dans le groupe ?

Teo -Bah 5…

Spleenter -Ah d’accord… Donc c’est : toi ?… GG ?… Manol ?… Tombocarnage ?… et Le Fou ?
Le Fou qui avait les cheveux longs, des tresses collées… Enfin des tresses africaines quoi…

Teo -Là faudra vraiment préciser que Spleenter est complètement bouré.

Seno -À 22h20, on en est encore à dire qui est dans les Sales Blancs. Ça fait bien 3 fois ?!

Teo -3 fois ou 4. Je compte plus… J’ai pas assez de doigts… (et en fait non ! ça ne faisait que la seconde fois ! ahah, alors qui c’est qui rigole maintenant tas d’enfoirés?)

Seno -Alors va falloir s’organiser.

Spleenter -J’avais une vraie question, j’ai oublié.

Teo -Ils faisaient les courses.

Seno -Pour consolider les liens.

Teo -Et ils faisaient le mur parfois…

Spleenter -Pose des vraies questions en attendant. Fais diversion.

Seno -Vas-y, comble. Dis des conneries. Des trucs pas intéressant.

Teo – tu m’as dit que c’est sur ce truc là que t’avais ramené B-La.

Seno -Ouais, sur le sale album de rue, j’ai ramené B-La.

Spleenter – (en mode question pour un champion) Ouais, et y avait Tige La Rafale ! De Pierrefitte ! Tige La Rafale de Pierrefitte !

Seno -(Là Seno en peut plus, il est mort de rire) Mais fallait me le dire ! Fallait la filmer l’interview !!

Teo -Mais je te l’ai dit !

Spleenter – je lui avais demandé de te dire de ramener un camescope.

Teo –  je l’ai fait ! Il avait 2 camescopes, mais lil thug a pris les 2.

Spleenter – Quelle famille de merde !

Seno -En plus là, on aurait été avec une lumière tamisée. On aurait été bon. J’ai 2 canons, tu vois ?

Spleenter -c’est bien. Continue de nous dégouter comme ça..

Teo -Il lui a dit « C’est pour le blavog… » Le fiston lui a répondu « J’en ai rien à branler ! Autant te le dire ! »

Seno -« Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Tu te la racontes avec ton DSK ! »

Spleenter -Mais j’aurais bien aimé des T-Shirts gratuits…

Seno -Houlà ! Ça devient compliqué. Heureusement que j’ai pas fait 10 albums sinon l’interview elle serait dure. On est même pas au 2ème album.

Spleenter -Je me rappelle d’un son où tu dis « Si j’avais mon portrait… euh… seraient peints tous les vices que j’ai fait » ou je sais pas quoi.

Seno -oui. Je vois. Mais alors, tu sais, ça c’est souvent…

Spleenter -Non, non, non. J’ai pas fini. C’est qu’en fait tu dis « serait… euh… serait on… »

Seno -Je pourrai avoir une copie de l’enregistrement après ? Je fais un album avec ! « 80 minutes de bonheur » je vais l’appeler.

Spleenter – J’aime répandre le bonheur autour de moi.

Seno -Ça marche !

Spleenter -mais tu fais quand même les liaisons entre « serait » et « t-on » sauf que c’était « saura » en fait, dans ta phrase. Donc tu dis « sera-t-on. »

Seno -Ah bah après, j’ai des lacunes…

Spleenter -« Quand est-ce que sera-t-on » et en gros tu fais la liaison alors que ce « t » n’existe pas dans la grammaire française.

Seno -Ah merde.

Spleenter -Et c’est pour ça que je voulais te dire que c’était de la merde !

Teo -Maître Capello n’est pas content. Il n’est pas content, il va ressortir de sa tombe ! Attention !

Spleenter -Ah oui, c’est vrai qu’il est mort, lui ?!

Teo -C’est l’interview de Ribery, ça l’a achevé.

Seno -Donc : on fait l’album de rue. On fait l’album des Sales Blancs.

Teo -Attends ! Rappelle nous d’abord l’histoire sur B-La… (lui, il a pas perdu le fil. Y avait un truc important, il s’en souvient)

Seno -Donc, B-La…

Spleenter -Et Tige La Rafale !

Seno -Je le connaissais pas à l’époque.

Spleenter -Bah c’est l’arabe qui a posé en roulements, on va pas se faire chier non plus.

Extrait de « ïle de France gangsta vol. 1 »

Seno -Ça c’est un morceau qui a été fait juste à la fin, le dernier jour.

Spleenter -En même temps, ça a pas l’air d’être un morceau qui a été fait le 1er jour « Ahah ! Salut ! On peut venir sur votre truc ? » voilà…

Seno -(Il tente d’ignorer Spleenter pour pas exploser de rire, mais c’est dur) On a fait venir tout le monde, pour faire un morceau spécial roulements. C’était sur une face B de Layzie Bone, je crois.

Spleenter -De Lizzy Bone ???

Seno -Layzie ! T’es bourré et tu comprends rien en plus !

Spleenter -Non mais t’as vraiment dit « Lizzy Bone ».

Toi aussi, vérifie avec tes oreilles et dis nous si Seno a bel et bien dit Lizzy Bone :

Ah ! il a bien dit LIZZY bone, on est d’accord ! on la ramène moins maintenant !

Teo -Oui bah c’est sa meuf, c’est tout, puis voilà…

(ensuite il y a un débat sur les bretons, les anglais et le feu. On comprendra jamais bien comment c’est venu là)

Seno -Donc, à l’époque, je connaissais B-La, je l’ai ramené pour…

Spleenter -Pour prendre des photos.

Teo -Tu l’as présentée à Dominique Straus Kahn ?

Seno -Euh… Non.

Teo -C’est dommage… On aurait pu avoir un témoignage…

Seno -Ça aurait pu la faire buzzer à l’époque.

Spleenter -Buzzer ! Ou ***ser !

Teo -Je pose la question !

Spleenter -Non mais vas-y, continue.

Teo -Ouais, continue. C’était sympa.

Seno -(il n’a plus aucune énergie ni conviction)… Je l’ai ramenée sur ce truc…

Teo -Je sens qu’on fait une grande interview.

Seno -C’est un grand moment. On écrit l’Histoire là.

Teo -On écrit l’Histoire !

Seno -Si ça se trouve, demain, le son il pète sa mère ! Je dois signer dans une major, je vais vous appeler : « Hé ! Vous sortez pas ce truc les mecs ! Vous le sortez pas ! Non non non ! J’ai dit trop de conneries ! »

Teo -Tu sais, le temps qu’on écrive ça, ça fera bien une semaine, plus personne ne saura qui t’es.

Teo -T’auras un crédit sur ta maison, tu vivras dans la rue en slip, c’est fini…

Spleenter -Ça dépend de DSK, en fait. Il a déjà fait une déclaration : « C’est pas moi.
Et tu lis sa déclaration et après tu vois sa défense… « Non, en fait j’étais pas là. Parce qu’en fait j’étais dans l’avion. Ah ? Vous avez changé l’heure ?! Bah en fait c’est consenti… »

Seno -« Mais entre temps j’ai été mangé avec ma fille. » T’as un peu 4 versions, déjà.

Spleenter -En exclusivité : l’avis de Seno ! Coupable ? Ou pas coupable ?

Seno -Sans faire de démagogie, je m’en fous grave. Comme je t’ai dit tout à l’heure, il a déjà fallu que j’aille sur le net pour savoir c’était qui. Par rapport à ses scandales, mais lui je savais que c’était le président du FMI. Un mec qui avait la côte pour les présidentielles.

Spleenter -Et donc t’as aucun avis sur l’affaire ?

Seno -Moi, je m’en fous.

Spleenter -Mais si on devait te demander ton avis ?

Seno – je vais te dire un truc : Quand je suis béton, DSK il a pas fait de chanson sur moi. Alors fuck.
Il a pas fait de chanson pour moi. Il était où, Dom ? Et c’est un peu une vengeance quelque part ! « Je t’avais dit ! Je t’avais prévenu ! »

Teo -« Tu te souviendras ! »

Seno -Vercingétorix, avec le vase de Soissons.

Teo -C’était Clovis.

Seno -Clovis ?

Teo -Et ouais, le vase de Soissons c’était Clovis. Je suis à peu près sûr.

Seno -Tu vois, j’ai des lacunes.Ça partait d’un bon sentiment.

Spleenter -Pour l’instant, je ne comprends pas du tout ce que vous dites…

(là ça part sur les Gaulois, Franco, le Senegal et les champions du monde de futbol)

Seno -Donc, DSK, je m’en fous. Même la politique et tout ça, j’en ai rien à foutre. Faut pas me demander pour voter parce que…

Spleenter -Attends 2 secondes ! Est-ce que tu votes ?

Seno -Non, je vote pas. On m’a enlevé mon droit de vote.

Spleenter -Ah ?! Ils te l’ont viré avec le truc ?!

Seno -Voilà.

Spleenter -C’est rare que ça arrive, ça…

Seno -Bah moi, je l’ai eu. Je viens de le récupérer, parce que pendant 12ans, je pouvais pas voter.

Teo -Au bout de 10ans, tu peux demander à te faire effacer ton casier, apparemment…

Spleenter -Sérieux ??!

Seno -Ouais.

Spleenter -Oh putain ! J’étais pas au courant de ça.

Seno -Il faut que tu fasses un courrier au procureur de la république.

Spleenter -Un courrier officiel ? Juste comme ça ?

Seno -C’est ça. En disant que ça fait 10ans que t’es devenu un bon citoyen, un bon mouton.

Spleenter -Genre tu t’es pas fait péter pendant 10ans et tu peux faire ça ? Et t’as un casier vierge ?

Seno -Voilà.

Teo -Faut te tenir tranquille pour encore 8ans.

Seno -La route est longue. Et semée d’embuches.

Clique enculé

Seno -Donc je pouvais pas voter.

Spleenter -Et maintenant que tu peux, est-ce que ça change quelque chose ?

Seno -Non. Ça change rien. Enfin si, on va être sérieux 2 minutes : Si, je vais voter pour le moins pire. Je vais voter blanc.

Les 2 -Laurent Blanc ?

Seno -Ouais.

Teo -C’est raciste ça.

Seno -Je vote Sale Blanc. Je voulais faire un truc nul, un bulletin avec écrit « moi » Un truc de gamin. Comme à l’élection des délégués.

Spleenter -C’est un peu ça.

Teo -C’est complètement ça.

Seno -Tu veux voter pour qui ? La peste ou le choléra, comme on dit ?

Spleenter -Alors, j’ai une question d’un pote Suisse, en fait. Est-ce que, comme tous les Westeux, tu voues un culte aux culs des Mexicaines ? Et il entend par là, des photos de culs de mexicaines encadrées avec des poupées vaudous, des bougies, etc…

Seno -Non.

Spleenter -Est-ce que tu te rases le crane pour avoir l’air d’un latino parce que t’as compris que tu serais jamais noir ?

Teo -C’est une question d’appoint. C’est un suisse, il est neutre.

Seno -Demande lui si c’est dans son pays, en Suisse, où ils font des paneaux avec un petit noir et un pied comme ça ? Ou un troupeau de moutons blancs avec un mouton noir au milieu ? Demande lui.

Teo -Ils sont neutres. C’est ça être neutre, maintenant…

Spleenter -Après on a le name dropping des blancs costauds au crâne rasé : Qu’est-ce que tu penses de Monsieur Propre ?

Seno -J’ai envie de te dire… Putain… Euh… Monsieur Propre ? C’est une icone gay.

Teo -Donc tu es homophobe ?

Seno -Non.

Spleenter -Mais non. Il a juste dit que c’était une icone gay…

Teo -Je rebondis sur la question comme tu m’as appris.

Spleenter – t’as encore beaucoup à apprendre.

Seno -De mémoire, Monsieur Propre c’est un mec un peu balaise, avec un anneau, chauve/crâne rasé et avec un t-shirt Jean Paul Gaultier ?

Spleenter -Après, y a Vic Mackey.

Seno -Ouais, il est cool Vic Mackey. Mais Vic Mackey, l’acteur, il avait joué dans une série policière. Il avait des cheveux, il était gros et tout. Je le connais depuis cette époque là, en fait.
Vic Mackey c’est pas mal, moi j’aimais bien. D’ailleurs ?! Il se suicide ou pas à la fin ?

Teo -Non !

Seno -C’est sa punition. Tu penses qu’il subit ? Il regarde la photo de ses gosses…

Spleenter -Il subit !

Teo -Non ! Il se reconvertit dans le porno et il se fait appeler Pierre Woodman. C’est totalement ça. C’est comme ça que j’ai vu la fin.

Seno -Non, non. S’il se reconvertit dans le porno il se fait appeler Dick Mackey.

Spleenter -Sortez de chez moi ! Je ne tolère pas les blagues sur les violeurs.

Seno -D’ailleurs, je ne cautionne pas.

Teo -C’est très important, ça. Dis leur !

Seno -Des questions rigolotes comme ça, c’est bien.

(Mais Spleenter en décidera autrement)

Spleenter -Dans ton interview de street-press, à un moment tu dis : « On a fait un montage vidéo pour renforcer le second degré. » Ouais… Et pourtant, t’as pas fait ce montage… C’est nous qui l’avons fait.

Seno -J’ai même dit : C’est des amis que j’ai, qui ont un site qui s’appelle « le Blavog » qui ont fait ce montage. Alors ferme ta gueule. Mais il l’a pas remis. Pour tout dire, il manque la moitié de l’interview… C’est dommage, moi j’essaye de placer les gens qui poussent.

Spleenter -Mais en même temps, je t’ai vu sur Twitter parler aux gars, là…

Teo -Les haterz ?

Spleenter -Ouais. Tu leur as dit « Vous pouvez faire ma pochette. » Qu’est-ce que c’est que ça ?

Seno -Mais c’est de la blague, ça.

Spleenter -Je m’en fous.

Seno -T’as pas vu leur truc ? Avec une bite ?

Spleenter -Ah bah oui, c’est marrant. Ils ont mis 3 jours pour faire un logo à la con. fais péter le champomy régis.

Teo -J’ai fait un clip, moi, monsieur. J’ai payé les soubrettes dedans. C’est ma chambre dans le clip !

Spleenter -Ça c’est un truc qui m’a bluffé : des gens pensent que c’était vraiment pour ce clip. Quand ils voient le truc d’informations…

Teo -Le truc des Taiwanais ?

Seno -C’est vrai que ça y est aussi.

Spleenter -Et ils appellent ça ‘le clip’…

Seno -Alors que c’est un montage. Mais ça c’est parce que, les medias, parfois, ils ont rien à se mettre sous la dent. Donc quand y a un truc terne, ils metent un nom brillant « Le clip ! » Ou encore « Risque de sida sur fond de rap. »

Teo -« Approchez ! Approchez ! Mesdames et messieurs, aujourd’hui, risque de sida sur fond de rap ! »

Spleenter -Maintenant on va revenir sur Tige La Rafale.

Seno -Alors. On fait le sale album de rue des sales blancs.

Spleenter -Et B-La.

Seno -B-La… C’est pas compliqué, je l’ai ramené au studio, elle est venue et elle a fait un couplet.

Spleenter -Et Tige La rafale, c’est pareil ?
Sauf que tu l’as pas dragué ? (là c’est ce qu’on appelle de l’autocensure, le verbe employé n’était pas « draguer » en vrai)

Seno -Ni l’un, ni l’autre. Ou ni l’une, ni l’autre.

Teo – Tige, c’est un mec de Pierrefitte, ils connaissaient déjà les autres qui étaient de Pierrefitte.

Seno -Ouais, voilà.

Spleenter -En même temps, le seul groupe récent de Pierrefitte, c’est MS13. C’est que des roulements.

Teo -C’est Hype qui disait qu’y’avait une secte là bas. Une secte de roulements.

Seno -C’est une école.

Spleenter – tant mieux. Parce que c’est devenu rare.

Seno -Mais il tue leur rap.

Teo -« Île de France gangsta vol. 1 » il est frais.

Seno -Ah ? C’est sorti ?!

Teo -En VPC, je crois.

Seno -OK. Donc ! On a fait, pour l’historique… Putain ! Il va être compliqué à restranscrire ce truc.

Teo -Ça va être la merde.

Spleenter -C’est toujours compliqué.

Teo -Et c’est toujours de la merde. Mais c’est pas grave.

Seno -L’historique : Le Sale album de rue, y a l’album de 4 21 qui sort, moi, entre temps, j’avais mon 1er lp déjà sorti, j’enchaine avec le 2e. je voulais bosser avec Aelpeacha.

Spleenter -Ça c’est venu de quoi, justement ? T’en as entendu parler ? T’as entendu des prods ?

Seno -À la base, je connaissais : CSRD, Club Splifton, quand y avait West Coast La. Je comprenais pas ce qu’il faisait !!… Je me suis dit : « Wow ! Ils vont trop loin ! » Parce que moi j’ai toujours été un mec de quartier, même si je faisais cette musique là, mes repères et mes codes étaient toujours là. Je le faisais à ma façon, tu vois ? Et je vois des mecs qui font autre chose, c’était complètement ouf. Après, on s’est checké avec ALPHA sur West Rider. Il a beaucoup bossé sur l’album des Sales Blancs. En 2008, je veux faire un album que je bosse avec lui. Je voulais un truc avec beaucoup de musiciens, je voulais beaucoup d’acoustique. C’est SOB qui a beaucoup joué, des basses, de la guitare, etc… ALPHA aussi. Dogg Master est venu jouer du clavier…

Teo -SOB, c’est vraiment pour Son Of a Bitch ?

Seno -Je sais pas… On a aussi eu un saxophoniste qu’est venu, des percus, etc… Franchement, on a fait un bon truc là dessus. Sur Paradis Artificiel, sorti en 2008. « J’en ai rien à foutre, je veux faire un truc comme ça. Avec des roulements, avec des trucs chantés, avec des guitares électriques, un morceau de bossa nova parce que c’est cool. » Je voulais vraiment faire ce que j’aimais, pas me prendre la tête.
je voulais faire un album comme ça, un peu un album à la Bone Thugs dans l’esprit.

Spleenter -Justement, c’est arrivé à quel moment le traumatisme Bone Thugs. À quel moment tu te le prends dans la gueule ?

Seno -Le EP qu’ils ont sorti : Creepin on ah come up. C’est peut-être ce qu’ils ont fait de mieux, y a rien à jeter, c’est 6, 7 morceaux, c’est que du bonheur. C’est pour ça, aujourd’hui, quand je les vois, ils me font mal au cœur. C’est devenu des mercenaires… Tu prends des gars comme Bizzy, comme Layzie, quand tu les vois dans des videos : « Viens sur mon album, je te paye tant. » t’as tous les potes qui sont là, qui filment au camescope, avec leurs I-phone. Et ça se retrouve sur le net… C’est pathétique. C’est triste… Ça sert à rien. Y a que Krayzie qui s’en sort, qu’a toujours sorti des projets à peu près potables, continué à évoluer, fait des morceaux avec Lil Jon, à l’époque, qui a fait un morceau avec l’autre là… qui a bien marché… je retrouve plus…

Spleenter -Phil Collins ?

Seno -Non, non.

Spleenter -Tu rigoles, Teo, mais ils ont vraiment fait un son avec Phil Collins.

Teo -Je sais. Je l’ai bouffé le clip

Seno -Mais je crois que ce morceau là, ils l’ont fait à cause des impôts en plus. Et tu les vois, les mecs ils viennent juste prendre leur bifton.
Et l’autre il le filme comme ça, en train d’écrire dans la cuisine du mec. c’est triste pour un groupe que t’aimes bien, qui a tout connu, qui a tout accompli. C’est pour ça qu’aujourd’hui quand ils font des trucs, je me dis « Mais ils se foutent de la gueule du monde. » J’ai pas envie d’écouter des trucs passables, tu vois ? Je préfère écouter leurs anciens. Mais le repère, la grosse claque c’est Creepin on ah come up.
Après, l’album Crossroads, lourd aussi. Le double album Art of war, un peu plus spécial mais y avait de bons morceaux aussi.
Et y a le Resurrection, super critiqué parce que c’est un peu un « Album MTV » comme on disait à l’époque. Très calibré MTV, les clips ou le discours très « Soyez gentils si vous voulez aller au Ciel. » Ils faisaient que des clips où y avait tout le temps un grand renoi dans le soleil qui tendait les bras. Avec une pyramide. Mais ils avaient même sorti, avant Creepin on ah come up, un plus vieil album. C’était plus old school, y avait pas encore ce truc qu’ils avaient. Donc voilà, si je kiffe Bone ça vient de là.

Spleenter -Mais c’est quoi qui t’a plu, exactement ?

Seno -Les mélodies.

Spleenter -Pas du tout les flows roulements ?

Seno -Si, le fait d’aller vite, tu vois ? Mais j’aimais bien les canons, les harmonies, les trucs. Et c’est ça que j’ai fait sur Paradis Artificiel, j’ai voulu beaucoup chanter, avoir des harmonies, me prendre la tête… On aurait pu prendre des gens et leur dire « Tu chantes, tu fais ça » mais on l’a pas fait. Je voulais le faire. Je voulais vraiment aller au bout de ma connerie Bone Thugs. C’est pour ça qu’après avoir fait les Sales Blancs, le sale album de rue, l’album de sales Blancs « Bâtards », Paradis Artificiel, j’ai commencé à un peu avoir ma dose des roulements et tout ça. J’ai commencé à me fatiguer, j’ai l’impression que j’ai un peu fait le tour du truc et que j’évoluerai pas plus que ça là dedans.

Spleenter -Ouais mais ce qui est marant c’est que quand toi t’as fait ce truc là, t’étais très sombre.

Seno -Ouais. Ça fait pas ressortir mon côté plus positif. Ça c’est clair. J’ai un côté très mélancolique. je suis un peu comme ça. C’est vrai que le fait d’aller dans des trucs comme ça, ça ressort mon côté assez tristounet.

Spleenter – tu tristounettais beaucoup à l’époque. Alors que pour cette forme de flow, tu pourrais aussi faire exactement l’inverse. La fête, etc…

Seno -Je sais pas le faire.

Seno -À un moment donné, ça m’a saoulé. Parce que moi, ce que j’aimerais faire c’est arriver à faire des roulements de oufs mais le problème c’est que quand je fais des roulements, super vite, y a beaucoup de forme, mais y a très peu de fond dans ce que je dis. J’y arrive pas.

Spleenter -Mais tu peux pas écrire du Marcel Proust et en même temps faire des roulements…

Seno -Ouais, mais je parle d’essayer de punchliner. J’ai remarqué que les gens se rappellent que t’es le mec qui rappe vite, mais ils se rappellent pas de ce que tu dis. Ensuite, si tu regardes, après Paradis Artificiel y a un petit peu de temps qui s’est écoulé. 2 ans, je crois. J’ai fait S.E.N.O après. Et bien là, c’est la 1ère fois que je voyais les gens qui mettaient des phases de ce que je disais, sur facebook ou autre.

Spleenter -Oui, parce que tu rappais « dur ».

Seno -Voilà. Et j’ai eu l’impression que c’était la 1ère fois qu’on m’entendait. C’est pour ça aussi que je l’ai fait. Je voulais un truc dur, je voulais plus d’ambiance gnan gnan. j’ai fait la part des choses, je me dis que c’est pas parce que tu kiffes certains trucs, que tu dois faire ce truc là. C’est pas parce que je kiffe des albums de doo-wop ou de soul que je vais faire des albums de doo-wop ou de soul. J’ai le droit de faire autre chose aussi. C’est pour ça que tout ça m’a saoulé… Je voulais plus… J’avais envie d’évoluer ; ça veut pas dire vendre des disques et devenir une star ou quoi. Mais je voulais évoluer pour moi, dans ma musique. Je voulais autre chose, m’épanouir. Parce que je m’amusais plus. Et c’est là que l’interview devient intéressante ! (pas trop tôt)

Teo  -Tin tin tin ! Jingle !

Spleenter – Et c’est là que je vais pisser. Mais continuez, hein ?!

Teo -Continue, l’interview !

(ça continue bientôt)

6 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Seno

Interview de Seno (des Sales Blancs) – Partie 1/3

Et ouais, Le Blavog interview Seno.
Ce qui est bien c’est que le Lundi on fixe ça à Vendredi. Le Lundi soir, Seno et son staff (3 personnes) lancent le son « Libérez Dominique » en réaction au DSK-Gate (ça se prononce Diez Quéquette, à peu près).  Et entre temps, forcément, vous connaissez tous l’Histoire (avec un grand H) : du buzz. Un bon gros n’importe quoi comme on aime tous. Ça ne pouvait pas mieux tomber.

Teo -Tu vas nous raconter tes dernières aventures.

Seno -Quand j’ai vu ça, c’était quand ? C’est Samedi qu’il est tombé ?

Spleenter -Je crois que c’est dans la nuit de samedi à dimanche. Par là…

Seno – Ouais c’est samedi, fin d’après-midi. Ma meuf rentre de son match et je lui dis « Téma ! DSK il s’est fait péter, pour un truc de viol et tout. » Elle me fait « Ouais t’as mal lu »

Spleenter -Première réaction : Non.

Seno -Mais c’est ça le truc. Moi ça m’a fasciné. Tout le week end, ça m’a fasciné ! Tu te dis « mais non c’est pas possible » c’est un truc qui va être dans les livres d’histoire. C’est DSK, quoi. C’est pas une petite bavure. C’est pas comme les français ont l’habitude de faire, tu sais : une petite blague raciste mal placée. Et le dimanche après, t’apprends encore des trucs. « Apparemment il l’aurait forcé à se faire sucer. Après il a tenté une sodomie. »

(rires (alors en fait, des rires, y en a plein, tout le temps, partout (on est comme ça, on est drôles)donc on va pas à chaque fois préciser, fin de la parenthèse) et de celle là aussi)

Seno – j’en parle Lundi avec Fizzle (manager de Seno) « y a peut-être un morceau à faire, je cherche une prod. » Et lui il m’envoie le Gucci et il me dit « C’est là dessus qu’il faut le faire. »

Spleenter -C’est lui qui a choisi Gucci Mane ?

Seno – ouais.  Moi, tu sais quoi, j’étais même pas sûr : « Tu vois la prod je sais pas, je suis pas persuadé. Je trouve que c’est pas assez frais. Il faudrait un truc qui claque plus, plus trap. Dans un délire rap trap. Ou un truc qui bouge bien. » « Nooooooooooon ! Même le titre du morceau de Gucci – I don’t love her. C’est ça quoi. »
Je dis « OK. Je le fais et comme ça samedi on aura un Samedi Bâtard Edition spéciale. » J’écris direct, je le lis, je le pose. Ça a été fait en quelques heures. Le morceau, c’est le 1er jet, la maquette presque. Je voulais le faire écouter, savoir vous en pensez quoi. On l’écoute à 3, 4, c’est quoi le retour ? Le retour c’est « Mets le sur le net tout de suite. »

Teo -Le retour c’est nous.

Seno -Voilà, même Nicobax me l’a dit « mais non, vous êtes des cons. C’est tout de suite, tout de suite, tout de suite. » Et on l’a mis. Mais c’était ouf de voir à quel point un mec comme ça peut se faire défoncer comme ça.

Spleenter -Surtout aux Etats Unis.

Seno -Alors, après, les gens disent que c’est parce qu’il va y avoir un nouveau président, ils ont une dette.

Spleenter -Par rapport au FMI ? mouais.

Seno -Je crois que c’est juste un queutard et… je sais pas. Je m’en fous en fait. La vérité : quand j’ai fait le son j’étais pas vraiment au courant de toutes ses histoires. J’ai tapé « scandale DSK » et là brrrrrrrrra (il imite le bruit d’une mitraillette). Je me suis tapé la porsche, les costards à 35 000 e, les histoires de machin… Mais tu sais quoi ? j’aurais pu faire un couplet de plus.

Spleenter -Mais ouais ! C’est ce que j’allais dire. Ça doit être le seul morceau ou t’as dû faire la démarche. Un peu à la Médine, je fais mes recherches. lui il le fait pour mimi l’indien opprimé ou je sais pas quoi, et toi pour ça.

Seno -Parce que je savais pas. Je connais pas le personnage. C’est ce que j’ai dit au mec de street-press. Je connaissais pas, je viens juste de regarder c’était qui ce mec là. J’ai rien contre lui. Je suis pas pour. J’ai pas ma carte au PS. Faut pas croire, c’est une blague. Quand le journaliste m’a appelé, pareil. Il voulait savoir.

Spleenter -Ce qu’il y a derrière.

Seno -Non, y a rien. Même pas du buzz. Je sais pas, c’est une connerie tu vois ?!

Spleenter -Je vois.

Seno -C’est une blague, une bêtise. Moi j’aime bien l’humour, tu sais, j’ai un humour bien bien gras, bien con, bien mongol.

Seno -Et l’idée de faire un morceau comme ça c’était super. Après le morceau est parti. au jour d’aujourd’hui, il nous appartient plus. Comme un article que j’ai lu, c’était la home de free.fr

Spleenter -Vous avez fait la home de Yahoo aussi.

Seno -On a fait Closer, on a fait Morandini…

Spleenter -Y a des gens qui serait chauds pour t’inviter pour parler du morceau ou pas du tout ?

Seno -Y a le journaliste de street-press qui m’a contacté. Là je pense qu’on est à la 1ère vague. Je pense que ça va être un peu bizarre, il se passe rien et d’un seul coup pah ! il se passe trop de trucs et puis après, hop. Il se repasse rien.

Spleenter -De toute façon, la 2e vague c’est quand DSK va te remercier officiellement.

Seno -Ouais, on sait pas.

Spleenter -Si. Moi je sais.

Seno -Y a des mecs qui m’ont envoyé un mail, ils s’appellent « free DSK. » Ils m’ont rajouté sur twitter et en privé, ils m’ont demandé mon adresse. Pour qu’ils m’envoient des t-shirts. C’est véridique. Hier je vois plein de retours, c’est même le public, y a des gens sur facebook qui me relaient les trucs maintenant. Tellement on y arrive plus. Des gens qui disent « J’ai entendu le son sur radio-nova. » Ils le passent. Ça y est ils le passent sur nova.

Spleenter -D’ailleurs, comment ça se passe à niveau là ? Déjà, t’es à la sacem ou pas ?

Seno -Non.

Spleenter -Donc tu peux même pas toucher de thunes.

Seno -De toute façon c’est pas à moi. C’est une face B de Gucci Mane. Si je touchais de la thune… Bon après c’est Gucci Mane, c’est un cainri. Si j’en vends 200 000 ou un million, là il en entendra parler. Sinon, non.

Spleenter -Mais Nova, par exemple ?

Seno -Même le son, ils ont dû le récupérer sur youtube.

Spleenter -C’est ce que j’allais dire : nous on l’a parce que vous nous l’avez passé direct. Mais y a pas eu de MP3 sinon. Donc c’est qu’ils voulaient vraiment le passer, quoi.

Seno -Ouais. Nous, le son, on l’a donné à personne. On a mis de lien pour personne. On l’a sur ma page youtube, le son et le clip.

Spleenter -Et y a celui sur wat-TV.

Seno -C’est tout. Nous on a fait que ça. Là on a vu que ça commençait à faire des petits, y a un groupe qui fait « Free DSK. »

Teo -Dirty et je sais pas quoi. Bon. Ils vont au bout de leur délire, quoi…

Seno -T’imagines, j’aurais attendu…

Spleenter -Surtout que si t’attends le samedi, il est déjà libéré. Ça perd beaucoup de trucs. Là, l’enchainement est parfait.

Seno -Voilà.

Seno -j’étais au bon moment, au bon endroit, bim. Bam. Boum. Tu sais ça me fait penser à quoi ? Ça me fait penser à mon fils. En fait, ça prend de la même façon. Il a fait un son, nous on avait préparé son myspace avec Koria. À l’époque je connaissais Koria.

Spleenter -Koria, le graphiste ?

Seno -Ouais.

Spleenter -Juste une question qu’on mettra pas forcément. Parce que j’avais lu une interview de ce type et je m’étais dit qu’il avait vraiment l’air con. C’est vraiment un connard dans la vie ?
Parce qu’en fait y avait une question « c’est quoi ton meilleur souvenir de shooting ? » et il répond, d’abord t’as marqué « il hésite » et ensuite il dit « En fait, tout dépend du budget. » Là tu te fais « Ouais… on te demandait pas ça.. »

Seno -T’aimes bien tes parents ? Tout dépend du cadeau.

Teo -C’est bon ça !

Seno -Vous allez m’engager au blavog. Vous allez m’embaucher.

Spleenter -En fait, on le mettra dans l’interview.

Seno -Non mais Koria il est cool. Franchement il est cool. Mais peut-être que je le connaissais à une époque où il avait pas autant de dossier que maintenant. Je sais pas.

Teo -C’était peut-être la faute de l’intervieweur

Seno -Nous c’était y a 3ans et demi. Il commençait à faire des trucs, tu vois ? Il avait déjà fait des trucs mais il avait pas encore pété. Il avait encore des budgets qui étaient accessibles pour tout le monde. Il faisait tout le monde. Après il a fait les Negs Marrons.

Spleenter -Ouais, ça il en parle dans l’interview, donc ça devait être avant.

Seno -Franchement, on a fait une journée où on a commencé le matin à 10h ey on a fini à 23h. On a shooté dans tout Paris. Et le mec il avait froid. Franchement, il a bossé grave. C’était cool. Après, je sais que j’ai des potes que j’ai orienté vers lui et je sais pas, ça s’est pas passé pareil… C’est une question de feeling, tu vois ? Pour en revenir au truc du buzz, c’est comme ça que ça s’est passé : on a mis le son et 2, 3 photos sur le myspace.

Spleenter -Vous aviez pas préparé de clip ?

Seno -Non y’avait rien. Un son. Et en fait la 1ère semaine il s’est rien passé. La 2e, Bam. Lundi on a 200 ou 300 clics sur le myspace. Je lui dis,  c »est cool alors il était content.
Le lendemain, 3 000 écoutes. Au bout d’une semaine 50 000. Et le vendredi, à la fin de la première semaine, t’allais dans la boîte mail : EMI, truc, machin, qui veulent te voir absolument Lundi…

Teo – Quand Lil thug commençait à être un peu partout et on apprend que c’est le fils de Seno des Sales Blancs. Je me suis demandé : Comment il le prend, Seno ? Parce que ça fait des années qu’il rappe et son fils commence, buzz d’un coup.

Seno – Je me suis dit que d’un côté, grâce à tout le travail, toutes les connections que j’ai pu me faire, le fait que j’avais un plan studio, un mec pour les prods et puis le fait que mon fils traîne avec moi, qu’il avait ce truc de la musique en lui… ça lui a amené toute cette expérience.

Spleenter -Je me rappelle que ton fils faisait déjà un interlude. C’était peut-être pas déjà sur le 1er album…

Seno -Si.

Spleenter -Ah ouais ?

Seno -Chez moi j’ai des cassettes où il rappe, il a 6ans.

Spleenter -Il a baigné dedans.

Seno -Tu vois. Aujourd’hui il en a 16, ça fait 10ans qu’il rappe.

Spleenter -Il est même dans le clip de 4 21 « Lalalala. »

Teo -Il fait du C-Walk.

Seno -Ouais ! Et il me dit aujourd’hui « S’ils refaisaient le même clip maintenant, ce serait pas pareil avec les meufs. » Il avait 10 ans et il était sur les genoux des bimbos, les meufs du hustler. Complètement ouf. c’est pour ça que je me dis que tout ce qu’on a fait, ça sert. Ça me sert pas pour moi, ça sert pour mon fils. Tant mieux. Moi j’ai kiffé parce que grâce à lui, j’ai pu aller dans des trucs que même si aujourd’hui ça pète pour moi, je ferai pas. Ça pètera pas à ce point là pour moi. Lui il a tout fait : Cauet, le Grand Journal, etc… Honnêtement, il avait le niveau de Booba, faut dire la vérité. Au niveau de la promo, je te parle pas de l’artistique, je te dis pas qu’il était aussi fort que lui. Mais au niveau de son buzz, il a fait des trucs que les rappeurs rêvent de faire.

Spleenter -Peut-être qu’il avait le côté phénomène par rapport à son âge qui fait que, déjà, il avait pas le côté agressif qu’on prête aux rap, même les gens qui sont dedans.

Seno -Ouais, il avait 13ans. Et c’était Lil Jon, la période Crunk, la folie.

Teo -Je crois que c’était sur le forum de 187prod où tu te défendais pas, mais presque, tu devais te justifier auprès des pur et duristes français : »Mais ton fils il fait du crunk, ramène lui du vrai son… »

Spleenter -C’est pas halal, c’est pas de la West.

Teo -« Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Ton fils il est possédé ou quoi ?! »

Spleenter -C’est marrant parce que c’est le prolongement si tu regardes bien. c’est la suite logique. Si ça avait été un truc de pleureuse sur du pianos, violons j’aurais compris la réaction, mais là non.

Seno -Mais non. Il a fait un truc de sa génération.

Les 2 -Voilà !

Seno -Quand tu regardes « Qui est dans le club » c’est ce qu’ils font maintenant. Il était déjà en avance. Là, il fait des sons mais lui il écoute même plus de rap US. Il écoute 2, 3 trucs assez pointus, il écoute pas mal de trucs électro, tout ce qui est anglais aussi. Il va dans les trucs spés. Et c’est un grand kiffeur de K-Pop, ce qui vient de Corée et tout ça.
Ce qui se passe en Corée. La scène coréenne, y a des trucs de malade là bas, laisse tomber.

Spleenter -C’est effrayant ce que tu décris.

Seno -C’est des trucs complètements fous et lui il écoute ça, tu vois. Il écoute des conneries comme aç. Il est en avance. Tout le temps. Mais quand il a fait « Qui est dans le club » c’était ouf !
« Mon concept est carré…

Spleenter – … comme un poisson pané. »

Seno -C’est marrant on en a parlé hier, lui et moi. Sur le coup il me dit « C’est bien d’avoir fait ça. Ça montre que j’étais cool. » Il s’est pas enfermé dans un carcan pourri.

Spleenter -C’était pas le 1er mais c’était le plus connu dans gamins qui rappent.

Seno -Y en a déjà eu.

Spleenter -Ouais, mais pas à ce point là médiatisés.

Seno -Et dans le rap c’était le 1er avec ce côté myspace. un nouveau talent myspace.

Spleenter -t’avais déjà eu des petits qui rappent, mais qui rappent comme des grands en fait. Alors que lui rappait en s’assumant en tant que mec de 13ans.

Seno -Je lui ai dit avant, quand il m’a fait écouter son morceau « Qui est dans le club ». Je lui ai dit « Ok. Mais est-ce que tu sais que c’est pas du tout ce que les gens écoutent ? » c’était très cainri.
Il m’a dit « ouais mais moi, c’est ça que je veux faire. » À 13ans déjà.

(donc là, on nous dit qu’un gamin de 13ans a plus de personnalité et de couilles qu’un rappeur frinçais lambda)

Spleenter -Ce qui est bien c’est que si t’avais eu un père rappeur, il aurait pu te dire la même chose : « écoute… la west en france… c’est pas ce que les gens veulent… » Lui c’est le prolongement.

Seno -Ouais, voilà. Mais c’est drôle. Lui il a tout le temps ce côté là. C’est sa génération, ils sont fous. Ils sont complètement fous. En plus il va avoir 17ans dans 2 mois, donc tu vois y’a les meufs maintenant dans son cerveau. S’il pouvait faire des albums que sur les meufs, il ferait que ça. Il en parle et en plus il le vit le truc. Même là, bon il a pris du temps pour sortir un nouveau truc, il avait fait une mixtape qu’il avait mis sur internet.

Teo -Ouais, la Springbreak mixtape.

Seno -Ouais, sur le net. Comme ça. Après il a fait un album…

Spleenter -Qui est pas sorti ?

Seno -Qu’est pas sorti, ouais. On l’a écouté y a quelques mois et il en voulait plus en fait.
En fait il avait fait un truc qui sonnait un peu trop rap pour lui. Y avait de supers prods et tout ça, les morceaux étaient bons mais c’est pas ce qu’il voulait. Entre temps ça avait évolué. « Il est bien mais c’est pas ce que je veux donc je veux repartir sur d’autres trucs. » Donc il s’est remis en studio, là il est en train de finaliser un autre album encore. Et cet album là qui est arrivé, qui sortira pas, je pense que c’est des morceaux soit il va les balancer sur le net, comme ça, ou alors il va peut-être faire un peu comme nous avec les Samedis Bâtards. Un rendez vous « Les samedis double bâtards ! » ou un truc con genre « C’est Dimanche, mais on s’en fout c’est Samedi quand même. »

Spleenter -Bah nous c’est ce qu’on fait quand on est en retard.

Teo -C’est le week-end bâtard.

Seno -Mais malgré tout, sa fanbase elle est toujours là. Je vois, lui sur facebook, il écrit « Ça va ? » Il a 300 « j’aime. »

Teo -Un peu jaloux, là ?

Seno -Non mais carrément ! Des fois il met « Et si je me coupais les cheveux ? » T’as 300 commentaires (il prend une voix de kevina) : « Mais non mais t’es fou ou quoi ?! » Parce qu’en vrai, lui, son public c’est les meufs. Y a plein de mecs qui écoutent aussi mais son vrai public, sa fanbase qui suit vraiment son truc, c’est des meufs. Et ce qui est bien, c’est qu’il grandit avec son public. y’a pas de décalage.

Spleenter -Ouais c’est comme un Harry Potter du rap, en fait.

Seno -Voilà.

Spleenter -Au bout d’un moment il se met à niquer, pas la meuf magicienne, mais l’autre là. Je sais pas qui.

Seno -Voilà.

Spleenter -C’est une asiatique apparemment (après une rapide recherche il semble que ce soit pire : c’est la soeur du roux, donc fatalement une rousse… berk), je sais pas trop j’ai vu aucun film. Mais paraît que c’est ça.

Seno -Mais c’est ça tu vois, il grandit avec son public. c’est pareil, il évolue donc ils ont les mêmes goûts. Ce qu’il fait, forcément son public aime parce que c’est ce qu’ils écoutent aussi.

Spleenter -Il est dans un délire générationnel.

Seno -Voilà. Il est dans un délire on s’en bat les couilles, c’est générationnel, c’est marrant, on fonce.

Spleenter -Et d’ailleurs, ça avait été quoi, non pas les retours, mais les retombées commerciales pour son album ?

Seno -J’ai pas les chiffres… Je crois qu’il en avait vendu 15 000. Un truc comme ça. Ce qui est pas une folie, mais ce qui n’est pas mal non plus pour un premier album. En physique. Y’en avait eu aussi beaucoup en téléchargement légal. Et il en vend encore. Il est sur plein de compiles. Tu sais, tous les trucs « Hip Hop 2010 », best of rap, truc machin… Et il est aussi placé dans les espèces de compiles pour enfants, tout ça. C’est marrant. Faut savoir que ces compiles là ça sort souvent avant les vacances. Là ça va sortir, pour l’Eté. T’achètes ça quand tu pars. Les gosses, tu leur mets ça, ils sont contents.

Seno -T’as toutes les compilations, les best of trucs, et ça faut savoir qu’à chaque fois ils en vendent beaucoup. Forcément, au niveau des retombées sacem et tout ça, il a des trucs.

Teo -En plus, les parents ils les foutent dans la voiture pour être tranquilles. Et t’as toute une génération de gosses qui vont grandir avec ça. Avec « Qui est dans le club ? »

Seno -Mais le truc, si il le ressort aujourd’hui, il est toujours bien.

Teo -Ah bah oui. Il est pas encore dépassé.

Spleenter -Mais en même temps, c’est ce que j’allais dire, c’est pas qu’il était spécialement original pour l’époque, en vrai tu sens que le mec il s’est buté à du Lil Jon, ce genre de trucs…

Seno -Ouais.

Spleenter -Mais pareil. Lil Jon, c’est pas qu’on l’a oublié mais il fait plus grand chose aujourd’hui. Ou alors il fait des trucs bizarres.

Seno -Bah trop de Lil Jon tue le Lil Jon. Il a été victime de son succès.

Spleenter -Ouais, mais moi je me remets ses 2 albums, les 2 principaux là. Que ce soit celui avec King of crunk ou crunk juice. avec le single avec Ice Cube clippé.

Seno -Ah ouais.

Spleenter -Bah ce truc là, tu le remets maintenant, il a pas vieilli.

Seno -Il était bon. Mais c’était la machine à buzzer aussi, à un moment donné.

Spleenter – et puis lui il s’est perdu aussi dans ses soirées. Parce qu’après, en gros, le mec s’est mis à pomper des trucs alors qu’à la base il avait sa touche.

Seno -Voilà.

Spleenter -Et à reprendre de l’électro juste parce que ça fait bouger les gens dans les soirées où il va.

Seno -Alors que les gens viennent pour son truc à lui.

Spleenter -C’est ça ! Moi j’attends toujours le retour du Lil Jon de l’époque en fait.

Seno -On lui demandait pas grand chose en fait. Un coup de roulant et puis 2 ou 3 « Yaaaargh ! » 2 ou 3 trucs où il gueule et puis voilà, c’est cool.

Seno -C’était juste ça. Quand t’écoutais ses trucs, t’éteignais ton veau-cer. Et c’était bien. Moi je voyais mon fils qui écoutait ça et je trouvais ça cool tu vois. Franchement je préfèrais qu’il écoute ça plutôt qu’il écoute des mecs qui disent « Vas-y nique sa mère truc ! » ou les machins « Viens, on pleure. Personne nous aime. »

Spleenter -Message subliminal.

Seno -À quoi ça sert ?
(Là, Seno aperçoit une image qui défile sur l’économiseur d’écran du PC de Spleenter, qui enchaîne aléatoirement plein d’images improbables. Celle-ci c’est Michael Jackson qui met sa main sur l’épaule de ET…)
Putain, ils ont sorti des T-Shirt à Citadium de ça.

Spleenter -De ça ?!

Seno -Ouais. J’y étais tout à l’heure. J’ai failli en acheter un. Mais ils étaient à 40 balles !

Spleenter -Bah d’ailleurs ça m’amène à ma question suivante (plus personne ne se souvient de la question précédente et on est tous infoutus de dire si quelqu’un y a répondu) : Pourquoi tu m’as pas ramené de t-shirt ?

Seno -De t-shirt de ?

Spleenter -De n’importe quoi !

Seno (à Teobaldo)-Il fait 2 mètres. C’est un rideau qu’il lui faut. Dis lui que je suis sponsorisé par un mec du textile. C’est pas un mec du sentier. Je vais arriver avec un rouleau de tissu, avec un pakistanais : « Pose le là. » Non mais j’en ai pas récupéré beaucoup.

Spleenter -D’accord.

Seno -Mais dés que je récupère des trucs, avec plaisir.

Spleenter -Pas forcément « Free DSK » parce que je bosse, moi.

Seno -Mais je vais en avoir des « Free DSK. » Je vais en avoir. On m’a proposé aussi, dans tout ce qui a découlé de ça, y a un mec qui m’a proposé de faire du body painting. Peut-être avec des meufs et tout ça. Pour faire un Free DSK en photo…
Mais je sais pas si c’est de bon goût…

Spleenter -Ah si ! Non mais là faut que t’y ailles ! Mais en plus t’es un ex tagueur, toi, il me semble.

Seno -Ouais, je taguais. Je taguais…

Spleenter -Bah voilà. C’est toi qui fait leur « Free DSK. »

Seno -Ouais mais non. Moi j’ai pas envie d’en faire plus sur ça. C’est bien. Franchement c’est bien. C’est beau !
Tu sais, c’est un tableau.

Spleenter -Tu veux le laisser pur.

Seno -Voilà. C’est un tableau, c’est comme ça. C’est tellement un truc de cons en fait. C’est un tableau blanc et c’est juste un point noir. Tout le monde dit « wow ! » Alors que c’est un putain de point noir de merde.
Y en a qui vont dire « tu te fous de ma gueule ? C’est pourri ! » et y en a qui vont dire « Mais t’as pas compris le truc. » Y a déjà des gens qui commencent à m’envoyer des messages, en disant « C’est du second degré super intelligent… » Non. Je l’ai écrit, je l’ai chié le truc.

Spleenter -Attends 2 secondes. T’aimes bien Dieudonné, toi, non ?

Seno -Ouais, ouais, j’aime bien.

Spleenter -Parce que ça fait 2 fois là. Tout à l’heure tu disais « Au dessus c’est le soleil » mais ça ça a été repris par tout le monde. Et là tu dis « Je l’ai écrit, je l’ai chié. »

Seno -C’est vrai. Celui là, par contre, je savais pas. Donc je l’ai écrit. J’ai plié ça en moins d’une heure, une demi heure, le temps de l’écrire. Y a pas de ratures sur ma feuille. En fait, je suis tombé sur un site, c’est une espèce de site « soutien DSK » où c’est marqué « Vrai ou faux. » Tu sens que c’est un truc pro DSK à mort, parce que c’est marqué : »Vrai ! DSK est gentil. », « Faux ! DSK est méchant. » « DSK n’a jamais porté des costumes à 35 000. »

(Là, le téléphone de Seno sonne (Seno sonne, c’est golri). Ensuite ça discute d’alcool et de dosage pour enfin reprendre l’interview. mais pas du tout là où on en était. Et vous savez pourquoi ? Parce qu’on est des boss !)

Seno -Ouais, non, pour mon fils c’était super cool de faire tous ces trucs.

Spleenter -Vous avez fait Paris Dernière non ?

Seno -Paris Dernière ! Tu regardes l’émission Paris Dernière, sur le générique c’est écrit « interdit aux moins de 18ans. »

Spleenter -Et pourtant ils font intervenir des mineurs ?!

Seno -Ouais voilà. C’était magnifique ! On était dans le Big Purple Van Club, je sais pas si tu vois c’est quoi ?

Spleenter -Si, j’ai vu la séquence.

Seno -C’est ouf. On avait rendez vous au pied de la Tour Eiffel, on voit un mec qui ressemble à Harry Potter.

Spleenter -D’ailleurs à l’époque, c’était encore Taddei ou c’était l’autre ?

Seno -Non, c’était l’autre là, comment il s’appelle ?…

Spleenter -Attends, je vais te montrer sa gueule.

Seno -Montre moi sa ganache. Je vais te dire tout de suite. Et donc on avait rendez vous à la tour Eiffel, le mec il vient. On voit un van qui arrive. Mais c’était le van à Scooby Do, quoi ! On rentre dedans, y a des guirlandes. leur concept il était ouf.

(C’est là que Spleenter montre une photo de Taddei avec l’assurance d’un keuf qui montre le fichier des suspects à une victime « Alors c’est lui qui vous a violé »… Sacré DSK)

Seno -Non, c’est pas lui.

Spleenter -Alors c’était l’autre.

Seno -C’est celui qui a la même voix qu’Ardisson. Voix grave et tout.

Teo -Ouais, exact. (Une intervention d’un intérêt capital)

Seno -Il est sur M6, maintenant. Il fait le journal, je crois. Je sais plus comment il s’appelle. Bref…

Spleenter -Ouais, on s’en fout.

Seno -Donc ouais, le Big Purple. Ils faisaient une émission avec MC Solaar. Dans le van, en invités tous les 2. Rencontre sur les quais de Seine entre MC Solaar et Lil Thug. La nouvelle et l’ancienne école.

Teo -Pourquoi pas, hein ? (encore une intervention digne des plus grands journalistes de frince)

Seno -Et ce truc là c’était complètement ouf. On roule avec le van et on s’arrête je sais plus où après.
Donc ils font interview, freestyle. Même moi je rappe. On avait ramené Dogg Master avec la Talk-Box dans le van. Franchement, on s’était éclaté. c’était trop cool. ça en tant que rappeur, tu peux pas le faire, tu vois ? C’est complètement dingue.

Spleenter -Ou alors c’est vraiment les plus connus qui font ça. En gros, t’en as 3, 4 en France.

Seno -C’est ça. Et juste après, on descend du van et le mec qui animait il se barre. On le voit juste après, il se barre avec une meuf qui commençait à se mettre à poil et tout. À poil dans Paris ! Enfin c’est pour te dire le niveau. C’était super.

Spleenter -D’ailleurs, je me rappelle, vous lui avez piqué une punchline au présentateur. Parce qu’à un moment il fait « C’est pas Jordy, Lil Thug c’est plutôt le mec qui vendrait du shit à Jordy. » Vous l’avez repris et, même, vous l’avez mis en clip.

Seno -On l’a mis, ouais. En fait, on a un pote, Romain, qui a mis une perruque. Il s’est rasé, il a mis une perruque blonde et avec un t-shirt dans le dos « Dur dur d’être bébé. » c’était trop cool de faire des clips comme ça avec des poissons panés, avec ce genre de trucs. de toute façon, qu’est-ce que tu veux faire ? Il a 13ans. Tu veux qu’il arrive et qu’il dise quoi ? « Ouais, c’est dur ma vie ! », « Wesh ! Dans le ghetto. »
On a refusé des émissions. On a refusé Fogiel, on a refusé plein de trucs.

Spleenter -Fogiel ça aurait été casse-gueule. Surtout Fogiel face à un petit de 13ans.

Seno -Ça sert à rien ! On a refusé Fogiel parce que c’était pas pour faire sa promo, c’était plus centré sur un délire : « Tout va de plus en plus vite aujourd’hui. Les jeunes font de la musique, OK; Mais dans les ghettos y a de plus en plus de violences de plus en plus tôt. Y a des filles enceinte à 12ans. »

Teo -« Alors donc, Lil Thug. Tu es multirécidiviste, tu as déjà violé 15 personnes. »

Seno -« Le rap c’est quand même un milieu truc, machin, bidule. »

Spleenter -Surtout que Fogiel, pour le coup, il aurait été capable de sortir, sans prévenir : « En plus, apparemment, votre papa a fait de la prison, etc… »

Seno -Ouais, voilà ! Il aurait voulu le mettre mal à l’aise. (Seno reçoit un texto de son manager) Qu’est-ce qu’il me dit ? Attendez, je regarde parce que si ça se trouve on a peut-être du merveilleux qui tombe.

Spleenter -Tu vas être signé en maison de disque, Seno.

Seno -Tu sais que moi j’ai peur de ça ?

Teo -Seno au musée grévin.

Spleenter -T’as eu des commentaires qui te disaient « Il fait ça parce qu’il veut être signé. »

Seno -Ouais. C’est super ! Bien sûr ! Bien sûr ! V’là le plan de carrière.


Teo -T’auras attendu 10 piges pour ça.

Spleenter -C’est le truc, t’attends qu’un homme politique viole une meuf et comme ça : sûr d’être signé. T’en as beaucoup des plans comme ça ?

Seno -Il a pécho une meuf qui a peut-être le sida, bientôt c’est ma faute, tu sais. Comme j’ai connu le buzz pour mon fils, ce qui se passe là : je suis rodav direct. pour 2 raisons : Parce que j’ai vu le buzz pour mon fils, j’ai vu comment ça s’est passé et puis, au niveau des retours sur le net je suis un mur. Je suis un tank. Avec les trucs des westeux on s’est fait défoncer 10 milliards de fois à lépoque ! « Ouais !? Vous êtes des chicanos ?! », « Ouais !? Vous êtes des crips ?! » Ah bon ? Désolé, je sais pas de quoi tu parles…

Spleenter -« Ça fait pitié, des blancs français qui se prennent pour des chicanos de LA. »

Seno -Ouais mais généralement les gens se sont arrêtés à la pochette. Ou au commentaire de son pote.
On sait très bien, sur les forums, comment ça se passe. Y a toujours un mec un peu plus influent que les autres. Quand lui dit « ça c’est bien. » t’as tous les petits lèche-cul qui vont dire « Ouais, il a raison, c’est bien, hein ?! »

Spleenter – ahah, tu m’étonnes.

Seno – tu peux en parler, c’est entre nous.

Teo -On coupera à l’interview.

Seno -Et là, depuis tout à l’heure j’ai mon I-Phone qui enregistre. « La contre interview ! »

Teo -Ah merde !

Seno -Le buzz. Après je fais un morceau sur vous. Je vous écoute.

Spleenter -T’aurais pu faire « Libérez Spleenter » à une époque.

Seno -Ouais, mais le mec de streetpress, il m’a demandé ça : « Est-ce que tu vas faire d’autres morceaux sur les hommes politiques ? Est-ce que ça va devenir un rendez-vous hebdomadaire ? » Non, non. C’est une bêtise… Pardon.

Spleenter -C’est surtout qu’en plus, ça marche pas forcément. Par exemple, Taipan, avec les AFPan.
En gros c’est A.F.P puis il rajoute « Pan » vu que son nom c’est Taipan.

Seno -Ah ? Il fait des dépêches.

Spleenter -Ouais, voilà. Il prend l’actu de la semaine, je crois que c’est ça le délire. Et il en a fait genre une 10aine ou une 15aine, j’en sais rien. Et ça n’a pas débouché. Ni sur un buzz, ni sur rien…

Seno -Mais j’aime bien ce qu’il fait mais j’écoute pas assez en fait…

Spleenter -Ouais, moi c’est pareil sauf que j’aime pas plus que ça.

Teo -Moi j’ai écouté. Mais j’aime pas.

Seno -Moi je kiffe sa reprise, westeux oblige, sa reprise de Bootsy Collins. Il a fait une reprise qu’est magnifique, franchement.

Seno -Après, comme je fais du rap, écouter du rap… je sais pas… J’en écoute quand même, mais je l’écoute d’une façon différente. Je me fais des updates et j’écoute les sorties. Des fois, des trucs que j’aime pas forcément. Et j’essaye de comprendre, pas pour faire pareil, mais « Tiens ? ça, ça marche, je me demande pourquoi… »
J’essaye de voir la démarche du mec, après je grille, je vois ce qu’il a voulu faire.

Spleenter – il y a parfois des trucs où tu comprends vraiment pas pourquoi ou ça arrive pas ?

Seno -Non. Non. Moi je suis ouvert d’esprit. Si un mec fait une grosse banane et que ça marche, tant mieux pour lui.

Spleenter -Non mais sans juger. Juste un truc où tu te dirais « Là je comprends vraiment pas pourquoi ça a marché. »

Seno -Avant, jusqu’à y a encore un an, j’avais du mal avec les trucs un peu décalés. Y a un an, j’aurais écouté mon morceau « Libérez DSK » et j’aurais pas compris, tu vois ?

Spleenter -C’est vrai qu’y a un an, je t’aurais mal imaginé faire les Samedis Bâtards.

Seno -Ouais. En fait, j’étais dans un délire très West et tout, donc y’a une imagerie qui va avec ça.
Donc j’étais Seno. Seno c’est comme ça, mec de quartier, bim, bam, la tise, des morceaux super mélodiques chantés, des trucs durs aussi, jean’s 501. C’était ça, tu vois.

Spleenter -Ouais c’est vrai, avec les Sales Blancs ou en solo : Même les anges pleurent, Paradis artificiel, etc… L’unité du truc c’est ce côté là. Et tu le retrouves pas du tout sur les Samedis Bâtards.

Seno – C’est une envie. J’ai fait l’album SENO qui est sorti au mois de Décembre. J’avais envie d’un truc qui tapait. T’as vu, dedans y a pas de morceaux mélodieux. J’ai fait un truc Bam ! Bam ! La musique ça commençait un peu à me saouler à cette époque, je suis parti en vacances 1 mois. J’étais au soleil. Tu penses pas à la musique. Tu pars sans ordinateurs, ton téléphone tu l’allumes pas pendant un mois, tu peux rien faire, t’es là pour personne, t’es avec ta famille, tu vas à la plage. T’es un bon gros beauf, tu vois. T’es en tong, tu joues aux boules, tu bois du ricard, voilà.

Teo -Un sale blanc, quoi.

Seno -Voilà ! Sur la plage tous les aprèms. Et c’était ça. Après, je suis rentré de cancevas, ça me saoulait la musique. J’ai dit « Vas-y j’ai l’album, là. Je le mets en gratuit, je le balance sur le net. »

Spleenter -Le fameux SENO, produit par le A.

Seno -C’est ça. Je l’ai pris et je me suis dit « Tu sais quoi ? Ça fait longtemps que les gens ils me suivent, je vais leur faire un cadeau. Ce sera cool. » Et je le balance.

Teo -Celui là il est entièrement produit par Le A. Y a que le A ?

Seno -Ouais, ouais.

Teo -Et les albums précédents, y avait déjà le A qui produisait dedans, non ?

Seno -Paradis artificiel, c’est que le A aussi. Avec Dogg Master qui avait un peu collaboré sur des prods. Il était venu et avec Aelpeacha on était parti en studio voir des zicos, dont un mec qui a un super matos des minimoog , des fender road, des gros claps et ils avaient joué tout ça là bas. Y avait déjà Dogg Master, un petit peu, sur 2, 3 prods mais sinon c’est Aelpeacha à 99%. Le SENO c’est que ALPHA et c’est comme je t’ai dit : je l’ai donné. Et en fait, je me prends des retours. Les gens kiffent l’album. Les gens me disent « C’est quasiment mon album préféré. » « Il défonce sa mère l’album, il est trop lourd. » et après je me prends des mails en privé, les gens me disent « Merci de nous avoir donné l’album, c’est cool. Mais c’est dommage que tu le presses pas parce que moi je collectionne tous tes albums et j’aurais bien aimé l’avoir en original. Donc est-ce que tu vas faire un truc, un pressage, une duplication où un petit truc ? Est-ce que c’est quelque chose que tu peux envisager ? » Bah moi j’ai dis « je sais pas. » Et les mecs me disent « Si tu le presses, moi j’en veux un. »

Teo -Et tu penses le presser ?

Seno -Mais le SENO, je l’ai pressé. Je l’ai vendu, même.

Teo -Merde ?! Il m’en faut un.

Seno -Et c’est un truc de ouf parce que j’en ai plus beaucoup à la maison. Tu sais que ce truc là, j’en ai mis un petit peu chez Ziikaload et un petit peu chez 187 prod, tout le reste j’ai vendu en 8 jours, en une semaine, presque 600. Sur facebook. Tout le monde venait sur facebook, des mecs de Suisse, de Belgique, de france, de Machin. Il est européen Seno. Je l’ai pressé parce qu’en fait, à un moment donné, j’ai vu que j’avais plus de 100 précommandes. Et 100 précommandes à 10 euros, ça me fait 1 000 euros, ça me paye mon pressage. Donc autant le faire. Je l’ai vendu à 10 balles frais de ports inclus. Un truc comme ça, 10 ou 11.
Les gens étaient contents.

Teo -Bien. (Là Teobaldo tente de poser une question mais il tousse à la place)

Seno -Là j’ai l’autre album.

Teo -Qui va arriver là ?

Seno -Ouais, mais par contre, au niveau de la sortie, je vais… Tu sais, j’ai plus envie de faire le pressage moi même ou le mettre sur 187 ou le mettre sur Zikaload. J’ai rien contre ces plates-formes là mais à un moment donné c’est quoi ? Je fais un album et j’en vends 1 000. Et puis…

Teo -Un suivant…

Seno -Et puis j’en revends 1 000…

Teo -C’est à la chaine un peu ?

Seno -Tu sais, aujourd’hui, je suis pas un mec plein d’ambitions. Je suis pas un mec gonflé à ça, mais j’ai quand même envie, sans compter l’aspect financier, de toucher plus de monde avec ma musique.

Teo -Tu te dis qu’y a des gens qui pourraient aimer mais qui ont pas eu l’occasion de t’entendre ?

Seno -L’exemple, aujourd’hui avec Libérez Dominique, tu vois. Y a des gens qui me connaissaient pas et qui kiffent le morceau et qui me kiffent. Ça veut dire que ces gens là, on les touchait pas avant. Donc je vais voir mais soit je pense qu’on trouve une boîte de distrib et je le sors en distrib, un truc dans les bacs ; soit, si j’ai pas de distrib, franchement j’ai plus la force de le faire…

Teo -Donc ce sera en digital ?

Seno -Même pas. Je le donnerai. Tu sais quoi, je ferai une saison 2 des Samedis Bâtards et tous les samedis je mettrai un mocreau. Mais aujourd’hui, represser un album, le sortir, le vendre… Tu sais, ça me gache ma musique en fait. Moi j’ai envie de faire que de l’artistique.

Teo -Toi t’es vraiment branché sur ça, en fait. Tout ce qui est à côté, contrats, bureau…

Seno -Ça me fait chier ! SENO, je l’ai écrit en 2 semaines et après j’ai mis 6, 8 mois pour le sortir. Je suis un branleur et ça me saoule de faire la paperasse. J’ai toujours un Strange à lire, j’ai toujours un truc à regarder à la télé…

Spleenter -On parlera des comics d’ailleurs.

Teo -De mangas aussi. On parlera de ce que tu veux. (Et ouais, c’est le Blavog, on se met bien)

Spleenter -Ah parce que les mangas aussi ?! (il réalise avec horreur à quel point Seno est foutu)

Seno -Ouais, ouais.

Spleenter -Ah ouais d’accord.

Seno -J’ai mon reuf. J’ai un de mes frangins qui est guedin, il doit avoir 5 ou 600 mangas déjà. Il lit tout.
Et moi je suis plus comics. Mais en fait, moi, comme je suis un peu un mangaka pervers. Moi je lis les mangas, c’est pour les meufs un peu à poil.

Spleenter – Les hentais ?

Seno -Non, même pas les hentais. J’aime bien les mangas shojo, les mangas pour meufs.

Spleenter -Est-ce que tu connais un animé qui s’appelle « High school of the dead » ?

Seno -C’est pas mal, mais sinon y a High school samurai. High school samurai… C’est magnifique !
C’est un samourai qui vient des montagnes, il arrive à la ville, il va dans le dojo de sa famille et c’est 3 meufs. 3 soeurs.

Spleenter – Ça commence comme un hentai, là.

Seno -Ouais. Et à chaque fois, il lui arrive que des trucs genre « Ah, excuse moi. J’ai glissé sur tes seins. »
« Oh, excuse moi, je savais pas. J’ai glissé sur ta culotte. »

Teo -Sacré DSK. « Oh, j’ai glissé dans ta bouche ! » Oh merde ! Dominique !

Seno -Et c’est que ça. Y a que des bonnes meufs et tout. Ça c’est un peu pour me dire « J’emmerde le monde. Je suis dans le metro, je peux lire des trucs un peu de cul, personne me regarde. C’est un manga »

Teo -Donc t’es pas trop shonen, les trucs pour adolescents (Dragon Ball étant le plus connus de tous les shonen) ?

Seno -Ouais un petit peu, je lis « Eye shield 21 »

Teo -C’est le truc sur le football américain ça ?

Seno -Ouais. Ippo.

Teo -Ça je vois pas c’est quoi.

Seno -C’est le truc sur la box (Hajime no ippo).

Teo -Ah si ! Mon reuf il lit ça.

Seno -Après y a quoi ? Bleach, les machins comme ça. Les trucs comme Naruto.

Teo -Tu lis pas One Piece ?

Seno -Non. One Piece, je connais mais je le lis pas. Mais mon reuf il est golmon de One Piece.

Teo -Il a raison. Bah t’as vu, chez moi sur la cheminée, c’est que des One Piece (y en a déjà 57 de parus).

Seno -J’ai vu que t’étais bien golmon aussi. Pour lui, je me suis dit qu’il faut juste que je dise que j’aime One Piece. Sinon on va pas être potes…

Teo -C’est exactement ça.

Seno -T’imagines ? On parle et là je dis « Sinon y a vraiment un truc tout pourri. One Piece c’est vraiment pourri ! »

Teo -Ça pourrait se comprendre si t’étais tombé sur l’animé. Parce que l’animé rend absolument pas justice au truc.

Seno -Non mais les mangas, je pense qu’il faut les lire.

Teo -Faut les lire. Bien sûr. Celui là c’est obligé. (Teobaldo pense même que ça devrait être dans le programme scolaire)

Spleenter -Ah ouais. C’est comme un mec, il regarde un Batman. Je vais dire un truc par hasard (et comme par hasard, il parle de Batman, c’est bien foutu) mais qui connait pas du tout l’histoire, l’univers, la BD. Rien. Il va juste dire « C’est ridicule. »

Teo -« Y a un mec en pyjama noir, là… »

Spleenter -C’est ça. « Ouais, il est milliardaire, il s’emmerde avec ça… »

Seno -« Il met des collants, il croit que quoi ? »

Spleenter -À noter que ça marche pas pour Superman, parce que lui, dans la bD, il est déjà ridicule.

Seno -Non mais attends, c’est la plus belle arnaque Superman. Le mec il croit qu’il met des lunettes, qu’il met un accroche coeur et que nous on le voit pas ?!

Spleenter -C’est ça.

Seno -(il enlève ses lunettes) Oh mon Dieu ! Superman !

Teo -Wow !

Spleenter -Même le truc de rentrer dans une cabine super vite, y a quand même un mec qui peut le voir rentrer, tu vois ? Le mec, il a beau aller super vite dans la cabine pour faire son changement de merde, ça se voit.

Seno -Mais regarde, le film il est sorti en 1978, quand même.

Spleenter -Ouais, ouais, bien sûr. Mais le perso il date d’après Batman mais il date de la seconde guerre mondiale. C’était pour redonner espoir aux gens.

Seno -Bah quand tu regardes, Captain America aussi.

Spleenter -Captain America c’est pareil mais en pire. « J’ai un bouclier les mecs ! »

Seno -C’est un blond, il aurait pu faire partie du Klan. C’est le Super soldat !

Spleenter -Mais je sais pas comment ils vont gérer l’adaptation.

(Bam ! Bam ! Bam ! Bam ! Et c’est parti pour la section Cahier du cinéma. Jingle !)

Seno -Et t’as vu qu’y a le story board qui tourne sur le net ? Samuel Jackson, il se l’est fait péta dans sa caravane. Comment il a dû avoir chaud !

Spleenter -Ouais, en fait il a paumé son script personnel des avengers. Et le mec qui a pris le truc l’a mis aux enchères, pratiquement, sur des sites connus. « Voilà, vous êtes un site spécialisé dans le cinéma, j’ai en ma possession le script de The Avengers. » Et pour prouver son truc, il a pris des photos. Donc tu vois des pages du script.

Seno -‘Samuel L Jacskon’ écrit partout.

Spleenter -Voilà. T’as le logo officiel Warner Bros et la mention « Samuel L Jackson. » Il a même pris en photo des feuilles où y a des scènes.

Seno -Celui là, tu vois, je l’attends. Le X-Men à venir, faut voir…

Spleenter -Je l’attends un peu parce que c’est le réalisateur de Kick Ass, en fait.

Seno -Voilà. Je pense qu’il va être pas mal. Par contre, j’ai pas aimé Thor, franchement.

Spleenter -Thor, je l’ai pas encore vu. J’ai loupé la projection et après j’ai pas voulu payer pour voir ça.

Seno -Thor, j’y suis allé le mercredi où c’est sorti. J’y suis allé à 10 heures du matin.

Spleenter -Ah ouais, carrément…

Teo -Mais ça va pas !?

Seno -J’y suis allé direct ! J’étais pressé. Je voulais aller le voir ce que ça donne.

Spleenter -Mais même avec les bandes annonces, t’avais pas le sentiment que ça allait être de la merde ?

Qu'Heimdall soit joué par Idris Elba ou pas, j'en ai rien à foutre. Parce que Thor existait bien avant les comics et c'était pas un blondinet en collant. Alors les pseudos puristes de merde qu'aiment pas Idris Elba, fallait déjà gueuler contre Marvel y a des années. Bande de merdes.

Seno -Non, non. Je les regardais pas. Généralement, je zappe. Ça me spoile le truc, je voulais pas. Bon. La 3D est magnifique. Sur Asgard, c’est magnifique ! Après, franchement, quand ils sont sur Terre, vas-y laisse tomber !

Spleenter -Moi, ce que j’ai compris, c’est que ça reprennait des gags des Visiteurs mais en 2011.

Seno -Mais tu sais quoi ? C’est les visiteurs ! C’est nul.

Spleenter -On m’a raconté la scène où Thor découvre le coca cola. Mais ça c’est Jean Reno dans les visiteurs…

Seno -Honnêtement, mis à part Nathalie Portman que j’affectionne, elle et moi on se kiffe. Ça c’est entre nous, hein ?!

Spleenter -Ce sera pas répété. Et il parait que le méchant à l’air juste d’une petite fiotte, c’est vrai ?

Teo -Bah c’est Loki…

Seno -Il est nul… Tu sais, j’ai envie de lui faire comme dans la pub : « NUL ! » (il mime un coup de pied)
C’est la pub de quoi ça, déjà ? C’est pas la pub free ?

Teo -Si, si je crois, avec Rudolphe, là.

Seno -Ouais voilà. J’ai juste envie de lui mettre un coup de savate. Loki, parfois on dirait Elie Semoun avec un casque, mais laisse tomber… Franchement, non.

Spleenter -Tu sais que lui sera dans les méchants de The Avengers ?

Seno -Ouais je sais. Il va y avoir le 2. Tu sais quoi ? Tellement il est nul, même à la fin, tu sais, après le générique ? Tu restes ! Tu restes à la fin. Tu sais quoi ? Dans la salle, on était 3 à rester… Les vrais, tu vois. On s’est regardé, on était les vrais ! « OK, toi je te valide. Toi je te valide. » Donc on attend, on attend, on attend et on voit quoi ? On voit le savant qui bosse avec Nathalie Portman, il arrive et il dit qu’il a un trouvé un truc.

Spleenter -Et c’est le cube ! Wouhou !

Seno -Wouhou ! Et tu vois Loki qui est là. Moi je me disais « Ils vont mettre un truc des vengers. » Normalement. Ces bâtards ont juste écris « Et bientôt Thor dans les vengers. »

Spleenter -Ah ouais, d’accord. Comme dans Matrix II : « à suivre… »

Seno -« Bientôt Thor dans les vengers » Et tu sais quoi ? Là je l’ai effacé, mais je l’ai filmé dans le cinéma « Là j’ai un scoop, je rentre sur le net et je le mets tout de suite ! » Rien. Que de la merde…

Spleenter -Surtout pour les vengers, tu te dis « Bon, les mecs reprennent Loki, OK. Mais ils vont pas prendre que lui parce que le mec est lamentable. L’acteur est pas connu. Le personnage on s’en fout. En plus, il a l’air de rien… »

Seno -Vas-y. Je sais pas ce qu’ils font. Même Spiderman, c’est un reboot, je sais pas ce que ça va donner…

Spleenter -À la limite, j’ai plus confiance en ça. Je sais que l’acteur est bon.

Seno -Faut voir ce que ça va donner. Déjà il a fallu s’adapter au premier. Maintenant faut se réadapter à un nouvel acteur.

Spleenter -Ça je suis daccord : lé côté faire un reboot moins de 10 ans après le premier film, ça pue la merde. Et si tu comptes à partir du 3ème film, c’est encore plus nul. Parce que là ça fait 4 ou 5 ans.

Teo -Peut-être moins.

Spleenter -On fait pas un reboot comme ça, normalement.

Seno -Après, y a des trucs réussis, d’autres moins.

Spleenter -Mais je sais que l’acteur qu’ils ont pris, l’anglais, il cartonne. C’est vraiment un tueur. Le mec qui fait le lézard, un anglais aussi d’ailleurs, c’est un tueur. T’as aussi la meuf de Zombieland, la petite meuf bonne qui fait Gwen Stacy, je crois. Et Mary-Jane, je sais même pas si elle est déjà dans le film.

Seno -Moi j’ai toujours été déçu de Mary-Jane dans les Spiderman, elle est dégueulasse leur Mary-Jane.

Spleenter -J’ai un pote qui m’a dit ça direct : »Mary-Jane, pour moi c’est la perfection. Et là je vois quoi ? une meuf… normale… »

Seno -Merci ! Mais t’es daccord avec moi ? Mary-Jane c’est quand même la meuf un peu précieuse, qu’est mannequin etc… Donc voilà, qu’est super bonne. Et là on a qui ?

Spleenter -Kirsten Dunst, c’était pas pour elle.

Seno -Elle fait quoi ? Désolé.

Spleenter -Elle remplit uniquement le rôle de Mary-Jane qui se fait enlever à chaque fin de film…

Seno -Voilà, c’est tout…

Spleenter -Et après, si, elle le fait galérer un peu.

Seno -Mais même quand elle se fait enlevée, avec une meuf super bonne ils auraient pu nous faire voir un bout de cuisse, un bout de nichon, un bout de machin. Tu sais, ça vole, t’es content. Mais là…

Spleenter -Mais là ils sont ensemble à partir de la fin du 2 et dans le 3 et on voit jamais rien. C’est :
-On passe la soirée ensemble ?
-Non, je viens de réceptionner un appel de la police.
Tac ! Le mec il lance sa toile et il s’arrache de l’appart.

Seno -Ils se foutent de la gueule du monde.

Spleenter -Le pire pour moi, c’était Venom.

Seno -De toute façon, là j’ai eu pitié.

Teo -Je crois que c’est même pas la peine de parler de Venom…

Spleenter -Parce que moi, en fait, je suis rentré dans l’univers de Spiderman par… euh…

Teo -par Venom ?

Spleenter -Non, même pas. C’est juste après en fait. Par Carnage. Quand j’ai lu Maximum Carnage je me suis dit Spiderman c’est pas mal. Donc forcément, je me retape les trucs d’avant. Venom, le symbiote, tout ça. Et c’est vrai que voir le mec de seventies show, en plus tout keuss, qui est jeune, qui a une gueule vraiment très gentil, faire Venom…

Seno -C’est dur.

Spleenter -C’est très dur. L’homme sable, ça me dérange pas parce que je m’en fous en vrai.

Seno -Non, l’homme sable, je trouve qu’il était bien dedans.

Teo -Par contre, l’histoire…

Spleenter -Ouais, la fin…

Seno -Ouais, mais physiquement il était dedans. Il ressemblait. Son truc vert à rayures, avec les cheveux : cette fameuse coupe étrange. Mini vagues.

Spleenter -C’est vrai que c’est complètement incompréhensible cette coupe de cheveux. Et tu sais pas pourquoi mais le mec peut se transformer en sable mais pas changer de t-shirt. Jamais.

Seno -Ça c’est comme Hulk.

Spleenter -Le même froc ?

Seno -Voilà.

Teo -Toujours un slip violet.

Spleenter -Le même froc extensible. Ah oui, dans Hulk II, il lui sort ça le mec : « Ce froc est extensible. Donc tu seras pas à poil si t’as une crise. » Genre c’est LE truc.

Seno -Il fait 4 metres d’un coup.

Teo -Il en a 60 pareil, aussi. C’est ça le truc.

Seno -Le premier vieillit super mal.

Spleenter -Celui de Ang Lee.

Seno -Le 2, au niveau des effets spéciaux déjà, il est carrément mieux.

Spleenter -Déjà, dans le 2, y a un méchant qui est physique.

Seno -Y a Edward Norton quand même. Qui sert à quelque chose, je trouve. J’aime bien ce qu’il fait, bon acteur.

Teo -Lui il a pas kiffé le résultat final. Il a refusé de faire la promo du film.

Spleenter -Il s’est embrouillé grave avec les studios. En plus ils ont repris Mark Ruffalo pour faire le Hulk dans le film avec les vengers donc il s’est réembrouillé avec eux. Mark Ruffalo il est pas dégueu non plus, remarque. Je sais pas si t’as vu Zodiac, c’est le flic, l’enquêteur.

Seno -Ouais. Il est bon.

Teo -Mais le film, il est chiant.

Seno -Je me rappelle de ce truc là, je m’étais fait un plateau, un truc à grailler, un truc bien !
Mais Zodiac, tu connais déjà l’histoire de base ? Tu te dis que ça va défoncer. Non. Au cinéma c’est une plaie.

Spleenter -Je l’ai vu gratuit, je bossais au cinéma.

Teo -Moi c’est ma daronne qui m’a invité.

Seno -Si ta mère elle t’a emmené voir ça, c’est qu’elle t’aime pas trop.

Spleenter -« T’aimes bien tes parents ? Ça dépend des cadeaux. »

Seno -T’avais dû oublier la fêtes des mères !

Spleenter -Mais Zodiac au ciné, je l’avais traité comme un bon film. Et je suis redescendu de mon nuage au bout d’une heure… j’étais là : « Il va se passer un truc, là ? C’est pas le mec qui a fait Fight Club et seven qui me fait ça ?! » Et non. Y’a des moments classes dans le film mais il dure 30 plombes.

Teo -C’est chelou. Le gars a voulu faire un film sur une affaire ou personne ne comprend rien. Tu sors du film, t’as rien compris.

Seno -Parfois t’as des films comme ça et après tu vas les comprendre. Moi je me souviens d’un truc comme ça mais en super héros : Incassable. J’ai kiffé ma race.

Spleenter -Mais par rapport à la fin, non ?

Seno -Non, pas seulement. Après, t’aimes ou t’aimes pas ce que fait le réal.

Teo -Night Shyamalan.

Seno -Ça monte ! À un moment donné, ça monte. Même quand il est avec son gamin et qu’il commence à pousser de la fonte, là. « T’en as enlevé ? » – « Non, j’en ai rajouté. » Il en rajoute, il en rajoute, il en rajoute et ça va. Tu vois qu’y a un mystère, il a jamais été malade ni rien. Et puis la fin, je trouve qu’elle est super.

Spleenter -Voilà. Moi c’est plus la fin qui m’a plu. Le reste…

Seno -Mais y a un 2 qui devrait arriver.

Teo -Je crois que ça a été longuement débattu et je sais pas si c’est encore d’actualité.

Seno -Sérieux ? C’est y a pas longtemps que j’ai lu ça. Y a peut-être 1 mois ou 2.

Teo -Dés le départ, pratiquement, c’était prévu qu’y ait un 2, en fait. Et puis finalement, ils se sont dit qu’ils allaient pas faire un 2 vu comment ça finit.

Seno -Super final. En fait, il faudrait que ça commence à la fin.

Spleenter -Quand tu découvres tout ce que le mec a fait. Qu’il fait l’explication avec les comics :
« Toi t’es le mec qui est physique, qui est gentil. Et il te faut un super méchant qu’est pas physique et qu’est vraiment un enculé. »

Seno -Dans l’idée c’est ça. Je trouvais ça sympa aussi d’avoir un super héros qu’est pas forcément en moule-burnes.

Spleenter -C’est ça. C’est pour ça que, comme je t’ai dit, moi c’est surtout Batman, pour le Joker. Dans The Dark Knight particulièrement.

Seno -C’est dans celui là de toute façon où tu vois que Batman fait tiep à côté du Joker.

Spleenter -Ah bah ouais, mais le mec il le baise !

Seno -Carrément.

Spleenter -À la fin du film, il le baise.

Seno -Même l’acteur, qui est décédé d’ailleurs, Heath Ledger, sa prestation est immense.

Teo -Alors que pourtant, Christian Bale qui fait Batman est loin d’être nul. Il a même eu un oscar cette année. (Pour The fighter)

Spleenter -Et faut savoir que Heath Ledger, sur les 2h20 du film, il apparait genre 37 ou 45 minutes. Tout cumulé. Et tu retiens que lui. Il hante le film.

Seno -Il est là !

Spleenter -À part TDK, j’avais bien aimé aussi Sin City.

Seno -J’ai bien aimé. Faut rentrer dedans. C’est un style particulier. Faut juste un petit peu de temps pour que l’histoire s’installe. Faut se forcer un petit peu au début. Mais c’est pas pour rien.

Spleenter -C’est très très stylisé. Comme la BD originale, d’ailleurs. C’est qu’en noir et blanc avec des inversions. Parfois, au lieu de mettre du sombre pour la nuit, il va te mettre que du blanc et le perso va être tout noir.

Seno -Dans le film, ça passe.

Spleenter -Mais c’est vrai qu’il faut rentrer dedans. Et à part ça, bah Kick Ass.

Seno -Kick Ass j’ai bien aimé.

Spleenter -Kick Ass il arrive comme Pulp Fiction. C’est à dire que Pulp Fiction est arrivé en détournant les « vrais » films de gangsters et là ils ont fait la même avec les superhéros.

Seno -Kick Ass, c’était cool. Y a un 2 à venir, non ?

Spleenter -Kick Ass était censé être une trilogie mais là, le mec est parti sur X-Men, si ça marche il reste dessus. Entre temps, malheureusement, la meuf elle va grandir (Chloë Moretz qui interprète Hitgirl).

Seno -Moi, ce que j’aime dans Kick Ass c’est le côté actuel. J’aime bien les super héros où y a un truc générationnel. C’est comme là. En ce moment je lis les Ultimate Spiderman et ce que je kiffe c’est que c’est actuel. Dedans Craven fait de la télé réalité. C’est plein de truc comme aç. Ils parlent d’internet, etc…
C’est un truc qu’un gamin de maintenant peut lire. C’est pour ça que je pense qu’ils les ressortent aussi maintenant. En plus tu redécouvres un univers. T’es pas obligé de relire tant de BD pour comprendre. Tu reprends l’histoire à zéro. Et là c’est cool. C’est super cool.

Spleenter -Les ultimates ?

Seno -Tous les Spiderman. Et les Ultimates en Marvel Deluxe aussi.

Spleenter -La série Marvel Deluxe en Ultimate, ça reprend tous les Ultimates ?
Parce que je connais pas assez.

Seno -Ouais, ça reprend tous les ultimates. t’as les ultimates Spiderman, X-Men, etc…

Spleenter -Mais les Ultimates tout court, ça parle de quoi ?

Seno -Dans le premier ça parle de Captain America, d’ailleurs il s’appelle « Super soldat. » Donc ça te recréé le truc gnagnagna pendant la guerre et tout… Y a un Spiderman qui est magnifique, le volume s’appelle « Retour au noir. » Putain, il est super ! Il est un peu barré donc si tu suis pas vraiment le truc, t’as du mal, parce qu’il est complètement perdu. Ça se passe dans une époque où tout le monde sait qui est Spiderman, tante May est dans le coma, les keufs cherchent Peter Parker partout.

Spleenter -C’est une sorte de truc parallèle ?

Seno -Ouais. Après, en ultimate, j’ai attaqué aussi les X-Men. J’ai mon pote Nicobax qui m’a conseillé les vengeurs en ultimate, donc je vais les attaquer. Mais je vais doucement parce que ça coûte reuch. 30 balles le bouquin…

Spleenter -Moi je les télécharge.

Seno -Non, moi je les achète. T’es fou ! Je les achète, je me fais mal. Je me dis que ce sont des trucs avec lesquels faudra qu’on m’enterre.

Spleenter -Bah franchement, ouais. Pour le coup…

Teo -Mais Spleenter c’est pareil, il sera enterré avec son ordinateur. Puis jeté à la mer comme Oussama.
Dans le respect de ses traditions religieuses.

Spleenter -Selon mes traditions religieuses, je serai jeté dans de l’alcool. Enseveli.

Seno – Mais en fait, y a tellement de trucs à lire. Les univers parallèles, tout ça… J’ai failli attaquer un truc qui s’appelle 1602. C’est les super héros mais en 1602. Donc t’as Magneto qui fait partie de l’inquisition espagnole.

Spleenter -C’est récent ça ?

Seno -Ouais, y a que 2 volumes.

Teo -Magneto il est inquisiteur ?! (ça surprend énormément Teobaldo vu que le personnage de Magneto est juif et que l’Inquisition était extrêmement antisémite, Dieudonné à côté, c’est Kermit la grenouille)

Seno -Il est en grand inquisiteur, ouais.

Spleenter -T’avais aussi une série parallèle à Batman où c’était ça. Batman « else world », ce qu’il aurait pu être dans d’autre monde. Et t’avais un Batman médiéval. C’était tellement n’importe quoi. Enfin non, c’était bien. Mais ils étaient partis super loin dans le délire.

Seno -Mais j’essaye en ce moment d’écrire un son sur cet univers là.

Spleenter -Comics ?

Seno -Comics, mangas, tout ce que j’aime. Et… euh… j’y arrive pas trop. Parce que j’aime tellement ça… J’ai écrit un morceau déjà, mais je suis franchement pas convaincu.

Teo -T’as peut-être pas le recul.

Seno -Mais d’un côté il est peut-être bien parce que j’ai la même réaction que sur le truc avec DSK.

Spleenter -Je te dirai bien de me l’envoyer.

Seno -Je l’ai fait écouter à personne, encore. je me suis dis que, je sais pas…

Teo -Si c’est trop un truc de connaisseurs, peut-être que personne va rien capter.

Spleenter -Ouais mais si, justement !

Seno -J’ai fait un truc où je place des références mais je vais pas aller chercher des trucs trop pointus.

Spleenter -Ouais voilà. Tu vas pas aller dire « Oui. Dans le amazing Spiderman de 1979… »

Seno -Voilà ! Avec une photo de moi avec le comics.

Spleenter -Justement par rapport à ça, j’avais lu sur 187, une interview de toi où y avait une question genre : « Si tu devais être un perso de comics, un super héros ? » Et t’avais dit Colossus…

Seno -C’est vrai que Colossus, il a rien de spécial.

Spleenter – C’est ce que j’allais dire.

Seno -Mais ! Quand j’étais gamin, Colossus c’est quand même Colossus, quoi. Tu sais le mec il est grand, il est musclé, il devient tout en fer, d’un seul coup ! T’imagines ? T’as 8, 9ans et tu lis ça en BD. Moi c’était quasiment mon préféré avec Wolverine. Et tout le côté : on connaissait pas trop sa vie. C’était bizarre.

Spleenter -Ouais, c’était un Russe.

Seno -Un Russe et tout. Mais je veux toujours être Colossus ! Imagine : t’es avec une meuf, tu te transformes en acier organique.

Spleenter -Je suis d’accord avec ce côté là, mais l’autre côté c’est que le mec dans la BD, c’est un gros loser.

Seno -Ouais… bah ouais. Mais…

Spleenter -Dans le monde parallèle, dans la BD l’ère d’Apocalypse, il finit comme une de-mer, le gars. Il piétine sa meuf quand il est en métal et du coup il la tue, c’est balot…

Seno -Mais imagine quand il doit piner sa meuf !!… Cette dinguerie !!.. (ça, ça restera le grand argument de Seno pour kiffer Colossus. Que voulez vous ? C’est un grand enfant)

Teo -Dans ce cas, tu peux être Iceberg aussi. T’es là, sans prévenir, tu sais. T’es à l’intérieur BAM ! Fait froid… Bah là c’est effet garanti. Si ça hurle pas c’est que t’es mauvais.
(vous aussi, testez chez vous. Amusez vous avec votre meuf et un esquimau)

Seno -Maintenant, en grandissant, Je sais pas qui je serais. Je réfléchirai à ça, je te dirai. J’essaierai de pas être un de ces super héros que tu vois à la télé. J’aimais bien Havok. (C’est pas le même mec que dans Mobb Deep)

Spleenter -Il sera dans le prochain X-Men.

Seno -Quand j’étais jeune, j’ai taggué un peu Havoc. Je trouvais ça cool. Et pour moi, celui qui fait le plus tiep, c’est Scott Summers, c’est Cyclope.

Teo -pas de chance, c’est le frangin d’Havoc.

Seno -Frangin de merde.

Spleenter -Le mec il est à la fois cocu par Wolverine…

Seno -C’est sa meuf. Quand j’étais petit, je comprenais pas.
-Ouais mais tu vois rien ?
-Bah non, je vois rien. J’ai des lunettes de soleil.

Teo -Lui c’est le boy scoot. t’imagines ? C’est Superman mais avec qu’un seul de ses pouvoirs. Et l’un des plus pourri, en plus. Et il le contrôle pas.

Seno -Mais il a un truc pourri, quoi ! Le mec, t’arrives tu lui mets une claque dans les lunettes et pan !
« Aaaargh ! J’en mets partout ! »

Spleenter -Ejaculateur précoce, tout simplement.

Seno -C’est un pouvoir de merde, un peu.

Teo -C’est fini, Scott. Faut partir maintenant.

Seno -Iron Man ! Iron Man j’aimais bien. J’aimais bien Tony Stark parce qu’il était tout le temps bouré.
Et ils le mettent pas assez comme ça.

Teo -Oh si, ils le montrent bouré.

Seno -Ouais mais pas assez.

Teo -Pas mal quand même.

Spleenter -Dans le 2 ils le montrent quand même bien fêtard, on va dire.
(C’est les Sales Blancs Fêtards)
Dans le premier c’est entre 2 feux parce qu’il sort du truc, machin.

Seno -Ouais, si tu suis le truc, ouais. Iron Man j’aimais bien. Et tu sais, dans mes enfants, mon fils Marvin, le grand, lui, il l’est pas du tout. J’ai essayé de le mettre un peu dedans…

Spleenter -Marvin, c’est Lil Thug ?

Seno -Voilà. Il a jamais vraiment accroché à l’univers et tout.

Spleenter -Il a pas accroché ? (Là, on voit bien que spleenter ne comprend pas l’information)

Seno -Et j’ai Gabriel, mon 2e fiston qui a 3ans et demi, lui il jure que par ça.

Spleenter -C’est peut-être parce qu’il a 3ans et demi.

Seno -Il a 3ans et demi et c’est magnifique. Je m’amuse avec lui, tu vois ? Tu sais ce que je fais ? Je lui achète des costumes Spiderman, complet, avec la cagoule et tout, avec le masque, avec les faux muscles, les faux pecs. Et il kiffe à mort. On joue tous les 2 à se péta, c’est excellent. Mais je sais qu’il kiffe ça, parce que quand je lis une BD, il vient sur le canapé à côté de moi. Il se pose. Et pendant une heure, une heure et demi, le temps que je lises mon bouquin, il regarde. Et page après page, il bouge pas, il dit rien, il regarde .

Spleenter -C’est cool.

Seno -Il connait les noms ! Il sait qu’Iron Man c’est Tony Stark. Il sait qu’untel c’est untel, que lui c’est lui. Il connait les blases, il connait tout. Donc je pense que j’ai un bon disciple. Pour en revenir au son, j’essaye d’avancer sur ce truc là. Je le ferai ce morceau, un jour. Mais pour moi, faut que ça pète ! Celui que j’ai fait, il pète pas assez, je trouve. Faut que je le réécoute. Généralement, je fais un truc, je l’écoute à fond pendant une journée ; je le mets de côté pendant une semaine ou 2 et puis après je le réécoute et là je vois si j’ai fait de la merde ou pas.

Spleenter -C’est vrai que si c’est un truc que tu kiffes, il faut, en particulier dans ce domaine là…

Seno -Je respecte tellement que je veux que ça soit parfait.

Spleenter – En même temps, faut que ça puisse parler à des gens qui sont pas forcément à fond.
Et en même temps, faut que t’aies des références qui parlent que à des gens qui sont à fond.

Seno -Voooooooiiiiiiiiiiilààààààààààà !!! Donc c’est pas facile.
Et j’étais super bouillant, j’ai pécho des prods pour ce truc là. J’ai le bon son. Mortel ! Et quand il a fallu commencer, déjà j’ai dit « Ah ! C’est pas facile… » Rien que pour commencer, tu te dis « Ok… On va attendre un peu… »

Spleenter -Toi, t’es plus Marvel que DC, il me semble ?

Seno -Ouais. Je suis plus Marvel, carrément. Après, dans tout ce qui est DC, y a des trucs cools aussi. Mais au niveau des films, je trouve que c’est moins bien réussi.

Spleenter -Ils se sont beaucoup moins investis dedans, de toute façon. Les gros trucs DC, si tu veux, c’est Batman et Batman, c’est tout. Y en a pas d’autres. Après, y a Superman, mais bon…

Teo -Ils ont tenté…

Spleenter -Superman retour ! Wahou.

Seno -Je l’ai regardé y a pas longtemps. J’ai été longtemps sans le regarder, je voulais pas. J’ai mis des années. C’est un Superman qu’a aucun charisme, parce qu’il faut avoir du charisme pour se mettre en moule-burnes bleu. Faut avoir les couilles, j’ai envie de dire. Sans jeu de mot, hein ?! Il les avait pas, le mec dedans. Je suis pas d’accord pour ce film… C’est faux…

Spleenter -En même temps, ils ont réussi à caser Kevin Spacey en Lex Luthor. Sur le papier, tu te dis Ouais.
Et tu vois le résultat… Bah non. Si le mec est là pour refaire du Gene Hackman du pauvre, genre Lex Luthor en rigolo, ça n’a aucun sens.

Teo -Il aurait dû se raser le crâne et y aller carrément. Quitte à passer pour son rôle dans Seven.

Seno -Ouais !

Spleenter -Ouais ! Petit mec machiavélique. Entre ce qu’il fait là et ce qu’il fait dans Seven.

Seno -Après, y a des acteurs qui marchent bien et, parfois, ils font pas ce qu’ils veulent. Faut qu’ils mangent. Je regardais l’actor studio l’autre jour, c’était avec Alec Baldwin, un truc comme ça. Et il expliquait que parfois tu fais pas ce que tu veux et parce qu’il faut que tu bouffes ; et il a donné un exemple qu’est mortel : imagine que t’as acheté un évier, le plombier vient et il te dit « Ah bah non. Il est moche votre évier, je le pose pas. »  Non. Il va fermer sa gueule et poser ton évier parce qu’il a besoin de manger. Son parallèle était pas mal.

Teo -C’est un bon parallèle, parce que c’est un vrai métier.

Seno -Alors, après. Moi je critique beaucoup les films, mais j’en loupe pas un.

Spleenter – On est d’accord.

Seno -Et tous, je les ai bien vus au moins 10 fois.

Spleenter -J’ai même revu « Batman & Robin » de Schumacher…

Seno -Moi aussi.

Spleenter -Je l’ai vu au cinéma et je l’ai revu une 2ème fois.

Teo -Ouais mais t’étais en taule.

Spleenter – C’était une double peine. « Hé t’es fan de Batman, non ? y’en a un qui passe » Le pire c’est qu’y avait vraiment rien à la télé. Je me suis dit « Vas-y, redonne lui une chance. »

Teo -Je me suis dit pareil. Sauf que j’étais chez moi, mais « Seconde chance » pareil…

Spleenter -Encore pire que quand j’étais gamin… Déjà, quand j’étais gamin j’avais été choqué ; déjà pour moi, Mister Freez c’était un mec classe.

Seno -Mais grave !

Spleenter -Là je vois un gros clown avec Poison Ivy. En plus j’étais plus vieux, ou « adulte » forcément, tous les trucs gay du style redessiner les tétons sur les costumes de Batman, forcément ça saute aux yeux. Et donc j’ai les 2 visions cumulées. Et il réussit à rendre les meufs bonnes pas du tout bonnes. Genre Uma Thurman et Alicia Silverstone elles sont dégueulasses.

Seno -ceci dit « mais pourquoi ? »

Spleenter -Parce qu’il est gay, c’est tout. Tu sais que dans le DVD du film Batman & Robin t’as les excuses du réalisateur, quand même ?

Seno -C’est magnifique.

Teo -C’est au delà de tout.

Spleenter -Bon, on va revenir au son.

Teo -C’est vrai qu’y a quand même une interview rap à faire. Là les gens qui se demandent c’est qui Seno ils vont se demander ce que c’est que ça « Qui c’est Seno ? Il fait quoi ? » Bah il lit des comics…

Ouais, bah vous vous demanderez jusqu’à la semaine prochaine, parce que là on ferme.
A SUIVRE.

3 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Seno

Interview Koffi Trop 2 Style (Suite et fin)

C’est la deuxième partie, c’est donc la suite de la première partie (parfois, les intros c’est chiant).

Spleenter -J’avais vu sur le site Zikaload, une interview de KremKrem c’est le blanc c’est ça ?

Koffi -Ouais.

Spleenter -Donc c’est bien lui. Il disait que l’aventure Absolut c’était fini et toi tu nous dis le contraire.

Koffi -C’est parce que lui c’est pas vraiment un gars d’Absolut, il gravite autour. Il peut pas vraiment savoir. Peut-être qu’il pense que c’est mort. Mais pour moi non, « Absolut » je pourrais me le tatouer, tu vois ?
Mais je pense qu’il parlait de Treepsal la structure, parce qu’en fait, dans le concept, avant on était tous Treepsal. Y avait moi, Autop C il était dans un groupe, Treep Alliance, ils étaient 3, avec Tony et Ceerano. Dernièrement, Ceerano il a fait des trucs avec la clique d’Alain de l’Ombre. Là ils sont plus ensemble. Y’avait K-Fé Krem, ils étaient 2. Et moi, Kameni et Sidi Omar.
Et y’avait un manager et producteur, c’était un gars de notre cité, Black Malden. À un moment, quand t’as plusieurs groupes, personne n’est content. On va pas tous dans les mêmes directions. Nous on est plus âgés, les gars de Treepsal c’est nos petits. Ça fait pas des embrouilles mais c’est pas gérable. Comme une équipe de foot, si t’as pas un bête de coach ça part en couilles (dédicace à Laurent Blanc et Raymond Domenech) À partir de là on a fait nos trucs à part et, franchement, on a arrêté de rapper.
À la base, Treepsal c’est vraiment mon concept. Le manager m’a dit « t’as un bête de concept Treepsal. On appelle le label Treepsal » Moi j’ai dit OK. Mais il a pas pu gérer Treepsal, parce que c’est mon propre concept. Donc je lui laisse son treepsal, mais moi je peux pas changer. Donc on a ajouté Absolut pour bien montrer que nous on amène le nouveau truc.
Donc peut-être que Krem parlait du label Treepsal. Mais Absolut, tant qu’y a Autop C, tant qu’y a moi, ça peut jamais mourir. Même quand je rappe tout seul je dis « Absolut Treepsal. »
Et puis Krem, Express et Kappacci sont venus se greffer à l’aventure Absolut. Kappacci, à la base, il était avec La Brigade. C’est comme ça que je l’ai connu, avec Joe Lucazz. Je les connaissais avant, mais quand on a commencé à faire nos trucs, on était avec La Brigade. Quand ils avaient leur truc à Belleville…

Teo –Cen safara ?

Koffi -Voilà. Kappacci et La Brigade se sont séparés. Kappacci c’était le côté Cen Safara avec Joe Lucazz et d’autres. Donc moi j’étais avec eux, on posait là bas, j’ai posé sur 2, 3 tapes, je me souviens plus des noms. Puis Kappacci s’est rajouté, mais la vraie ossature d’Absolut Treepsal c’est moi et Autop C.
Sur mon album ce sera marqué « Absolut Treepsal. » Même quand je fais la promo sur Facebook, Koffi trop 2 Style ça m’énerve. Parce que c’est pas connu. Je mets Absolut Treepsal. Quand t’as commencé un truc tu peux pas lâcher. 

Spleenter -Donc à aucun moment vous vous êtes dit « on clôture le truc et on part chacun dans notre direction » ?

Koffi -Jamais. Parce que même Autop C il fait ses trucs solos, ses tapes, il dit toujours Absolut Treepsal. Moi aussi je fais mes trucs de mon côté mais Absolut Treepsal ça reste toujours. Comme un gang, ça changera pas. Comme les Bloods ou les Crips. Dans notre quartier on est bien installé, même sur facebook les gens mettent « Absolut Gang ». Même les meufs sur facebook, tu peux voir des Pamela Absolut Gang, tu vois ou pas ?
C’est rentré dans les têtes, ça partira pas chez nous. Même les daronnes quand elles nous voient, elles disent « ça va Absolut ? » Ou quand elles voient de la vodka, elles disent « Absolut Koffi ». On peut pas changer, c’est comme la Secte Äbdoulaye, tu vois ou pas ?

Teo -Ça va bien au delà du rap, quoi ?

Koffi -Voilà, ça va plus loin que le rap tout ça. Comme « Yougataga » le truc de Younes. Les gens le reprennent. En boîte « on boit du koffi ». Absolut c’est absolut vodka, ça veut dire que ça peut pas mourir. Même là, on voulait refaire un nouveau truc Absolut, parce qu’y a des petits qui veulent se mettre dedans. Des nouveaux petits, Rhod DLB ou LOgbi, les petits que t’as entendu dans Clubbanger, ils veulent refaire un nouveau truc Absolut. Qu’on appelerait New Generation ou un truc comme ça. Notre prochain street, on va peut-être le faire avec des petits. Qui seront peut-être les nouveaux Absolut.
Comme un peu Cash Money, ils ont fait Young Money. Parce que je te mens pas, il faut toujours se renouveler. Dans le rap français ils aiment pas ça, je sais pas pourquoi. Nous, on a pas prouvé mais je pense déjà aux petits, tu vois. Parce qu’on va pas rapper tout le temps. Je trouve que certains auraient dû faire ça. IAM, même Joey Starr. Faut toujours se renouveler, c’est ce qu’il fait Baby. Maintenant, il rappe toujours mais il est vieux. Ce qu’il a fait de plus malin, c’est de trouver des jeunes, et ça marche. C’est comme ça qu’il fait son argent, maintenant. Il vit grâce à Lil Wayne et les petits qui suivent, là. Donc on veut faire un nouveau truc, genre les nouveaux Absolut. Toujours avec Autop et moi. Ça peut pas mourir.
Mais sinon même moi, si tu me pose la question je te dis que Treepsal la structure c’est mort.
La preuve, Krem maintenant il continue seul. Avant y avait Kafe, le noir, il est plus là. Pour Treep Alliance, Ceerano il fait les trucs de son côté, Tony il est en taule. Quand il va en sortir, il rappera plus, il est dans la religion maintenant. Chacun fait sa route, on peut plus revenir en arrière. Celui qui nous produisait, on veut plus qu’il nous produise, même si c’est encore un poto. Donc Treepsal c’est vraiment mort mais Absolut Treepsal c’est comme une famille. Même si je suis pas manager, si je suis pas producteur ou quoi, je mets de l’argent. Personne peut venir me voir et me dire « Koffi, tu me dois de l’argent. » ou « tu m’as promis un truc, où ça en est ? » ; c’est plus comme une famille, des amis.

Spleenter -Ok, ok. Parce que moi je me souviens que pendant la période où on vous entendez plus trop, peut-être 1 ou 2ans après « On passe du shit à l’industrie du disque » j’étais allé farfouiller sur les myspaces ou les trucs comme ça. Et j’étais tombé sur celui de Autop C et dans sa bio y avait marqué « ancien membre d’Absolut Treepsal. »

Koffi -Ouais mais après c’est peut-être lui qui s’est trompé. (rires pour tous) Peut-être que t’as raison, peut-être que c’est lui, je sais pas.

Spleenter -en même temps à l’époque je différenciais pas les 2 trucs, donc sûrement que c’était encore Treepsal.

Koffi -après, peut-être qu’il se paye ma tête (rires). Peut-être qu’il prépare un complot, je sais pas. Mais non, en vrai y a pas d’histoire. La preuve, il pose dans mes morceaux.

Teo -d’ailleurs, sur facebook, un de tes pseudos c’est Koffi Crap Music. C’est un concept ?

Koffi -Ouais, en fait CrapMusic c’est le label que j’aimerais faire, avec le temps. Parce qu’avec Absolut treepsal on peut pas, par rapport à Treepsal qui a déjà été posé et Absolut par rapport à la vodka. Donc Absolut Treepsal, on va faire comme à l’ancienne, comme avec X-Men. Ils avaient changé le nom (pour les X) mais le vrai nom c’était X-Men. Absolut Treepsal, on va faire pareil. Crap Music. Crap par rapport à crapule.

Teo -ah ? c’est pas crap comme en anglais ?

Koffi -Si ! Crap comme en anglais aussi. J’ai regardé.

Teo -C’est pour le côté sale.

Koffi -Voilà. C’est par rapport à ça. Et j’ai un autre concept c’est Bonus Crack, tu vois ou pas ? (riez) Je vais voir avec les 2. Soit Crap Music, soit Bonus Crack.

Teo -Bonus Crack c’est pas mal !

Koffi -j’aime bien aussi. C’est pour ça que quand tu vois notre musique, y a toujours marqué Bonus Crack ou Crap Music.

Teo -À la fin du tracklist, bonus crack.

Koffi -Ouais, ça vient de bonus track. Et j’ai encore un autre délire « Clubbanger boys ». C’est ceux avec qui je bouge en soirée, ça. Ou quand y a des délires avec des meufs. Y’a plein de délires.

Spleenter -Et t’as plus de contact avec Sidi Omar ou ceux avec qui t’as commencé ?

Koffi –Sidi Omar, si ! Par rapport à ses trucs de neochrome, il me tient au courant. Là il prépare son album. Je supporte. C’était mon gars, c’est un ami quand même. Ça va au delà de la musique, mais s’il veut un feat, je suis là. Mais on est plus trop dans les mêmes trucs, niveau rap. Notre truc il est vraiment précis. ce qui fait qu’on peut pas vraiment se mélanger avec tout le monde. Sidi Omar il va dire que je suis un dingue. Que je parle trop de drogues, de trucs comme ça.
Mais pour prouver qu’on ment pas, c’est sûr que c’est exagéré dans notre musique, mais pour te prouver que ça reste bien réel, on a les papiers. Les gens le savent, on a des arrestations, c’est pas qu’on le fait exprès, c’est comme ça. La dernière fois que je me suis fait péter c’est par le 36, tu vois ou pas ? Ils sont venus chez moi à 10 avec des chiens. Ils ont cassé ma porte. Les petits de chez nous ils se sont fait péter par les nouveaux GIGN, là… Les GIR ou je sais plus comment. Je crois que c’est ça.

Spleenter -Ouais, ou alors c’est GIPN.

Koffi -GIPN, ouais. On a des potes qui ont pris des 2 ou 3ans de prison. Les gens disent qu’on est fous, mais à côté c’est sur papier. Même nos parents le savent. Alors je manque pas de respect, mais je vois pas pourquoi j’aurais honte. Parce que mes parents le savent, quand on m’a arrêté, ils ont été plaqués au sol aussi. Les mecs sont venus, à un moment mon père s’est énervé, ils lui ont mis les menottes. Et c’est après qu’ils ont vu que c’était un daron et qu’ils les ont enlevées. Mais il l’a vécu. Peut-être qu’il m’en veut pour ça « il est relou mon fils ! »
Mais c’est du vécu ; quand j’étais dans ma cellule je me disais « putain ! ils m’ont fait un truc de dingues… » Alors pourquoi je me cacherais de ça, maintenant ?
J’ai eu mon jugement, j’ai été condamné, je suis passé en correctionnelle. Je le dis dans un texte : « tu passes à la radio, moi je passe en correctionnelle. » je vois pas pourquoi je m’en cacherais. Après, c’est un style de vie.
Et j’ai même menti plus tard « tu trouves où ta drogue ? » etc… « moi, j’en vends pas. Moi je pécho pour donner à des meufs. » J’ai dit ça devant tout le monde. En correctionnelle, tout le monde peut venir assister. Ils m’ont sorti « mais t’as pas honte ? Tu prends de la drogue pour donner aux meufs pour les baiser ?! »
en plus c’était une juge, si elle le dit comme ça au tribunal, elle m’ouvre une porte. Moi je fais comme Gainsbourg quand il a brûlé le billet à la télé, je fais de la provoc, « ah ouais ?! tu veux jouer à la provocation ? »
Tout le monde rigolait « il est fou celui là ou quoi ?!« . Mais moi, c’est ma défense ! J’y suis allé à fond, j’ai dit « mais je suis un artiste comme Gainsbourg, moi. Je suis dans le monde de la nuit. Je vis de la drogue, je me suis séparé de ma meuf. » « ouais, ouais, c’est ça… »
Mais ils m’ont affiché devant tout le monde. Heureusement que j’avais dit à mes parents de pas venir, parce que ça c’est un côté qu’ils connaissent pas. Ils seraient venus, ils auraient dit « ah mon fils il donne de la drogue pour baiser des meufs ? »
Même quand la juge me disait ça, elle rigolait « ah ouais, monsieur ***** vous donnez de la drogue à des meufs pour les baiser ? » et t’entends les gens qui rient et qui parlent derrière toi. Donc c’est pour ça que dans mes textes je me permets de dire tout.
Avec quand même une certaine retenue, y a des trucs que je dirais pas. Faut pas abuser. Mais mon rap je préfère le montrer comme ça parce qu’il y a plein de gens qui savent déjà ce que je fais.

Spleenter -Sans rentrer dans les détails, c’est déjà arrivé à tes parents de tomber sur ta musique ?

Koffi -Non. Ils savent que je rappe et tout ça, ils ont déjà vu des CD où j’ai posé, mais aller écouter… Peut-être en scred, je sais pas. Mais les clips je leur montre pas, parce qu’ils passeront jamais à la télé ces clips donc ils regardent pas.

Teo -Y a certains morceaux qui peuvent passer, comme « Le sum » avec la reprise de Gainsbourg. Ça passe mieux.

Koffi -Ouais, le sum, voilà !

Spleenter -C’est un peu comme Playa des Sales Gosses, c’était en rotation ça, à l’époque.

Koffi -Voilà. Par exemple j’ai fait un clip où j’étais à l’église (OK negro) où je raconte des trucs de ma vie. Y’a toujours un truc qui fait que les gens, normalement, si ils se prennent la tête, ils peuvent dire que j’ai un bon côté. Ma mère elle voit que je vais à l’église, elle va dire que c’est bien. Ça fait longtemps que je suis pas allé à l’église, parce que je suis chrétien à la base. Mais je te cache pas que j’y vais plus. Je sais même pas si je peux dire à cette heure ci que je suis vraiment chrétien mais, pour te dire, à cause du rap je suis rentré dans un église. Donc si ma mère elle voit ça elle peut se dire « ils essayent quand même de faire quelque chose. »

Teo -Tu pense que t’aurais pas refoutu les pieds dans une eglise sans le rap ?

Koffi -Je te jure, je crois pas. Ça fait longtemps que j’y suis pas allé. J’y suis pas allé pour Noël, pour plein de trucs… Pour la musique, j’y suis allé par contre, même si c’est plus un délire. On essaie vraiment de pousser le truc. J’ai même un clip où y a une partie qui a été tournée dans un cimetière. On veut aller loin, sortir des concepts.

Teo -Un cimetière, ça se fait pas beaucoup, c’est vrai.

Spleenter -C’était où ?

Koffi – Père Lachaise. Le clip va sortir bientôt, il est au montage. En fait, nous, c’est toujours conceptuel.

Teo -Y a des gens qui peuvent découvrir comme ça. S’ils aiment les ambiances lugubres ils peuvent accrocher et regarder vos autres trucs. Mais s’ils aiment moins le côté rue, ils vont être déçus. Vous essayez de pas trop vous éparpiller ou pas ?

Koffi -De toute façon c’est ça l’attrape nigaud. Excuse moi l’expression, mais quand tu fais de la musique, t’es obligé d’amener les gens à t’écouter. Tous les moyens sont bons. C’est comme les gens qui font des clips où on les voit pas, où on voit des meufs, d’autres gars ou toute une histoire qui a rien à voir. C’est toi et comment tu vends ton truc. Je parle pas vraiment de biff, je parle plutôt d’attirer les gens vers ce que je fais, à s’intéresser. Après, si y’a l’argent, pas de souci. Qui va cracher sur ça ? C’est de l’argent gratuit. Mais moi je veux plutôt pousser les gens à découvrir : « y a un nouveau truc qui se passe, on va écouter, on va voir. Y a des idées de oufs ! » Tu vois ou pas ?
Les gens ils sont comme ça. Donc on taffe beaucoup sur ça, sur l’image. Mais les sons, ça sera toujours du direct. Toujours : on parle mal, on accentue les trucs.

Teo -Pour revenir sur le son « Le sum ». Le nom du morceau c’est « Le sum part 1. »

Koffi -Ouais, parce qu’y en a 2. « Le sum part II » et le 1. Le 1er je l’ai posé avec un pote à moi, Papillon.

Teo –Bandana ?

Koffi –Papillon Bandana, ouais. Il a posé avec moi, parce qu’il avait fait Playa. En fait ça me faisait penser à ce son là.

Spleenter -Carrément ! (on pourrait croire que Spleenter trouve que c’est du pompage, mais en fait non. Quand il trouve qu’un son ressemble à Playa, c’est un compliment pour lui)

Koffi -J’ai été à l’école avec lui, donc je lui ai demandé s’il voulait poser avec moi. Il m’a dit oui direct. On a posé et…

Spleenter -Non mais attends, là.

Teo -On le connaît pas ce son.

Spleenter -Il a atterri où ?

Koffi -Non, mais comme on aime pas mettre trop de personne en avant, j’ai refait une autre partie sans Papillon. Mais je l’aime bien hein. (rire)
Parce que nous, franchement, c’est un truc qui nous tient à cœur. Je l’ai fait par plaisir, parce que c’est un pote. Et quand je pensais au Sum, je pensais à son morceau, à la Playa, donc on a tilté direct.

Les 2 -Ouais, nous aussi.

Koffi -Voilà ! Toute l’ambiance ça m’y fait penser. Même lui, il a dit « Putain ! T’es un pourri, Koffi ! Tu veux reprendre mon concept ?! » (là c’est la grosse poilade)
J’ai dit « ouais, mais c’est une nouvelle version, tu vois ou pas ? » il a golri et il l’a fait. Mais je vous ferai écouter ! Je vous l’envoie.

Teo -Et il a atterri nulle part ce son ?

Koffi -Il a atterri chez moi.

Teo -Avec tous les sons que tu dis que t’as pas sorti depuis le début…

Koffi -On pourrait en faire une tape, ouais. On va le faire, normalement. J’ai assez pour faire des net-tapes, là. J’attends le bon moment pour les balancer. Parce qu’en fait, je veux balancer des clips et essayer de revenir dans le game. Parce que, franchement, y a que vous ou des connaisseurs qui viennent me parler d’Absolut Treepsal. Les gens de mon quartier, c’est normal. Mais sinon les gens ont oublié. On est plus trop à la page. Déjà qu’à l’époque on était pas vraiment à la page. (et ça golri toujours)
Le peu qu’on avait, vas-y, c’est parti. Je me rappelle, à l’ancienne, on allait à Génération, on disait « Koffi Trop De Style » ou « Absolut Treepsal » on rentrait. Maintenant, le mec il va me dire « je connais pas, mon pote. »

Spleenter -Tu peux toujours te faire passer pour Zoxea, au pire. (on saura jamais pourquoi Spleenter implique Zoxea dans les conversations de cette façon, il est le seul au monde à lui trouver une ressemblance physique avec Koff vu de près)

Koffi -Ouais, mais même là, il va me dire « t’as maigri, mec. » « qu’est-ce qui se passe, Zoxea ? T’as des soucis ? Ça marche plus, là... »
C’est pour ça qu’on a arrêté, un peu. Là on veut revenir par les clips, si ça prend on balancera les net-tapes. On rebalancera notre disque « On passe du shit à l’industrie du disque » en téléchargeable. Ça fait quand même 3, 4 net-tapes avec tous les morceaux qu’on peut balancer, sans compter les nouveaux sons que j’ai à côté. Ceux qui sont dans mon délire « Champagne and coke. » Et après, je peux peut-être faire encore d’autres streets, on va voir. J’ai d’autres trucs en réserve, un deuxième qui est « Raptor », j’en ai plein encore. Ça dépend  juste de comment ça va se passer.

Spleenter -Nous, sauf si t’es contre, on peut déjà mettre Le Sum sur le blavog.

Koffi -Y a pas de souci ! C’est celui avec Papillon que vous voulez ? Je vous l’envoie. Y a pas de souci. Ils ont posé tous les 2.

Teo -Y a Charlie Waits aussi ?

Koffi -Ouais. Il fait plus une ambiance, mais il a posé. Celui qui pose vraiment un texte, c’est Papillon. Et sur le morceau c’est Difanga qui fait les voix derrière. Il est pas trop connu encore. Les puristes du reggae, ils connaissent. Moi je le connais parce que c’est un gars de mon quartier.

Spleenter -Sur l’album, à la fin d’un son, il me semble que c’est bien toi qui parles à Sarko.

Koffi -Ah ?! Qui dit « Sarko, t’as baisé les feujs » tout ça, là ?

Spleenter -Ouais. T’as improvisé totalement ?

Koffi -Non, j’avais un peu l’idée et après, j’ai improvisé. Histoire de dire « t’arrives pas à maitriser tes meufs alors pourquoi tu veux nous maîtriser nous ? »

Teo -Quand Spleenter a entendu ça, il m’a dit « il a réussi à faire encore pire qu’Alpha 5.20 » et c’est un très grand compliment pour lui.

Koffi -C’est parce que j’ai fait exprès, comme si c’était mon gars, tu vois ? Pour bien l’énerver. Parce qu’en fait, quand Sarkozy est arrivé, il a trop voulu faire celui qui maîtrise tout le monde. Genre il vient avec la force « faites ci ! faites ça ! » ; plus que ses idées politiques. La preuve, il a rien fait. Il s’est plus pris la tête à dominer les gens. C’est pour ça qu’il saoûle tout le monde, parce que tout ce qu’il a dit, il le fait pas. Il était là « Je suis Sarko ! Casse toi pauv’ con !« , à mettre des coups de pression aux gens pendant les manifs. À faire le gangster, quoi. C’est pour ça moi je dis « hé mec ! »

Spleenter -Non mais lui, il a un côté Scarface. En tout cas, il aimerait bien.

Koffi -C’est pour ça, si tu regardes bien, lui, de tout ce qu’il a dit, il a rien fait. Je te jure qu’il a rien fait. Et quand les gens, ensuite, ils lui serrent pas la main ou ils lui parlent mal, il met des coups de pression, il crie. Faire le parrain, c’est tout ce qu’il sait faire. Après, il fait quoi ? Il va au Japon, il va en Lybie, on sait même pas ce qu’il va y faire.

Teo -Il fait de la merde.

Koffi -Et il a dit quoi dernièrement ? Il a dit « Maintenant, si vous me laissez la chance de revenir une 2e fois, je vais essayer de faire ce que j’ai promis de faire la 1ère fois… »
Mais pourquoi tu l’as pas fait toutes ces années ?! Je te jure, c’est ce qu’il a dit.

Teo -Il a sorti ça ??? Ahahahaha !!!

Koffi -Il a plus ou moins dit ça.

Spllenter -En gros, c’est la crise…

Koffi -Ouais « c’était la crise, j’étais en galère. Y avait trop de trucs à gérer, excusez moi, maintenant je vais… » Il est fou ! Il est fou. C’est un malade ce mec là.

Spleenter -Moi, ce qui m’a étonné, c’est la phrase « Tu fais partie des français racistes qui ont même pas fait la guerre« , un truc comme ça.

Teo – « T’as même pas fait la guerre, dis leur que t’as donné les juifs »

Spleenter -ouais, après t’enchaines sur les feujs en 44.

Koffi -ouais, ça c’est pour les racistes en fait. C’est pour ça que dans ce morceau, je dis « le seul blanc que je tolère, c’est le lait dans mon café. » Parce qu’en fait on n’est pas partis dans un délire Black Panther mais on a vraiment voulu faire du rentre dedans, aux racistes. Donc moi j’explique que la plupart des français n’ont pas fait la guerre. Y’a eu des résistants, mais il faut pas se mentir, la première partie de la France a abdiqué directement. Et ils ont fait pire que tous les pays d’Europe, ils ont donné des feujs. Ils ont fait des trains. Quand tu vois ça, tu peux pas faire la morale et dire que tu vas niquer les noirs et les arabes. Faut vraiment la faire la guerre, faut vraiment niquer les gens. Moi j’ai plus peur des Anglais, tu vois les hooligans, eux ils tapent, hein ! Moi j’en ai vus en Thaïlande, ils tapent ! Un jour, on était à Pataya, y’avait un bar Anglais où y a écrit je sais plus la phrase exacte, « Pas d’arabes, pas de noirs ».
Et quand tu passes comme ça, souvent, les putes thailandaises elles te regardent ; et ils sont tous là, les anglais, tatoués et ils te regardent comme ça. Et si tu rentres dans leur bar, ils te tapent. Tu sais qu’ils te tapent ! Ils vont se taper, c’est ça leur job, c’est les hooligans. Et y’a certains en France, ils sont pour les trucs de Lepen ou je sais pas quoi. Mais je répète, c’est pas tout le monde que je vise. C’est vrai, y en a certains qui ont des couilles, c’est des vrais racistes ; mais certains, quand y a eu la vraie guerre avec les Allemands, ils l’ont pas faite ! Alors pourquoi tu cherches la merde, maintenant ? Pourquoi tu fais semblant de chercher la merde, de faire style.
Y’a beaucoup de choses qu’ils oublient ; dans les cités, y a beaucoup de gens qui font de la psy ou du cinéma, mais pour de vrai, quand les keufs viennent te péter, y’en a qui ont des kalashs chez eux. Quand ça va partir en couilles, ils vont vraiment y aller ! Mais d’autres, ils sont tranquillement chez eux, ils votent Lepen, ils veulent la merde mais quand ça va arriver, ils vont rien faire. En fait c’est ça mon message, tu vois ou pas ?
Peut-être que des gens veulent pas me croire, mais ça va être chaud. Dans les cités, que ce soit même des gitans, des blancs, y a des gens qui sont oufs, ils ont des armes, ils sont prêts à faire la guerre. Ils sont prêts à se battre. Mais certains font du cinéma et ils cherchent la merde « je vais voter Lepen, ça va changer, etc… c’est fini l’immigration » mais les gens sont prêts ! quand on vient les péter, c’est le GIGN ou je sais pas quoi. Ça douille. Chez eux ils ont des armes, ils tirent, ils tuent. Ils tuent pour des cigarettes. Y a des jeunes qui sont là, qui fument du shit, qui prennent de la coke, ils sont prêts. Donc faut pas trop pousser les gens.
Vaut mieux trouver une bonne solution même si le PS et l’UMP nous mentent. Il faut pas être directement catégorique « ouais, je vote Lepen. Je vote FN. » Non, non. Parce que la vraie guerre, vous l’avez pas faite… C’est ça notre message. Pendant la guerre, vous avez donné les feujs. Vous avez fait un truc de ouf. J’ai bien lu, j’étais fort en Histoire, dans toute l’Europe, certains pays ont collaboré, mais les pires c’était les français, mon gars. Ils ont fait un truc de dingue ! Tu vois ou pas ?

Teo -C’était un très beau baissage de froc.

Koffi -Mais de dingue ! Du jamais vu. Même le truc d’appeler : « allo, je crois que mon voisin c’est un feuj… » c’est violent, mon frère ! C’est pour ça que quand ils disent qu’ils votent Lepen, ça me fait rire. Allez-y, pas de souci. Mais franchement, si y’a une guerre civile, même avec l’armée, les flics et tout ça, ça va être chaud. Parce qu’y a des gens qui sont armés chez eux comme t’as jamais vu. Moi j’ai des potes, je sais même pas pourquoi ils ont ça. Je te jure. C’est pas des soldats, c’est pas Rambo, mais chez eux ils ont toutes les armes pourtant même dans la vie normale, excuse moi l’expression mais c’est des mecs normaux, c’est pas des oufs mais ils ont assez d’armes si ça part en couilles.
Même si le mec a peur, au moins il se posera pas la question de savoir « mais où je vais trouver mon arme ? » Il va te tirer dessus.
Alors les autres « ouais je vote Lepen pour que ça change parce que sarkozy il a menti… » Certains vont faire quelque chose. Certains ont des couilles. Y a des vrais racistes, eux, ils sont vraiment là. Mais y en a combien qui vont faire quelque chose ? C’est toujours les bouffons qui payent, ceux qu’ont pas de couilles vont pleurer. C’est comme dans les cités, quand y’a la vraie guerre c’est pas tout le monde qui assume. Y a toujours celui qui fait son tête-tête, toi après tu mets des coups de pieds, et quand on t’attrape, t’as peur. C’est toujours comme ça.
Vous êtes 10, vous vendez de la coke ; les keufs viennent, y en a toujours 8 ou 4 qui pleurent, tu vois ou pas ? C’est la vie.
C’est par rapport à ça, mon message. Rien de méchant.

Spleenter -Alors la prochaine question c’est par rapport au truc de skyrock, je sais pas si t’as suivi ?

Koffi -Ah ouais, je les calcule même pas.

Spleenter -Oh je sais.

Teo -Genre ça allait fermer…

Koffi -Ah c’est pas fermé encore ?

Teo -Ah non. C’est encore une belle carotte ça.

Koffi -C’est pas fermé ?!

Spleenter -Non, le mec là, Pierre Bellanger, il s’est associé avec le crédit agricole. Pour racheter le capital du truc et du coup il reste aux commandes.

Teo -Ils nous ont fait chier pour rien…

Koffi -De toute façon je les calcule même pas. Qu’ils ferment, ça me fait rien. Parce que je passe pas à la radio. Ceux qui ont parlé c’est ceux qui ont leur sacem.
j’ai rien contre eux. J’ai rien contre skyrock, mais franchement j’ai rien pour eux non plus.
Je suis même pas nostalgique, ça me fait rien du tout.
Le seul truc de bien c’était les émissions spés, ils ont arrêté…
Donc je vois pas pourquoi j’irai les supporter, chacun sa merde.
c’est pour ça que vous me choquez quand vous dites que ça continue, mais bon c’est pas grave. Je passerai toujours pas là bas. C’est toujours le même bizness.

Spleenter -Dans les émissions spé, tu passais ou pas toi ?

Koffi -Si, si. Je suis passé à Westcoastla, j’ai freestylé. Tout ça avant le truc de Gyneco que je t’ai raconté. Au truc de Couvre Feu avec Jacky. Au truc de Joey Starr, B.O.S.S. Quand il avait sa maison vers Clignancourt, là bas derrière. J’ai fait les nocturnes, sur Génération aussi. À l’époque, quand ils étaient à l’hôpital, quand y avait Marc.

Spleenter -À Vitry ?

Koffi -Ouais.

Teo -Marc qu’a fait bombattak ?

Koffi -Ouais. On y allait au début, quand j’étais avec Roi 2 l’Assos. Avec treepsal aussi. Même Absolut, on l’a fait. On a fait quelques radios avec Génération. Avec Bob surtout. Mais après, comme je te dis, on avait la dalle. On venait, on sonnait aux portes, on posait. On venait à 20, ils sont obligés de mettre ton son. Nous on l’a fait. 

Teo -Aujourd’hui c’est plus difficile ?

Koffi – C’est mort, là. En plus y’a plus d’émissions spé. Maintenant y a que les radios indépendantes. Dernièrement j’ai fait 2 radios, j’ai fait FPP, l’émission de XV Backara et d’une meuf, Riposte.

Spleenter -Blackara c’est le gars de no-diggidy, le renoi ?

Teo -Manny Peterson ?

Koffi -Voilà. Ils sont 2, lui et son pote. T’as pas un mouchoir s’te plait ? (et oui, chez nous, les interviewés posent les questions qu’ils veulent) Je te remercie, mon gars.

Spleenter -Est-ce que t’as une date ou une période de sortie pour ton projet ?

Koffi -Franchement, je voulais Mai, ça va pas être possible. Ça va être plus pour Septembre, Octobre. C’est plus par rapport aux clips, au buzz, ça a pas encore pris, donc je peux pas me permettre de sortir comme ça, dans le vent. Je veux que les gens ils soient un peu au courant, tu vois ? C’est par rapport à ça.

Teo -Et financièrement, t’attends quoi du rap ?

Koffi -Si ça me permet de faire des concerts et des soirées, c’est bon. Sinon, je sais que je ferai pas de grosses ventes. J’aurais pas la même exposition que certains rappeurs, tout va se jouer sur internet. Et l’argent c’est quoi ? C’est des showcases et des concerts. Je vais jouer sur ça.

Teo -Tu parlais d’attraper l’auditeur par tous les moyens. Pour autant, je vous imagine mal faire un son super calibré qui passe en radio. Parce que si vous passez pas en radio c’est aussi que vos sons sont pas spécialement faits pour.

Koffi -Ouais mais attrape nigaud c’est par rapport à l’image. Mais le son il restera toujours hardcore. au pire, on peut mettre des bips sur certaines paroles, mais le contenu restera toujours pareil. C’est juste par rapport à l’image ! mettre une belle meuf, mettre un mec stok, dans des voitures ou je sais pas, des trucs comme ça. De l’image, des trucs qui attirent les gens. Mais le son restera toujours hardcore.

Teo -Et à aucun moment y a le doute ? Vous vous êtes jamais dit « on va mettre de l’eau dans notre vin » ? Vous êtes toujours parti dans le délire de faire vos trucs ?

Koffi -Jamais. Toujours hardcore, ah ouais. On change pas.

Spleenter -Du coup, dans le rap Français, vous avez quelle références ? Parce que je me souviens d’une interview où Express disait qu’il avait pris son blase par rapport à Express D. T’as quelle références, toi ?

Koffi -Dans les anciens, Time Bomb, La Cliqua, Mafia K1 Fry, Expression Direkt, moi aussi j’ai beaucoup écouté. Les grosses équipes en fait, quand y en avait.

Spleenter -pas trop Ministère AMER ?

Koffi -Franchement, j’aimais bien, mais pas trop. J’ai bien aimé « Sacrifice de poulet » dans La Haine.

Teo -Et TSN ?

Koffi –TSN si si si ! Je les connais bien, Parano Refré, J l’Tismé. Surtout J l’Tismé. Tous Simplement Noir, j’avais oublié.

Teo -D’ailleurs, je trouve qu’y a une petite influence TSN dans Absolut. Par exemple, sur Le sum ça reprend un refrain connu de chanson française, c’était TSN les premiers à amener ce genre de choses là.

Koffi -Ouais, si. En plus c’est des gars du 18, eux. J l’Tismé il habitait dans la cité d’un pote à moi, donc c’est un grand de chez nous. TSN, ouais. Et les grosses équipes, comme je t’ai dit, Expression Direkte, quand ils faisaient poser Rohff, au tout début. Mafia K1 Fry quand ils étaient vraiment tous là, la grosse équipe, avant que LAS Montana meure. La Cliqua au tout début. J’écoutais vraiment beaucoup La Cliqua. Et aussi les gars qui sont arrivés de Marseille et qui faisaient des freestyles avec Time Bomb.

Teo –La FF ?

Koffi -Ouais voilà. Eux aussi j’ai beaucoup kiffé, la FF. IAM vite fait, tu vois ? Mais IAM, MC Solaar, j’aimais quand même, même si c’est pas ce que j’ai le plus écouté.
Mais la FF, ils étaient bons. Surtout quand ils avaient fait leur truc là « Le retour du shit squad« , ils m’ont mis une laque là. Avec les 3ème oeil et tout ça, cette équipe. Ils m’ont mis bien, eux. Franchement, ils m’ont inflencé. En tout cas j’en ai écouté. Après je fais pas vraiment le même rap qu’eux ; mais à l’époque si, mon rap ressemblait à ce que eux faisaient.

(petit silence)

Teo -Je cherche des questions… (parce que oui, la plupart des questions qu’on pose, on les trouve sur le moment)

Spleenter -Moi j’en ai toujours.

Koffi -Vas-y !

Spleenter -Tu suis les séries ?

Teo -Rhoo ! Les questions pièges…

(Et c’est parti, à partir d’ici ça va devenir vert foncé jusqu’à ce qu’on reparle de musique. Je préviens pour ceux qui s’en foutent du cinéma et des séries ou qui veulent juste avoir des actus sur la musique, on sait jamais)

Koffi -Ouais, des séries, ouais. Mais c’est des séries qui sont arrêtées, que je télécharge, hein ?! Je kiffe bien « Sur écoute. »

Spleenter -Et si tu devais prendre un personnage de ‘sur écoute’, ce serait qui ?

Koffi -J’oublie toujours son nom. Celui qui est à l’université.

Spleenter -Stringer Bell ?

Koffi -Stringer Bell ! C’est un bâtard, lui, stringer Bell. (rires)
Et il se fait butter. Lui c’est comme moi. Si je devais avoir un rôle ou même dans la vie, j’aimerais être comme lui.
Le fait de faire du bizness, mais d’aller à l’école…
Il est fort, quand même.
Quoi d’autres comme séries, encore ?…

Spleenter -The Shield ? Soprano ?

Koffi -Soprano, plus que The Shield. The Shield, pas trop. Vick Mackey il m’énerve un peu, tu vois ? Mais c’est marrant quand même, j’ai regardé vite fait. Mais ce que je kiffe vraiment, c’est Soprano et Sur écoute. Après c’est les trucs cools, ça sert à rien que je le dise. (rires)

Spleenter -Tu vas nous sortir quoi, là ? Plus belle la vie ?

Koffi -Nooooon ! « brothers and sisters » je sais pas si tu vois c’est quoi ? Ou bien « Grey anatomy » des délires comme ça. « Doctor House », des trucs cools, tu vois ?
Mais en vraiment dur, Soprano et sur écoute. Ou bien l’autre là, Weeds.
Prison break aussi, à un moment, mais ils m’ont saoulé !

Les 2 -Normal.

Koffi -Là c’est trop. Toujours se faire enfermer, ressortir… Au début y avait un bon concept mais après ils se font toujours enfermés, partout. Partout où ils vont, ils se font toujours arrêter. « On va ressortir ! » Ça tourne en rond.

Spleenter -À l’ancienne, t’avais Oz, aussi.

Koffi -Ah ouais, Oz, ouais. J’avais oublié. C’est bien, tu me rappelles des trucs.

———-Là ça va partir dans les souvenirs de Oz. Va y avoir du spoiler, un peu. Donc si t’as pas vu cette série, déjà va la voir, ensuite reviens lire ça———-

Teo -Oz c’est incontournable.

Koffi -C’est culte !

Spleenter -Pareil, quel perso ?

Koffi -Y avait tellement de gars dedans… Déjà, celui que j’aimais pas c’est le gars avec ses locks, sur la chaise, il me saoule celui là.

Spleenter -Le mec qui fait le narrateur !

Koffi -Ouais ! Ah il est relou celui là…
Sinon y en a plein. Y a Adebisi mais il est dingue, il a pété les plombs à un moment. Attends, y a qui aussi ?

Spleenter -Y a les musulmans…

Koffi -Ouais, lui aussi il est relou, Kareem Said, musulman ci, musulman ça. Franchement j’ai pas de tête dans Oz. Non parce qu’ils sont tous relous, je te jure. Même quand t’en kiffe un, mais il devient toujours relou à un moment.

Teo -Ils partent toujours en couille.

Koffi -Voilà, que ce soit les Chicanos, les Chinois… Y a même un Chinois ! Il était relou lui aussi. Il s’est fait tuépar les chicanos, je crois.

Teo -Ouais, y a une histoire comme ça.

Koffi -T’as vu, à un moment, le chicanos c’est le boss mais il se fait tuer par ses propres gars. Mais par contre, celui que je déteste c’est le keumé des… des trucs, là…

Spleenter -Les nazis ? Schillinger ?

Koffi -Ouais, lui ! Il est relou Schillinger, je te jure !

Spleenter -T’as du kiffer quand son ex victime, Beecher, le met à l’amende.

Koffi – si si ! mais même Beecher c’est un bâtard aussi à la fin. En fait, t’en kiffes plusieurs mais ils font toujours un truc qui te vénère à la fin.

Teo -Beecher, lui, tu sens qu’il peut partir dans toutes les directions. Il part trop de fois en couille pour revenir puis refaire de la merde.

Koffi -C’est des oufs ! C’est des bâtards ! En plus y a plein d’histoires avec les enfants dehors qui se font tuer. Je te jure, on dirait que toutes leurs vies sont en taule à eux. Même quand quelqu’un peut s’en sortir, ils le ramènent en taule ou bien il est dehors et il se fait violer. Y a que des commandes par dehors, tu vois ou pas ?
Non, c’est des oufs ! Mais le nazi il m’énerve et celui dans sa chaise aussi. En plus, tu sais comment il a eu son truc, lui ?

Spleenter -Ouais, c’est quand il se fait péter.

Koffi -Voilà, il baisait puis il se barre par la fenêtre.

Spleenter -Il bute un keuf, et l’autre keuf voit son coéquipier canné, il le pécho et il le jette.

Teo -Comme une merde. Et après, t’as une histoire là dessus, quand il est parterre, t’as un fliquette qui le voit. Après, cette keuf c’est sensé être la meuf du gars qui fait la taupe dans la prison. Il se fait passer pour un Jamaicain, Desmond Mobaye, un truc comme ça. C’est le mec qui joue Daniels dans The Wire. Et le mec dans sa chaise roulante, il la reconnaît.

Koffi -Ah ouais !

Spleenter -Ouais, l’indic.
——-c’est bon, vous pouvez revenir——-

Teo -T’es pas prêt de voir une série comme ça en France…

Koffi -Même ‘Sur écoute’. Ça passait à un moment sur Canal Jimmy, ils ont passé que 2 saisons.

Teo -The wire (Sur écoute en VO) ça passait à un moment sur France Ô.

Koffi -Ouais mais voilà, France Ô.

Spleenter -France ôutre-mer. (rires. là on rigole, pas parce qu’on se moque de france ô, spécialement,  mais mettre the wire sur france ô ça prouve bien que même les séries US ont pas la place qu’elles méritent à la TV frinçaise… bande de cons)

Koffi -Je te jure ! Je sais même pas pourquoi ils ont arrêté de diffuser cette série. Peut-être qu’ils voulaient pas montrer aux gens comment s’organiser… Parce qu’ils ont une organisation de dingues. Avec la cabine et tout ça, là.

Spleenter -Ouais, bah après j’ai plus trop de questions… Si ! T’as vu le dernier Batman ?

Koffi -Là où le Joker il est vraiment méchant ?!

Spleenter -Ouais.

Koffi -Bah c’est le meilleur Batman.

Spleenter -Voilà !

Koffi -Je crois même qu’à un moment j’ai versé une larme tellement le Joker il est vraiment relou. Il est relou dans ce film, je te jure ! Je crois que dans la méchanceté, c’est le plus relou. Dans les films y a toujours des méchants, mais lui c’est le plus méchant. Même à la fin il lâche pas l’affaire. Pour te dire, je me souviens même pas comment il est buté.

Teo -Il canne pas à la fin. 

Koffi -Et il canne pas ?!!… Je me souviens qu’y a l’histoire du bateau. Il veut faire péter les 2 bateaux. Même pour ça, il nique tout le monde ! Il est reeeeeelooooouuuu !!! Je crois que même Batman en a marre !

Teo -Mais quand même, à la fin, il peut pas le tuer. Il rattrape le Joker qui tombe. (ouais, là aussi on spoile, mais si t’as pas vu The dark Knight, tu fais quoi de ta vie ?!) et l’autre il golri en se faisant remonter.

Koffi -Il est relou !

Teo -Et là t’as la caméra qui se retourne, lui il à la tête normal et c’est tout le monde qui est à l’envers. Là tu comprends tout le délire du bonhomme. Il a retourné le monde.

Koffi -Il est relou. Je te jure.

Teo -Mais lui il canne pas. C’est l’acteur qui canne après.

Koffi -Ouais voilà ! Tellement il est allé loin. Je crois qu’il a pris trop de drogues. C’est son meilleur rôle. Il a eu un prix pour ça. Ah il est relou ! Je te jure, j’ai pas pleuré comme un ouf mais j’avais une larme tellement il était relou. Je voulais même arrêter le film « t’es trop relou ! » Tout le temps ! Il a toujours un truc à faire. Faut qu’il fasse sauter des hôpitaux, des bateaux, des trucs « Bam ! » il rigole.
Même quand tu le niques, il golri. Tu peux rien faire en fait. Tu le tapes, il rigole, il s’en bat les couilles de tout. Ils ont dit une belle phrase « Tu peux pas combattre quelqu’un qui a pas peur de mourir » pour dire à quel point il est relou dans le film.

Spleenter -Il le dit à Batman « tu peux rien me faire. »

Koffi -Tu peux rien lui faire. En plus, lui il kiffe ! Il s’en prend même aux autres mafieux. Là où j’ai vraiment péter un plomb c’est quand il se prend la tête à voler l’argent et à la fin, il le brûle. Et c’est un paquet de fric !

Spleenter- C’est une montagne.

Koffi -Et il la brûle, comme ça. Il dit « j’ai fait ça pour le plaisir » Mais il est fou mon frère. Même l’argent, il s’en fout. Tu peux pas l’acheter. Tu peux pas le tuer. Lui, en fait, quand il a un but, il sait ce qu’il veut !

Spleenter -C’est la phrase d’Alfred ça « Il y a certains hommes qui veulent juste voir le monde brûler. »

Koffi -Il veut rien ! Après tu réfléchis, tu te dis que si t’as quelqu’un comme ça sur le dos : t’es mort !

Spleenter -Ah bah c’est fini…

Koffi -Je te jure, t’es mort ! Il veut rien ! L’argent ça va pas le calmer, il veut pas de meuf, il baise pas, mourir il s’en fout, tu le tapes il rigole… Même quand il se fait arrêter et qu’il provoque le gros « vas-y tape moi ! tape moi ! » Franchement, j’ai jamais vu ça. Y avait déjà un film avec le Joker.

Les 2 -Avec Nicholson.

Koffi -Ouais. Il était pas comme ça… Jusqu’à la fin où Batman devient hors la loi. Y a un truc chelou comme ça, je crois.

Spleenter – Ils sont sur le tournage de la suite. Avec toujours le même Batman, le même Alfred, le même commissaire Gordon, y a Tom Hardy qui va faire Bane, Anne Hathaway qui va faire Catwoman et Marion Cotillard qui va faire de la merde.

(+ de détails ici : http://www.premiere.fr/Cinema/Photos/Reportages/PHOTOS-The-Dark-Knight-Rises-le-point-sur-le-casting-2684573/(gid)/2684573 )

Koffi -Mais franchement, je crois pas qu’il sera top comme celui là. Dark knight. Tout le monde m’en parlait de ce film, je disais « c’est du cinéma, c’est du cinéma… » après j’ai téma comme aç et j’ai dit « ah il est relou ! »

Teo -C’était pas de la psy.
 
Koffi -C’est pas de la psy. Il m’a mis d’accord, le film. J’en pouvais plus ! J’aime bien les méchants dans les films d’habitude, mais là il est trop, il abuse !

Teo -Dans la salle, tout le monde se marrait. T’es obligé d’être avec lui ! C’est la pire pourriture mais tu kiffes, t’es avec lui.

Koffi -Grave ! Mais il abuse ! Il a aucune pitié. Surtout l’histoire des bateaux. Quand ils doivent se battre pour voir qui va faire sauter qui. Et lui ça le fait rire. pour lui c’est une blague. Il attend de voir si ça va sauter. Parce qu’y a au moins un bateau qui va sauter.

Spleenter -D’un côté, tous les taulards, de l’autre les citoyens. Et ils ont chacun la commande pour faire sauter l’autre bateau.

Koffi -Et aucun fait sauter. Heureusement.

Teo -C’est là qu’un taulard jète la commande.

Spleenter -D’ailleurs c’est le truc le moins réaliste du film. Normalement les taulards, ils ont la commande, ils se posent pas la question, c’est l’émeute.

Koffi -Là en plus, les taulards c’est des pourris.

Teo -C’est du taulard de Gotham City.

Koffi -Ça veut dire que c’est des gros bâtards, mon gars. C’est vrai ce que tu dis en plus, ça veut dire que c’est des plus gros taulards, c’est des oufs !

Koffi -Moi je réponds à tout, t’as pas vu depuis tout à l’heure ? En peura, je sais pas quoi dire d’autre. À part qu’y aura des nouveaux concepts dans mon album. des nouveaux délires. Koffi -Si vous voulez j’ai ramené des morceaux, je peux vous faire écouter.

(Avis à tous les gens qu’on va interviewer à l’avenir, prenez en de la graine, Koffi il a ramené des sons et des clips. Parmis lesquels on retrouve un clip à caractère limite érotique qui a été refusé sur youtube et dailymotion ou autres. Et un son bien violent produit par Kamal de la Famille Haussmann qui fera dire à Spleenter : »Faut impérativement que j’ai ce son quand il sera mixé pour le foutre en boucle à fond et faire chier mes voisins. »)

Teo -Sur Clubbanger tu dis « Les meufs me sucent comme si j’avais fumé un porc. » tu dirais que c’est pour impressionner et serrer des filles que les jeunes caillassent la police ?

Koffi -Non, mais les meufs, c’est chelou. Parfois on dirait qu’elles kiffent quand tu fais des conneries. Mais nous aussi on est comme ça. Par exemple, j’ai un pote, un jour y a un keuf qui vient vers lui, c’était à l’époque de la police de proximité, et donc le keuf va vers lui, tu vois ou pas ? Peut-être il voulait le contrôler, sûrement même, mais quand il est arrivé devant le gars, d’un coup, le gars met une patate au flic, comme ça ! Et il se barre en courant. Je te jure, on l’a sucé toute notre vie pour ça ! (rire général)

Spleenter -Et vu que t’as des gros morceaux club, comment tu prépares la scène, est-ce que tu kiffes ?

Koffi -Je kiffe, franchement. Pour monter sur scène, je prépare un show avec des danseuses. Et des gros trucs, tu vois ou pas ? Pas un truc comme les rockeurs, mais des danseuses, un show en début et pendant le concert. Une ambiance, quoi. Ce sera pas juste rapper avec un DJ derrière, moi c’est pas mon truc.

Teo -Et pour trouver les salles ?

Koffi -En fait, nous on va jouer dans les salles d’associations de quartiers. Après tu t’arranges par rapport à ça, si toi t’as une association, tu vas les voir, c’est des associations par rapport aux mairies. Ils te laissent des salles. Soit tu payes 200, 300 euros, soit t’as des salles de 50 personnes, y en pratiquement dans tous les quartiers et c’est ce qu’on va faire.

Teo -Du coup, ça fait encore un investissement pour vous ?

Koffi -Non, même pas. Tu peux le faire gratuit. En fait si t’arrives avec une association, tu vas voir les MJC, tu dis que le concert est gratuit, tu payes pas la salle.

Spleenter -Donc en gros tu vas ramener des danseuses en MJC ?

Koffi -Ouais ! En fait c’est pour faire parler. Que les gens il disent « y’avait un show. y’avait des danseuses. » Après, nous on va faire un encadrement pour qu’elles aient pas trop d’embrouilles.

Teo – Toutes en maillot de bain !

Koffi -Elles seront habillées normal, elles auront des leggings. Pas trop en string, parce que les strings et les trucs comme ça, c’est interdit. Par rapport à la mairie, tout ça, string et alcool sur scène, tout ça. Mais après, nous, t’as vu, on va s’arranger.

Teo -Y’a toujours des techniques, rhum ambré et jus de pomme dans la teille d’Ice tea, ça passe crême.

Koffi -Voilà ! Tu connais, y a toujours une manière. Parce que moi, je termine l’album et après je suis parti pour faire ces concerts ! Pas franchement tout l’album mais 5 ou 6 sons. Je les fais et je vais venir avec une équipe. Express va faire ses morceaux, Autop C, Ceerano ; comme nous on est beaucoup à rapper dans le quartier, on est une vingtaine, je peux faire passer du monde, tant que ça fait un show d’1 h30, après c’est bon. Je veux pas saouler les gens, je fais que 5 ou 6 morceaux, moi.

Teo -Ouais, tu fais un plateau.

Koffi -Voilà. À la cainri, tu vois, on ramène du monde. Après ça tourne.

Teo -Si tu fais un petit truc bien carré avec des danseuses dans une MJC, ça peut faire parler, en plus.

Koffi – C’est ça. Tout ce que je fais, je filme. La dernière fois, je suis parti à la radio, je filme. Et je vais balancer après. En plus ça permet d’aller voir des salles, de leur montrer « moi ce que je fais, c’est ça. » Y a toujours moyen de faire du bizness mais c’est bien de montrer aux gens directement. Pour un concert pas connu, ils disent « tu fais quoi ? » tu leur montres. Après ils voient, ça leur parle, ça leur parle pas, mais au moins ils peuvent savoir.

Teo -Et t’as un plan d’attaque ? Tu sais dans quel ordre tu vas balancer tout ça ? T’attends le bon moment ?

Koffi -Le bon moment, ce sera sur youtube. C’est au nombre de vues. Quand j’ai balance « OK negro », après c’est moi qui ai déconné, j’ai arrêté, mais quand j’ai balancé OK negro, au bout de 2 semaines, j’ai eu à peu près 800 visites. Après j’ai fait Boum Boum, 3 semaines après, et j’ai eu 1 200 visites. J’aimerais atteindre 5 000 visites, tu vois ou pas ? Le jour où je fais 3, 4 000 visistes, je me dis que ça commence à prendre. 4 000 ou 5 000 personnes c’est bon. Parce que rien que tu vends 3 000 albums en indépendant, c’est bon. Moi c’est ça que je vise. Après, si tu fais 10 000 en indépendants, t’es au top. Tu te rembourses déjà et t’es bien, tu vois ou pas ? Tu dis à Mac tyer « tu fais 10 000 » il est content.
Ça veut dire que si on fait déjà plus de 3 000, franchement, pour des gens pas connus c’est bon. Donc je vais me baser par rapport aux visites. Pourtant ça veut rien dire. Mais c’est le nombre.

Teo -Il suffit que j’y aille tous les jours et ça peut vite te faire 10 visites. Mais je l’achèterai pas 10 fois.

Koffi -Voilà ! Tu vois ou pas ? Mais 3 000 ça te pousse à faire autre chose. Alors que 818, 518… tu te dis « vas-y, le truc il prend pas encore… »
Quand je te dis que ça prend, c’est aussi parce que t’entends les gens. Ils t’appellent « ouais j’ai vu ton clip », là tu sens que ça prend un peu.

Teo -T’es dans un délire où tu vas laisser ta musique parler pour toi ? Parce qu’aujourd’hui, même les têtes d’affiches enchainent les vidéos…

Koffi -Ouais, on fera toujours des vidéos. Le concept, là, de Fouiny Story est bon. On est obligé, tu vois ou pas ? Faut toujours avoir une actualité. Moi, c’est une question d’actualité et de montrer de l’image. Quand tu saoules vraiment les gens, c’est que t’as atteint ton but et là tu peux disparaitre. Je te jure qu’il faut saouler les gens, comme à la radio : le matraquage. Sauf que nous on va le faire avec la video. Mais des trucs bien, pas des trucs où tu t’affiches et après tu peux plus sortir de chez toi. Des trucs où tu sors avec la tête haute. Si c’est pour qu’après on t’insulte, on te tape, on veut te tuer ou que les keufs sont en bas de chez toi, non. Mais je pense que nous on va passer par la vidéo.
On va en avoir plein ! Là j’ai balancé « OK negro », « Boum boum » et le truc à Miami « OP » ; j’attends un peu et après je balance le reste. De toute façon j’ai encore 10 autres vidéos. En tout, j’en aurais une 20aine. J’en ai plein en réserve, je m’y suis pris à l’avance.
Je me prends vraiment la tête, je préfère même sortir des vidéos que des musiques. C’est ça le trip de maintenant. Ça va être basé sur la vue. Même à la base, sortir un album ça m’intéresse pas en fait.
Parce que moi c’est un street, je peux même le donner gratuitement mais il faut voir comment faire. Après, si quelqu’un veut vraiment se prendre la tête à acheter sur une plate-forme de téléchargement, vas-y je t’empèche pas. Mais je pense que ça fera moins d’argent qu’avec les T-Shirts ou avec les concerts et les showcases.
Y a des gens qui font des showcases à 1 000 euros. Booba c’est 15 000 euros, s’il en fait 100, calcule… Mais je sais qu’y a des petits groupes qui font 1 000. La dernière fois, je sais que « Yougataga », Younes, il a fait 1 500. Il en fait 10, ça fait déjà 15 000 euros, en plus on t’amène des meufs et à boire, que demander de plus ? C’est pas un concert, hein, c’est un showcase.
La dernière fois, 113, j’ai un pote qui m’a dit qu’ils avaient fait 3 ou 4 000 euros. Ça, ça marche. Juste pour balancer 1 ou 2 sons, t’as ta bouteille, tes meufs et peut-être même qu’on te paye le trajet, l’hotel et t’as ton 1 500 euros à partager. T’en fais 50 l’année, t’es refait, tu vois ou pas ? C’est pour ça que les gens qui disent que je vais pas vendre d’album, je leur réponds que c’est pas ma cible. Ma cible c’est les T-Shirts, et là je les comptais même pas ; ma cible c’est vraiment les showcases.

Spleenter -Et vous en avez déjà des t-shirts ?

Koffi -Bientôt. Ça arrive. On a les noms, là.

Teo – « Baise les meufs au poids, évite de calculer leur âge » ? (rires)

Koffi -En fait c’est ça, faut jouer sur les phrases. En fait, t’attends juste quelqu’un qui fait une phrase, ensuite tu la balances. Nous, c’est déjà prêt.

Spleenter- Si vous faites celle avec le poids et calculer leur âge. J’en prends un pour Big Paul.

Teo -Moi j’en prends un pour moi, direct.

Koffi -En plus, les t-shirts tu peux les vendre quand tu fais des concerts ou même à tes showcases. Y a même un site qui peut te faire ça.

Spleenter –Laboutiqueofficielle, là ?

Koffi -Ouais. De toute façon, tu donnes juste le concept, eux ils le font, ils prennent un pourcentage et ils t’envoient ton argent au bout de 2 ou 3 mois. Tu sors même pas d’argent, c’est un bon bizness. Certains font des thunes avec ça. Ol Kainry et Mac tyer je suis au courant qu’ils font des thunes avec ça. Ils se rattrapent avec ça. Même néochrome avec Seth Gueko.
Certains français sont pas encore prêts pour les trucs clubs, mais ça tombe bien comme moi j’ai mes trucs Clubbangers, donc je suis prêt à y aller. j’ai 2 ou 3 sons clubs. Par exemple, comme vous me dites que « Tristement célebre » ça déboite, je vais le balancer en club directement. Les albums qui vendent, c’est rare maintenant, y a que Sexion d’Assaut qui est arrivé dans les nouveaux. Alors si je vends comme Sexion d’Assaut, pourquoi pas, mais dans la vie faut toujours savoir où tu mets les pieds. C’est pas pour faire le modeste, je suis un mec qui se la raconte, mais c’est pas dans mon calcul. C’est pas pour faire style et après ça vend et il crie. Non, non. Je crierai quand on m’invitera en boîte.
C’est pas de la langue de bois, mais même si ça marche c’est vraiment pas mon but. C’est sûr que c’est bien d’avoir l’album, t’es fier, t’as dédicacé tes potos. Certains me disent « tu vas pas faire 10 000, tu vas pas faire 5 000. Tu vas tomber dans les pommes. » mais je calcule même pas ces ventes. La preuve, je t’ai dit 3 000, faut toujours rester au niveau par rapport à l’argent que t’as investi. le top pour moi ce serait d’avoir « Tristement célebre » et 3 autres titres, dont un qui s’appelle « On fait sauter le club, » qui tournent en club. En plus, j’ai un DJ, ça veut dire que je peux même animer les soirées.
Si tu dis que tu veux Koffi Trop 2 Style, je viens, c’est toujours Absolut Treepsal. On fait 2 morceaux, tu me donnes 500, tu donnes 500 à mon DJ. Je prends ma bouteille, les meufs elles vont kiffer parce qu’elles auront vu l’artiste, moi je mène ma vie d’artiste, ma vie de bohème.
Mais se prendre vraiment la tête à sortir un vrai gros truc à la fnac et tout ça, j’ai pas encore les reins assez solides. Sauf si maintenant on fait une co-prod avec Banlieue Sale. Si La Fouine il écoute et il kiffe, ou Booba, ou même Rohff. On sait jamais dans la vie. Si quelqu’un vient avec un gros truc et me dit « viens, on fait une co-prod. » De toute façon, si y a un mec qui vient, il aura rien à perdre, on aura tout fait. T’as ton équipe, ta pochette, etc…
On essaie de taffer avec des gens au top. Médeline pour les sons, la Famille Haussmann aussi, ils ont même fait la pub pour adidas donc c’est qu’ils commencent à monter, la pochette c’est Fifou, il a fait tout le rap français. La vidéo, pour le moment c’est mes gars, mais je te mens pas, je vais être obligé de prendre quelqu’un qui de côté pour au moins un clip. On essaie de faire les vrais trucs, quand même. Fifou, c’est mon pote mais je le paye, tu vois. Peut-être moins que tout le monde mais je le paye. Médeline, je paye pas, mais ça reste normal. Mais Fifou, lui, je le paye quand même. Fifou, je le connais depuis longtemps, on se connait tous depuis longtemps.

Teo -Mais il fait aussi des clips, non ?

Koffi -Si, il fait des clips. Lui aussi il doit m’en faire. Donc voilà, si on part dans un délire co-prod, tout est déjà fait. Et je travaille avec des gros trucs.

Spleenter -T’as des infos sur les projets de tes collègues ?

Koffi -Ouais, Autop C il est sur une tape, là. Il va même faire un clip, bientôt. Express, il prend son temps, il taffe sur un album. Peut-être qu’entre temps il va rebalancer une mixtape. Il avait balancé une mixtape gratuite dernièrement. La swagg tape vol. 1. Peut-être qu’il va en faire une 2e avant son album, mais là il est sur son album. Krem, lui, il va repartir ; il a sorti son album, il a sorti une mixtape, Hitjacking. Genre il reprend des beats américains et il pose dessus. Son album, je sais pas c’est quoi les retours. Là il veut refaire Hitjacking volume 2. Après y a des petits de chez moi, CBR, tout ça, mais c’est des petits, ils sont pas connus. Kappacci, il a arrêté un peu, il va revenir bientôt. Mais là il a ouvert un salon de coiffure. Il est dans le bizness des cheveux. Dés qu’il a le temps il revient, mais tu vois, c’est dur. Enfin ça va.
Joe Lucazz, lui il taffe sur son album mais il sait pas avec qui il va le sortir. Ah si. D’abord y a un album avec un autre mec en commun.

Teo –Kenny Kenz. Mais il a plusieurs trucs de prévus, Joe. Il prépare peut-être un EP, genre 10 titres, mini album. Celui avec Kenny kenz et le solo aussi. Je crois que Cassidy va ou a posé pour un de ses projets.

Koffi -Mais lui il aime bien ! De toute façon, c’est des gars qu’il aime bien, Cassidy, Ill et Le Rat Luciano. C’est son équipe, ça. De toute façon, c’est le même délire. Pour moi, s’ils faisaient une équipe ce serait excellent. Tu me dis un album en commun de Joe Lucazz, Le rat, Ill et Cassidy, ce serait un truc de dingue, hein ?!

Spleenter -Ah ouais…

Koffi -Pour moi ce serait un truc de dingue. Ils avaient fait So Parano, avec Ill, Lucazz, Cross et Work. Ce serait basé sur le même délire. Mais déjà, un des morceaux de So parano, c’est ce qui inspiré le court métrage. La chanson « Le monde de demain ».

Koffi – Ce sera peut-être même le générique de début. Après on va faire notre chanson à nous aussi, pour le court métrage. Mais il est bon ce morceau « Pute de vie. C’est quand t’existes plus qu’on t’aime le plus. » Qu’est-ce que tu veux que je te dises ? Ah, il est violent ce morceau. Le monde de demain… Franchement dans ce morceau… Il a toujours des bonnes phases, mais la franchement il a dit la vérité ! Moi j’aime bien ce morceau. Ah. Joe Lucazz…

Teo -D’ailleurs, je voulais l’appeler mais il était sur messagerie, dernièrement.

Koffi -Il est toujours occupé, hein. En même temps, il est comme moi, il vit, il sort. Il est tout le temps dehors, tu vois ? C’est pour ça que notre rap il avance pas. On est foutu en fait. Parce que tu peux pas te priver d’un truc, tu veux vivre aussi, tu vois ?

Spleenter -Du coup, vous avez jamais connu de DA ou de mec comme ça ?

Koffi -Franchement, jamais. Je mens pas. Je dis pas qu’on serait loin, mais on serait dans une autre sphère, tu vois ou pas ? Y a jamais eu vraiment de situation comme ça. Moi j’aimerais, tu vois ? Parce que franchement, quelqu’un qui te dit « va là, vas voir le blavog, passe à la radio, etc… » Bon, là on le fait entre nous, c’est bien. Mais c’est souvent aussi bien que quelqu’un le fasse, tu vois, parce que ça t’enlève un poids, déjà.
Comme les cainris en fait. Ton job c’est que écrire, choisir les sons, l’artistique, après tu rentres en studio. Nous on fait tout. C’est pas qu’on est découragé mais je préfère aller en vacances, aller en boîte, ou bien je reste chez moi et je glande, tu vois ou pas ? Et après ça coupe ton inspi à un moment, tu dis que t’as plus envie d’écrire, que t’es fatigué. Sans compter qu’après, les gens ils vont en taule, mais ça c’est les aléas de la vie…
Au bout d’un moment tu te dis « je calcule pas tout ça« . Et quand t’as pas de plan, faut sucer ou bien casser les portes. À un moment t’en as marre.
C’est pour ça que ce serait bien d’avoir une structure. Les structures ont les plans. Et toi tu viens de leur part.
Par exemple, là je dois faire l’émission de Pascal Cefran. Je le connais depuis longtemps, c’était le petit à Bob. Il mettait le son et l’autre il gérait. Donc c’était son petit, il avait même pas la parole. Moi j’étais là, j’étais pas une star, mais j’étais un peu connu avec Roi de L’Assos. Neochrome, ça marchait donc on faisait toujours les promos avec eux.
Ça veut dire que nous, on était peut-être petits, mais j’étais plus côté que lui.
Maintenant que lui, c’est Pascal Cefran, que je connais depuis ce temps, Joe Lucazz me dit carrément « si tu veux passer à la radio, tu passes avec moi. Parce que c’est Pascal Cefran chez qui je fais ma promo. Comme ça on fait notre promo en commun. »
Ça veut dire que je suis le petit de Joe, ça me dérange pas, Joe Lucazz c’est mon gars, c’est lui qui m’a proposé et j’ai même dit oui, mais ça veut dire qu’ils te la font à l’envers. Une fois au top, ils font styles qu’ils te connaissent pas…
Si je vois Pascal Cefran, il va rien me dire, mais pour rentrer dans la radio c’est une autre histoire. Si je le vois dans la rue il va me dire « ça va Koffi , tu vas bien ? » mais c’est tout. Pour parler musique, pour parler d’album, on doit faire autre chose, on doit dire « dans mon album, je fais ci, ça. » on doit raconter des histoires à des types qu’on connait depuis des années. Moi quand je venais, je buvais ma canette et je passais à la radio. Et lui il nous regardait en se disant « peut-être que ceux là seront des stars » ou qu’on allait monter, on sait jamais. Mais maintenant il nous regarde de haut.
C’est pour ça que dans le rap français, je sais pas ce qui se passe.
Booska P, on y allait. Fif c’est le petit d’un grand que je connais. Même si c’est quelqu’un de mon âge. Au début il nous laissait faire ce qu’on voulait, on lui a passé des clips ; mais maintenant c’est devenu comme skyrock, faut payer, t’as plus le droit de dire de insultes, ils filtrent tout. Certains payent mais d’autre pas, on sait pas pourquoi. On sait pas ce qu’ils veulent. C’est pour ça que le rap français, on avance pas…
C’est pour ça qu’il faut faire ses propres réseaux et s’en battre les couilles. C’est pour ça que nous, on est plus marginal. On fait ce qu’on a à faire. Y a un truc que Booba a dit, quand le public t’aime, tu peux pas boycotter. Tu peux pas boycotter un million de personnes ou même 10 000, même 1 000 personnes.
Par exemple, toi t’as un site, tu veux pas me mettre mais j’arrive à ramener 1 000 personnes, 1 000 visiteurs, je te jure que je te calcule pas. Même si je sais que ton site il peut me ramener 50 000 personnes. Moi je suis sûr que je peux ramener au moins 1 000 personnes à mon concert, qui me ramènent tous 5 à 10 euros. C’est mon argent au moins, personne ne viendra me le demander.
Mais certains comprennent pas le bizness. Ceux qui niquent le bizness, c’est ceux qui se plaignent après.
Mais perso, j’ai pas la haine de Pascal cefran, mais je conçois pas. Moi je l’ai vu quand il commençait, je me la racontais même pas, j’étais cool avec lui, mais je sais pas, maintenant c’est une autre histoire pour venir le voir. Maintenant, je dois dire que je suis signé, que mon album sort au mois de juin, donner une date, dire qu’il y a La Fouine sur mon album, faire un truc de dingue pour qu’il me dise « Ah ! Koffi ! Je passe ton album ! »
Mais si je passe jamais en radio, personne m’entend, comment je signe ? Si j’ai 0 promo, comment je peux donner une date ?

Teo -Mais Génération ça a changé aussi, depuis. Peut-être qu’il fait que suivre des directives.

Koffi -Ouais. Mais y a toujours des coups de cœur. Même fred de sky, parfois, il passe des coups de coeur. Il passe des sons que t’écouterais même pas. C’est des journalistes, même si c’est du rap, c’est ça le taff d’un journaliste dans la musique. C’est de dire « c’est moi qui l’ai découvert lui. »
T’as toujours le côté découverte. T’aimes bien chercher et trouver un truc. t’attends pas toujours qu’on te dise « mets ça, mets ça. » Le mec du moment, tu le mets, mais Pascal cefran il peut dire « Koffi je le connais depuis longtemps, il a fait Roi de l’Assos. Alors tu reviens, tu sors un album. » Il peut dire ça.
Mais bon, t’as vu, tranquille. Moi j’accepte le game. Si je passe pas à la radio, je vais pas mourir…
Moi, mon truc c’est internet, c’est mes petits soldats, c’est des petits de 15, 16ans, ils ont tous des I-Pods, les MP3, tout ce qui fait internet, ils vivent que de ça, ils regardent même plus la télé. Les séries, ils les regardent sur internet. Moi je vise ce public là.
C’est pour ça que je veux produire des petits Absolut Treepsal, parce que moi je veux les baiser comme Young Money. Moi je veux attirer les petits. C’est ça mon bizness, c’est marketing. Parce que je sais que les gens de mon âge, en concert, ils vont pas faire une dinguerie. Ils vont me regarder, c’est tout.

Teo -Bon courage pour trouver une Nicki Minaj française. (rires)

Koffi -Non, moi je vais mettre que des mecs. Je vais mettre des mecs tatoués, fashion, qui ont la crête. Tu vois pas que moi j’ai la crête, déjà ? C’est pour faire style. C’est la mode de maintenant, je vais faire que ça, baiser les gens. Mais faut qu’ils soient bons, quand même. Et que j’aime bien. Faut cautionner.
En plus, c’est vrai, c’est comme ça que ça marche, faut laisser la jeunesse un peu. Faut pas bloquer les gens. Si jamais ça marche, après je les mets en avant.

Spleenter -T’as un mot de la fin ?

Koffi -Que les gens se tiennent au courant des actualités et qui m’aime me suive en concert ou en boîte. C’est tout ce que je peux leur promettre. On est pas des stars, on est comme tout le monde. On peut nous voir partout, dans la rue, en boîte, partout. Mon délire c’est d’ambiancer les gens, de les faire kiffer. Si tu mets ton argent, au moins tu viens voir un show, un truc artistique. Plateau d’artistes, ça veut dire que si on peut on amène d’autres artistes qu’on connait. Je connais Nessbeal je peux lui dire « viens placer un morceau« , faire des trucs comme ça. Faire kiffer les gens.
Je te parle pas d’unité dans le rap, hein ?! Mais juste faire kiffer les gens. Si je peux faire monter l’S-Kadrille, je les fais monter.
Faire kiffer les gens. Si tu les a fait rêver par rapport à tes clips, par rapport à tes textes, faut continuer à les ambiancer, tu vois ou pas ?
Plus tard, le vrai délire ça serait créer une association et aider les gens, tu vois ou pas ? Ça c’est un projet que j’ai depuis longtemps. Faire des concerts pour faire des caisses pour ceux qui sont en taule. Pour ceux qui meurent dans les embrouilles de cités, qu’il faut ramener au bled, qu’on peut même pas enterrer ici. Pour aider les familles.
Ou par exemple, moi je vais en boîte, je vois ceux qui boivent de l’alcool et qui meurent dans des accidents. Tout ce qui me touche vraiment, parce que comme je t’ai dit, moi je dis toujours des trucs de bâtard mais je veux me rattraper par des trucs à côté.  
C’est bien les paroles de Belly, mais le vrai truc ce serait de créer des associations caritatives et de gratter de l’argent. Pas pour voler. Parce que peut-être qu’y en a qui vont penser que je suis un escroc. Mais de toute façon c’est pas moi qui vais gérer, moi je serai juste une image, mais je vais pas gérer. Donc je toucherai pas l’argent. Mais ce sera créé avec des amis, des meufs que je connais, des gens sérieux, faire une association pour redonner aux gens. Pour les aider. Pour les trucs qui m’ont touché. Moi j’ai plein de potes qui sont morts dans des embrouilles de cités, j’ai des potes qui sont en prison, même ceux qui sont pas mes potes, on peut aider une famille, des femmes battues, des trucs qui touchent tout le temps. Ou bien celles toutes seules avec leur enfant. 
Ce serait une suite logique de mon rap. Parce que j’ai le côté je veux baiser, je veux rapper, je veux faire la fête, je suis une rockstar de toute façon, je suis fou mais j’ai aussi un côté où je veux aider.
Je pense que si quelqu’un perd un membre de sa famille, si tu peux donner 500 euros pour les obsèques, c’est déjà ça.

Spleenter -C’est marrant, t’es un peu à la fois Lady Gaga et mère Thérésa.

Koffi -Ouais ! Parce que moi je me dis que ce que tu fais tu peux pas le faire gratuitement, tu vois ou pas ? Je sais pas comment t’expliquer. Sinon t’es comme le Joker dans Dark knight ; mais tu peux pas faire les trucs gratuitement.
Moi je crois en Dieu, tu vois, et je me dis que si on me laisse faire mon délire, faut rattraper derrière. Si Dieu il me laisse la chance de faire des concerts, de monter sur scène et dire « fuck la police » et qu’on me donne 10 000 euros pour ça, je vais pas garder mes 10 000 euros parce que je dis « fuck la police », je ferais mieux de les redonner, tu vois ou pas ?
Si cet argent c’est pas pour mettre bien ta famille et des gens qui en ont besoin… C’est sûr que tu vas en garder, parce que t’as un train de vie, tu dois faire rêver les gens, tu dois avoir la voiture, les bijoux, tu continues à vivre aussi ! Parce qu’après t’as une image qu’il faut toujours embellir. Y a pas de souci. Mais faut toujours garder un peu pour aider ceux qui ont pas, tu vois ?
Ne serait ce même que pour les autres mcs, par exemple on me donne de l’argent parce que je dis « fuck la police » ce serait bien que je fasse un studio pour que les autres rappeurs rappent, ils peuvent pas payer les petits de chez moi. Rien que ça, je les aurai aidé.
Maintenant, si eux ils font de l’argent et que ça devient des bètes de stars comme Sexion d’Assaut et qu’ils me disent « Koffi, check ! Koffi c’est grâce à toi ! » ils me donnent un petit billet et un chèque à leur famille, t’auras déjà fait quelque chose dans le game. Moi je pense que c’est comme ça qu’on doit avancer, tu vois ou pas ?
Mais que certains rappeurs ne font pas, ou qu’ils n’ont pas fait.
Nous on va essayer de le faire. Déjà, si moi j’y pense alors que je suis pété et eux ils sont devant, ils le font pas, c’est dommage. On aurait déjà avancé sinon.
Mais je pense que les bêtises qu’on fait, que ce soit les stupéfiants, les trucs comme ça, parce que je te mens pas, les stupéfiants, comme je t’en parle, c’est fashion, tu vas croire que c’est hype, que c’est stylé ce que je dis, mais franchement c’est pas stylé, vas-y les parents pleurent, tout le monde à la haine. Même moi, j’aurais préféré, au lieu de vendre de la drogue, que juste je rappe et qu’on me donne de largent, tu vois ou pas ? Même si je suis à côté de gens qui taffent sérieux ou qui fument, j’aurais préféré ne pas en vendre.
Et que je sois pas obligé de prendre le risque de lui vendre, et même de le mettre lui dans l’embarras, de me balancer et après de vouloir le niquer. Et après être en prison. C’est tout un schmilblick, comme on dit. T’es comme ça, t’as la haine, tu préfères avoir l’argent facile.
Donc je me dis que si, franchement, Dieu te donne la chance de monter sur scène, de faire des albums, de rester en vie, de faire kiffer des gens, qu’ils te kiffent qu’il te disent « je kiffe trop tes sons ! je suis prêt à te donner de l’argent. » De l’argent pour lequel, peut-être, ils taffent. Peut-être qu’ils peuvent faire des trucs de ouf avec, mais ils te le donnent ! T’en redistribues pas une partie ? C’est que t’es un ouf !


Après c’est normal que t’aies des couilles dans la vie. Parce qu’on t’a donné la chance de faire quelque chose et tu fais rien.
C’est quelque chose que j’ai kiffé dans le 19, chez nous, quand j’ai commencé à rapper, c’est les grands de chez nous. Parce que je te mens pas, ils ont vraiment vendu de la drogue, ils en ont vendu beaucoup et là, ils ont ouvert des magasins, ils ont des laveries et même eux ils ont commencé à rapper. Certains ils rappent là, pourtant ils ont 40ans, 45ans, tu vois ou pas ? 
Je sais pas si ils ont pas eu de jeunesse, mais voilà. Comme j’ai vu dans un truc américain « le rappeur kifferait être dealer et le dealer kifferait être rappeur. »
C’est pas moi qui l’ai sorti cette phrase mais en fait c’est vrai. Et pour les français je dirais quoi ? « les voyous veulent être acteurs et les acteurs veulent être voyous. » Comme disait Alain Delon. C’est ça la vie ! Paccino, tout ça, ça fait kiffer. Y a les risques qui vont avec, mais voilà, ça fait kiffer.
Pour moi, en tout cas, c’est vrai. En tant que rappeur j’aimerais être Tony Montana et peut-être que Tony Montana il veut rapper. C’est comme ça.

Teo -Ça me rappelle une histoire, je sais plus si c’est Al Paccino justement ou Marlon Brando, un très grand en tout cas, dans le tout 1er cours de théâtre où il va, c’est celui d’une prof qu’était vraiment très reconnue. Et elle leur demande à tous « Pourquoi vous voulez faire comédiens ? » et ils répondent des trucs du style « pour être sur scène« , « parce que j’aime le public » et elle leur répond « Tout ça c’est des conneries ! Vous voulez être acteurs parce que vous avez pas les couilles de devenir gangsters ! »

Koffi -Bah oui ! Je te jure que c’est la vérité. Moi j’aurais kiffé être un gangster, mais je ne suis qu’un rappeur. Après, j’ai fait des petites bétises, mais c’est les bétises que tout le monde fait, ça. C’est rien.
Mais j’aimerais avoir l’hélicoptère, les costars en soie, avoir mille mecs à mes bottes, je gueule « viens par ici toi ! » Sarkozy il me parle, je lui dis « hé mon pote !  J’ai payé ta campagne ! » et je lui dis « Hé, la loi sur les casinos, ça me plait pas. »
Je te jure, tout le monde kifferait, mais bon, je ne suis qu’un artiste.
Mais je suis vraiment sérieux, franchement. C’est peut-être des idées comme ça, mais si j’ai du biff, je le ferai. Je dis pas ça pour que les gens achètent mon disque, même si ça fait pas par le rap ce sera peut-être par un autre moyen ; parce que mon but c’est vraiment de faire des associations pour redistribuer.
Déjà je donnerai de l’argent à mes proches, tu vois ? Mais après ce serait bien de faire un système que je donne un peu et que tout le monde soit amené à donner 1 euro ou 2. Comme ils font pour le cancer ou les trucs comme ça, tu vois ou pas ?
Mais pour des trucs que nous on vit plus que d’autres. Le cancer, je sais que tout le monde a le cancer mais ce qu’on voit aussi c’est des femmes battues, des mères célibataires, des meufs qui veulent avorter, ceux qui meurent par accident. Je sais qu’y a des gens qui cherchent pour le cancer et les autres maladies, mais y a d’autres causes encore.

Teo -T’as un autre mot de la fin plus positif pour pas plomber l’ambiance en fin d’interview ?

Koffi -Plus positif ? Qu’est-ce que je pourrais dire ? Vive le rap, t’as vu.
Vive le rap. C’est pas ce qui me fait manger mais c’est ce qui me fait kiffer en tout cas.

Spleenter -Il est bien celui là.

Koffi -Tu vois ou pas ?! C’est ce qui me fait kiffer. Parce que j’ai toujours la psychologie rap. Que je sois à l’école, dans la rue, au taff, je suis toujours dans le rap. J’espère que c’est bien enregistré. C’était quoi ma phrase, déjà ? C’est pas ce qui me fait manger mais c’est ce qui me fait kiffer ! Pour bien montrer aux gens que c’est une culture, tu vois ? Soit t’es dans cette culture, soit tu fais pas. Moi je suis toujours comme un gamin quand je réécoute des trucs que je kiffe. C’est ça mon mot de la fin. Merci mon pote ! Merci mon pote !

Et koffi checka alors un par un les membres du blavog pour repartir vers l’horizon sur un grand cheval blanc.

Les petits singes sont devenus des gorilles.

4 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Koffi Trop 2 Style, Uncategorized