Archives de Tag: pit baccardi

Interview : Dosseh suite et fin

dosseh-teaser-casque-integral

La suite de ça, pour ceux qui ont pas bien suivi. Vers la fin ça parle de cheveux et de Jeopardy, on s’est pas foutu d’votre gueule.

Spleenter -Vous vous êtes trompés ?

Dosseh -Non. C’est juste que comme c’est un remix, on voulait pas remettre la même phrase. On voulait réactualiser le truc avec une phrase bien caillera et cette phase de Kery tombait à pique. En plus de ça, vu que Sofiane était et est encore sûrement très proche de l’équipe Kilomaître, on s’est dit direct que si on décidait de faire un clip, y avait moyen de ramener un Kery James dedans.

Teobaldo -Certains disent que t’es quand même très pro black. Ça fait un peu faire la grimace à des gens. T’en penses quoi de ça ?

D -(il n’a pas l’air au courant) Bah franchement, qu’est-ce que tu veux que ça me fasse ? Les gens qui pensent ça, bah qu’ils continuent de faire la grimace. Si ce genre de choses ça leur donne envie de faire la grimace, qu’ils fassent la grimace et qu’ils restent figés à vie. Après, ça me dérange pas. Tout est question de perception. Y a des gens, quand ils vont t’écouter, ils vont capter que ces phases là. Donc, eux, ils auront cette image à de moi. Moi après, ça me dérange pas, c’est pas un problème, c’est pas un truc qui est spécialement rabaissant. Je m’en bats les couilles.

T -Le truc, plus précisément, c’est que souvent, le reproche c’était que tu faisais plus de feats avec des renois qu’avec des rebeus, par exemple.

D -Déjà, d’une, on s’en fout.

S -En plus, plus t’avances dans le temps et plus c’est faux.

D -Et voilà, de deux, c’est même pas vrai.

et-toc

T -Vu que dernièrement t’as souvent posé avec Niro, avec Sofiane, avec Seth… Bon, Seth il est pas rebeu, mais il est pas noir, non plus, donc ça compte.

D -Voilà. Donc qu’est-ce que tu veux que je réponde à ça ? S’ils pensent ça, ça veut surtout dire qu’ils m’ont pas écouté. Ou pas vraiment. S’ils sont tombé sur un son comme… Je vois même pas quel son pourrait faire penser ça, en fait, là maintenant.

T -C’est plus des phases dispersées par ci, par là. C’est plutôt comme un mec comme Booba, il a un peu cette étiquette parce qu’il y fait 2, 3 références de temps en temps.

D -Ouais. Moi, je suis un renoi, donc c’est tout à fait normal que je parle des choses qui concernent les noirs. Ça me touche, c’est normal. Donc une phrase, là, une autre là. Ouais. Mais si y a des gens qui n’entendent que ça et ils se disent que je suis un pro black en grimaçant. Qu’ils grimacent. Grimacez.

T -t’as jamais featé de chinois, non plus.

D -Oui mais ça c’est à cause du Dalai Lama (Rires)

S -Quand tu fais des références comme ça, en plus, sur les renois, je dirais que t’es plus à l’Américaine.

D -C’est exactement ça. C’est simple, ce sont mes réelles influences. Je me bute à ça. Ça me plait. J’analyse. Les rappeurs comme Jay Z ou n’importe quel autre, ils ont tous en eux cette espèce de cause renoie. Mais sans forcément en faire des ceaumors « Ouais il faut faire ci ! il faut faire ça ! » Non. C’est un truc qu’est en eux, ça se ressent même sans qu’ils en parlent. Et moi c’est exactement ça, j’ai pas forcément la volonté d’en faire tout un ceaumor. Après, je peux en faire un, c’est pas ça le problème. Mais je tiens pas à être le mec relou qui va te saouler sur tout un album, black panther à vie. Mais je glisse quelques phases. Peut être que dans mon attitude, mon imagerie, ça se ressent.

S -Je trouve aussi que t’en joues un peu, mais à un autre niveau, quand tu dis des trucs comme « Bosse comme un noichi… »

D -« … Gère le bizness comme un juif. C’est comme ça que je conçois le métissage »

S -C’est ça. C’est le genre de phase qu’a rien de choquant quand tu l’entends en Anglais dans un son US, mais en Français personne ne dit ça. Enfin c’est plus rare, ça arrive seulement. Lentement. Ça te démarque un peu, c’est pour ça que je dis que t’en joues.

D -C’est bien possible.

T -Y a peut être aussi eu le passage sur « 1001 questions » quand tu parles un peu de Dieudonné. Même si c’est juste de la réfléxion. Voire même de l’introspection. Mais y a des gens qu’ont quand même mal pu le prendre.

D -C’est pour ça que j’ai rien à répondre à ce genre de personnes là. Parce que, quoi qu’il se passe, ce sera un dialogue de sourds si en entendant ça tu te dis « Lui, il pense du mal des autres » c’est que t’as rien compris. C’est que t’es con en fait. Mais vas-y, pas de souci. Et on m’a dit « Je parle pas aux cons, ça les instruit » OK. Alors je leur parle pas, pas de problème. C’est même pas un truc péjoratif, pour moi. Ouais, j’ai dit ça. Et alors ? C’est une bonne réponse, ça. Les gens qui te diront « Il est pro black » en faisant la grimace. Tu leur répondras « Et alors ? » (Rires)

S -Sans transition. C’est quoi les questions les plus connes qu’on t’a posé sur ton frère ?

T -Est-ce que ça te saoule ? Est-ce que tu trouves ça normal qu’on t’en parle ?

D -Non. C’est la vie. Je vais pas te dire que je kiffe. À force, je vois aucun intérêt à ce qu’on me pose des questions sur ça. Mais ça me dérange pas.

T -Quand on comprend bien, en plus, toi t’es sur Orléans et avant tu nous as dit que t’étais plutôt vers Meaux, à l’ancienne, et Pit il est du 19ème, donc vous avez même pas grandi ensemble ?

D -En fait, on est demis frères. On a le même daron mais pas la même daronne et moi j’ai grandi avec ma daronne. Mais c’est normal qu’on me pose des questions sur mon frère.

T -Quand t’étais plus neujeu et que lui il explosait vraiment, tes potes ils devaient te casser les couilles pour lui demander de vous prêter une limousine ou une merco pour aller en boite, non ?

D -Ah bah ouais. Un peu. Mais vu que j’ai grandi de mon côté, même mes potes, ils étaient pas à fond sur ça. Ils le savaient, normal, mais il s’en battaient les couilles. On vivait nos vies à nous.

S -Et dans le même genre. Est-ce que, quand t’as posé sur Autopsie puis l’album de Booba, c’était clair dans ta tête qu’on te poserait des questions là dessus pendant 3 ou 4 ans ?

D -Ouais, ouais. Je te dis, c’est pas des trucs qui me gênent. C’est le jeu. C’est comme si demain, je vais à Secret Story et qu’après je suis choqué si on me parle de télé réalité. Qu’est-ce que tu veux que je te dise ? C’est le jeu, mon frère.

S -Encore aujourd’hui, y a des interviews de toi avec Booba dans le titre…

D -Ça c’est juste pour faire de la vue. C’est pas un secret, ça attire les clics. Moi je m’en bats les couilles.

d7a3dcc83bf07a49be9c258285ca190335

T -Mais ça donne vraiment l’impression que pour trop d’acteurs du rap en France, le mec est vu comme une espèce de Rahel qui descend de son vaisseau une fois par an pour ses albums ou ses mixtapes Autopsies et qu’il embarque 3, 4 élus à chaque fois.

D -C’est ça.

T -Du coup, toi qui es monté dans le vaisseau spatial, elles sont comment les chiottes là haut ? T’as déjà vu des extraterrestres ?

D -Mais c’est exactement ça.

T -Tu trouves pas que ça peut être un problème, des médias qui fonctionnent comme ça ?

D -Un problème ? Non. Tout dépend comment tu te places. Comment tu voudrais que ce soit ? Comment tu veux que ce soit d’autre ? On fait du peura. Je vais te dire comment je vois le truc et quelle est ma philosophie : Si on me parle encore de ça après 3 piges, c’est que j’ai pas encore fait de bruit qui dépasse ça en 3 piges. Tu vois ? Donc c’est à moi de faire ce qu’il faut. Fin. Y a pas plus simple. Là je vais sortir mon bumal. J’espère qu’on le sortira dans les bonnes conditions marketings, j’espère que j’aurais le relai médiatique qu’il faudra et j’espère que les sons parleront aux gens de manière à ce que les gens écoutent Dosseh pour Dosseh, pour son univers, et pas par rapport au reste.

S -Et d’où t’est venue l’idée du freestyle Gangnam Trap Style ?

D -Le plus simplement possible. Un jour, ça devait passer à la télé, je l’ai entendu et j’ai appelé mon beatmaker Red Rum Music : « Hé gros, tente un délire. Prends la boucle de gangnam style et tu me fais ça en trap. » Aussi simple que ça.

T -Le délire trap, justement, ça t’as pris à quel moment ?

D -C’est seulement maintenant que je m’en rends compte. Mais pour moi c’est pas un virage du tout. Vu que je suis dedans depuis longtemps. Mais comme j’ai pas été trés présent ces derniers temps ça fait que j’ai pas préparé les gens à ça. Je m’en rends compte, là. Mais moi je me considère pas spécialement dans la trap. Je fais juste le son que j’aime. Il se trouve que mes derniers sons ont des sonorités trap mais je fais pas exprès. C’est ce que j’écoute. Donc j’ai choisi des instrus comme ça. Pour moi, y’a pas eu de revirement ou quoi que ce soit, je suis toujours dans le même délire.

S -C’était plutôt quoi tes influences à la base ?

D -J’ai toujours eu des influences très diverses. Là c’est un peu trap parce que c’est mon inspi du moment donc je le fais et j’essaye de le faire bien. Mais y a pas un truc en particulier qui m’a influencé. Ah mais, attends, si. Je suis un fou. Tupac c’était mon gars sûr. Tupac c’était Il Ducce. Lui, on peut dire qu’il m’a vraiment influencé. Après, le reste, j’ai toujours écouté plein de trucs aussi. Mon son c’est un mélange de plusieurs influences, je pourrais pas dire un truc en particulier. Ça peut partir de Nas, de Mobb Deep, de Jay Z. Tout ce que je kiffe, ça se mélange dans ma tête.

S -Et t’es plutôt du genre à donner des instructions trés précises à tes beatmakers ou tu te laisses surprendre ?

D -Ça dépend des sons. Je peux faire des commandes : je voudrais un son qui soit comme ça, que l’atmosphère soit comme ça. Et parfois on m’envoie des prods que je kiffe et je kicke. Y a pas de procédé précis. C’est au feeling.

T -Tu bosses avec qui, en prod, maintenant ?

D -Je bosse beaucoup avec Redrum Music qui a fait les prods de mes morceaux sur Karma et même sur Summer Crack 2, d’ailleurs.

S -Pendant toute une période, t’étais surtout avec Prodfather.

D -Ouais. Il est moins actif qu’avant mais il est toujours là. Toujours à ma gauche. Il est moins actif mais il aura sa place de choix sur mon album.

T -Qu’est-ce qui a fait qu’il est moins actif ? Ça l’a pas tenté de bosser avec d’autres mecs ?

D -Oui mais tu sais, c’est pas tout le monde qui est à fond dans le truc. Mais il est là. Y a pas eu de scission ou quoi entre nous. Lui c’est moi, moi c’est lui. Entre temps j’ai aussi rencontré Redrum Music, c’est un petit jeune de Belgique, il est très très très lourd et très complet. Quand je te dis qu’on a poussé la musicalité loin, j’espère que les gens pourront le percevoir à l’écoute de l’album.

mec qui décrit musique

S -Dans une interview plutôt récente, tu t’es comparé à Ace Hood à un moment. Mais t’avais écouté son album avant de faire cette comparaison ?

D -Non, non. Pourquoi ?

S -Bah je sais pas, il est pas très…

D -Ah ouais ? Mais quand j’ai parlé de lui, c’était pas au niveau rap. Si Ace Hood dit qu’il fait un film, que dedans y aura Meek Mill, 2 Chainz et je sais pas qui d’autre encore, et bien quoi qu’il arrive, les médias là bas, ils feront le taff. Ils vont pas faire la sourde oreille ou faire les mecs. Mais je sais qu’ici, c’est le jeu. Je suis pas choqué, je suis pas surpris. Mais quand même, c’est dommage. En vrai, c’est pas normal. Les médias hip hop en France, tu sais…

T -Ils ont pas l’air de jouer le jeu.

D -Si tu veux mon problème c’est même pas que dans les interviews en elles mêmes, on ne parle pas que du film, c’est même pas à ce niveau là. Comment t’expliquer. Hormis mon interview, de moi, qui suis à l’initiative du projet ; c’est une info qui mérite d’être relayée. Indépendamment du fait que moi, je te contacte, pour en parler. Ça sort assez de l’ordinaire pour être relayé. En plus, ça concerne pas que moi. C’est pas un film où tu me vois marcher tout seul et ça parle que de moi. Y a aussi toute une partie de la scène actuelle. Rien que Seth Gueko, Sofiane et Niro, ils ont aussi sortis des projets à cette période là. Rien que par rapport à ça, ça devrait avoir un certain retentissement médiatique. Et moi je trouve qu’ils ont pas joué le jeu. En tout cas, pas à fond. Mais comme je t’ai dit, je savais avant que ça se passerait comme ça. J’ai pas été étonné ou déçu. Mais avec le recul, quand t’y penses, tu peux pas t’empêcher de penser que c’est dommage. Que c’est pas normal.

1340919204749_131060

T -Maintenant que t’en parles, Cramé c’est celui qui a fait le plus de bruit, pour moi. Mais c’est sûrement aussi parce qu’il était distribué par Neochrome qui était le gros label rue de l’époque. Les médias en ont parlé, mais pour eux c’était « Le film de Néochrome » t’avais déjà l’impression qu’il s’en foutait du film en lui même, que les sites étaient juste là pour buzzer sur Neochrome et qu’ils avaient pas fait le taff. Vu qu’en vrai c’était surtout le projet de La Cellule, le groupe de Caen. Maintenant que t’en parles, ça me fait penser à ça et non, ce n’est pas une question. (Un intervieweur de légende)

S -Oui mais si Karma a pas la même promo c’est peut être aussi à cause de son côté plus sérieux. Dans Cramé tu pouvais extraire 2, 3 scènes et en faire des extraits en disant « Regardez, c’est drôle, quand même ». C’est voulu. Tu peux le faire aussi dans « La vengeance » même si là on sait pas si c’est voulu. Ça donne des trucs pseudo cultes en 2 clics. Alors que toi tu peux pas faire une promo virale de ce type avec Karma. Mais effectivement, j’ai pas trouvé que les médias étaient à fond sur la promo.

D -Oui. Mais je suis conscient aussi qu’il faut le bon attaché de presse. Le truc serait sorti chez AZ, ça aurait été différent. Ça c’est des trucs qu’on sait. On fait avec. Tranquille.

S -Tu prends la mesure du truc.

D -Voilà. Mais dans l’absolu, c’est pas normal du tout. C’est pour ça que je me suis comparé à Ace Hood. Parce qu’Ace Hood c’est pas une figure majeure. C’est un mec qui est là, un peu comme moi, il est en train de se faire. Bon, J’ai pas écouté son album, toi tu me dis que c’est vite fait. Dommage pour lui. Mais ça reste un mec qui est en train de se faire, il a ses petits trucs et tout, mais c’est pas encore LE mec. Et même lui, malgré cette position là, si demain il fait son film, bien sûr qu’ils vont en parler. C’est « un truc de fou ». Parce que bien sûr que c’est un truc qui mérite d’en parler. C’est pas tous les 4 matins qu’un rappeur fait un film. Surtout en France. Avec le marché qu’on a. Parce qu’aux Etats Unis, un Ace Hood, même avec un album moyen, rien qu’avec un titre comme Bugatti et rien qu’avec Hustle Hard, il a rentré du biff. Donc ces mecs sont plus dans la capacité à faire des petits street films, comme ça. C’est moins exceptionnel, on va dire.

S -Alors qu’en France, ça se compte sur les doigts d’une main.

D -Tu vois ce que je veux dire. À un moment donné, les mecs, faut quand même respecter un peu le travail des gens.

1-DJ-Khaled

S -Pour le buzz, tu peux toujours faire une demande de mariage sur trace TV, à Liza Monet.

D -Au pire ! Si y’a que ça à faire.

T -Liza Monet, faudrait tomber bien bas.

S -Mais y a plus de Nicki Minaj en France.

T -Bah prends Shay. T’es pas obligé d’aller dans le film d’horreur, direct. D’ailleurs, un défaut de Karma, il n’y a pas de vrai personnage féminin bien présent dans le film.

D -Hmm hmm. Ouais. Avec cette expérience, on a vu aussi ce qu’on avait fait, ce qu’on avait bien fait, ce qu’on avait pas fait. En gros, on a vu les trucs qui pouvaient être améliorés. Donc si demain je suis amené à faire Karma 2 ou un autre projet, à ce moment là on mettra de la feumeu dedans. (Il sursaute presque) Ah mais en plus, je suis un ouf ! À la base, y’avait. Parmi les histoires qui gravitaient autour qu’on a pas gardé, il y en avait. À la base, on devait me suivre sur une mini série. Donc j’ai mes soucis dans la street, mais j’ai aussi mes soucis conjugaux. Dans la série, y avait 4 épisodes, on avait le temps de développer ça bien. Après, dans le film, il a fallu couper. On a zappé clairement plusieurs côtés du truc.

dosseh karma meuf

T -Tu penses que si y avait des rappeuses plus douées en France, t’aurais plus facilement pensé à intégrer un personnage féminin ?

D -Bien sûr. Forcément. Parce que le fait que t’aies ses sons en tête, ça fait que tu penses à la personne. Alors que là, y en a pas. T’aurais voulu qui ? Parce que je suis pas contre, ça aurait pu être kiffant.

T -Bah dit comme ça, y’a Casey.

S -Oui mais là, ça va pas être un personnage de femme fatale.

T -Ah bah non, mais j’ai jamais parlé de femme fatale en particulier, juste de rôle féminin.

Snoop-gets-girly

T -Et du coup, t’as un Karma 2 en tête ?

D -Pas du tout. On verra. Pourquoi pas.

T -Y a pas beaucoup de comédiens de profession dans Karma.

D -Y en a même aucun. Pas de vrai comédien. C’est ça le truc. Même parmi les gens qui sont là et qui ne sont pas rappeurs, c’est pas des comédiens de métier du tout. C’est des gens, on leur a dit « Hey viens, tu vas faire tel truc. Tel rôle » Par exemple, la meuf qui est avec Esco, à l’hôtel, c’est pas une comédienne du tout. C’est juste une meuf qui peut tenir le rôle qu’était écrit. On lui a dit « essaie » et ça c’est bien fait. C’est vraiment un truc en mode artisanal de ouf, tu vois ?

S -Et pourquoi ne pas avoir fait une BO plus longue ?

D -Tu sais, la BO n’était même pas prévue à la base. Ça s’est fait en mode deuspi, vers la fin. Vu qu’à la base les mecs sont des rappeurs, c’est bien d’avoir le support musical.

S -Sur VIP (Very Insolent Personality) de DJ Bellek t’avais repris Disco Bitch. C’est toi qui l’avais choisi ?

D -Il m’a proposé plusieurs trucs et j’ai pris celui là. En fait ce son là, c’est pas Disco Bitch à la base. À la base, c’est un mec qui a fait ça en Français et elle elle a fait comme les mecs de la dance hall, elle a repris le ridim.

S -Donc tu reprenais pas « c’est pour la petite bourgeoisie… »

D -Non, non. C’était un délire (sourire)

discobitch

S -Maintenant on va passer à un questionnaire spécial. D’abord y en a un sur les petits frères du rap. C’est des trucs qui se sont passés mais avec d’autres.

PETITS FRÈRES DU RAP :

S -Si ton frère était en clash avec un autre rappeur, pour prouver que t’es pas dans l’histoire, est-ce que tu mettrais, sur les réseaux sociaux, une photo de toi qui tient l’album de ton frère dans une main et de son ennemi dans l’autre ?

D -Qui a fait ça ?

Les 2 -C’est Canardo.

D -…

S -C’était avant le truc de la baston, quand même.

D -Je me vois pas faire ça.

S -Est-ce que tu penses que seuls les fils de pute insultent les mères ? (Rire général et décès de Teobaldo)

D -Euh… En tout cas, c’était rant-ma.

S -Est-ce que, dans ta folle jeunesse, t’essayais de faire le fou avec une bécane dans les clips de ton grand frère ?

D -Non.

T -C’était qui, ça ?

S -Je crois que c’était le petit frère de Tyer.

T -Bigou.

Yakko-Wakko-yakko-and-wakko-20103362-816-656

S -Est-ce que t’es toujours persuadé que ton grand frère est le meilleur rappeur du monde ?

D -Ah, ah. Non. C’était qui ça ?

S -Personne en particulier.

T -Pour moi, c’est Ikbal, ça.

S -Non, ça peut être T-killa, mais lui il a un peu raison. Est-ce que t’as été tenté de t’associer avec ton frère pour un projet commun, ou juste bizness ?

D -Non, pas spécialement. C’est déjà arrivé qu’on évoque ça, dans la conversation. Mais c’est vraiment resté au stade de la discussion.

S -Et est-ce que t’as jamais osé lui dire que dans Time Bomb tu préférais X Men et Lunatic et que dans le Secteur Ä tu préférais Ärsenik ? (Rires) Parce que, quand on t’écoute, y a pas mal de références à des phases cultes de Lunatic, d’X Men ou de Lino et finalement, très très peu voire jamais à Pit.

D -Je calcule pas. C’est que c’est celles là qui m’ont le plus marqué. Mais j’ai saigné son premier album comme tout le monde.

S -Est-ce que c’est arrivé que ça te desserve d’être son petit frère ?

D -Desservi ? Non. Ou en tout cas, pas que je sache. Moi, personne est venu me voir en me disant ça… En même temps personne va venir me le dire. Pas que je sache. Mais ça a déjà dû arriver. Tout arrive.

S -Ensuite, j’ai un questionnaire spécial sur TI vu que t’avais dit quelque part que t’es le sosie Français non officiel de TI.

D – J’ai jamais dit ça.

T -Je pense bien. C’est sur le Blavog que tu l’as lu ça. C’est moi qui l’avais mis.

S -T’es sûr ?

T -Oui, c’était dans L’arrêt de buzz.

D -Ah oui. Je l’avais lu, ça.

S -Et bien ça ne change rien.

QUESTIONNAIRE SOSIE FRINÇAIS NON OFFICIEL DE T.I.

S -Comptes tu te faire arrêter avec un lance roquettes dans les mois qui viennent ?

D -(confiant) Ça va arriver. Dès que j’ai une descente de buzz, c’est parti.

S -Que penses tu de la carrière au cinéma de TI ? Que peu de gens connaissent mais qui est extrêmement mauvaise.

D -Je l’ai vu dans Takers. Et ça va. C’est la seule fois où je l’ai vu en tant qu’acteur.

S -T’as jamais vu son film ATL donc ?

D -Non, je l’ai pas vu.

S -C’est dommage parce que ma question d’après c’était « Pourquoi au lieu de Karma, t’as pas fait un film sur le skate ? »

T -Et est-ce que ta cousine c’est la sosie non officielle de Ciara ? (Rires)

D -Ils sont vraiment cousins ?

T -J’en sais rien mais ils ont le même nom de famille.

D -Moi, j’étais pas au courant. Même pour les noms de famille.

S -Est-ce que tu comptes sortir un album « Dosseh vs La Famine » ?

D -Et bien… Non.

bunk et la meuf consternés

S -Te considères tu comme le « king de la région Centre » ? Ou plus sérieusement, vu qu’il n’y a que toi et Niro qui ont percé pour le moment, est-ce qu’il y a une petite émulation entre vous ?

D -Ouais. Bah ouais, normal. Mais pas plus qu’avec Sofiane, par exemple. Y a pas une émulation spéciale de là bas. Niro il est fort donc y a une émulation, c’est ça le truc, pas la provenance.

S -Après j’ai un autre questionnaire mais c’est plus par rapport à des séries. Genre, est-ce que t’aimes bien The Wire ?

D -Ah ouais, mais je suis pas trop série, en fait. J’ai pas vraiment suivi.

S -Pour Sopranos, pareil ?

D -Pareil, je suis pas très série, donc bon.

T -Il parlait de Soprano, le rappeur. (Rires)

D -Non mais j’ai du mal à suivre une série. Y’a que Fouiny Story que je regarde. (Spleenter et Teobaldo mettent un petit temps à comprendre ce qu’ils viennent d’entendre puis éclatent de rire) Non, en vrai, je suis que films. J’ai du mal à me poser devant une série.

poster-meme-generator-i-don-t-always-tell-jokes-but-when-i-do-i-have-to-explain-them-3aec9e

(Ensuite, Spleenter essaie de lancer Dosseh sur tout un tas de films de super héros, mais c’est visiblement pas son terrain de prédilection)

S -Mais tu sais quand même qu’il va y avoir un Superman versus Batman ?

D -Ah non. Tu me l’apprends. Mais Batman il va forcément perdre.

T -Batman, il perd pas. C’est Batman. Même sans supers pouvoirs. C’est le plus malin.

S -Ouais, Batman c’est un petit enculé*. Il va se ramener avec une armure et de la kryptonite.

D -Non, j’étais pas au courant. Mais faut dire que je m’en fous, en fait. (Il dit ça l’air le plus diplomate et désolé qu’il peut)

S -Ah ouais, t’en as maté aucun. C’est pas du tout ton truc ? Même Batman ?

D -Si, j’ai bien aimé le dernier Batman. Le truc avec Bane, là.

T -Ah t’avais pas aimé celui avec le Joker ? Celui d’avant ?

D -Non mais ça, c’est des films, ça se regarde. C’est bien. Après je vais pas me le retéma, tu vois ?

T -Ah oui, je vois. (On sent Teobaldo qui essaie de se désolidariser du fanatisme de Spleenter, tel un fourbe petit espagnol albinos qu’il est) Mais celui là, en particulier, il m’avait marqué. Je trouve qu’il est au dessus. Au delà d’un bon film de super héros, c’est un bon film tout court.

D -Ah mais, de manière générale, je trouve que ces films sont archi bien réalisés. Ils sont bien. Y’a rien à dire dessus, mais c’est juste que c’est pas mon délire.

(Là encore il prend son ton le plus aimable, essayant de ne pas vexer ces gens étranges qui lui parlent)

step_brothers_film_we_are_getting_a_divorce

S -Bon… (l’amertume est totale) Quand on a interviewé Esco, on lui avait demandé sa définition de la punchline. Il déplorait le fait que le terme ait été vachement rabaissé. Et je me souviens aussi d’une interview de Niro où il ne comprenait même pas pourquoi on lui parlait de punchlines. Pour lui c’est un mot de travelo. Vu que tu connais les 2, où tu te situes dans ce truc ?

D -Je me situe entre les 2. Je vais t’expliquer pourquoi : parce qu’en effet, c’est dommage que le mot soit galvaudé. C’est devenu tout et n’importe quoi. Demain, un mec va faire une comparaison et tout le monde va dire que c’est une punchline. « Je suis frais comme une glace » « Ouais ! Punchline ! » Non. C’est une comparaison, point. Ça c’est une chose. De deux, quand Niro il dit que c’est un mot de travelo… (sourire) bon, c’est sa façon de voir les choses. J’ai vu l’interview où il dit ça. Je suis d’accord avec lui, justement, dans le sens où on dirait que les mecs veulent faire de la punchline juste pour de la punchline. Et en plus, en en faisant de mauvaises. En faisant des comparaisons. Des comparaisons ou des métaphores un peu foireuses aussi. Ce qui fait qu’au final, ça n’a plus d’intérêt. Parce que c’est que ça. Ça n’engage que moi, mais à mon sens en tout cas, c’est pas un truc obligatoire dans un texte de peura. Tu péras, tu racontes ce que t’as envie de raconter. Maintenant t’es pas obligé d’avoir une punchline à chaque mesure. Faire des phases de fou tout le temps, OK, mais parfois tu peux aussi parler normalement. Tu racontes ton truc. D’un point A à un point B. Et justement, ce qui met en valeur une punchline, c’est le fait qu’y en ait pas tout le temps. Si ton texte c’est que de la punchline de A à Z, ça tue le truc. À moins qu’elles soient toutes à un très bon niveau, mais c’est rare. C’est pour ça que j’étais d’accord avec Niro. Les mecs veulent trop faire que de la punchline, justement. Que de la punchline, que de la punchline. Ils veulent plus parler. Dire des vrais trucs. Des trucs qui vont parler aux gens, tout simplement. Ils veulent tous arriver en disant « Je rap comme un truc qui fait boum »… Ouais et sinon ?

dosseh-itw-desperadoss-moment

S -Et comment tu définirais ton style en tant que rappeur ?

D -C’est exactement ce que je t’ai dit tout à l’heure par rapport au sujet que j’aborde. J’ai du mal avec les cases. Si tu me demandes à moi comment je me définis, je suis incapable de te répondre. Parce que je sais pas quoi te dire. Pour moi, rappeur conscient ça veut rien dire, parce qu’y a pas de rappeur inconscient. Y a pas de cases où je me vois.

S -Quand tu te mets devant ta feuille, t’as pas ton petit schéma de rime ?

D -Non. Voilà. C’est à l’instinct. C’est par rapport à la prod ou peut être par rapport à ce que je vais raconter. Dans un morceau comme « 1001 questions » le but ce sera pas d’être technique. Ce sera de parler, de dire certaines choses. Dans un morceau comme « Igo » le but c’est d’avoir un gimmick. Chaque morceau a son utilité. Chaque morceau à son identité. le dénominateur commun de tout ça c’est que ça reste moi, la même voix, la même manière un peu énergique de péra, ça reste le même type d’écriture et ça reste mes références. mais comme tu dis j’ai pas de schéma d’écriture genre les 4 premières mesures sont comme ça, les 4 mesures après j’accélère, les 4 mesures d’encore après je fais un flow lent et je finis comme ça. Non. Je fais et c’est tout.

S -Et est-ce que t’as remarqué, qu’en fait, depuis que t’as le crane rasé, t’es devenu plus fort ?

D -Ahah ah ouais, tu trouves ?

S -C’est en me refaisant tous les clips que je me suis dit ça. Avant quand t’avais encore des petits veuchs sur la tête c’était bien mais c’est devenu sérieux quand t’as plus de cheveux.

v-for-vendetta-natalie-portman-shaved-head2

T -Moi, je trouvais aussi qu’au début, t’étais un peu trop scolaire dans ton débit. Quand t’as commencé à être plus « sale » ; ce qu’un puriste appelle être parfois pas dans les temps, ce que j’appellerais plutôt varier les temps. Perso, moi j’accroche mieux.

D -J’ai évolué, c’est comme tout. Comme t’as dit, c’était les débuts. C’est normal. Pour moi, c’est logique.

T -Et vu de l’extérieur, on a l’impression que tu te lâches plus et que tu t’amuses plus maintenant. Même niveau écriture sur certaines références.

D -C’est vrai. Mais c’est un truc auquel tu fais pas exprès. C’est naturel, tu grandis, tu vis ton truc, tu rencontres d’autres personnes, y a d’autres trips, d’autres références qui te viennent en tête.

T -Toi t’es du genre à écouter tes anciens projets avec du recul et te dire que là il manque ça, etc ?

D -Non. C’est rare que je réécoute mes anciens trucs. J’ai un petit peu du mal. J’ai pas besoin de réécouter pour me rendre compte de mes défauts. Je m’en rends compte déjà.

S -Et c’est ta marque les T-shirts « Niggers » ?

D -Non. C’est à des gens que je connais. Vous n’aurez pas de t-shirt gratuit.

Donald-Glover-Nooo-Scream-On-Community

S – ton film sort chez Parabellum, t’es toujours en indé totale ?

D -Totalement, en indé totale. C’est sorti chez AZ/Musicast en fait.

T -Et pour Perestroika, du coup ?

D -Pour Perestroika, j’espère trouver un deal en édition. Un deal plus intéressant pour l’album.

T -Et si tu trouves pas, tu comptes tout faire en indé ?

D -Il faut, de toute façon. Le but c’est que non. J’espère que non. Normalement, t’aurais pas besoin de te poser ce style de question. Mais si jamais ça arrive. Ça arrive, c’est tout.

T -Je me demandais aussi, le son « Ricky » de Lalcko sur la BO de Karma, il a été enregistré quand ?

D -Là, pour Karma, justement. C’est un morceau récent. Avant de faire Ricky, ça faisait près de 2 piges qu’il avait pas fait de morceau. Et donc il a fait Ricky et là il a repris l’envie de faire des ceaumors. Donc pour tous ceux qui kiffent, il va reprendre du service bientôt, je pense.

dwight thank you

S -Quand tu parles du bled, il me semble que tu précises pas spécialement de pays, en général. C’est pour être plus universel ?

D -Quand je parle du bled, c’est l’Afrique de manière générale. je parle pas spécialement de mon bled à moi. Du Togo ou du Cameroun. Je parle du bled tout court. Parce que quand je vais parler d’un blème qui touche les renois, ça touche pas en particulier un Camerounais. Je vais parler d’un blème général. Pour un renoi Africain ou même Antillais. Donc quand je dis bled c’est pas forcément LE bled, le Cameroun, ma ville, Yaoundé. Non, c’est le bled d’une manière générale.

S -T’es plutôt amateur de Dieudonné, non ?

D -Oui, j’aime ces spectacles. Je les ai tous vus.

S -T’as pas essayé de l’avoir dans le film ? Vu qu’il était dans Cramé.

D -Bof, non.

S -Ça attire trop de problème ?

D -Même pas. De toute façon, le film je l’ai pas non plus sorti chez Sony pour avoir chaud de ça. Au contraire même. Ça aurait fait parler. Mais on a pas pensé à lui spécialement.

S -Un mot de la fin ?

D -Un mot de la fin pour les blavogueurs c’est qu’y a Karma qui est encore dans les bacs. Allez le pécho. L’album arrive.

S -Et dans cet album, t’as aussi casé des références comme Gandhi, Albert Camus, ou d’autres ?

D -Ah bah ouais. Bien sûr.

T -On pourra faire un jeopardy ou je sais plus comment ça s’appelle ce jeu où faudra retrouver les citations et de qui elles sont dans ton album.

D -À fond.

if-you-watch-Jeopardy-backwards

S -tu penses quoi du Blavog ?

D -Moi, je suis tombé dessus par hasard. Ou alors, je crois qu’on m’avait envoyé un lien, par rapport à un truc que vous disiez sur moi. J’ai tapé des barres. L’intérêt du truc c’est l’humour décalé qu’il y a. Continuez à nous faire rire. Et franchement, les articles, ils sont bien tournés, c’est bien. Même le truc dont tu parlais « L’arrêt de buzz » c’est un truc con (rires). C’est un truc de con, mais tu rigoles. C’est marrant. C’est une manière différente d’amener des informations, c’est bien. Et en plus c’est pertinent dans l’analyse de la situation. J’aime bien le délire, il est poussé.

T -Cimer. Et cimer pour ton temps aussi.

D -Y’a pas de souci. Mais faut partir maintenant.

*Il faut quand même préciser qu’en sortant du studio, Batman attendait Spleenter pour lui casser la gueule et Teobaldo a alors fait un communiqué officiel disant que l’avis personnel de monsieur Ter, Spleen de son prénom, ne reflète pas l’opinion générale du Blavog et n’engage que lui.

7 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Interview : Dosseh

dosseh-blind-test

A un moment ça parle d’Albert Camus et du Dalai Lama, on s’est pas foutu d’votre gueule sur ce coup.

Spleenter -Dosseh ça te vient d’où comme pseudo ?

Dosseh -C’est mon prénom en fait, mon vrai prénom, celui que ma maman m’a donné.

S -T’es né à Orléans ?

D -Nan je suis né à Paris en fait, à la Salpêtrière. Pendant mon enfance j’ai grandi à Meaux dans le 77, et après je suis parti à Orléans.

Teobaldo -Et tu dirais que c’est quoi le plus campagnard ? Meaux ou Orléans ?

D -Ola pff.. Meaux c’est une petite ville de banlieue normale, et Orléans c’est une grande ville de province.

T -Ouais mais on m’a dit dernièrement qu’il y a des sangliers qui traversent la Loire, non ?

D -Ah j’sais pas moi j’en ai jamais vu en tout cas. Peut être dans les patelins autour , mais à Orléans t’inquiète pas, il n’y a pas de sanglier. Autour il y a des forêts et tout donc c’est possible, mais moi j’ai jamais vu ça.

S -Avant 2004 tu rappais déjà, mais pas vraiment sérieusement si ?

D -Non moi au début je rappais comme n’importe quel gamin dans sa chambre qui imite ce qu’il entend à la radio c’est tout. Je rappotais on va dire. Un jour il y a mes cousins et mon frère qui m’ont entendu freestyler, et de là est parti le délire de rapper pour de vrai.

T -Et le fait de voir ton frère, Pit Baccardi, faire quelque chose dans le rap, t’a motivé ?

D -Ouais bien sûr ! Quand t’es gamin, que t’as pas de recul, à première vue ça te motive. Tu te dis « ah ouais moi aussi j’veux être millionnaire à 20 piges » , puis après bon en avançant tu vois que c’est plus compliqué, qu’il y a d’autres paramètres qui entrent en compte. Mon frère est arrivé à la bonne époque, dans la bonne équipe, géré par le bon mec. Kenzy c’était un vrai stratège, il a mené sa barque loin. Même si au final ça s’est ramassé, mais tu vois quand ça tournait ça tournait pour de vrai.

The_Wire_Stringer_Bell

T -Tu penses que ça manque de mecs comme Kenzy aujourd’hui, ou il y en a encore ?

D -Le dernier mec qui me rappelle Kenzy aujourd’hui c’est Dawala. Dans le côté businessman qui vient monter son truc tout seul . Bon bien sur c’est grâce au talent de ses artistes mais surtout grâce à son mental qu’il a su quelle direction leur donner. On peut ne pas aimer, mais en tout cas moi sur le plan du business ce mec je le respecte à fond. Pour moi c’est lui le « kenzy des années 2000 ». Après dans un autre registre il y a Booba mais c’est pas vraiment comme Kenzy qui n’était que businessman. Booba lui, est artiste aussi. Mais en gros c’est les deux mecs qui sont aussi précis en terme de business.

T -Dans un son, Desperadoss il me semble, tu cites en références sur un même plan, Lunatic, les X men, et Alpha 5.20. j’ai trouvé ça très intéressant.

D -Moi je trouve que Alpha 5.20 c’est un mec qui a un bon mental, qui a su amener un truc. A son échelle aussi lui c’est un Kenzy. Un Kenzy du ghetto. Il a réussi à faire plus d’oseille que certains mecs plus médiatiques. Il a monté son business, musique, vêtements, je respecte. Artistiquement même j’trouvais qu’il avait un délire, avec son accent et tout. Ce qu’il disait quand tu creuses c’est pas n’importe quoi. Pour moi son premier album c’est un classique je le dis. « Vivre et mourir à Dakar » c’est super lourd. Moi je trouve que c’est un classique, et Alpha c’est un mec respectable.

T -Dans le clip de Matrix où tu tailles les renois avec des crêtes, t’as mis un renoi à crête, qu’est ce qu’il se passe ?

D -(Rires) Ouais on cherchait juste un mec avec un look de rockeur, bon il avait une crête ce sont des choses qui arrivent. On cherchait juste un figurant, il était là.

S -D’ailleurs les crêtes c’est un truc que tu combats depuis le début de ta carrière…

D -Enfin que « je combats », en vrai je m’en bats les couilles . J’croise un mec avec une crête dans la rue j’le calcule pas. Mais j’aime bien lancer des petites crottes de nez comme ça. Mais à l’époque de Bolide 2 et tout, c’était le début de ça. C’était surprenant de voir des renois en slim, avec de crêtes et des teintures. C’est spécial. Surtout les slims, encore aujourd’hui je comprends pas.  Les crêtes bon c’est juste une coiffure. Mais les slims je comprends pas. Chacun son truc. (rires)

1472159_3_eaca_jean-paul-gaultier-et-farida-khelfa-hilares-a

T -Sur Bolide 1, que j’ai découvert il y a pas longtemps, il y a Futuristiq, j’étais surpris. C’est votre seule connexion ?

D -Ouais c’est la seule, et encore ils ont fait un solo, c’est même pas un morceau ensemble. J’avais un cousin d’Argenteuil avec quelques connexions, c’est lui qui a ramené tout le monde, moi je connaissais personne. Il y avait du rap dans sa ville et connaissait un peu de monde. Il a ramené Futuristiq, moi je kiffais grave j’ai accepté direct. Il a ramené Lalcko aussi, pareil je le connaissais pas. A la base je connais personne dans le rap.

T -Et K.Ommando Toxic t’as un peu fait tes classes avec eux, comment ça se fait ?

D -En fait c’est des mecs que j’ai croisé en studio, comme nos trois grands frères étaient potos (NDLR : K.Ommando Toxik est le groupe de Bec Soul et T-killa qui est le petit frère de Calbo et Lino qui forment Ärsenik et donc connaissent bien Pit Baccardi, si tout ça te semble confus c’est que t’écoutes pas assez de rap). Après le feeling est passé tout simplement, donc on a continué. Quand le feeling passe on continue, surtout à cet âge là ! J’avais 18 ans à l’époque de Bolide 1. Je montais sur Paris , Orléans c’était pas le top.

T -Et aujourd’hui à Orléans c’est toujours difficile ?

D -Nan aujourd’hui il y a des trucs. Mais bon pour se professionnaliser t’es obligé de monter sur Paris.

T -Sur « Prototype » j’avais pas compris la phase sur Booba, « Va te faire niquer toi et tes livres comme dirait ce rappeur célèbre / j’crois que t’as oublié que t’étais nègre » , c’est bien deux phrases distinctes ?

D -Ouais ouais ça repart direct sur autre chose après la phrase sur Booba, c’est pas lié ! C’est même en entendant ce morceau là qu’il m’a appelé sur Autopsie.

T -T’as sorti Karma en été, comme les Summer Crack. Tu n’aimes pas l’hiver, c’est à cause de la neige ?

D -En fait les Summer Crack ça a pris naissance parce qu’il y avait des galères , il fallait que je trouve une solution pour ne pas rester sans rien faire pendant X temps. C’est né de là et ça m’a permis de tenir sans tomber dans les oubliettes totales.

T -D’ailleurs, ce sont de bons projets même si ça a plutôt été perçu comme des petits trucs qu’on écoute l’été et basta.

D -Pour que les gens perçoivent un projet comme devant vivre, il faut que toi même tu le fasses vivre. Pour Summer Crack j’ai fait qu’un seul clip, qui est loin d’être mon meilleur. Donc ça s’imprègne pas pareil dans la tête des gens. Si j’avais clippé le son avec Kaaris ça aurait eu un autre retentissement. Mais j’ai pas pu faire vivre le projet comme je voulais.

T -T’avais fait un autre truc avec Kaaris non ?

D -On avait enregistré un son ouais. Il taffait avec Galactik Beat à l’époque. Et donc ils m’avaient appelé pour une compilation. Au final la compile est pas sortie, donc le morceau non plus. Et il bosse plus avec eux. Mais « Pirates » ça s’est fait après ce morceau. C’était en 2011, le truc de Galactik Beat c’était fin 2010, début 2011.

S -Tu dois être un des seuls rappeurs à avoir invité Djé ! Il devient quoi ?

D -Ouais je crois bien !  Je sais pas ce qu’il devient. Moi à l’époque de Summer Crack je voulais inviter des mecs que j’aimais bien et qu’étaient pas mis en avant. Sofiane, Niro, Kaaris ils étaient pas connus encore. J’ai invité les mecs dont je kiffais bien le rap, Boysaf, Massassi tout ça. C’était intéressant d’inviter Djé, car à part sur les albums de Booba on l’entendait nulle part.

S -Sur l’album t’auras quel genre de feats ?

D -Il y en aura moins déjà, et ce sera bien précis, moins freestyle. C’est une autre aventure l’album. Les Summer Crack c’est vraiment dans un délire mixtape. Genre je t’appelle « ouais t’es op pour poser ? » et si t’es op boum tu viens et voilà on kicke. L’album c’est une autre réflexion. Tu pousses l’artistique plus loin, tu veux plus de musicalité, des trucs plus aboutis, plus intimistes sur certains trucs. Justement pour que ça traverse les époques.  Mais ça restera du Dosseh.

T -Mais t’es conscient que ce discours ça fait peur ? Presque à chaque fois qu’on entend un rappeur Français doué dire « Pour mon vrai album, ce sera plus sérieux » ça donne des albums formatés sans identité avec un morceau sur la daronne, un sur le racisme, un sur la tristesse etc.

D -Ah ouais nan mais moi c’est pas du tout ma perception du truc . Plus poussé, je veux dire même les morceaux qui tapent je vais les pousser plus. Aller plus loin, rendre le truc plus grand. Chercher des meilleures prods. Trouver le truc qui va faire la différence entre une mixtape gratuite et un album que les gens vont acheter. Il faut une plus-value tu vois ?

T -Par rapport à tes clips, t’as des côtés vraiment cinématographiques et travaillés. Et il y a un autre mec avec un délire cinématographique comme ça, c’est Escobar. Pourtant le jour où vous faites un clip ensemble, vous rappez juste sur fond vert… Pourquoi ?

D -C’est exactement ça ouais. Mais après faut demander à Esco. C’était son morceau, pour son projet donc c’est lui qui a organisé le clip. Je peux pas gérer le SAV sur ce coup !

T -Ouais, mais on a oublié quand on l’a vu… Ça fait 10 piges que t’es dans le rap, alors que t’es pas spécialement vieux. T’es un peu entre deux générations, entre les Seth Gueko, Lalcko, Escobar Macson, et les Niro, Sofiane, Kaaris etc. c’est pas chiant un peu ?

D -Nan moi je me rattache juste aux rappeurs que j’aime bien, sans parler de génération. A l’époque de Bolide je kiffais Despo, Smoker, Kalash L’afro, les mecs qui kickaient comme ça. Et aujourd’hui je côtoie les mecs qui kickent aussi. Sofiane par exemple que je fréquente hors rap. J’suis pas dans un délire ancienne école, nouvelle école. Je regarde juste si le mec tue. Je regarde ses prestations c’est tout. J’invite que les mecs que je kiffe.

T -Et aujourd’hui tu pourrais faire un Bolide 3, ou tu trouves le niveau trop faible ?

D -Si je fais un Bolide 3 il y aura forcément beaucoup d’invités.  Moi j’ai aucun problème à refaire des feats avec des mecs aux cotés desquels j’ai déjà posé. Si les morceaux étaient bons, m’ont plu et ont plu aux gens, je peux réinviter le mec. Je me sens pas obligé d’inviter un mec que j’ai jamais invité, quitte à ce que je l’aime pas trop. Regarde Niro et Sofiane on pose souvent ensemble ! Meek Mill et Rick Ross ils ont beau faire 10 feats on kiffe toujours ! L’important c’est que la musique soit bonne.

T -En parlant de Niro justement, au freestyle à Skyrock pour son Planète Rap, tu posais avec LMC click. Une connexion est envisageable ?

D -L’avenir nous le dira. On s’était jamais vus, on s’est croisé là-bas tranquille. Le feeling a l’air bon, si on est amené à se recroiser pourquoi pas.

S -Les provinciaux qui percent on a l’impression qu’ils prennent vachement plus le truc au sérieux que certains types d’Ile de France, tu partages cette vision ?

D -Il y a un truc qui est vrai, c’est que les mecs d’Ile de France ont tout à disposition. Ils sont au cœur du truc, ils ont les médias, les maisons de disques, les studios, le public de base. Il y a toute une détermination qu’ils n’ont peut être pas besoin d’avoir. Nous si on se sort pas les doigts du cul, on meurt. Il n’y a rien, on est obligé de s’accrocher . C’est possible que les mecs de Province aient plus dalle, juste par rapport à ça. Peut être que ça se ressent dans nos manières de faire ouais, c’est possible. Et puis quand t’es sur Paname, tu vas toujours croiser des mecs que tu connais quand tu viens d’Ile De France. Alors tu vas peut être te croire vachement buzzé. Nous il n’y a pas ça, peut être on garde plus la tête froide. Quand je monte sur Paname ouais j’suis un peu connu, mais hors de Paname vite fait et je le vois.

S -Dans un morceau tu racontes avoir vu ton disque chez un client de coke, et c’est le point de départ de ton film Karma, donc c’est une vraie anecdote ?

D -Ouais totalement. Et après c’est un peu romancé, mais oui c’est de là que ça part.

S -A la base ça devait être une série non ? Les rushs sont bouclés depuis longtemps ?

D -Depuis fin 2012, et le truc dormait dans un disque dur (comme cette interview, c’est pas beau ça ? NDLR), ça devait être série, on a décidé de tenter un montage film. On a trouvé que ça donnait bien, et on a voulu rester sur ça. On a grave raboté le truc, on a enlevé des petites histoires, et ça a donné le film. Il y avait d’autres personnages même, il y avait Mac Tyer et Kozi par exemple.

T -« Cramé » avait fait pas mal parler à sa sortie, tu avais regardé ça ? Seth Gueko il a un peu un rôle similaire dans les deux.

D -Moi « Cramé » je l’avais pas vu avant de faire « Karma ». Ouais Seth Gueko il est un peu pareil dans les deux, mais c’est une coïncidence. Avant « Karma » j’avais juste vu « African Gangster ».

S -T’as des anecdotes sur le tournage ?

D -A un moment donné on est dans une sorte de hangar, il y a un mec qui se fait buter au sol pendant que moi je prends un coup de pression. En fait ça ça s’est passé dans un parking privé du XVIIeme arrondissement. I l y avait souvent des habitants qui passaient, ils voyaient que des renois crânes rasés avec des armes. Il y avait des caméras des lumières et tout et ils ont appelé les flics quand même alors que c’était évident qu’on était en tournage. Le mardi qui suivait, les flics ont perquisitionné chez les gens, ils ont sauté toutes les armes, ils ont même analysé du faux sang pour voir s’il n’y avait pas eu de meurtre pour de vrai… Mais sinon il y a eu plein de trucs marrants sur le tournage.

T -On a interviewé Esco il y a quelques semaines et quand il te parle en vrai, t’as vraiment le même mec que dans le film. Les textes étaient écrits, ou c’était que de l’impro ?

D -En fait, c’est simple, pour pas que ça fasse surjoué, il fallait pas de texte écrit au mot près. Il y avait juste les informations clés, deux trois punchlines que je voulais qu’ils disent à tout prix. Puis après ils faisaient avec leurs mots à eux, ils brodaient autour, avec leur manière de parler. C’est pour ça que t’as le même mec à l’écran que dans ton interview. Ce n’étaient pas des rôles de compositions. C’était des mecs de quartiers qui se parlent comme des mecs de quartiers. C’est naturel.

T -T’as écrit les rôles en pensant aux gens ? Dans quel ordre t’as fait ça ?

D -J’ai d’abord écrit l’histoire. L’histoire existait déjà, puis en cherchant je me suis dit Esco je le verrais bien dans le rôle de Koffi, tel autre dans un autre rôle etc.

T -Esco le rôle lui va bien, le côté froid tout ça, mais il y a un truc nouveau par rapport au rappeur qu’on connaît c’est le coté avec les meufs, qu’on retrouve pas spécialement dans son rap.

D -C’est aussi ça l’intérêt du truc. Il s’agit pas de faire un film où on parle que de nous comme des caïds et tout. Moi qui suis à la base du projet, j’suis rappeur, je produis le truc, et j’me suis mis un rôle presque de victime, d’un mec qui se fait pressionner pendant tout le film. C’est aussi ça l’intérêt du film, on se met dans toutes les situations.

michael-cera-smacks-rihanna

T -Et tout le côté Karma justement, la vie qui te revient dans la gueule, c’était dans ton idée dès le début ou pas ?

D -Le titre en fait je l’ai trouvé vraiment à la fin . un soir je discutais avec les mecs avec qui j’ai fait le film, et on a trouvé ce titre. Mais l’histoire oui je voulais évoquer ça. Je voulais illustrer que la roue tourne , fais gaffe au retour de flamme.

T -Et le tournage a eu lieu à Paris, pas chez toi à Orléans, c’était parce que ça aurait été casse couille de le faire la bas ?

D -Non non même pas, si j’avais été à Marseille au moment du truc, et que tous les rappeurs habitaient à Marseille, on aurait fait le truc à Marseille tu vois. Là il se trouve qu’on était à Paname, tous les rappeurs que j’invite c’est des mecs de Paname , « l’équipe technique » (rires), c’est à dire mes deux potes , étaient à Paname. En gros tout était à Paname, donc j’allais pas ramener tout ça à Orléans juste comme ça. Ça coûte du biff. Sinon ça aurait pu être au Mont Saint Michel tu vois ce que j’veux dire ? (Rires de Teobaldo qui est originaire du Mont saint Michel et sait ce que c’est que de tourner là bas)

S -Et du coup ça c’est un projet d’été on va dire, mais c’est pas du tout du même calibre qu’une mixtape…

D -(Il coupe) Non bien sur que non ! Mais moi je le vois même pas comme un projet d’été. C’est un projet, tout court. Maintenant il se trouve que c’est sorti en été, comme ça aurait pu sortir au printemps.

T -Tu penses pas que ça aurait été mieux justement de le sortir au printemps, dans l’année ?

D -Ah tu sais il y a plein de trucs qui auraient été mieux. Moi j’ai fait le choix délibéré de le sortir là, cet été. Ca me permettait de refaire de l’actu jusqu’à la rentrée. C’était ça l’idée. Bien sur que si je m’étais dit « tiens je le sors en janvier 2014 » j’aurais eu le temps de faire plein de trucs en plus, ça je le sais. Mais j’ai fait ce choix. Les images elles dormaient dans les disques durs depuis septembre 2012. Donc à un moment donné j’allais pas le garder pendant deux piges. Même moi j’allais le voir vieillir je l’aurais pas sorti au final. Je me suis dit que le truc était honorable tu vois. C’est pas du Spielberg ou du Kubrick mais on a fait un truc. Avec les moyens qu’on a mis dedans, et le fait que ce soit nous, des mecs sans aucune expérience de quoi que ce soit en cinéma, je trouve qu’on a fait un truc honorable. Alors on l’a sorti puis voilà fin.

S -T’aurais pas voulu le défendre autrement ?

D -Moi j’aurais voulu mais j’avais pas le réseau cinéma. Le réseau du rap et celui du cinéma ce sont deux réseaux qui n’ont rien à voir du tout. Mais j’aurais kiffé comme tout le monde. Tu sors ton projet le but c’est qu’il soit vu par le maximum de monde. Mais l’idée de départ c’était pas du tout de le défendre comme un autre film. C’est un truc original pour le cinéma français, des renois avec des flingues.

T -Et si t’avais eu ce réseau t’aurais poussé le truc , tout en sachant que, comme t’as dit, c’est différent de ce qui se fait ici et ça n’aurait jamais connu les mêmes conditions de sortie qu’un film «normal» ?

D -Quand tu fais un projet comme ça, que tu es un rappeur, que tu sors un film, avec en plus que des gens qui ne sont pas professionnels, à aucun moment tu te dis « je vais faire une grosse production cinématographique et tout baiser dans les salles », non, c’est pas Intouchables. T’es pas dans cette logique là. A la base j’ai fait ça c’est juste pour amener du spectacle. Comme quand je fais un gros clip pour « Mon gang » sur Summer Crack tu vois. C’est de l’entertainment, fin. Juste histoire de venir avec un autre délire que Summer Crack 3, ou Pré-Perestroïka avant l’album…On fait un vrai délire, on va jusqu’au bout. Ca devait être la première série rap, street, française, puis c’est devenu ce film. Mais jamais on s’est dit on va tout baiser au JT, au festival de Cannes. On a fait du mieux qu’on a pu, notre premier public regarde le film, on l’a sorti. Je pense pas que tu rigoles en le regardant, même s’il y a des défauts, plein de trucs qu’on peut reprocher au film. Mais on s’affiche pas, tu te dis pas qu’on est ridicules dedans.

T -Ce n’est que mon avis hein, mais dans le film il y a des mecs qui jouent très bien, Lalcko, Escobar, Bassirou entre autres. Autant il y en a deux, dont celui qui joue le boss, des fois c’est dur… Autant il a un bon regard, tu veux pas l’avoir sur les côtes, autant quand il parle, parfois c’est fastidieux.

D -Bah après on dira que ça ça fait partie des reproches que tu fais au film. Mais comme je te dis on sait que ce n’est pas parfait. On est objectif, on sait où on se situe par rapport à telle ou telle référence. Quand je me place dans un contexte « film rap français » je sais que je me situe très bien avec Karma. Mais c’est sur si tu compares à des The Wire, des American Gangster ou quoi, forcément on est plus dans le même monde.

S -En gros, si on compare à La Vengeance, ça va…

D -(Rires) Nan, mais c’est quand même un truc tu peux le regarder tranquillement.

T -J’ai trouvé qu’il fait limite téléfilm, dans le sens où justement, ça fait pas cinéma gros budget, mais ça fait sérieux malgré tout. Puis la durée aussi y contribue.

D -Ouais on voulait pas faire un truc trop long, pas trop soulant. J’avais lu l’article de Captcha Mag là sur Karma, et je l’ai trouvé pertinent parce qu’à un moment donné ils avaient relevé un détail du truc en expliquant qu’on avait pallié au manque de moyen en faisant ci ou ça. C’était par rapport au fait qu’on voit pas de meurtre, de sang et tout. Pour que le truc soit crédible et beau, il aurait fallu une maquilleuse de ouf, et on pouvait pas, donc on l’a pas fait.

tumblr_mu7hwaePoQ1qieglto2_r1_500

T -Tiens d’ailleurs à un moment ton personnage drague une maquilleuse et on la revoit plus. Il la serre ?

D -Chacun se fait son interprétation ! Dans la version non coupée il se passe quelques chose mais ça a été jarté du truc.

S -Dans « Cliché » tu dis « j’avais pas d’autre choix que sortir de gros albums ». Tu parles de quel album ?

D -Je parle de celui qui va sortir ! Perestroïka ! La perestroïka c’est la politique qu’a mené Gorbatchev dans les années… Dans les années 80, pour relever la Russie. Ça veut dire reconstruction, restructuration. Ça signifie quelque chose dans mon histoire, et à ma connaissance, il n’y a qu’en Russie que le mec a réellement donné un tel nom à sa politique. C’est un truc historique la perestroika. « Restructuracion » en espagnol mais ça représente rien, même si ça veut dire la même chose.

S -Tandem au début arrêtait pas de dire ça.

T -Puis il y a le délire Sefyu aussi, ruskov. Les rappeurs français vous aimez bien Poutine ! (rires)

D -Nan après moi je trouve le mot il sonne bien, c’est frais. J’aurai pu appeler mon album « Restructuration » mais ça sonne pas aussi bien, ça amène rien. Il y a une dimension artistique, pas que du terre à terre, t’essaies de tout embellir, même le nom de l’album. Puis dans « Perestroika » il y a aussi le coté rigoureux, travailleur, comme tu dis (personne n’a dit ça). Moi dans mon rap ce que je prône de façon récurrente, c’est le charbon. Pleurer, se plaindre c’est pour les autres. Et si tu t‘es ramassé la gueule c’est que t’a fait une connerie c’est tout. Charbon, le travail, la dureté tu vois. On se reposera quand on aura des rhumatismes.

T -Charbonner, c’est un délire très à la mode dans le rap français. Mais est-ce que c’est qu’une mode ou est-ce que ça sert quelque chose ? Charbonner dans quel but ?

D -Chacun a ses projets de vie tu vois. Moi je sais ce que je recherche, ça me regarde , mais chacun a son truc. Il y en a qui veulent ouvrir leur chaîne d’hôtel au bled tout ça. Les gens qui me suivent vraiment, qui savent un peu mon délire, ils comprennent mon discours. Je prône vraiment ça le charbon, tout le temps, à fond. Dans tous mes textes il y a une phrase par rapport à ça. C’est ce qui m’anime. Chacun son ambition. J’ai des trucs précis en tête et je charbonne pour ça, la musique c’est un moyen, pas une fin.

images

S -Et le titre de l’album tu l’as depuis le début de son histoire ? Vu que t’avais un album déjà à peu près prêt il y a trois ans, c’était déjà sous la forme de Perestroika ?

D -Non non justement c’est venu après, par rapport à ce qui m’est arrivé. Là j’estime que je suis dans une phase de reconstruction. J’ai eu un long passage à vide après Summer Crack 2, voire même depuis Summer Crack 1 si on va au bout de la réflexion, vu que c’est sorti pour pas tomber aux oubliettes. Donc Perestroika je l’ai trouvé suite à tout ça. Il a fallu repartir un peu depuis le début, recréer de l’activité, générer du flux, que les gens s’activent autour de ton blase. Parce que ça va vite, à plus forte raison quand comme moi tu n’es pas un rappeur confirmé, sans carrière aux fondations solides. Booba ou Rohff peuvent s’absenter pendant un an. Ils le font même pas. Ils pourraient s’ils étaient en galère, car ils ont 4 ou 5 albums derrière eux. Mais des mecs comme moi, un an d’absence c’est énorme. Il faut que tu reviennes pour de vrai. J’ai la chance d’avoir quand même pas mal charbonné dan le rap. Les gens ont l’image de moi comme un mec sachant rapper, c’est l’avantage. Je pars pas de zéro non plus.

T -Toi, t’as dû t’absenter, même si c’était pas une envie, mais est-ce qu’au niveau de la motivation, t’as été un peu refroidi ?

D -Non, même pas, parce que si je faisais du peura pour vivre, j’aurais perdu la motivation. Mais j’ai jamais été dans le peura pour faire des sous. Je veux dire que je serais content d’en faire, évidemment, mais j’ai jamais compté là dessus pour vivre. J’en fais parce que je pouvais, parce que je sais le faire. J’ai la possibilité de le faire, donc je le fais. Mais jamais je me suis reposé dessus. Donc si j’avais pu avoir une perte de motivation, ça n’aurait pas été pas par rapport au peura, ça aurait pu être par rapport à ce qui me fait vivre. Tout simplement. J’ai toujours été là, y a jamais eu de panne d’inspi ou quoi que ce soit. Après le syndrome de la feuille blanche, ouais. Tu peux l’avoir, ça dure une semaine, un mois. Mais j’ai jamais eu de panne d’inspi genre je sais plus quoi dire. J’ai toujours été dans le peura. Même quand j’étais pas là, j’étais là.

S -Ouais, y a toujours eu des feats par ci par là.

D -Voilà, mais même s’il y avait pas eu de feats, je continue toujours de rapper. C’est juste qu’il y a plus de trucs qui sortaient ou que j’étais plus au devant de la scène. Mais j’ai jamais arrêté de rapper. Y a pas eu de rupture genre un an sans rapper, sans écrire. C’est juste que j’étais moins actif. Du moins au devant de la scène, en tout cas.

S -Justement, j’ai peut être raté des trucs, mais j’ai l’impression que t’es pas super présent sur scène, concerts etc…

D -Niveau concert ? Je suis archi pas présent. De toute façon, c’est simple : en France c’est archi dur de faire des concerts. Si t’as pas de tourneur, c’est presque impossible. Parce que, quoi qui se passe, le peura ça reste une musique dure à vendre à des propriétaires de salles. Tout ça c’est compliqué et c’est aussi une histoire de réseau. C’est pareil. Si t’as un bon tourneur, tu tournes bien. Si t’as pas de tourneur, comme moi, c’est ponctuel. De temps en temps y a un plan. Une scène en Belgique qui se débloque. Ou à Montpellier. Ou je sais pas où. Mais vraiment, c’est rare. Tant que j’aurais pas de bon tourneur, ce sera comme ça. De toute façon, c’est comme ça, quand tu regardes ceux qui tournent grave bien : Youssoupha, Médine, Seth Gueko et d’autres, ils ont un bon tourneur. Y’a pas de secret.

S -Toi, c’est le genre de truc que tu voudrais mettre en place pour défendre ton album, par exemple ?

D -Mais bien sûr ! Tu sais, gros, je suis comme tout le monde, comme n’importe quel artiste, je kifferais faire des scènes tous les week ends. C’est bien. Tu rencontres les gens. Tu vois d’autres métiers. Tu vas dans d’autres délires. C’est très bien. C’est intéressant les concerts et puis c’est toujours mieux de voir le mec en vrai. Quand t’es auditeur, tu kiffes. C’est toujours mieux de voir le mec en face à face. Voir si il te procure le même effet que quand tu l’entends dans ses sons. Parce que parfois tu peux être déçu. D’habitude, tu l’entends : BAM BAM ! et là, il arrive sur la scène, il est tout chétif, il a chaud, il a peur, il ose pas trop. Il est là, on dirait une victime, un peu, alors qu’en son il est virulent de ouf, tu vois ? Moi j’aime bien ce truc là ! J’aime bien croiser les gens. Ils voient que je suis comme je suis sur leur CD.

S -J’ai remarqué dernièrement, plutôt dans les égotrips, t’as de plus en plus de tournures de phrase comme « Ta mère est une libertine » « Progéniture de tapin » On dirait que tu kiffes faire des insultes de base mais en les détournant avec des mots recherchés.

D -Ouais, ouais. Mais je fais même pas exprès, en vrai. Je calcule pas plus que ça. C’est un délire, histoire de changer un peu le truc. Je peux dire « Fils de pute » je peux dire « Nique ta mère », mais voilà « ta mère est une libertine » ça passe mieux.

S -Dans Holy Water, tu parles d’excès de sébum. Je crois que c’est la première fois que j’entends un rappeur dire ça. C’est des trucs qui t’ont marqué dans des pubs quand t’étais petit ?

D -(Rires) Non c’est juste de la vanne. Faut pas croire, on a du vocabulaire. Attention.

S -Et par rapport à un truc qu’on avait repris sur le Blavog, justement, quand tu cites Never Die Alone. C’est par rapport au livre ou au film ?

D -Au film. Je connaissais le livre, mais quand je l’ai écrit c’était par rapport au film.

T -C’est pas la seule citation que t’as reprise en plus. Y avait la phrase « Les gens qui sont derrière moi, je ne suis pas sûr de les guider. Les gens devant moi, je ne suis pas sûr de les suivre » d’Albert Camus.

D -Oui, je l’ai reprise dans Poètes Maudits avec Despo. Tu pousses, toi. Tu pousses loin.

T -Ah non, en fait c’est parce que je regarde du catch. Et y a un catcheur dont le gimmick c’est de faire le mec cultivé, hautain, tout ça (Damien Sandow) qui a cité cette phrase en disant que c’était d’Albert Camus. Et là je me suis dit « Mais c’est pas Dosseh, ça ? » C’est toi qu’es loin, en fait. T’en as beaucoup des phases comme ça ?

D -Ouais. Y a des petits trucs comme ça que j’ai en tête. Et quand ça s’y prête, je les reprends.

S -Tu te dis que tout le monde va capter la référence ?

D -Non, ce que je me dis c’est que ceux qui connaissent, ils vont dire « Ah ouais. respect » Et ceux qui connaissent pas…

S -Ils vont quand même se dire « La phrase elle claque »

D -C’est ça. Vu que la phrase est bien, ils vont quand même kiffer la phrase. Et le jour où la verront ailleurs, ils se diront « Ah ouais, mais ça vient de là ? Ah ouais, il est loin ». Exactement comme toi ça t’a fait avec Albert Camus.

S -Moi, pareil. Albert Camus, je savais pas. Mais le Dalai lama, quand je l’ai reconnu, j’ai tapé une bonne barre.

T -Mais est-ce que tu penses que le Dalai lama se balade dans l’Himalaya en reprenant tes phases à toi ?

D -Ahah je sais pas. Mais si il le fait, ça fait plaisir.

S -En plus, ce genre de références, on les attribue plutôt aux rappeurs conscients en général. Du coup avec toi c’est marrant parce que c’est surprenant et ça nuance ton univers aussi, si on peut dire.

D -À fond. Exactement. De toute façon, j’ai un petit peu de mal avec les cases. Rappeur comme ça, rappeur machin, rappeur truc. Je suis pas trop dans ça. parce que je pars du principe que quand tu fais de la musique, le Lundi tu peux écrire un morceau sur une situation reloue qui vient de t’arriver, t’as entendu un truc bien raciste, tu vas écrire sur ça. Mais le Mardi, tu sortiras de chez une meuf, tu vas pas écrire la même chose. T’écris selon tes humeurs, donc les cases, ce sont des postures. Et moi j’aime pas les postures. Je trouve que c’est pas honnête, c’est pas sincère. À partir du moment où tu fais ton fond de commerce d’une cause, t’es plus vraiment sincère. Moi je préfère être là et dire ce que je veux. Si je veux parler du massacre de telles tribus, je sais pas où, j’en parlerai. Si je veux parler d’une soirée en boite, je le fais. Si je veux faire un gros égotrip où y a pas de sens à chercher, je le fais.

T -Du coup, si un jour tu sais que dés que tu vas sortir le moindre son, ça va être grave écouté et décortiqué par tout le monde, t’as pas de thème en particulier que t’aimerais partager ?

D -J’ai des trucs qui me tiennent à cœur que je tiens à partager et que je vais faire, de toute façon. Que ce soit sur Perestroika ou même sur mes autres projets.

T -Tu te dis pas que si t’avais un poids et une influence considérable, ce serait mieux de parler de tel ou tel thème ?

D -Pas vraiment, vu que tout ce que j’ai envie de dire, je le dis déjà. Je dirais pareil. Ou peut être que je dirais d’autres choses parce que j’aurais vécu d’autres choses entre temps. Mais c’est toujours des choses que j’ai envie de dire, quoi qu’il arrive.

Coneheads_Poster

S -T’as beaucoup de phases genre « C’est pas un front que j’ai, c’est une tête d’ogive »

T -Ou « Front de bélier »

S -Tu t’es senti plagié quand Fababy a émergé ? (rires) Tu peux plus trop en faire comme ça. Pour les réseaux sociaux c’est lui, maintenant.

D -Ahahah, miskine il prend cher.

S -Autre question existentielle : Sur le refrain de Igo pourquoi tu dis pas « comme si c’était ma dernière chatte » ? Parce que ça rimerait avec « Droite ».

D -Bah je sais pas.

S -c’était trop vulgaire ? (le sujet lui tient visiblement à coeur)

D -Bah attends, on est pas à un gros mot près dans Igo. (Rires) Bah je sais pas, en fait. Le truc il m’est venu comme ça. Moi, la rime, je la voyais pas comme toi en « A ; ate ; a ; ate » moi c’était en « Oi ; oi ; oi ; oi » C’est « Droite » qui est l’exception.

S -C’est devenu un sport national de clasher La Fouine, mais t’es le seul qui l’a clashé avec 3 ans d’avance quand t’as dit « T’auras plus qu’à lancer des rumeurs sur ta propre mort pour récupérer ton buzz »

D -Ouais, je l’ai clashé par anticipation. Parce que je savais qu’en 2013 il allait faire ça, qu’y aurait ces histoires de clashs là. Je me suis dit « moi, je me positionne direct ! ». (Il reprend soudain son sérieux, réalisant que des attardés au fond de la salle peuvent vraiment prendre ça au 1er degré) Non mais c’est un hasard ou une coïncidence.

S -Et t’y as repensé quand c’est arrivé ?

D -Bien sûr que j’y ai repensé, j’ai repensé qu’à ça.

S -En plus, vu que c’était sur ton feat avec Booba…

D -Ouais, à fond. J’y ai repensé, ça m’a fait rire. Mais quand ce truc est arrivé, je me suis connecté sur twitter, j’avais reçu v’là les mentions. Pendant toute la journée, non. Pendant 2 jours où y a eu ce truc là, toute la Terre a défilé dans mes mentions Bam, bam, bam « Wow ! Dosseh il avait raison !! » etc… C »était marrant.

T -Le pire, c’est que quand t’as posé sur Expendables (Sur la compilation Mort Du Rap Game de Shone du Ghetto Fabulous Gang) quand tu dis « Tu serais même prêt à nous faire croire que ta propre mère est vierge pour augmenter ton nombre de vues » y a des génies qui ont réussi à voir un lien avec La Fouine…

D -Ouais. Mais ça c’était pas dans MDRG c’était dans le freestyle « BM Audi Merco Benz »

T -Ah ouais ? (C’est pas grave, Teo décidera de quand même laisser la pub clandestine pour MDRG)

D – ouais, exact, j’avais vu ça aussi. Mais maintenant, tu sais, les gens ils veulent ça à tout prix. Ils sont à l’affut, c’est un truc de ouf. Ils sont au taquet dés qu’il y a un truc.

T -D’ailleurs, finalement, à propos des clashs. C’est peut être pas dommage que t’aies pas eu d’actu à ce moment là. Y’avait presque plus de buzz pour personne. Sinon c’était très dur de parler d’autre chose. T’as eu un regard là dessus ? Ou tu t’es dit que c’était normal ?

D -Franchement je m’en bats les couilles. Je l’ai vu. Je l’ai vu passer. De toute façon je comptais rien sortir à ce moment là. Il se trouve qu’il y a eu ça. Je me suis mis en mode spectateur comme tout le monde, j’ai regardé. Round 1, round 2. Après voilà, ça s’est fini. Mais quoi qu’il se passe, ça c’est un truc qui peut pas monopoliser l’attention pendant x temps. 1 mois, 2 mois.. Parce que c’est l’actualité du moment. Mais à un moment donné, les gens veulent écouter du son aussi, quand même.

T -À force de parler de rappeur tout le temps, les gens veulent du rap, tu penses ?

D -Voilà. Quoi qu’il se passe, t’aurais pu sortir ton truc. Les gens t’auraient écouté quand même.

S -Par rapport à la reprise de « je boxe avec les mots » d’Ärsenik que t’as posé en feat avec Sofiane sur Blacklist 2, vous avez mis un scratch de Kery James. Pourquoi pas d’Ärsenik, justement ?

D -C’est juste parce qu’en fait il se trouve que… (il cherche ses mots)

35rj39la suite dans la partie 2 où la joie et la bonne humeur sont au rendez-vous (wouhou).

3 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Radio Biture

Vous vous souvenez de Bayes ?
Le chef de Menace Records et aussi des sorties controversées.
Il avait, entre autres, sorti “X Story” un soit disant album des X Men fait avec tout et n’importe quoi.
Cerise sur le gâteau, il avait même collé des stickers “Les nouveaux Lunatic”… Pourquoi pas.
En fait, Bayes c’est tout simplement un méchant de films du début des années 90 : il veut l’argent de la banque mais il piétinera d’abord le château de sable de ton gosse sur la plage et pissera sur ton parasol dès que tu vas te baigner.
Il est comme ça Bayes : vilain.
On pourrait l’imaginer au sommet d’un gratte ciel regarder la ville avec un rire diabolique, mais t’es en frince ici, alors t’auras une cave en Seine Saint Denis.

Bayes -Mouahahahahah ! J’adore être mauvais. La seule chose qui est mieux qu’être méchant, c’est compter tout l’argent que j’ai gagné en étant méchant ! (on vous avait dit qu’il était vilain)

Au même moment, quelques étages au-dessus.
Serveur – bonjour monsieur, qu’est-ce que ce sera ?
Lino – trouve moi de l’essence et un alibi
serveur – heu… c’est un bar ici, pas une station service. Mais pour l’autre chose on peut s’arranger. Alibi ! Y’a quelqu’un pour toi !
Lino – mais qu’est-ce que…
Alibi – ah salut Lino, ça faisait longtemps.
Lino – ça dépend pour qui.
Alibi – oh, ça va. Une connexion Lino/Alibi Montana, ça fait toujours du bien.
Lino – ça dépend pour qui.

Soudain, un être qui semble flotter dans les airs fait son apparition. Il porte un costume ringard des années 80 et a des traces blanches sous le nez.

Tony – pourquoi tou portes mon nom, coño ?
Alibi – ah ! Qu’est-ce que c’est que ça ?!
Lino – tiens, tu peux le voir toi aussi ? Je croyais que j’étais le seul, ou que c’était le délirium tremens
Alibi – mais qu’est-ce qu’il veut ?!
Tony – le monde, chico ! Et tout ce qu’il y a dédans. Mais pour l’instant yé veux youste qué tou té casses, hors dé ma vue.
Lino – voilà, barre-toi.
Alibi – à la base si j’ai pris ce blase c’est…
Lino – mais on s’en fout !
Alibi – …en hommage à ton parcours tu vois, parce que ça me rappelle le mien.
Tony – yé né comprends pas. Toi aussi tou es oune millionnaire ?
Alibi – non, mais bon, j’ai fait de la prison, j’ai fait du biz
Tony – y’ai yamais fait dé prison, y’avais pas lé temps pour cette merde
Alibi – j’ai fait du biz aussi j’ai dit !
Tony – yé souis oune traficante international, coño
Alibi – j’ai été pris dans une fusillade et je suis tombé pour tentative de meurtre du coup
Tony – yé souis mort dans oune fusillade après avoir toué oune cinquantaine de coños.
Alibi – mais on est presque voisins, je suis haïtien à la base.
Tony – yé souis cubain, et yé té pisse à la raie. Maintenant fous moi lé camp.
Lino – pas trop tôt.
Tony – bon ! Qu’est-ce qu’on fout là, chico ?
Lino – « on » ne fout rien. T’es juste un chieur qui me suit partout sans que je lui ai rien demandé.
Tony – yé t’arrête tout dé suite. Si yé souis là c’est uniquement parce que tou m’as invoqué grâce à ton truc de sorcier africain.
Lino – le sample de ta voix ?
Tony – mé sors pas ton dialecte dé bamboula.
Lino – t’as de la chance que mes coups de poings passent à travers toi.
Tony – sans ça yé n’aurais pas pu inspecter les sous-sols et découvrir que c’est là que se cache célui qué tou cherches, coño
Lino – encore heureux que tu serves à quelque chose.

Ils descendent les escaliers en 4e vitesse, et ça fait un peu de bruit. (ça c’est de la narration)

Bayes -Vos gueules dehors ! Je m’entends plus être méchant !
Lino -Tch tch !
Bayes -Mais par où t’es rentré (je t’ai pas vu sortir) ? Comment as tu passé tous mes gardes ? Gardes !
Lino -C’est une fiction, tu sais. Donc j’ai un sabre laser.
Tony -Ma c’est lui Bayes ? Regarde le, il a pas la classe, le look !
Lino -Ah ouais, et y’a le fantôme de Tony Montana qui m’accompagne.
Bayes – une petite minute là. Tony est un personnage de fiction qui n’existe que le temps d’un film…
Tony – qu’est-ce qué ça peut té foutre d’où yé viens ? Yé meurs à la fin !
Bayes – tu es sûr que tu n’es pas le fantôme d’Al Pacino plutôt ? Il est vieux, c’est possible que…
Tony – yé n’ai rien à voir avec cette fiotte dé rital dé mes couilles !
Bayes – et à supposer que les fantômes existent, ça n’a déjà aucun sens. Mais en plus les fantômes n’existent pas, donc là ça devient vraiment le bordel. En plus tu parles même pas anglais ou espagnol.
Tony – ça c’est votre faute, à vous tous les rappeurs français. Vous m’avez fait revenir en vf à chaqué poutain dé fois. Y’ai cru qué vous alliez passer à autré chose, yé pensais qué vous m’échangeriez contré Zé Pequeño, mais il a fallu qué cé coño dé Lino fasse tout un morceau en passé-passé avec moi, puta madre !
Lino – et du coup on est 2 dans la combine : Bors et mon enfoiré de Colombie
Tony – yé souis cubain ! Et y’aime pas ces poutains de colombiens
Lino – et nous on est frinçais, donc on s’en fout.
Bayes -Quel merdier…
Lino -Le merdier c’est la sortie de “Radio Bitume” sans me prévenir !
Bayes – toutes mes excuses, j’ai dû confondre avec Alino
Lino – c’est vraiment ton excuse ? T’en as tellement rien à foutre que t’as pas voulu trouver mieux que ça ?
Bayes -Bah quoi ? regarde aux USA, Dre il a fait un hologramme Tupac. ça a fait plaisir aux fans de revoir Tupac. Bah là c’est pareil, ça leur a fait plaisir de te revoir.
Lino -Mais je suis pas mort, moi !
Bayes -Rhooo, tu chipotes sur du détail là.
Lino -Ah tu veux que je chipote sur du détail ? Fuck it ! Même la cover pue la merde. C’est des photos de 2005 !
Bayes -Et ?
Lino -Et donc je suis pas mort ! Je peux encore faire des photos !
Bayes -Mais j’en ai rien à branler que tu fasses des photos, moi. Tout le monde peut faire des photos, vas-y si ça te chante.
Tony -Ma, votré histoire d’hologramme, ça m’a l’air intéréssanté ces nouvelles technolorhia, coño !
Lino -Toi ta gueule.
Bayes -Par contre, quand tu seras plus trop occupé à te prendre sous ton meilleur profil, je veux bien que tu fasses des morceaux aussi, puisqu’il paraît que t’es pas mort.
Lino -Tch Tch ?
Bayes -Parce qu’en vrai ça fait un bon moment que tu me dois un album fini, mais ça, bien sûr, tu préfères pas en parler.
Lino -Oui, un album fini. Pas une espèce de maquette. C’est pas comme ça que je travaille.
Bayes -Et tu travailles comment ? On peut te demander ça ? Tu travailles en te sauçant avec une avance et en rendant jamais rien ? C’est ça que t’appelles travailler ?


Tony -Ahaha ! Ese coño ! C’est vraiment oune salopard. Il investit de l’aryent et il veut le récoupérer. Màtalo !
Lino – matelot ?
Bayes – matelas ?
Lino – il a sans doute voulu dire « matons-le », ou « mouton lent » ou peut-être « mythonnons » voire même « nutella »
Bayes – toi on t’arrête pas quand t’es lancé, c’est technique
Lino – c’est comme ça que je trouve mes rimes, je me rappelle jamais de la première mais après c’est parti.
Tony – …
Lino -Mais mes morceaux étaient même pas finis, par contre ! Fuck it !
Bayes – ahahah ! Si tu savais ce que j’ai fait aux X Men. Sois encore heureux que j’ai pas eu le temps de foutre un gros sticker « le nouveau Booba » sur ta pochette.
Tony – Booba ?
Bayes – tu dois pas connaître, même s’il a fait une chanson à ton nom.
Tony – oune hommage ? Ça doit être bien, c’est oune rappeur gangster comme vous dites, no ?
Lino – si on veut. La chanson parle d’une meuf dont il est tombé amoureux, et il rappe pas, il chante sous autotune.
Tony – COÑO ! Yé souis pas oune tapette !
Bayes – en attendant t’es comme Ill, un sacré branleur.
Tony -Ah ! Des insoultes ! Ça mé plait ça ! Il veut jouer à la vache !
Lino – une vache ?
Bayes -Radio Bitume a pas eu l’air de choquer plus que ça tes auditeurs. Faut dire que depuis le temps qu’ils attendent…
Lino -Ils attendront le temps que je leur dis.
Bayes -Mais attendre quoi ?
Lino -Que l’album soit au niveau de mes attentes et que j’estime qu’on peut le sortir, dugland.
Bayes -Comme Paradis Assassiné ? Tu voulais encore ramener tous tes potes relous sur un posse cut interminable ? Tu voulais Janik pour massacrer un de tes morceaux les mieux écrits ? Et il aurait fallu attendre plus de 7 ans pour ça ?! Tu veux retenter les singles merdiques avec Wallen qui rappe aussi ?
Lino – c’est pas moi, ça c’est Rohff.
Bayes – je t’assure que c’est toi aussi. Mais c’était tellement pas glorieux que t’as préféré refouler ce souvenir.
Rohff – exact, même Lino pompe mes concepts ! Il est comme les autres rageux de merde !
Bayes – qu’est-ce que tu fous là, toi ? Et comment ça se fait que vous passez tous la sécurité comme ça ?!
Rohff – C’est Alibi qui m’a prévenu que mon pote était ici. Tony, mon ami, mon frère ! Je t’ai cherché partout.
Lino – tu le connais ?!
Tony – c’est oune cinglé qui me suit partout dès que j’apparais. Alors qu’on sé connaît même pas.
Rohff – mais je t’ai sauvé la vie dans le jeu
Tony – yé souis mort connard ! et c’est oun yeu pour toi ?
Rohff – oui, non… en fait c’était un clip animé comme un jeu vidéo
Tony – décidément vous aimez bien vous branler sour mon dos, ici !
Lino – on va pas s’en sortir, là…
Rohff – c’est pas ça, moi ça fait longtemps que je m’identifie plus à toi, je suis adulte, mais c’est toujours bien pour se mettre dans l’ambiance avant de rapper
Tony – t’as besoin du personnage principal d’un film des années 80 pour avoir de l’inspi ? Ma vous êtes tous givrés ou qué ?!
Bayes – mais tous les rappeurs ne pensent pas ça, Despo par exemple quand il parle de toi…
Lino – mais ta gueule, t’es con ou quoi ?
Bayes – ça donne ça ou encore ça
Tony – Mierda ! Alors soit vous m’idolâtrez commé des pétits coños soit vous me traitez de schlag et dé hijo de puta ? Si c’est comme ça, yé mé casse !
Rohff – non, attends ! (il lui court après)


Lino – pas trop tôt. En tout cas je boycotte cette sortie.
Tony – c’est yentil. Moi aussi yé pense que y’aurais dû rester dans la pièce.
Lino – mais pas ta sortie à toi abruti, celle de mon projet. C’est pas comme ça que je travaille ! Je valide pas.
Bayes -Et tes supporters ? Tes fans ? Tes auditeurs ? Eux, tu leur as demandé s’ils validaient ?
Lino -?
Tony -Pero que ?
Bayes – rien à foutre de ton perroquet. Ils ont l’air de bien aimer. En tout cas les retours sont meilleurs que pour Noyau dur, hein ?
Tony -Lé fourbe, il tape là où ça fait mal !
Bayes -Et puis ça leur fera sûrement bien plus plaisir que le Bisso Na Bisso 2, hein ?
Tony -Lé mauvais garçon !
Bayes -La grande vérité c’est que t’es comme ce gros glandeur de Ill des X-Men, tu te prendras jamais en main.
Lino -Tu vas voir où tu vas te la prendre ma main.
Tony -Ah ça y est ? Tou parles toi ?! Vas-y, réplique ! Rentré loui dédans !
Lino – Qui c’est, Louis ?
Tony – Loui qui ?
Bayes – Tu as besoin d’ordures et de directeurs artistiques derrière toi !
Tony – oune ordure derrière loui ? Ma y’a qu’à démander, yé souis là !
Bayes -Tu as besoin qu’on te pousse au cul et qu’on force ton talent !
Lino -Fuck it ! C’est bien gentil tes conneries, mais ton blabla passera pas devant un juge quand les mecs des Choristes se rendront compte que t’as refoutu un sample refusé en 2005.
Bayes -Mais ils s’en rendront jamais compte. Personne ne vérifiera jamais un truc sorti à l’arrache n’importe comment. C’est ma combine perso, ça.
Black Kent – j’t’ai vu, man !
Bayes -Qu’est-ce que tu veux toi, qu’est-ce que tu fous là avec… Oh putain ?!
Tony -Joder ! Coño !
Lino -Je me rends plus compte si je suis vraiment bourré ou si Jay Z se tient devant moi.
Black Kent -Oui, c’est Jay Z.
Lino -Qu’est-ce qu’il fout là ?
Black Kent -Jay Z il dit qu’il y a un sample qui lui appartient sur ton album.
Lino -C’est pas le mien, démerdez vous avec Bayes.
Bayes -Hein ?! Quoi ?! Mais non…
Black Kent -Jay Z il dit que le sample de Mâle dominant et ben en fait c’est “Umbrella” de Rihanna et lui et que tu dois déclarer ce sample.
Bayes -Bah c’est à dire qu’en fait…
Black Kent -Jay z il dit qu’il va estimer le montant que tu lui dois et…
Lino -Attends, tch tch ! Personne ne m’a encore expliqué ce que tu foutais là, toi, tch tch !
Black Kent – non, Chichi c’est le prénom de la femme de Sangoku, et depuis le début de ta carrière tu le prononces très mal. d’ailleurs tu prononces aussi très mal « George Jung », mais c’est pas le sujet. Moi c’est Black kent, ton boy black, blacky pour les intimes. En fait ma nouvelle super major me fait rattraper mes mauvaises ventes en me faisant faire des petits boulots. Là je fais interprète pour rappeurs Américains…
Bayes -Mais je peux parler biz directement avec Jay Z, moi, je suis réglo.
Lino -Bah voyons…
Bayes -Dis lui que je parle Anglais.
Black Kent -Jay Z il dit que c’est ton droit, mais qu’il parle pas avec toi quand même.

et ça c’est une vidéo live de Chuck Brown, qui vient de décéder. Vous vous demandez sans doute quel est le rapport avec Lino, et bien avancez la vidéo à 3’25 et vous verrez le lien.

RIP

et ça c’est pour les plus jeunes, ou les plus vieux remarque, on est pas racistes.

5 Commentaires

Classé dans complots, sliphop

Dossehlai Lama

Une fois n’est pas coutume, derrière ce titre de billet peu inspiré se cache un petit hors-série dans la rubrique la phrase débile de la semaine, ainsi qu’une excuse pour vous faire profiter des photos trafiquées par les soins de @Asura__   Si vous suivez un peu le blavog, vous devez savoir qu’on apprécie pas mal Dosseh. Et si vous suivez pas le blavog bah vous le savez quand même puisque je viens de vous le dire.

En l’an de grâce 2009, sortait la mixtape Autopsie 3 de Booba, avec sa palette d’invités au niveau hétéroclite. Parmi eux, Dosseh, avec le morceau Non-stop, qui ne sera jamais clippé, faudra donc se contenter de ce superbe montage bâclé et amateur :

Venons-en maintenant à ce qui nous intéresse. A la fin du titre (vers 2’47), on peut entendre dans la tirade de Dosseh qui sert d’outro au son (il fait souvent ça Dosseh, il aime bien, y’en a qui vont réécouter leur couplet après avoir posé, lui il reste en cabine et il parle à un public imaginaire, c’est son truc) :

« On se nique la santé pour essayer de trouver de l’argent, plus tard on niquera de l’argent pour retrouver la santé. On vit dans l’excès comme si on allait jamais crever, puis un beau jour on crève, comme si on avait jamais vécu. »

C’est joliment dit, et c’est sympa comme conclusion, tout ça. Le problème c’est qu’un homme a déjà tenu presque exactement ces propos. En effet, lorsqu’on lui a demandé « Qu’est ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? », un certain Tenzin Gyatso a répondu :

« Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé… et  penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur… ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

Tenzin Gyatso, c’était anciennement Lhamo Dhondup (on ne se moque pas) mais il est désormais plus connu sous son blase de mc « le Dalai Lama » qui lui a permis de faire son buzz un peu partout dans le monde.

On entend déjà les plus malfaisants d’entre vous commenter « ah bah bravo, Pit Baccardi reprenait le slogan d’Adidas à son époque, au moins son petit frère il innove » ou « après Coluche, les punchlines des rappeurs cainris et les répliques de film, le rap français va toujours plus loin dans la reprise éhontée de lyrics », etc. D’autant plus que Dosseh La Famine a déjà utilisé des références assez folklo dans ses rimes.

Mais là je dis stop. C’est un peu facile quand même et ça repose sur des préjugés. Rien n’indique que c’est pas le Dalai Lama qui a lui-même pompé le rappeur d’Orléans en premier lieu. Quoi, parce que le mec est né en 1935, se fait appeler « sa sainteté » (un a.k.a pas super original je trouve) et a écrit des bouquins (rarement seul, il se fait ghostwriter à mort le gars), c’est impossible d’imaginer ça ? Réfléchissez deux secondes :

il se rase la tête depuis qu’il est en âge d’avoir des cheveux

il a pas de meuf mais vit avec un crew de mecs qui portent des sapes larges

il a des fans prêts à s’immoler pour lui

il a un discours de victime mais un public de bourges

il se plaint constamment du boycott de la Chine alors qu’il peut crécher dans n’importe quel autre pays, notamment les pays développés.

Ce mec a tout du rappeur hardcore en manque de buzz. On l’imagine très bien aux fourneaux, en train de cuisiner du crack, dispenser à ses bougs du Tibet quelques doctrines essentielles telles « soit t’es un homme soit t’es une pomme » ou encore « on va tous caner un jour, debout sur nos pattes ou à genoux comme des fiottes ». Sans parler de tous les égarés qui s’interrogent sur les conséquences de leurs actes et à qui il répond systématiquement, même à ceux en sandales « tant pis si les mains sont sales tant que les nike air sont propres ».  Alors qu’à la base c’est Dosseh qui a écrit tout ça. C’est vraiment dégueulasse.

Et on espère bien qu’un jour, Dosseh saura réclamer ce qui lui revient de droit.

3 Commentaires

Classé dans la phrase débile de la semaine

Interview d’Express et DJ Allstarzz (et Sukre) (3/3)

Spleenter -Ah oui, bah d’ailleurs, on va parler de ça. Toi, t’as jamais fumé ?

Allstarrz -J’ai essayé quand j’étais plus jeune, comme tout le monde, tu vois ? Ça m’a mis KO, j’ai vu que c’était pas pour moi, tu vois ?

Spleenter -Et au niveau de la tise ?

Allstarzz -Ouais, je bois à l’occasion. À un mariage, à un baptême, à un délire comme ça mais non, sinon.

Spleenter -Donc seulement quand c’est sponsorisé par le Vatican ?

Allstarzz -Je bois de l’alcool que quand il est Martiniquais en fait.

Spleenter -OK. Toi par contre, c’est l’inverse.

Express -Humm… On peut dire ça…

Allstarzz -La preuve, il est venu avec son flash. Je sais pas si ça va intéresser les lecteurs.

Spleenter -On le filmera à la fin. Et donc, au niveau du peura, quand t’écris ? T’écris par rapport à quoi ? L’instru ? Le flow ? Ou t’écris juste comme ça et après tu cases des trucs ?

Express -J’écoute l’instru, je trouve un délire qui va. Tout ce qui me parle… la vibe qui vient. On essaye et voilà.

Allstarzz -Et on le surnomme aussi le king du refrain.

Spleenter -par rapport au chant ?

Allstarzz -Ouais voilà.

Spleenter -C’est pour ça que dans un hypothétique projet commun avec les mecs de Cambrai, tu serais un peu le… ça ressemble à une insulte ce que je vais dire là… Tu serais un peu le Maître Gims, dans le sens où tu fais les refrains.

Allstarzz -Mais je te rassure, ça fait longtemps qu’il fait des refrains, Express.

Spleenter -Ouais, bien sûr. Mais sur tout un album ? Parce que Express peut pousser le chant. J’ai beau chercher dans tous les autres, tout le monde a sa voix, mais je vois pas qui pourrait chanter, dans les mecs de Cambrai.

Teo -Bah si. T’oublies « Vide le chargeur » sur « On passe du shit à l’industrie du disque. »

Spleenter -Ouais mais c’était du bourrinage total.

Teo -Justement !

Express -Tu vois, y en a qui essayent et qui le font.

Allstarzz -mais faut rendre à César ce qui appartient à césar. C’est Express le roi des mélodies. Et justement, l’album « Certifié bavon » ! Y en a qui vont être surpris !!… Ça va être un gros truc. Pas de limite. Ce sera « frais » le mot d’ordre.

Teo -T’en as combien des morceaux déjà prêts pour l’album ?

Express -J’en ai une dizaine, à peu près.

Teo -T’es du genre à en enregistrer plein, plein, plein et à garder le meilleur ? Ou alors à aller à l’essentiel ?

Express -Je pense que je vais plus essayer de faire une sélection. Ne sortir que les bons morceaux. Je pense pas que ce sera un truc avec 19 morceaux.

Spleenter -Plutôt un 13, 15 titres ?

Express -Voilà, quelque chose comme ça.

Allstarzz -Quoi que, 19 morceaux c’est bien aussi.

Express -Je l’ai déjà fait ça. Mais là ce sera un délire vraiment album. Avec, comme d’hab, des thèmes et des trucs persos. Du swagg.

Spleenter -D’ailleurs, en 2011, c’est quoi le swagg maintenant ?

Allstarzz -Comme il le disait dans l’interview sur Zikaload, c’est…

Spleenter -C’était pas en 2011. Depuis, y a eu DSK, y a eu plein de trucs. La mort de Ben Laden !!…

Express -Il s’en passe des trucs.

Allstarzz -Quand nous on dit swagg, c’est pas forcément précis. Un rockeur, il a du swagg. Un agriculteur, il va avoir son swagg.

Express -C’est une attitude.

Allstarzz -Le swagg ; c’est pas parce que t’as mis une ceinture Louis Vuitton et un jean’ Dolce Gabana que t’as du swagg… Je vais pas dire de nom, mais y en a dans le rap français, ils sont habillés de haut en bas en Louis Vuitton et ça lui va pas.

Spleenter -Oh tu peux dire des noms.

Allstarzz -Non, on va pas dire le nom. Il va se reconnaitre, le mec.

Teo -On peut dire DJ Battle, quand même. C’est le Blavog. On peut y aller là, les mecs !

Allstarzz -Non. On va pas cracher sur les gens. Nous même, on aimerait pas qu’on nous crache dessus, comme ça.

Spleenter -Quand même ; il a un sale style.

Allstarzz -Mais si ça se trouve, y en a qui aime. Tu vois, le swagg c’est comme les meufs. Tu vas trouver une meuf super belle, je vais la trouver super moche, lui il va la trouver pas mal, etc… Le swagg, c’est une attitude. Comme je te disais, même un agriculteur a du swagg dans son délire.

Spleenter -Y a qu’à regarder Seth Gueko.

Allstarzz -Ouais, il a son swagg ! Chacun son swagg. C’est pas la marque, c’est comment tu te comportes. Là tu vois Express comment il est swaggé. Il a mis une paire de cortez, assorties avec un jean cartonné bleu, avec un petit polo Ralph Lauren. Tu vois, c’est un mode de vie le swagg.

Spleenter -Si je me goure pas, je me rappelle d’une interview de toi sur Zikaload où t’avais une casquette NY. Et ça disait « Ouais, t’es plus West et t’as une casquette NY ?! » Et ça partait sur ce délire là.

Allstarzz -C’est juste un logo, comme je disais. C’est pas parce que je mets une casquette NY que j’écoute que du NY…

Spleenter -Et donc, on pourrait te voir avec un maillot de Marseille ? (quelle habile manœuvre, quel feinteur)

Allstarzz -Ouais, quand même pas… C’est même pas par rapport à Marseille, c’est parce que moi, j’aime pas le foot, pour tout te dire. Express aime bien le foot, moi j’aime pas trop. Je suis pas à fond, vraiment. Je supporte Paris parce que j’habite Paris, j’ai grandi là, c’est la capitale. Moi je comprends pas les mecs qui habitent Paris et qui supportent Marseille. C’est un truc que j’ai jamais compris. Mais comme je t’ai dit tout à l’heure, en début d’interview, si on me donne un gros chèque et qu’on me dit : « Mets le maillot de Marseille. » Je le mets, tu vois ?

Express -Tu marches aux gros chèques, quoi ?!

Allstarzz -Ouais, voilà. Je marche aux gros chèques.

Teo -Tu ferais beaucoup de chose pour un gros chèque…

Allstarzz -Y a des limites, quand même. Y a des limites. Mais tout ce qui reste musical… C’est comme un acteur, on lui dit « Fais un rôle de gay. » Même si il est pas gay, c’est son métier, il le fait.

Spleenter -D’ailleurs, pour en revenir aux films, vous avez vu ça ?
(Il leur montre son poster de The Dark Knight _oui, le cas de Spleenter ne s’améliore pas)

Express -Moi, ouais.

Spleenter -T’as pensé quoi du personnage du Joker ?

Express -Il a joué violent, le mec. Mais après ça il est mort, l’acteur. C’est un truc de ouf, chanmé !

Teo -Y a une phrase que t’entends parfois dans des films à la con : « C’est facile de rentrer dans la tête d’un fou. C’est plus dur d’en ressortir. »
Et je me demande si c’est pas ce qui lui est arrivé…

Spleenter – Qui a dit ça ?

Teo -Je sais pas, c’est une phrase de merde que t’entends dans plein de film de merde…

Express -Il est tellement rentré dans le personnage, il est devenu favou !

Allstarzz -Moi, je suis pas trop film, comme je t’ai dit. Mais ça, ça me parle plus (il désigne un autre poster). « American gangster. »

Teo -Bah tu peux en parler. Fais toi plaisir.

Allstarzz -Je sais pas pourquoi mais il me plait bien ce film. Comme tout le monde.

Express -Déjà, c’est réaliste. J’aime bien quand c’est comme ça. Les séries à la Oz, The Wire, les trucs comme ça.

Teo -Ouais mais du coup, je l’ai trouvé un petit peu lent comme film.

Allstarzz -À démarrer, ouais ! Je l’ai trouvé un peu lent aussi ; mais l’histoire est bien. Ce que j’aime bien dans les affiches de film, c’est que parfois, tu peux reprendre ça pour en faire des pochettes de mixtapes. Ça donne de bonnes idées.

Teo -T’as repris des affiches, toi ?

Allstarzz -Hitjacking de Krem. La pochette c’est une affiche de film. Un film de braquage, vu que c’est le concept de la mixtape. Le fait de braquer les autres.

Spleenter -En posant sur les instrus cainris, donc ?

Allstarzz -Voilà. C’est tiré d’un film mais je sais plus lequel. Niveau film, c’est plus les pochettes qui m’inspirent. Comme American gangster, je trouve que ça ferait une bonne pochette.

Spleenter -Je me rappelle que quand j’ai pris ça, on a essayé de me refiler l’autre. Je taffais au cinéma, en fait. Et d’abord, il m’a rapporté celle avec Rusell Crowe. Je lui ai dit que j’en avais rien à foutre.

Allstarzz -T’es raciste ?

Teo « Oh mon Dieu ! C’est Russell Crowe ! »

Allstarzz -Il était pas assez swaggé sur la pochette ?

Spleenter -Non. Mais si tu regardes bien, même Frank Lucas c’était une poucav.

Express -Mais ça c’est chelou. C’est une poucav reconnue mais il est toujours en vie !!… Normalement, quand tu poucaves…

Spleenter -Je pense qu’il a dû se faire protéger. Et se barrer vraiment à l’ouest. Plus à l’ouest que ce qu’il y a dans le film.

Allstarzz -Mais il vit toujours, il est en chaise roulante maintenant. T’as jamais vu de vidéo de lui ?

Spleenter -Je me rappelle avoir vu un documentaire, mais lui il était pas dedans, c’était une autre tête de Harlem.

Allstarzz -(Il éternue) Atchoum ! (très réaliste)

Teo -À tes souhaits.

Allstarzz -Merci. Mon souhait c’est d’avoir un gros chèque !

Spleenter -Au fait, j’ai oublié de vous demander par téléphone : vous faites des T-shirts ?

Express -J’en faisais.

Allstarzz -On en avait fait. On en fait à l’occasion.

(C’est alors que DJ Allstarzz, qui avait bien senti que Spleenter allait lui demander des T-shirts gratuits mais qu’il ne s’arrêterait certainement pas là, décide de s’enfuir en sautant par la fenêtre du rez de chaussée)

Spleenter -Donc en gros, tu peux pas donner de délai parce que c’est vraiment fini. T’as des surprises que tu peux pas dire… Au moins une surprise ?

Express -Comme d’hab, y aura des sons de Médeline. Y aura des sons d’un peu partout, des connections que j’ai faites. Featuring, pareil. Et des mecs de la cité. ET quelques surprises, dont Papillon et certains autres dans ce délire là.

Teo -Y avait déjà un feat avec Papillon sur la swaggtape, d’ailleurs. Sur « Heureux de se fonsdé. »

Express -Ouais, justement, y aura aussi des gens de cette scène dont vous parliez tout à l’heure. Les Seno et compagnie, tu vois ?

Spleenter -Je pensais à MSJ, aussi. Qui a un timbre de voix très spécial…

Express -Si si.

Spleenter -Bon, Aelpeacha c’est plus pour les prods. Mais c’était surtout les mecs avec des voix un peu… je les catégorise dans les « voix de petits cons », tu vois ?

Express -Ouais, ouais, je vois.

Spleenter -Même 16Ar de l’S-Kadrille, il a un peu ce truc là.

(C’est là que DJ Allstarzz revient avec un CD de « Mon introdestruction »)

Allstarzz -Tenez, les gars. L’album que vous avez pas écouté. Vous faites pas votre boulot.

Express -Mais si, il connait un peu.

Spleenter -Ah bah c’est cool !! J’aurais préféré un T-shirt gratuit, mais…

Teo -Faites des T-shirts ! C’est vrai que c’est un bizness.

Allstarzz -Ça va venir.

Spleenter -Y a laboutiqueofficielle. Tu donnes ton logo, ils te font le truc, ils le mettent sur leur catalogue et après c’est suivant les demandes ou les ventes.

Allstarzz -Ouais ? Faudrait qu’on voit ça aussi. À explorer.

Teo -Du coup, on peut parler des clips.

Spleenter -Alors comment tu travailles tes clips ? Quelles sont tes influences ?

Sukre -Moi, à la base je suis photographe.

Spleenter -Comme beaucoup de mecs avant de commencer.

Sukre -Voilà. J’ai commencé la video y a pas longtemps. Ça fait 6 mois que j’ai mon appareil en HD et que je commence à faire des clips.
Sinon, je faisais que de la photo.

Spleenter -Tu faisais quoi ?

Sukre -Je fais de tout, reportage, studio, noir et blanc, couleurs, argentique, numérique, de tout. Moi je suis un photographe, je suis pas un photographiste.

Spleenter -Tu peux faire la différence pour ceux qui connaissent pas ?

Sukre -Je fais de la vraie photo, on va dire. Pas de la photo retouchée à mort, tu vois ? Je suis pas un graphiste, en fait. Je suis photographe et là je commence à faire des clips pour mon frère, comme ça.

Spleenter -Et tu taffes avec quel matos ?

Sukre -Je taffe avec un Nikon, toujours, D 3800 HD.

Allstarzz -Il essaye de faire des trucs qui sortent un peu de ce qu’on voit d’habitude.

Spleenter -Et t’as des références ou des trucs que t’aimes bien. Que ce soit en clips, en films ou en n’importe quoi, d’ailleurs ?

Sukre – Quand j’étais petit, déjà, je me suis buté avec des trucs comme BET, MTV, tout ça. C’était à partir d’Hype Williams, à l’ancienne, déjà, c’était que des trucs de ouf. C’est à partir de là. Je me suis intéressé à la vidéo plus tard. Parce que maintenant, on a accès à la HD, nous aussi. Mais sinon, avant, c’était trop dur. Avant, je voulais pas me lancer dedans parce que j’avais pas les moyens. Maintenant, je vois qu’avec un petit appareil comme ça, numérique, je peux faire un clip. Ça ressort bien, comme t’as pu le voir tout à l’heure.

Spleenter -Une fois que toi, t’as l’appareil, j’imagine que ça coûte pas non plus des milles et des cents. Et pourtant, t’as toujours des clips, notament de rap français, qui sont très très laids !!…

Allstarzz -Et qui passent !

Sukre -Ça je peux pas te dire. Je suis comme toi. Faut avouer, à l’heure actuelle, Chris Macari est très fort. Il est très fort. Moi j’aime beaucoup.

Spleenter -Il doit taffer avec le même genre de matos que toi, pourtant.

Sukre -Ouais, sûrement, mais ça sort bien : regarde la lumière du jour en HD.

Spleenter -Ouais ! Mais c’est plus les angles de vues. Il peut se louer un hélico pour filmer Las Vegas, mais le grain de l’image est le même.

Sukre -Ouais mais y a plein de choses : Le cadrage, le déplacement, comment l’image est rythmée. Y a plein de choses qui sont importantes. Moi j’aime bien ce qu’il fait. Franchement, ça va. En plus, il s’adapte selon les moyens, ça travaille pas que avec des mecs du haut. Si t’as moins de moyen que untel, ton clip sera moins bien.

Express -C’est pas forcément une question de moyens, aujourd’hui. La vidéo franchement : t’as des idées, ça joue.

Sukre -La post prod ça compte beaucoup aussi.

Spleenter -C’est à dire ?

Sukre -Bah le montage d’un clip, ça joue beaucoup. Je travaille avec des monteurs. J’ai fait 2 clips, j’ai taffé avec 2 monteurs différents.
Pour avoir des styles différents, justement. Pas essayer de faire tout le temps la même chose.

Spleenter -en post prod tu retouches pas l’images, tu fais pas des trucs…

Sukre -Ça dépend, des fois. Mais normalement non.

Spleenter -Mais quand tu dis que tu retouches l’image ?

Sukre -Non, y a pas de retouches mais on peut ajouter en petit effet de lumière. Un halo de lumière. Léger. Comme t’as pu voir dans « Rouge et bleu. » Je veux faire plein de choses différentes : Le clip se coupe, au début c’était en noir et blanc, après c’est en couleurs. Ça c’est Dipset, encore…

Express -Ouais. Enchainer avec un autre morceau.

Sukre -Ça coupe et après y a le début d’un autre morceau. C’est ce qu’il faisait, Juelz Santana, dans ces clips.

Spleenter -Ouais, tu t’es quand même buté aux clips que tu kiffais.

Sukre -Ouais, voilà ! Premier clip que j’ai fait, j’ai fait ça direct. Coupé, noir et blanc, on change de délire.

Spleenter -Tu te vois faire un truc comme « Santana’s Town »…

Express -Ça c’est un clip de ouf !

Sukre -Mais je lui en parle tous les jours de ce clip ! Il est chanmé !

Express -Putain, ouais !

Allstarzz -Mais c’est ça que je disais tout à l’heure : C’est des mecs comme ça qui manque dans l’industrie ! Des mecs qui connaissent le taff ! Tu vois, quand tu parles avec un mec, il sait de quoi vous parlez. C’est pas un mec qui va te dire « Sans tana tone » ? C’est quoi ?

Spleenter -Santana stone.

Express -Y en a, parfois, ils sont allé taffer. Après ils ont changé.

Allstarzz -À l’ancienne, dans le rap français, les mecs qui faisaient des clips, c’est pas des mecs qui connaissaient.

Spleenter -Ouais, mais c’était des clips mieux que maintenant.

Express -Mais c’est parce que maintenant y a tout et n’importe quoi. C’est ça internet.

Teo -Avant t’avais moins d’albums, moins de clips par album, maintenant, il en faut plus.

Allstarzz -Si j’étais un rappeur et que demain je vais voir Sukre pour me faire un clip. Je lui donne mes références, il sait tout de suite de quoi je parle.

Spleenter – Pour en revenir au clip de Juelz, c’est un faux, parce qu’y a des trucs que tu grilles. Mais le faux plan séquence de Santana’s Town est magnifique.

Sukre -Y a les raccords mais c’est bien fait.

Allstarzz -Je me demande même si c’est pas Jimmy qui a fait ce clip. Parce qu’il a fait plein de clips, Jimmy.

Spleenter -Là je peux pas dire.

Allstarzz -La plupart des clips, c’est lui qui les faisait. Regarde bien dans les crédits.

Spleenter -Je sais qu’il a signé genre DA ou research ou je sais pas quoi chez Warner. Donc ça, ça prouve bien que c’est clairement pas un naze.

Allstarzz -Il a fait le clip de… de…

Spleenter -Je sais que Ballin, t’as son nom qui apparait direct. En même temps c’est basique, mais ça passe.

Allstarzz -Le clip magnifique où Cam’ron sort des égouts à un moment. En rose. Au début c’est une chanson, après c’est l’autre.

Spleenter -C’est Killa Cam, ça.

Express -Ouais mais y a un deuxième morceau derrière.

Allstarzz -Non. Le premier c’est un autre morceau : « Get’em girl. » Et le dernier c’est Killa Cam, où il sort des égouts. C’est Jimmy qui a fait ce clip aussi. Même le clip « Purple City Byrdgang. »

Express -Avec le piano. Ça c’est violent !

Allstarzz -C’est des bonnes idées ! Maintenant, tu peux demander à un mec comme Sukre, il peut te sortir des idées comme ça. C’est ça qui est bien. C’est ça qui a changé par rapport à avant. Tout le monde dit « le rap c’était mieux avant », non ! C’est pas mieux avant ! C’est différent !

Allstarzz – Faut s’adapter, vivre avec son temps. Tu vas pas dire toute la journée : « C’était mieux le vinyle. » C’est bon, on est en MP3 maintenant.

Teo -Et puis ce serait chiant les vinyles dans le métro.

Allstarzz -Mais y a toujours un connard qui va te dire : « Y a une odeur ! » Il va te casser les couilles.

Spleenter – Vas-y, ramène toi au moyen-âge, y avait pas de vinyle, y avait rien.

Allstarzz -« Ouais mais ton disque dur, y a 300 000 sons mais dans 10ans y aura plus rien. Moi, mon vinyle il est chez moi. »

Spleenter -Surtout que le vinyle, au bout de 10ans, il est fini.

Allstarzz -Ouais mais c’est la connerie qu’ils ont. « Le rap c’était mieux avant », moi cette phrase, je la déteste ! Y a qu’en france pour faire une phrase comme ça. J’en suis sûr !

Spleenter -Mais je pensais au début que c’était du second degré. « Le rap c’était mieux avant », comme Francis Lalanne. (en fait c’était Francis Cabrel, perdu) Après tu vois des mecs qui portent le T-shirt !!… « Houlà ! Ça va loin quand même !!… »

Express -T’as vu ?

Allstarzz -C’est pour ça.C’est toujours 10ans après qu’on va te dire que tel gars était bien. C’est ça, toujours un train de retard. T’as vu comment ça marche les compil années 80 ?

Teo – NTM se reforment, ils sont partout alors que d’autres rappeurs, au même moment, des rappeurs de maintenant, ont jamais été invités, jamais fait de plateaux télés.

Allstarzz -Faut dire aussi qu’NTM sur scène, c’est quelque chose !

Tout le monde -Ouais !

Allstarzz -Quel groupe peut te faire ça en france ? Même si Booba c’est le meilleur en ce moment, sur scène…

Spleenter -Sur scène il est pété.

Allstarzz -Tu mets un Joey Starr, il va vraiment faire un show.

Teo -Mais je comprends qu’NTM se reforme et on en parle. Parce que, forcément, ça a été des générations, ça va très loin. Mais que ça prenne toute la place, non. C’est comme Dorothée qui revient à la télé. Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? Surtout qu’à la finale : personne ne l’a regardé, tout le monde s’en foutait de sa nouvelle émission !

Allstarzz -Mais bien sûr.

Spleenter -On en parle pas déjà du rap, d’habitude… parce que même… ouais non… Sexion d’Assaut c’est spécial leur affaire…

Allstarzz -Ouais mais ils ont ramené une petite fraicheur, quand même.

Spleenter -Non, non, je parlais d’après qu’ils aient eu leur galère.

Teo -Ce qui était marrant c’est que du jour au lendemain, t’avais des mecs qui étaient là : « Quand même, y a beaucoup de paroles homophobes dans Sexion d’Assaut… » T’es pas un peu con ? Les singles passent en boucle et t’avais pas capté ? Ils écoutent même pas ce qu’ils passent…

Express -Ils avaient fait la même chose avec le gars qu’avait fait « Sale pute » ou je sais pas quoi.

Spleenter – Orelsan.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -Mais c’est ça le rap en france, ils ont un problème avec ça, je te ments pas. Si tu retrouves toutes les phrases que les gens ont dit…

Express -Mais le rap est là !!…

Allstarzz -Je sais pas si vous avez écouté un morceau de… comment il s’appelle ?

Express -Sardou ?

Spleenter -Michel Sardou ? le temps des colonies ? Je pense que t’allais parler de ça.

Allstarzz -Voilà ! Pourquoi ils reviennent pas sur des trucs comme ça ? Pourquoi toujours le rap ? On est toujours marginalisés… Mais bon, faut faire avec.

Spleenter -le truc de Nagui, déjà, c’était de la merde « mais » juste pour ça : « Merci d’avoir invité des rappeurs… » Alors que c’est les plus gros vendeurs, c’est pas une faveur non plus.

Allstarzz -Même Booba. Quand il était invité sur RTL par Hondelatte. Il lui a dit : « les auditeurs doivent se dire que c’est un truc de ouf si je t’invite. Mais je peux pas passer à côté de toi. T’as vendu je sais pas combien de disques… »

Spleenter -Le mec a déclassé les mecs de la variet’ et tu vas pas calculer ? Ça n’a aucun sens.

Allstarzz -C’est pas normal ça. Et y a qu’avec le rap qu’on fait ça.

Spleenter -Et puis, même l’image du rap. Ça me fait le même effet que l’image de l’équipe de france. Après t’as DSK qui arrive et t’as des mecs qui vont faire un plaidoyer, limite : « Quelque part, c’est pas grave. Il s’est lâché… »

Allstarzz -Imaginons : on mettrait Joey Starr à la place de DSK. Bah le rap c’est mort en france !

Spleenter -Mets Joey Starr, juste à la place de Bertrand Cantat ! C’est fini ! « Ah ouais, c’est un rappeur, c’est normal, il a tabassé sa femme… »

Express -Je te jure.

Allstarzz -Mais c’est pas pareil. Je sais pas pourquoi, le rap c’est… je sais pas…

(Spleenter montre ensuite une vidéo où un mec très sérieux défend la pédophilie dans l’émission de Taddei à la télé. Ça, ça devrait faire scandale, mais ça ne fera pas)

Spleenter -On va arriver sur le mot de la fin.

Allstarzz -L’album « Certifié bavon », restez à l’affut. On balancera sûrement quelques clips avant et une Swaggtape vol. 2.

Express -Avant la fin de l’année, t’as vu. Y’aura du frais avant la sortie de l’album.

Allstarzz -Vous serez au courant en premier, je vous donnerai l’exclu. Et surtout écoutez toujours l’émission : Y aura souvent des exclus d’Express sur le Allstarzz Show.

Express -Sûrement du live.

Spleenter -Ah oui ! D’ailleurs ! Koffi nous avait parlé de ses projets au niveau de la scène. Faire une sorte de mini tournée des boîtes et aussi au niveau des MJC. Du coup il a dit qu’il ramènerait tout le monde, dont toi.

Express -Moi, je suis toujours opé.

Allstarzz -De toute façon, au quartier, on se voit. Si y a un truc, il me le dira.

Express -Quand c’est Krem, quand c’est koffi. Y a pas de problème. On est là. Même si je rappe pas, je viens, sur le côté, je fais les backs. Y a pas de problème.

Allstarzz -On prépare ça doucement, tu vois ? Comme on est indé on peut pas donner de dates précises. Quand on a un plan, on l’a. C’est pour ça qu’il faut surveiller facebook. Express 19. Toutes les infos.

Spleenter -Ah si ! J’avais une question, mais faut que je retrouve l’image.

Teo -Je vais meubler, j’ai une question. Ici, y a plein de questions pendat le mot de la fin, c’est une coutume. Du coup, le clip de SDF, c’est qui qui l’avait fait ?

Express -Le clip de SDF, c’est un pote qui m’a présenté un mec qui faisait des clips. Et y avait quand même un petit budget. On s’est impliqués dans le clip.

Teo -C’est scénarisé.

Express -Ouais, je voulais pas un truc comme d’hab. On avait déjà fait des trucs comme le clip sur Gyneco. On voulait un truc un peu différent. Puis c’est lui, le mec que je te dis, quand il a écouté SDF il a eu des idées. Moi aussi. Et voilà.

Teo -Et les gens qui sont dedans, du coup, c’est des potes à toi ? Des comédiens ? Les 2 ?

Express -Ouais, y a des potes à moi, des potes à lui.

Spleenter -J’ai retrouvé l’image. Ceerano c’est ce mec là ?

Allstarzz -Ouais, c’est lui. Pareil. C’est un mec du quartier aussi.

Spleenter -Apparemment, il s’est barré du label d’Alain De L’Ombre. Mais quand il dit les feats, y a aucun mec de chez vous. En tout cas, pas que j’ai entendu.

Allstarzz -Si, mais c’est une nouvelle génération, en fait. Ses potes à lui c’est la génération derrière nous.

Express -C’est les plus jeunes.

Allstarzz -À l’ancienne, il faisait partie d’un groupe qui s’appelait Treep Alliance. Avec Tony et Autop C. À l’époque de Treep Sal, le premier gros projet du quartier, en fait. Maintenant, il a remonté un nouveau truc. Entre temps, il était avec Alain De L’Ombre. Aux dernières nouvelles, il est plus avec lui. Mais, moi, je sais pas trop. J’ai suivi ça sur facebook, comme je le vois pas souvent, non plus. Je pourrais pas t’en dire plus sur lui. Je sais qu’il prépare un truc avec son nouveau collectif : La Mafia Parisienne.

Express -Chacun fait ses trucs de son côté mais y a toujours des trucs communs, aussi. C’est comme ça.

Spleenter -Et bah, comme dirait Pascal Cefran : « C’est l’heure du freestyle ! » (là on sait pas bien si Spleenter a tenté une imitation ou non)

5 Commentaires

Classé dans Express et DJ Allstarzz (+ Sukre), Interview (et ouais mon pote !)

Interview d’Express avec DJ Allstarzz (2/3)

Allstarzz -Donc voilà, la Swaggtape en libre téléchargement. Justement, j’avais fait une émission spéciale Express sur le Allstarzz Show. Qui avait très bien marché. On avait fait un concept : le même soir on avait tout enchainé. À la fin de l’émission, on avait mis la Swaggtape en libre téléchargement et le clip. Directement.

Spleenter -Et le clip ? Si je me trompe pas, c’est…

Teo -SDF !

Express -Kamagra.

Teo -Ah ? Bon…

Spleenter -Je pensais à SDF aussi.

Express -SDF c’est un morceau qui était sur « Mon introdestruction. »

Allstarzz -Le premier projet d’Express.

Express – SDF c’est tiré de ce projet avec la casquette et les 2 baskets, sur la pochette.

Allstarzz -Mais SDF, on l’a remis dans la Swaggtape pour les gens comme toi. Qui connaissent sans connaitre. Donc on a fait le clip Kamagra et, dernièrement, on a fait le clip de « Rouge et bleu. »
Sur l’instru de Wiz Khalifa.

Spleenter -Laquelle ?

Express -Black and Yellow. Donc rouge et bleu.

Allstarzz -Les couleurs du PSG. Express featuring Krem.

Spleenter -Mais d’ailleurs, comment vous le faites « Rouge et Bleu » ? Parce que t’as une syllabe en moins.

Express -Rouge et blaveu !

Teo -Ah bah oui !

Spleenter -Blaveu ! Forcément !

Express -On s’adapte !

Allstarzz -Donc on a fait le clip au Parc des princes. De toute façon, tu vas sur la video sur youtube. En description, y a le lien pour télécharger le morceau. Ce dernier morceau a bien tourné sur le net. Je crois qu’on était les 1ers à reprendre ce truc. J’ai vu qu’y avait Brasco qui l’avait fait dernièrement.

Spleenter -Y’a Brasco, y’a Black Kent avec « Sacré negro. »

Allstarzz -On a fait tout ça avant.

Spleenter -Déjà le clip est bien. C’est pas comme Black Kent sur fond noir avec 3 mecs à côté.

Allstarzz -Donc le clip a été fait par le frère d’Express, qui travaille en famille. Il est photographe.

Express -Y a Krem aussi, dessus.

Allstarzz -C’est le dernier projet en date. C’est le dernier clip qu’on a fait.

Spleenter -Ça va, c’est propre, le grain de l’image il est clean.

Allstarzz -C’est le travail de Sukre.

Spleenter -Sukre ?

Allstarzz -Express, Sukre. K Fé, Krem.
(Krem était à la base en duo avec un autre rappeur nommé K Fé)

Spleenter -Ah d’accord. Je pensais au mec de Prison Break, moi, en fait.

Allstarzz -Y’en a un qui s’appelle Sukre ?

Express -Ouais, Sucre. (Express prononce avec l’accent, donc Soucré)

Allstarzz -J’ai pas suivi, ça.

Spleenter -C’était de la merde de toute façon.

Sukre -On m’appelait Sucre bien avant lui.

Express -Et l’autre (Kamagra) je l’avais sorti en même temps que la Swaggtape.

Allstarzz -Donc ce morceau, Rouge et bleu, il se retrouvera sûrement sur la Swaggtape 2 en attendant l’album. Vu qu’on va sûrement sortir un 2ème volume avant l’album. L’album ce sera sûrement en fin d’année, si tout se passe bien.

Spleenter -Fin d’année 2011, donc ?

Allstarzz -On va pas te donner de date vraiment précise parce qu’il est un peu minutieux

Spleenter -Ah t’as clipé Kamagra ?

Express -Ouais !

Allstarzz -En même temps qu’on a sorti la Swaggtape. Donc Kamagra, tout le monde sait c’est quoi ?

Spleenter -Surtout depuis Seth Gueko.

Allstarzz -Ah OK.

Spleenter -Non mais je déconne. Et le truc, c’est que toi, dans le refrain tu dis « J’ai pas besoin de ça. » Et Seth il dit « T’inquiète j’ai mon kamagra. »

Express -C’est pas pareil !

Spleenter -le clip, c’est toujours toi.

Sukre -On l’a fait à 2.

Express -À 2 avec Gambs (de Boyz in Africa).

Spleenter -Ça reste mieux que Chris Macari, je trouve, personnellement.

Sukre -Sérieux ??!!!

Spleenter -Ouais. Le grain de l’image… les couleurs…

Sukre -Mais moi je bosse avec ça. (Il montre son appareil, vous inquiétez pas, on va y revenir en détails plus tard)

Spleenter -Ah ouais, mais j’imagine que l’autre il travaille aussi avec du matériel de base.

Allstarzz -C’est ce qu’on te disait tout à l’heure, on essaye de faire tout tous seuls et de se débrouiller.

Spleenter -Non, mais tu sais, ça fait pas clip de rue.

Alsstarzz -C’est notre concept.

Express -L’image c’est important.

Allstarzz -C’est important. Quand on te parle de Swagg, on sait de quoi on parle. Même avant le rap, quand on est dans la rue on aime bien être bien habillé. On est comme ça. On te parle pas de Swagg parce que c’est à la mode, ça a toujours été comme ça. On a grandi avec des Zaïrois, tu vois ?

Spleenter -Je vois très bien.

Allstarzz -Surtout que le rap, maintenant, ça se regarde beaucoup. Et l’album s’appellera « Certifié Bavon ». Donc bavon c’est un argot de chez nous. Ça veut dire que c’est bien.

Spleenter -C’est « bon » tout simplement, non ?

Allstarzz -Ouais, voilà. C’est un argot bien de chez nous, faut bien préciser.

Teo -Faut le déposer !

Express -Ouais, on va le déposer.

Allstarzz -Y a du fric à faire ! On parle de beaucoup d’argent !

Spleenter -Je me rappelle de ton interview sur Zikaload où ça disait : « Ouais mais à Lyon aussi, ils parlent comme ça. »

Allstarzz -Ça c’est exporté !

Express -Mais j’en sais rien, si ça se trouve, ça vient de là bas…

Spleenter -Mais ça tu peux pas le dire dans l’interview !

Express -Pour nous, en tout cas, ça vient de chez nous.

Allstarzz -Je pense que ça c’est exporté. Comme « by » ou « on s’enjaille » maintenant.

Spleenter -« On s’enjaille » c’est carrément parti de la Côte d’Ivoire.

Allstarzz -Ouais, c’est Ivoirien, en fait ! Mais bon, c’est là que tu vois la force du rap.

Spleenter -Comme pour les mecs de grigny, les by, les -zère.

Allstarzz -Les bougs, c’est un mot Antillais, ça veut dire nègre, en fait.

Allstarzz -Mais tant mieux ! Ça s’exporte. C’est fait pour ça la musique.

Spleenter -D’ailleurs, ça vous a jamais tenté de faire tout un morceau limite incompréhensible pour les gens ?

Allstarzz -On y a déjà pensé.

Express -Avec que ce truc là ?!

Spleenter -Que l’argot du 19.

Allstarzz -On y a déjà pensé, mais sinon, si vous cherchez bien, le mec de ghett Diip a déjà fait un freestyle comme ça. Pour le jeu Def Jam. Je sais pas si vous avez vu ?

Teo -Simsky ?

Spleenter -Ouais, si. Y en a mais y a pas que ça.

Allstarzz -On peut le faire !!… Mais après ça reste sectaire.

Spleenter -Ouais mais quand l’équipe de Grigny ils te font des truczer, etc… Ils ont même des expressions qui correspondent à rien. Les mecs, au lieu de te dire Sarkozy ou quoi, ils vont te dire « le doracel. » Personne comprend au début.

Teo -Ouais, y a même « doracélé », je crois.

Allstarzz -Mais est-ce que tout un morceau comme ça… Parce que nous, le but, c’est que notre musique voyage.

Spleenter -Ouais, c’est pour ça que je dis que ce serait juste un délire. Entre parenthèse.

Teo – Koffi Trop 2 Style fait une outro sur un morceau comme ça. « Quartier sale », il fait que ça.

Spleenter -Ah ouais : « Elle veut sa vrette-laveu. »

Teo -Vrette-laveu !

Allstarzz -Sinon encore mieux : On devrait faire un dictionnaire du 19.

Teo -Dans le fascicule de la Mafia K1 Fry, à la fin t’avais un lexique.

Allstarzz -Ah oui !

Spleenter -Mais les tous 1ers à le faire, je crois que c’était IAM. Pour leur deuxième truc.

Allstarzz -Bah déjà… Akhenaton, pour comprendre ce qu’il disait parfois, à l’ancienne…
C’était déjà chaud.

Express -Ouais c’est chaud.

Spleenter -Mais en fait, je partais de ça. Parce qu’il a fait un couplet comme ça. Je me rappelle plus dans quel son. En louchébem. L’argot des bouchers de Panam.

Teo -Ça, ça devait être sur la mixtape avant leur dernier album.

Allstarzz -Ah oui ! J’en ai déjà entendu parlé de l’argot des bouchers. Christophe le tatoué, tu te rappelles quand il est venu avec son frère ?

Express -Ouais.

Allstarzz -Il avait dit qu’ils avaient un argot entre bouchers.

Spleenter -Et c’est un truc qui s’appelle le louchébem. Mais le mec a fait un couplet entier là dessus : c’est une langue étrangère !

Express -Ouais, tu comprends rien.

Teo -T’as des mots qui viennent de là qu’on connait tous : louf, loucedé, larfeuille.

Allstarzz -Exact. Je pensais pas que ça venait de là.

Spleenter -C’est comme plein d’argots.
Si un manouche vient te parler, c’est sûr que tu vas pas comprendre…

Express -Je te jure !

Teo -Tu vas comprendre 3 mots

Spleenter -Tu vas faire « Ouais, là il a dit kahlouch… »

Allstarzz -Mais « kahlouch », c’est arabe, non ?

Spleenter -Euh… Ouais… mais…

Express -Mais ils mélangent tout les gitans, c’est un truc de ouf.

Spleenter -Voilà !

Allstarzz -Kahlouch ça veut dire noir ? C’est ça ?

Spleenter -Ouais, c’est ça. Attends… Je me gourre… L’argot manouche, mais oui ! C’est tous les trucs en « av » !

Teo -Schnikav…

Spleenter -Pillav, bicrav…

Allstarzz -Oui, c’est ça.

Spleenter -Tout ça, ça vient d’eux.
Mais maintenant, si un d’eux te parle, c’est mort.

Express -C’est ouf.

Spleenter -Tu vas être comme le mec dans Sntach : « Ah ouais, il a dit bicrav à un moment… après je sais pas… »

Teo -Si c’est shnikav, faut te méfier. Ça veut dire séçu.

(Teobaldo connait ce verbe dans toutes les langues, il vous donnera des cours. Demandez à Tyler The Creator)

Allstarzz -Et vous ? Comment vous avez connu Express, justement ?

Spleenter -Comment on a connu Express ?

Allstarzz -Là c’est moi qui vais interviewer le Blavog !

Teo -Ça devait être parce que vous gravitez autour d’Absolut Treepsal. Vu qu’on aime bien le délire. Je pense qu’on a dû tomber dessus à un moment. Mais dans le détail…

Spleenter -Moi, peut-être sur une tape.

Allstarzz -Sur le morceau clash contre…

Spleenter -Contre Gyneco ?

Teo -Ah bah moi, ça devait être là.

Allstarzz -Je pensais pas à celui là. la première compil de « Menace sur la planète rap » y avait le clash contre Marseille, avec Bouga. Et sur le 2, y a celui de Doc Gyneco.

Spleenter -OK. Bah alors c’était avant ça.

Allstarzz -Et sur le deuxième volume, ils avaient fait un DVD aussi.

Express -Y’a le clip.

Spleenter -Est-ce qu’avant t’avais posé un truc « Ma maka » ?

Express -Ouais !

Spleenter -Ma maka ça date d’avant ?

Allstarz -Ma maka c’est dans « Mon introdestruction. »

Spleenter -Ok ! Bah alors c’est ça !

Allstarzz -Et aussi dans la compil.

Express -Dans « Mon arrondissement favori », elle y est.

Teo -Ah oui.

Spleenter -C’était à partir de ça. J’avais vraiment dû écouter « Mon introdestruction » et après je t’ai retrouvé vite fait sur le clash avec Doc Gyneco, forcément. Donc c’est parti de là et après, forcément, quand j’étais sur Treepsal, t’étais autour.

Teo -Moi je pense que c’était avec le clash sur Gyneco, tout simplement.

Spleenter -Moi c’était Ma maka. Je me rappelle de ça.

Allstarzz -Ça te parle, hein ?!

Spleenter -Bah oui, forcément !

Allstarzz -T’es dans le même délire qu’Express, alors ?!

Spleenter -Ah ouais, ouais… En plus, ce qui était marrant, que ce soit toi, Papillon comme je disais tout à l’heure ou… Tu vois toute la clique d’Aelpeacha ?

Express -Ouais.

Spleenter -Bah voilà. Tous ces mecs là, ça me fait retrouver l’ambiance « Première consultation. » Et donc, forcément, je kiffe.

Express -Ah bah ouais.

Spleenter -Mais c’est vrai que, sans que tu le dises, j’aurais pas dit « Il est à moitié Antillais. »
J’aurais dit « Ouais… C’est peut-être un turc. »

Allstarzz -Ouais, mais ça c’est pas important. On fait de la musique, on s’en fout des origines.

Spleenter -Sauf si t’es roux !

Express -Ah c’est dur, ça.

Allstarzz -La discrimination contre les roux, c’est pas bien. Vous allez vous faire censurer sur le net, les gars. Faut pas toucher aux roux, c’est comme les gays, les gars. En tout cas, nous on est pas homophobe, hein ? On aime les lesbiennes.

Spleenter -Mais ça, je comprends pourquoi ils l’ont pas fait vu leur position, mais le jour où t’as vraiment un mec qui s’en bats les couilles dans le rap et qui est accusé d’homophobie, il sort le T-Shirt : « Je suis pas homophobe » Et il se retourne : « Je kiffe les lesbiennes »
À la cainri, quoi !

Allstarzz -On en revient aux Dipset. T’as une phrase : « Dipset bitches ! No homo ! »

Express -C’est encore Cam’Ron qui l’a lancé ça : « No homo. »

Spleenter -Ou le truc « Stop snitching. » Et pour le truc des lesbiennes, il a une phrase comme ça dans sa dernière mixtape avec Vado… Enfin, peut-être pas sa dernière vu qu’il en sort à la douzaine. Mais un truc avec butters et…

Allstarzz -Butters and guns ?

Spleenter -Guns and butters !

Allstarzz -Guns and butters ! Voilà !

Spleenter -Dedans, il parle à un petit merdeux ou je sais pas quoi. Et en gros il lui fait : « You have gay-friends. I have lesbians hoes. » C’est le délire, quoi.

Express -Cette mixtape est très très bonne.

Spleenter – Tu disais qu’y avait des surprises mais que tu pouvais pas les dire ?!

Express -Bah ouais. Mais tout à l’heure tu parlais de Papillon, y aura des trucs comme ça. Mais je vais pas te mentir, c’est des mecs où le feeling passe, plutôt que le featuring qui fasse vendre. C’est pas mon but, même si je refuserai pas, t’as vu ? Si je pouvais faire un feat avec, on va dire, Orelsan, je sais pas, n’importe qui, je refuserai pas. Je suis pas dans un délire mec fermé.

Allstarzz -Et puis comme on est dessus, on peut pas trop vous dire. Parce que là on sait pas encore. On est dans la construction. On peut pas trop te dire, encore. Si ça se trouve, demain…

Spleenter -« On croise Lil Wayne » ?

Allstarzz -Ouais, Lil Wayne ou Cam’Ron. Y’aura Cam’Ron sur son album.

Teo -Là, en sortant ! Cam’Ron à Porte d’Asnières.

Allstarzz -Mais ce que je peux vous dire c’est que ce sera un gros, gros truc. Franchement, y en a qui seront étonnés.

Spleenter -Et niveau distrib ? Vous avez démarché pour avoir des deals ou vous en êtes encore vraiment au stade de la création ?

Allstarzz -En fait, Express c’est pas son boulot, ça. Pour l’instant il se concentre vraiment sur le son, il fait de bons morceaux.

Express -mais on est déjà en train de voir un peu comment on peut sortir ça. Le but c’est d’essayer de faire mieux que ce qu’on a pu faire.

Allstarzz -Et là on veut vraiment faire un truc lourd. on se prend la tête. On voit dans quelles conditions on va sortir ça.

Spleenter -Vous essayez de trouver les meilleurs contacts.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -On cherche les meilleurs biz qu’il y a à faire.

Spleenter -Donc toi, tu bosses spécialement avec Express. Est-ce que tu bosses avec d’autres gens ?

Allstarzz -Avec Krem aussi. Bah j’ai fait sa mixtape dernièrement « Hitjacking. » Il reprend toutes les faces B du moment. Et là, justement, pour en revenir encore aux Dipsets, la Hit Jacking volume 2, ce sera une spéciale Dipset. Il reprend toutes les instrus et…

Spleenter -Même les à l’anciennes ?

Allstarzz -Ouais ! Même les anciennes.

Spleenter -C’est bien ça !

Teo -C’est une série qu’il va faire ? Une spéciale dipset, puis une spéciale je sais pas quel groupe, etc… ?

Express -Pourquoi pas.

Allstarzz -On fait ça au feeling. On va voir. Pour le 1er volume, on a vraiment pris les sons du moment. DJ Khaled « All I do is win », Birdman, Lil Wayne, etc…

Express -Rick Ross.

Allstarzz -Tous les gros morceaux qui avaient marché. Là, vu qu’il est dans le délire Dipset, comme moi, il aime bien, il m’a dit : « On va faire ça. » Là, je crois qu’il a enregistré 60% du projet.

Spleenter -J’ai cru que t’allais dire 60 morceaux.

Teo -Ça ferait beaucoup.

Spleenter -Un jour, je t’ai fait un best of de Cam’Ron qui durait quand même 3h30.

Teo -Presque 4 heures, ouais !

Express -C’est comme Allstarzz. Il s’arrête jamais.

Allstarzz -Moi aussi j’ai fait des truc spécial Cam’Ron. À l’occasion, je t’enverrai ça.

Teo -Le pire c’est que je l’écoute souvent en entier. Tu sais, tu le lances ça passe tout seul.

Allstarzz -Les Dipset, franchement, dans le rap, ils ont fait un vrai truc. En plus ça a été dur pour eux. Peut-être pas pour Cam’Ron : il est arrivé avec Roc-a-Fela. Mais Dipset ils sont arrivé quand c’était fini avec le Roc. Ils sont arrivés en même temps que G-Unit sur le marché.

Spleenter -Pas tout à fait…

Allstarzz -Vers la fin ! L’album Diplomatic c’est en même temps que G-Unit. C’était dur, à New York les gens juraient que par G-Unit. Et eux, ils ont réussi à exister.

Spleenter -Ouais. Mais ils avaient quand même Cam’Ron, il avait un nom, il portait le truc. C’est comme… Ouais non, j’essayais de trouver un équivalent en france, mais ça existe pas.

Teo -Y a pas d’équipe entière qui monte en france.

Express -Il était direct en marge à New York, cam’Ron. Il s’habillait en rose et tout ça, c’était un truc de ouf. Y avait pas de trucs comme ça à New York.

Allstarzz -Mais parfois, on nous compare avec les Dipset.

Spleenter -Je me rappelle. (Spleenter fait partie de cette secte de gens qui ont comparé Absolut Treepsal et leurs proches aux Dipset, justement)

Allstarzz -Je sais pas si vous vous rappelez d’un article dans Groove magazine où ils avaient fait un article sur les gars du 19. Ils avaient fait un petit reportage, un petit article, sur notre quartier. Parce qu’en fait on a un pote à nous qui avait ramené DJ Clue pour mixer en boîte. Dans l’article, ils expliquaient qu’on avait notre délire à nous, vraiment. Un truc spécial. Faut vraiment que je retrouve cet article.

Spleenter -Et ils vous comparaient aux Dipset.

Allstarzz -ouais, aux Dipset.
C’est toujours une bonne comparaison.

Spleenter -Bah ouais, tu m’étonnes.

Teo -C’est toujours bon à prendre.

Allstarzz -C’est clair. C’est un groupe qu’on apprécie beaucoup.

Teo -C’est pour ça que tu mets des polos roses ?

Allstarzz -Ouais, je suis habillé en rose. Mais y a la petite touche française, y a le crocodile.

Spleenter -J’allais dire qu’à part Absolut Treepsal, qu’on peut comparer aux Dipset ; Y’a aussi le Ghetto Fabulous Gang, surtout par rapport à Alpha. Parce qu’il a ce côté boss et parfois tu mattes des vidéos, tu te dis : « Il est un peu perché, mais en même temps il est pas con… »

Teo -Mais même les vidéos. Le fait de faire des vidéos, c’est Alpha. Il a ramené tellement de délires dans le rap français.

Spleenter -C’est pour ça qu’il est un peu assimilé à des mecs comme Morsay. Mais c’était mieux fait.

Express -Il en faut des mecs comme ça dans le rap. Il faut de tout pour pouvoir ramener de tout. C’est ça le rap. Il faut des trucs différents.

Allstarzz -Il a déjà fait un truc très grand dans le rap français. C’est le premier à avoir sorti son album et un film en même temps. Il faut respecter ça aussi ! Mais bon, c’est la france… Tout ce qui est nouveau, les gens ont peur. C’est après, dans 10ans, les gens diront : « Alpha était en avance. »

Teo -J’aimais bien la vidéo à l’ancienne où il était dans un ascenceur, tu vois ?

Express -Ouais, ouais.

Allstarzz – il sortait les billets, là ?!

Teo -Ouais. Où il clashe Gyneco, les chanteurs de je sais plus quoi, etc…

Spleenter -Des joueurs de foots qui ferment leur gueule, aussi.

Teo – Mais c’était lui qui faisait dans les premières vidéos que tu voyais comme ça, en france. Ce mec a lancé ce truc là ! Après, y en a plein qui ont fait des vidéos.

Spleenter -Sauf que lui c’était pas que comme Morsay, que des insultes.

Allstarzz -Ouais, voilà.

Spleenter -Y avait un truc derrière. Y’avait tout un délire.

Allstarzz -Dans 10ans, ils te diront qu’Alpha était bon.

Spleenter -J’espère.

Teo -Bah il le mérite.

Spleenter -Parce que même sur ses choix de prods il est bon. sur le son « Les rappeurs sont des chattes », dans l’outro il cite les mecs que lui il a écouté. Et même en français. Et là tu vois que le mec a des bêtes de références.

Allstarzz -Bien sûr. De toute façon, si il a la trentaine comme nous, il a connu l’époque glorieuse du rap.

Express -Tu peux pas mentir. Tu sais qu’il les a écouté.

Spleenter -Et il a dédicacé des mecs rarement cités dans le rap français, des Master P, des mecs de Memphis comme les Three Six Mafia et tout ça.

Allstarzz -Et Master P c’est quoi ? Tu vas aux states : tout le monde connait !

Express -Alors qu’ici, il passe inaperçu.

Allstarzz -Ici, c’est vraiment les connaisseurs qui vont te sortir combien il a sorti de mixtapes.

Teo -Je vais te dire, honnêtement, je connaitrais pas Master P sans Alpha 5.20.

Allstarzz -Ah ouais ?! À l’ancienne, il te sortait de ces pochettes… Il était connu pour ça. Il avait des pochettes d’albums, tu tombais parterre. Tu prenais son album, tu tournais, son visage bougeait en même temps.

Teo -Je sais pas si tu vois les vieux menace records ?

Allstarzz -Voilà !

Express -Ouais, ils reprenaient ça.

Allstarzz -Mais les premiers qui ont fait ce délire là dans la photo, on les cite jamais, ils s’appellent…

Spleenter -Pen & Pixel ?! (il répond comme à un jeu télé, personne ne lui a dit qu’il n’y avait rien à gagner)

Allstarzz -Voilà ! C’est des mecs qui t’ont tué photoshop, à l’ancienne. Je sais même pas si tu dis ça à Fifou, si il connait. Peut-être. Fifou c’est notre Pen & pixel en france, on va dire. Si tu regardes ces dernières années, c’est lui qui était sur tous les albums.

Spleenter -Ouais mais t’as pas le côté un peu série B. Comme les vieilles jaquettes du fin fond de ton video club.

Allstarzz -Ou un peu comme les street films.

Teo -C’est le mauvais goût assumé. « Ouais, moi mes références c’est de la série B, c’est de la sous culture générale, je revendique à mort. »

Spleenter -De toute façon, c’est la suite de la blaxploitation, c’est ça.

Express -Voilà, c’est ça.

Spleenter -pour autant, on en reparle aujourd’hui. C’est bien la preuve que c’était pas de la merde.

Allstarzz -Dans les écoles de management, maintenant, on t’apprend Master P. On t’apprend son business.

Teo -Mais je pense pas qu’en france ils vont t’apprendre le biz d’Alpha ou Morsay dans les écoles.

Express -Si, peut-être dans 10 ans.

Spleenter – ils devraient.

Express -Parce qu’il a compris comment ça fonctionne.

Spleenter -Il arrive à vendre et il arrive à vendre son merchandising.

Allstarzz -Mais même Morsay ! Je le critique, je dis qu’il sait pas rapper, mais peut-être que dans 10ans… Personnellement, je l’ai dit, je respecte son bizness. C’est le mec qui rappe que j’aime pas. Mais peut-être , un petit qui aura 30ans dans 10ans, il va peut-être te dire : « Morsay c’est mon exemple. »

Teo -Mais ouais, parce qu’ils font du fric dans une industrie en crise. On serait aux Etats unis, les mecs seraient grave respectés.

Express -En plus, ils font les taffs que les gens veulent pas faire. Se lever, aller aux puces, c’est du taff.

Spleenter -En plus, les gars on les regardait comme des ovnis au début. Tu vois des rappeurs qui vendent leurs disques aux puces, tu te dis : « C’est des clodos… »

Allstarzz -C’est spécifique à la france, ça. Tailler un mec parce qu’il a des baskets trouées ou je sais pas quoi. C’est con, on s’en fout de ça. On fait de la musique. Le plus important ce serait la musique, normalement. On s’en fout si le mec que t’écoutes a été en prison ou autre chose.

Express -en france, c’est tout le temps comme ça. Ils veulent tout savoir.

Allstarzz -nous on est pas dans ce délire. Nous on sait ce qu’on sait, on vient de la rue, on a fait des trucs, on a vu des trucs, tu vas rien nous apprendre. On va pas en faire tout un plat. « J’ai tiré sur je sais pas qui ! » On s’en fout. On fait du bizness.

Express -C’est de la musique.

Teo – vendre de la musique en france, ça se fait pas. Parce que c’est du divertissement et si tu regardes bien, le divertissement en france, c’est un truc péjoratif.

Express -Voilà.

Teo -faut toujours qu’y ait un fond derrière. Et limite ils s’en foutent de la forme, tant qu’ils savent que t’as fait je sais pas quoi.

Allstarzz -C’est comme quand on était à l’école. Quand on te disait « Tu vas faire plombier. » Ta mère pétait un plomb ! Mais regarde les plombiers aujourd’hui. Tu peux être plombier et habiter dans un pav, avoir une belle voiture. Faut respecter.

Spleenter -Pour en revenir à la musique, le côté divertissement est mis en dessous. Alors qu’à la base, c’est fait pour ça. si tu penses cinéma français, tu t’imagines un couple de geoibours dépressifs ou alors une grosse comédie mais avec des gros beaufs partout.

Allstarzz -Avec des titres comme « Ma femme est partie. »

Teo -« Il a plu sur la colline », « Mets ton pull, il va faire froid. »

Allstarzz -Mais je pense que ça va changer. Parce qu’il y a plus de jeunes comme nous, y a de nouvelles générations. Nos enfants seront baignés dans ça.

Teo -Mais nous même. Nous on est de 86, on a 24, 25 et…

Spleenter -Non, moi je suis du 92.

Spleenter -C’était la blague.

Teo -Profitez-en, y en aura d’autres ! Amenez vos gosses la prochaine fois. Nous on est de 86, on a grandi devant des séries américaines, avec des films américains, etc…

Spleenter -Vous aussi j’imagine.

Express -Bien sûr.

Allstarzz -Déjà, on est pas loin de vous.

Spleenter -Vous avez pas grandi avec du Gerard Jugnot, on est d’accord.

Allstarzz -Si, quand même ! Attends ! Le Père Noel est une ordure !

Spleenter -Le Père Noel est une ordure ? Alors d’accord.

Allstarzz -C’est les grands classiques français.

Spleenter -Mais pas les bronzés 3 ?

Allstarzz -Le 3, je l’ai pas vu… Je pense que le jour où ça va vraiment changer c’est quand, dans la musique, ce seront des mecs comme nous qui connaissent vraiment, qui ont baigné dans le truc, qui seront aux manettes. Là ça va changer.

Spleenter -Y a beaucoup de gens qui disent ça.

Allstarzz -Je me rappelle que quand j’allais à la fnac, je voulais acheter un CD, le vendeur c’est un mec qui sortait de je sais pas où…

Teo -C’est un étudiant.

Allstarzz -Ouais, c’était un étudiant. Il écoute pas de rap du tout. C’est juste un job. Il va pas me conseiller, il connaît pas.

Spleenter -A la fnac, ça a pas changé.

Allstarzz -Si. Peut être que maintenant c’est un petit jeune et qu’il connait.

Express -Si tu vas à la fnac à Chatelet, ouais.

Teo -Mais pas partout.

Allstarzz -Et pour reprendre un truc qu’a dit Booba et qui est vrai : Comment ça se fait qu’une radio comme skyrock ait pas de DJ ?! y a pas de DJ ! Y a que Cut Killer…

Teo -C’est les émissions spés.

Spleenter -Et en plus, Cut Killer c’est le survivant. Le mec c’est un dinosaure.

Teo -À l’ancienne, ils en avaient un à eux. Un mec qui devait s’appeller DJ Skape et qui servait à rien ! C’était avant qu’ils aient les émissions spés.

Spleenter -Mais tu sais quoi ? Ça devait être le mec qui datait d’avant le rap de skyrock. Ça devait être le mec qui enchainait quand ils passaient du rock ou des trucs comme ça.

Teo -Le disque jockey !

Allstarzz -Vous avez bien vu dans le reportage. (rimes et châtiments) C’est Tabatha Cash qui a ramené le rap à skyrock.

Spleenter -Tabatha Cash et les pourcentages de Jacques Toubon. Ils devaient passer tel pourcentage de musique française, ils se sont retrouvé avec le rap.

Allstarzz -C’est ça qui nous a sauvé, un peu.

Express -Sans le rap français, pour eux, c’était mort. Fallait qu’ils trouvent un truc.

Teo -Y a aussi eu la coupe du monde 98, la récupération de la france black-blanc-beur. Parce que moi, je me souviens qu’y a eu un changement. (attention, séquence émotion) Je suis arrivé au collège, c’était « Sale espagnol, retourne dans ton pays. » D’un coup, la france gagne…

Express -On te disait ça ?

Teo -Ouais, mais j’ai grandi dans un bled d’arriérés, t’imagines même pas.

Allstarzz -Quand je vois ta tête, j’imagine pas que t’as subi de la discrimination.

Teo -Je me doute ! Mais c’était plus à cause de mon nom de famille. Il devait être chelou pour eux… Parce que c’est un nom de famille français mais hispanisé. C’est une histoire de famille, ils étaient partis vivre en Espagne, le nom a changé, ils l’ont gardé.

Spleenter -Ils ont dû tuer des gens…

Teo -Mais du coup, pour là où j’étais…

Spleenter -T’étais un métèque du coup.

Teo -mais ouais. Mon frère il s’est fait traiter de bougnoule, moi aussi. (faut préciser que dans certaines régions, « bougnoule » veut juste dire « méteque » donc sale étranger et pas spécifiquement « sale arabe ». Par contre, si quelqu’un te dit ça, c’est un fils de pute, peu importe la région, ça ça change pas) T’imagines même pas, c’était des cons.

Spleenter – ça c’était dans le nord de la france ?

Teo -C’était dans la Manche. En Normandie…

Spleenter -Comme quoi, le nord de la france…

Allstarzz -Mais les mentalités changent.

Spleenter -Je sais pas. Je pense qu’y a toujours des merdeux.

Allstarzz -Ouais, comme partout.

Teo -Donc ouais, plein la gueule en première année de collège. Et ensuite, france black blanc beur, france plurielle.

Spleenter -On est tous copains.

Allstarzz -Dans les cités, ça fait longtemps qu’on était tous copains, en fait. On a pas attendu france 98. en tout cas, nous on habite dans le 19ème, on a toujours été avec des juifs, des arabes, des blancs, etc…

Teo -Je te crois. Mais chez moi c’était des arriérés. Chez nous tu deviens un homme à 13ans quand tu violes ta première chevre. C’est le passage rituel.

Allstarzz -Alors ? C’était comment une chèvre ?

Teo -C’est soyeux.

Allstarzz -Faut essayer les poules, alors.

Teo -c’est duveteux, les poules.

Allstarzz -Ça part en zoophilie l’interview.

Express -C’est bizarre.

Spleenter -On va repartir sur du sain, on va repartir sur DSK : Alors au niveau des tatouages, ça t’est venu comment ?

Express -les tatouages c’est venu comme ça. Au début, j’en ai fait un et voilà.

Spleenter -On va faire une interview OK Podium : Quel était ton 1er tatouage ?

Express -Le premier tatouage que j’ai fait c’était ça.

Spleenter -Donc déjà « Express » ?

Express -Ouais.

Teo -Ça t’es venu comment ? C’est quoi qui t’a donné envie ? Un personnage de film ? Sportifs ?

Allstarzz -Le rap, je pense.

Express -Ouais. C’est ça.

Allstarzz -Malheureusement, en france, nos seuls idoles c’était les rappeurs. Quand t’allumais la télé, c’était pour voir un mec comme toi. C’est chaud.
(Il dit ça à Teobaldo, que ça fait golri)

Spleenter -Tu m’étonnes.

Allstarzz -Donc après, nos premières idoles c’étaient le dealeur d’en bas de la cité ou le rappeur.

Express -Mais c’est vrai qu’à l’ancienne, les tatouages c’étaient pas comme aujourd’hui.

Allstarzz -C’est des oeuvres d’art si vous regardez bien.

Express -C’est à la mode aussi, tu vois ? Y a des petits qui viennent, ils veulent faire le cou direct.

Spleenter -Après t’as aussi des Wiz Khalifa.

Allstarzz -En france, on a Swaggman.

Spleenter -Ce mec me fait de la peine. Mais de la vraie peine.

Teo -Mais vraiment.

Allstarzz -C’est son bizness, je pense.

Express -Chacun son créneau.

Spleenter -Mais apparemment, il a une belle vie.

Allstarzz -Ouais, apparemment. Mais il a pas une si belle vie que ça. Si tu veux tant que ça être connu c’est que t’as quelque chose à vendre. Il doit pas être si riche que ça. pourquoi il veut faire un album ? Pourquoi il cherche un producteur ?

Express -Tu penses qu’il est riche, toi ?

Spleenter -Ouais, je pense.

Allstarzz -Mais qu’est-ce qu’il se prendrait la tête alors ?

Spleenter -C’est pour ça que je dis qu’il me fait de la peine. Je pense que ce qu’il y a derrière c’est que : oui le mec a une vie de merde, mais pas parce qu’il est pas riche. C’est juste qu’il a une vie de merde.

Teo -Moi il me fait de la peine parce que quand tu le vois, quand tu l’entends parler, t’as vraiment l’impression que c’est le mec le plus seul au monde. Il a jamais eu d’amis…

Allstarzz -J’ai suivi son histoire, je crois qu’il a dit dans un reportage qu’il était enfant de la ddass ?!

Teo -Ouais. Je crois.

Spleenter -C’est du mytho. Il est plus jeune que moi et il est passé, en 4ans, de « je dors dehors » à « j’ai un appartement sur les Champs »…

Allstarzz -C’est le rêve américain… C’est comme le mec qui chantait au feu rouge et qui est devenu animateur radio.

Express -En france, ça existe pas ça !

Spleenter -Ça existe pas.

Allstarzz -C’est pas le rêve français.

Spleenter -Il est troué le rêve français.

Express -Il se transforme en cauchemar.

Allstarzz -Sinon, t’as vu, les tatoos c’est un mode de vie, quoi. Comme on dit tout le temps, c’est une drogue. D’abord t’en fais un.

Express -Ensuite il t’en faut un 2ème. C’est bien quand c’est un tatouage perso, quand ça a un sens.

Spleenter -Bah oui, c’est pas une décalcomanie.

Express -Y en a qui arrivent carrément chez le tatoueurs, ils savent même pas ce qu’ils veulent…
Ils regardent le truc « Ah ouais, celui là, pourquoi pas ? » Tu vois ? Après, je sais pas, chacun son truc… Mais un tatouage c’est pour la vie.

Allstarzz -Quoique maintenant, tu peux te les faire enlever au laser.

Teo -Je connaissais quelqu’un qui avait fait ça. Mais tu voyais toujours bien la trace d’une feuille de canabis sur le mollet… Même si ça avait été enlevé.

Allstarzz -Ça a été mal fait, alors. Parce que Pharrell a enlevé son bras, y a plus rien.

Spleenter -Ouais mais après, c’est Pharrell Williams aussi.

Express -Il a pas dû prendre le même truc.

Teo -C’est les lasers de la nasa qu’il peut se payer. Et la Swaggtape 2 ? Vu que la 1ère c’était retrospective, tu vas mettre quoi sur la 2e ? Que des inédits ou y a d’autres vieux sons que t’as pas remis sur la première ? Ou c’est aussi des trucs que tu poses spontanément et que tu gardes pas sur l’album ?

Express -Y aura des titres comme ça, qui seront pas sur l’album. Mais y’aura peut-être aussi 1 ou 2 en exclu qu’on retrouvera ensuite sur l’album. Et aussi des faces B.

Spleenter -Des faces B de maintenant, donc ?

Express -Ouais. Françaises ou cainris…

Spleenter Ah ? Françaises aussi ?

Express -Ouais. Sur la première j’avais repris le son de Booba, Garcimore.

Allstarzz -En fait, le truc c’est qu’il a fait tellement de morceaux dans sa carrière, que des Swaggtape ont peut bien en faire 3 ou 4 volumes.

Spleenter -Franchement, faites le. Je sais pas si vous voyez Lil B ?

Allstarzz -Ouais.

Spleenter -Le mec inonde vraiment le net avec toutes ses webtapes, en plus c’est gratos.

Allstarzz -Y en a plein qui ont commencé comme ça. Comme Wiz Khalifa. Il a pété grave cette année, mais en fait si tu regardes sa carrière, le mec a je sais pas combien de mixtapes. mais même les grosses têtes, en fait. Ils font plein de mixtapes gratuites : Rick Ross, bah Dipset, pareil…

Spleenter -Justement, tout à l’heure, on disait qu’il fallait se différencier par rapport à la france. Si tu me dis que de quoi faire des tapes, des tapes, des tapes, inondez le net ! Je te dis pas d’en lâcher 10 dans la semaine.

Allstarzz -Ouais, je sais. Mais en même temps, aussi, faut qu’on bosse sur son album. C’est ça le truc.

Spleenter -Mais si les morceaux sont déjà prêts ?

Allstarzz -Oui, je sais, mais on veut pas trop parasiter le truc en fait. Tu vois ? Sortir 5 swaggtapes et le mois d’après, sortir l’album, ça rime à rien.

Spleenter -Pas tout en même temps, mais quand même gérer un petit truc.

Express -Il faut quand même qu’il y ait du brand-new, du nouveau. Faut qu’il y ait du frais. Même si y en a sur la Swaggtape 2, faut qu’il y ait quand même du frais. Là on est plutôt sur l’album.

Allstarzz -Parce que sur son album, il peut t’enregistrer 60 morceaux et n’en garder que 15.

Spleenter -Mais je te dis pas de sortir les trucs dont t’es pas satisfait.

Allstarzz -Même ça, satisfait, ça veut rien dire. Parce que des fois y a des morceaux qu’il aime pas que moi j’adore. Ou que moi j’aime pas et que lui, il adore. Ou que toi t’aime et que moi je déteste. Faut en donner un peu à tout le monde.

Spleenter -Mais ce que je voulais dire c’est, par exemple, tu vois Seno ?

Allstarzz -Ouais, Seno. Les Samedis Bâtards, c’est ça ?

Spleenter -Ouais. Tu sais, genre un morceau par semaine. Ça va pas vous tuer.

Allstarzz -Ça on verra.

Express -Mais c’est un bon concept. On balance un son, un son, un son et à la fin on balance la Swaggtape 2. C’est un bon concept. À chaque fois, faut trouver des nouveaux trucs.

Spleenter -Sauf qu’en plus, juste avec les mecs de Cambrai, vous avez de quoi faire.

Allstarzz -Ah oui ! Y a de quoi faire ! D’ailleurs y a un petit de chez nous qui va sortir un truc, il s’appelle Rhod Star.

Teo – celui qui a posé avec Koffi et un 3ème gars sur Clubbangers ?!

Express -Voilà.

Allstarzz -J’ai animé un peu sur la mixtape, elle s’appelle « Blow Grana. » En référence au Barça. Pareil, c’est le même concept que la Swaggtape, il a pris quelques faces B, des morceaux, il en a fait une net tape gratuite. Donc là y a plein de jeunes qui arrivent derrière à Cambrai. Y a pas que nous, y a un groupe qui s’appelle CBR, y aRhod Star, etc…

Spleenter -Ils ont posé avec toi, non ?

Allstarzz -Rhodstar, oui. Sur Summer in Paris.

Teo -L’Eté à Paris, alors ? Swagg ou pas swagg ?

Express -C’est dur parfois l’Eté à Paris.

Teo -C’est la première fois que j’entends un morceau où le mec dit « c’est l’Eté à paris, c’est frais. »
D’habitude c’est plus : « Putain… »

Spleenter -« ..On se fait chier ! »

Allstarzz -C’est la capitale, quand même ! Nous, le vrai Paris, on le fréquente pas vraiment, mais le vrai Paris, tu kiffes ! Demande à un japonais si il kiffe pas le vrai Paris ?!

Express -Y a toujours un plan, en cherchant.

Spleenter -Le vrai japonais qui kiffe Paris, il a des plans que nous on a pas.

Allstarzz -C’est pas les plans, c’est qu’il y a des endroits où lui il rentre et nous on rentre pas.

Teo -mais ils ont un problème au Japon : y a une nouvelle dépression nerveuse qui existe. C’est le blues de Paris, ou je sais plus quel nom exact.

Express -Y en a qui sont déçus, tellement Paris c’était un truc de ouf dans leur tête.

Teo -C’est ça. Ils se montent trop avec ça ! Déjà t’arrives à Charles De Gaulle, t’as une caillera qui vient prendre tes sacs.

Express -Ils se font voler.

Allstarzz -Rho ! les préjugés, le blavog. Arrêtez, c’est pas bien.

Teo -Mais c’est normal. T’as un japonais qui arrive, un touriste tout content, il est tout petit. Tu veux le tester : tu fais du karate toi ?

Express -Mais imagine les à gare du Nord…

Spleenter -Mais ça c’est arrivé à Odd Future, je sais pas si vous voyez ?

Allstarzz -Euh, non.

Spleenter -Bah tu sais quoi, je vais vous montrer. Tiens, fais une pause sur le dictaphone.

Teo -T’es plus proche.

Spleenter -Ouais mais je sais pas comment marche ton truc.

(Et Spleenter leur montra une video des Odd Future en live chez Jimmy Fallon. Allstarzz et Express assimileront Odd Future à un nouveau mouvement : du hard métal rap. Ensuite on partira sur autre chose)

Spleenter -La 1ère fois que j’ai vu ta gueule, du coup, ça devait être sur le making of de Fuck Gyneco.

Express -Sur Booska P.

Spleenter -Sur Booska P, qui a disparu.

Express -Du jour au lendemain.

Allstarzz -En fait, l’histoire, c’est que cette compil « Explicit Politique » était financé par une association.

Spleenter -Ah d’accord ?! Parce que ce que nous disait Koffi c’est que ça avait pas pu passer, déjà parce que des émissions spés étaient tenues par des anciens du Secteur Ä. Donc même si eux disaent ouvertement : « Doc Gyneco à déconné » ils passaient pas le son.

Allstarzz -Je peux pas te confirmer ça, vraiment. Ce que je sais c’est qu’à la base cette compil a été faite par une associativement, donc à la base c’était vraiment un truc accès sur la politique. Nous on était vraiment le morceau ovni de la compile.

Spleenter -Mais vous étiez le premier clip. Vous êtes pas le seul, y en a peut-être eu d’autres mais personne les a calculé.

Allstarzz -Mais à la base, je sais pas si tu l’as eu dans les mains, mais le morceau est caché.

Spleenter -Ouais, c’est après la dernière piste.

Teo -Après XPlosif Click.

Allstarzz -Donc à mon avis, les mecs ont pas voulu se brouiller avec l’association. Moi, je pense que la raison c’était plus ça : Comme c’était une association qui avait financé le projet, ça le faisait pas pour eux d’avoir un morceau « on fuck Doc Gyneco ! » c’était pas ça le concept de la compil.

Spleenter -Ouais, mais n’empêche qu’ils ont quand même choisi de le mettre en avant.

Allstarzz -Non, même pas.

Spleenter -Mais alors, Booska P sont venus comment ?

Allstarzz -Le morceau a pris une ampleur, même eux s’attendait pas à ça. La compil a vendu grâce à ce morceau déjà, à la base. C’est ce morceau qui a fait connaître cette compil.

Express -Ils savaient même pas ce que ça allaient donner quand on a fait le morceau. Après, ils ont kiffé. Quand ils ont kiffé, on s’est dit qu’on allait faire le clip. On l’a fait entre nous le clip.

Allstarzz -Voilà. Le morceau commençait à prendre du buzz, du buzz… À un moment, tu peux plus arrêter la machine. C’était lancé. Donc ils avaient plus le choix, en fait. Et le clip en a remis une couche. Et le clip c’est retrouvé dans Menace sur la planète rap 2, dans le DVD. Parce que ça avait fait un buzz.

Express -Y a même des mecs qui me reconnaissaient. Mais après, Booska P ont enlevé la video.

Allstarzz -Parce que l’équipe de Booska P était sur le tournage. Ils sont venus sur le clip, mais y a quand même une question d’oseille. Booska P c’est pas gratuit.

Spleenter -Vous avez payé pour ce truc ?

Allstarzz -Non, on a pas payé !!… Mais à un moment, si tu payes pas, tu vas pas rester un mois !

Spleenter -Même à l’époque ? Parce qu’à l’époque ils en étaient pas là où ils en sont maintenant.

Express -Tu payais quand tu voulais être sur la page. Mais c’était pas reuch’. À l’époque c’est vrai que t’allais les voir et tu leur demandais juste.

Spleenter -Attends. C’était pas reuch ? C’était combien ?

Express -Je sais plus. On m’avait parlé de 200€, 300€. C’était pour la bannière, tu sais.

Spleenter -Ça a bien changé…

Express -Bah oui !

Spleenter -Les trucs que les rappeurs disent aujourd’hui c’est plus proche de1 500 d’abord, 1 500 après… Je crois que c’était ça, ce que disait Sazamyzy.

Teo -Je me souviens d’un truc comme 30 000…

Spleenter -Bah non, ça fait 3 000.

Teo -Ouais, je me souvenais que c’était avec un 3 et que c’était beaucoup… (les Espagnols et l’économie résumé en une seule phrase)

Express -Sur Booska P, si t’y vas, maintenant, y a du foot, y a du je sais pas quoi…

Ça a changé Booska P…

Teo -Tu comptes l’axer comment, ta promo ? T’as zikaload déjà et quoi d’autre, sinon ?

Express -C’est surtout internet, pour ça, tu vois ? Et on va essayer de se déplacer, d’aller en province, de faire des trucs qu’on a pas trop fait encore. On l’a fait mais pas beaucoup…

Teo -Des showcases ? Des concerts ?

Express -Ouais. Parce qu’on a des petits contacts aussi, on peut le faire. Mais voilà… C’est de l’organisation. On en a déjà fait un peu. C’est pas le truc numéro 1, parfois la vie appelle d’autres priorités, mais on fait avec…

Spleenter -Et c’est quoi ton rapport à la scène ? Tu kiffes ? Parce qu’y a des mecs qui sont plus studios, d’autres plus concert…

Express -La scène, franchement, c’est bien. Moi je kiffe. C’est pas de la rigolade, tu vois ?
Je pense que la scène, c’est un truc à maitriser, à bosser.

Spleenter -Ouais, tu vas pas juste te ramener et rapper ?

Express -Non, ça c’est pas intéressant. Ça veut dire que si je retourne sur scène, à cette heure ci, ce sera pour faire des trucs que j’ai pas fait avant. Des trucs carrés et bien.

Allstarzz -Donner quelque chose au public. On va pas venir se foutre de la gueule des gens.

Spleenter -Toi, t’as déjà fait de la scène ?

Allstarzz -Oui, oui. Ça m’est déjà arrivé. Pas avec Express mais peut être par la suite. On verra. De toute façon, vu comment c’est la musique maintenant, t’es obligé de faire de la scène. C’est ça qui va te permettre de vendre ta musique. Donc on va essayer d’avoir quelques plans, c’est prévu de toute façon.

Spleenter -Et tu te sens à l’aise sur scène ?

Allstarzz -Ouais ! Tu sais, quand on est artiste…

Spleenter -T’es pas forcément en mode DJ : Un mec qui gueule dans son micro tout le temps ou t’as rodé la scène ?

Allstarzz -les 2, les 2 ! Je l’accompagne, on voit ça au feeling. Ça se prépare, comme il dit.

Express -Il a pas vraiment d’étiquette mais il est là.

Allstarzz -Moi, je suis un peu touche à tout.

Express -Il est devant, derrière, il est partout.

Spleenter -Hin hin hin ! Non, on rigole parce que ça fait très porno…

Teo -Ouais, c’était un peu ambigu, vite fait.

Spleenter -Tu feras un montage.

Allstarzz -Ça c’est vos histoires. On vous a déjà dit, on est pas homophobes mais voilà…

Express -Tu vois le film very bad trip ? Le 2 ?

Spleenter -Ah le 2 ?! Tu l’as vu ?

Express -Ouais. Je viens de le téma, j’ai golri. Tu vois le mec qui a un tatouage ?

Allstarzz -Ouais.

Express -La tête de oim, il lui arrive des trucs…

Allstarzz -Mais me raconte pas, je vais le voir.

Spleenter -Il faut pas lui dire.

Express -Mais c’est des trucs de ouf ce qui lui arrive ! J’ai golri !

Spleenter -Tiens bah d’ailleurs ! Des références en films ?

Express -Y a pas de style particulier, j’aime un peu tout. Déjà, comme je suis Antillais, y a « Rue case nègres. » Je suis obligé de te dire ce film. Un Antillais qu’a pas vu ce film, je comprends pas…

Allstarzz -D’ailleurs il est repassé y a quelques jours sur France Ô.

Express -Ouais, je sais. Quand je regarde ce film, c’est un truc de ouf. Je pense à ma grand mère, je pense à la vraie Martinique. Tu vois, c’est un bète de film ! En plus il est réaliste, un truc de ouf ! Sinon, j’aime de tout : Les films cainris, les séries, etc…

Spleenter -Et si tu devais faire, on va dire, un top 5 ? Or Rue case negres.

Express -Or Rue case negres ? Bah je suis obligé de te mettre les DeNiro et compagnie. C’est surtout des films comme ça.

Spleenter -On va faire le test : est-ce que je suis encore une fois le seul à avoir vu « Il était une fois en Amérique » ?

Express -Non. Je l’ai vu, moi, celui là.

Spleenter -Voilà ! Comme quoi ça existe !!…

Allstarzz -Bah vous êtes 2 à l’avoir vu, alors.

Teo -Bravo.

Express -Non mais c’est un bête de film.

Allstarzz -C’est avec qui ça ?

Spleenter -C’est avec De Niro, Joe Pesci, déjà. C’est l’ancêtre de tout !

Allstarzz -Ah mais moi je suis plus « J’ai oublié les clefs de ma bagnole », des trucs comme ça.

Teo -« Les clefs de bagnole » ? Le truc de Laurent Baffie ? C’était bien con, ça.

Allstarzz -Ou « Viens chez moi, j’habite chez une copine. »

Spleenter -J’ai cru que t’allais sortir du « Menace (II society). »

Allstarzz -Non, mais non ! Ça c’est de la rigolade ! Les vrais films c’est avec Pierre Richard.

Spleenter -Ah ouais ?! Donc t’es vraiment à l’ancienne, toi ?

Allstarzz -Je suis un mec à l’ancienne, comme Jean Gab’1. Non, je rigole, j’aime bien ce genre de film là mais « Menace » c’est un classique. « Boys n the hood », « Set it off » le Prix à payer en français, y a quoi d’autre encore ?… Je suis pas trop cinéphile, à la base. Moi, c’est plutôt la musique. Je suis un malade de la musique !

Spleenter -Et là, par exemple, vu que vous êtes plutôt West, vous le sentez comment le Detox. Ça fait un bon moment que c’est repoussé, repoussé, repoussé, repoussé… Y’a eu un 1er single qui puait la merde !

Allstarzz -Ah ouais ?! Kush !? T’as pas aimé, toi ?

Spleenter -Je te parle pas de Kush, je te parle de l’autre.

Allstarzz -Ah l’autre ? J’aime pas, mais le clip est magnifique.

Spleenter -ouais, le clip, esthétiquement.

Allstarzz -I need a doctor, c’est ça ?

Express -On attend un peu beaucoup, aussi. Y aura forcément de la déception !!…

Allstarzz -c’est le Docteur, hein ? T’es obligé de l’attendre ! J’espère qu’il nous sortira vraiment un truc de ouf.

Spleenter -J’espère.

Allstarzz -Ca va faire comme le syndrome de Paris, le syndrome de Detox.

Express -On verra, de toute façon. Y’aura sûrement 1 ou 2 pépites.

Allstarzz -C’est Dr Dre, quand même !

Express -Il a sa touche.

Allstarzz -Ouais. Mais mon rêve, ce serait un Chronic comme le premier.

Express -Y aura pas de Up in smoke numéro 2 et tout ça.

Allstarzz -C’est fini, ça.

Spleenter -Je suis dégouté de l’avoir loupé. Enfin, loupé… être limité à la vidéo quoi.

Allstarzz -Ça c’est un concert que j’aurais fait. Ça et un concert de Michael Jackson.

Express -Ou Tupac, mon frère !

Allstarzz -Non, même pas Tupac. Je sais pas pourquoi… Moi c’est vraiment ça et Michael Jackson ! Et faire aussi, un jour, un summer jam.

Spleenter -En tant que quoi ? En tant que DJ ou…

Allstarzz -Non ! Spectateur !

Spleenter -Et par rapport à la mort de Nate Dogg ?

Allstarzz -Quand il est mort, on découvre que le mec c’était une balle alors qu’on le savait déjà. C’est la vie, hein ?! Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?

Express -C’est la fin d’une époque.

Allstarzz -Il aura laissé des classiques derrière lui. Qu’est-ce que tu veux que je te dises sur sa mort ? Qu’il repose en paix.

Express -Ouais, voilà. C’est fini. C’est comme ça…

Spleenter -Parce que sur « Kush » y a un mec avec la même voix.

Allstarzz -Y a ce fameux débat !

Express -On dirait Nate Dogg.

Spleenter -C’est un mec qui lui ressemble. Apparemment qui tente de lui ressembler mais dans les crédits, t’as pas Nate Dogg.

Allstarzz -Voilà ! C’est un débat que j’avais avec Express et autre gars. Je leur dis « Je pense pas que c’est Nate Dogg… »

Spleenter -Non, c’est pas Nate Dogg. C’est un mec qui est entre Timbaland et Nate Dogg niveau voix.

Express -On dirait, pourtant…

Allstarzz -J’avais même pensé qu’ils avaient samplé, carrément, la voix.

Spleenter -Non, non.

Allstarzz -Mais c’est vrai, ça y ressemble beaucoup.

Spleenter -Tout est fait pour !

Allstarzz -Tu l’as le vrai single, avec les crédits ?
(Spleenter ne comprendra jamais que cette question est pour lui)
C’est ça maintenant, avec les MP3, tu peux plus voir les crédits…

Spleenter -En même temps, je crois qu’en france, personne n’a ce crédit là.

Allstarzz -J’avoue. De toute façon, il est même pas sorti en single, en vrai ?

Spleenter -Dre a dit que ce sera même pas sur l’album. Mais tu sais, si le mec avait eu que des retours : « Ouais, c’est de la tuerie ! » il aurait fait : « Ouais, c’est sur l’album, t’inquiète ! »

Allstarzz -La basse sur Snoop est magnifique. Comme d’hab.

Express -Ouais mais y a Akon aussi. Akon, il nique un peu le délire.

Allstarzz -C’est ça qui refroidit les puristes. Mais pourquoi Akon ? Normalement c’était Nate Dogg !
Mais bon… Le mec, ça faisait 2ans qu’il était à l’hopital.

Express -Et faut s’adapter. Même Dre taffe avec des nouveaux.

Allstarzz -Ouais mais j’ai entendu plein de puristes dire ça. L’autre fois je voyais une interview de Fabrice Eboue : « Alors ? Qu’est-ce que t’en penses ?
-Franchement, il est chanmé ! Mais je vais faire le vieux mec. J’aurais préféré qu’y ait Nate Dogg, dessus. »
Mais c’est plus les anciens qui disent ça.

Spleenter – Franchement, même pas. Parce que t’as juste à écouter le Chronic de 2001, forcément Nate Dogg va te manquer.

Express -C’est sûr.

Spleenter -Et puis si t’écoutes ce qui vient après Kush, c’est encore pire.

Allstarzz -Le morceau « I need a doctor » j’aime pas. Mais le clip, je le trouve trop magnifique ! Des images à l’ancienne et tout !!… Franchement, il est beau le clip.

Express -Ouais mais les gens attendent pas des morceaux comme ça venant de Dre, tu vois ?

Allstarzz -Il va pas te faire du Chronic 1 toute sa vie, aussi… Faut évoluer avec le temps.

Spleenter -Ouais mais même quand tu prends ses dernières meilleurs prods.

Allstarzz -C’est à dire ?

Spleenter -Tu prends à partir de « In da club. »

Allstarzz -Mais y a aussi des trucs pas sortis. Il était en studio avec Dipset.

Spleenter -Ouais, j’ai vu les photos.

Allstarzz -Je sais pas ce qu’il leur avait préparé, mais Jimmy avait l’air sur un nuage ! Faut attendre. Mais dans les dernières prods qu’il a faite : Kush !

Spleenter -OK pour Kush. C’était sa toute dernière, mais si tu remontes avant ?

Allstarzz -Il en a posé dans le dernier album de Game. Mais ça remonte à quand ?

Express -C’était sur le premier. Avec Fifty aussi.

Spleenter -Après, il était plus avec lui. C’était du Scott Storsh.

Allstarzz -Ouais mais Scott Storsh, c’est Dre en vrai.

Spleenter -C’est lui qui a fait le piano dans Still. Donc ouais.

(Ensuite, une chaussette fait son irruption dans la conversation)

3 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Interview d’Express avec DJ Allstarzz (1/3)

Après Koffi Trop 2 Style du groupe Absolut Treepsal, on interviewe un autre bon rappeur venu aussi du 19ème.
Le 75019 c’est un vivier de bons rappeurs dont tout le monde se fout, ça tombe bien, nous on est pas tout le monde, on est le Blavog. Et quand y a un rappeur avec un style frais et prenant des risques, on écoute.

Et le Blavog interview Express, qui est venu avec DJ Allstarzz et Sukre (le frère d’Express) à qui on a posé des questions aussi parce que c’est comme ça.
Nul ne nous échappera.

Teo -On est avec Express, donc on va commencer par le début. T’es du 19ème, est-ce que tu peux nous dire avec qui t’as commencé, tu connais qui, etc… ?

Spleenter -Et c’est où dans le 19ème ? C’est toujours Cambrai comme toute la clique ?

Express -Ouais, la source.

Teo -Y a que Cambrai dans le 19ème ? Vous vous mélangez pas avec les autres ou quoi ?

Express -C’est vrai, y en a beaucoup qui viennent de Cambrai, on nous a souvent reproché ce truc là. On s’est pas assez mélangé, peut-être. Je sais pas. Dans le 19ème, y a beaucoup de rappeurs, partout, mais c’est vrai que dans notre coin, c’est différent.

Allstarzz -En fait, nous on est l’école juste après Oxmo et tout ça.

Express -La nouvelle génération.

Spleenter -Vous êtes de la même génération que les Ghett Diip. Ghett Diip ils sont aussi de Cambrai ?

Allstarzz -Ouais.

Spleenter – vous avez jamais pensé faire un truc style « Cambrai allstars » ?

Allstarzz -Si. Y a eu un truc comme ça. En fait, le premier projet qu’on a fait qui s’appelait « Le Parizien. » Tu vois la compil ?

Spleenter -C’était là où il y avait le truc contre l’OM  ?

Allstarzz -Voilà.

Express -C’est un peu une compilation de Cambrai et de tous les mecs qui tournent autour.
Et 10ans après, c’est un peu toujours les mêmes gens même si chacun fait sa vie. Y en a qui on arrêté, qui ont continué, qui ont pris d’autres chemins. Mais bon.

Spleenter -Ça vous a jamais dit de faire un truc un peu comme Mafia K1 Fry ? Carrément un album, pas une compil. Avec des morceaux collectifs. Pris séparément, vous êtes pas spécialement connus, mais ensemble ça peut faire un bon truc.

Allstarzz -Tous les groupes parisiens, tu veux dire ?

Spleenter -Non, non. Que Cambrai.

Allstarzz -C’était ça le principe du Parizien, la première compil, à la base.

Spleenter -Ouais, mais en tant que collectif, faire un album…

Allstarzz -Ah ! Mais c’était un peu le principe d’Absolut Treepsal.

Express -C’était un peu la suite de Treepsal. Y a eu Treepsal, y a eu le Parizien, ensuite y a eu Absolut Treepsal, c’était un peu la suite de tout ça. Puis voilà, comme je t’ai dit, y a eu les histoires, y a eu beaucoup de trucs, tu vois ? C’est compliqué de réunir tout le monde à chaque fois. Surtout sur un gros projet. Après, peut-être que ça se fera, je sais pas.

Teo -On a l’impression que vous êtes tous potes, qu’y a une bonne cohésion.

Alstarzz – À la base on est des potes d’enfance. C’est pas parce que parfois tu nous vois pas sur le morceau de Koffi que…

Express -Si ça se trouve, je suis au studio quand il pose. On soutient, c’est la famille, mais c’est compliqué d’organiser un truc et, surtout, qui va l’organiser ? Et Comment ? Mais pourquoi pas un Parizien numéro 2, on en parle parfois…

Teo -On a l’impression, comme nous disait Koffi (allez lire son interview), que dans le 19ème, après Oxmo et Pit, qu’il y a eu un passage à vide. Sur ta Swaggtape y a le « Retour du 19 dans le game. » Vous avez vraiment envie de porte le 19ème, de le ramener sur la carte ?

Allstarzz -Passage à vide médiatique !

Express -C’est vrai qu’à part les vrais mecs comme vous, les mecs qui nous connaissent, on est pas connu.

Teo -C’est pour ça qu’un projet collectif, je pense, ça pourrait vous faire plus connaitre. Déjà si y a les Ghett Diips, ça ramène le public des Ghett Diips. Absolut, pareil. Et même toi, même si t’es pas le plus « connu », t’as des supporters. Donc si vous mélangez tout ça, déjà ça ferait une vue d’ensemble.

Spleenter -Et faudrait ramener Joe Lucazz, même si il est pas de Cambrai.

Allstarzz -Ouais mais il est autour.

Express -On le connait depuis. C’est l’équipe.

Spleenter -Et justement, par rapport à ça, Koffi avait sa théorie dessus ; le fait qu’on vous invite pas, qu’on vous voit pas trop, que vous soyez un peu les exclus de Paris, ça vient d’où ?

Express -C’est compliqué ça. C’est vrai que les gens, quand ils nous voient, ils font comme si on était potes et tout ça mais ils oublient de nous appeler, des fois. Mais bon, qu’est-ce que tu veux ?
Nous, aussi, on a beaucoup voulu faire nos trucs tout seul. Jamais rien devoir à personne.

Allstarzz -Après, t’as vu, c’est un bizness le rap. Les gens préfère inviter quelqu’un qui peut rapporter quelque chose médiatiquement. Nous on est pas forcément le groupe le plus connu de Paris. Donc peut-être que ça intéresse pas tout le monde. C’est pour ça qu’on fait nos trucs de notre côté et quand ça pète, ça pète ! c’est quand tu pètes que les gens viennent à toi. C’est à nous de le faire, justement.

Express -Mais plusieurs fois, on a eu les petits buzz par rapport à des morceaux comme celui sur Gyneco ou le truc de Marseille. On aurait pu… Mais il y a beaucoup d’aléas qui sont pas forcément musicaux…

Teo -C’est ce qui vous a fait le plus connaitre, c’est peut-être ce que tu dis là, les trucs sur Gyneco et les Marseillais.

Express -Exactement. En plus, c’est des morceaux qui sont fait dans un délire.

Spleenter -C’est plus des coups de têtes ?

Express -Ouais, voilà. Exactement.

Allstarzz -C’était pas calculé. C’était pas des choses pour faire un buzz. À la base, Koffi il a expliqué, mais y a une autre explication : sur ce morceau, le délire de la compil, c’était de parler de politique. Au mec qui faisait la compil, on lui a dit qu’on voulait se démarquer de ça comme on était pas vraiment calés dans la politique. Nous, le truc qui nous avait le plus dérangé dans le truc de Doc Gyneco, c’est pas une question de partir à l’UMP. On s’en fout, chacun fait ce qu’il veut, tu vois ?

Express -En fait, tu sais comment ça s’est passé ? Je revenais du pays. J’étais là bas, en Guadeloupe et on m’a montré la maison de Doc Gyneco en Gwada. Et j’étais content, je me disais que les mecs quand ils sont au bled, ils sont bien. Tu vois, ça faisait plaisir. Moi, Gyneco, j’ai écouté.

Spleenter -Mais tu le dis en plus dans le morceau.

Teo -Et que tu le connais déjà depuis v’là le temps.

Express -Voilà. Et quand je suis rentré, direct y a eu l’histoire.

Allstarzz -« Les banlieusards c’est des clowns. »

Express -À ce moment là j’ai repensé à ça. Je voulais pas faire un truc politique.

Allstarzz -C’est plus ça qui nous a dérangé. Mais le côté genre il est parti à l’UMP, mais nous on s’en fout de tout ça. Mais crache pas sur les gens. Parce que nous on a acheté tes CDs. Jusqu’à maintenant, moi je le dis, si tu me demandes un classique du rap français : Première consultation. Il sera dans les 5 premiers, tu vois ? Pour moi c’est un classique.

Spleenter -Y en a beaucoup qui disent ça. Sauf certains.

Express -Ouais mais chacun ses goûts.

Allstarzz -Le clash c’était juste pour ce côté là, mais sinon, le reste, ce qu’il fait… On respecte son travail. Il a fait avancer le truc, quand même. Il a ramené un nouveau délire.

Express -Après on nous met direct dans le truc clash. Mais en vrai, on fait pas les clasheurs.

Allstarzz -Pareil pour le morceau avec Marseille. On était jeunes…

Spleenter -Ça c’est suite à la phrase de Bouga.

Allstarzz -Et encore. On s’est aperçu qu’en vrai il disait même pas ça, tu vois ?

Spleenter -D’ailleurs, je sais pas si vous avez vu, mais dernièrement il a fait un clip.

Allstarzz -Un morceau sur Paris, ouais.

Express -J’ai pas capté le concept. Est-ce qu’il taille ou est-ce que…

Spleenter -Non, non. C’est pour la BO d’un film. Enfin un street film, quoi. Le concept, en gros : Les mecs ont pris le gars le plus étiqueté « anti-Paris » pour lui faire faire un morceau sur Paris. Et à la fin, il a le maillot du PSG.

Allstarzz -Mais ça reste de la musique, hein. Le morceau on l’a fait quand on était jeunes, on avait 20ans. On était fous.

Spleenter -C’est un truc que vous pourriez faire, pour un délire ? Aller à Marseille et mettre le maillot de l’OM ?

Allstarzz -Si y a un gros chèque à la clé !

Express -Mais en vrai, nous, on est pas des mecs fermés, je te dis la vérité.

Allstarzz -On s’en fout de ça. On écoute du soprano, on aime bien. C’est juste un délire.

Spleenter -T’écoutes du Soprano ?!

Allstarzz -Ouais.

Spleenter -Carrément ?! Faut y aller quand même !!…

Teo -Effectivement, vous êtes très ouverts.

Spleenter -Tu m’aurais dit le Rat Luciano, encore, je comprends.

Allstarzz -Ouais ! Mais je te parle de trucs de maintenant. C’est pour te dire, en gros, qu’on est pas anti-Marseillais. Ça reste de la musique. Même quand on supporte le PSG. Sinon on s’en fout de tout ça, nous on est là pour faire du biz.

Spleenter -D’ailleurs, vous avez pensé quoi du truc par rapport au Parc ?

Allstarzz -Express va mieux te dire, il est plus dans le délire supporter.

Express -Le truc sur les abonnements et tout ça ?

Spleenter -Ouais.

Express -T’as vu, les ultras, les vrais, ils te diront que c’est relou. Moi, personnellement, j’ai jamais été abonné. J’allais au Parc, on m’emmenait quand j’étais petit, c’est pour ça. Je suis un Parisien, t’as vu. Mais réellement, je m’en bats les couilles de ça. Le truc bien, c’est qu’au moins y a plus de skins comme à l’ancienne. Quand on était jeune, je me suis déjà fait insulter, c’est relou. Les histoires de skins au parc, tout ça c’était relou.

Allstarzz -Et ça salit l’image de la capitale. C’était ça surtout.

Express -On est à Panam et jusqu’à aujourd’hui y a des histoires comme ça, c’est chaud… Enfin, c’est pas pour ça que y aura plus de skins. Ils seront toujours là même si ils sont plus en rangers.

Allstarzz -C’est bête, pour du foot, toutes ces histoires.

Express -Mais là, par contre, les arabes « arab money » ils ont racheté Paris, ça c’est bien.
Là on est content. Tu vois le délire ? Arab money…

Teo -Tu penses qu’ils ont fait une bonne affaire ?

Express -Ce que je sais, c’est que du moment qu’ils lâchent l’oseille, qu’ils ramènent des joueurs, on est content.

Teo -C’est peut-être pas ça le problème de Paris. Parce que des joueurs, y en a eu, en passant par les Ronaldinho, les je sais pas qui. Y en a eu des bons joueurs.

Express -Ouais, c’est vrai.

Allstarzz -Après, c’est le club de la capitale. On a plus la pression qu’un autre petit club, c’est normal. C’est comme ça, c’est Paris.

Express -C’est même pour ça qu’ils sont venus les reubeus. Ils s’en battent les couilles du championnat de france. Mais Paris, c’est Paris, t’as vu ?!

Spleenter -On va repartir au début. Comment t’as commencé le rap ? Et les influences et tout ça.

Express -Les influences, comme tous les jeunes de mon âge, on est tombé dans le rap, on s’est mangé une baffe. Moi, au début j’étais pas rappeur.

Teo -T’as quel âge, d’ailleurs ?

Express -Je suis né en 79, j’ai 32 balais bientôt.

Allstarzz -Pour l’anecdote, il s’appelle Express…

Spleenter -Par rapport à Express D.

Express -Mais c’est pas moi qui ai choisi. C’est mes potes qui m’ont appelé comme ça.

Spleenter -Parce que tu te la butais à Express D.

Express -Voilà. Je sais pas. Y a plusieurs histoires. Mais Express c’est comme ça qu’on m’appelle, tout le monde. J’ai pas spécialement choisi.

Allstarrz -Parce qu’y en a qui s’attendent à un mec qui rappe vite. À cause du nom.

Spleenter -Ah, c’est clair qu’ils peuvent être déçus.

Allstarzz -Mais au début, c’est ça. Il écoutait tellement d’Expression Direkt qu’on l’appelait déjà comme ça.

Express -Au début je rappais pas, moi. C’est Koffi, même Krem… Krem c’est mon voisin de pallier. C’est le pote de mon petit frère à la base. Et lui il rappait. Moi je rappais même pas à cette époque là. Mais j’étais là, en studio. On a toujours kiffé le peura, tu vois. Après, un jour, j’ai lâché un couplet et puis voilà. Ceux qu’étaient claqués, ils étaient zappés ; et ceux qui passaient, ça passait.
Donc c’est que mon truc il est passé. Et voilà : j’étais un rappeur, c’est tout.

Teo -Comme ça. Carte de membres poinçonnées : rappeur.

Spleenter -Au niveau us, les influences ?

Express -Nous, c’est plus la West Coast, je vais pas te mentir. du Snoop, Dre…

Allstarzz -Bone Thugs…

Spleenter -Bone Thugs aussi ?

Express -Ouais.

Spleenter -mais toi t’es pas trop roulements, tout ça ?

Express -J’ai été. J’ai fait un peu de tout, moi tu sais. Et au début, j’ai commencé à chanter. Parce qu’avant y avait pas La Fouine et tout ça. Mais nous ça faisait longtemps qu’on faisait des trucs comme ça.

Allstarzz -C’est vrai que quand il est arrivé avec ça, ça se faisait pas.

Spleenter -Tu dois être le seul mec en france à avoir chanté sur un clash.

Express -Tu vois ?! Mais nous, c’est ça. On prend des risques. En tout cas, on a pas de limites.

Teo -Et ce délire d’avoir un flow un peu chanté, c’est venu comme ça ?

Express -C’est venu naturellement. Avec les trucs West qu’on écoutait, c’est toutes ses influences là. Et puis pas que ça, parce qu’on écoute pas que ça non plus. Moi, je suis à moitié Antillais. Ça se voit pas sur ma gueule, tout le monde me prend pour un rebeu ou je sais pas.

Teo -Ouais, c’est ce que j’allais dire.

Express -Ma mère elle est black, c’est une martiniquaise, et mon père il est blanc. Et voilà, moi j’écoute aussi du reggae, j’écoute de tout, tu vois ?

Spleenter -C’est vrai que je vois pas trop à qui te comparer. À part peut-être à Papillon, mais c’est pareil, il a les mêmes influences et aussi un peu le même genre de voix, un peu décalée. en france, tout ce qui est un peu influencé West ça a du mal à passer…

Express -Mais c’est aussi parce que, je vais pas te mentir, parfois les mecs se sont trop mis Westcoast. C’est à dire : il continue avec les sons comme à l’ancienne, comme Snoop. Mais le Snoop d’il y a des années. Alors que tu vois qu’aujourd’hui, Snoop…

Spleenter -Ouais, il a évolué.

Express -Tu vois ce que je veux dire ? Faut suivre le truc. C’est comme ça. J’ai même fait une coupe d’aujourd’hui. On suit le truc. Toujours à la page, on s’adapte.

Teo -Ça veut dire que t’avais des tresses collées à la Snoop quand t’étais jeune ?

Express -Non, non, non. Ça j’ai jamais pu. Donc dans les influences : Bone Thugs, Dipset beaucoup, Snoop…

Spleenter -Faut dire que Dipset, dans mon souvenir, vu que je suis quand même plus jeune, c’était les seuls de New York mais qui mixaient tous les styles. Ils faisaient du south avant que le sud pète.

Express -Mais bien sûr !

Allstarzz -Mais voilà. Ils reprenaient des trucs, ils ont repris Master P, déjà à l’époque.

Express -Ils pouvaient reprendre des délires West, y a pas de soucis.

Spleenter -Et d’ailleurs, ils étaient détestés par les puristes.

Allstarzz -Ouais voilà ! Ils aimaient pas Cam’Ron. Mais ils ont ramené un truc ! Tu vois les histoires de vendre ses mixtapes dans la rue, c’est eux.

Express -Ils essayaient d’être originaux. dans le rap français, ils sont beaucoup à faire la même chose. dés qu’y a un truc à la mode, ils veulent tous le faire. le mec à la mode qui fait du son, tout le monde veut son son. La pochette c’est le même mec. Ils veulent tous les mêmes trucs ! Un peu dommage.

Teo -On a bien vu avec l’autotune. Ça existe depuis v’là le temps. D’un coup, y en a un qui le fait -toujours le même d’ailleurs- et ils s’y mettent tous.

Express -Tout le monde le faisait avant Booba.

Allstarzz -Les chanteurs de raï, ils utilisent beaucoup l’autotune.

Express -Ils ont peur de prendre des risques.

Allstarzz -À la base c’est Zapp & Roger le vocoder. Maintenant on appelle ça autotune.

Teo -Avec Computer Love, ce genre de trucs.

Allstarzz -Voilà. Tout ça. On a baigné dans tout ça aussi, Zapp & Roger, Isley Brothers…

Spleenter -Et toi, d’ailleurs, comment tu t’es mis au DJing, en fait ?

Allsatrzz -En fait, comme j’expliquais dans l’interview sur Zikaload aussi, à la base j’étais pas DJ.  je travaillais avec Express, j’étais plutôt dans le délire de management. J’avais travaillé auparavant sur la première compil « Le Parizien », j’étais associé avec Koffi, à l’ancienne. Et le 1er morceau d’Express sur un CD, c’était sur cette compil justement. Après j’ai travaillé avec Koussek, je sais pas si tu connais.

Spleenter -Si, si. Celui qui avait fait un feat avec Nessbeal ?

Allstarzz -Voilà. Avec Nessbeal.

Spleenter -Et qui insultait Oxmo Puccino.

Allstarzz -Ça va, tu connais tes bases. Mais c’était des trucs de gamins. L’histoire, on était jeune, c’était des trucs de cités. On s’est embrouillé avec Danube, Riquet, etc… Et Oxmo venait de Danube. C’était ça en fait. C’est des conneries de jeunesse.

Spleenter -D’accord. J’avais tiqué dessus, j’avais éclaté de rire : « Putain mais elle sort d’où cette phase ?' »

Allstarzz -20ans, on foutait la merde et voilà. C’est venu de là… Donc on avait travaillé sur le premier street album de Koussek qui s’appelait « Explosif » et « Carnage » après.

Spleenter -Là, je vais avoir du mal à retrouver.

Allstarzz -Si tu cherches bien, sur I-Tunes.

Express -Il avait bossé sur 2 maxis et il bossait sur un album. Pendant longtemps. Il avait bien bossé sur cet album. Nous, on l’avait aidé. Et finalement…

Allstarzz -La vie a fait qu’on s’est séparé. On se voit tout le temps, au quartier, mais je crois qu’il a un peu mis la zic de côté. Mais je pense qu’il va revenir, tu vois, parce que le rap c’est une passion. C’est comme nous, plein de fois on a dit on arrête. Mais on revient. Et pour en revenir à comment je suis devenu DJ : je kiffe tellement le son ! Tu vois, on parlait de Dipset. Avant, moi j’étais le seul qui kiffait ça. j’en avais marre, quand je demandais des compils, y avait jamais de Dipset. Donc je me suis dit « Vas y, je vais faire moi même mes compils. » De la 1 à la 13, je mettais que du Dipset.
Je me suis lancé dans ça, je me suis retrouvé DJ.

Spleenter -Je me souviens que Cam’Ron avait limite disparu. Ensuite t’as l’embrouille à la radio avec Fifty. Il revient avec son clash, l’autre répond. Et ce qui m’a saoulé c’est que les 2 autres, Jim Jones et Juelz, ils l’ont laché.

Allstarzz -On connait pas trop l’histoire, en fait.

Spleenter -Ouais, peut-être que c’était prévu.

Allstarzz -Mais c’est pas ça l’histoire, c’est une histoire d’oseille, en fait. En fait, Cam’Ron était producteur executif de tous les albums de Juelz Santana et ils ont vu qu’y avait de l’argent que Juelz avait pas perçu. Cam’Ron récupérait tout.

Spleenter -Jim Jones était dans la période post « Ballin » donc il avait plus de buzz que Cam’Ron.

Allstarzz -Y a aussi eu des histoires personnelles. Parce que je crois que la mère à Cam’Ron était malade pendant quelques années.

Spleenter -Donc là, ils sont revenus au complet. Ça fait plaisir ou quoi ?

Allstarzz -Ça fait plaisir, mais en vrai, ce que les gens savent pas c’est que Juelz et Cam’Ron se parlent plus.

Spleenter -Ouais.

Teo -C’est un mariage forcé.

Allstarzz -C’est pour le bizness.

Express – Vado c »est sa nouvelle équipe. Chacun a monté sa nouvelle équipe.

Allstarzz -Mais les kainrys, ce qu’on a pas ici, eux ils pensent biz. Même si y a ça, le peuple demande du Dipset. Y’a un truc en france que je comprends pas, on en discutait l’autre fois en studio avec Express, comment des mecs comme Rohff ou Booba ont jamais pensé à faire un truc ensemble ? Tout le monde attend ça et ça pourrait faire un truc de ouf. Et ce qui fait ça, je trouve, c’est qu’internet ça joue un rôle important. Maintenant, tout le monde est derrière son clavier, tout le monde à son avis. Même un petit con qui connait rien du rap il va dire « Rohff il est nul ! Booba c’est nul ! »

Spleenter -Ça je suis d’accord. Mais aux States, le net c’est pire. C’est simplement qu’un Fifty il va pas se mettre devant un écran et bloquer sur un commentaire ; ça va pas lui pourrir sa journée.

Allstarzz -Ouais mais si demain on lui dit « Remets toi avec Game, faites un album. » On sait que ça va vendre chanmé. Ils peuvent mettre leurs histoires de côté. C’est l’argent. Ici y’a pas ça.

Spleenter – c’est peut-être simplement que quand t’es un cainri qui vend, plus t’as de l’argent, moins un commentaire va te toucher.

Allstarzz -Mais entre nous, Rohff et Booba sortent un album ensemble, ils explosent les charts !

Spleenter – Ce qui est marrant, c’est que les seuls qui ont fait ça en france, c’est NTM.

Allstarzz -Voilà.

Express -Voilà.

Spleenter -Et c’est que pour les concerts, ils ont même pas refait de morceaux. Et j’ai pas vu leurs concerts mais j’ai vu la vidéo où ils font leur entrée et ils se prennent dans les bras. c’est quand même drôle.

Allstarzz -Mais à un moment, c’est quoi le fin mot de l’histoire ? C’est des artistes et c’est leur job !
Ils ont des familles à nourrir, je pense. Et faut faire de l’argent.

Teo -Les salles étaient remplies. Y a un public.

Express -Y avait de la demande.

Allstarzz -Tu peux pas cracher sur ça. Je pense pas que demain Joey Starr sort un album et vend autant qu’il vendra avec NTM.

Allstarzz -Comme Kool Shen. Son album ça a pas été chanmé. C’était un flop.

Teo -C’était mérité. C’est la vérité. Sans méchanceté ni rien, y avait pas grand chose dans son album.

Allstarzz -Voilà.

Spleenter -En même temps, des gens comme ça qui reviennent maintenant, voilà quoi…

Allstarzz -D’où la phrase de Booba : C’est de l’antiquité. Où il expliquait en fait qu’ils sont revenus et qu’ils ont rien ramené de nouveau.

Spleenter -Même si ils avaient ramené des nouveaux sons. Parce qu’IAM continue de faire du son.
Mais bon… I luv New York c’est gentil…

Allstarz -J’ai pas écouté.

Spleenter -J’ai pas écouté non plus, j’ai juste vu le clip, voilà.

Allstarzz -Le concept a l’air… (il cherche ses mots)

Spleenter -Le concept c’est juste : On était jeunes dans les années 80, on se branlait sur Rakim, c’est sympa mais bon…

Allstarzz -En fait, je lisais une interview d’Akhenaton, il disait pourquoi il était pas allé en maison de disque pour cet album. Ils savent qu’ils vont peut-être en vendre, on va dire, 15 000 en indé.
Pour eux, c’est bon. Alors que si ils sont en maison de disque, si ils font ce chiffre là…

Express -C’est juste pour ce projet là, je pense. Si il sort son album, il fera autrement. C’est pour te dire que des mecs comme ça, c’est maintenant qu’ils sont en indé, tu vois ? T’as des mecs, même Rohff, ils ont sorti leurs trucs en indé. Les Mac Tyer, tous ces gens là. Ils connaissaient même pas ça. Y en a qui ont eu de la chance et d’autres… Frère, nous on été jeune, on a fait des trucs alors qu’on avait pas de biff. Nous, on connait l’indépendance ; depuis longtemps.

Teo -Est-ce que tu penses que vous êtes mieux armés pour ça ?

Express -On est pas mieux armé mais en tout cas, on sait ce que c’est. Ça veut dire que nous, même si on a une avance de je sais pas combien, si on touche un million, je vais pas faire comme Pit Baccardi : tout mettre dans une gova, faire le tour du monde et me retrouver comme un con.

Spleenter -Toi, t’as du voir le documentaire « Rimes et châtiments. »

Allstarz -De toute façon, t’as pas besoin de le voir pour ça.

Express -Tout le monde le sait ça !

Allstarzz -T’as pas besoin de voir le reportage pour savoir qu’en fait… Mais bon, on leur en veut pas. C’est normal, à 20ans on te donne un million : Qu’est-ce que tu fais ? Tu penses pas à acheter une maison pour ta mère !?

Teo -Bah tu peux, quand même.

Allstarzz -Ouais, tu peux ! Mais à 20ans, j’en connais pas beaucoup.

Teo -Non, mais peut-être pas payer une baraque entière mais…

Spleenter -Mais ouais, garder un petit truc.

Allstarzz -Si tu regardes bien, y a plein de mecs qui bicravent et ils roulent en grosses voitures et leurs parents vivent en HLM…

Express -Mais comme eux ils vendaient bien, ils pensaient que ça allait jamais s’arrêter. Ils ont pas connu la lèrega. Direct, y a des mecs qui leur ont payé des studios, des trucs. Nous, c’est pas ça. Nous on a payé les studios, parfois même pour enregistrer un seul morceau.

Spleenter -Et c’est vrai que Pit il reviend en indé maintenant, avec sa structure.

Allstarzz -Il a perdu 10ans.

Allstarzz – Une maison de disque, ça les interesse pas si tu vends 15 000 disques. Autant vendre tes 15 000 toi même. Elle va investir je sais pas combien d’argent sur toi, tu vas vendre 15 000 que à Nanterre ou je sais pas où… C’est pas rentable. Donc voilà. Je sais pas si t’allais nous poser cette question : Ce qu’on pensait de l’évolution du rap.

Spleenter -Si, mais nous, nos interviews, c’est très comme ça, tu sais.

Teo -C’est des conversations.

Allstarzz -Après tu les coupes et tu les réorganises ?

Spleenter -Euh… C’est ça.

Allstarzz -Donc, maintenant, avec le net, t’es obligé de bosser comme ça. C’est une autre manière de bosser.

Spleenter -Même toi, en tant que DJ. D’ailleurs, à la base, t’étais quoi ? Parce que t’as les DJ mixtape, DJ soirée, DJ radio…

Allstarzz -Bah moi je suis DJ mixtape, parce que moi j’anime pas de soirées.

Spleenter -Pas du tout ?

Allstarzz -Non.

Spleenter – on pourrait croire que c’est ton délire. Le côté Dipset, ça ça peut être bien pour les soirées.

Allstarzz -Ouais ! J’aime bien aller en boîte, comme tout le monde, mais je me vois pas faire ça. Dernièrement, encore, on m’a proposé ça, mais non. J’ai une vie de famille et tout ça, je pourrais pas.

Teo -Tu vas en boîte pour t’ambiancer.

Allstarzz -Ouais, et encore. Je vais en boîte de temps en temps. Je suis pas vraiment le mec qui sort tous les week ends. Je vais pas faire de ça mon taff.

Teo – comment tu t’es retrouvé sur Zikaload ?

Allstarzz -Sur Zikaload ? En fait, Jee (l’Tismé) c’est un ancien du quartier. TSN, on a tous connu.
Donc à la base, j’avais sorti la mixtape « Le Parizien » et entre temps j’avais sorti une mixtape qui s’appelle « Bokay Mizik » que tu peux retrouver sur le net, si tu veux. C’est Jee qui m’avait proposé ça. Donc c’était pareil : on avait compilé plusieurs morceaux des mecs du quartier. Y avait Express, Krem, Esprit Noir.

Spleenter -S’Pri Noir avec le « s » ?

Allstarzz -Non, c’est un autre Esprit Noir. Celui dont tu parles c’est celui qui avec Still Fresh.

Spleenter -Je me disais. Parce que Still Fresh il est tout petit.

Allstarzz -Ouais, il aurait été jeune. Mais non. C’est un mec de notre quartier, Esprit Noir. Qui rappait avec Dogg Fou, je sais pas si… ça vous dit rien ?

Teo -Si, ça me dit chose quel, mais vraiment vite fait.

Allstarzz -Justement, il a repris un morceau de Jee. J’suis F. Le morceau de TSN.

Allstarzz -Donc on s’est retrouvé avec Jee comme ça. Par rapport au morceau J’suis F que mon pote Dogg Fou a repris. Dogg Fou c’était son voisin quand ils habitaient au 156…

Spleenter -Ah ? C’est un mec de la génération de J L’Tismé ?

Allstarzz -Non. Du tout. C’est un mec de ma génération. Jee, c’est le grand frère, on va dire. Il habitait au quartier.

Express -Jee habitait à côté de chez nous. On connait TSN.

Allstarzz -On a baigné dans TSN, à l’ancienne. À la base, y avait pas encore Zikaload, Jee était sur… le site…

Spleenter –187 prod ?

Alsstarzz -Voilà. Après il est parti dans ses démarches, tout seul, il a fait Zikaload. Donc un jour il m’a proposé. Sur son site, y avait un concept et des émissions. Y avait une émission spéciale Dirty South. En fait, je suis le seul DJ qui fait un peu de tout, dans le site. Parce que c’est vraiment basé WestCoast si tu regardes bien. Je suis le seul à mettre du Dipset, R’n’B, dance hall, tout ça. Donc il m’a proposé ça, ça m’a plu. Depuis ça va faire bientôt 2 saisons de Allstarzz Show. Tous les Jeudis de 22H30 à 23H30 sur Zikaload.com. Les dernières exclues US, y’a du Dipset, y a du Express, y a du Koffi. Je passe un peu tout, tu vois ? Ça marche bien, on tourne à 1 000 connectés tous les Jeudis. Ça va.

Teo -Comment tu choisis les sons que tu passes ? Y a des gens qui te demandent ? Qui t’en envoient ? Ou c’est toi ?

Allstarzz -Je vous dis d’entrée, je mets pas que des trucs que j’aime. J’essaye vraiment d’élargir, de plaire à tout le monde. Et les morceaux que je passe des fois, c’est pas forcément les morceaux que j’écoute tous les jours chez moi. Mais j’essaye d’être à la page.

Teo -Ça t’arrive de passer des trucs que tu détestes ? Juste par curiosité. Sans rien citer.

Allstarzz -Pas des trucs que je déteste vraiment. Par exemple, Morsay et tout ça, c’est pas du tout mon délire. Je le passerai jamais.

Spleenter -Mais personne le passera jamais.

Allstarzz -Après, je les respecte pour ce qu’ils ont fait niveau bizness !

Express -Voilà !

Allstarzz -Mais niveau rappeur… J’ai une école à côté de moi, y a des mecs comme Express, Koffi, tu vois ? Je peux pas dire que Morsay rappe, tu vois ? C’est pas possible. Donc ça, c’est des trucs que je passerai pas, mais je le respecte niveau bizness. Après, je vois parfois ses interviews et j’aime pas toujours ce qu’il dit quand il dit genre : Il crache sur le rap quand il dit « Je m’en bats les couilles du rap, moi. »

Spleenter -Dans le dernier truc qu’on a vu de lui, il dit pas ça, justement, il dit : « Moi, je sais pas rapper, je sais pas chanter » Et il le dit comme ça.

Allstarzz -Je trouve qu’il crache beaucoup sur le game. Après c’est un truc perso. Mais je vais pas me prendre la tête sur lui à faire ou à dire je sais pas quoi. Je m’en fous de ce gars là, je respecte son bizness, lui et son gars Zehef. Mais c’est pas des trucs que j’écoute.

Spleenter -On te retrouvera pas dans son film ?

Allstarzz -Si. Si il me donne un gros chèque, je vais aller dans son film, y a pas de problème.
Sinon, je passe des morceaux ricains, français, R’n’B, zook. Moi aussi je suis Antillais, j’ai été bercé avec la musique Antillaise.

Spleenter -Ah daccord. Donc toi t’es à moitié Guadeloupéen, si j’ai bien retenu ?

Express -Non. Martinique.

Spleenter -Complètement foiré.

Allstarzz -Rho, c’est pareil ! C’est les îles, c’est pareil.

Spleenter -Et toi tu es ?

Allstarzz -Guadeloupéen. Et on bosse ensemble. Je bosse sur son album, je l’aide un peu. À trouver des contacts, la preuve je vous ai demandé une interview.

Spleenter -Ouais, ouais. Ça nous étonne encore.

Allstarzz -À la base, c’est moi qui ai fait connaitre le Blavog à Express. À la base, je connaissais, j’aimais bien. Je lui ai dit « J’aime bien. Va faire un petit tour sur le Blavog. » J’aimais bien le délire.

Teo -C’était quand ça ?

Express -Ça fait longtemps qu’il m’a envoyé des liens.

Allstarzz -Ça fait longtemps, je sais plus. Quand je suis tombé sur vous, je tapais « Absolut Treepsal » dans google, je crois.

Allstarzz -Et déjà, le nom. Le Blavog. Ça nous parle !

(blavog c’est juste « blog » en langage du 19)

Spleenter -Mais à cause de ça, y a des gens qui pensaient qu’on était du 19. « Mais c’est dégueulasse ! Ils taillent les mecs alors que c’est des mecs de chez eux. »

Allstarzz -Non. 1er article que j’ai lu, j’ai compris le délire.

Express -C’est décalé, ça se sent direct.

Allstarzz -Faut comprendre le truc, moi ça m’a fait marrer quand vous avez dit qu’Absolut avait sûrement braquer Médeline pour les instrus.

Spleenter -(plein de nostalgie) Ah ouais…

Alsstarzz -C’est marrant. Je trouve que c’est bien ce que vous faites, ça change des interviews classiques. C’est ce qui manque un peu dans le rap, il faut rigoler tu vois.

Teo -Mais quand on commence à rigoler avec des gens, en plus tu vois qu’ils ont grave de l’humour ! Peut-être ils osent pas.

Express -Y en a, ils sont dans un rôle. C’est un rôle.

Allstarzz -On en revient à ce qu’on disait tout à l’heure, c’est à cause du net tout ça. Y a trop de gens derrière leurs ordinateurs…

Express -Ils se prennent la tête.

Allstarzz -Ils vont aller voir le Blavog et, par exemple, le mec qui disait « Ils taillent les mecs du 19 »
ça doit être un mec derrière son ordi, qu’a pas capter le délire. Direct il est parti mettre un commentaire : « Ils taillent ! » C’est ça que les gens ont pas tous compris, dans le rap. On est pas tous des gangsters. Quand je rentre chez moi, j’embrasse mon fils, j’ai pas un gun toute la journée.

Teo -(il braque un gamin imaginaire) T’as fait tes devoirs !?

Allstarzz -Tu vois, on rigole. On fait la fête. On est pas tout le temps énervé. Comme tout le monde. À un moment, la street-credibilité a pris trop d’importance dans le rap. C’est ça qui a tué le rap. Un peu.

Express -Faut faire la part des choses.

Allstarzz -Moi, ça me casse les couilles quand je vais en boîte et que j’entends un morceau : « Je tire ! » Je veux danser, mec. Je m’en fous de ça. La rue, je la connais comme toi, tu vois. On s’en fout de tout ça, c’est notre vécu mais on va pas en parler toute la journée.

Teo -Après, y a quand même des morceaux où y a des messages.

Alsstarzz -Mais même ça, aussi. Message… Ouais. J’écoute ça chez moi, tranquille. C’est pas Kery James qui va m’apprendre la vie.

Teo -Par exemple, sur la Swaggtape, y a un morceau sur la situation aux Antilles. Il passe pas toute la tape à te parler de ça, mais c’est là.

Alsstarzz -Mais avant qu’on en arrive à la Swaggtape, il avait sorti un premier projet qui s’appelait « Mon introdestruction. » Y a des morceaux, par exemple, où il parle de métissage. Il est métis, il te parle de ça.

Express -C’est de la musique aussi, tu peux aussi faire passer des messages.

Spleenter -Sur un son de la Swaggtape, tu commences un couplet en disant : « Au lieu de braquer… » et t’enchaines avec « En même temps, je veux pas te prendre la tête. Parce que moi non plus je suis pas un exemple »

Express -En plus, les petits, tu sais comment ils sont, aujourd’hui. Tu leur fais la morale. Dès que tu vas le lâcher, il va dire : « Vas-y, comment il me casse les couilles, celui là… »

Allstarzz -On peut pas leur en vouloir aux petits, on était comme ça, aussi.

Express -Bien sûr. On a été comme ça. Faut les laisser.

Allstarzz -Faut qu’ils se cassent la gueule aussi.

Express -C’est l’expérience.

Allstarzz -Je peux pas venir et te dire « fais pas ci » alors que moi je l’ai fait, tu vois ? Vis ta vie, après tu verras. Bon, c’est vrai que maintenant y a plus de limites. Les petits vont un peu plus loin. C’est la vie qui fait ça.

Spleenter -C’est l’époque.

Teo -C’est pas les seuls à aller plus loin.

Spleenter -Toi ! Tu veux parler de DSK !

Teo -Ouais. Les hommes politiques vont plus loin. Tout le monde va plus loin. D’ailleurs ? Dominique Strauss Kahn : swagg ou pas swagg ?

Allstarzz -Attends ! des costards à 30 000 euros, si il est pas swaggué le mec !

Spleenter -Panamera !

Allstarzz -Panamera ! Quoi que c’était pas à lui, mais bon, on a vu qu’il avait de l’oseille.

Express -Sa femme accepte les maitresses, elle a des millions.

Allstarzz -Mais bon, on va pas se leurrer. Ça étonne tout le monde, mais qui ne sait pas que les hommes politiques ont de l’argent ? Déjà, pour faire une bête de campagne, faut de l’oseille, non ?!
Les Français sont tous étonnés : « Il a de l’argent ?!! » Les mecs ont été avocats, ils ont de l’argent.
Même Borloo, quand on le voit on dirait que c’est un saoulard, mais le mec il est frais. C’était un avocat d’affaire, à l’ancienne. L’argent, en france, c’est tabou, tu vois ? Faut pas s’étonner, la vie c’est comme ça, y a des pauvres, y a des riches.

Express -En tout cas, il est parti à Rykers Island, là où était Tupac.

Spleenter -Tupac, Prodigy et Lil Wayne. On a enfin un rappeur français à Ryckers Island !

Teo -Même son avocat, c’était celui de P Diddy.

Allstarzz -Le truc qu’on peut lui dire, c’est qu’il a merdé, quoi !

Spleenter -Ah oui, il a merdé.

Allstarzz -Quand c’est comme ça, tu proposes de l’argent. Tu payes. Tu violes pas ! Fallait proposer… Dans l’histoire, y a une victime, quand même ! Faut en parler.

Teo -Totalement.

Spleenter -C’est une Sénégalaise en plus, la meuf.

Teo -C’est qui ? C’est Diallo !

Spleenter -Ouais, c’est une Diallo. Tu sais que si je me prenais la tête à rappeler au bled, je pourrais ptêt la retrouver.

Allstarzz -T’es Guinéen, toi ? C’est une Guinéenne, non ?…

Spleenter -C’est une Guinéenne d’origine qui a immigré au Senegal, qui s’est barré après aux Etats unis. Mais elle a de la famille au Senegal j’crois.

Allstarzz -Je pense que ça va pour elle…

Spleenter -J’espère qu’elle va l’enculer !

Allstarzz -Ouais !! Elle va faire son petit bizness, elle va prendre son petit million et voilà. J’espère.

Spleenter -Même si il se mange pas de ferme.

Express -Faut le péter.

Spleenter -Une petite meuf comme ça, qui vient du Senegal et qui va péter le boss du FMI.

Teo -La classe.

Allstarzz -Mais bon, les mecs, y a eu viol, quand même… Si c’est vrai.

Teo -si c’est vrai que le mec est un pointeur, qu’il aille en taule et voilà ! Il mérite de bien se faire fourer.

Spleenter -Par Adebisi.

Allstarzz -Si tu nous écoutes, DSK : La prochaine fois, paye directement. T’as les moyens, en plus.

Spleenter -Je sais plus ce que je voulais dire… Pose des questions toi.

Teo -Moi j’en ai des questions. Sur la Swaggtape, les sons sont tous récents ou y a des trucs de plusieurs époques ? C’était une retrospective ?

Express -C’est plus une compil. Où on a mis des trucs frais, des inédits. Et puis des trucs que j’ai pioché, par ci, par là. Qu’étaient jamais sortis ou qu’étaient sur des compils.

Teo -Les plus vieux remontent à quelle année ?

Allstarzz -Bah 2000.

Express -Vu qu’y a des sons que j’avais posé sur Le Parizien.

Allstarzz -De 2000 jusqu’à maintenant, en fait.

Express -C’était un petit résumé, pour les gens qui me connaissent pas, aussi.

Spleenter -Une carte de visite ?

Allstarzz -Pas une carte de visite… La carte de visite c’était plutôt « Mon introdestruction », le premier street album.

Spleenter -Ouais, mais on va pas se mentir, personne le connait. Et pourtant… Quand nous on connait pas, ça veut vraiment dire que personne le connait. (retenez bien cette phrase, parce qu’y aura un twist finale dans cette interview)

Teo -On est vraiment des fouineurs de merde.

Spleenter -Tous les trucs gratuits du net.

Allstarzz -Elle était pas gratuite.

Spleenter -Ouais, je sais. Mais t’as vu des CDs sur mes étagères ? Ouais, y en a certains, mais c’est des jeux vidéos.

Teo -La musique c’est gratuit, payer c’est une option maintenant.

Spleenter -J’ai des CDs mais c’est des CDs gravés. La médiathèques d’Asnières, les grands frères, tout le monde…

Allstarzz -Donc, la Swaggtape c’était plus une retro. Un récapitulatif de sa carrière, en gros. Et c’était aussi pour annoncer le projet qui arrive : l’album. L’album « Certifié bavon. »

Spleenter -Qui a quand même été repoussé et repoussé…

Allstarzz -Là on est dessus en fait. Il enregistre pas mal de morceaux. Là on enregistre, on est en train de caller les petits featurings et tout.

Teo -Et y aura qui ? Est-ce qu’on peut savoir déjà ?

Allstarzz -On va pas tout dévoiler mais y aura la famille : Absolut Treepsal, un petit peu.

Spleenter -Ouais, ça d’accord. Mais est-ce qu’y aura des surprises ?

Allstarzz -À mon avis, vous allez être surpris parce qu’il a pris des risques.

Teo -Au niveau des ambiances, de tout ça ?

Allstarzz -Ça reste du Express mais il a pris des risques. Lui il peut pas trop en parler parce que c’est son bébé qui va sortir. Moi je suis la sage-femme, tu vois ? Je peux te dire que ça va être une grosse surprise. Parce que je suis souvent en studio et je suis tombé de haut. Y a certains trucs… voilà quoi… Ce sera ouvert, y aura beaucoup de thèmes, du flow surtout, c’est important.

Express -Et surtout, pour la première fois, j’ai essayé de faire un truc vraiment carré. Il faut prendre son temps, c’est vraiment un vrai projet carré du début à la fin. Avec des prods lourdes. On va essayer de se mélanger un peu aussi.

Allstarzz -On a pris des prods où c’est vraiment ouvert.

Express -On essaye d’avancer. On fait attention à l’image aussi. On enchaine les clips.

Allstarzz -On a pris des prods d’un peu partout : des mecs de Lyon…

Spleenter -C’est plutôt des mecs qui vous envoient des trucs via le net ?

Express -Voilà.

Allstarzz -En fait, la Swaggtape nous a ouvert pas mal de trucs. Déjà, on a plus de 500 téléchargements et on reçoit des prods de mecs de facebook. On travaille avec un mec qui s’appelle frencizzle, un mec de chateauroux, qui nous envoie pas mal de prods aussi.

Express -T’as vu, le Net ? Lui c’est pareil, c’est un petit mec de Chateauroux, il bosse avec des kainrys.

Spleenter -Le net a ouvert les portes pour ça.

Allstarzz -Parce que les gens critiquent, critiquent le net mais y a pas que des mauvais côtés. Par exemple, à l’ancienne, tu voulais un son, fallait se prendre la tête à aller voir un mec parfois. Prendre sa voiture, aller jusqu’à je sais pas quoi. T’arrives, parfois le mec il béflan. Maintenant, avec facebook dés que le mec aime bien ce que tu fais, c’est bon. Y a pas d’argent.

Teo -Vous avez toujours été Parisiens, vous ? Toujours été en Île de France.

Allstarzz -Toujours !

Spleenter -Ah oui ! C’est vrai que là on a un provincial.

Allstarzz -Ah ? Tu viens de la province ?

Teo -Ah ouais, je suis de la baie du Mont Saint Michel.

Express -Pour trouver des trucs, là, faut vraiment être un fouineur.

Teo -Tu prends ta caisse. Faut aller à Caen ou à Rennes, 1 heure à l’aller, minimum.

Allstarzz -Mais même nous ! Les Parisiens c’est quoi leur réputation ? Tu leur dis « Va à Melun », pour eux c’est loin. Alors que c’est à côté.
Maintenant, avec facebook, même si on se voit pas, on taffe ensemble, c’est ça le bon côté des choses, tu vois ?

Spleenter -C’est vrai que, comme tu disais, le net a une réputation négative à la fois pour le téléchargement et pour les mecs qui mettent des commentaires.

Allstarzz -C’est négatif pour les mecs qui brassaient beaucoup à l’ancienne.
Leur fond de comerce, maintenant, il est mort.

Express -C’est le bizness qui a changé, faut s’adapter.

Spleenter -C’est un truc qui m’a étonné, parce que moi je me vois pas faire ça, mais apparemment y a même un marché pour le téléchargement légal. Y a vraiment des mecs qui payent des MP3.

Express -Maintenant c’est rentré dans les habitudes.

Allstarzz -I Tunes ! I Tunes c’est ça.

Express -Ou avec des trucs comme Paypal. Tu télécharges l’album directement sur le compte. Les jeunes, ils ont l’habitude de faire ça. Pas notre génération à nous. Télécharger payant c’est pas encore dans notre mentalité, mais les plus jeunes si.

Teo -Moi, si je veux un truc, je me déplace. Je le veux physiquement.

Spleenter -Je peux pas acheter un MP3, c’est pas possible. Ou alors, faut que le mec mette 5 000 pages en PDF où il me parle et il me dit « Alors ce morceau etc… » Mais bon, même avec ça, je suis pas sûr.

Teo -Ah si ! J’ai payé UN MP3. C’était sur l’album de Weedy « 24 heures d’un MC yégri », t’avais une piste quétait rayée…

Allstarzz -Mais bon. On va pas faire l’appologie du téléchargement illégal. Ça va niquer notre buizness, quand même. On est là pour vendre des disques, tu vois ?

Spleenter -Mais à propos de ça… dans le ciné, t’avais ce discours là. « Le téléchargement bla bla bla », mais les ventes de DVD continuent, la VOD elle est là et les salles sont toujours pleines.

Allstarzz -Moi je dis que si ton truc est bon, y a toujours un mec qui va vouloir l’acheter.

Express -S’il aime la démarche.

Allstarzz -C’est comme moi. Si j’aime un artiste, je vais acheter son disque. Ne serait-ce que pour savoir qui a fait tel son.

Spleenter -Pour les crédits, même lire les dédicaces.

Alsstarzz -Donc en fait, je pense que c’est pas si mort que ça. La preuve, Booba vend toujours ; La Fouine est triple platine.

Spleenter -Bon après, ils ont baissé les platines et les disques d’or.

Allstarzz -Voilà, mais ils en vendent quand même. Ce qui est bien c’est que maintenant, les mecs se prennent la tête en concert. Alors qu’avant, les mecs s’en battaient les couilles. Pour en revenir à Doc Gyneco. Il a jamais fait de concert ce mec là.

Spleenter -Ah… ? Je sais pas si il a fait de tournées..

Allstarzz -Jamais ! Je suis un fan de Doc Gyneco à l’ancienne ! Jamais il a fait de concert.

Express -Même le truc à l’Olympia, c’est Secteur Ä.

Allstarzz -Jamais il a fait de concert de Première consultation.

Spleenter -Jamais en solo ?!

Allstarzz -Jamais ! Tu vois ? Ça étonne tout le monde !!…

Allstarzz -Parce que le mec, à l’ancienne, il en a vendu 1 million. Il s’en foutait de faire des concert. Maintenant, ça oblige les artistes à en faire plus. Faire des vrais shows. Parce que le mec qui a payé 40euros il veut voir un vrai show, il veut pas voir : Tu viens avec un survet Lacoste, t’as ton DJ derrière. « Ouais ! Ouais ! » On s’en fout ! Ils veulent plus de ça, les gens. Tu vois bien les cainris ? Même pour aller rapper à The Source. T’as vu les Dipset à The Source ? Quand ils on refait leur quartier en carton derrière ?

Teo -Dans l’épicerie ?

Spleenter -Avec Cam’Ron qui a la mitraillette camembert ?

Allstarzz -Voilà !

Express -Ça c’est génial ! C’est un truc de ouf !

Allstarzz -Est-ce qu’un mec il va se prendre la tête et faire ça sur un plateau de taratata ? Non.

Spleenter -Taratata, j’ai vu leur truc… Bon c’est sympa, il les a invité, au moins…

Allstarzz -Ouais, déjà…

Spleenter -mais voilà, on en est réduit à ça : »Ouais, c’est sympa. Il les a invité. »

Teo -Ouais c’est sympa… Il est gentil…

Allstarzz -Mais bon ça commence.

Spleenter -Ça se décante un peu.

Teo -Ce qui est marant c’est que le Taratata, si ça s’est fait c’est parce que ça fait un petit moment que, dans des artciles récents ils te disent « Le rap vend beaucoup mais il est pas bien représenté dans les médias. » Ça fait 10ans que c’est comme ça, ils l’apprennent maintenant ??!!

Allstarzz -Je sais pas si vous êtes tombé sur une video qui tournait à un moment. Où IAM et Lionel D ils sont invités sur un plateau avec des philosophes.

Express -Ciel mon mardi, ou un truc comme ça. Avec Dechavanne.

Allstarzz -Voilà ! Dechavanne.

Spleenter -C’est le truc où IAM ils font les cons avec des ballons ?

Allstarzz -Non. Non. Non.

Express -Y a Lionel D qui freestyle.

Allstarzz -Voilà. Et y a un philosophe dit « Vous, le rap, dans 10ans c’est fini. »

Teo -Ah mais ouais. Elle retourne en ce moment sur facebook, cette video.

Allstarzz -Et 10ans après ? Où on en est ? La Fouine te remplit Bercy.

Teo -Surtout que c’était y a plus de 10ans cette vidéo. C’était peut-être y a plus de 15ans qu’il disait ça.

Express -Il lui dit Akhenaton, en plus. Le rap, c’est plus que ça. Le rap n’a pas de limite. Ça veut dire qu’il s’adapte. Il peut pas s’arrêter.

Allstarzz -Ils vont devoir s’y faire, c’est comme ça. Le rap, en france, c’est là.

Express -C’est la musique des jeunes.

Allstarzz -Eux ils aiment pas, mais leurs enfants c’est ce qu’ils aiment. Leurs enfants écoutent ça. Sarkozy, sont propre fils en écoute. Il fait du son.

Spleenter -Pour Poison, c’est lui qui a produit « Mec 2 Tess. »

Teo -« Mecs 2 tess » c’est lui ??!!

Spleenter -Et ouais. (et non)

Allstarzz -Moi je vais vous donner une anecdote : Premier voyage à new york, je l’ai fait avec ce mec là, le fils Sarkozy. Pierre Sarkozy. La première fois que je suis parti à New York, je crois que c’était en 2008…

Spleenter -Sois précis parce que là c’est dur.

Allstarzz -Il vous le dira !

Express -Il était même pas encore présient, l’autre. (Donc là tu sais que c’était pas en 2008)

Allstarzz -On a un ami en commun qui s’appelle Patrick, il me disait : « Ce mec là, c’est le fils de Sarkozy. » Et nous on le charriait « Vas-y ! Arrête ton mytho ! » Une fois, je suis parti à New York avec ce mec là, Patrick. Il était venu avec ce gars là. Si vous voulez encore une anecdote : Pierre Sarkozy, à l’ancienne, il avait des nattes comme ça. Collées, en arrière.

Spleenter -Collées ?! Je savais qu’il avait eu des dreads, ou un truc dans le genre.

Allstarzz -Il avait des nattes collées, bandana et tout.

Teo -Bandana ? (Là, Teobaldo imagine un grand sarkozy blond avec des tresses collées et un bandana)

Spleenter -Ah ? Bandana ? Carrément ?! (Spleenter, c’est pas loin non plus, mais lui ça le fait rire)

Allstarzz -Et à l’époque de myspace, son nom d’artiste c’était Mosey.

Express -Il s’appelle toujours Mosey.

Allstarzz -Donc moi, Je l’avais rencontré. Et je l’avais recontacté sur facebook : « Tu te rappelles quand on était à New York ? » Il me fait « Ouais, je me rappelle. J’ai encore la photo. » Mais ça, c’était à l’ancienne, tu vois ? Ça je le raconte pas à tout le monde, parce que les gens vont me dire que je fabule. Mais c’est la vérité.

Spleenter -Je te crois sans souci.

Allstarzz -Mais lui il le disait pas qu’il était le fils de Sarkozy. Donc j’ai passé une journée avec lui et son pote. Et par contre, on a beau dire, il est calé en rap ! Il s’y connait en rap le mec ! On peut dire ce qu’on veut sur son père, on s’en fout ! Mais le mec s’y connait en rap !

Teo -De toute façon, ton père c’est ton père. Toi t’écoutes ce que t’aimes, c’est tout.

Express -Bah ouais.

Allstarzz -Mais c’est vrai que quand on était à new York avec lui, je le savais, mon pote me l’avait dit, mais je le croyais pas. Et je lui ai jamais demandé.

Spleenter -De toute façon, à l’époque, sarkozy il était quoi ? Maire de Neuilly ?

Express -Ministre de l’intérieur.

Spleenter -Ah ? Déjà à cette époque là ?

Allstarz -Parce que moi, c’était en 2008 mon premier voyage à New York.

Teo -Bah… 2008 il était président, non ?

Express -2008, c’était y a que 3ans.

Allstarzz -Ah non. Alors vers 2000… C’est un an après le world Trade Center que je suis parti.
En 2002. Donc j’étais parti une journée avec lui, on a été à Harlem, il faisait golri. Tu sais, c’était un blanc avec des nattes, il parlait de rap et tout.

Teo -Ouais mais non, merde, quoi… Pourquoi les nattes ?!…

Allstarzz -Et je peux même te dire encore un autre truc. Je crois qu’y a un clip de Singuila, tourné dans une maison. Je sais pas si vous connaissez ce clip de Singuila ?

Spleenter -Si t’as le titre… ?

Allstarzz -Putain, je me rappelle plus… C’est un clip où ça se passe dans une bète de baraque ! Et en fait, cette maison appartient à un de ses potes. c’est Pierre qui leur a ramenée pour faire un de ses clips, là bas. Mais ça c’est les anecdotes du ghetto, tu vois ce que je veux dire ?

Spleenter -T’inquiète.

Teo -C’est cool, c’est frais, les mecs se sont rincés dans la baraque à Sarkozy. Quelque part, si t’as l’occasion de le faire, tu le fais !

Express -Bah oui.

Spleenter -C’est comme pisser sur la voiture de Benoit Magimel.
(Ça c’est une private joke entre Spleenter et Teobaldo… et Benoit Magimel, si tu nous lis…)

On se retrouve bientôt pour la suite, en attendant, tu vas cliquer là dessus :

Clique enculé

9 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)