Archives de Tag: paris

Pour les petits retardataires (bis)

Ron-Burgandy-Finishes-Drink-Quickly-Anchorman

Ouais parce qu’en fait y’a une moitié du Blavog qui participe régulièrement à l’émission Abcdr, histoire d’insuffler un peu d’esprit Cogip dans tout ce bouzin.

Donc ça c’est les 3 premières

l’impact du virus Ebola sur le rap français

un portrait type d’une partie du public rap : les sales puristes

et une sorte de revue de presse focalisée sur toutes les conspirations de ces derniers temps

voilà, merci à tous de votre attention

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Interview : MC Jean Gab1 (tin tin tin)

Genono : Ton bouquin est présenté comme une « autofiction ». Quelle est la différence avec une autobiographie ?

Gab1 : On m’a conseillé de ne jamais dire que c’est autobiographique. J’ai compris cette subtilité quand j’écrivais ma 4e page. Il vaut mieux que ce soit auto-fictif, ou je ne sais quoi, plutôt que je dise « c’est autobiographique », parce qu’il y a ce qu’on appelle de nos jours la prescription. Et si c’est romancé, c’est romancé ! On m’a dit « est-ce que c’est la vérité ? », j’ai répondu « y’a prescription, c’est toi qui vois ! » (rires)

Je suis pas fou, y’a assez d’exemples comme ça. Les ricains l’ont fait avant moi, y’en a pas mal qui sont au trou à cause de leurs bouquins. Je suis pas trop con, je suis stupide, mais pas tant que ça.

Genono : T’as passé combien de temps à l’écrire ?

Gab1 : C’est le problème de l’écriture. Pour faire bien, je devrais te dire « j’y ai passé 19 ans ». Faux. Il était déjà mûrement réfléchi dans ma caboche pendant les 5 piges où j’étais en calèche à Berlin. Ensuite y’avait la musique, le cinéma, le bordel, donc un moment tu mets en suspens, un moment tu reprends, donc tu peux le chier en 2 mois, comme tu peux le chier en 6 ans. Ça dépend de toi, la richesse de ta javance, si t’en as. Si t’en as pas, tu vas galérer pendant un long moment.

Genono : T’as tout écrit tout seul, ou tu t’es fait aider ?

Gab1 : J’ai fait appel à plusieurs personnes. Déjà, je sais pas taper au clavier. J’avais pas les burnes, ou la gamberge adéquate, pour me dire comment j’allais mettre tout ça sur une nappe. 310 pages, tu comprends pas, le format, etc. Et avec le temps, puisque maintenant je connais beaucoup de gus qui sont dans les bouquins, Abd al Malik, que je connaissais déjà depuis 15 piges, avait fait le sien, et Rachid Bouker, avec qui j’ai fait de la boxe, m’ont expliqué un peu le délire. Et j’ai surtout pas voulu jacter comme Guy de Maupassant !

Au départ, t’as un langage qui est un peu trop soutenu, alors que c’est pas le tien. Je me reconnaissais pas dedans, et j’entravais pas grand-chose à tout ce baratin. Donc dis-moi comment tu fais, montre-moi, et moi je vais faire derrière. Y’a un moment, faut apprendre ! Moi le clavier, à part taper « Youporn » ou « All Best Fights », y’a pas de baratin pendant 6 heures.

old-man-at-computer

Genono : La 1ère version de « J’t’emmerde » durait 10 minutes. Tu citais qui dedans ?

Gab1 : Tout le monde ! Trop de monde.

Genono : Par exemple ?

Gab1 : Bah, ils existent plus maintenant. La moitié, je les ai poussés à la retraite, et y’en a d’autres, ils étaient dans un trou, et y’avait pas d’échelle. C’est aussi simple que ça !

Genono : Actuellement, tu travailles sur un nouveau bouquin ?

Gab1 : Ouais, je suis dans l’obligation d’en faire un 2e. C’est comme la chanson : t’en fais un, on te dit que c’est un coup de bol, donc faut que t’en fasses un deuxième. J’ai pas l’intention d’en faire 150, c’est comme la musique. 3, c’est bien. Je marche par 3. Pour l’instant j’ai fait 2 albums, d’ailleurs le 2e est en procès, j’ai gagné …

Genono : Il est en procès pour quoi ?

Gab1 : Spoliation, etc. Universal, j’ai pas l’intention de me faire niquer ! En 2010, il a fait qu’un mois dans les bacs ! Les Pascal Nègre et compagnie, vous êtes bien marrants avec Hadopi, mais si vous volez, vous, sans Hadopi, c’est encore meilleur ! Mon album il est chez Universal, c’est moi pose 16000 euros, mais j’ai pas vu mon blase ! Mais j’ai un avocat, ça a commencé en 2010, y’a eu le jugement en février 2013, et la délibération là (interview réalisée en mai 2013). Ils sont en appel, c’est pas mon problème. Sachez-le, c’est des voleurs. La France, c’est un pays de droits ! Et arrêtez de croire que je suis un cul-cul. Je suis né dans ce patelin !

Genono : Pour revenir à ton bouquin, ça va parler de quoi ?

Gab1 : Je vais pas te le dire, quand même ! Si je te le dis, y’a une galère !

top_secret,1

Genono : J’ai cru entendre dire que c’était sur la vie de tes anciens compagnons … ?

Gab1 : Quels compagnons ? Les seuls compagnons que j’ai, ils sont dans le Bosphore. Parce que j’ai été une sorte de troubadour ! Dans le livre, j’ai pas voulu rester dans le carcan « cité, on reste là » … ça, tu l’as tous les jours, donc j’ai pas besoin de te le mettre dans un bouquin. Et justement, dans le 2, je vais pas trop en dire, mais c’est pareil.

Genono : Y’a un 3e album aussi ?

Gab1 : 3e album, oui. Mais lui, il sera beaucoup plus difficile, parce qu’il me faut des gratteurs. Il me faut des rockeurs !

Genono : C’est un album rock ?

Gab1 :

Genono : Tu peux rien dire ?

Gab1 : J’te le dirai hors-antenne ! J’ai pas la science infuse dans le rap, pour moi, tu dis ce que tu veux, quand t’as envie de le dire. C’est une variété de musique. Et à l’intérieur, t’as encore des cloisons. Gangsta, conscient, inconscient, j’en sais rien … Tout est mélangé. Faut revenir à l’essence première du rap, c’est-à-dire : la musique. On est resté bloqués sur un seul côté de la musique, alors que quand tu prends les premiers trucs de peura … Cypress Hill, ou le 1er Beastie Boys, mais sans les boites à rythme, qui te font mal à la tête parce que c’est trop lent. Anthrax, qu’est ce qu’il y a eu encore … un ou deux morceaux de Limp Bizkit, qui étaient pas trop loin de ce qu’il y avait avant.

En concert, le rap, j’ai pas l’impression que ça bouge. T’es là, t’as l’impression que t’es dans une usine, c’est pas mon délire. C’est trop calme.

Genono : T’es pas vraiment amateur de rap à la base.

Gab1 : Je suis amateur de musique ! Le rap est arrivé, j’avais 17 ans !

funny-ice-cube-first-i-was-like-but-then

Genono : Alors pourquoi tu t’es lancé dans le rap ? Pourquoi pas autre chose, comme le rock ?

Gab1 : Ça coule de source : parce que j’ai déjà des exemples avant moi. FFF ! La France est un grand pays de racistes ! On leur a dit « votre groupe marchera mieux si y’a plus le bamboula à l’intérieur »… résultat, le bamboula il est plus là, votre groupe n’existe plus ! La France est un grand pays de racistes, et je suis français. J’irai pas chanter La Marseillaise, parce que c’est la plus grande connerie au monde. Nos racines profondes, c’est l’impérialisme. On est pas le berceau des droits de l’homme.

Genono : Après, t’as un projet de DVD ?

Gab1 : Street Workout !

Genono : Tu peux nous en dire plus ?

Gab1 : Nooooo ! On m’a toujours dit que je devais toujours faire plus que les autres, par rapport à mon âge, et par rapport au milieu de merde dans lequel je suis. Je ne jalouse personne, je dis juste : faites ! Donc je fais. Tu dois innover. Je suis arrivé dans ce bordel, j’ai innové. Et j’innoverai tout le temps ! C’est ça le truc : essayer de pas faire comme les autres.

Genono : Un film sur ta vie, ça pourrait se faire ?

Gab1 : Faudrait peut-être que les gus ils l’achètent ! Mais jusqu’à maintenant, je vois pas une adaptation de la vie d’un noir, faite par des blancs. Je te le redis, tu sais dans quel pays on est. Les gens adorent comment je jacte… mais si j’avais été blanc, ça aurait été mieux. C’est pour ça que je suis fatigué.

On te dit qu’il faut toujours dire que t’es fier d’être français. J’en ai rien à foutre. Je suis français, stop, basta. Ça vous emmerde que je jacte comme je jacte, mais je suis né ici, je suis pas né en cité ! Ma gouaille elle est de là ! « Tu jactes comme Audiard », ouais mais quand t’arrives au cinéma tu peux pas t’exprimer comme ça. Le langage qu’ils ont au cinéma, ils sont peu à le parler. C’est pour ça que leur baratin, ça m’a toujours fait rire.

Hooligan, j’en suis un aussi. PSG, j’y vais plus, c’est plus vraiment ça. Je ressens plus le « Paris » là-dedans. On est 1ers du championnat, meilleure attaque, meilleure défense, meilleur ceci-cela. Et hier j’entendais encore un mec dire « ouais mais on a trop de cartons jaunes ». Mais va te faire foutre toi et ton fair-play ! T’as qu’à faire du volley ! Et généralement, les mecs qui parlent de foot, c’est des gros lards, des mecs qui courent après leur fourchette ? Pierre Ménès, ce genre de couillon. Parler de foot, c’est pour les gens qui aiment le foot, qui le pratiquent. Si t’es un gros porc qui sait juste courir après ta fourchette, faut la fermer ta gueule, et faut la fermer comme il faut.

Aujourd’hui j’ai 46 piges, et je suis fatigué de cette hypocrisie ambiante … Je suis désolé, à chaque fois je vais à droite, à gauche, mais c’est comme le bouquin. On a un président qui nous a dit « on va tout changer ». Mais y’a que des voleurs ! Et moi, ils veulent me plumer, ils veulent me taxer comme un salopard. Mais taxez déjà tous ces connards qui ont 3 jobs cumulables ! Hollande, t’es mou du gland mon pote. Fais quelque chose, connard ! Non, pas connard … fais quelque chose, môssieur le Président. Et laissez Mélenchon dans son coin, il sert à rien.

Genono : T’as des retours sur le bouquin ?

Gab1 : Que du bon. Je suis étonné, sans être étonné. J’ai jamais été un mec qui cherche à savoir les chiffres, même dans la musique. Si t’arrives à prendre du gnongnon avec, et à vivre avec, youplaboum. Mais ça va pas plus loin. Les gens ont besoin de reconnaissance, mais moi depuis que j’ai 16 ans je suis connu. Tu vois ce que je veux dire ? J’en ai rien à foutre. Faut être ce que l’on est. On est des gens, point. Je fais le bouquin, tu l’achètes pas, il se passe quoi ? Rien. Je fais un album, les gens n’achètent pas l’album, il se passe quoi ? Rien. Faut savoir qui on est, d’où on sort, et comment ça marche. Je fais des autographes, des photos, tous les jours, depuis 2003. Je m’en plains pas, mais j’en ai rien à foutre. Ça fait partie du truc. C’est comme si tu me disais « va acheter un ticket ». Nan, je fraude. Tu sais pourquoi ? J’adore courir ! (rires) J’adore courir et sauter, c’est con mais c’est comme ça.

Genono : Parle nous du morceau avec Despo Rutti y’a quelques années.

Gab1 : Ça fait 5 piges. J’étais chez moi, on m’appelle, c’était Despo Rutti, avec Mac Tyer et la plus grande salope que la terre ait connu : mon ex-poto Maurice. Et donc, on me propose un featuring avec ce « newcomer », je dis ok, à condition que ce newcomer n’aille pas à droite, à gauche. Je fais pas de featurings parce que généralement, j’ai rien à dire aux mecs, et les mecs n’ont rien à me dire. Ils peuvent me raconter ce qu’ils veulent, je sais que les mecs n’ont absolument rien fait tous seuls. Vous êtes loin d’assumer vos vies ! Et je sais de quoi je parle.

Donc voila, on a fait le morceau, bagnoles, bolides, j’ai dit ok, je vais tout te faire en allemand. Je vais te faire la description d’une bagnole en allemand !

Genono : Pourquoi en allemand ?

Gab1 : Les bolides, c’est allemand ! C’est pas français, désolé. J’aime les BM, j’aime les Mercedes, et j’adore le métro ! (rires) J’ai été en Allemagne, donc les grosses caisses, je sais ce que c’est. Et un bolide, c’est sûrement pas une Peugeot, ou je ne sais quel truc de merde, Renault mes couilles.gab12

Spleenter : Mac Tyer, c’est ton cousin ?

Gab1 : Heu nan ! Son oncle, c’est mon homonyme, nous avons grandi ensemble, nous sortons du même bled. On a un langage en commun, une couleur en commun, un pays en commun, et des conneries en commun. On se connait depuis qu’on a 15 ans, et on a le même âge. Dans les Requins Vicieux, y’avait Grand Charles, c’était lui, et Petit Charles, c’était moi.

Spleenter : Et du coup, y’a pas de …

Gab1 (anticipant la question, tel un grand visionnaire) : Nan, y’a pas de … on est pas sur la même ligne conductrice ! Absolument pas, pas une cacahuète. Je suis un self-made-man. Je regarde tout ce bordel, les gens qui parlent, etc. Je serais dans ton quartier, je saurais qui tu es ! Je verrais qui tu es ! Et tu n’es pas ce que tu dis.

Spleenter : Y’a le clip Petit frère, petite sœur où t’étais en guest à la fin …

Gab1 : Ouais, justement. C’est par une déviation débile de l’autre espèce d’enfoiré numéro 1, que je qualifierais même de fils de pute, hein, j’en ai rien à foutre. Je le redis : venez, si vous avez que ça à faire. L’histoire elle est réglée.

Genono : Sur ton 2e album, t’as collaboré avec Zoxea …

Gab1 : J’ai fait un seul morceau avec Zoxea : Enfin. C’était la 1ère fois que j’allais en Afrique Noire, j’avais 40 piges. Donc voila, j’ai fait le morceau, par le biais de JP (Less du 9). Au départ, ça devait être juste un refrain, le refrain est sorti sur un autre bordel, et j’ai senti ça comme une petite carotte. Et j’ai regardé les gens et j’ai dit « si vous pensez que vous êtes super intelligents, bah y’en a un 2e les mecs ! ». Mais j’ai bien aimé le morceau. Y’avait 2 versions au départ, ça c’est la version qu’eux ont jugé fantastique. Je cherchais un mec avec un accent « cain-cain ». Pas ricain, « cain-cain ». Et j’étais loin de savoir que lui en avait un, et il l’a fait très très bien. C’est peut-être pas le morceau que je préfère dans l’album, mais c’est un morceau qui me tient vraiment à cœur.

La collaboration, elle était pas désignée, même pas en rêve. Zoxea, j’écoute pas ce qu’il fait, même pas une cacahuète, depuis la nuit des temps hein, ça a jamais été ma tasse de thé. Et c’est JP, que moi-même j’écoute pas alors que j’étais son producteur … ils peuvent te le dire hein, j’ai jamais écouté Less du 9, Casey, et compagnie. C’est juste des signatures, et c’était dans mon dos les signatures, parce que moi, jamais de la vie, c’est pas possible. Bref, pour en revenir à la chose, j’ai bien aimé le bordel, donc j’ai dit ok.

mc-jean-gab1-jtemmerde-

Genono : Y’a des rappeurs que t’aimes bien, en vrai ?

Gab1 : T’as pas à aimer … t’apprécies, ou t’apprécies pas.

Genono : … que t’écoutes ?

Gab1 : Voila, les gens viennent toujours avec « aimer ». Bah j’vais dire, j’t’aime pas ! T’es pas ma gonzesse !

Genono (visiblement déterminé à obtenir au moins une réponse qui ne soit pas complètement à côté de la question) : … musicalement, y’en a qui te parlent ?

Gab1 : Musicalement, y’en a qui m’intéressent. Rappeurs français… très peu ! (rires) Rappeuses française…  néant ! Rappeurs français, y’en a quelques-uns, mais je ne donnerai pas de blases. Déjà, tous ceux qui font avancer le schmilblick. Y’en a pas des masses. Musicalement, y’en a qu’un ou deux qui font avancer la chose. Textuellement, dans le rap-game, per-sonne. Ils peuvent raconter ce qu’ils veulent, per-son-ne. Vous n’achetez que votre crédibilité dans la rue. Vous êtes tout ce que la rue n’est pas. Eux, ils te montrent tout l’inverse de la rue ! Rien à voir avec wam. Je suis un demi-sel, et je reste un demi-sel.

Pour moi, dans le rap, y’en a que 3. Et sur les 3 qui foutent la merde, y’en a qu’un. Les deux autres tu peux les mettre sur le côté. C’est que les sucettes du premier. Y’en a un, il est distinctement pourri, y’a pas de problème. (rires)

Spleenter : et les rappeurs plus jeunes que toi, dans le 19ème ? On t’avait retrouvé dans la tape Mon arrondissement favori.

Gab1 : Ouai, bah je suis du 19ème, donc forcément ! C’est un « conflit générationnel ». Vous en avez 25, j’en ai 46. Sauf que moi, je suis multi-générationnel, et j’en ai rien à foutre ! (rires) Nan, c’est le quartier, tout simplement. Le 18ème, 19ème , 20ème … c’est ce qu’il y a autour. Donc forcément, tu dis vas-y, on va donner un peu de peps au bordel.

Spleenter : Ça te dit quelque chose Joe Lucazz ?

Gab1 : Nan, comment tu dis ? Lucazzi ? Lucazzi, je connais, c’est un mec que je connais, qui s’est fait fumer. Du moins, il est pas mort, mais il marche avec un sac en plastique. Il a pris 2 balles dans le bidon. C’est le seul Lucazzi que je connaisse. Je connais pas ton pote. Lucazz … Peut-être Frank Lucas, je sais pas.

Genono : T’as déjà refusé des featurings ?

Gab1 : Généralement, je refuse. On a rien à se dire ! Pour dire quoi ? On a un calibre, on défouraille, etc ? Ça va aller. J’ai toujours eu la décence de ne jamais montrer un calibre dans une vidéo. Dans tout ce que je fais, tout ce que je dis, y’a toujours quelqu’un qui vient pomper derrière. Tu prends les 3 clashs, t’as une phrase à moi dans chacun des 3 clashs. C’est vérifiable toute la journée ! Depuis le début, vous parlez, le rap français parle, mais depuis le début, vous sucez qu’un mec : c’est wam. Aussi bien dans le physique que dans tout le reste. Dans la manière d’être, dans tout le reste, c’est que de la sucette, de A à Z. Le seul problème, c’est que je crache 3-4 fois dans la journée, donc y’en a pour tout le monde. Objectivement, regarde, avec du recul, et tu verras si je mens ou pas. Même en concert ! Tenir la feuille devant soi, c’est pas Oxmo, c’est pas Abd al Malik, c’est moi ! Parce que je ne connaissais pas mon texte ! (rires)

Je connais pas mes textes ! Je les écris, et basta. Et s’il vous plait, vive le playback ! Je pensais que c’était ça le rap, et je me suis fait niquer. Tu te retrouves et t’es là (il chantonne) « je suis seuuul au mooonde » (rires)

Déjà, je comprends pas pourquoi les gens sautent en l’air pour rien. Et surtout… pourquoi on doit chanter ? Dalida, elle chantait pas ! Cloclo, il chantait pas ! Mais je m’amuse toute la journée, et c’est l’important. Je suis un tailleur né, je taille. On m’a dit de faire un one-man show, c’est la dernière chose que je ferais, parce qu’il faut rire de tes conneries. Et je rigole pas de mes conneries ! Tant que t’arrives à trouver un point d’ancrage, et à faire à peu près ce que t’aimes, ça va aller.

hqdefault

Genono : Une de tes 1ères apparitions, c’était sur Première Classe

Gab1 : Nan, c’est la 3e ! Avant ça y’a eu Liaisons Dangereuses, et j’en ai fait deux.

Genono : Première Classe, c’est eux qui t’ont invité ?

Gab1 : Je me suis invité. J’ai dit « si j’arrive à faire un ketru meilleur que le keumé qui est à l’intérieur, vous me mettez dedans. Si je pue la merde, et bah j’irai travailler, ou j’irai faire j’sais pas quoi ». Parait que t’es hardcore, bah mettez-le votre bordel de merde. Fais ce que tu fais d’habitude, qu’ils aillent tous se faire foutre. Et voilà, je l’ai fait. J’ai refusé le featuring avec R-O-H-2 fesses, parce qu’on a rien à se dire. T’es un mytho ! T’es un putain de mytho ! Mytho de chez mytho ! Et c’est prouvable toute la journée : t’es connu de la pharmacie ici, à la prochaine pharmacie. Y’aurait pas la musique, tu serais rien ! Et les mecs qui sont autour, c’est pareil. Rien à dire, rien à faire, que des mythos.

Spleenter : Ton entrée sur Liaisons Dangereuses, telle qu’elle est racontée dans le bouquin, c’est un gros quiproquo, parce qu’à la base tu venais pas pour ça …

Gab1 : Ouais, à la base j’étais là pour saucissonner Fred Chichin et Catherine Ringer. Je savais pas ce que j’allais faire du rap ! On m’appelait pour aller faire du rap … J’avais 31 piges ! Soyons sérieux, moi ? Cassez-vous de là ! J’avais un poto qui avait fait la même chose, il avait pris de l’oseille, avec une grande chanteuse française… Moi je m’invente pas des vies. Si t’as 500.000 euros dans la poche, je pense pas que tu vas les garder longtemps. Et tu peux aller au commissariat, rien à foutre : j’irai me rendre. Sans l’argent !

Spleenter : D’ailleurs Chichin avait fait une interview où il revenait sur sa seule expérience avec des rappeurs, il en gardait un mauvais souvenir, il disait que c’était des gens irrespectueux. Pourtant quand on lit ton bouquin, on a l’impression qu’ils s’étaient acclimatés.

Gab1 : Tout le monde s’acclimate, en fin de compte. Ça a duré 3-4 minutes, disons 10. Lui, il était pas au parfum, il était avec sa gratte, dans son coin, mais je sentais que c’était tendu. T’façon, moi j’étais tendu, j’avais mon fer, j’avais tout. Je les mettais dedans, et après commissariat ou pas, j’en avais rien à foutre. Ils viennent après, eux, ils viennent pas pendant. Donc tu peux faire ce que tu veux ! J’ai jamais eu peur de faire ce que je dois faire. La police elle est payée pour faire son job. Et même si elle doit venir après, elle fera son job, mais moi j’aurai fait le mien avant, j’en ai rien à secouer. Rest in peace, Fred Chichin.

Genono : Le clip de Ill Game, c’est un vrai clip ? Y’a un truc qui tourne, mais on voit pas ta tête dedans.

Gab1 : Ah ouais, c’est toujours oim ! Nan, j’ai envoyé mon petit frère, j’étais fatigué ce jour là.

Genono : Mais y’a un blanc aussi dans le clip, avec un masque.

Gab1 : Et bah dis toi bien un truc : c’est pas moi ! C’est mon petit frère ! Tu peux pas être à 2 endroits à la fois, donc y’a une partie du clip, c’est moi, et l’autre partie, c’est mon petit frère. Le fruit ne tombe jamais trop loin de l’arbre, c’est tout.

wedding-crashers-wtf

Spleenter : Y’a un truc qui m’a étonné dans le bouquin, c’est que tu développes pas beaucoup ton expérience de danseur. On a l’impression que tu as volontairement mis de côté tout l’aspect hip-hop.

Gab1 : Hip-hop, et rap. Volontairement. Parce que dans le rap, on m’aurait attendu sur ce que j’ai fait sur untel, etc. Et dans la danse, c’est exactement la même chose. Parce que dans la danse, y’a eu un courant qui est arrivé à un moment, qui s’appelait la hype, où t’as tous les danseurs de NTM, etc, et j’étais beaucoup trop fort pour eux. Tu demandes à n’importe qui, à la Java, au Bobino, j’étais beaucoup trop fort pour eux. C’est ce qui fait que j’ai toujours eu ce petit décalage avec eux, et que j’avais pas besoin d’aller à New York pour danser. J’avais pas besoin d’être dans un crew spécifique, c’était plutôt eux qui venaient me recruter. DCM Posse, c’était ça. Mais c’est surtout que la danse, comme le rap, c’était qu’un passe-temps. Du moins, le rap, c’est un accident. La danse, c’était pas un accident, c’était un passe-temps, mais un passe-temps parmi d’autres. C’est ce que je redis bien à chaque fois.

Y’a un film qui s’appelle Beat Street. Y’en a un autre qui s’appelle Warriors. Faut juste regarder les mecs les moins nombreux : c’est exactement de cette manière là qu’on se définissait, et c’est de cette manière là que je me définis. Dans Beat Street, t’avais les Rock Steady et t’avais les autres. Les Rock Steady, c’était les rockeurs, c’était ceux qui foutaient la merde. Mais c’était ceux qui dansaient mieux que les autres ! Le petit con, renoi, avec ses potes, ils avaient pas le niveau des autres, même pas une cacahuète ! Pour moi c’est exactement ça. Y’a des mecs qui allaient à la boxe, moi j’y allais, mais j’allais à la danse aussi. J’en parlerai peut-être, si j’ai que ça à foutre, dans le 2e bouquin. J’en sais rien. Y’avait la dépouille, y’avait la danse, y’avait le sport. J’ai fait les 3 en même temps, plus la drogue, le 4e, qui est arrivé. C’est le temps qui est comme ça.

Genono : J’ai une question par rapport à Tonton Marcel …

Gab1 : (rires) Woooh ! Boum boum, en direct de la cuisine ! Il est tranquille, c’est un bon. C’est le seul média qui m’a permis de revenir à flot pour pouvoir faire mes trucs sans qu’on vienne me casser les berges. Il te fait chier, mais c’est pas grave. Je préfère avoir un mec comme lui, et encore, je lui ai dit, à un moment je vais t’allumer. Et bref, il a accepté ça, comme moi j’ai accepté, je lui ai dit « viens quand tu veux ». Viens quand tu veux, c’est open mic ! Tu vas me raconter toutes tes conneries, tu vas me poser toutes les questions que tu veux, et je vais y répondre, c’est pas grave. En quelque sorte, on pourrait être dans la même chose, sauf que toi t’es un peu con de temps en temps. Mais c’est un mec bien, c’est vraiment un mec bien. Peut-être qu’il se fait un peu trop hacker son truc, mais bon, c’est des choses qui arrivent.

Spleenter : Dans le bouquin, tu parles pas vraiment du moment où t’as pris le rap US dans la gueule… c’est plutôt un truc d’arrière-plan, que tu calcules pas trop ?

Gab1 : Ouais, Aznavour, Johnny Hallyday, c’est ce qui tourne à l’époque. On a pas de musique américaine ! La seule musique américaine qu’on a, c’est Sugarhill Gang… bon, le truc, au bout d’un moment, ça va. Ça faisait quand même 7 ans qu’il était sorti, y’en avait marre. Y’avait Grandmaster Flash, qui est arrivé, très bien, après, plus rien. Il a fallu qu’il y ait le plus grand mytho de tous les mythos, Bambaataa, pour avoir à peu près de la musique. Mais y’avait pas Radio 7, y’avait pas la 4 ! Y’avait pas la 5 non plus, parce que c’est les deux chaines qui étaient musicales. Donc nous on était dans un carcan qui s’appelle La France, tu bouffes du Europe 1, du RTL. Tu bouffes pas autre chose. T’avais les infos du rock une fois par mois, et encore, quand je dis rock, c’était James. Et une fois de temps en temps, t’avais Rockwell, ou Michael, et là on était heureux. C’est tout ce qu’il y avait d’US en France. Sinon c’était Petula Clark, l’autre idiote de Jane Birkin … Ça fait 50 ans que t’es en France, t’arrives toujours pas à parler français, faut arrêter de nous casser les couilles. L’intégration, ça commence déjà par ça. C’est pas seulement réservé aux peaux claires.

Voilà, donc c’est arrivé à petites doses, mais quand c’est arrivé, on a pris conscience que … Adamo c’était un beau couillon ! Adamo, Pierre Bachelet et compagnie, c’est ce que t’avais toute la journée à la radio. C’est que des fils-de ! Voilà le problème : tu grandis avec des mecs, et tu vas te taper leurs merdeux à la fin ! C’est pas une grande famille, c’est juste une bande d’escrocs, c’est tout. Et t’es pas aigri, c’est juste que tu te dis … t’es énervé, tu te dis « mais c’est quoi cette merde ? ». T’as des gens autour, avec du talent, et t’as des mecs sans talent qu’on voit 24h/24 à la téloche, et ça, ça te fait chier. Et c’est pour ça que j’ai plus de télé ! J’ai viré ma téloche ! Mettre la Une, voir Arthur faire ses conneries à la con, ça va. Ça me fait mal au crane. Les informations, c’est même pas des informations. On est partis au Mali, et alors ? On a besoin de manger, enfoiré ! La baguette artisanale, elle est à 1E50. C’est 10 baguettes en 1998 ! Tu comprends comment on est en train de se faire mettre ? C’est quelque chose de sévère. De là, tu te dis mais de quoi ils parlent, ces cul-culs la praline ? La seule chose qu’ils savent faire, c’est parler du mariage des 2 qui ont envie de se fourrer. Vive la France, pays de trous du cul. Je suis français : un vrai trou du cul, comme un vrai français. Je suis aussi raciste que tout français. Donc si toi t’es raciste là bas derrière, et bah moi aussi.

super-dupont

Spleenter : A propos, dans le bouquin on te sent très attaché à ta couleur, alors que c’était pas forcément évident jusqu’ici. Quand on te manque de respect à ce niveau là, on sent que c’est le truc qui te fait démarrer.

Gab1 : Ah ouais, ça me fait démarrer. Quand t’as poussé ici, t’as crapahuté ici … Je comprends pas que les « whites » soient partis faire un tour en Afrique pour évangéliser, et quand tu reviens dans la maison-mère, on t’appelle Mamadou ! Je m’appelle Charles ! (très agacé) C’est le truc qui me fout vraiment les glandes, tu vois . J’étais dans des petits patelins de merde où les mecs essayaient de m’éduquer alors qu’ils avaient jamais vu le métro, la télévision en couleur, ces petits pécores de merde. Je leur disais, moi je suis de la planète mars, et toi t’es vraiment loin derrière, arrête de me casser les burnes pendant 20 plombes. Toujours en train de te rappeler ta couleur, de te rappeler ci, de te rappeler ça. Je suis désolé, mais mes grands-parents ils ont plus souffert que les tiens dans cette putain de guerre ! Les tiens, pendant la guerre, ils ont fait quoi ? Absolument rien. Parce que moi, je suis pas français à la base. Je suis germanophone, camerounais. Nous, on est pas français à la base. Du tout. Sauf que les miens, il a fallu qu’ils se battent un coup contre la France, un coup pour la France.

Y’a un moment, ça fatigue, toutes ces histoires. T’es français que quand tu gagnes des sous, ou que tu fais gagner quelque chose. Mais quand la France te doit quelque chose, y’a rien. Je ne suis pas Jacques Chirac, je ne suis pas François Mitterrand, nous leur avons rendu des services, et pas l’inverse. C’est le citoyen français qui leur a rendu service, qui a fait qu’ils se sont enrichis sur notre cul, qui a fait que ce pays est dans la merde aujourd’hui. Quand t’es français, tu n’attends pas que ton pays fasse quelque chose pour toi, et tu n’attends pas de faire quelque chose pour ton pays. Pourtant, c’est ce que t’entends chez les politicards : « ce que vous devez faire pour la France ». Ah ouais ? Mais t’es complètement con ou quoi ? On a tellement fait pour la France. Pour notre pays. Mais qu’est ce que ce pays à fait pour moi ?

Amelie-Poulain-Le-Terminal-et-Les-11-commandements

Hé ouais, c’est le truc qui m’a toujours fait chier. Les mecs vont te juger par rapport à ta couleur ! Et c’est ce bled qui est comme ça. Quand t’es dans une grosse ville cosmopolite, tu penses qu’il y a du racisme, mais c’est faux. C’est quand tu vas dans les patelins, les hameaux, avec moins de 500 habitants, c’est là que tu comprends la vraie pensée du bled. Et la vraie pensée du bled, elle n’est pas multicolorée. Elle est plutôt ignorante, débile. La France c’est un vrai carrefour, et les mecs sont toujours en train de te parler de la race. Mais depuis quand y’a des français blonds aux yeux bleus ? Ils sont tous bruns, grosses oreilles, des choux. Généralement, ils ont aussi ta plantation, là-haut (il désigne l’épais monosourcil du Genono). C’est plein de conneries, ils auraient dû nous apprendre à vivre ensemble, ces enfoirés. Là, ils nous ont appris juste une chose, c’est nous détester les uns les autres. C’est tout ce qu’ils ont réussi à faire, en passant par l’autre enflure de merde de Charles De Gaulle. Si c’est ça votre héros national !

Imaginez-vous que les anglais et les allemands sont morts de rire ! Les américains pareil ! Et je les comprends. Votre héros national c’est un trouillard. Objectivement, je suis désolé, mais c’est un trouillard. Comment on les appelait pendant la Révolution ? Les sans-culottes ? Tout à fait ! Un problème, tu la baisses ! Sauf quand c’est les arcs et les flèches, là c’est plus facile de dire « nous allons vous pacifier ». Mais à ce que je sache, c’est tous ceux qui sont autour de vous qui vont ont pacifiés.

la suite, ici

1 commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), MC Jean Gab'1

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 3

Et sinon, juste histoire de bien faire chier, pourquoi t’as jamais fait de son sur les meufs ou l’amour ? Mais on en a fait un avec Cross, sur rap de banlieusard 2 ! Si, le morceau « ce genre de filles ». Bah non, c’est un truc où vous parlez d’armes et les meufs servent de métaphore filée. Non, on parle vraiment de meufs aussi, en même temps, on dit qu’on aime les femmes. Cross a quand même une rime où il dit qu’il a un gun long comme sa bite… Ouais, bon, on en parle à notre façon, quoi.
Joe appellera ensuite Cross (« tu te souviens du Blavog ? Les mecs qui se foutaient de ta le-gueu ? Je suis avec eux là ») et d’autres potes dont son manager et le fondateur d’E.T.A & 357 (on a oublié le nom mais il me semble que c’est Nabil, ça doit être sur un des audios, démerdez-vous) n’oubliant pas de sortir des blagues dont lui seul a le secret (« en fait, là on attend des gens pour vous péter la gueule »). D’ailleurs le billet sur So parano, les concernés en avaient pensé quoi ? Alors en fait nous on était sciés, d’une part c’était marrant mais le pire c’est que ça ressemblait vraiment à la réalité. Au début on pensait que c’était l’ingé son qui avait écrit ça, ou un pote à nous. Donc là on repense à ce qu’on a écrit et on se dit deux choses : les sessions d’enregistrement ont dû être folklo, et Ill est vraiment perché. Dès son arrivée Cross demandera d’ailleurs direct « alors moi je veux savoir un truc : qui vous a renseigné », et un autre nous dira à peu près la même chose. Mais pourquoi vous m’avez fait parler comme une loque ? Bah parce que c’est tout ce qu’on a trouvé, le flow de Cross étant le plus posé de tous, alors que les autres sont déjà bien lents, et l’ovni Monsieur Cross 2 nous a marqué. Concernant ce son, et « l’instru de clown » (rires) en fait, sans me justifier hein, mais mon idée c’était de jouer sur le décalage entre mon flow, ma voix et l’instru qui est vraiment inhabituelle, on s’attend pas du tout à m’entendre dessus. Détail troublant, sans sa voix, difficile de reconnaître Cross, qui a non seulement une casquette, mais aussi beaucoup de cheveux. Spleenter sera profondément choqué par cette vision, ce qui donnera lieu à l’échange suivant :
Spleenter – et sinon t’as des projets ?
Cross – dans le rap, bah pas vraiment
Spleenter – non mais pour tes cheveux, tu comptes faire quelque chose ?
Cross – (rires) ah mais je vais te dire un truc : j’ai fait le ratio entre la longueur de cheveux et la quantité de meufs que tu serres, et je dois dire que j’y ai grave gagné.
Toujours au niveau capillaire, parce que c’est un sujet primordial dans le rap, Joe y va de son petit conseil technique. Au début ma mère était contre les locks, y’avait pas moyen que j’en ai. Alors le truc c’est que j’ai dit que ce serait juste pour les vacances, pendant l’été, tu vois. Sauf qu’à la rentrée j’ai dit bon ben on a qu’à dire jusqu’à la Toussaint, ce genre de conneries. Et forcément ça poussait, et au bout d’un moment bah elle a lâché l’affaire. Mais là j’ai coupé un peu, c’est plus aussi long qu’avant. Ça c’est de l’interview qu’a des couilles au cul, ou je m’y connais pas.
Son pote/manager/producteur, avec qui Joe nous explique qu’il veut monter une structure en totale indé, décrit le personnage à sa façon : Joe il a une plume, y’a vraiment quelque chose à faire avec lui. Bon le truc c’est que lui, c’est le genre… si y’a un concert et en même temps, une soirée, il va aller à la soirée (sourire).

The Wire vs Les Sopranos (bonus track)

Joe – C’est super dur, je sais pas franchement.  C’est une bonne question parce que je crois même qu’aux États-Unis y’a eu un genre d’étude des meilleures séries et c’était ces 2 qui ressortaient. The Wire j’adore, y’a plein de persos géniaux, mais de l’autre côté y’a Tony… The Wire c’est constant dans la qualité, mais Les Sopranos c’est autre chose, sans que tu saches pourquoi, des fois t’as un épisode de fou, comme quand Christopher et Paulie se paument dans la neige en voulant enterrer un Russe, et qu’ils perdent tous leurs moyens. C’est super comique parce que c’est des mafieux classiques mais là tu les vois dans une situation qu’ils maîtrisent pas, ils ont les cheveux en bataille, ils crèvent la dalle, ils sont gelés, ils s’embrouillent parce qu’un des deux a bouffé un supplément sauce du mac do alors que c’était le seul truc qui leur restait pour grailler…

Spleenter – ça faisait très Fargo, c’est un épisode réalisé par Buscemi je crois.

Joe – Sinon en ce moment y’a Boardwalk Empire, je sais pas si vous suivez.

Spleenter – Ouais, mais si je passe 50 minutes devant un épisode des fois je me fais chier. Alors que si je lis des pages wikipedias mal documentées sur certains persos de la série, je passe une bonne soirée. C’est quand même un gros problème. A part Capone, tous les persos de mafieux sont nuls.

Teo – Surtout Luciano et Lansky, l’un est un attardé impuissant et l’autre a une dégaine d’écolier. Au train où ça va, quand Siegel va débarquer, ce sera un autiste avec un yoyo en bois qui fait des clins d’œil aux meufs dans la rue (et effectivement, entre temps la saison 2 a été diffusée, et un personnage plutôt jeune appelé « Beanie » se distingue en faisant des grimaces d’enfant de 5 ans aux autres gangsters durant ses courtes apparitions)

Joe – ouais mais tu vois, déjà la série elle est pas vraiment sur ces mecs là. C’est sur le perso de Buscemi, et aussi le jeune là, Darmody. Lui il est très bon. Après ça me dérange pas qu’il affiche salement Luciano, avec le moment où il se fait avoir par la meuf qu’il baise. Parce que en vrai, à cet âge là, bah Luciano c’était un ptit con. Nous on a l’image finale du gros gangster mais ça s’est pas fait en un jour. Pareil pour Lansky. Tu vois c’est comme dans Malcolm X de Spike Lee. S’il le montre pas dans sa période de ptit con, en train de (il imite la démarche ridicule que Malcolm X tape à un moment au début du film), bah tu vois pas son évolution et ça a moins d’impact. C’est la réalité.

Il explique ensuite que c’est pareil chez les mafieux, en calant des références précises, notamment Genovese qu’il connait par cœur, avant que le tout débouche sur une interprétation très personnelle du rôle de la mafia dans le débarquement en Sicile : « faut quand même se dire un truc : sans Luciano, tu parlerais sans doute allemand. faut pas l’oublier ça ». Quand à son amour des bonnes séries, il n’en démordra pas « je vais te dire : c’est mieux que le sexe ».

Lucazz du siècle

Une anecdote sur Diomay, c’est cadeau, le rappeur préféré de Teobaldo.
Y’a tout un tas de trucs qui posent problème et qui font qu’on se prend la tête pour rien. A un moment je me suis dit pourquoi pas poser avec Diomay, je le contacte, et il répond via le net « ouais là c’est chaud je suis sur mon album », que son manager veut pas qu’il s’éparpille ou je ne sais quoi. C’est quoi ça. Moi ça m’avait plié de rire, parce que franchement si t’es un rappeur et que tu penses comme ça… La définition d’un rappeur, c’est de rapper. Les trucs « oui mais là c’est pas la bonne période », c’est n’importe quoi. Surtout que bon, je veux pas l’enfoncer, mais ça reste Diomay hein. C’est pas une tête d’affiche ou quoi. Le pire c’est que si ça s’trouve il a pensé que je lui en voulais vu que j’ai pas relancé. Non, j’en ai juste rien à foutre.
Sinon, pelle-mêle, on retiendra le patron de bar qui salue Joe et se fout de la gueule de Delarue : « faut être balaise pour passer de 20g à 0 par semaine. T’as vu sa vidéo d’excuses là ? il a pas seulement baissé son froc, il a tendu son cul en demandant si c’était assez bien ». Joe nous parlera aussi vite fait de Kenny Kenz, un rappeur belge ou suisse (ça date, faites pas chier) qu’il compte produire « il est tout frais et surtout, il est vrai, il fait que décrire son quotidien, il sait de quoi il parle, y’a pas de cinéma. C’est bien aussi de mettre des jeunes en avant, c’est comme ça que la musique se renouvelle. En France on a un peu du mal, mais aux states tu vois même des Lil Wayne, qui sont pas des anciens, ils pensent déjà à la relève, avec Young Money, Drake, Nicki Minaj. Drake c’est pas trop mon truc, mais je comprends la démarche, et Wayne a vu juste, il a ramassé le pactole avec lui, pareil pour Nicki Minaj, même si moi je suis un ancien donc je préfèrerai toujours Lil Kim, mais c’est cool. C’est comme Cory Gunz, il a vu qu’il était dangereux, il l’a signé» Et Rick Ross (ça c’est d’la transition) ? J’apprécie bien. Après le problème que j’ai c’est que c’est glacial, c’est une machine le mec, c’est presque… c’est trop parfait des fois. Tu sais que t’auras l’instru classieuse ici, le feat avec tel rappeur là, le refrain de John Legend là-bas… faudrait que ça respire plus, mais sinon chapeau. Concernant Kenny Kenz, on n’était déjà pas emballés à l’époque, et ça n’a malheureusement pas changé après écoute de leur mixtape commune. Et si on avait un doute sur tous ces gens qui arrêtaient Joe dans la rue alors que c’est même pas son quartier, l’intéressé clarifiera les choses avec une simplicité lucide « bah quand on était encore dans le biz on mettait bien beaucoup de monde, faut pas chercher plus loin hein ». Le même détachement qui lui fera dire en nous quittant « vous faites comme vous le sentez, vous êtes libres pour le texte, je veux pas avoir mon mot à dire dessus, tant mieux si ça pique des fois même ».

Par la suite j’ai revu Joe une fois, où au détour d’une conversation il lâchera tranquillement « moi si j’avais eu l’occasion de faire ça, j’aurais foncé direct. C’est vraiment génial d’être critique de film, ou sinon critique littéraire, c’est vraiment bien ». Bref, un rappeur qui gagne à être connu sans être enfermé dans une case, même si c’est évidemment peine perdue, parce que le public est un con. Cela rejoint d’ailleurs une réflexion qu’il avait eu quand on lui avait fait remarquer qu’il avait un côté très à l’ancienne, vieux Paris dans ses références, qui rejoignait le côté bien écrit de ses lyrics. Renaud, Gainsbourg, Coluche, ouais, si je les cite c’est parce que je me reconnais, je les ai découvert tout jeune et j’aime toujours bien. Desproges aussi, j’adore, Audiard, pareil. Et Dieudonné (ouais on lâche pas l’affaire) ? Ouais… (il hésite, comme s’il attendait qu’un agent du Mossad sorte des chiottes en hurlant putain on en tient un) Ouais. Ouais, j’aime bien également, c’est très bien, il est fort. Puis, après une hésitation, cette dernière phrase qui, à mon sens, résume bien le personnage : En fait, je déteste la bêtise.

Joe Lucazz et Kenny Kenz – Espèce Chaîne Gang

Joe Lucazz – Rencontre avec Joe

Joe Lucazz – Rap de banlieusard 2

Joe Lucazz – des sons à droite à gauche, de ci de là, cahin caha (avec Nakk, Alpha 5.20, Monseigneur Mike, Zekwe Ramos et d’autres gentils garnements, le tracklist est mal écrit, mal taggé, et chaotique, mais tu vas pas faire chier non plus)

Joe & Cross feat Despo & Escobar Macson – Crack music et bijoux de famille

ce morceau n’existe nulle part à la base, mais c’est pas ça qui va nous arrêter. Une production Blavog, unique et historique comme un god dans la chambre d’une bonne sœur (ça c’est bien, parce que god, godemiché, mais god, Dieu : un jeu de mot très classe qui conclut une année qui l’a été tout autant).

Et une bonne année bande d’enculés

8 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 2

Sorti du microcosme parisien, une connexion dénote un peu : le lien entre Joe et Le Rat Luciano.
En fait à une époque, des potes voulaient faire une tape où ils reprendraient des classiques du rap français. Ouais mais ça c’est Retour vers le futur et c’est le K.Ommando Toxik. Voilà, ils nous ont pris de court, du coup ça c’est jamais fait. Mais par la force des choses, c’est grâce à ça que j’ai rencontré le Rat Luciano, puisque parmi les reprises, y’avait la FF. Et là franchement on a accroché direct. Et le mec, alors que je suis un parisien qu’il connaît ni d’Adam ni d’Eve, je l’ai au phonetel « ouais t’as qu’à descendre à Marseille au quartier » et c’était pas une façon de parler, après il me traite comme un pote, et réciproquement quand il venait ici. Même quand chez lui c’était pas possible, parfois je dormais chez Don Choa… Tant que c’était pas chez Menzo, ce n’est pas sale. En fait le truc avec le rat, qui fait que de Marseille à Paris il est respecté, c’est pas seulement qu’il est fort, c’est qu’en plus, y’a aucune différence entre celui que t’as sur disque et celui que t’as en face de toi. Il est quartier pour de vrai. Autant, nous tous, même quand on colle à la réalité, on enjolive un peu… autant lui c’est vrai à la virgule près. Et tout le monde te le dira. Même Booba, un jour à une soirée, il me sort « le rat c’est le seul que je respecte dans ce rap game ». Moi à l’époque j’ai juste pensé  « attends que j’arrive, ptit enfoiré » (rires). Mais là j’ai vu que Luciano a fait un feat avec La Fouine On remarque une note très prononcée d’inquiétude dans sa voix, c’est la fin du monde tel qu’il l’a connu, et on le rassurera en lui disant que Luciano ne change apparemment pas de style dans l’extrait du morceau qui a filtré. « Et y’a Rohff aussi, il paraît qu’il a sorti un son qui s’appelle « C’est comment », pareil, j’ai pas écouté, mais ça fait chier, c’est un truc que je voulais faire ça, parce que cette phrase je la dis tout le temps ! » Effectivement, une moitié du Blavog confirme, pour avoir passé une soirée en sa compagnie, le nombre incroyablement élevé de « c’est comment » l’ayant obligé à répondre « pépèrement » une bonne centaine de fois. Cependant chez Rohff la phrase est juste le titre de l’intro de La Cuenta. « Alors c’est cool, tant mieux ». Tout est bien qui finit bien.

INTERLUDE
Là tout de suite faut préciser un truc essentiel. Tout au long de la soirée, Joe s’arrêtera fréquemment pour saluer des gens, et inversement, qu’il soit posé à un bar où simplement en train de marcher en pleine rue. Sa moyenne étant d’un serrage de main et une bise sur la joue toutes les 9,27 minutes, on les passera sous silence la plupart du temps, mais pas là. Parce que Joe s’interrompt brusquement dès l’entrée d’un homme dans le bar, qui le salue chaleureusement.
Le type – salut ça va ? Tu deviens quoi ?
Joe – bah ça va Yann tranquille et toi
Yann – (à nous) enchanté, Yann, Yann Le Bras.
Après avoir échangé quelques amabilités, cette personne revient sur moi, puis sur Joe et fait « ah mais on se connaît, c’est avec lui que vous êtes venu la dernière fois » Hein ? Mais non, pas du tout. Faut aussi préciser qu’être pris pour quelqu’un d’autre est un super pouvoir de Spleenter, qui au cours de sa triste vie s’est vu attribuer une ressemblance avec Mohammed Ali, Yannick Noah, Joachim Noah, Michael Jackson période Jackson 5, Marcel Desailly et même Ronaldinho. « Ah, pardon. Bonne soirée ». Donc c’était le fameux Maître Le Bras, on l’applaudit bien fort, l’avocat le plus name-droppé dans le rap français depuis Perry Mason. Alors comme ça on a le même baveux que B2O, on se fait pas chier. « Ouais, mais ça veut pas dire grand-chose, d’ailleurs c’est même possible qu’il fasse certains trucs pour Booba gratos, vu comment l’autre le fait connaître à tout le monde. » On en apprend tous les jours.

So Parano
Moi à la base je suis plus New York qu’autre chose. C’est ça qui me parle. Mais pourtant sur So Parano notamment, la sélection d’instru allait de faces B de Lil Wayne à Young Buck en passant par Mike Jones et Terrace Martin. Ça en fait c’est dû à Work, c’est lui qui a fait la sélection de beats. De nous tous c’est lui qui se tient vraiment le plus au courant de ce qui se fait actuellement aux U.S. Moi, du moment que ça sonne bien, je suis pas fermé, je pose dessus, le changement c’est toujours sympa. Le délire So Parano en lui-même, bon déjà on est tous fans des Sopranos, et on parle de ce qu’on connaît, de notre vécu, avec le côté business de rue, tout ça. Entre lui qui donne son prénom et son nom, et Work qui dit « on kiffe tellement le rap qu’on se poucav nous-mêmes comme des golmons sur disque » où est la limite à pas franchir pour pas se griller bêtement ? Joe reste pragmatique. C’est une petite tape, personne l’écoutera, même nos proches qui vont l’écouter, avec les flows, les expressions, ils comprendront pas tout, donc ça va. Pas si parano que ça du coup… Tout le délire So Parano c’est surtout parce qu’à l’époque c’était à fond le biz de C. Chacun finissait de poser il checkait son portable, « bon je dois bouger voir un mec, je reviens ». C’était vraiment notre ambiance, et on enchaînait les couplets au milieu de tout ça. De toute façon, nous notre façon de penser c’est que tout ce qu’on fait on devra le payer tôt ou tard. Donc c’est aussi pour ça qu’on se permet d’aller un peu loin dans les paroles, on fait que raconter nos vies, pas la peine de nous faire la morale derrière parce qu’on vous a pas demandé de nous plaindre non plus. On fait que décrire notre quotidien.
Spleenter – Mais par exemple, ta mère écoute ta musique ?
Joe – Ouais
Spleenter – Et elle dit quoi ?
Joe – Elle dit « t’es un con », en général. Mais sinon elle sait que dans la vie je suis plus dans les bêtises, elle est contente pour moi maintenant. Mais sinon quand j’ai eu mes problèmes avec le 36, bah c’est ma sœur qui m’a présenté Le Bras par exemple, comme quoi.

Une famille de boss, on peut le dire.

Joe & Cross : Les Clipse frinçais ?
The Clipse avaient repoussé lors d’un entretien l’étiquette « cocaïne rap » en mettant en avant leurs talents de lyricistes, les métaphores, doubles sens, etc, la vente de drogues étant une thématique générale plus qu’un style. C’était aussi le cas de Joe sur disque (« Classe-moi parmi les lyricistes ») et aussi dans une interview pour rap mag où il citait Talib Kweli comme une de ses références.
« Ouais, je me rappelle. Kweli ça me plaît parce que c’est rue, mais l’écriture reste soignée. Sinon par rapport à nous, ça faisait dix ans qu’on parlait de coke et à l’époque on nous le reprochait beaucoup. Maintenant limite si t’en parles pas t’es hasbeen, alors moi j’ai décidé d’en parler moins qu’avant. Dans mon album y’aura quand même 2-3 sons dessus mais sinon je les  laisse, qu’ils s’amusent à jouer les Scarface entre eux… Nous on savait de quoi on parlait et pourquoi on le disait ». Le mec dit ça comme un plombier qui déplore la piètre qualité des pièces importées d’Europe de l’Est. L’amour du travail bien fait, ni plus ni moins. Pourtant, dans leurs premiers sons, Cross comme Joe décrivait l’univers du deal de manière plus vague, et surtout d’un point de vue extérieur, puis peu à peu il y a eu glissement vers un discours où ils s’assument vendeurs. « Bah justement c’est aussi parce que nous au début on avait une certaine retenue par rapport à ça, puis le temps passe, tu vois des gens qui n’ont jamais été dans ça qui se mettent à parler comme s’ils s’y connaissaient alors qu’on sait que non. Donc là on s’est dit autant y aller, les gens verront bien qu’on s’invente pas de vie. » D’où des phases comme « ils parlent tous de 0.9, 0.9, comme s’ils étaient des chimistes » ? C’est ça, c’est ridicule cette mode.  Pour en revenir aux Clipse, c’est sympa, j’aime bien leurs wordplays, mais dans le genre je préfère D-Block par exemple. » New-York jusqu’au bout décidément. Désolé les gars, on aura vraiment essayé, mais Malice et Pusha T n’auront pas les faveurs du bonhomme de neige.

1 commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

Rencontre avec un bonhomme de neige (interview Joe Lucazz) – 1

Teobaldo – et on a interviewé Joe Lucazz aussi dernièrement

Lalcko – il est très bon lui. C’est dommage qu’il rappe plus.

Teobaldo – mais il a pas arrêté…

Lalcko – ah bon ?

Cet échange hautement confidentiel entre ces deux individus, qui a eu lieu dans l’escalier de mon immeuble, est certes anecdotique mais résume assez bien la position particulière de Joe dans le rap français. Respecté, estimé de ses pairs, mais totalement à la ramasse niveau promo, et limite absent de l’inconscient collectif du public rap frinçais (ça si c’est pas d’la phase de branleur je sais pas ce que c’est).

2e anecdote, toujours plus haut, toujours plus fort : lors de l’enregistrement de GB Paris vol 1, il s’est passé un truc assez marrant à un moment. Joe pose son couplet, et là un petit silence se fait, les autres rappeurs présents l’écoutent réellement. Alors que l’ambiance du studio et le nombre de mc au mètre carré étaient pas du tout adaptés pour ça. Shone et Miko diront d’ailleurs « Joe on a son skeud à la maison », et au-delà du fait que ça sous-entende que ces deux personnes habitent ensemble, une telle unanimité est en général soit synonyme d’hypocrisie soit carrément exceptionnelle. On était ici dans le second cas, avec un consensus parfois flou mais sincère, qui revenait à mettre tout le monde d’accord sur un point : Joe, il écrit pas avec son derche.

Il y a maintenant une petite dizaine de mois, on a eu la chance de pouvoir échanger tout plein de mots avec ce rappeur qu’on aime beaucoup ici, mais dont personne ne parle. Jamais. Surtout toi là-bas. Parce qu’un papier difforme vaut tous les tops de merde du monde, voici le récit pas piqué des hannetons d’une sacrée soirée, en version audio pour ce qu’on a pu sauver et écrite pour tout le reste. Avec des propos rapportés mais aussi de l’itw directe, parce que c’est comme ça, c’est Noël, et comme disait cette meuf qui avait de l’herpès « y’en aura pour tout le monde ».

Lucazz Begins

« En fait à la base j’étais avec Cross dans un crew et à un moment on devait tous se choisir nos blases. Cross à l’époque s’appelait Lupino (?), inspiré de Arsène Lupin (!) et moi, Lucazzi c’était pour Luca Brazzi en fait. C’était un moment où je voulais rendre mon flow plus fluide alors j’essayais au maximum d’enlever certaines lettres qui te font buter sur la prononciation, c’est pour ça que Luca Brazzi est devenu Lucazzi. Dans Le Parrain, ce perso m’a choqué dès le début : tu vois un type répéter pendant une heure une simple phrase de félicitations pour Corleone, ensuite il disparaît et quand Corléone se fait shooter et qu’ils font la réunion de famille tout le monde dit « ah si Luca Brazzi était là, il règlerait tout ça en 2-2 ». Mais tu sais pas bien qui c’est à part que c’est le plus fidèle des capos de la famille. Après t’as la fin, où il réapparait et se fait caner salement. Bref j’étais intrigué. Donc j’ai lu tous les bouquins de Puzo et le perso y est beaucoup plus développé et il m’a bien plu. Donc aucun rapport avec Frank Lucas. « Ca va pas non ? Pas du tout, en plus c’est une balance lui ».

Cam’ron sur Marche avec nous

Alors cette connexion à la base on l’a eu par DJ Battle qui a mixé notre album et qui était beaucoup aux States à ce moment là. A un moment il nous contacte et nous fait voilà j’ai moyen de vous avoir Cam’ron, mais pour un petit truc, ce sera pas forcément un couplet ni rien. Nous on s’en foutait, tu nous passes Cam’ron sur notre skeud, bien sûr que c’est oui. Donc voilà l’histoire de cette intro.

Méthode de travail

Alors mes potes, j’écoute leur avis, mais en vrai, je m’en fous. C’est d’abord moi seul qui compte. Mais attention, je suis super exigeant avec moi-même. La plupart des sons que je fais, je me mets des notes en fait. La plupart du temps, si je me mets pas plus de 14, je sors pas le son. Et ça arrive souvent. Du coup c’est l’inverse, c’est mes potes qui me disent mais t’es fou, ça c’est bien. Mais faut que ça me plaise à moi d’abord. Niveau écriture, le truc que j’aime bien faire c’est instaurer une continuité dans mes couplets, au moins sur la forme, même si ça va parler de tout et de rien au final. Si je te fais une comparaison en début de couplet sur, on va dire, le poker, je vais me démerder pour que ça revienne par la suite, et si possible finir sur ça aussi, mais de manière variée à chaque fois. Que quand t’écoutes, ça semble un enchaînement logique, pas des phrases interchangeables à l’infini.

Joe et le rap français

Il évoque dans un premier temps ceux qui ont fait un bout de chemin avec lui, à commencer par Flynt. « si t’as une embrouille avec Flynt, t’as qu’à squatter les concerts de Mobb Deep, Infamous Mobb, tout ça, t’es sûr de le trouver. C’est vraiment son délire. C’est un mec en or, il est pas du tout comme moi. Flynt tu lui donnes rendez-vous à 15h, il est là à moins cinq, à 15h01 il t’envoie un texto et à 15h03 il t’appelle. » Évidemment, Joe aurait pu se contenter de dire « Flynt est blanc », mais il est comme ça, il a son sens de la formule bien à lui et il y tient. Quand il parle au naturel, il encule l’ensemble des slammeurs de ce pays. En parlant de ça, la seule fois où on a entendu un pic à des collègues, c’était pour Abd al Malik et Michael Youn nan ? « En fait j’aime pas les clash, je trouve ça bidon en France. Si j’ai un problème avec quelqu’un je vois franchement pas l’intérêt d’en faire un morceau. La phase sur Malik et Youn c’est pas un clash en vrai, c’est juste la vérité : l’un a vraiment zappé le rap pour du slam, et l’autre est un clown. C’est même pas une attaque. L’autre fois où je me suis retrouvé dans une histoire comme ça c’était avec Cen Safaraa, et alors là c’était n’importe quoi. Je pose sur un truc qui reprend la face B de Repose en paix au refrain. Avec Cross on se dit que c’est bien, je pensais même qu’on aurait pu appeler Booba pour qu’il dise quelques mots en intro. Je reviens au studio, et je vois les autres couplets. « Merde mais c’est un clash ça les mecs !? » (Joe dit vraiment ça comme le gars qui se réveille, qui voit la fille à côté de lui et qui fait « mais c’est une rousse, ça les mecs !? »), avec Kappacci qui s’est rajouté et tout. Et en plus ils voulaient le clipper. » Donc là ce qu’on retient c’est que si tu veux clasher quelqu’un mais qu’il te manque un couplet, t’appelles Kappacci, il insultera tout le monde sans rechigner. « Mais de toute façon, même les fois où les beefs ont dépassé le cadre de la musique, c’était déjà n’importe quoi. » Un exemple ? « Le truc de Gab’1 là. Avec Rohff et Kery qui le tapent ou je sais pas quoi. Et y’a sa vidéo le lendemain. Franchement si tu tombes sur un mec et que juste après il continue son délire en vidéo, c’est que déjà tu l’as pas assez tapé. En plus Gab’1 on le connaît c’est un mec du 19, on le voit rentrer en taxi de soirée, il est marrant. Mais sinon le délire c’est que maintenant même les têtes-têtes c’est fini. Normalement, si t’as un truc contre quelqu’un, et que tu le retrouves avec tes gars, c’est tes potes qui le règlent et qui sautent pour toi. C’est comme ça que les trucs se règlent, les histoires de duel de cour de récré, j’y crois pas. » En parlant du 19e, quid de ses petits camarades ? Les Ghett Dip, je les connais, on s’apprécie, leur délire Hausmann, c’est bien, c’est super classe mais le truc c’est que des fois ça va un peu loin. Quand Simsky fait sa rime « je suis juif, musulman, chrétien », bah non. T’es juste musulman. Ça sert à rien, tu vas pas rallier tout le monde juste parce que tu dis ça. C’est comme les délires Illuminatis. C’est la mode, les mecs foutent des signes et des trucs mystiques dans leurs sons et leurs clips, ils croient que ça va leur ramener un certain public. Mais ceux qui sont là-dedans, ça les intéresse pas un rappeur qui parle de ça. Y’a aussi des mecs qui se sont mis à parler de coke dans leurs morceaux parce que c’est devenu fashion. Les gens sont profondément stupides de croire que ça peut les booster. Joe n’est pas non plus très fan des théories du complot en tous genres. Non mais moi, les trucs sur le 11 septembre, les trucs secrets pour contrôler le monde… je suis réaliste. Pour moi c’est l’argent qui dirige absolument tout. Donc pas besoin de chercher très loin. Tu vois juste ceux qui profitent d’un truc et ceux qui y perdent et t’as tout compris. Pourquoi des gens se feraient chier à faire des manipulations de fou pour contrôler un truc alors qu’il suffit de l’acheter ? A part ça, il fréquentait pas mal Sinik et Kennedy durant une période non ? Bah Kennedy et Sinik c’était les petits de Diam’s. Bon Sinik je peux plus trop l’écouter mais Kennedy, lui son évolution est un gâchis. Il s’est racaillisé de fou, avec son accent et ses intonations qui lui vont pas du tout. Surtout qu’à la base c’est pas un ouf. En même temps Kennedy dès qu’il a posé sur Ouest Side il a cru qu’il faisait partie du 92i… C’est exactement ça. Tous ces mecs qui rappaient normal et qui se sont mis à prendre un flow caillera après Booba… (là, Joe imite l’accent caillera. C’est impossible à décrire, le mépris dégouline trop sur les syllabes déformées, on obtient le chaînon manquant entre le raclement de gorge et le gémissement) Mais c’est dommage c’est un petit qui aurait pu tout niquer… mais tous les petits qui peuvent tout niquer ils leur arrivent des trucs. Ce qui manque c’est un jeune qui a les dents longues et qui maque le game. J’ai cru que Sefyu pourrait le faire, mais il a pas les capacités. Certains morceaux je peux même pas les écouter. Son truc « s-s-s-s-s » là (molotov 4), c’est mort pour moi. Le truc des gimmicks c’est bien une fois, pas plus. Pourtant Joe lui aussi a fait un couplet comme ça, « Doom ». Ouais, un couplet sur un feat. Dans mon album solo aussi y’aura un morceau gimmick. Ça s’appellera Mimil. Parce que c’est vrai que je le dis tout le temps. D’ailleurs cette expression, ça vient d’où ? C’est un truc à l’ancienne ça. Moi je me rappelle que c’est à Rosny qu’on le dit beaucoup. Mimil’ c’est genre… tu vois les petits mecs des rues mais d’avant ? Les gavroches, les minots qu’ont même pas 15 piges mais qui ramassent les mégots des grands pour se les foutre dans la bouche, tu vois ce style là, très vieux Paris. Bah c’est ça Mimil’. Et chez nous c’est devenu une sorte de truc qu’on ajoute en fin de phrase, genre « allez arrête tes conneries, mimil… ». Retour au rap. « Ce qui est dommage aussi et qui explique que y’a pas de petits qui déclassent les grands, c’est que les grands quand ils montent ils ont des équipes de merde avec eux. Booba il est fort mais son équipe elle est dégueulasse. Et c’est loin d’être le seul. Du coup tu peux pas avoir de crew à l’américaine qui sont tous au top en même temps. Du côté du Blavog, on a un peu peur de l’évolution de Dosseh. « Je crois vraiment que Dosseh est moins con que les autres de son âge, et en plus il vient de province, il a pas été bousillé par le délire d’ici, il doit avoir plus de recul. »

Darys, Ill, Joe Lucazz – freestyle

La suite au prochain épisode, avec un invité surprise, du suspens et des effets spéciaux.

14 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Joe Lucazz

Interview d’Express et DJ Allstarzz (et Sukre) (3/3)

Spleenter -Ah oui, bah d’ailleurs, on va parler de ça. Toi, t’as jamais fumé ?

Allstarrz -J’ai essayé quand j’étais plus jeune, comme tout le monde, tu vois ? Ça m’a mis KO, j’ai vu que c’était pas pour moi, tu vois ?

Spleenter -Et au niveau de la tise ?

Allstarzz -Ouais, je bois à l’occasion. À un mariage, à un baptême, à un délire comme ça mais non, sinon.

Spleenter -Donc seulement quand c’est sponsorisé par le Vatican ?

Allstarzz -Je bois de l’alcool que quand il est Martiniquais en fait.

Spleenter -OK. Toi par contre, c’est l’inverse.

Express -Humm… On peut dire ça…

Allstarzz -La preuve, il est venu avec son flash. Je sais pas si ça va intéresser les lecteurs.

Spleenter -On le filmera à la fin. Et donc, au niveau du peura, quand t’écris ? T’écris par rapport à quoi ? L’instru ? Le flow ? Ou t’écris juste comme ça et après tu cases des trucs ?

Express -J’écoute l’instru, je trouve un délire qui va. Tout ce qui me parle… la vibe qui vient. On essaye et voilà.

Allstarzz -Et on le surnomme aussi le king du refrain.

Spleenter -par rapport au chant ?

Allstarzz -Ouais voilà.

Spleenter -C’est pour ça que dans un hypothétique projet commun avec les mecs de Cambrai, tu serais un peu le… ça ressemble à une insulte ce que je vais dire là… Tu serais un peu le Maître Gims, dans le sens où tu fais les refrains.

Allstarzz -Mais je te rassure, ça fait longtemps qu’il fait des refrains, Express.

Spleenter -Ouais, bien sûr. Mais sur tout un album ? Parce que Express peut pousser le chant. J’ai beau chercher dans tous les autres, tout le monde a sa voix, mais je vois pas qui pourrait chanter, dans les mecs de Cambrai.

Teo -Bah si. T’oublies « Vide le chargeur » sur « On passe du shit à l’industrie du disque. »

Spleenter -Ouais mais c’était du bourrinage total.

Teo -Justement !

Express -Tu vois, y en a qui essayent et qui le font.

Allstarzz -mais faut rendre à César ce qui appartient à césar. C’est Express le roi des mélodies. Et justement, l’album « Certifié bavon » ! Y en a qui vont être surpris !!… Ça va être un gros truc. Pas de limite. Ce sera « frais » le mot d’ordre.

Teo -T’en as combien des morceaux déjà prêts pour l’album ?

Express -J’en ai une dizaine, à peu près.

Teo -T’es du genre à en enregistrer plein, plein, plein et à garder le meilleur ? Ou alors à aller à l’essentiel ?

Express -Je pense que je vais plus essayer de faire une sélection. Ne sortir que les bons morceaux. Je pense pas que ce sera un truc avec 19 morceaux.

Spleenter -Plutôt un 13, 15 titres ?

Express -Voilà, quelque chose comme ça.

Allstarzz -Quoi que, 19 morceaux c’est bien aussi.

Express -Je l’ai déjà fait ça. Mais là ce sera un délire vraiment album. Avec, comme d’hab, des thèmes et des trucs persos. Du swagg.

Spleenter -D’ailleurs, en 2011, c’est quoi le swagg maintenant ?

Allstarzz -Comme il le disait dans l’interview sur Zikaload, c’est…

Spleenter -C’était pas en 2011. Depuis, y a eu DSK, y a eu plein de trucs. La mort de Ben Laden !!…

Express -Il s’en passe des trucs.

Allstarzz -Quand nous on dit swagg, c’est pas forcément précis. Un rockeur, il a du swagg. Un agriculteur, il va avoir son swagg.

Express -C’est une attitude.

Allstarzz -Le swagg ; c’est pas parce que t’as mis une ceinture Louis Vuitton et un jean’ Dolce Gabana que t’as du swagg… Je vais pas dire de nom, mais y en a dans le rap français, ils sont habillés de haut en bas en Louis Vuitton et ça lui va pas.

Spleenter -Oh tu peux dire des noms.

Allstarzz -Non, on va pas dire le nom. Il va se reconnaitre, le mec.

Teo -On peut dire DJ Battle, quand même. C’est le Blavog. On peut y aller là, les mecs !

Allstarzz -Non. On va pas cracher sur les gens. Nous même, on aimerait pas qu’on nous crache dessus, comme ça.

Spleenter -Quand même ; il a un sale style.

Allstarzz -Mais si ça se trouve, y en a qui aime. Tu vois, le swagg c’est comme les meufs. Tu vas trouver une meuf super belle, je vais la trouver super moche, lui il va la trouver pas mal, etc… Le swagg, c’est une attitude. Comme je te disais, même un agriculteur a du swagg dans son délire.

Spleenter -Y a qu’à regarder Seth Gueko.

Allstarzz -Ouais, il a son swagg ! Chacun son swagg. C’est pas la marque, c’est comment tu te comportes. Là tu vois Express comment il est swaggé. Il a mis une paire de cortez, assorties avec un jean cartonné bleu, avec un petit polo Ralph Lauren. Tu vois, c’est un mode de vie le swagg.

Spleenter -Si je me goure pas, je me rappelle d’une interview de toi sur Zikaload où t’avais une casquette NY. Et ça disait « Ouais, t’es plus West et t’as une casquette NY ?! » Et ça partait sur ce délire là.

Allstarzz -C’est juste un logo, comme je disais. C’est pas parce que je mets une casquette NY que j’écoute que du NY…

Spleenter -Et donc, on pourrait te voir avec un maillot de Marseille ? (quelle habile manœuvre, quel feinteur)

Allstarzz -Ouais, quand même pas… C’est même pas par rapport à Marseille, c’est parce que moi, j’aime pas le foot, pour tout te dire. Express aime bien le foot, moi j’aime pas trop. Je suis pas à fond, vraiment. Je supporte Paris parce que j’habite Paris, j’ai grandi là, c’est la capitale. Moi je comprends pas les mecs qui habitent Paris et qui supportent Marseille. C’est un truc que j’ai jamais compris. Mais comme je t’ai dit tout à l’heure, en début d’interview, si on me donne un gros chèque et qu’on me dit : « Mets le maillot de Marseille. » Je le mets, tu vois ?

Express -Tu marches aux gros chèques, quoi ?!

Allstarzz -Ouais, voilà. Je marche aux gros chèques.

Teo -Tu ferais beaucoup de chose pour un gros chèque…

Allstarzz -Y a des limites, quand même. Y a des limites. Mais tout ce qui reste musical… C’est comme un acteur, on lui dit « Fais un rôle de gay. » Même si il est pas gay, c’est son métier, il le fait.

Spleenter -D’ailleurs, pour en revenir aux films, vous avez vu ça ?
(Il leur montre son poster de The Dark Knight _oui, le cas de Spleenter ne s’améliore pas)

Express -Moi, ouais.

Spleenter -T’as pensé quoi du personnage du Joker ?

Express -Il a joué violent, le mec. Mais après ça il est mort, l’acteur. C’est un truc de ouf, chanmé !

Teo -Y a une phrase que t’entends parfois dans des films à la con : « C’est facile de rentrer dans la tête d’un fou. C’est plus dur d’en ressortir. »
Et je me demande si c’est pas ce qui lui est arrivé…

Spleenter – Qui a dit ça ?

Teo -Je sais pas, c’est une phrase de merde que t’entends dans plein de film de merde…

Express -Il est tellement rentré dans le personnage, il est devenu favou !

Allstarzz -Moi, je suis pas trop film, comme je t’ai dit. Mais ça, ça me parle plus (il désigne un autre poster). « American gangster. »

Teo -Bah tu peux en parler. Fais toi plaisir.

Allstarzz -Je sais pas pourquoi mais il me plait bien ce film. Comme tout le monde.

Express -Déjà, c’est réaliste. J’aime bien quand c’est comme ça. Les séries à la Oz, The Wire, les trucs comme ça.

Teo -Ouais mais du coup, je l’ai trouvé un petit peu lent comme film.

Allstarzz -À démarrer, ouais ! Je l’ai trouvé un peu lent aussi ; mais l’histoire est bien. Ce que j’aime bien dans les affiches de film, c’est que parfois, tu peux reprendre ça pour en faire des pochettes de mixtapes. Ça donne de bonnes idées.

Teo -T’as repris des affiches, toi ?

Allstarzz -Hitjacking de Krem. La pochette c’est une affiche de film. Un film de braquage, vu que c’est le concept de la mixtape. Le fait de braquer les autres.

Spleenter -En posant sur les instrus cainris, donc ?

Allstarzz -Voilà. C’est tiré d’un film mais je sais plus lequel. Niveau film, c’est plus les pochettes qui m’inspirent. Comme American gangster, je trouve que ça ferait une bonne pochette.

Spleenter -Je me rappelle que quand j’ai pris ça, on a essayé de me refiler l’autre. Je taffais au cinéma, en fait. Et d’abord, il m’a rapporté celle avec Rusell Crowe. Je lui ai dit que j’en avais rien à foutre.

Allstarzz -T’es raciste ?

Teo « Oh mon Dieu ! C’est Russell Crowe ! »

Allstarzz -Il était pas assez swaggé sur la pochette ?

Spleenter -Non. Mais si tu regardes bien, même Frank Lucas c’était une poucav.

Express -Mais ça c’est chelou. C’est une poucav reconnue mais il est toujours en vie !!… Normalement, quand tu poucaves…

Spleenter -Je pense qu’il a dû se faire protéger. Et se barrer vraiment à l’ouest. Plus à l’ouest que ce qu’il y a dans le film.

Allstarzz -Mais il vit toujours, il est en chaise roulante maintenant. T’as jamais vu de vidéo de lui ?

Spleenter -Je me rappelle avoir vu un documentaire, mais lui il était pas dedans, c’était une autre tête de Harlem.

Allstarzz -(Il éternue) Atchoum ! (très réaliste)

Teo -À tes souhaits.

Allstarzz -Merci. Mon souhait c’est d’avoir un gros chèque !

Spleenter -Au fait, j’ai oublié de vous demander par téléphone : vous faites des T-shirts ?

Express -J’en faisais.

Allstarzz -On en avait fait. On en fait à l’occasion.

(C’est alors que DJ Allstarzz, qui avait bien senti que Spleenter allait lui demander des T-shirts gratuits mais qu’il ne s’arrêterait certainement pas là, décide de s’enfuir en sautant par la fenêtre du rez de chaussée)

Spleenter -Donc en gros, tu peux pas donner de délai parce que c’est vraiment fini. T’as des surprises que tu peux pas dire… Au moins une surprise ?

Express -Comme d’hab, y aura des sons de Médeline. Y aura des sons d’un peu partout, des connections que j’ai faites. Featuring, pareil. Et des mecs de la cité. ET quelques surprises, dont Papillon et certains autres dans ce délire là.

Teo -Y avait déjà un feat avec Papillon sur la swaggtape, d’ailleurs. Sur « Heureux de se fonsdé. »

Express -Ouais, justement, y aura aussi des gens de cette scène dont vous parliez tout à l’heure. Les Seno et compagnie, tu vois ?

Spleenter -Je pensais à MSJ, aussi. Qui a un timbre de voix très spécial…

Express -Si si.

Spleenter -Bon, Aelpeacha c’est plus pour les prods. Mais c’était surtout les mecs avec des voix un peu… je les catégorise dans les « voix de petits cons », tu vois ?

Express -Ouais, ouais, je vois.

Spleenter -Même 16Ar de l’S-Kadrille, il a un peu ce truc là.

(C’est là que DJ Allstarzz revient avec un CD de « Mon introdestruction »)

Allstarzz -Tenez, les gars. L’album que vous avez pas écouté. Vous faites pas votre boulot.

Express -Mais si, il connait un peu.

Spleenter -Ah bah c’est cool !! J’aurais préféré un T-shirt gratuit, mais…

Teo -Faites des T-shirts ! C’est vrai que c’est un bizness.

Allstarzz -Ça va venir.

Spleenter -Y a laboutiqueofficielle. Tu donnes ton logo, ils te font le truc, ils le mettent sur leur catalogue et après c’est suivant les demandes ou les ventes.

Allstarzz -Ouais ? Faudrait qu’on voit ça aussi. À explorer.

Teo -Du coup, on peut parler des clips.

Spleenter -Alors comment tu travailles tes clips ? Quelles sont tes influences ?

Sukre -Moi, à la base je suis photographe.

Spleenter -Comme beaucoup de mecs avant de commencer.

Sukre -Voilà. J’ai commencé la video y a pas longtemps. Ça fait 6 mois que j’ai mon appareil en HD et que je commence à faire des clips.
Sinon, je faisais que de la photo.

Spleenter -Tu faisais quoi ?

Sukre -Je fais de tout, reportage, studio, noir et blanc, couleurs, argentique, numérique, de tout. Moi je suis un photographe, je suis pas un photographiste.

Spleenter -Tu peux faire la différence pour ceux qui connaissent pas ?

Sukre -Je fais de la vraie photo, on va dire. Pas de la photo retouchée à mort, tu vois ? Je suis pas un graphiste, en fait. Je suis photographe et là je commence à faire des clips pour mon frère, comme ça.

Spleenter -Et tu taffes avec quel matos ?

Sukre -Je taffe avec un Nikon, toujours, D 3800 HD.

Allstarzz -Il essaye de faire des trucs qui sortent un peu de ce qu’on voit d’habitude.

Spleenter -Et t’as des références ou des trucs que t’aimes bien. Que ce soit en clips, en films ou en n’importe quoi, d’ailleurs ?

Sukre – Quand j’étais petit, déjà, je me suis buté avec des trucs comme BET, MTV, tout ça. C’était à partir d’Hype Williams, à l’ancienne, déjà, c’était que des trucs de ouf. C’est à partir de là. Je me suis intéressé à la vidéo plus tard. Parce que maintenant, on a accès à la HD, nous aussi. Mais sinon, avant, c’était trop dur. Avant, je voulais pas me lancer dedans parce que j’avais pas les moyens. Maintenant, je vois qu’avec un petit appareil comme ça, numérique, je peux faire un clip. Ça ressort bien, comme t’as pu le voir tout à l’heure.

Spleenter -Une fois que toi, t’as l’appareil, j’imagine que ça coûte pas non plus des milles et des cents. Et pourtant, t’as toujours des clips, notament de rap français, qui sont très très laids !!…

Allstarzz -Et qui passent !

Sukre -Ça je peux pas te dire. Je suis comme toi. Faut avouer, à l’heure actuelle, Chris Macari est très fort. Il est très fort. Moi j’aime beaucoup.

Spleenter -Il doit taffer avec le même genre de matos que toi, pourtant.

Sukre -Ouais, sûrement, mais ça sort bien : regarde la lumière du jour en HD.

Spleenter -Ouais ! Mais c’est plus les angles de vues. Il peut se louer un hélico pour filmer Las Vegas, mais le grain de l’image est le même.

Sukre -Ouais mais y a plein de choses : Le cadrage, le déplacement, comment l’image est rythmée. Y a plein de choses qui sont importantes. Moi j’aime bien ce qu’il fait. Franchement, ça va. En plus, il s’adapte selon les moyens, ça travaille pas que avec des mecs du haut. Si t’as moins de moyen que untel, ton clip sera moins bien.

Express -C’est pas forcément une question de moyens, aujourd’hui. La vidéo franchement : t’as des idées, ça joue.

Sukre -La post prod ça compte beaucoup aussi.

Spleenter -C’est à dire ?

Sukre -Bah le montage d’un clip, ça joue beaucoup. Je travaille avec des monteurs. J’ai fait 2 clips, j’ai taffé avec 2 monteurs différents.
Pour avoir des styles différents, justement. Pas essayer de faire tout le temps la même chose.

Spleenter -en post prod tu retouches pas l’images, tu fais pas des trucs…

Sukre -Ça dépend, des fois. Mais normalement non.

Spleenter -Mais quand tu dis que tu retouches l’image ?

Sukre -Non, y a pas de retouches mais on peut ajouter en petit effet de lumière. Un halo de lumière. Léger. Comme t’as pu voir dans « Rouge et bleu. » Je veux faire plein de choses différentes : Le clip se coupe, au début c’était en noir et blanc, après c’est en couleurs. Ça c’est Dipset, encore…

Express -Ouais. Enchainer avec un autre morceau.

Sukre -Ça coupe et après y a le début d’un autre morceau. C’est ce qu’il faisait, Juelz Santana, dans ces clips.

Spleenter -Ouais, tu t’es quand même buté aux clips que tu kiffais.

Sukre -Ouais, voilà ! Premier clip que j’ai fait, j’ai fait ça direct. Coupé, noir et blanc, on change de délire.

Spleenter -Tu te vois faire un truc comme « Santana’s Town »…

Express -Ça c’est un clip de ouf !

Sukre -Mais je lui en parle tous les jours de ce clip ! Il est chanmé !

Express -Putain, ouais !

Allstarzz -Mais c’est ça que je disais tout à l’heure : C’est des mecs comme ça qui manque dans l’industrie ! Des mecs qui connaissent le taff ! Tu vois, quand tu parles avec un mec, il sait de quoi vous parlez. C’est pas un mec qui va te dire « Sans tana tone » ? C’est quoi ?

Spleenter -Santana stone.

Express -Y en a, parfois, ils sont allé taffer. Après ils ont changé.

Allstarzz -À l’ancienne, dans le rap français, les mecs qui faisaient des clips, c’est pas des mecs qui connaissaient.

Spleenter -Ouais, mais c’était des clips mieux que maintenant.

Express -Mais c’est parce que maintenant y a tout et n’importe quoi. C’est ça internet.

Teo -Avant t’avais moins d’albums, moins de clips par album, maintenant, il en faut plus.

Allstarzz -Si j’étais un rappeur et que demain je vais voir Sukre pour me faire un clip. Je lui donne mes références, il sait tout de suite de quoi je parle.

Spleenter – Pour en revenir au clip de Juelz, c’est un faux, parce qu’y a des trucs que tu grilles. Mais le faux plan séquence de Santana’s Town est magnifique.

Sukre -Y a les raccords mais c’est bien fait.

Allstarzz -Je me demande même si c’est pas Jimmy qui a fait ce clip. Parce qu’il a fait plein de clips, Jimmy.

Spleenter -Là je peux pas dire.

Allstarzz -La plupart des clips, c’est lui qui les faisait. Regarde bien dans les crédits.

Spleenter -Je sais qu’il a signé genre DA ou research ou je sais pas quoi chez Warner. Donc ça, ça prouve bien que c’est clairement pas un naze.

Allstarzz -Il a fait le clip de… de…

Spleenter -Je sais que Ballin, t’as son nom qui apparait direct. En même temps c’est basique, mais ça passe.

Allstarzz -Le clip magnifique où Cam’ron sort des égouts à un moment. En rose. Au début c’est une chanson, après c’est l’autre.

Spleenter -C’est Killa Cam, ça.

Express -Ouais mais y a un deuxième morceau derrière.

Allstarzz -Non. Le premier c’est un autre morceau : « Get’em girl. » Et le dernier c’est Killa Cam, où il sort des égouts. C’est Jimmy qui a fait ce clip aussi. Même le clip « Purple City Byrdgang. »

Express -Avec le piano. Ça c’est violent !

Allstarzz -C’est des bonnes idées ! Maintenant, tu peux demander à un mec comme Sukre, il peut te sortir des idées comme ça. C’est ça qui est bien. C’est ça qui a changé par rapport à avant. Tout le monde dit « le rap c’était mieux avant », non ! C’est pas mieux avant ! C’est différent !

Allstarzz – Faut s’adapter, vivre avec son temps. Tu vas pas dire toute la journée : « C’était mieux le vinyle. » C’est bon, on est en MP3 maintenant.

Teo -Et puis ce serait chiant les vinyles dans le métro.

Allstarzz -Mais y a toujours un connard qui va te dire : « Y a une odeur ! » Il va te casser les couilles.

Spleenter – Vas-y, ramène toi au moyen-âge, y avait pas de vinyle, y avait rien.

Allstarzz -« Ouais mais ton disque dur, y a 300 000 sons mais dans 10ans y aura plus rien. Moi, mon vinyle il est chez moi. »

Spleenter -Surtout que le vinyle, au bout de 10ans, il est fini.

Allstarzz -Ouais mais c’est la connerie qu’ils ont. « Le rap c’était mieux avant », moi cette phrase, je la déteste ! Y a qu’en france pour faire une phrase comme ça. J’en suis sûr !

Spleenter -Mais je pensais au début que c’était du second degré. « Le rap c’était mieux avant », comme Francis Lalanne. (en fait c’était Francis Cabrel, perdu) Après tu vois des mecs qui portent le T-shirt !!… « Houlà ! Ça va loin quand même !!… »

Express -T’as vu ?

Allstarzz -C’est pour ça.C’est toujours 10ans après qu’on va te dire que tel gars était bien. C’est ça, toujours un train de retard. T’as vu comment ça marche les compil années 80 ?

Teo – NTM se reforment, ils sont partout alors que d’autres rappeurs, au même moment, des rappeurs de maintenant, ont jamais été invités, jamais fait de plateaux télés.

Allstarzz -Faut dire aussi qu’NTM sur scène, c’est quelque chose !

Tout le monde -Ouais !

Allstarzz -Quel groupe peut te faire ça en france ? Même si Booba c’est le meilleur en ce moment, sur scène…

Spleenter -Sur scène il est pété.

Allstarzz -Tu mets un Joey Starr, il va vraiment faire un show.

Teo -Mais je comprends qu’NTM se reforme et on en parle. Parce que, forcément, ça a été des générations, ça va très loin. Mais que ça prenne toute la place, non. C’est comme Dorothée qui revient à la télé. Qu’est-ce qu’on en a à foutre ? Surtout qu’à la finale : personne ne l’a regardé, tout le monde s’en foutait de sa nouvelle émission !

Allstarzz -Mais bien sûr.

Spleenter -On en parle pas déjà du rap, d’habitude… parce que même… ouais non… Sexion d’Assaut c’est spécial leur affaire…

Allstarzz -Ouais mais ils ont ramené une petite fraicheur, quand même.

Spleenter -Non, non, je parlais d’après qu’ils aient eu leur galère.

Teo -Ce qui était marrant c’est que du jour au lendemain, t’avais des mecs qui étaient là : « Quand même, y a beaucoup de paroles homophobes dans Sexion d’Assaut… » T’es pas un peu con ? Les singles passent en boucle et t’avais pas capté ? Ils écoutent même pas ce qu’ils passent…

Express -Ils avaient fait la même chose avec le gars qu’avait fait « Sale pute » ou je sais pas quoi.

Spleenter – Orelsan.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -Mais c’est ça le rap en france, ils ont un problème avec ça, je te ments pas. Si tu retrouves toutes les phrases que les gens ont dit…

Express -Mais le rap est là !!…

Allstarzz -Je sais pas si vous avez écouté un morceau de… comment il s’appelle ?

Express -Sardou ?

Spleenter -Michel Sardou ? le temps des colonies ? Je pense que t’allais parler de ça.

Allstarzz -Voilà ! Pourquoi ils reviennent pas sur des trucs comme ça ? Pourquoi toujours le rap ? On est toujours marginalisés… Mais bon, faut faire avec.

Spleenter -le truc de Nagui, déjà, c’était de la merde « mais » juste pour ça : « Merci d’avoir invité des rappeurs… » Alors que c’est les plus gros vendeurs, c’est pas une faveur non plus.

Allstarzz -Même Booba. Quand il était invité sur RTL par Hondelatte. Il lui a dit : « les auditeurs doivent se dire que c’est un truc de ouf si je t’invite. Mais je peux pas passer à côté de toi. T’as vendu je sais pas combien de disques… »

Spleenter -Le mec a déclassé les mecs de la variet’ et tu vas pas calculer ? Ça n’a aucun sens.

Allstarzz -C’est pas normal ça. Et y a qu’avec le rap qu’on fait ça.

Spleenter -Et puis, même l’image du rap. Ça me fait le même effet que l’image de l’équipe de france. Après t’as DSK qui arrive et t’as des mecs qui vont faire un plaidoyer, limite : « Quelque part, c’est pas grave. Il s’est lâché… »

Allstarzz -Imaginons : on mettrait Joey Starr à la place de DSK. Bah le rap c’est mort en france !

Spleenter -Mets Joey Starr, juste à la place de Bertrand Cantat ! C’est fini ! « Ah ouais, c’est un rappeur, c’est normal, il a tabassé sa femme… »

Express -Je te jure.

Allstarzz -Mais c’est pas pareil. Je sais pas pourquoi, le rap c’est… je sais pas…

(Spleenter montre ensuite une vidéo où un mec très sérieux défend la pédophilie dans l’émission de Taddei à la télé. Ça, ça devrait faire scandale, mais ça ne fera pas)

Spleenter -On va arriver sur le mot de la fin.

Allstarzz -L’album « Certifié bavon », restez à l’affut. On balancera sûrement quelques clips avant et une Swaggtape vol. 2.

Express -Avant la fin de l’année, t’as vu. Y’aura du frais avant la sortie de l’album.

Allstarzz -Vous serez au courant en premier, je vous donnerai l’exclu. Et surtout écoutez toujours l’émission : Y aura souvent des exclus d’Express sur le Allstarzz Show.

Express -Sûrement du live.

Spleenter -Ah oui ! D’ailleurs ! Koffi nous avait parlé de ses projets au niveau de la scène. Faire une sorte de mini tournée des boîtes et aussi au niveau des MJC. Du coup il a dit qu’il ramènerait tout le monde, dont toi.

Express -Moi, je suis toujours opé.

Allstarzz -De toute façon, au quartier, on se voit. Si y a un truc, il me le dira.

Express -Quand c’est Krem, quand c’est koffi. Y a pas de problème. On est là. Même si je rappe pas, je viens, sur le côté, je fais les backs. Y a pas de problème.

Allstarzz -On prépare ça doucement, tu vois ? Comme on est indé on peut pas donner de dates précises. Quand on a un plan, on l’a. C’est pour ça qu’il faut surveiller facebook. Express 19. Toutes les infos.

Spleenter -Ah si ! J’avais une question, mais faut que je retrouve l’image.

Teo -Je vais meubler, j’ai une question. Ici, y a plein de questions pendat le mot de la fin, c’est une coutume. Du coup, le clip de SDF, c’est qui qui l’avait fait ?

Express -Le clip de SDF, c’est un pote qui m’a présenté un mec qui faisait des clips. Et y avait quand même un petit budget. On s’est impliqués dans le clip.

Teo -C’est scénarisé.

Express -Ouais, je voulais pas un truc comme d’hab. On avait déjà fait des trucs comme le clip sur Gyneco. On voulait un truc un peu différent. Puis c’est lui, le mec que je te dis, quand il a écouté SDF il a eu des idées. Moi aussi. Et voilà.

Teo -Et les gens qui sont dedans, du coup, c’est des potes à toi ? Des comédiens ? Les 2 ?

Express -Ouais, y a des potes à moi, des potes à lui.

Spleenter -J’ai retrouvé l’image. Ceerano c’est ce mec là ?

Allstarzz -Ouais, c’est lui. Pareil. C’est un mec du quartier aussi.

Spleenter -Apparemment, il s’est barré du label d’Alain De L’Ombre. Mais quand il dit les feats, y a aucun mec de chez vous. En tout cas, pas que j’ai entendu.

Allstarzz -Si, mais c’est une nouvelle génération, en fait. Ses potes à lui c’est la génération derrière nous.

Express -C’est les plus jeunes.

Allstarzz -À l’ancienne, il faisait partie d’un groupe qui s’appelait Treep Alliance. Avec Tony et Autop C. À l’époque de Treep Sal, le premier gros projet du quartier, en fait. Maintenant, il a remonté un nouveau truc. Entre temps, il était avec Alain De L’Ombre. Aux dernières nouvelles, il est plus avec lui. Mais, moi, je sais pas trop. J’ai suivi ça sur facebook, comme je le vois pas souvent, non plus. Je pourrais pas t’en dire plus sur lui. Je sais qu’il prépare un truc avec son nouveau collectif : La Mafia Parisienne.

Express -Chacun fait ses trucs de son côté mais y a toujours des trucs communs, aussi. C’est comme ça.

Spleenter -Et bah, comme dirait Pascal Cefran : « C’est l’heure du freestyle ! » (là on sait pas bien si Spleenter a tenté une imitation ou non)

5 Commentaires

Classé dans Express et DJ Allstarzz (+ Sukre), Interview (et ouais mon pote !)

Interview d’Express avec DJ Allstarzz (2/3)

Allstarzz -Donc voilà, la Swaggtape en libre téléchargement. Justement, j’avais fait une émission spéciale Express sur le Allstarzz Show. Qui avait très bien marché. On avait fait un concept : le même soir on avait tout enchainé. À la fin de l’émission, on avait mis la Swaggtape en libre téléchargement et le clip. Directement.

Spleenter -Et le clip ? Si je me trompe pas, c’est…

Teo -SDF !

Express -Kamagra.

Teo -Ah ? Bon…

Spleenter -Je pensais à SDF aussi.

Express -SDF c’est un morceau qui était sur « Mon introdestruction. »

Allstarzz -Le premier projet d’Express.

Express – SDF c’est tiré de ce projet avec la casquette et les 2 baskets, sur la pochette.

Allstarzz -Mais SDF, on l’a remis dans la Swaggtape pour les gens comme toi. Qui connaissent sans connaitre. Donc on a fait le clip Kamagra et, dernièrement, on a fait le clip de « Rouge et bleu. »
Sur l’instru de Wiz Khalifa.

Spleenter -Laquelle ?

Express -Black and Yellow. Donc rouge et bleu.

Allstarzz -Les couleurs du PSG. Express featuring Krem.

Spleenter -Mais d’ailleurs, comment vous le faites « Rouge et Bleu » ? Parce que t’as une syllabe en moins.

Express -Rouge et blaveu !

Teo -Ah bah oui !

Spleenter -Blaveu ! Forcément !

Express -On s’adapte !

Allstarzz -Donc on a fait le clip au Parc des princes. De toute façon, tu vas sur la video sur youtube. En description, y a le lien pour télécharger le morceau. Ce dernier morceau a bien tourné sur le net. Je crois qu’on était les 1ers à reprendre ce truc. J’ai vu qu’y avait Brasco qui l’avait fait dernièrement.

Spleenter -Y’a Brasco, y’a Black Kent avec « Sacré negro. »

Allstarzz -On a fait tout ça avant.

Spleenter -Déjà le clip est bien. C’est pas comme Black Kent sur fond noir avec 3 mecs à côté.

Allstarzz -Donc le clip a été fait par le frère d’Express, qui travaille en famille. Il est photographe.

Express -Y a Krem aussi, dessus.

Allstarzz -C’est le dernier projet en date. C’est le dernier clip qu’on a fait.

Spleenter -Ça va, c’est propre, le grain de l’image il est clean.

Allstarzz -C’est le travail de Sukre.

Spleenter -Sukre ?

Allstarzz -Express, Sukre. K Fé, Krem.
(Krem était à la base en duo avec un autre rappeur nommé K Fé)

Spleenter -Ah d’accord. Je pensais au mec de Prison Break, moi, en fait.

Allstarzz -Y’en a un qui s’appelle Sukre ?

Express -Ouais, Sucre. (Express prononce avec l’accent, donc Soucré)

Allstarzz -J’ai pas suivi, ça.

Spleenter -C’était de la merde de toute façon.

Sukre -On m’appelait Sucre bien avant lui.

Express -Et l’autre (Kamagra) je l’avais sorti en même temps que la Swaggtape.

Allstarzz -Donc ce morceau, Rouge et bleu, il se retrouvera sûrement sur la Swaggtape 2 en attendant l’album. Vu qu’on va sûrement sortir un 2ème volume avant l’album. L’album ce sera sûrement en fin d’année, si tout se passe bien.

Spleenter -Fin d’année 2011, donc ?

Allstarzz -On va pas te donner de date vraiment précise parce qu’il est un peu minutieux

Spleenter -Ah t’as clipé Kamagra ?

Express -Ouais !

Allstarzz -En même temps qu’on a sorti la Swaggtape. Donc Kamagra, tout le monde sait c’est quoi ?

Spleenter -Surtout depuis Seth Gueko.

Allstarzz -Ah OK.

Spleenter -Non mais je déconne. Et le truc, c’est que toi, dans le refrain tu dis « J’ai pas besoin de ça. » Et Seth il dit « T’inquiète j’ai mon kamagra. »

Express -C’est pas pareil !

Spleenter -le clip, c’est toujours toi.

Sukre -On l’a fait à 2.

Express -À 2 avec Gambs (de Boyz in Africa).

Spleenter -Ça reste mieux que Chris Macari, je trouve, personnellement.

Sukre -Sérieux ??!!!

Spleenter -Ouais. Le grain de l’image… les couleurs…

Sukre -Mais moi je bosse avec ça. (Il montre son appareil, vous inquiétez pas, on va y revenir en détails plus tard)

Spleenter -Ah ouais, mais j’imagine que l’autre il travaille aussi avec du matériel de base.

Allstarzz -C’est ce qu’on te disait tout à l’heure, on essaye de faire tout tous seuls et de se débrouiller.

Spleenter -Non, mais tu sais, ça fait pas clip de rue.

Alsstarzz -C’est notre concept.

Express -L’image c’est important.

Allstarzz -C’est important. Quand on te parle de Swagg, on sait de quoi on parle. Même avant le rap, quand on est dans la rue on aime bien être bien habillé. On est comme ça. On te parle pas de Swagg parce que c’est à la mode, ça a toujours été comme ça. On a grandi avec des Zaïrois, tu vois ?

Spleenter -Je vois très bien.

Allstarzz -Surtout que le rap, maintenant, ça se regarde beaucoup. Et l’album s’appellera « Certifié Bavon ». Donc bavon c’est un argot de chez nous. Ça veut dire que c’est bien.

Spleenter -C’est « bon » tout simplement, non ?

Allstarzz -Ouais, voilà. C’est un argot bien de chez nous, faut bien préciser.

Teo -Faut le déposer !

Express -Ouais, on va le déposer.

Allstarzz -Y a du fric à faire ! On parle de beaucoup d’argent !

Spleenter -Je me rappelle de ton interview sur Zikaload où ça disait : « Ouais mais à Lyon aussi, ils parlent comme ça. »

Allstarzz -Ça c’est exporté !

Express -Mais j’en sais rien, si ça se trouve, ça vient de là bas…

Spleenter -Mais ça tu peux pas le dire dans l’interview !

Express -Pour nous, en tout cas, ça vient de chez nous.

Allstarzz -Je pense que ça c’est exporté. Comme « by » ou « on s’enjaille » maintenant.

Spleenter -« On s’enjaille » c’est carrément parti de la Côte d’Ivoire.

Allstarzz -Ouais, c’est Ivoirien, en fait ! Mais bon, c’est là que tu vois la force du rap.

Spleenter -Comme pour les mecs de grigny, les by, les -zère.

Allstarzz -Les bougs, c’est un mot Antillais, ça veut dire nègre, en fait.

Allstarzz -Mais tant mieux ! Ça s’exporte. C’est fait pour ça la musique.

Spleenter -D’ailleurs, ça vous a jamais tenté de faire tout un morceau limite incompréhensible pour les gens ?

Allstarzz -On y a déjà pensé.

Express -Avec que ce truc là ?!

Spleenter -Que l’argot du 19.

Allstarzz -On y a déjà pensé, mais sinon, si vous cherchez bien, le mec de ghett Diip a déjà fait un freestyle comme ça. Pour le jeu Def Jam. Je sais pas si vous avez vu ?

Teo -Simsky ?

Spleenter -Ouais, si. Y en a mais y a pas que ça.

Allstarzz -On peut le faire !!… Mais après ça reste sectaire.

Spleenter -Ouais mais quand l’équipe de Grigny ils te font des truczer, etc… Ils ont même des expressions qui correspondent à rien. Les mecs, au lieu de te dire Sarkozy ou quoi, ils vont te dire « le doracel. » Personne comprend au début.

Teo -Ouais, y a même « doracélé », je crois.

Allstarzz -Mais est-ce que tout un morceau comme ça… Parce que nous, le but, c’est que notre musique voyage.

Spleenter -Ouais, c’est pour ça que je dis que ce serait juste un délire. Entre parenthèse.

Teo – Koffi Trop 2 Style fait une outro sur un morceau comme ça. « Quartier sale », il fait que ça.

Spleenter -Ah ouais : « Elle veut sa vrette-laveu. »

Teo -Vrette-laveu !

Allstarzz -Sinon encore mieux : On devrait faire un dictionnaire du 19.

Teo -Dans le fascicule de la Mafia K1 Fry, à la fin t’avais un lexique.

Allstarzz -Ah oui !

Spleenter -Mais les tous 1ers à le faire, je crois que c’était IAM. Pour leur deuxième truc.

Allstarzz -Bah déjà… Akhenaton, pour comprendre ce qu’il disait parfois, à l’ancienne…
C’était déjà chaud.

Express -Ouais c’est chaud.

Spleenter -Mais en fait, je partais de ça. Parce qu’il a fait un couplet comme ça. Je me rappelle plus dans quel son. En louchébem. L’argot des bouchers de Panam.

Teo -Ça, ça devait être sur la mixtape avant leur dernier album.

Allstarzz -Ah oui ! J’en ai déjà entendu parlé de l’argot des bouchers. Christophe le tatoué, tu te rappelles quand il est venu avec son frère ?

Express -Ouais.

Allstarzz -Il avait dit qu’ils avaient un argot entre bouchers.

Spleenter -Et c’est un truc qui s’appelle le louchébem. Mais le mec a fait un couplet entier là dessus : c’est une langue étrangère !

Express -Ouais, tu comprends rien.

Teo -T’as des mots qui viennent de là qu’on connait tous : louf, loucedé, larfeuille.

Allstarzz -Exact. Je pensais pas que ça venait de là.

Spleenter -C’est comme plein d’argots.
Si un manouche vient te parler, c’est sûr que tu vas pas comprendre…

Express -Je te jure !

Teo -Tu vas comprendre 3 mots

Spleenter -Tu vas faire « Ouais, là il a dit kahlouch… »

Allstarzz -Mais « kahlouch », c’est arabe, non ?

Spleenter -Euh… Ouais… mais…

Express -Mais ils mélangent tout les gitans, c’est un truc de ouf.

Spleenter -Voilà !

Allstarzz -Kahlouch ça veut dire noir ? C’est ça ?

Spleenter -Ouais, c’est ça. Attends… Je me gourre… L’argot manouche, mais oui ! C’est tous les trucs en « av » !

Teo -Schnikav…

Spleenter -Pillav, bicrav…

Allstarzz -Oui, c’est ça.

Spleenter -Tout ça, ça vient d’eux.
Mais maintenant, si un d’eux te parle, c’est mort.

Express -C’est ouf.

Spleenter -Tu vas être comme le mec dans Sntach : « Ah ouais, il a dit bicrav à un moment… après je sais pas… »

Teo -Si c’est shnikav, faut te méfier. Ça veut dire séçu.

(Teobaldo connait ce verbe dans toutes les langues, il vous donnera des cours. Demandez à Tyler The Creator)

Allstarzz -Et vous ? Comment vous avez connu Express, justement ?

Spleenter -Comment on a connu Express ?

Allstarzz -Là c’est moi qui vais interviewer le Blavog !

Teo -Ça devait être parce que vous gravitez autour d’Absolut Treepsal. Vu qu’on aime bien le délire. Je pense qu’on a dû tomber dessus à un moment. Mais dans le détail…

Spleenter -Moi, peut-être sur une tape.

Allstarzz -Sur le morceau clash contre…

Spleenter -Contre Gyneco ?

Teo -Ah bah moi, ça devait être là.

Allstarzz -Je pensais pas à celui là. la première compil de « Menace sur la planète rap » y avait le clash contre Marseille, avec Bouga. Et sur le 2, y a celui de Doc Gyneco.

Spleenter -OK. Bah alors c’était avant ça.

Allstarzz -Et sur le deuxième volume, ils avaient fait un DVD aussi.

Express -Y’a le clip.

Spleenter -Est-ce qu’avant t’avais posé un truc « Ma maka » ?

Express -Ouais !

Spleenter -Ma maka ça date d’avant ?

Allstarz -Ma maka c’est dans « Mon introdestruction. »

Spleenter -Ok ! Bah alors c’est ça !

Allstarzz -Et aussi dans la compil.

Express -Dans « Mon arrondissement favori », elle y est.

Teo -Ah oui.

Spleenter -C’était à partir de ça. J’avais vraiment dû écouter « Mon introdestruction » et après je t’ai retrouvé vite fait sur le clash avec Doc Gyneco, forcément. Donc c’est parti de là et après, forcément, quand j’étais sur Treepsal, t’étais autour.

Teo -Moi je pense que c’était avec le clash sur Gyneco, tout simplement.

Spleenter -Moi c’était Ma maka. Je me rappelle de ça.

Allstarzz -Ça te parle, hein ?!

Spleenter -Bah oui, forcément !

Allstarzz -T’es dans le même délire qu’Express, alors ?!

Spleenter -Ah ouais, ouais… En plus, ce qui était marrant, que ce soit toi, Papillon comme je disais tout à l’heure ou… Tu vois toute la clique d’Aelpeacha ?

Express -Ouais.

Spleenter -Bah voilà. Tous ces mecs là, ça me fait retrouver l’ambiance « Première consultation. » Et donc, forcément, je kiffe.

Express -Ah bah ouais.

Spleenter -Mais c’est vrai que, sans que tu le dises, j’aurais pas dit « Il est à moitié Antillais. »
J’aurais dit « Ouais… C’est peut-être un turc. »

Allstarzz -Ouais, mais ça c’est pas important. On fait de la musique, on s’en fout des origines.

Spleenter -Sauf si t’es roux !

Express -Ah c’est dur, ça.

Allstarzz -La discrimination contre les roux, c’est pas bien. Vous allez vous faire censurer sur le net, les gars. Faut pas toucher aux roux, c’est comme les gays, les gars. En tout cas, nous on est pas homophobe, hein ? On aime les lesbiennes.

Spleenter -Mais ça, je comprends pourquoi ils l’ont pas fait vu leur position, mais le jour où t’as vraiment un mec qui s’en bats les couilles dans le rap et qui est accusé d’homophobie, il sort le T-Shirt : « Je suis pas homophobe » Et il se retourne : « Je kiffe les lesbiennes »
À la cainri, quoi !

Allstarzz -On en revient aux Dipset. T’as une phrase : « Dipset bitches ! No homo ! »

Express -C’est encore Cam’Ron qui l’a lancé ça : « No homo. »

Spleenter -Ou le truc « Stop snitching. » Et pour le truc des lesbiennes, il a une phrase comme ça dans sa dernière mixtape avec Vado… Enfin, peut-être pas sa dernière vu qu’il en sort à la douzaine. Mais un truc avec butters et…

Allstarzz -Butters and guns ?

Spleenter -Guns and butters !

Allstarzz -Guns and butters ! Voilà !

Spleenter -Dedans, il parle à un petit merdeux ou je sais pas quoi. Et en gros il lui fait : « You have gay-friends. I have lesbians hoes. » C’est le délire, quoi.

Express -Cette mixtape est très très bonne.

Spleenter – Tu disais qu’y avait des surprises mais que tu pouvais pas les dire ?!

Express -Bah ouais. Mais tout à l’heure tu parlais de Papillon, y aura des trucs comme ça. Mais je vais pas te mentir, c’est des mecs où le feeling passe, plutôt que le featuring qui fasse vendre. C’est pas mon but, même si je refuserai pas, t’as vu ? Si je pouvais faire un feat avec, on va dire, Orelsan, je sais pas, n’importe qui, je refuserai pas. Je suis pas dans un délire mec fermé.

Allstarzz -Et puis comme on est dessus, on peut pas trop vous dire. Parce que là on sait pas encore. On est dans la construction. On peut pas trop te dire, encore. Si ça se trouve, demain…

Spleenter -« On croise Lil Wayne » ?

Allstarzz -Ouais, Lil Wayne ou Cam’Ron. Y’aura Cam’Ron sur son album.

Teo -Là, en sortant ! Cam’Ron à Porte d’Asnières.

Allstarzz -Mais ce que je peux vous dire c’est que ce sera un gros, gros truc. Franchement, y en a qui seront étonnés.

Spleenter -Et niveau distrib ? Vous avez démarché pour avoir des deals ou vous en êtes encore vraiment au stade de la création ?

Allstarzz -En fait, Express c’est pas son boulot, ça. Pour l’instant il se concentre vraiment sur le son, il fait de bons morceaux.

Express -mais on est déjà en train de voir un peu comment on peut sortir ça. Le but c’est d’essayer de faire mieux que ce qu’on a pu faire.

Allstarzz -Et là on veut vraiment faire un truc lourd. on se prend la tête. On voit dans quelles conditions on va sortir ça.

Spleenter -Vous essayez de trouver les meilleurs contacts.

Express -Ouais, voilà.

Allstarzz -On cherche les meilleurs biz qu’il y a à faire.

Spleenter -Donc toi, tu bosses spécialement avec Express. Est-ce que tu bosses avec d’autres gens ?

Allstarzz -Avec Krem aussi. Bah j’ai fait sa mixtape dernièrement « Hitjacking. » Il reprend toutes les faces B du moment. Et là, justement, pour en revenir encore aux Dipsets, la Hit Jacking volume 2, ce sera une spéciale Dipset. Il reprend toutes les instrus et…

Spleenter -Même les à l’anciennes ?

Allstarzz -Ouais ! Même les anciennes.

Spleenter -C’est bien ça !

Teo -C’est une série qu’il va faire ? Une spéciale dipset, puis une spéciale je sais pas quel groupe, etc… ?

Express -Pourquoi pas.

Allstarzz -On fait ça au feeling. On va voir. Pour le 1er volume, on a vraiment pris les sons du moment. DJ Khaled « All I do is win », Birdman, Lil Wayne, etc…

Express -Rick Ross.

Allstarzz -Tous les gros morceaux qui avaient marché. Là, vu qu’il est dans le délire Dipset, comme moi, il aime bien, il m’a dit : « On va faire ça. » Là, je crois qu’il a enregistré 60% du projet.

Spleenter -J’ai cru que t’allais dire 60 morceaux.

Teo -Ça ferait beaucoup.

Spleenter -Un jour, je t’ai fait un best of de Cam’Ron qui durait quand même 3h30.

Teo -Presque 4 heures, ouais !

Express -C’est comme Allstarzz. Il s’arrête jamais.

Allstarzz -Moi aussi j’ai fait des truc spécial Cam’Ron. À l’occasion, je t’enverrai ça.

Teo -Le pire c’est que je l’écoute souvent en entier. Tu sais, tu le lances ça passe tout seul.

Allstarzz -Les Dipset, franchement, dans le rap, ils ont fait un vrai truc. En plus ça a été dur pour eux. Peut-être pas pour Cam’Ron : il est arrivé avec Roc-a-Fela. Mais Dipset ils sont arrivé quand c’était fini avec le Roc. Ils sont arrivés en même temps que G-Unit sur le marché.

Spleenter -Pas tout à fait…

Allstarzz -Vers la fin ! L’album Diplomatic c’est en même temps que G-Unit. C’était dur, à New York les gens juraient que par G-Unit. Et eux, ils ont réussi à exister.

Spleenter -Ouais. Mais ils avaient quand même Cam’Ron, il avait un nom, il portait le truc. C’est comme… Ouais non, j’essayais de trouver un équivalent en france, mais ça existe pas.

Teo -Y a pas d’équipe entière qui monte en france.

Express -Il était direct en marge à New York, cam’Ron. Il s’habillait en rose et tout ça, c’était un truc de ouf. Y avait pas de trucs comme ça à New York.

Allstarzz -Mais parfois, on nous compare avec les Dipset.

Spleenter -Je me rappelle. (Spleenter fait partie de cette secte de gens qui ont comparé Absolut Treepsal et leurs proches aux Dipset, justement)

Allstarzz -Je sais pas si vous vous rappelez d’un article dans Groove magazine où ils avaient fait un article sur les gars du 19. Ils avaient fait un petit reportage, un petit article, sur notre quartier. Parce qu’en fait on a un pote à nous qui avait ramené DJ Clue pour mixer en boîte. Dans l’article, ils expliquaient qu’on avait notre délire à nous, vraiment. Un truc spécial. Faut vraiment que je retrouve cet article.

Spleenter -Et ils vous comparaient aux Dipset.

Allstarzz -ouais, aux Dipset.
C’est toujours une bonne comparaison.

Spleenter -Bah ouais, tu m’étonnes.

Teo -C’est toujours bon à prendre.

Allstarzz -C’est clair. C’est un groupe qu’on apprécie beaucoup.

Teo -C’est pour ça que tu mets des polos roses ?

Allstarzz -Ouais, je suis habillé en rose. Mais y a la petite touche française, y a le crocodile.

Spleenter -J’allais dire qu’à part Absolut Treepsal, qu’on peut comparer aux Dipset ; Y’a aussi le Ghetto Fabulous Gang, surtout par rapport à Alpha. Parce qu’il a ce côté boss et parfois tu mattes des vidéos, tu te dis : « Il est un peu perché, mais en même temps il est pas con… »

Teo -Mais même les vidéos. Le fait de faire des vidéos, c’est Alpha. Il a ramené tellement de délires dans le rap français.

Spleenter -C’est pour ça qu’il est un peu assimilé à des mecs comme Morsay. Mais c’était mieux fait.

Express -Il en faut des mecs comme ça dans le rap. Il faut de tout pour pouvoir ramener de tout. C’est ça le rap. Il faut des trucs différents.

Allstarzz -Il a déjà fait un truc très grand dans le rap français. C’est le premier à avoir sorti son album et un film en même temps. Il faut respecter ça aussi ! Mais bon, c’est la france… Tout ce qui est nouveau, les gens ont peur. C’est après, dans 10ans, les gens diront : « Alpha était en avance. »

Teo -J’aimais bien la vidéo à l’ancienne où il était dans un ascenceur, tu vois ?

Express -Ouais, ouais.

Allstarzz – il sortait les billets, là ?!

Teo -Ouais. Où il clashe Gyneco, les chanteurs de je sais plus quoi, etc…

Spleenter -Des joueurs de foots qui ferment leur gueule, aussi.

Teo – Mais c’était lui qui faisait dans les premières vidéos que tu voyais comme ça, en france. Ce mec a lancé ce truc là ! Après, y en a plein qui ont fait des vidéos.

Spleenter -Sauf que lui c’était pas que comme Morsay, que des insultes.

Allstarzz -Ouais, voilà.

Spleenter -Y avait un truc derrière. Y’avait tout un délire.

Allstarzz -Dans 10ans, ils te diront qu’Alpha était bon.

Spleenter -J’espère.

Teo -Bah il le mérite.

Spleenter -Parce que même sur ses choix de prods il est bon. sur le son « Les rappeurs sont des chattes », dans l’outro il cite les mecs que lui il a écouté. Et même en français. Et là tu vois que le mec a des bêtes de références.

Allstarzz -Bien sûr. De toute façon, si il a la trentaine comme nous, il a connu l’époque glorieuse du rap.

Express -Tu peux pas mentir. Tu sais qu’il les a écouté.

Spleenter -Et il a dédicacé des mecs rarement cités dans le rap français, des Master P, des mecs de Memphis comme les Three Six Mafia et tout ça.

Allstarzz -Et Master P c’est quoi ? Tu vas aux states : tout le monde connait !

Express -Alors qu’ici, il passe inaperçu.

Allstarzz -Ici, c’est vraiment les connaisseurs qui vont te sortir combien il a sorti de mixtapes.

Teo -Je vais te dire, honnêtement, je connaitrais pas Master P sans Alpha 5.20.

Allstarzz -Ah ouais ?! À l’ancienne, il te sortait de ces pochettes… Il était connu pour ça. Il avait des pochettes d’albums, tu tombais parterre. Tu prenais son album, tu tournais, son visage bougeait en même temps.

Teo -Je sais pas si tu vois les vieux menace records ?

Allstarzz -Voilà !

Express -Ouais, ils reprenaient ça.

Allstarzz -Mais les premiers qui ont fait ce délire là dans la photo, on les cite jamais, ils s’appellent…

Spleenter -Pen & Pixel ?! (il répond comme à un jeu télé, personne ne lui a dit qu’il n’y avait rien à gagner)

Allstarzz -Voilà ! C’est des mecs qui t’ont tué photoshop, à l’ancienne. Je sais même pas si tu dis ça à Fifou, si il connait. Peut-être. Fifou c’est notre Pen & pixel en france, on va dire. Si tu regardes ces dernières années, c’est lui qui était sur tous les albums.

Spleenter -Ouais mais t’as pas le côté un peu série B. Comme les vieilles jaquettes du fin fond de ton video club.

Allstarzz -Ou un peu comme les street films.

Teo -C’est le mauvais goût assumé. « Ouais, moi mes références c’est de la série B, c’est de la sous culture générale, je revendique à mort. »

Spleenter -De toute façon, c’est la suite de la blaxploitation, c’est ça.

Express -Voilà, c’est ça.

Spleenter -pour autant, on en reparle aujourd’hui. C’est bien la preuve que c’était pas de la merde.

Allstarzz -Dans les écoles de management, maintenant, on t’apprend Master P. On t’apprend son business.

Teo -Mais je pense pas qu’en france ils vont t’apprendre le biz d’Alpha ou Morsay dans les écoles.

Express -Si, peut-être dans 10 ans.

Spleenter – ils devraient.

Express -Parce qu’il a compris comment ça fonctionne.

Spleenter -Il arrive à vendre et il arrive à vendre son merchandising.

Allstarzz -Mais même Morsay ! Je le critique, je dis qu’il sait pas rapper, mais peut-être que dans 10ans… Personnellement, je l’ai dit, je respecte son bizness. C’est le mec qui rappe que j’aime pas. Mais peut-être , un petit qui aura 30ans dans 10ans, il va peut-être te dire : « Morsay c’est mon exemple. »

Teo -Mais ouais, parce qu’ils font du fric dans une industrie en crise. On serait aux Etats unis, les mecs seraient grave respectés.

Express -En plus, ils font les taffs que les gens veulent pas faire. Se lever, aller aux puces, c’est du taff.

Spleenter -En plus, les gars on les regardait comme des ovnis au début. Tu vois des rappeurs qui vendent leurs disques aux puces, tu te dis : « C’est des clodos… »

Allstarzz -C’est spécifique à la france, ça. Tailler un mec parce qu’il a des baskets trouées ou je sais pas quoi. C’est con, on s’en fout de ça. On fait de la musique. Le plus important ce serait la musique, normalement. On s’en fout si le mec que t’écoutes a été en prison ou autre chose.

Express -en france, c’est tout le temps comme ça. Ils veulent tout savoir.

Allstarzz -nous on est pas dans ce délire. Nous on sait ce qu’on sait, on vient de la rue, on a fait des trucs, on a vu des trucs, tu vas rien nous apprendre. On va pas en faire tout un plat. « J’ai tiré sur je sais pas qui ! » On s’en fout. On fait du bizness.

Express -C’est de la musique.

Teo – vendre de la musique en france, ça se fait pas. Parce que c’est du divertissement et si tu regardes bien, le divertissement en france, c’est un truc péjoratif.

Express -Voilà.

Teo -faut toujours qu’y ait un fond derrière. Et limite ils s’en foutent de la forme, tant qu’ils savent que t’as fait je sais pas quoi.

Allstarzz -C’est comme quand on était à l’école. Quand on te disait « Tu vas faire plombier. » Ta mère pétait un plomb ! Mais regarde les plombiers aujourd’hui. Tu peux être plombier et habiter dans un pav, avoir une belle voiture. Faut respecter.

Spleenter -Pour en revenir à la musique, le côté divertissement est mis en dessous. Alors qu’à la base, c’est fait pour ça. si tu penses cinéma français, tu t’imagines un couple de geoibours dépressifs ou alors une grosse comédie mais avec des gros beaufs partout.

Allstarzz -Avec des titres comme « Ma femme est partie. »

Teo -« Il a plu sur la colline », « Mets ton pull, il va faire froid. »

Allstarzz -Mais je pense que ça va changer. Parce qu’il y a plus de jeunes comme nous, y a de nouvelles générations. Nos enfants seront baignés dans ça.

Teo -Mais nous même. Nous on est de 86, on a 24, 25 et…

Spleenter -Non, moi je suis du 92.

Spleenter -C’était la blague.

Teo -Profitez-en, y en aura d’autres ! Amenez vos gosses la prochaine fois. Nous on est de 86, on a grandi devant des séries américaines, avec des films américains, etc…

Spleenter -Vous aussi j’imagine.

Express -Bien sûr.

Allstarzz -Déjà, on est pas loin de vous.

Spleenter -Vous avez pas grandi avec du Gerard Jugnot, on est d’accord.

Allstarzz -Si, quand même ! Attends ! Le Père Noel est une ordure !

Spleenter -Le Père Noel est une ordure ? Alors d’accord.

Allstarzz -C’est les grands classiques français.

Spleenter -Mais pas les bronzés 3 ?

Allstarzz -Le 3, je l’ai pas vu… Je pense que le jour où ça va vraiment changer c’est quand, dans la musique, ce seront des mecs comme nous qui connaissent vraiment, qui ont baigné dans le truc, qui seront aux manettes. Là ça va changer.

Spleenter -Y a beaucoup de gens qui disent ça.

Allstarzz -Je me rappelle que quand j’allais à la fnac, je voulais acheter un CD, le vendeur c’est un mec qui sortait de je sais pas où…

Teo -C’est un étudiant.

Allstarzz -Ouais, c’était un étudiant. Il écoute pas de rap du tout. C’est juste un job. Il va pas me conseiller, il connaît pas.

Spleenter -A la fnac, ça a pas changé.

Allstarzz -Si. Peut être que maintenant c’est un petit jeune et qu’il connait.

Express -Si tu vas à la fnac à Chatelet, ouais.

Teo -Mais pas partout.

Allstarzz -Et pour reprendre un truc qu’a dit Booba et qui est vrai : Comment ça se fait qu’une radio comme skyrock ait pas de DJ ?! y a pas de DJ ! Y a que Cut Killer…

Teo -C’est les émissions spés.

Spleenter -Et en plus, Cut Killer c’est le survivant. Le mec c’est un dinosaure.

Teo -À l’ancienne, ils en avaient un à eux. Un mec qui devait s’appeller DJ Skape et qui servait à rien ! C’était avant qu’ils aient les émissions spés.

Spleenter -Mais tu sais quoi ? Ça devait être le mec qui datait d’avant le rap de skyrock. Ça devait être le mec qui enchainait quand ils passaient du rock ou des trucs comme ça.

Teo -Le disque jockey !

Allstarzz -Vous avez bien vu dans le reportage. (rimes et châtiments) C’est Tabatha Cash qui a ramené le rap à skyrock.

Spleenter -Tabatha Cash et les pourcentages de Jacques Toubon. Ils devaient passer tel pourcentage de musique française, ils se sont retrouvé avec le rap.

Allstarzz -C’est ça qui nous a sauvé, un peu.

Express -Sans le rap français, pour eux, c’était mort. Fallait qu’ils trouvent un truc.

Teo -Y a aussi eu la coupe du monde 98, la récupération de la france black-blanc-beur. Parce que moi, je me souviens qu’y a eu un changement. (attention, séquence émotion) Je suis arrivé au collège, c’était « Sale espagnol, retourne dans ton pays. » D’un coup, la france gagne…

Express -On te disait ça ?

Teo -Ouais, mais j’ai grandi dans un bled d’arriérés, t’imagines même pas.

Allstarzz -Quand je vois ta tête, j’imagine pas que t’as subi de la discrimination.

Teo -Je me doute ! Mais c’était plus à cause de mon nom de famille. Il devait être chelou pour eux… Parce que c’est un nom de famille français mais hispanisé. C’est une histoire de famille, ils étaient partis vivre en Espagne, le nom a changé, ils l’ont gardé.

Spleenter -Ils ont dû tuer des gens…

Teo -Mais du coup, pour là où j’étais…

Spleenter -T’étais un métèque du coup.

Teo -mais ouais. Mon frère il s’est fait traiter de bougnoule, moi aussi. (faut préciser que dans certaines régions, « bougnoule » veut juste dire « méteque » donc sale étranger et pas spécifiquement « sale arabe ». Par contre, si quelqu’un te dit ça, c’est un fils de pute, peu importe la région, ça ça change pas) T’imagines même pas, c’était des cons.

Spleenter – ça c’était dans le nord de la france ?

Teo -C’était dans la Manche. En Normandie…

Spleenter -Comme quoi, le nord de la france…

Allstarzz -Mais les mentalités changent.

Spleenter -Je sais pas. Je pense qu’y a toujours des merdeux.

Allstarzz -Ouais, comme partout.

Teo -Donc ouais, plein la gueule en première année de collège. Et ensuite, france black blanc beur, france plurielle.

Spleenter -On est tous copains.

Allstarzz -Dans les cités, ça fait longtemps qu’on était tous copains, en fait. On a pas attendu france 98. en tout cas, nous on habite dans le 19ème, on a toujours été avec des juifs, des arabes, des blancs, etc…

Teo -Je te crois. Mais chez moi c’était des arriérés. Chez nous tu deviens un homme à 13ans quand tu violes ta première chevre. C’est le passage rituel.

Allstarzz -Alors ? C’était comment une chèvre ?

Teo -C’est soyeux.

Allstarzz -Faut essayer les poules, alors.

Teo -c’est duveteux, les poules.

Allstarzz -Ça part en zoophilie l’interview.

Express -C’est bizarre.

Spleenter -On va repartir sur du sain, on va repartir sur DSK : Alors au niveau des tatouages, ça t’est venu comment ?

Express -les tatouages c’est venu comme ça. Au début, j’en ai fait un et voilà.

Spleenter -On va faire une interview OK Podium : Quel était ton 1er tatouage ?

Express -Le premier tatouage que j’ai fait c’était ça.

Spleenter -Donc déjà « Express » ?

Express -Ouais.

Teo -Ça t’es venu comment ? C’est quoi qui t’a donné envie ? Un personnage de film ? Sportifs ?

Allstarzz -Le rap, je pense.

Express -Ouais. C’est ça.

Allstarzz -Malheureusement, en france, nos seuls idoles c’était les rappeurs. Quand t’allumais la télé, c’était pour voir un mec comme toi. C’est chaud.
(Il dit ça à Teobaldo, que ça fait golri)

Spleenter -Tu m’étonnes.

Allstarzz -Donc après, nos premières idoles c’étaient le dealeur d’en bas de la cité ou le rappeur.

Express -Mais c’est vrai qu’à l’ancienne, les tatouages c’étaient pas comme aujourd’hui.

Allstarzz -C’est des oeuvres d’art si vous regardez bien.

Express -C’est à la mode aussi, tu vois ? Y a des petits qui viennent, ils veulent faire le cou direct.

Spleenter -Après t’as aussi des Wiz Khalifa.

Allstarzz -En france, on a Swaggman.

Spleenter -Ce mec me fait de la peine. Mais de la vraie peine.

Teo -Mais vraiment.

Allstarzz -C’est son bizness, je pense.

Express -Chacun son créneau.

Spleenter -Mais apparemment, il a une belle vie.

Allstarzz -Ouais, apparemment. Mais il a pas une si belle vie que ça. Si tu veux tant que ça être connu c’est que t’as quelque chose à vendre. Il doit pas être si riche que ça. pourquoi il veut faire un album ? Pourquoi il cherche un producteur ?

Express -Tu penses qu’il est riche, toi ?

Spleenter -Ouais, je pense.

Allstarzz -Mais qu’est-ce qu’il se prendrait la tête alors ?

Spleenter -C’est pour ça que je dis qu’il me fait de la peine. Je pense que ce qu’il y a derrière c’est que : oui le mec a une vie de merde, mais pas parce qu’il est pas riche. C’est juste qu’il a une vie de merde.

Teo -Moi il me fait de la peine parce que quand tu le vois, quand tu l’entends parler, t’as vraiment l’impression que c’est le mec le plus seul au monde. Il a jamais eu d’amis…

Allstarzz -J’ai suivi son histoire, je crois qu’il a dit dans un reportage qu’il était enfant de la ddass ?!

Teo -Ouais. Je crois.

Spleenter -C’est du mytho. Il est plus jeune que moi et il est passé, en 4ans, de « je dors dehors » à « j’ai un appartement sur les Champs »…

Allstarzz -C’est le rêve américain… C’est comme le mec qui chantait au feu rouge et qui est devenu animateur radio.

Express -En france, ça existe pas ça !

Spleenter -Ça existe pas.

Allstarzz -C’est pas le rêve français.

Spleenter -Il est troué le rêve français.

Express -Il se transforme en cauchemar.

Allstarzz -Sinon, t’as vu, les tatoos c’est un mode de vie, quoi. Comme on dit tout le temps, c’est une drogue. D’abord t’en fais un.

Express -Ensuite il t’en faut un 2ème. C’est bien quand c’est un tatouage perso, quand ça a un sens.

Spleenter -Bah oui, c’est pas une décalcomanie.

Express -Y en a qui arrivent carrément chez le tatoueurs, ils savent même pas ce qu’ils veulent…
Ils regardent le truc « Ah ouais, celui là, pourquoi pas ? » Tu vois ? Après, je sais pas, chacun son truc… Mais un tatouage c’est pour la vie.

Allstarzz -Quoique maintenant, tu peux te les faire enlever au laser.

Teo -Je connaissais quelqu’un qui avait fait ça. Mais tu voyais toujours bien la trace d’une feuille de canabis sur le mollet… Même si ça avait été enlevé.

Allstarzz -Ça a été mal fait, alors. Parce que Pharrell a enlevé son bras, y a plus rien.

Spleenter -Ouais mais après, c’est Pharrell Williams aussi.

Express -Il a pas dû prendre le même truc.

Teo -C’est les lasers de la nasa qu’il peut se payer. Et la Swaggtape 2 ? Vu que la 1ère c’était retrospective, tu vas mettre quoi sur la 2e ? Que des inédits ou y a d’autres vieux sons que t’as pas remis sur la première ? Ou c’est aussi des trucs que tu poses spontanément et que tu gardes pas sur l’album ?

Express -Y aura des titres comme ça, qui seront pas sur l’album. Mais y’aura peut-être aussi 1 ou 2 en exclu qu’on retrouvera ensuite sur l’album. Et aussi des faces B.

Spleenter -Des faces B de maintenant, donc ?

Express -Ouais. Françaises ou cainris…

Spleenter Ah ? Françaises aussi ?

Express -Ouais. Sur la première j’avais repris le son de Booba, Garcimore.

Allstarzz -En fait, le truc c’est qu’il a fait tellement de morceaux dans sa carrière, que des Swaggtape ont peut bien en faire 3 ou 4 volumes.

Spleenter -Franchement, faites le. Je sais pas si vous voyez Lil B ?

Allstarzz -Ouais.

Spleenter -Le mec inonde vraiment le net avec toutes ses webtapes, en plus c’est gratos.

Allstarzz -Y en a plein qui ont commencé comme ça. Comme Wiz Khalifa. Il a pété grave cette année, mais en fait si tu regardes sa carrière, le mec a je sais pas combien de mixtapes. mais même les grosses têtes, en fait. Ils font plein de mixtapes gratuites : Rick Ross, bah Dipset, pareil…

Spleenter -Justement, tout à l’heure, on disait qu’il fallait se différencier par rapport à la france. Si tu me dis que de quoi faire des tapes, des tapes, des tapes, inondez le net ! Je te dis pas d’en lâcher 10 dans la semaine.

Allstarzz -Ouais, je sais. Mais en même temps, aussi, faut qu’on bosse sur son album. C’est ça le truc.

Spleenter -Mais si les morceaux sont déjà prêts ?

Allstarzz -Oui, je sais, mais on veut pas trop parasiter le truc en fait. Tu vois ? Sortir 5 swaggtapes et le mois d’après, sortir l’album, ça rime à rien.

Spleenter -Pas tout en même temps, mais quand même gérer un petit truc.

Express -Il faut quand même qu’il y ait du brand-new, du nouveau. Faut qu’il y ait du frais. Même si y en a sur la Swaggtape 2, faut qu’il y ait quand même du frais. Là on est plutôt sur l’album.

Allstarzz -Parce que sur son album, il peut t’enregistrer 60 morceaux et n’en garder que 15.

Spleenter -Mais je te dis pas de sortir les trucs dont t’es pas satisfait.

Allstarzz -Même ça, satisfait, ça veut rien dire. Parce que des fois y a des morceaux qu’il aime pas que moi j’adore. Ou que moi j’aime pas et que lui, il adore. Ou que toi t’aime et que moi je déteste. Faut en donner un peu à tout le monde.

Spleenter -Mais ce que je voulais dire c’est, par exemple, tu vois Seno ?

Allstarzz -Ouais, Seno. Les Samedis Bâtards, c’est ça ?

Spleenter -Ouais. Tu sais, genre un morceau par semaine. Ça va pas vous tuer.

Allstarzz -Ça on verra.

Express -Mais c’est un bon concept. On balance un son, un son, un son et à la fin on balance la Swaggtape 2. C’est un bon concept. À chaque fois, faut trouver des nouveaux trucs.

Spleenter -Sauf qu’en plus, juste avec les mecs de Cambrai, vous avez de quoi faire.

Allstarzz -Ah oui ! Y a de quoi faire ! D’ailleurs y a un petit de chez nous qui va sortir un truc, il s’appelle Rhod Star.

Teo – celui qui a posé avec Koffi et un 3ème gars sur Clubbangers ?!

Express -Voilà.

Allstarzz -J’ai animé un peu sur la mixtape, elle s’appelle « Blow Grana. » En référence au Barça. Pareil, c’est le même concept que la Swaggtape, il a pris quelques faces B, des morceaux, il en a fait une net tape gratuite. Donc là y a plein de jeunes qui arrivent derrière à Cambrai. Y a pas que nous, y a un groupe qui s’appelle CBR, y aRhod Star, etc…

Spleenter -Ils ont posé avec toi, non ?

Allstarzz -Rhodstar, oui. Sur Summer in Paris.

Teo -L’Eté à Paris, alors ? Swagg ou pas swagg ?

Express -C’est dur parfois l’Eté à Paris.

Teo -C’est la première fois que j’entends un morceau où le mec dit « c’est l’Eté à paris, c’est frais. »
D’habitude c’est plus : « Putain… »

Spleenter -« ..On se fait chier ! »

Allstarzz -C’est la capitale, quand même ! Nous, le vrai Paris, on le fréquente pas vraiment, mais le vrai Paris, tu kiffes ! Demande à un japonais si il kiffe pas le vrai Paris ?!

Express -Y a toujours un plan, en cherchant.

Spleenter -Le vrai japonais qui kiffe Paris, il a des plans que nous on a pas.

Allstarzz -C’est pas les plans, c’est qu’il y a des endroits où lui il rentre et nous on rentre pas.

Teo -mais ils ont un problème au Japon : y a une nouvelle dépression nerveuse qui existe. C’est le blues de Paris, ou je sais plus quel nom exact.

Express -Y en a qui sont déçus, tellement Paris c’était un truc de ouf dans leur tête.

Teo -C’est ça. Ils se montent trop avec ça ! Déjà t’arrives à Charles De Gaulle, t’as une caillera qui vient prendre tes sacs.

Express -Ils se font voler.

Allstarzz -Rho ! les préjugés, le blavog. Arrêtez, c’est pas bien.

Teo -Mais c’est normal. T’as un japonais qui arrive, un touriste tout content, il est tout petit. Tu veux le tester : tu fais du karate toi ?

Express -Mais imagine les à gare du Nord…

Spleenter -Mais ça c’est arrivé à Odd Future, je sais pas si vous voyez ?

Allstarzz -Euh, non.

Spleenter -Bah tu sais quoi, je vais vous montrer. Tiens, fais une pause sur le dictaphone.

Teo -T’es plus proche.

Spleenter -Ouais mais je sais pas comment marche ton truc.

(Et Spleenter leur montra une video des Odd Future en live chez Jimmy Fallon. Allstarzz et Express assimileront Odd Future à un nouveau mouvement : du hard métal rap. Ensuite on partira sur autre chose)

Spleenter -La 1ère fois que j’ai vu ta gueule, du coup, ça devait être sur le making of de Fuck Gyneco.

Express -Sur Booska P.

Spleenter -Sur Booska P, qui a disparu.

Express -Du jour au lendemain.

Allstarzz -En fait, l’histoire, c’est que cette compil « Explicit Politique » était financé par une association.

Spleenter -Ah d’accord ?! Parce que ce que nous disait Koffi c’est que ça avait pas pu passer, déjà parce que des émissions spés étaient tenues par des anciens du Secteur Ä. Donc même si eux disaent ouvertement : « Doc Gyneco à déconné » ils passaient pas le son.

Allstarzz -Je peux pas te confirmer ça, vraiment. Ce que je sais c’est qu’à la base cette compil a été faite par une associativement, donc à la base c’était vraiment un truc accès sur la politique. Nous on était vraiment le morceau ovni de la compile.

Spleenter -Mais vous étiez le premier clip. Vous êtes pas le seul, y en a peut-être eu d’autres mais personne les a calculé.

Allstarzz -Mais à la base, je sais pas si tu l’as eu dans les mains, mais le morceau est caché.

Spleenter -Ouais, c’est après la dernière piste.

Teo -Après XPlosif Click.

Allstarzz -Donc à mon avis, les mecs ont pas voulu se brouiller avec l’association. Moi, je pense que la raison c’était plus ça : Comme c’était une association qui avait financé le projet, ça le faisait pas pour eux d’avoir un morceau « on fuck Doc Gyneco ! » c’était pas ça le concept de la compil.

Spleenter -Ouais, mais n’empêche qu’ils ont quand même choisi de le mettre en avant.

Allstarzz -Non, même pas.

Spleenter -Mais alors, Booska P sont venus comment ?

Allstarzz -Le morceau a pris une ampleur, même eux s’attendait pas à ça. La compil a vendu grâce à ce morceau déjà, à la base. C’est ce morceau qui a fait connaître cette compil.

Express -Ils savaient même pas ce que ça allaient donner quand on a fait le morceau. Après, ils ont kiffé. Quand ils ont kiffé, on s’est dit qu’on allait faire le clip. On l’a fait entre nous le clip.

Allstarzz -Voilà. Le morceau commençait à prendre du buzz, du buzz… À un moment, tu peux plus arrêter la machine. C’était lancé. Donc ils avaient plus le choix, en fait. Et le clip en a remis une couche. Et le clip c’est retrouvé dans Menace sur la planète rap 2, dans le DVD. Parce que ça avait fait un buzz.

Express -Y a même des mecs qui me reconnaissaient. Mais après, Booska P ont enlevé la video.

Allstarzz -Parce que l’équipe de Booska P était sur le tournage. Ils sont venus sur le clip, mais y a quand même une question d’oseille. Booska P c’est pas gratuit.

Spleenter -Vous avez payé pour ce truc ?

Allstarzz -Non, on a pas payé !!… Mais à un moment, si tu payes pas, tu vas pas rester un mois !

Spleenter -Même à l’époque ? Parce qu’à l’époque ils en étaient pas là où ils en sont maintenant.

Express -Tu payais quand tu voulais être sur la page. Mais c’était pas reuch’. À l’époque c’est vrai que t’allais les voir et tu leur demandais juste.

Spleenter -Attends. C’était pas reuch ? C’était combien ?

Express -Je sais plus. On m’avait parlé de 200€, 300€. C’était pour la bannière, tu sais.

Spleenter -Ça a bien changé…

Express -Bah oui !

Spleenter -Les trucs que les rappeurs disent aujourd’hui c’est plus proche de1 500 d’abord, 1 500 après… Je crois que c’était ça, ce que disait Sazamyzy.

Teo -Je me souviens d’un truc comme 30 000…

Spleenter -Bah non, ça fait 3 000.

Teo -Ouais, je me souvenais que c’était avec un 3 et que c’était beaucoup… (les Espagnols et l’économie résumé en une seule phrase)

Express -Sur Booska P, si t’y vas, maintenant, y a du foot, y a du je sais pas quoi…

Ça a changé Booska P…

Teo -Tu comptes l’axer comment, ta promo ? T’as zikaload déjà et quoi d’autre, sinon ?

Express -C’est surtout internet, pour ça, tu vois ? Et on va essayer de se déplacer, d’aller en province, de faire des trucs qu’on a pas trop fait encore. On l’a fait mais pas beaucoup…

Teo -Des showcases ? Des concerts ?

Express -Ouais. Parce qu’on a des petits contacts aussi, on peut le faire. Mais voilà… C’est de l’organisation. On en a déjà fait un peu. C’est pas le truc numéro 1, parfois la vie appelle d’autres priorités, mais on fait avec…

Spleenter -Et c’est quoi ton rapport à la scène ? Tu kiffes ? Parce qu’y a des mecs qui sont plus studios, d’autres plus concert…

Express -La scène, franchement, c’est bien. Moi je kiffe. C’est pas de la rigolade, tu vois ?
Je pense que la scène, c’est un truc à maitriser, à bosser.

Spleenter -Ouais, tu vas pas juste te ramener et rapper ?

Express -Non, ça c’est pas intéressant. Ça veut dire que si je retourne sur scène, à cette heure ci, ce sera pour faire des trucs que j’ai pas fait avant. Des trucs carrés et bien.

Allstarzz -Donner quelque chose au public. On va pas venir se foutre de la gueule des gens.

Spleenter -Toi, t’as déjà fait de la scène ?

Allstarzz -Oui, oui. Ça m’est déjà arrivé. Pas avec Express mais peut être par la suite. On verra. De toute façon, vu comment c’est la musique maintenant, t’es obligé de faire de la scène. C’est ça qui va te permettre de vendre ta musique. Donc on va essayer d’avoir quelques plans, c’est prévu de toute façon.

Spleenter -Et tu te sens à l’aise sur scène ?

Allstarzz -Ouais ! Tu sais, quand on est artiste…

Spleenter -T’es pas forcément en mode DJ : Un mec qui gueule dans son micro tout le temps ou t’as rodé la scène ?

Allstarzz -les 2, les 2 ! Je l’accompagne, on voit ça au feeling. Ça se prépare, comme il dit.

Express -Il a pas vraiment d’étiquette mais il est là.

Allstarzz -Moi, je suis un peu touche à tout.

Express -Il est devant, derrière, il est partout.

Spleenter -Hin hin hin ! Non, on rigole parce que ça fait très porno…

Teo -Ouais, c’était un peu ambigu, vite fait.

Spleenter -Tu feras un montage.

Allstarzz -Ça c’est vos histoires. On vous a déjà dit, on est pas homophobes mais voilà…

Express -Tu vois le film very bad trip ? Le 2 ?

Spleenter -Ah le 2 ?! Tu l’as vu ?

Express -Ouais. Je viens de le téma, j’ai golri. Tu vois le mec qui a un tatouage ?

Allstarzz -Ouais.

Express -La tête de oim, il lui arrive des trucs…

Allstarzz -Mais me raconte pas, je vais le voir.

Spleenter -Il faut pas lui dire.

Express -Mais c’est des trucs de ouf ce qui lui arrive ! J’ai golri !

Spleenter -Tiens bah d’ailleurs ! Des références en films ?

Express -Y a pas de style particulier, j’aime un peu tout. Déjà, comme je suis Antillais, y a « Rue case nègres. » Je suis obligé de te dire ce film. Un Antillais qu’a pas vu ce film, je comprends pas…

Allstarzz -D’ailleurs il est repassé y a quelques jours sur France Ô.

Express -Ouais, je sais. Quand je regarde ce film, c’est un truc de ouf. Je pense à ma grand mère, je pense à la vraie Martinique. Tu vois, c’est un bète de film ! En plus il est réaliste, un truc de ouf ! Sinon, j’aime de tout : Les films cainris, les séries, etc…

Spleenter -Et si tu devais faire, on va dire, un top 5 ? Or Rue case negres.

Express -Or Rue case negres ? Bah je suis obligé de te mettre les DeNiro et compagnie. C’est surtout des films comme ça.

Spleenter -On va faire le test : est-ce que je suis encore une fois le seul à avoir vu « Il était une fois en Amérique » ?

Express -Non. Je l’ai vu, moi, celui là.

Spleenter -Voilà ! Comme quoi ça existe !!…

Allstarzz -Bah vous êtes 2 à l’avoir vu, alors.

Teo -Bravo.

Express -Non mais c’est un bête de film.

Allstarzz -C’est avec qui ça ?

Spleenter -C’est avec De Niro, Joe Pesci, déjà. C’est l’ancêtre de tout !

Allstarzz -Ah mais moi je suis plus « J’ai oublié les clefs de ma bagnole », des trucs comme ça.

Teo -« Les clefs de bagnole » ? Le truc de Laurent Baffie ? C’était bien con, ça.

Allstarzz -Ou « Viens chez moi, j’habite chez une copine. »

Spleenter -J’ai cru que t’allais sortir du « Menace (II society). »

Allstarzz -Non, mais non ! Ça c’est de la rigolade ! Les vrais films c’est avec Pierre Richard.

Spleenter -Ah ouais ?! Donc t’es vraiment à l’ancienne, toi ?

Allstarzz -Je suis un mec à l’ancienne, comme Jean Gab’1. Non, je rigole, j’aime bien ce genre de film là mais « Menace » c’est un classique. « Boys n the hood », « Set it off » le Prix à payer en français, y a quoi d’autre encore ?… Je suis pas trop cinéphile, à la base. Moi, c’est plutôt la musique. Je suis un malade de la musique !

Spleenter -Et là, par exemple, vu que vous êtes plutôt West, vous le sentez comment le Detox. Ça fait un bon moment que c’est repoussé, repoussé, repoussé, repoussé… Y’a eu un 1er single qui puait la merde !

Allstarzz -Ah ouais ?! Kush !? T’as pas aimé, toi ?

Spleenter -Je te parle pas de Kush, je te parle de l’autre.

Allstarzz -Ah l’autre ? J’aime pas, mais le clip est magnifique.

Spleenter -ouais, le clip, esthétiquement.

Allstarzz -I need a doctor, c’est ça ?

Express -On attend un peu beaucoup, aussi. Y aura forcément de la déception !!…

Allstarzz -c’est le Docteur, hein ? T’es obligé de l’attendre ! J’espère qu’il nous sortira vraiment un truc de ouf.

Spleenter -J’espère.

Allstarzz -Ca va faire comme le syndrome de Paris, le syndrome de Detox.

Express -On verra, de toute façon. Y’aura sûrement 1 ou 2 pépites.

Allstarzz -C’est Dr Dre, quand même !

Express -Il a sa touche.

Allstarzz -Ouais. Mais mon rêve, ce serait un Chronic comme le premier.

Express -Y aura pas de Up in smoke numéro 2 et tout ça.

Allstarzz -C’est fini, ça.

Spleenter -Je suis dégouté de l’avoir loupé. Enfin, loupé… être limité à la vidéo quoi.

Allstarzz -Ça c’est un concert que j’aurais fait. Ça et un concert de Michael Jackson.

Express -Ou Tupac, mon frère !

Allstarzz -Non, même pas Tupac. Je sais pas pourquoi… Moi c’est vraiment ça et Michael Jackson ! Et faire aussi, un jour, un summer jam.

Spleenter -En tant que quoi ? En tant que DJ ou…

Allstarzz -Non ! Spectateur !

Spleenter -Et par rapport à la mort de Nate Dogg ?

Allstarzz -Quand il est mort, on découvre que le mec c’était une balle alors qu’on le savait déjà. C’est la vie, hein ?! Qu’est-ce que tu veux que je te dise ?

Express -C’est la fin d’une époque.

Allstarzz -Il aura laissé des classiques derrière lui. Qu’est-ce que tu veux que je te dises sur sa mort ? Qu’il repose en paix.

Express -Ouais, voilà. C’est fini. C’est comme ça…

Spleenter -Parce que sur « Kush » y a un mec avec la même voix.

Allstarzz -Y a ce fameux débat !

Express -On dirait Nate Dogg.

Spleenter -C’est un mec qui lui ressemble. Apparemment qui tente de lui ressembler mais dans les crédits, t’as pas Nate Dogg.

Allstarzz -Voilà ! C’est un débat que j’avais avec Express et autre gars. Je leur dis « Je pense pas que c’est Nate Dogg… »

Spleenter -Non, c’est pas Nate Dogg. C’est un mec qui est entre Timbaland et Nate Dogg niveau voix.

Express -On dirait, pourtant…

Allstarzz -J’avais même pensé qu’ils avaient samplé, carrément, la voix.

Spleenter -Non, non.

Allstarzz -Mais c’est vrai, ça y ressemble beaucoup.

Spleenter -Tout est fait pour !

Allstarzz -Tu l’as le vrai single, avec les crédits ?
(Spleenter ne comprendra jamais que cette question est pour lui)
C’est ça maintenant, avec les MP3, tu peux plus voir les crédits…

Spleenter -En même temps, je crois qu’en france, personne n’a ce crédit là.

Allstarzz -J’avoue. De toute façon, il est même pas sorti en single, en vrai ?

Spleenter -Dre a dit que ce sera même pas sur l’album. Mais tu sais, si le mec avait eu que des retours : « Ouais, c’est de la tuerie ! » il aurait fait : « Ouais, c’est sur l’album, t’inquiète ! »

Allstarzz -La basse sur Snoop est magnifique. Comme d’hab.

Express -Ouais mais y a Akon aussi. Akon, il nique un peu le délire.

Allstarzz -C’est ça qui refroidit les puristes. Mais pourquoi Akon ? Normalement c’était Nate Dogg !
Mais bon… Le mec, ça faisait 2ans qu’il était à l’hopital.

Express -Et faut s’adapter. Même Dre taffe avec des nouveaux.

Allstarzz -Ouais mais j’ai entendu plein de puristes dire ça. L’autre fois je voyais une interview de Fabrice Eboue : « Alors ? Qu’est-ce que t’en penses ?
-Franchement, il est chanmé ! Mais je vais faire le vieux mec. J’aurais préféré qu’y ait Nate Dogg, dessus. »
Mais c’est plus les anciens qui disent ça.

Spleenter – Franchement, même pas. Parce que t’as juste à écouter le Chronic de 2001, forcément Nate Dogg va te manquer.

Express -C’est sûr.

Spleenter -Et puis si t’écoutes ce qui vient après Kush, c’est encore pire.

Allstarzz -Le morceau « I need a doctor » j’aime pas. Mais le clip, je le trouve trop magnifique ! Des images à l’ancienne et tout !!… Franchement, il est beau le clip.

Express -Ouais mais les gens attendent pas des morceaux comme ça venant de Dre, tu vois ?

Allstarzz -Il va pas te faire du Chronic 1 toute sa vie, aussi… Faut évoluer avec le temps.

Spleenter -Ouais mais même quand tu prends ses dernières meilleurs prods.

Allstarzz -C’est à dire ?

Spleenter -Tu prends à partir de « In da club. »

Allstarzz -Mais y a aussi des trucs pas sortis. Il était en studio avec Dipset.

Spleenter -Ouais, j’ai vu les photos.

Allstarzz -Je sais pas ce qu’il leur avait préparé, mais Jimmy avait l’air sur un nuage ! Faut attendre. Mais dans les dernières prods qu’il a faite : Kush !

Spleenter -OK pour Kush. C’était sa toute dernière, mais si tu remontes avant ?

Allstarzz -Il en a posé dans le dernier album de Game. Mais ça remonte à quand ?

Express -C’était sur le premier. Avec Fifty aussi.

Spleenter -Après, il était plus avec lui. C’était du Scott Storsh.

Allstarzz -Ouais mais Scott Storsh, c’est Dre en vrai.

Spleenter -C’est lui qui a fait le piano dans Still. Donc ouais.

(Ensuite, une chaussette fait son irruption dans la conversation)

3 Commentaires

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)