Archives de Tag: Mauvais Oeil

Salut l’artiste (3)

Apparemment Brams est mort.
Alors bon. C’est le cœur lourd et les couilles vides que nous sommes dans l’obligation de rédiger cet hommage.
Au début ça a fait comme les cons pour DSK : on y croit pas. Brams mort ? mais pourquoi faire ? dans quel but ? Les rappeurs morts ils sortent au minimum un solo juste avant, histoire de. Mais lui il avait pas le temps pour ça, il était déjà ailleurs. Une chose est sûre, il ne méritait pas ça. Pas lui. On évitera donc les vannes à chier du style « il a dû voir le dernier clip de Zoxea et il l’a pas supporté », c’est de mauvais goût. Je suis comme Crimson Bolt dans le film Super quand il dit « come on Boltie wake up » à sa coéquipière et qui la retourne et qui voit un bout de cervelle manquant. D’ailleurs vous allez écouter la musique de cette scène tout en lisant cet article, ça me semble approprié. Moi ça me fait penser à une montée au paradis, c’est un peu triste et beau en même temps. Donc voilà.

Brams c’était le 3e membre du 92i avec Mala et Booba, également le 3e membre de la Malekal Morte quand ça existait encore avec Mala et Issaka. Brams on l’a découvert dans le Beat 2 Boul, avec notamment le morceau catch à l’arrière.
Il se distinguait de ses autres compères en ayant une voix somme toute assez normale, voire très discrète. On était encore très proche du post-adolescent encore prépubère. Du coup c’était très complémentaire au milieu de l’ogre Mala et du boucher Issaka.
La première fois que je l’ai vu ça devait être dans le concert de Lunatic à L’Elysée Montmartre, y’a 10 piges maintenant, pour le morceau 92i. Il était là avec son sweat capuche et son éternel bonnet, à rapper son couplet sans grande conviction, encore très timide. Une sorte de Sir Doum’s mal réveillé, on savait pas trop qui c’était ni ce qu’il foutait là, lui-même semblait se le demander aussi. Suite à la non-réaction totale du public il s’est donc mis de profil et rappait face à Mala, voire limite dos à la foule par moments. Il est comme ça, Brams, il se prend pas la tête. Des années plus tard, c’est avec la même spontanéité salutaire qu’il hurlera au micro « sisi, bande de chiens » ou encore « bande de fils de pute » au stade de France après le bouteilledejackgate de Booba. C’était d’ailleurs limite le seul à continuer d’ambiancer au micro dans ces circonstances, sans doute qu’il trouvait déjà ça très drôle sur le moment, pendant que Fred suppliait au micro également mais en coulisses « calmez-vous s’il vous plaît ne donnez pas une mauvaise image du rap et du rnb ». Et ça c’est du lourd.
Entre temps ? pas grand-chose, et c’est d’ailleurs bien dommage, on avait fini par l’aimer ce ptit gars du 92100. Avec son style totalement je m’en foutiste et ses phases sorties de nulle part mais qui cognent quand tu t’y attends absolument pas (« ce que tu nous caches est rectal« , fallait quand même la sortir celle-là mon con). C’était un peu le pote avec qui tu traînes pas trop mais quand tu le fais tu te dis ah ouais en fait il est intéressant ce type, et après tu te remets à pas trop traîner avec lui. Et puis un jour il clamse et tu t’aperçois que t’as loupé pas mal de trucs. Bien sûr que y’avait meilleur que lui, plus technique, mieux écrit, etc. Mais comme ce fameux pote, il avait « son truc ». On s’est jamais penché dessus, et maintenant c’est trop tard et on se retrouve comme des cons. Avec un seul couplet, il faisait le tour de la terre. Et sûrement qu’il détournait des groupies de Booba avec passion aux 4 coins du monde en tournée. Ça mérite amplement le respect. Sans compter qu’il s’adaptait à tous les changements de Booba niveau flow et instru, alors qu’on sait très bien qu’il ne l’avait pas choisi lui-même. Pourtant dans 92 izi il pose comme s’il avait fait du son orienté south toute sa vie. Allez comprendre. L’album d’après, on lui impose l’autotune, et le miracle se reproduit. Couplet lunaire tout en nonchalance là où d’autres se cassent la gueule lamentablement.

Pour se faire une vraie idée de qui était vraiment ce garçon, le plus simple est sans doute de mater le dvd de Ouest Side, où il figurera dans le clip Boulbi, dans un polo unkut qui lui a valu le doux surnom de sexy chocolat par mala sur le tournage. Et cette merveilleuse blague pas piquée des hannetons pendant le second jour de shooting :
« – vous avez bien gardé les mêmes habits qu’hier ?
Brams – ouais, sauf le slip ! »

Adieu Brams, tu nous auras fait marrer, kiffer, et même supporter Djé, ce que Booba peine à faire la plupart du temps. Même en chien on ne le tenait pas en laisse. Un sacerdoce qui l’a guidé toute sa vie.
A la question de l’inénarrable tonton marcel « alors brams la famille un peu tu prépares un projet solo dans le hiphop« , le mc du Pont de Sèvres répondra simplement « moi comme je dis toujours, je prépare un album, mais c’est un album photo, toujours beau gosse tu vois« . avec le sourire. Fidèle à lui-même. Je pense que ça résume bien le personnage.

Pour citer les dédicaces du livret de Dany Dan :
« Je dédie cet album à (…) Brams (Le vrai roi de Boulogne) »
Brams à l’époque ou la scène boulonnaise était encore à peu près unie était donc le mec marrant du groupe qui sortait de la vanne punchlinesque à gogo. Inventeur selon Dany Dan de l’expression « je voyage en BMW » pour Bus Métro Walkman. Donc là tu sais qu’on a perdu un grand homme qui ne sera jamais remplacé.
On ne dira pas mais merde pourquoi il est mort, on attendait un solo, un son tout seul au moins un truc bordel de merde, même si on le pense. Car pour citer une ligne de Tyler The Creator de Odd Future
« See they’re missing the new album, I’m missing my only friend« .
parce que ouais. c’est quand même vrai.
Son couplet sur Izi life avec l’instru planante prend une toute autre ampleur à présent.
This ain’t a rap song, this is my life
RIP au roi.
Et balance ta maaaaaille, ton spliff ou ton verre de skyyyyyyyy au paradis. Là haut aussi, on lui souhaite de contrôler la zone.

Brams anthologie (tous les sons ou il était là quoi).
et ça c’est une autre bande-son de montée au paradis, vu que tu dois avoir fini d’écouter la première si tu lis lentement.

17 Commentaires

Classé dans hommage, sliphop

Sylar 3


Kennedy continue de vampiriser les flows de ses collègues rappeurs. Après son succès face à Busta Flex, il en conclut que les rappeurs des générations précédentes sont plus facile à convaincre de lui donner leur flow.
Ken -Tu en as fait quoi de ton ancien flow, gros ? Non parce que tu pourrais me le donner. C’est pour ma collec.
Kohndo -Je l’ai jeté il y a longtemps ce flow, je ne m’en servirai plus. Plus jamais. Je suis au dessus de ça maintenant.
Ken -Quoi ?! Truc de ouf ! Mais il fallait me le donner. Tu l’as mis dans quelle poubelle ? Normale ou recyclable ?
Kohndo -Pourquoi ? Tu veux t’en servir ?
Ken -Absolument pas. Je suis au dessus de ça. C’est juste pour l’avoir. On peut avoir tous les flow gros et ne pas s’en servir EN MÊME TEMPS !
Kohndo -C’est débile…
Ken -Oui mais on peut . YES WE CAN !

Voilà, les vieux, c’est son terrain, il va donc à l’hospice des rappeurs.
Ken -Dis donc, tu te sers plus du tout de ton flow, non ?
Kool Shen -Je l’ai perdu, je sais plus où…
Ken -Comment ? Mais où et quand ?
Kool Shen -Bah ça devait être entre hier et y a 10ans…
Ken -Mais comment tu fais pour vendre des albums sans flow ?
Kool Shen -Bah ça faut le demander au public français, ça a pas l’air de le gêner plus que ça…
Suite à ça Kennedy arpente l’hospice des retraités du rap mais la plupart sont dans le même cas que Kool Shen. Il esquive les remontrances de Akhenaton et Sh’urik’N qui le traitent d’esclave. Il croise Freeman qui boude seul dans son coin parce que les autres lui ont volé sa prostate…

Kennedy est content, Booba l’a rappelé. Il espère que grâce à tous les nouveaux flows qu’il a acquis, Booba l’aimera enfin. Mais stupeur quand il arrive en studio : Booba parle à un autre jeune rappeur qui monte. Seth Gueko est son blase, ma couillasse !
Seth -Les taffs de la SNCF ont rendu mon pote Hassan zahef ! Zblax !
Booba -Pas mal.
Seth -Je suis trop technique, ma couillasse. Nom di Diou ! Le secret c’est d’avoir la fin des phrases qui se ressemblent et de reprendre la même intonation à chaque fois.
Booba -Mais c’est pas handicapant de faire tout le temps ça par rapport à l’énergie et au groove de ton flow ?
Seth -Le groove ? Kécéxa ?
Booba -C’est de l’américain.
Seth -Le rap américain la chatte à son père ! On est en France ici !
Booba -Tu veux dire par là que le public français ne sait pas reconnaitre un rappeur qui a du flow ou pas et que par conséquent c’est pas la peine de se casser le cul ?
Seth -Euh… Ouais ! Je veux dire ça ouais ! Parfaitement ! Zdedededex !! Et le mieux, c’est si t’as deux phases qui se ressemblent totalement à la fin comme « La cambouis, c’est mon déodorant. Je conduis une Mondeo d’Oran.. »
Booba -Ah ouais, pas mal. Mais ça ne te dérange pas que la plupart du temps il n’y ait aucun sens ? Cette mise en avant de la forme ne se fait elle pas au détriment du fond ? Izi ?
Seth -… Sblax ? Quoi ? C’est encore des mots américains ça, non ?
Booba -Tu veux dire que comme pour le flow, le public français ne sait pas reconnaitre de bonnes phases de mauvaises phases ? Et que par conséquent autant ne pas se casser le cul ? Pas con…
Seth -Ouais ! Je suis trop malin ma couillasse ! Je suis le roi de la nitroglycérine. Zdédédédex !
Booba -Et en plus t’es comme moi. Ton dernier album a pas vendu autant que ce qu’on pensait. Et ça c’est bien la preuve que t’es un bon. Donc tu dois avoir raison.

Ces mots sont en trop, Kennedy qui en était resté coi ne peut plus se contenir (rester coi, ça veut dire avoir le cul troué).
Ken -Hey !! Truc de ouf ! Moi aussi j’ai pas vendu beaucoup et j’ai jamais eu droit à de tels compliments EN MÊME TEMPS !
Booba -Toi c’est pas pareil. Toi c’est… Toi tu… Mais t’es qui wesh ?
Ken -Mais ! Nique sa mère gros ! C’est moi le 94 ! Kennedy ! JE SUIS KEN !!
Booba -Izi… Ok, mais ça explique pas ce que tu fous là.
Ken -C’est toi qui m’a demandé de venir le 7.
Booba -Ah bah on se revoit le 7 alors, salut et à la revoyure… Qui que tu sois.
Ken -Mais !Truc de ouf ! On est le 7 ! C’EST C’WEEK END !!

B2O est perdu, il consulte donc son homme de main.
Booba -Brams !
Brams -Izi.
Booba -C’est qui lui au départ ?
Brams -C’est Kennedy, tu l’as invité sur Ouest Side et Autopsie vol. 2.
Booba -Ahahah ! Le con.
Brams -Et là tu l’as invité pour le volume 3.
Booba -… Le con…
Ken -Mais, si tu m’as invité c’est bien que tu me trouves fort, non ?
Booba -Je sais plus… J’ai invité des noms que je voyais régulièrement dans la presse spé ces derniers temps…
Dosseh -45 ! 45 !!
Booba -Putain c’est qui lui ? Et pourquoi il gueule 45 comme ça ?
Brams -C’est Dosseh. Et il vient du 45, c’est son département.
Booba -Y a un département 45 ? Et en plus y a des rappeurs dedans ? et sa tête me dit quelque chose en plus…
Brams -C’est le frère de Pit Baccardi je crois
Booba -Quoi ? Mais merde ! Putain les mecs, c’est pas sérieux là ?!

Kennedy a désormais un rival et son blase est Seth Gueko.

Booba – double poney http://www.youtube.com/watch?v=3bwJKKB3Rio

3 Commentaires

Classé dans Le Sylar du rap Français, sliphop

Les origines du mal(entendu)

Voyez cet interview de Rohff pour street live : http://www.streetlive.fr/html/videos/video.php5?id_vid=770

Un autre lien ici des fois que ça galèrerai avec le premier (je ne vois pas pourquoi je dis ça) :

http://zik-news.blogspot.com/2008/12/rohff-interview-street-live-part2.html

Rohff, en bon météorologue qu’il est, vous explique les origines du froid entre lui et Booba. Remontant en 2001, présentant l’Ourson comme étant un illustre inconnu à l’époque, puisqu’il ne venait QUE de sorti « Mauvais oeil » avec Lunatic. Album qui était devenu disque d’or un an auparavant en totale indépendance… Rohff ne devait pas être au courant et ça expliquerait bien des choses. Faisons un petit tour dans (jingle) « le passé ! »

Rohff est au sport à Vitry, il a convenu avec Booba qu’ils enregistreraient un morceau en commun ce jour ci. Booba allant jusqu’à proposer à Rohff de venir le chercher lui même après le sport. Dans les vestiaires, Rohff et ses camarades se changent après la douche.

Un gars :-Hey tu viens avec nous Housni, on va manger un kebab à Balzac.

Rohff :-Non. je peux pas là je vais en studio enregistrer.

Le gars :-Et toi Ikbal ?

Ikbal :-Ben non, j’ai loué la VHS du Cinquième élément et je l’ai vu que trois fois aujourd’hui (Dans le passé, le Cinquième élément était un film récent et on avait pas les DVD).

Un autre gars :-Mais ça sert à rien, Hous’. Tu feras jamais de sous avec ton rap, là. Viens avec nous.

Rohff :-Non, je vous jure, en plus j’ai rendez vous avec un autre rappeur pour faire un son, un mec qui s’appelle Booba.

Les gars :-Booba ?! Sérieux ?! Booba des Lunatic ?!

Rohff :-?! Vous le connaissez ?

Les autres :-Mais t’es malade ou quoi ?! Bien sûr qu’on connaît. t’as pas écouté ‘Mauvais oeil’ ?

Rohff :-Si, je l’ai même acheté. C’est sympa ce petit album. mais c’est trop hardcore, ça marchera pas ça dans les bacs. Faut faire des sons avec des filles au refrain. D’ailleurs là j’ai des morceaux sur mon futur album, c’est moi qu’ai trouvé l’air du refrain en plus et ça j’en suis fier.

Un des gars :-Non, attends, reviens en arrière. Tu dis que ça marchera pas dans les bacs, Lunatic ?! Mais les mecs ont fait disque d’or là, déjà, ça y est !

Rohff :-… Quoi ?

Le gars :-Et en total indé. Un vrai braco. Il a pas demandé trop cher, ton Booba là ?

Rohff :-Bah je sais pas… On en a pas encore parlé…

Le gars :-Tu vas raquer Hous’ !

Rohff :-Vous êtes sûr que ça a si bien marché que ça pour eux ?

C’est à ce moment que retentit un klaxon à l’extérieur. Rohff et ses potes sortent du gymnase et aperçoivent une BMW noire flambante neuve, rutilante, avec vitres teintées. Booba en sort la tête et demande si Rohff est là. les autres désignent Housni qui était en train de prier pour que ce ne fût pas lui, ce fameux Booba. Mais le temps de chahed et voilà la voiture de King Kong… Rohff monte dans le véhicule, forcé d’admettre que les choses avaient l’air de rouler pour Booba, à l’image de sa caisse.

Rohff :-On a pas encore parlé des tarifs pour le feat.

Booba :-T’inquiète, on verra ça plus tard, pépère à tête reposée.

Rohff :-Ah… Ouais… Elle est sympa ta voiture là, vite fait.

Booba :-Ouais, je prévois d’en acheter une mieux d’ici quelques albums.

En entendant ça, Rohff su qu’il était dans la merde, il avait déjà claqué une bonne partie de son budget que lui avait avancé Hostile et à l‘époque il n‘était pas encore un gros vendeur. Et il ne savait pas combien allait demander Booba et le 45 Scientific. Au volant de sa tire, B2O était très content allant même jusqu’à dire « C’est cool. les keufs ne m’arrêtent pas ils sont aimables, aucun contrôle du véhicule, quand je roule dans un BM cab. D’habitude il cherche un gramme, deux grammes, ou bien un flash. Aujourd’hui c’est tranquille, negro, alors je m’arrache. » ROH2F aurait bien voulu que les keufs les arrêtent. mais oui ! C’est ça ! Une idée germa alors dans sa tête : tout faire pour que Booba ne veuille plus faire le son avec lui.

Rohff :-je vais monter le son, j’aime bien cette chanson (en fait c’était les pubs, mais il avait besoin d’une excuse pour tripatouiller la radio)Tiens, j’ai pété ton autoradio ! C’est trop con ! J’imagine que maintenant tu ne vas plus vouloir faire le feat, je te comprendrais….

Booba :-Pas grave, en fait j’en ai un mieux dans le coffre. Un model qui fait lecteur CD, parce que les cassettes ça va bien 5 minutes. Je l’ai acheté en venant et j’ai pas encore eu le temps de le poser. Une chance.

(Dans le passé, les lecteurs CD pour voiture n’était pas monnaie courante)

Rohff :-…Ah ! Là ! Vas y prends à gauche ça ira plus vite. Oh merde c’était un sens unique, je me suis trompé…. Zut alors, voilà un flic… Tu vas casquer pour l’amande… Je comprendrais que tu sois énervé et que tu ne veuilles plus faire le feat avec moi.

Booba :-Ça arrive… (il baisse sa vitre pour parler au policier. En ce temps là les keufs ne le reconnaissaient pas, ils l‘arrêtaient, c‘était pas de la balle).

Sergent Pepper :-Vous n’avez pas vu le panneau ?

Booba :-Je suis pas d’ici moi, m’sieur.

Sergent Pepper :-Et chez vous c’est pas le même code de la route c’est ça.

Rohff :-Chez nous c’est le code de l’honneur !

Booba :-Attends Housni, je gère.

Rohff :-Ouais gros ! C’est toi qui sait gérer avec la police de la route, après tout c’est toi qui est allé en taule pour une histoire de taxi.

Sergent Pepper :-Vous êtes un ancien détenu, monsieur ? Vous avez de la drogue ou une arme sur vous ?

Rohff :-Bah tu vois, toi qui disait que les keufs te fouillaient toujours pour savoir si t’avais un gramme ou deux sur toi…

Sergent Pepper :-Sortez du véhicule monsieur. Je vais devoir vous faire une fouille complète.

Booba :-Je peux pas baisser mon froc, y en a qu’aime ça.

Sergent Pepper :-C’est la loi. This is the law.

Booba :-Y a qu’un canon scié dans mon caleçon….

Sergent Pepper :-En plus vous avez une arme à feu ?!

Après une fouille complète, Booba remontera dans son véhicule en boitant. Puis redémarrera la voiture.

Rohff :-Désolé gros. j’ai du mal avec les shtars, ces bâtards. J’aime pas qu’on me parle mal. Je veux pas me soumettre à l’esclavage moderne de l’État ! C’est tout ma faute. Si tu ne veux plus faire le feat, je comprendrai…

Booba :-Nan je comprends, moi non plus je les aime pas. J’ai mis des lames de rasoirs dans son écharpe à ce bâtard.

Rohff :-Bah ouais gros, mais la fouille tout ça…

Booba :-Tu sais, en taule y a pire.

Rohff :-Beurk ! J’espère que j’irai jamais.

Le voyage continue, Rohff indique de nouveau un ‘raccourci’ à son invité.

Rohff :-Ah zut, on a pris à droite, on aurait pas du, décidément alors. maintenant ta voiture se trouve au fond d’un lac… ça m’étonnerait que tu veuilles encore faire le feat mais je te pose la question à tout hasard….

Booba :-Bah écoute c’est pas grave, je demanderai une plus grosse somme à ta maison de disques, ça plus l’assurance ça couvrira les frais.

Nos deux héros, ah bah non… pas de héros. Nos deux gars finirent donc le chemin à pied, Booba boitant toujours à cause du Sergent Pepper. Les jeunes les voyants passer se mirent aussitôt à boiter eux aussi parce que si Booba le faisait c’est forcément que c’est cool (Tu te souviens quand on marchait tous comme ça plus jeune ? Oui ça vient de là.).

Arrivé au studio Rohff passe vite des coups de fil à tous ses amis de la Mafia K1 Fry mais peu étaient libres dans la minute (bah oui, il l‘a pas fait avant parce qu‘à l‘époque on avait pas tous des portables).

Rohff :-Bon bah voilà, Booba, Rim’K a insisté pour faire le son avec nous. Tu ne feras plus qu’un tiers du son plutôt que la moitié des couplets comme convenu au départ. Donc tu seras payé moins.

Rim’K :-Attends Hous’, c’est toi qui vient de m’ap…

Rohff :-Bon allez ! On y va ! Il nous reste pas énormément de temps. on en a perdu pas mal à cause de tous ces détours à la con qu’on a fait. En plus j’ai promis à mon petit frère de regarder le Cinquième élément avec lui au moins une fois dans la journée.

Finalement ils enregistrent le son. Rohff tentera une ultime tactique.

Rohff :-Booba, t’es Musulman ? T’es très croyant ? Pratiquant ?

Booba :-Non pas vraiment.

Rohff :-Alors au refrain je vais dire ‘C’est pour ceux qui se torche avec la main gauche et de l’eau’ c’est un truc de chez nous. Tu n’y vois pas d’inconvénient ?

Booba :-Non, moi je m’en tape. C’est pour ton public quoi. peut-être que eux ils se torchent avec la main droite et du papier… C’est toi qui voit.

Rohff :-Merde ! Encore raté ! Il m’énerve à se la jouer magnanime et à dire oui à tout, ce n’est pas le berger de mes thunes…

Booba :-Au fait Housni, toi qui est sur ‘Hostile’ tu pourrais demander à ta maison de disque si ils ne veulent pas nous restituer les droits d’un morceau qu’on avait poser pour eux en 96 ? C’était « Le crime paie » comme ça vous nous donnez ce son et en échange je fais ton feat gratuit. c’est honnête.

Rohff :-Quoi ?!? Depuis le début t’avais ça en tête et tu me le dis que maintenant ? Espèce de sale petit enfoiré !

Booba :-Bah c’est qu’au début j’étais pas sûr, mais vu que t’es sympa, je vais pas te faire payer.

Rohff :-Mais tu te la joues, espèce d’enculé ! Tu fais l’inaccessible, tu veux faire l’Américain ?! Tu me respectes pas ! Pisque c’est comme ça, on fait plus le son ensemble et votre morceau là « Le crime paie » tu peux te le carrer au derche ! je vous emmerde et je rentre à ma maison !

(Il se casse en claquant la porte et en laissant Booba et Rim’K tout seul)

Booba :-… C’est dommage, il m’était très sympathique ce garçon.

Rim’K :-Et si on faisait un son tous les deux ? On l’appellerait ‘Banlieue’, qu’est-ce que t’en penses ?

Booba :-OK.

Booba rentrera ensuite chez lui au Pont De Sèvres, retrouvant ses collègues du 45. Encore tout déçu de n’avoir pas concrétisé ce projet avec Rohff qu’il trouvait pourtant extrêmement sympathique. Ali et Generaldo lui demanderont pour le droits de « Le crime paie »

Ali :-Alors; Élie ?

Booba :-Houlà, Ali. À cause de cette histoire je me suis embrouillé avec un mec super sympa. La crème des hommes.

Generaldo :-mais t’as les droit ou pas ?

Booba :-Toi ta gueule ! Vous m’emmerdez avec vos histoires de business, déjà que vous signez plein de mecs sans me demander mon avis.

C’est de là que partira l’embrouille entre Booba et le 45, bien que certains historiens prétendent que ça n’aura lieu que un ou deux après. mais tout ça c’est tellement loin qu’on ne peut en être entièrement sûr…

 

 

 

Le sergent Pepper en action :

Le son de la discorde :

Un vieux son de Booba « La meuf » enregistré en 96 et qui tourne en mauvaise qualité sur le net. Un petit peu l’ancêtre de ‘R.A.S.’ en quelque sorte la famille :  

http://www.megaupload.com/fr/?d=83Z7C128

11 Commentaires

Classé dans booba & rohff sont sur un bateau, sliphop