Archives de Tag: Lui là bas

The Black Desperado Rises #TBDR

Si on fait le bilan de la dernière saison rap Frinçais, on constate un étrange fait (en fait on en constate 30 000 mais comme d’hab).
Oxmo Puccino serait revenu dans le rap. Trés furtivement, telle une ombre. Pour beaucoup, ce n’est qu’une légende urbaine. Il n’y aurait aucune preuve que le Black desperado ait remis les gants. Mais pourtant, c’est une certitude pour d’autres, le Black Desperado serait de retour. Comment et pourquoi ? Le Blavog n’en sait foutre rien (mais alors vraiment, que dalle), mais vu que c’est l’occasion de faire une parodie stupide, on va quand même tout vous raconter.

5051889389736-Batman-The-Dark-Knight-Returns-Partie-1-3
Devant un pavillon trés laid (c’est pas qu’il fasse délabré mais le goût en architecture est très douteux), Grodash des Hall frappe à la porte. Qui s’ouvre. Sur le pas de la porte, on retrouve Le Célèbre Bauza.
Grodash -Je suis venu voir Oxmo Puccino. COUSIN !
Bauza -Je suis désolé, monsieur Puccino ne prends pas de rendez vous imprévu. Même si c’est venant d’un type qui porte des lunettes de soleil en plein jour.
Grodash -Et ta non carrière totale, c’était prévu ça ?
(Alors là vous allez dire que c’est gratuit d’afficher ce pauvre Célèbre Bauza comme ça alors qu’il rappe même plus ou si peu. Mais je vous dirai que c’est pour que son blase ne tombe pas dans l’oubli, bande de petits ingrats)


–On retrouve Grodash assis sur un canapé très moche dans un salon imonde. Un gros type mal réveillé le rejoint alors dans la pièce.
Oxmo -Bonjour, jeune intrépide.
Grodash -Je suis venu pour le feat.
Oxmo -…
Grodash -J’ai besoin de toi. J’ai besoin du Black Desperado.
Oxmo -T’as de l’espoir.
Grodash -On s’est déjà rencontré. En 98. devant les locaux de Skyrock. On était venu avec des potes. Et c’est là que tu es apparu. Sortant de la radio avec un cigare au bec, un stylo plume avec une mine de cristle et un chapeau de mafieux. On a tellement kiffé ! Oxmo Puccino ? De Pucc Fiction ? De Opera Puccino ? On se faisait des films avec les potes ! Des films entre potes… C’est tout ce que c’était… Mais moi je savais que c’était possible. Alors je t’ai demandé un feat et tu m’as donné ta parole.
Oxmo -C’était il y a jadis et naguère, ça. Je fait de la variété, maintenant, moi, mon petit monsieur. Je ne suis plus rappeur… Ça fait des années…
Grodash -J’ai suivi ton parcours depuis ton tournant variet. On te regardait dans les émissions de merde, style Ruquier. Les potes, ils se foutaient bien de ta gueule, mon gros. Mais moi j’ai vu ton regard. Ce regard que je m’entraine à faire chez moi, devant mon miroir. Faire croire au mec qui t’interviewe qu’il te pose des bonnes questions. Mais au fond, tu étais vraiment saoulé. Car tu es un rappeur ! Un vrai rappeur ! Et comme tous les rappeurs, tu détestes les interviews que tu fais à la télé.
Oxmo -…
Grodash -Tu es le Black Desperado. Tu dois remettre ton masque. COUSIN.
Oxmo -…
Grodash -Trés bien. Je m’en vais.
Oxmo -Attends. Pourquoi as tu dis que tu me regardais au passé ? Tu ne me regardes plus à la télé, maintenant ?
Grodash -Tu devrais prendre un peu l’air, te rafraichir les idées et faire gaffe aux détails. Tu réaliserais que tu ne passes déjà presque plus du tout à la télé. Malgré toutes tes tentatives lamentables d’infiltrer durablement la scène Française.
(Grodash s’en va. Laissant Oxmo Puccino. Seul. Perplexe)

Oxmo -Black Bernardo ! Ici mon fidèle copain.
Bauza -Ça te reprend ces conneries ? Faut arrêter de m’appeler comme ça.
Oxmo -Est-ce que c’est vrai que j’ai pas fait tant de télé que ça pour la promo de Roi sans carrosse ?
Bauza -Qu’est-ce que j’en sais ? Y a rien eu de marquant, en tout cas. Mais comme j’en ai plus rien à foutre, j’ai pu rater quelque chose.
Oxmo -Et mes ventes ?
Bauza -C’est pas fantastique.
Oxmo -Impossible, j’ai gagné une victoire de la musique avec cet album.
Bauza -Une victoire de la musique urbaine, oui. Autrement dit, tout le monde s’en contre branle sur la table basse.
Oxmo -Ah bah merde, non. Je suis sensé être un poète qui restera dans les têtes. Et là tout le monde m’oublie ?
Bauza -Il te faut remettre le masque.
Oxmo -Non, je ne peux plus être le Black Desperado. Je dois rester ce poête élégant. C’est comme ça que je ferai de grosses ventes. Comme avant la crise.
Bauza -C’est le déni, ça.
Oxmo -Que nenni, c’est toi le déni.
Bauza -Et si je te disais que tes ventes t’avaient écrit un mot avant de partir ? Un mot dans lequel elles te disaient qu’elles ne reviendraient plus ? Et si je te disais que j’avais brûlé ce mot, pour ne pas te faire de peine…
Oxmo -Nooooon !!! Je vais avoir la réaction d’orgueil la plus constructive et intéressante qui soit : je vais bouder dans ma chamb… Mon repère secret.

Je vois... Je vais donc devoir te péter ta gueule, mec...

Je vois… Je vais donc devoir te péter ta gueule, mec…

Oxmo s’enferme alors dans sa cave où il joue avec des vieux posters de lui comme si c’était des figurines. La nostalgie plein son petit coeur.
C’est alors que, sorti de sous terre et en moto, apparait Ol Kainry avec un masque de Luchador sur la figure et une redingote de bucheron.
Oxmo -Ça c’est de l’entrée.
Ol kainry -Ne te demande pas qui je suis. ne te demande pas qui est ce nègre en selle, ce qui importe c’est notre but.
Oxmo -Tu es Ol Kainry… On te reconnait facilement. Mais qu’est-ce que c’est que ce masque ?
Ol Kainry -Un masque au max de la masquance.
Oxmo -Qu’est-ce qui se passe si je l’enlève ?
Ol Kainry -Ça ferait mal.
Oxmo -Comment ça se fait ?
Ol Kainry –J’ai des bails de cheveux coincés dans la zippette, derrière.
Oxmo -Aouch. ah ouais, t’es un gros dur, toi.
Ol Kainry -Pour quelqu’un comme toi, oui.
Oxmo -Et qu’est-ce qui te prend d’arriver en dévastant mon joli carelage saumon de chez point P, jeune vandal ?
Ol Kainry -J’ai appris que tu allais te remettre au bail de rap…
Oxmo -Oui, je l’avais promis à ce jeune qui n’en veut et qui a un nom de lessive. J’ai réussi à reculer l’échéance pendant 16ans mais là je crois qu’il commence à se rendre compte que je le prends pour un con.
Ol Kainry -Si le Black Desperado refait surface, alors il devra rapper pour moi, d’abord. Sur un morceau avec une tite-pe au refrain. Et ensuite tu auras ma permission pour poser sur l’album de Grodash.

Tu n'as pas ma permission de faire caca

Tu n’as pas ma permission de faire caca

Oxmo -Mais où est l’intérêt de me faire à nouveau rapper si c’est pour qu’une inconnue chante très mal au refrain ? Je peux le faire moi même.
Ol Kainry (Il met sa main sur l’épaule d’Oxmo)-Est-ce que tu te sens aux bails de commandes ?
Oxmo -On peut savoir ce que tu fais avec ta main bourrue, petit homme étrange et tout en muscles ?
Ol Kainry -Je te demandes si tu te sens au max de la maxance ?
Oxmo -Et bien…
Ol Kainry -FAUX !!!! C’est moi qui dit qui qui fait quoi et toi tu vas rapper sur mon album et y aura une meuf au refrain !
Oxmo -T’énerve pas. Moi, tu sais, au point où j’en suis, j’en ai plus rien à cirer de que dalle. Les albums dégueulasses plein de trucs sirupeux, j’en ai fait. C’était pour toi que je disais ça. Sur un album d’Ol Kainry, les gens veulent juste que ça rappe. C’est pas Facteur X 3 ou je ne sais quelle horreur.
Ol Kainry -« On demande juste que ça rappe ! Rappe ! Rappe ! Rappe ! » Hey mais c’est pas mal ça ! Ça ça ferait vraiment un bon refrain !
Oxmo -Tu vois !
Ol Kainry -Ce sera parfait pour mon album avec Dany Dan.
Oxmo -Mais pourquoi sur l’album avec Dany Dan ?
Ol Kainry -Parce qu’il faudra bien que je revienne pour ma fan base après les avoir déçu avec « Dyfrey ».
Oxmo -Non mais je veux dire pourquoi pas sur notre duo à nous ? Ce serait pas mal.
Ol Kainry -Je veux pas que ce soit pas mal.
Oxmo -Tu veux que ce soit mal, donc ?
Ol Kainry -Un mal nécessaire.
Oxmo -Mais dans quel but ?
Ol Kainry -L’embrasement arrive.
Oxmo -OK… Cinglé… Et c’est moi qui dit ça…

Ol Kainry -Comme ça je reviens avec des bails de morceaux single pour plaire au plus grand nombre.
Oxmo -Je ne doute pas que ta stratégie sera vraiment payante, mon bon ami, mon comparse, mon complice. Mais si tu veux faire un truc grand public, pourquoi ne pas faire un son acoustique avec des musiciens de jazz ?
Ol Kainry -Ah ! Le bail théâtral ? Les bails de la tromperie. Toujours très impressionnant pour les bougs qui connaissent que dalle au rap. Mais on s’y connait en rap, nous, n’est-ce pas mon boug Oxmo ? On a appris au sein de la rue !
Oxmo -Oh moi, tu sais, la rue…
Ol Kainry -Je sais, mon boug Oxmo. Tu as peut être adopté le rap. Moi, je suis né dans les bails de rap. Modelé par les bails de rap. Je n’ai écouté de la variété qu’une fois à l’âge adulte. Et pour moi ce n’est rien d’autre qu’assourdissant !
Oxmo -Bah alors pourquoi ramener des chanteuses à tour de bras ? C’est pas comme si tu connaissais Olivia Ruiz, en plus.
Ol Kainry -Pour embraser les ventes ! Ventes rises !
Oxmo -C’est pas gagné, vu ta façon d’envisager le chant dans un morceau rap.
Ol Kainry -Bail de point d’interrogation, là ?
Oxmo -Tu amènes tes parties chantées comme les mauvais singles d’il y a 10 ans, mais c’est fini Factor X, mon bon. En plus, ton public est très rap. Ça lui fera très plaisir de me revoir en mode MC, tu es bien cruel de gâcher leur joie, ainsi. Eux qui voulaient me révérer en toute quiétude.
Ol Kainry -C’est pour ça que je sors mon album avec Dany Dan dans la foulée.
Oxmo -Tu veux dire qu’il n’y aura pas de feats de merde dessus ?
Ol Kainry -Ah bah si, pourquoi ?
Oxmo -…

Comme Oxmo en avait marre de tous ces gens fous du 91, il retourne alors les chiffres de 91 et retourne ainsi dans le 19, de ce fait.
Un peu comme Batman qui retourne à Wayne Corp. Sauf que lui il retourne vers Danube et croise un autre rappeur du coin.

Oxmo -Il me faudrait de nouveaux gadgets.
Abis -Euh… Ouais… Pourquoi tu me dis ça à moi ?
Oxmo -Parce que je reprends les affaires. Donc je retourne dans mon fief. Un peu comme Bruce Wayne dans TDKR. T’as pas lu le début du billet ?
Abis -Mais c’est moi qui fait Morgan Freeman dans ta version ? Je suis plus jeune que toi…
Oxmo -Et t’es pas noir non plus, mais on fera avec.
Abis -La couleur c’est pas grave. Le sang est le même pour tous, appelle moi Rachid Sissoko. Mais en vrai c’est moi qui devrait faire Batman.
Oxmo -Comment ça ? Tes paroles sont houleuses, mon jeune ami.
Abis -Bah je suis l’homme du bâtiment, l’homme du bât. Bâtman ! Sous ma cape, je visser des gothiques.
Oxmo -Pas mal. Pas mal… t’es sûrement encore un mec qui va me demander un feat, je le vois venir.
Abis -En fait, je t’ai déjà demandé y a quelques années.
Oxmo -Alors ma réponse sera la même !
Abis -Alors ça tombe bien parce que t’avais dis oui. Par contre tu l’as jamais fait après…
Oxmo -Putain, faut que j’arrête de faire ça. Ça ressemble toujours à une bonne solution sur le coup mais après ça me revient dans la gueule.

Abis -Mais c’est cool que tu reviennes aux affaires. Comme ça tu peux poser sur mon album comme prévu à la base.
Oxmo -Il faut que je vérifie si tu mérites un feat avec moi.
Abis -Tu veux test ?
Oxmo -De fait, je vais te tester. Dis moi, mon petit bonhomme, comment comprends tu cette phase ; « Les gens ivres de bonheur rêvent de revolver » ?
Abis -J’sais pas. Les gens heureux, au fond d’eux dépriment et veulent se supprimer. Ou bien alors que les seuls heureux sont ceux adeptes des armes. Les vendeurs, les trafiquants ou plus simplement ceux qui aiment la guerre.
Oxmo -Tu as vu tout ça dans ma phrase ?
Abis -Oui, pourquoi pas. Tu pensais à quoi, toi ?
Oxmo -Euh… Oui… C’est exactement ce que je voulais dire et même bien plus encore.
Abis -C’est ça le 19ème : c’est la rue avec la plume.
Oxmo -C’est beau ce que tu dis.

Mmmmmmmmmmmmmmm !MMMMMMMMMMMM !MMMMMMMMMMMMM!
Roi sans carrosse sur le périph !!!

Poster un commentaire

Classé dans cinoche, complots, Parodie

Interview B-La (2/3)

Spleenter -Bah on va parler de l’album du coup ? comment ça se fait qu’y avait plus Ol Kainry, plus personne ? juste Alexi kantrall (le Roumain) et Balastik Dogg.

B La -Et Sahar, la chanteuse. Je voulais pas de featuring sur mon album. Et avec le Roumain à la base, on devait pas taffer un album. On devait faire un 4 titres. Juste sortir 4 titres, comme ça. Sauf que ça a super bien fonctionné en studio ; on a travaillé, genre, à la cainri. Je chantais a capella et il faisait du son par dessus. Ça c’était un kif ! Je sais que c’est un peu pour ça aussi que j’ai perdu le goût d’enregistrer sur un son en studio. C’est différend, un truc de fou. Tu ressens vraiment de la création artistique. Alors que quand t’envoies un beat et t’enregistres juste… c’est moins intéressant. Enfin, moi, je kiffe moins.

Teo -Ça dépend pas du type de morceau aussi ?

B La -Ouais, bien sûr ! C’est sûr que c’est plus « rap » de rapper sur un beat et de kicker ! Seulement, kicker c’est bien mais j’avais envie de faire autre chose. Donc la collab avec le Roumain, c’était parfait à ce moment là. On a travaillé sur 4 titres puis on en a fait 5, 6, 7. On est allé jusqu’à 14 et on s’est dit : « Pourquoi pas ? » Balastik Dogg c’est un artiste que j’avais vraiment envie de mettre sur mon album parce que je kiffe comment il rappe.

Spleenter -Vous vous connaissiez pas avant ?

B La -On s’était croisés en studio. On s’était bien entendu et depuis on était restés en contact. Je l’ai appelé il était super opé.

Spleenter -Et tu l’as forcé à faire un morceau conscient, et triste en plus. Parce que je me rappelle que j’espérais vraiment. J’avais vu une interview où tu disais que t’avais pris Balastik Dogg parce que c’est le boss des roulements en france.

B La -Non, j’ai rien forcé du tout. Balastik, tu ressens beaucoup beaucoup l’influence Bone Thugs. Ça ressort vraiment beaucoup. Il a fait le refrain en premier et du coup on a fait le reste du morceau surtout en fonction du refrain.

Spleenter -Donc c’est lui le responsable  en fait ?

B La -Non. Il avait l’air pour le refrain et les paroles c’est beaucoup Diomay qui nous a aidé. Y’avait Diomay ce jour là…

Spleenter – Ah d’accord. Comme quoi, ce mec a fait beaucoup de mal au rap français.

(Et maintenant, Teobaldo va chier gratuitement sur Diomay, parce qu’il aime bien faire ça)

Teo – tu t’es fais connaitre sur un morceau comme « Je peux dead« , puis des sons comme « quand je passe au hardcore » mais sur l’album y a que 2 sons comme ça, La Colombienne et Money over boys.

Spleenter -C’était plus tristounet.

B La – Ouais. C’est parce que jusqu’à l’album, j’avais fait que des morceaux type « Je peux dead », que des morceaux tu kickes, c’est que de l’égotrip. J’avais envie, aussi, de montrer l’autre côté de B La. Quand je faisais du rap, je le faisais pas que pour kicker ou que pour dire des conneries.

Spleenter -Mais c’est marrant aussi.

B La -Après, chacun aime ou aime pas. Y en a qui me préfèrent sur Je peux dead. Y en a qui disent que je suis une pute et qui me préfèrent sur Pourquoi tu pleures.

Spleenter -Et y en a même qui disent que t’es une pute mais qui te préfèrent sur Je peux dead.

Teo – Dans le rap français, des rappeuses, y en a pas des masses qui étaient vraiment intéressantes et qui ont réussi à sortir des projets aboutis. Sur l’album « Pourquoi tu pleures » d’un coup, t’avais ce côté pleurnichard que t’avais évité sur tes morceaux d’avant.

B La -En même temps, dans l’album y a 14 morceaux. C’est vrai que pour la plupart, ils sont plutôt triste, un peu conscient. Par exemple, j’ai fait exprès de me retrouver dans plusieurs cas de figure concernant l’amour. Parce que comme je te disais, moi je suis une meuf, je suis une poufiasse qui a un coeur tendre, tu vois ? Donc c’est quelque chose que je pouvais pas retirer de moi même. Au bout d’un moment, forcément, quand j’écris, tu ressens la meuf que je suis à l’intérieur. Je suis pas que la meuf « akakakak » qui kicke, etc… J’ai aussi envie de dire d’autres trucs. Moi, ça m’a fait du bien de m’extirper de tout ça. J’ai voulu parler en tant que femme blessée, en tant que maitresse, en tant que la personne qui trompe son mec, en tant que la personne qui se fait tromper. Tu vois ? C’est toujours concernant l’amour mais j’ai trouvé ça intéressant d’être un peu l’ange et le démon dans le même album. Donc j’ai sorti ça sur les morceaux et puis y a quand même 1 ou 2 morceaux qui sont plus militants, un autre morceau Money over boys qui est plus club et egotrip. Après, la majorité de l’album c’est des morceaux où je me suis pris la tête. Par exemple, un morceau que j’aime bien textuellement parlant c’est « Ma prière. » C’est un concept que j’ai vraiment bossé.

Teo -Tu penses que quand t’as un vrai texte à défendre, c’est mieux d’amener quelque chose de plus doux, plus calme que des roulements ou des gros sons ?

B La -Moi, personnellement, de toutes les années où j’ai rappé, j’ai jamais réussi à vraiment allier texte travaillé et flow travaillé. Franchement, j’ai jamais réussi à le faire. C’est super chaud d’écrire un texte où tu vas te prendre la tête sur les rimes, la façon de les faire, expliquer la chose comme tu le veux vraiment etc… et en même temps faire des roulements sur le beat, faire des mélodies pour que ça aille. Franchement c’est super chaud et la vérité c’est qu’en France je connais personne qui a réussi à le faire.

(Après un aparté sur qui qui fait des bons roulements en frince, on en revient à ce fameux public rap frinçais)

Teo -Quand le clip de Je peux dead est sorti, sur plein de forums t’avais des mecs qui disaient « Hé mais je la connais ! Elle est comme ci, elle est comme ça, blablabla… »

B La -Tout le monde me connaissait, ça c’était ouf…

Teo -Surtout qu’y a un mec, dans tous ses messages il disait qu’il venait du 19ème. Depuis le début il venait du 19ème et d’un coup « Je la connais, elle traine avec des gars du 91. »

Spleenter -Ah bah ouais, il a inversé les chiffres.

B La -le problème aussi, c’est que j’ai jamais été avec la même équipe. J’ai commencé, j’étais solo, ensuite j’ai été dans un label dans le 19ème ou dans le 18ème, je sais plus. Donc après j’ai fait la rencontre d’Ol Kainry, j’ai commencé avec lui.

Spleenter -D’ailleurs, tu l’as rencontré comment en fait ? À la base ?

B La -Non attends, d’abord j’ai… c’était… (là elle cherche, mais on comprend pas trop quoi)

Teo -Le premier truc c’était sur les Sales Blancs.

Spleenter -Avec Tige La Rafale aussi ! (Spleenter aime faire chier les gens en leur parlant de Tige La Rafale)

B La -Non. Je rappais déjà. À 15ans, j’ai été dans un label qui s’appelait DMG Records. Je suis resté 1 an ou 2 avec eux. Après ça j’ai rencontré les gars de Grigny qui m’ont appris tout ce qui était roulements. Keto, c’était mon prof de roulements. Mais vraiment genre entraînement « 1-2-3-4-5 » et tout. Là j’ai commencé à avoir des influences West Coast. Déjà, dans le label DMG, je commençais à avoir des influences cainris.

Spleenter -le label DMG ça a débouché sur quoi ?

B La -sur rien, en fait ! C’est juste que je bossais, j’avais un studio à disposition. Ça me permettait de faire mes maquettes, de m’entrainer un peu. Donc après j’ai bossé avec eux un peu, j’ai eu d’autres influences, encore. J’ai enregistré quelques morceaux, toujours dans le studio qu’il y avait. Et après, y a eu le taff que j’ai fait avec Freddy (Ol Kainry). D’ailleurs j’ai commencé à bosser un album avec Freddy qui est jamais sorti.

Spleenter -Mais les morceaux existent ? Ils sont où ?

B La -Dans mon PC, bien au chaud. Et ça en sortira jamais !

Spleenter -Est-ce que tu pourrais pas juste sortir 1 ou 2 sons, les meilleurs, et nous les donner ?

B La -Non mais attends, ça date. C’est des morceaux qui datent de 5ans, maintenant.

Spleenter -C’est pour ça que j’ai dit les meilleurs.

Teo -Et « Seule » c’était pour cet album là ou pas ? Et « C’est la merde dans le club » C’est 2 sons, je les ai, mais je sais pas d’où ils viennent.

B La -C’était des morceaux que j’avais mis sur myspace. C’était des maquettes, un peu, des morceaux que j’ai sorti comme ça. Et puis je les avais bien kiffé et je les avais foutu sur le net.

Spleenter -moi, je reviens sur le truc d’avant. Tu peux pas prendre le meilleur de ces sons, genre « c’est mon cadeau d’adieu. »

B La -Non. Y a pas de meilleur. Je pourrais pas te dire c’est lequel le meilleur, déjà. Et en plus, ils sont pas mixés. Je vais pas sortir un truc comme ça, ça n’a aucun sens.

Spleenter -Non, pas le sortir, juste nous le donner et on le met.

B La -Non mais je vais pas le sortir sur internet, personne va l’écouter.

Spleenter -Mais personne lit notre blog, non plus !

Teo -Sérieusement, quand t’étais dans le visuel, que tu taffais sur les clips des autres, ça te grattait pas ? Ça te chatouille pas « comment je ferais mon clip, moi ? »

B La -Franchement, à mort, bien sûr !

Teo -Bah alors ??!! (il gueule ça comme un savant fou : « she is alive !!« )

B La -En plus, moi je kiffe être devant la caméra. Être derrière, devant, franchement je kiffe.

Spleenter -Ce qui est bien, c’est qu’entre le moment où tu dis ça et au début quand tu disais « l’important c’est que le client soit satisfait« …

Teo – …On pourrait vraiment faire un montage d’enfoiré.

B La -Pour faire quel montage ? Pour faire quoi ?

Teo -Moi je comprends ce qu’il veut faire. « L’essentiel c’est que le client soit satisfait. Être devant… »

B La -« Être devant, derrière… » Ouais bon, ça va ! Vous allez bien vous éclater, ça va être chanmé.

Spleenter -Bon, on va parler de choses sérieuses maintenant. T’avais dit que t’étais fan, plus ou moins, de comics et de super héros ? parce qu’on avait fait un truc : et si les rappeurs frinçais étaient des personnages de comics.

B La -Alors je suis qui moi ? Je suis un zombie ? (sic)

Spleenter – …

Teo – non, t’es Poison Ivy.

B La -Putain, ouais ! Trop bien, je la kiffe.

Spleenter -Sérieux ?

B La -Mais je la surkiffe ! Mais j’ai fait une séance photo en Poison Ivy, en fait !

Spleenter -Je les avais pas. Du coup j’ai remis une photo de toi sur le canapé avec le petit chat. Et tout le monde a cliqué dessus, donc ça c’est quand même inquiétant.

B La -Tout le monde a cliqué dessus, c’est à dire ?

Spleenter – tu peux comptabiliser le nombre de clics, et un clic sur une photo ça sert à l’agrandir, donc voilà.

B La -Cette photo, elle a du succès faut dire.

Spleenter -Ouais, ouais, ouais, mais le chat ? Pourquoi le chat ?

B La -c’est mon chat. C’est mignon. C’est le truc mignon de la photo, on va dire. Mais pour en revenir à Poison Ivy, je suis fan. En fait, je suis fan de super héroïne, de type amazone. Et j’ai vraiment des références bien particulières à ce niveau là.

Spleenter -Comme Wonderwoman ? Ce genre de choses ?

B La -Non, pas du tout. Wonderwoman, je l’aime pas ! Mais par contre je sais pas si tu connais Red Sonja ?
(Spleenter fait une moue qui lui permet de ne pas dire « non »)
Bon d’accord…

Teo -Houlà ! Non, non, non ! Tu viens de lui sortir un nom de comics de je sais pas quoi là, qu’il ne connaît pas ! Et ça, moi, je veux que tout le monde le sache.

B La -Il m’a regardé genre « Salope ! »

Teo -Mais c’est ça ! Il était là genre « Je vais faire le mec qui connait pas, normal. » Mais dans sa tête il était là : « Putain c’est qui ? Mais merde ! »

Spleenter -Dégagez de chez moi !

B La -Il est véner.

Spleenter -Non, franchement je vois pas. Elle connait des gens connus ?

B La -Oui, elle est dans les première BD de Conan.

Spleenter -C’est la meuf de Conan ?

B La -Non, c’est pas sa meuf.

Spleenter -C’est la meuf de qui ?

B La -C’est la meuf de personne.

Spleenter -Bah c’est pour ça…

B La -C’est une guerrière amazone. Et d’ailleurs y a un film qui devait sortir l’année dernière, qu’est pas sorti. Mais même par rapport à Poison Ivy, ce que je kiffe c’est surtout leur histoire. Dans les comics, elles ont des putains d’histoire si tu regardes leur historique. Pourquoi elles deviennent comme ça, pourquoi la plupart de celles que je kiffe sont des méchantes. Mais tu lis leur histoire et tu vois que les mecs qui ont écrit ça sont trop forts. « Witchblade » aussi je kiffe.

Spleenter -Ouais, ça je connais.

B La -Bah Lara Croft, hein ?! C’est normal, j’ai pas eu de grande sœur donc…

Spleenter -Pour moi, Lara Croft, c’était surtout le jeu où je me prenais un mur dans la gueule toutes les 2 secondes.

B La -Ouais mais justement. C’est ça qu’est bon, putain ! Tomb Raider c’est toute mon enfance.

Teo -Moi je tombais dans un fossé. Je sauvegardais juste avant un fossé. Du coup, tu tombes. Tu reprends ta partie, tu retombes, etc.

B La – Du coup, faut que tu recommences après. Non mais Tomb Raider, niveau jeux vidéo. Voilà !

Teo -Quand on reçoit un de tes mails, y a marqué « Lara Croft ».

B La -Si vous avez l’occase vous regarderez l’historique de ces meufs là. De toute façon, tout ce qui est guerrière amazone, ce genre, je kiffe. La force de la femme !

Spleenter -Non. Ça a aucun rapport, ça… Tu vois ce que c’est « Kick Ass » ou pas du tout ?

B La -Bien sûr. Je suis fan. J’ai lu la BD.

Spleenter -OK. Enfin un rappeur intéressant.

B La -J’ai lu la BD juste avant d’aller voir le film, en fait. Et ça va, j’ai pas du tout été déçue par le film. Personnellement, j’ai kiffé. Je trouve que les acteurs déchirent.

Teo -T’aurais aimé être Hitgirl ? Que ton père soit un fou qui te tire dessus avec un gilet pare-balle ?

B La -Non mais je trouve qu’à chaque fois, les histoires, niveau BD, elles sont oufs ! À chaque fois ! C’est super original. Moi je me retrouve vachement ; métaphoriquement, attention. Je me dis pas « Je me vois dans la peau de Red Sonja en mini bikini en train de tuer des mecs par millions. » Mais ça, c’est une belle métaphore je trouve. Je trouve ça sympa et c’est pareil pour toutes les BDs. Je suis une grande fan de jeux video aussi, tout ce qui est zombie aussi j’aime bien. J’ai fait une photo, vous l’avez pas vu la photo zombie ? J’ai fait une séance photo où le mec m’a tout refait en zombie. Elle déchire, un peu, je la kiffe.

Spleenter -Bah faudra que tu nous la files.

B La -Tu la mettras avec l’interview.

Spleenter – Et donc le 2ème truc c’était les films d’horreurs.

B La -Ouais…
(silence)
Bah quoi les films d’horreur ?

Spleenter -Si t’as des références, des trucs.

B La -Non… Pas vraiment. J’aime bien les films d’horreur comique. Par exemple, un film que je kiffe c’est Shaun of the dead. Ça c’est MA référence de films d’horreur comique. C’est bien gore et c’est bien marrant. Et ça je kiffe.

Spleenter -Et Chucky ?

B La -Chucky, je vais kiffer parce que la poupée meuf déchire.

Spleenter -Ça c’est dans les tous derniers.

B La -Ouais, je sais mais bon, voilà.

(ensuite ça part sur Paranormal activity qui sera défini comme le film le plus pourri de ces dernières années)
B La -Comme quoi, c’est ce que je disais au début : faut juste avoir l’idée. Les mecs ont pris 1 000 € de matos et ils ont fait mais ils ont fait des millions d’€ parce qu’ils ont eu l’idée.

Spleenter -Mouais… Toi, en plus tu parles espagnol, tu vois Rec ?

B La -Ouais. Bah c’est la même chose !!…

Spleenter -C’est le même délire. Sauf que c’est bien.

B La -C’est quoi le premier film qui a été fait comme ça ?

Teo -Blair witch.

Spleenter -Mais c’est pourri en vrai.

B La -Ouais mais, y a eu l’idée. C’est comme ce film que j’ai trouvé pourri ! Pareil, filmé à la première personne, avec des extraterrestres qui tombent sur Terre. Comment il s’appelle ce film ?

Spleenter -Cloverfield ?

B La -Ouais, Cloverfield… S’te plait, quoi ?! T’attends… Je supporte pas les films d’horreur où tout le long du film, t’attends de voir les montres, ou les extraterrestres, ou les esprits et tu les vois pas ! Ça m’énerve !

Spleenter -C’est pour ça que Rec c’était bien : T’avais le côté caméra à l’épaule mais il se passait des trucs. Le gosse du plafond, qui tombe sur la caméra. Ça faisait peut-être 10 ans que j’avais pas sursauté dans une salle.

B La -C’est quoi, vous, le film d’horreur qui vous a fait peur ? Mais vraiment peur ?

Spleenter -Moi, c’est un téléfilm, c’est « Ça » le clown, à l’ancienne.

B La -Les 3 épisodes, qui durent 2 heures chacun ?

Spleenter -Ouais. Mais ça valait le coup.

B La -Et toi ? C’est quoi ?

(cette question s’adressait à Teobaldo, mais il ne répondra jamais. Il était déjà à moitié en train de somnoler et ne comprendra jamais qu’on puisse lui poser une telle question. Pour lui, mater un film d’horreur ça veut dire bedav, pillav, grailler et pioncer en attendant que la meuf avec qui il est ait super peur et là il peut se foutre de sa gueule. Sinon c’est quoi l’intérêt ? Regarder un film d’horreur sans meuf à côté de soi ? Jamais !)

B La -Moi, franchement, y en a un qui m’a fait flipper, et j’ai regardé plein de films d’horreur pourtant, mais y en a un, je sais pas pourquoi…

Spleenter – Titanic !

B La -C’est The ring, mais version jap.

Teo -Yes ! (donc là tu sais que Teo a serré grâce à ce film… ça n’a rien de rassurant)

B La -Vous l’avez vu, vous ?

Spleenter -Ouais, mais c’est récent.

Teo -« c’est récent », non. Ça commence à faire 4, 5ans.

(là, un nouveau débat sur ce qu’on peut qualifier de récent ou non. On nous fera remarquer qu’il faut prendre en compte dans l’équation le fait que B La est une « petite » puisqu’elle a près de 2 ans de moins que nous. Vraiment toute petite, donc. Microscopique)

7 Commentaires

Classé dans B-La, Interview (et ouais mon pote !)

D’accord on nique des chèvres, mais on encule pas tous les mouches. (intro)

Je sais pas pourquoi mais depuis quelques temps j’ai envie de vous parler de Caen. Ville de merde. Cuando Ciudad comme je l’appelais. Quand Cité. J’aurais pu dire Whenn City aussi mais ça aurait ressemblé à Rennes. Et ce n’est pas ce que nous voulons, pas vrai ? Enculés de Bretons. On les baise ! 
 Et oui, la Normandie, terre de campagnards bouseux, tueurs de chats et qui niquent des chèvres, mais la Normandie ce n’est pas que ça, c’est aussi quelques rares presque-grandes villes pleines de bouseux, tueurs de chats et qui niquent des chèvres. En tout cas c’est comme ça que nous voit le reste de la Frince. La Frince, bô pays rempli de bouseux, tueurs de chats et qui niquent des chèvres. même en Île de Frince il y a plein de bouseux, tueurs de chats et qui niquent des chèvres (le 95, le 78, le 91 et surtout, surtout le 77).

 Ouais pask’en Normandie on a pas que des rappeurs qui enculent les mouches, en Normandie y a pas que Le Havre. On a aussi des bons maboules avec du vrai rap de mongols comme on les aime.

Ici, à Caen, Quando Ciudad, le 1-Treuk, Mississipi 1-4, Caen-Town ou tout simplement le Trou à merde comme on l’appelle respectueusement c’est aussi la ville où les jeunes rappeurs disent vraiment « cette merde est chaude », on rigole pas.

Les fans de Kanye West qui s’identifient à Orelsan faut pas qu’ils croivent non plus que c’est leur terre promise, ici aussi on les considérera comme les fils de putes qu’ils sont (oui j’ai bien dit ‘qu’ils croivent’, c’est comme ça qu’on dit. ‘Qu’ils croyent’ était également accepté ; on accepte plus de mauvaises orthographes que de fils de pute).  

 

Alors là je vais vous parler de La Cellule, vous savez, les jeunes fous qui ont fait le street film « Cramé » distribué en DVD par Néochrome. On espère que ce moyen métrage était une façon pour ces 3 jeunes garçons d’expliquer qu’ils ont également de l’humour. Si ce n’est pas l’un des buts recherchés par ce film alors on ne sait pas trop ce que c’est. Alors nous sommes perdus.

Et la suite serait en cours. personnellement je pense que Joe Lucazz aurait parfaitement sa place dans ce genre de film, pensez-y.

La bande annonce de cramé, pour que tu saches : http://www.youtube.com/watch?v=viqAAKOqyIs il a 24h, c’est le premier Jacques Baouère Frinçais.

Et tu y apprendras des choses fascinantes : http://www.youtube.com/watch?v=A594gVnQQak&feature=related

La BO qui aurait fait un single (cette phrase s’arrête là) : http://www.youtube.com/watch?v=jrjVdJfTUKI&feature=related 

Un autre exemple des tarés qui sévissent à Caen. Le groupe Experty : http://www.youtube.com/watch?v=Yhh2sdIIkIc

2 Commentaires

Classé dans cinoche, hors-sujet, sliphop