Archives de Tag: joey starr

Pour les petits retardataires (bis)

Ron-Burgandy-Finishes-Drink-Quickly-Anchorman

Ouais parce qu’en fait y’a une moitié du Blavog qui participe régulièrement à l’émission Abcdr, histoire d’insuffler un peu d’esprit Cogip dans tout ce bouzin.

Donc ça c’est les 3 premières

l’impact du virus Ebola sur le rap français

un portrait type d’une partie du public rap : les sales puristes

et une sorte de revue de presse focalisée sur toutes les conspirations de ces derniers temps

voilà, merci à tous de votre attention

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

DJ Weedim, Aketo & Sidi sid nous parlent de Petits Meurtres Entre Amis (vidéo)

Ma si, touyouls en compagnie dé TupakTV, yé souis allé voil ces yeunes qui font dé la musica
Pourquoi je parle comme ça, moi ?
Enfin bref, va là bas :

http://tupaktv.com/pmea/

0 (1)

Poster un commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !)

Comics et rap game (2)

Un titre lamentable, un montage d’images hideux : tu ne te trompes pas, il était grand temps de refaire des parallèles entre rappeurs et superhéros (ou autres). C’est la suite de ça en fait. C’était la partie 1 et on s’est rendu compte que y’avait jamais eu de partie 2. Comme quoi c’est fou la vie des fois. Donc quel mc correspond à quel perso de comics, round 2, c’est parti mon kiki, au boulot mon coco.

Kery James


Superman

« qui que tu sois si t’as du cœur et des principes, je te représente »
Un mec qui affiche un mental de boyscout mais qui peut pas s’empêcher de se taper dans pas mal d’occasions. Ghetto super classe, ghetto super humble mais ghetto super chiant, aussi. Ça va avec.

Eklips


le caméléon

« je suis le Yves Lecoq du hiphop »
que ce soit à force d’entraînement ou grâce à l’uniforme high-tech d’un vilain russe mal intentionné, le résultat est le même : ce gars semble pouvoir imiter à peu près qui il veut.

Sefyu


Bizarro

« Si la vache ne produisait pas de lait les humains auraient bu du sperme »
Bizarro est un clone de superman créé par Lex Luthor, mais qui a vite totalement dégénéré. Du coup, il a les mêmes pouvoirs mais fait absolument n’importe quoi avec. Par exemple, si tu lui dis de sauver un chat coincé dans un arbre, il va arracher l’arbre, et raser le parc municipal, par prévention. Si tu demandes à Sefyu de dénoncer la violence, il va te faire un story telling qui parle d’un deal qui tourne mal et il te détaille la torture qu’il inflige à un mauvais payeur. C’est l’intention qui compte.

Youssoupha


Superboy

« Geste ! »
Bien qu’il soit plus jeune, et qu’il ait donc une attitude qui se veut plus cool, ce personnage restera la plupart du temps aussi chiant que son modèle d’origine avec qui il garde pas mal de caractéristiques en commun. Seul le geste costume change.

Seth gueko


Lobo

« un bad cowboy, un salopard »
Lobo est unique en son genre, vu qu’il a lui-même exterminé tous les habitants de sa planète (il a un humour très particulier). Il a des super pouvoirs mais les loue au plus offrant, le bénévolat c’est pas pour lui. C’est un antihéros sans pitié qui entre deux blagues d’un mauvais goût achevé, tentera de pécho un max de meufs. Il a un nombre impressionnant de surnoms à la con, du « motard de l’espace » à «Mister Machete ». Je pense que je n’ai pas besoin d’en dire plus pour vous faire comprendre l’analogie.

Joey Starr


Le Hurleur

« booooooooooooooooooooumbeng »
Parce que faut bien admettre que ça restera son seul et unique pouvoir (et intérêt), du début jusqu’à la fin.

Bellanger


Le Gouverneur

Dans les comics The Walking Dead (parce que oui, avant d’être une série de merde c’est une excellente bd), le gouverneur se détache de la plupart des méchants classiques. Alors que le monde est envahi par des zombies, cet homme prend la tête d’une ville et y règne en mini-dictateur, organisant des combats façon gladiateurs entre des survivants et des zombies, et violant à de nombreuses reprises une prisonnière. Pour faire simple c’est un type qui vit dans un monde pourri et qui ne fait que le rendre encore pire, ce qui est à peu près l’impact de PB sur le rap français, et les parties intimes de certaines jeunes femmes, mais #çanenousregardepas

Tekilatex


Sugarman

« je te découpe comme du chorizo et je pars te vendre en Espagne »
Sugarman est un mutant issu d’une dimension parallèle apocalyptique. Il ne devrait pas être dans notre monde, mais il a réussi à s’incruster, et bien que tout le monde l’ait désormais oublié, il a joué un petit rôle dans l’histoire. Et c’est un gros dégueulasse qui adore le sucre, est-il besoin de le préciser.

Kenza farah


Cyrene

« woooooohoooowouhou »
la fille du hurleur. Ses cris lui permettent de s’envoler mais peuvent également briser bon nombre de matières solides si elle module sa voix correctement, ce qui fait de ses cordes vocales un danger public.

Diams


Baby doll

« moi je veux pas grandir ! Nan nan ! Nan nan ! »

atteinte du syndrôme de nanisme proportionnée (en gros tu te bloques à un âge de gosse et tu vieillis pas), Baby Doll a connu un succès monumental extrêmement jeune, avant de tomber dans l’oubli, ce qui l’a rendue intégralement cinglée, mais surtout pathétique.

Ill


Gambit

« mais qui est ce mc qui enfume la pièce, drague ta nièce, drogue, jack daniels et hop sous la robe pendant que tes potes tapent la sieste »
parce que c’est un X-men, parce qu’il parle français, et qu’il a la classe, tout simplement. Des fois faut pas se faire chier non plus.

1995


Teen Titans

« le rap c’était mieux demain donc laisse-nous faire »
Destiné à un public plus jeune, leurs aventures peuvent être sympas dans certaines occasions, mais en règle générale ça reste toujours plusieurs crans en-dessous de celles de leurs illustres aînés dont ils sont un modèle réduit. Certains s’en affranchiront, mais ça leur prendra du temps.

Freko


La Chose

« mangeur de pierres gars ! »
La Chose est « née » suite à une trop grande consommation d’alcool, exposition aux rayons cosmiques. Suite à sa transformation le personnage a donc une apparence monstrueuse qui va de pair avec son caractère bourru. Mais évidemment, derrière tout ça se cache un cœur tendre et une bonne humeur communicative.
Là y’a un mec dans le fond de la salle qui va sans doute demander « mais alors le reste d’ATK c’est les autres membres des 4 fantastiques ? » Ouais, et antilop S.A c’est la femme invisible. Arrêtez de poser des questions de merde.

Fuzati


Howard the duck

« baise les gens »
la place qu’il occupe dans l’univers marvel est assez unique puisqu’il est beaucoup trop fantaisiste pour être intégré au reste des personnages. Lors de la saga civil war où tous les persos doivent se faire recenser, il s’est vu répondre « c’est gentil mais on préfère faire comme si vous existiez pas ». C’est pareil dans la musique, à peu de choses près : on sait pas où te ranger mais t’es là quand même. A noter qu’à la base j’aurais pu prendre Canardo, c’est pas passé loin.

La Fouine


Iron Man

« mon swag a dit oui mais ton swag a dit non »
le côté fêtard, irréfléchi et parfois immature du personnage lui ont valu au fil du temps d’être souvent pointé du doigt par bon nombre de ses collègues, d’autant qu’il n’a à proprement parler aucun pouvoir. C’est « juste » un mec ingénieux qui s’est construit une armure, autant physique que mentale d’ailleurs. Son statut évolue selon les sagas, puisqu’il est passé de dépressif à paumé en passant par mourant et enculé notoire, mais il paraît qu’un héros sommeille toujours en lui. C’est également un entrepreneur accompli.

Despo


Bishop

« dis pas que ma vie va changer parce que Barack est passé, c’est comme si tu disais à un dealer d’arrêter d’être discret parce derrick a clamsé »
Débarquant tout droit du futur, il a un peu de mal à s’intégrer à notre monde dans un premier temps. Sachant qu’il vient d’un avenir où les siens ont été pourchassés et exterminés, il garde un caractère assez sombre. Son pouvoir lui permet d’encaisser à peu près n’importe quelle polémique attaque et d’en stocker l’énergie pour la réutiliser.

Shurikn


Martian Manhunter

« comprends bien : c’est une réalité, pas une bd »
Il vient de Mars, il a pas de cheveux, et il traîne avec des mecs chiants. Le perso m’a jamais trop inspiré mais il a eu des heures glorieuses à l’ancienne, même si maintenant c’est plus trop ça.

Kennedy


le parasite

« j’ai tous les flows, gros »
malgré son nom peu flatteur, c’est un adversaire de taille puisqu’il peut s’approprier les pouvoirs de ceux qui l’entourent par simple contact physique. Cependant ce n’est que temporaire ; livré à lui-même il redevient un monsieur-tout-le-monde, il est donc plus ou moins dépendant et accroc de son système d’absorption.

Demon One


Dents-de-Sabre

« ça c’est pour les mecs qui plaisantent pas, raaaah, faut pas rigoler avec moi »
Issu du même programme que Wolverine (Lino, si vous vous souvenez), il a sensiblement les mêmes pouvoirs et le même pedigree. A la différence près qu’il est encore plus sauvage, il n’arrive jamais à dominer ses instincts animaux et dompter ses démons, malgré quelques réelles tentatives. Très difficile à blesser, il guérit très vite, ce qui explique sa longévité et le fait qu’il revient toujours.

Hype & Sazamyzy


Black Tom & le Fléau

« c’est du grand banditisme, accroche-toi ma belle »
Un duo de gredins qui travaille en équipe, soudés par une amitié de longue date. L’un a une force de frappe surpuissante, l’autre balance des rafales d’énergie plus ciblées. Les deux s’unissent régulièrement soit pour faire des gros coups soit pour se venger de leurs ennemis. Logiquement y’a 2-3 casse-couilles qui vont dire « mais si dans la bd black tom est le cousin du Hurleur et que le Hurleur c’est joey starr, est-ce que ça veut dire que… » alors non. Tout ça veut pas dire grand-chose, mais les plus maniaques auront qu’à se dire que les liens du sang sont remplacés par ceux du 93.

12 Commentaires

Classé dans comics & rap game

Interview B-La (1/3)

Si vous vous souvenez bien, il y a quelques temps on a mis un petit article sur B-La.
Et si vous vous souvenez pas, c’est normal, vous êtes des lecteurs du Blavog (oui, je sous entends que vous vous droguez).
Au milieu de blagues grivoises et bien lourdes, on avait habilement dissimulé quelques compliments.
Mais ce qu’on oublie quand on écrit nos conneries, c’est que d’autres vont les lire.
Et la principale intéressée elle même à eu vent de ce petit article et est venue laisser un commentaire.
Seulement voilà, pour laisser un commentaire il faut donner son adresse mail.
Le piège se referme…
Car on vous interviewera tous et toutes !

Teo -Donc on est avec B La, cette fois ci.

Spleenter -Ça sert à rien de dire ça…

B La -« Cette fois ci elle pourra ouvrir sa gueule pendant que je dirai des conneries. »

Teo -Voilà, c’est ça. Justement, comment t’es arrivée là ?

B La -Comment je suis arrivée là ?

Spleenter -Pas sur le canapé, mais « là » dans cette situation.

B La -Dans ma situation ? Dans quelle situation ? Parce que les gens ne savent peut-être pas.

Teo -Comment tu t’es retrouvée sur le Blavog ? Pourquoi ? Est-ce que t’as pas peur ?

B La -Oh putain si. J’ai trop peur !!… Comment je me suis retrouvé sur le blavog, je sais pas en fait. Y a quelqu’un qui est venu me voir sur facebook pour que j’aille lire ce fameux article. Auquel d’ailleurs, j’ai répondu. Ensuite j’ai l’un des 2… mm…

Teo -Connards ?

B La -Peut-être pas. L’un des 2 qui avait écrit ce fabuleux article qui m’a contacté. Pour essayer de voir pour, peut-être, une vraie interview.

Teo -C’est ça, je te disais que si tu voulais revenir dans le peura, on pouvait faire une interview.

B La -Voilà.

Teo -Et t’as dit en gros que t’avais d’autres choses à dire. Même si tu revenais pas dans le rap.

B La – voilà. C’est pas parce que je suis plus dans le rap que j’ai plus rien à dire. Et effectivement, ça pourrait être intéressant aussi de pouvoir parler d’autres activités.

Teo -Parce que t’avais d’autres projets, pas très loin du rap non plus, d’ailleurs. (B La a fait partie d’une boîte de prod qui tourne des clips pour des rappeurs frinçais, entre autre)

B La -Ça touche toujours à la musique, c’est ça qui est bien. Parce que j’ai toujours été dans la musique, donc ça me permet de toujours avoir un pied dedans. Et puis avec l’expérience que j’ai pu acquérir avec le rap que j’ai fait et les clips que j’ai fait, ça m’a servi.

Spleenter -Tu peux citer des clips que vous avez fait ?

B La – Alors on en a fait pas mal. J’avais participé à quelques clips de Poison, de la Comera, Youssoupha, Kozi, Brasco.

Spleenter -Youssoupha c’est le dernier là ?

B La -On a fait le featuring avec Kozi. Comment ça s’appelle déjà ?

Spleenter -C’est pas grave.

Teo -Nous non plus on sait pas. On l’a su, on l’a lu mais on sait plus.

B La -Ah oui. En fait, c’est un morceau en lingala.

Spleenter -Bah c’est pour ça qu’on s’en souvient pas…

B La -Ok… Donc voilà, on en avait fait pas mal.

Spleenter -Tu peux citer des références ?

B La -En fait, admettons que pour un clip le mec va dire « Je voudrais trop faire un truc en club. » Je regardais plein de clips, que des clips faits en clubs. Bon, les clips faits en clubs en général c’est pas super original, mais il va y avoir des trucs. Des petites lumières là, ça ça va être bien. Franchement, t’en citer ? Je sais pas… Au niveau clips, franchement, j’ai pas de références particulières.

Spleenter -Ouais, tu regardais tout et tu piochais ce qui t’intéressais.

B La -Franchement, c’est ça.

Teo -Tu piochais aussi dans les films ?

B La -Bien sûr. Surtout les films. Je suis une grande cinéphile, donc c’est clair que ouais. Après j’ai des goûts particuliers, moi, personnellement, donc on s’en fout…

Spleenter -Bah si, vas-y ! Ça peut être rigolo, déjà.

B La -J’aurais bien aimé faire un clip d’horreur, tu vois ? Genre avec des zombies.

Spleenter -En plus ?

Teo -Lui, il s’en fout pas ! Ça lui ferait plaisir.

B La -Ou tu sais, tout ce qui est super héros, moi je kiffe ! Je suis très jeux vidéos et tout. J’aurais bien aimé faire un truc comme ça.

(ensuite ça tourne autour du résultat des clips et B La dira que la satisfaction du client c’est ce qui compte avant tout. Ce à quoi Spleenter trouvera immédiatement un double sens et Teobaldo rira comme une hyène)

B La -Le clients étaient satisfaits. Après, bien sûr, y en a qui disent vouloir changer des choses, c’est normal. Moi, quand je faisais mes clips, y avait des trucs qui étaient pas… Tu vois ? « Putain ! Vas-y ! Je suis moche là dessus, enlève ça ! » Non mais c’est normal !

Spleenter -T’as dû te dire ça pour La Colombienne, le clip.

B La -Ouais !!… Mais pas que pour La Colombienne, j’ai fait des clips où c’était pas moi l’artiste dedans, c’était de la figuration. Mais bon, en tant que figurantes, tu peux pas dire grand chose sur le truc, quoi.

Teo -Tu peux même rien dire quand t’es figurants. Tu dis rien, c’est le principe.

B La -Ouais, à moins que t’obtiennes un petit rôle sympa. Si tu t’entends bien avec le réa, tu peux quand même ouvrir ta gueule à un moment.

Spleenter -Et y avait un style particulier ou alors vous vous adaptiez à l’artiste ?

B La -Bah en fait, t’es obligé de t’adapter à chaque artiste. Vu que chaque artiste à une demande différente. Tu vois ?

Spleenter -Ouais… Non. Ce que j’allais dire c’est que tu prends un mec comme, on va dire, Chris Macari. Au début c’est vraiment le cliché où tu vas te dire dés les premières secondes : « Ça c’est du Chris Macari. »

B La -Oui, chacun à son style. Mais ce que je veux dire, c’est que les artistes venaient nous voir, ils avaient chacun leur demande. Certes. Donc nous on était obligé de se plier à leur demande, mais on essayer d’imposer notre « patte. » (une image passe sur l’économiseur d’écran de Spleenter) J’adore tes images qui défilent !

Spleenter -Ouais, je sais. À chaque interview les gens me disent ça.

Teo -Parfois, les gens s’arrêtent.

B La -Non mais c’est sympa un gosse qui sort des chiottes !

Spleenter -Celle là, j’aime bien.

B La -Elle est sympa aussi (mais plus personne ne se souviendra de l’autre image donc on dira juste que c’était Hitler ou un autre humoriste quelconque).

Spleenter -Comment t’en es venue à ça ? Même niveau cursus, t’avais fait des études dans cette branche là ?

B La -Franchement, non. Pas du tout. J’ai appris sur le tas et au niveau de tout ce qui était audiovisuel, je connaissais rien du tout avant que je fasse du rap. C’est le rap qui m’a ramené là dedans en fait, tout simplement. C’est grâce au rap que je me suis retrouvé devant une caméra, dans des tournages. Et moi sur des tournages, je suis une grosse reloue, c’est à dire : « Oh ! Ça sert à quoi, ça ? Et ça, ça sert à quoi ? Et lui c’est qui ? Et lui ? » Et les gens pétaient un plomb. Mais au final j’ai posé plein de questions, je me suis grave intéressée et j’ai noté tout ça dans un cahier chez moi. Non je rigole. Aujourd’hui, je sais à quoi ça sert àa, à quoi ça sert ça sur un tournage. Je sais qu’il faut faire un plan de tournage. Ça je l’aurais pas su si dans le rap j’avais pas fait des vidéos.

Spleenter -Est-ce que dans les clippeurs français, y en a qui t’ont mis des claques ?

B La -Dans les clips ?

Spleenter -T’as le droit de dire « pas du tout. »

B La -Non, mais je réfléchis. J’allais dire « non pas du tout » mais justement, je réfléchis parce qu’on sait jamais. Mais franchement, mes références c’est pas du tout rap français. Les clips , que je regarde en général c’est pas des clips français.

Spleenter -T’es jamais tombé sur un clip français en disant : « Le niveau est là. »

B La -Dernièrement, je suis tombé sur le clip de Corneille et de… (elle cherche le nom)

Spleeter -Ouais non, mais ça, ça intéresse personne…

Teo -Si ! (lui il a deviné qui est le deuxième avec Corneille et il ne veut pas qu’on parle d’autre chose)

B La -Non, ça intéresse pas le gens, mais je veux dire que visuellement…

Spleenter -Attends ?! le truc Corneille et TLF ?! (ça y est il a percuté)

Teo –T T T TLF !

B La -Moi je trouve que visuellement…

Spleenter -Non mais attends ?! On parle bien du truc avec Ikbal et Corneille dans un taxi, là ?

B La -Ouais ! Le clip, je trouve que, visuellement, il passe super bien. Le grain de l’image, les lumières sont graves travaillées, y a un scénario, y a des plans inserts qui sont super beaux, je trouve, la qualité de l’image elle est ouf ! J’ai trouvé que c’était pas un clip type rap français.

Spleenter -C’est normal, y a Corneille dedans… Ils allaient pas le tourner en taule ou en bas du bloc d’Ikbal.

B La -Ouais mais y a quand même TLF, quoi ?! « Qu’est-ce que tu fous là toi ? dégage en fait ! »

Teo -Un peu… Même totalement. (il n’avouera jamais qu’Ikbal est son rappeur préféré)

B La -Tu me dis rap français. Voilà. TLF c’est rap français malgré tout.

Teo -faudra que je matte ce clip, mais sans le son par contre.

B La -Moi je te parle vraiment du clip.

Spleenter -L’aspect technique.

B La -Voilà. Sinon, en rap français…

Spleenter -Est-ce que tu pourrais dire du mal de Chris Macari ?

B La -J’adore cette question ! je pourrais dire du mal de Chris Macari… ? Non. Mais de ce qu’il fait, oui. Je pense qu’y a beaucoup de gens qui font tout un plat de ses clips mais qu’il y a pas lieu d’être. Je trouve. Bon hé ! Je suis pas la seule à trouver ça.

Spleenter -Ah oui, je confirme.

B La -Au moins il a fait sa thune, il a fait son buzz. Il a réussi le mec. C’est bien !… Pour lui ! Mais voilà, ça prouve à quel point les gens sont cons, quoi… Ils ont tellement la dalle que tu leur donnes de la merde : ils bouffent. C’est pareil dans le rap français.

Teo -Justement, ça t’a dégouté le rap français ou c’est le milieu qui t’as dégouté ? Qu’est-ce qui s’est passé ?

Spleenter -Là en fait, on va repartir dans la B-la rappeuse.

B La -Ah ouais, transition. Je vais beaucoup me répéter de ce que j’ai dit sur ton blog. Sur votre blog.

Spleenter -C’est bon, tu peux me tutoyer, tu sais.

B La -Votre blog, à tous les 2. Après c’est vrai, je vais me répéter, mais y a eu plein de choses qui sont arrivées en même temps qui ont fait que j’ai plus kiffé, en fait. Moi, je fais les choses avec le kiff. Le rap j’en ai toujours fait parce que je kiffais enregistrer, parce que je kiffais faire des scènes, partager, écrire. Et au fur et à mesure, y a eu plein de choses qui ont fait que ça m’a plus fait kiffer d’être sur scène, enregistrer des morceaux… En ce qui concerne l’écriture, je continue d’écrire mais pour moi c’est devenu chiant de devoir écrire un texte de rap pour m’exprimer. Donc j’ai trouvé autre chose, si tu veux. C’est pas méchant ce que je vais dire, je parle que pour moi, OK ? C’est ma propre expérience, pour moi, le rap m’a beaucoup aidé pendant la période de l’adolescence.

Spleenter – C’était un délire de jeunesse, un peu ?

B La -Oui. J’ai trouvé des choses dans ma vie qui, aujourd’hui, me permette de m’exprimer autrement, d’une autre façon. Et dans ma période d’adolescente, de « rebelle », rapper devant un micro et insulter tout le monde, ça me faisait kiffer. Maintenant, je pense que dans l’album que j’ai sorti on peut déjà ressentir que ça commençait un petit peu à bifurquer sur autre chose. Mais c’est vrai que, franchement, le rap c’est tout ce que j’ai su faire pendant une période. Je faisais que ça et je sais que si demain j’entends un beat qui me fait kiffer, je vais avoir envie de kicker dessus !

Teo -Donc y a toujours ça.

B La -Ouais ! Parce qu’y a toujours ce truc ! Ce truc qui fait que j’ai toujours un peu la rage !

Spleenter -Mais tu vas t’empêcher de le faire, du coup ?

B La -Non, c’est parce que jusqu’à maintenant, j’ai écouté plein de morceaux, plein d’instrus et y a pas eu encore le truc qui a fait que : « Oh putain, non ! Ça y est ! Ça me redonne l’inspi. » C’est une question d’inspiration. Si demain j’ai un putain de texte qui me vient tout de suite avec un putain de flow… Je me dis que si demain je reviens sur la scène du rap, c’est pour faire une tuerie, sinon ça sert à rien. J’écoute trop de rap us, des nouveaux artistes cainris et je me dis que si c’est pas pour faire mieux ou aussi bien qu’eux textuellement, au niveau du flow ou au niveau de la créativité, ça sert à rien !

Spleenter – si y a un déclic, ça peut redémarrer en gros ?

B La -Si y a un déclic, ouais… Mais je te dis, c’est vachement dur de retrouver l’inspiration quand tu l’as perdue. Franchement, c’est super chaud parce qu’il y a plein de trucs qui m’ont dégoutée du rap. Et en plus, à côté de ça, j’ai commencé à écouter d’autres musiques, je me suis ouverte à plein d’autres musiques. Je me suis dit « Est-ce que le rap ça me convient vraiment ? » Moi je suis pas une caillera… Je suis une rockeuse, moi, dans ma tête !

Spleenter -Ça se voit. (on saura jamais vraiment pourquoi il a dit ça)

B La – Donc j’ai commencé à me poser la question. J’ai toujours dit dans les interviews que j’ai faites : « J’aurais eu une voix, j’aurais pas fait du rap. » J’aurais fait du rock ou je sais pas, de la variet’, du R’n’B, autre chose. Mais j’ai pas de voix donc j’ai dit « Bon, je vais faire du rap. »

Spleenter – ça devait être pour myspace mais il y a très très longtemps, y avait la rubrique ‘influences’ et c’est là que j’ai commencé à accrocher parce que t’avais mis que des trucs que personne citait, ou très peu de gens. Comme les Three Six Mafia.

B La -Ça c’est parce que j’ai beaucoup trainé avec les mecs du 9.1, Grigny. Et eux ils écoutent grave du Three Six, leur influence c’est beaucoup Memphis. Moi j’ai kiffé ! Je connaissais pas. Même les trucs West Coast, c’est eux qui m’ont fait écouter. C’est venu comme ça. Quand ils m’ont fait écouter ça, c’était la révélation.

Teo -C’est la preuve qu’y a plus de gens qui devraient écouter le rap de Grigny, parce que ça ouvre des horizons.

B La -Pour en revenir au rap, pourquoi j’ai choisi le rap (vous noterez qu’on lui a jamais posé cette question). C’est parce que ça laissait beaucoup de place aux textes aussi. Et j’avais beaucoup de choses à dire. Bon maintenant… ras le cul de parler. Mais c’est vrai que le rap ça laisse beaucoup de place aux textes et c’est vrai que quand t’as des choses à dire, c’est mortel comme musique. Mais ça a perdu, c’est plus comme avant… Y a eu beaucoup de styles différents qui ont été créés.

Spleenter -T’es pas un peu jeune pour dire ça ?

B La -Comment ça ?

Spleenter -« C’est plus comme avant »…

B La -Non mais attends ; quand je te dis que j’écoute du rap, j’écoute pas que du rap de maintenant.
C’est pas parce que j’ai 23ans que j’écoute du rap de maintenant ou que j’écoute du rap qui date des années 2000. Franchement, quand tu t’intéresses à une musique, tu vas chercher plus profondément : « OK, ça d’où ça vient ? Ça été créé depuis quand ? »

Spleenter -Je voulais dire : t’es pas un peu jeune pour être déjà nostalgique d’un truc, en fait ?

B La -Franchement, quand t’as baigné dans le rap depuis un bon moment, parce que j’ai commencé le rap à 13ans quand même. C’était des textes de merde ! « Ouais ! Yo ! Hun ! Yo ! Ouais ! dédicace ! » Ça n’a aucun sens mais n’empêche que j’ai commencé à 13 piges. Et donc à 13/14 ans j’ai commencé à m’intéresser. Du coup,  je te dis juste, franchement, quand tu baignes dans le rap pendant un long moment, de 13 ans jusqu’à tes 22 ans, tu connais beaucoup le rap, t’en as beaucoup écouté et t’es entouré de gens qui écoutent du rap…
(Mais là, une énième photo apparait sur l’économiseur d’écran de Spleenter)
Putain ! Elle déchire cette photo ! Je la kiffe ! C’est qui elle ?

Spleenter -C’est Catwoman dans une version…

B La -Putain ! Non mais c’est le dessinateur, je le kiffe ce dessinateur.

Spleenter -Ouais, OK. D’accord. On parlera des super héros à un moment.

B La -Ouais, après ! Ce que je veux dire c’est que c’est normal que tu t’y intéresses et que tu te dises : « Putain ! À cette époque là, y avait du son que j’écoute encore alors que j’étais même pas née ou j’avais 2ans. » J’avais 2 piges, y avait des putains de sons, maintenant t’arrives plus à les retrouver. Y a des sons qui date de l’année 2000 que t’écoutes encore aujourd’hui. Est-ce que les sons d’aujourd’hui, tu vas les réécouter dans 10ans, franchement ?

Teo -Certains ouais.

B La -Rhoo, franchement ?

Spleenter -Certains, si. Y a encore des bons trucs quand même.

B La -(carrément elle soupire) Ouais… Y a des bons trucs, mais tu les vois vieillir ?

Teo -Ouais mais est-ce qu’on se posait la question y a 10 ans ? En 98, je me posais pas la question de savoir si je réécouterai le premier Ärsenik.

B La -Mais en 98, c’était encore une autre mentalité.

Teo -Ouais mais je me posais pas la question à l’époque de savoir « Est-ce que je vais kiffer dans 10ans, encore ? » je prenais le son, j’aimais bien. Je réécoute aujourd’hui, je kiffe toujours.

Spleenter -Je te dirais pareil avec le premier Gyneco.

B La -Y a des albums aujourd’hui, qui sortent et que tu kiffes comme ça ?

Spleenter -Ouais ! Le dernier Alpha 5.20, je pense que je me réécoute « Les rappeurs sont des chattes » dans 10ans. Avec mes enfants ! Y a pas de souci.

B La -C’est ce que tu dis maintenant, ça.

Teo -Non, non. Sérieux.

Spleenter -Ça veut dire que maintenant, en tant qu’auditrice, toi t’as plus de truc où ça te met d’accord ?

B La -Si, j’écoute. Je vais te donner les trucs que j’écoute à mort en ce moment et c’est des nouveaux trucs ! Attention ! En ce moment j’écoute à mort Tech N9ne. Je le surkiffe ce mec ! il est trop fort.

Spleenter -Le mec qui a sa peinture sur la gueule ? (on voit le pro)

B La -Même sur scène, c’est une bête de scène. Et y a la nouvelle signature d’Eminem aussi que j’aime beaucoup, c’est Yelawolf. Il déchire aussi ce mec, c’est pareil. J’ai téléchargé son premier album jusqu’à son dernier album…

Spleenter – Appelle la police, elle a téléchargé un album.

B La -Merde !

Teo -Et ouais, c’est comme ça ici.

B La -Donc voilà. Non mais aujourd’hui, t’écoutes des trucs, tu kiffes.

Spleenter -Et qu’est-ce que tu penses de Nicki Minaj ? Voilà. Ça c’était ma question de l’année, un peu.

B La -Je me pose la question : De quelle couleur sont ses cheveux ? Ça c’est une vraie question ! Ses vrais cheveux ! De quelle couleur ils sont ? Hein ? Qui pourrait répondre ?

Spleenter -Je pense qu’elle a pas de cheveux, en fait.

B La -Voilà. Est-ce qu’elle en a surtout ? C’est ça la question !

Teo -C’est pas des cheveux, c’est des franges.

B La -C’est juste une frange. Nicki Minaj, ça dépend… Musicalement parlant ? Ou physiquement ? Mentalement ?

Spleenter -Bah tu peux nous dire si tu l’aimes bien physiquement, mais ça te regarde. Moi, j’étais pas parti là dessus.

B La -Physiquement, elle est très très bonne. Hein ? Je serais un mec, hein ?! Voilà !!…

Spleenter -Non mais développe.

B La -Non. Ça va. Musicalement, elle se démerde bien, ça va. Par contre, ce qui me fait chier c’est qu’elle veuille clasher Lil Kim.

Spleenter -Non, c’est l’inverse.

Teo -C’est Lil Kim qui clashe.

B La -Ouais, mais les 2 se clashent un peu. Mais quand même, c’est Nicki Minaj qui lui a manqué de respect sur la radio je sais plus quoi.

Spleenter -Non, non, à la base…

B La -Si !! Elle a insulté et tout ! J’ai entendu ! Attends !!…

Spleenter -À la base, Nicki Minaj arrêtait pas de la dédicacer en disant : « C’est une influence. » Et l’autre répond : « C’est une merdeuse. » Au bout d’un moment, elle a répondu.

B La -Mais elle l’a insulté, Nicki Minaj. C’est ça qui a développé.

Spleenter -Elle a répondu, au bout d’un moment. Forcément.

Teo -C’est pas le point de départ du truc.

Spleenter -Au départ, elle était mega respectueuse.

B La -Ah bon ?! (un monde s’écroule)

Teo -Et oui…

B La -T’es sûr ?

Spleenter -Je te jure.

B La -Mais moi j’étais persuadée du contraire, sérieux ! Parce que Lil Kim lui a fait un son spécial pour elle.

Spleenter – Minaj avait même fait une couverture de mixtape où elle reprenait une couverture d’album de Lil Kim, justement. C’était un hommage, pour elle. Mais l’autre a dit : « Tu pompes » et voilà…

B La -Mais Nicki Minaj a pas dit que Lil Kim était dépassée ? (c’est un peu comme apprendre une seconde fois que le père Noël n’existe pas, apparemment)

Teo -Après…

Spleenter -… Du coup.

B La -Ah ouais ? (la petite s’accroche aux dernières ruines, mais tout son monde fout le camp) Mais comment t’es super respectueuse, tu te fais clasher et tu deviens la pire des connasses ?

Spleenter -Bah je sais pas, imagine une rappeuse française que tu kifferais ; tu la dédicaces tout le temps et au bout d’un moment elle te dit : « En fait tu pues la merde. »

B La -Mouais… Franchement, je pensais pas pour Lil Kim et truc. J’avais pris à partir du clash à la radio, de Nicki Minaj. Mais musicalement, ça va, j’aime bien. J’ai pas écouté son album mais de ce que j’ai écouté d’elle, ça passe.

Spleenter -Et est-ce que tu pense qu’au lieu d’Ol Kainry, si t’avais trouvé ton Lil Wayne dans le rap, tu serais toujours dedans ? Voilà… Ça c’était ma 2e question technique.

B La -Si j’avais trouvé mon « Lil Wayne » ?

Spleenter -Ouais. Toujours dans le parallèle avec Nicki Minaj, en fait.

Teo -En même temps, tu peux répondre n’importe quoi, parce qu’y a pas de Lil Wayne dans le rap français.

Spleenter -Y a pas non plus de Nicki Minaj. Mais t’aurais peut-être pu changer la donne !

B la -Non. Parce que je pense que c’est même pas un problème de personne avec qui j’ai bossé si j’ai arrêté le rap. Parce qu’Ol Kainry c’est quelqu’un, franchement, que je kiffe beaucoup. Il m’a beaucoup apporté et c’est un putain de rappeur ! Donc, pour moi, ça a rien à voir avec lui si j’ai arrêté le rap ou même si j’avais continué. Il m’a apporté ce qu’il a pu m’apporter et il m’a mis bien !

Teo -Y a pas de problème du tout entre vous ?

B La -Non.

Teo -Parce qu’à un moment, il parlait de monter sa structure et de te signer dessus. Ça c’est pas fait, on sait pas bien pourquoi.

B La -Non mais c’est dur de monter sa structure. En plus, Freddy bosse tout seul, c’est un rappeur solo. Monter sa structure, c’est du taff, un truc de ouf ! À partir du moment où tu montes une structure, faut que tu t’occupes de tes artistes super souvent. T’as plus beaucoup de temps pour toi, pour ton rap. Moi je sais que si un jour, je monte une structure, c’est qu’en rap je suis déjà super super bien et que je sais que j’ai du temps pour m’occuper de mes artistes.

Spleenter -Mais ton album, du coup ? Tu l’as sorti sur quoi, déjà ?

B La -Sur rien. J’ai bossé en collaboration avec le Roumain. C’est lui qui a produit, mixé, masterisé l’album

Spleenter -Au niveau juste biz, la structure c’était quoi pour ton album ?

B La -Y avait pas de label. J’étais autoprod et juste une collaboration avec le Roumain parce que j’ai enregistré dans son studio. Et en fait, il y a eu une signature avec Satellite pour le distribuer.

Spleenter -Bah on va parler de l’album du coup ?
(oui, mais la prochaine fois)

5 Commentaires

Classé dans B-La, Interview (et ouais mon pote !), soirée entre filles

Areuhretour

comme le dit le titre. et l’image.

en fait on a pas eu le temps de retranscrire toutes les interviews qu’on a faite, notamment parce qu’une moitié du blavog n’est jamais parti en vacances, et que l’autre ne sait pas vraiment écrire sans que la première moitié ne relise derrière, donc non. mais sinon ça va.

alors du coup, on va vous foutre des clips montés par nos soins (et nos soins, ça revient à teobaldo, faut pas se leurrer, même si dans certains cas spleenter dit « met aussi telle scène sur tel truc », ça s’arrête là et c’est déjà beaucoup). certains nouveaux, d’autres pas, mais bon. et y’a un teaser d’interview à la fin. ouais. un teaser d’interview. c’est comme un teaser de clip, mais en mieux, parce que rien ne sera jamais pire qu’un teaser de clip, demandez à youssoupha ou joey starr.

ça c’est deux arabes qu’on aime bien

ça c’est un gros noir qu’on aime bien, et il a ramené ses copains

et ça c’est un rongeur qu’on aime bien qui gagne à être connu, même si la légende veut qu’il se soit fait péter la tronche par Alley Boy à une époque. en même temps, dans ranger du risque, y’a risque.

et ça c’est une association de malfaiteurs

et maintenant, ce que vous n’attendez pas, pas parce que c’est une surprise, mais parce que tout le monde s’en fout : le fameux

TEASER D’INTERVIEW

« sa galbation est très très élevée »

Shone, expert en galbation

« hmmm, héhé »

Miko, qui était là aussi

« crois moi, tu dirais pas que c’est un transexuel si tu l’avais vue en vrai. »

Kicket, spécialiste en teaser d’interview

« la violez pas, les mecs »

DJ Allstaarrzzz, on saura jamais le nombre exact de a ou de z dans son nom mais il est de bon conseil.

« elle est bonne elle, non ? »

Express, certifieur de bavonnitude

« elle fait garçon manquée, en vrai ? »

Hich’, expert en séduction

« bon ok : elle est bonne »

Cockein, un mec de Grigny qui s’y connaît en barbecue

« elle est refaite de partout »

une amie jalouse

« mais baise la, putain ! »

Hype, éternel romantique

« pour moi, bon ça va être cru ce que je vais dire, mais pour moi, une meuf, elle a rien à faire dans le rap« *

Kertra, entraîneur de pitbulls.

« je l’ai croisée, elle a des sales mollets »

un gars sur twitter.

« B-La ??!!! Pffffffffffftt !!! »
Merci Seno

« ah ? c’est elle la Brésilienne ? Ouais… la Colombienne, c’est pareil, hein… »

Madizm, futur président du FMI.

« vous auriez pas de la coke, sinon ? »

Jackie du club Dorothée

« Mais pourquoi elle vous parle ? »

Damencio, malien comme un singe

« tant qu’elle n’a pas couché avec moi, une fille n’est qu’une salope. Et après, c’est pas forcément mieux »

ça je sais plus bien d’où ça sort, mais c’était très bien.

*on notera que la phrase de Kertra prend un tout nouveau sens si on rajoute une seule lettre : pour moi, une meuf, elle a rien à faire dans le rape. merci à tous pour votre attention.

Et repose en paix DJ Mehdi.

on l’avait placé , dans une improbable blague de merde. des gens plus calés niveau musique parleront bien mieux de ses prods de fou furieux que nous, donc on va juste dire salut l’artiste et chapeau bas à celui qui a tiré la mafia kainfry vers une qualité que peu de gens soupçonnaient au départ.

et en plus il était de Gennevilliers. c’est peut-être un détail pour vous mais pour moi ça veut dire beaucoup.

3 Commentaires

Classé dans hors-sujet, sliphop

Wire & rap game (2)


la suite de ça et en fait ce sera en 3 parties finalement, la principale raison étant la paresse, et le fait que j’ai pas encore trouvé qui est mcnulty, alors bon.

D’Angelo Barksdale

Despo Rutti
« ma recette : des vérités casse-gueule »
franc du collier, beaucoup plus lucide que la moyenne, une vision et un mode de pensée uniques, qui sont à la fois un avantage sur ses collègues et un inconvénient pour lui parfois. mériterait mieux.

Clarence Royce

Joey Starr
l’argent pourrit les gens, j’en ai le sentiment.

Clay Davis

Bernard Tapie (si, ça compte, même qu’il a posé avec doc gynéco)
sinon y’avait aussi Geraldo & Kool Shen, mais à la différence de bernard & clay ils réussissent pas toujours leurs arnaques, donc non. et puis paraît que diffuser une photo de portugais sur le net c’est répréhensible par les temps qui courent.

Bubbles

Freko
pasqu’il a beau être une sorte de clodo H24 défoncé, il reste dope (ça c’est du jeu de mot). au fond ce sera toujours un bon ptit gars et tu le sais.
http://www.dailymotion.com/video/x8kv2w_freko-24h-teaser-1_creation

Maurice Levy

Olivier Cachin
depuis longtemps, toujours là pour défendre le game. et faire son beurre dessus au passage.

Carcetti

Michael Youn
un ptit rigolo arriviste égocentrique, et surtout un intrus. les bonnes intentions c’est bien beau mais quand t’as pas de talent faut juste la fermer et pas venir sur un terrain qui est pas le tien.

Norman Wilson

GERARD-BASTE-ITV-site
Gérard Baste
un mec pas con, sans doute doué, qui finit par être l’éminence grise d’un parfait trou du cul, cf plus haut.

Le Grec Sournois

skyrock_l_bouneau
Laurent Bouneau
celui sans qui tu peux pas faire de biz apparemment. si tu comprends pas la définition du mot “monopole”, il va t’expliquer

Spiros Vondas le fourbe

-Fred
Fred
cf plus haut.

ou en moins cynique, surtout que ça fait mal au cul d’se taper ces 2 têtes de con :

Le Grec, le boss

Charles Aznavour
le mec au-dessus de tout le monde quoi. INTOUCHABLE. c’est con que le perso soit pas mort dans la série, je voulais mettre Brassens moi.

Spiros Vondas, tintintin

Renaud
le mec au-dessus de tout le monde quoi. mais en dessous du vieux pasque faut pas déconner.

Bird

Rohff
« pussy licker. bitch. count. I shit on you. hoe. piece of shit. suck my dick. whore. »
soldat, tueur, fait pas dans le détail. et vocabulaire très fleuri face à l’ennemi, que ce soit une agent des stup (sacrée Kima) ou des sales-jaloux-bons-à-rien-fils-de-pute-enculé-de-tes-morts à travers une caméra

Sapper, alias l’abruti-qui-tire-sur-omar-et-sa-mémé-et-les-loupe (saison 3)

Morsay
pasque c’est un gros bourrin complètement demeuré,tout simplement

Gerard (le pote de sapper-qui-tire-sur-omar-et-sa-mémé-et-les-loupe-dans-la-saison-3)
pas d’image de dispo, désolé.
c’était un vieux mec avec des locks sur la gueule d’façon.

S’co
cf plus haut. même QI, même résultat.

Wee-Bey

Hamé
très lourde menace judiciaire, mais apparemment il prend tout sur lui et assume toujours.

« White » Mike McArdle
yeah niggaud

sinik
Sinik
« you’re white, man. I mean, REALLY white« .
pour le manque absolu de style, classe, et goût vestimentaire. chuis gentil j’aurais pu mettre Rockin Squat. ou pire, Sako.

Augustus « Gus » Haynes
Sear
une certaine conception de l’intégrité journalistique, et un goût pour la vulgarité qui ne laisse pas indifférent. sans oublier la calvitie.

POUR LA SUITE ET FIN C’EST PAR ICI

wire03

6 Commentaires

Classé dans hors-sujet, série

gestion de la colère (1ère séance)

 

De nombreux rappeurs s’affichent régulièrement non pas dans la section culturel/musique des grands quotidiens nationaux, mais dans la rubrique faits divers, même en été.

ça tient à 2 trucs :

1) les journalistes sont des fils de pute qui retiennent que les mauvaises choses et pis c tout

2) les rappeurs sont un chouia trop nerveux par moment

les pires d’entre eux ont donc été contraints par leur maman de suivre un stage de gestion de la colère, une thérapie de groupe menée par le plus calme d’entre eux.

 

 

Solaar – salut sali salaud c’est solaar ! alors si vous êtes là c’est pasque vous avez tous un point commun. vous avez une ptite idée de c’que ça peut être. une suggestion, Kertra ?

Kertra   – j’écoutais pas

Joey     – le point commun c’est qu’on t’aime pas.

Rohff    – on est victime de jalousie ?

Booba   – moi je suis là juste pour me faire du buzz

Rohff      tu m’étonnes t’as fait un sale flop

Booba  – ouais mais moi j’suis plus riche que toi

Rohff    – docteur, j’ai droit à ma pelle ?

Solaar – Non ! vous vous calmez tous les 2. votre point commun c’est que vous avez du mal à gérer un sentiment humain auquel chacun est confronté. je vous donne un indice : c’est dans le nom du stage, suffit de lire la pancarte derrière moi.

LIM    – pasqu’en plus on doit lire ? c’est quoi ce stage de merde ??

Solaar – alors je veux que tous vous souhaitiez la bienvenue à un nouveau venu : Ahmed Koma.

Tous   – Bonjour Ahmed Koma !

Solaar – maintenant Koma tu dois dire « bonjour je suis Koma et je ne sais pas gérer ma colère »

Koma – c’est hors de question ! je n’ai rien à foutre ici moi !

Solaar – pourtant je lis dans ton dossier que tu as débarqué dans une fnac *

Koma – c’est pas moi ! quoi à chaque fois que y’a un problème en fnac vous allez m’accuser ?

Solaar – tu as été filmé par les caméras de surveillance, regarde, on te reconnaît facilement à l’écran

Kertra – ah oui c’est toi là

Koma – vous dites ça juste pasque c’est un arabe ! rien ne prouve que c’est moi.

Solaar – regarde ce passage, là t’es en train de hurler que tu t’appelles Koma & que les cd de la scred sont pas assez mis en avant.

Koma – je vois pas ce que ça prouve.

Solaar – …

Koma – et même en admettant, ça devait être l’alcool. moi j’y suis pour rien.

Solaar – ça s’est passé à 11h du matin.

LIM    – je vois pas le rapport par contre.

Koma – oh ça va hein ! c’est un pays libre ici ! on est où là, au purgatoire ?

Booba – faut en parler avec ta bouteille de jack

Rohff  – de toute façon il a bien raison ! les vendeurs ils boycottent, coup de pelle dans la gueule gros !

 

 

Solaar – quant à toi LIM, j’ai cru comprendre que tu avais eu un différend avec une personne âgée ?

LIM  – non, pas du tout.

Booba – je crois qu’il parle de…

Zoxea – je suis pas une personne âgée !

Solaar – tu n’es pas dans ce stage non plus. attends à la porte, et quand Salim le sentira, il sortira & te présentera ses excuses pour votre altercation.

LIM     – mais on n’a jamais eu d’altercation, je lui ai juste niqué sa mère.

Solaar – …

Kertra – c’était pourquoi au fait ?

LIM    – ben attends il a osé dire dans un son qu’il était le king de boulogne.

Solaar – alors que c’est toi le king c’est ça ? oui, c’est classaclassique, TI & ludacris ont eu le même…

LIM    – ah non non, personne n’est le king.

Solaar – heu… mais alors pourquoi tu l’as pris pour toi ??

LIM     – dans le doute, je le prends toujours pour moi

Booba – et quand dany ou moi on dit qu’on est le pape ou le duc, tu prends ça comment ?

LIM   – vous avez dit QUOI ???

Solaar – gestion de la colère, salim ! gestion ! écoute le son de ma main et regarde ma voix ! tu te calmes, doucement…

(il l’hypnotise)

Koma – bon moi vous me signez ce certificat comme quoi j’ai suivi le stage comme ça je peux me tirer.

Solaar – ça m’est imposso-impossible, mon bon Ahmed

Koma – « mon bon Ahmed » ?!

Rohff – moi il m’appelle « mon cher housni », tu t’habitueras

Booba – moi c’est « l’élieKoppter » ou même parfois « supercopter », c’est insupportable.

Kertra – moi il sait pas mon nom donc il m’appelle pas, j’m’en sors pas mal.

 

 

 

Solaar – à moins bien sûr que tu ne prouves que désormais tu ne recommenceras plus ce genre de betabettyboop-bêtises

Joey   – moi je dis mieux vaut être colérique que de se prendre pour Ned Flanders…

Koma – mais si je peux plus m’en prendre aux gros vendeurs de disques comme la fnac, je fais quoi ? t-max c’est des potes à moi, je vais pas saccager leur shop…

Solaar – déjà je vais te faire parrainer par un ancien des alcooliques anonymes. il s’appelle Freko, il est très expérimenté. peut-être aussi devrais-tu remonter plus en amont la chaîne du disque & trouver les vrais fautifs.

Kertra – ouais fais comme moi, va traumatiser les boss des majors.

Koma – ceux qui me donnent autant d’importance qu’un mégot dans un cendar ?

LIM    – t’as tout compris (il se réveille dès qu’on parle de maltraiter les majors, ça fait partie du processus d’hypnose)

Koma – faut ptêt qu’on aille en bas de chez eux pour les menacer au fusil ! oué c’est pas con ça.

(il file).

Solaar – bon, encore un qu’on va pas tarder à revoir. j’espère que vous vous êtes nourri de cette expérience, on apprend toujours des erreurs des…

Joey – regardez les mecs y’a Eric Zemmour qui passe dans une décapotable dehors !

Kertra – préparez les molards !

Booba – j’ai un flash de jack, ça fera l’affaire.

Rohff   – et merde, je savais bien que j’aurai besoin de ma pelle ! c’est ta faute ça connard ! tu viens de Maison-Alfort et t’as toujours jalousé Vitry !

 

et tandis que Housni mettait une rouste à ce bon vieux Claude mc accompagné de LIM qui ne comprenait pas trop qui ils étaient en train de taper mais qui s’en foutait pas mal, aucun d’eux ne songeaient qu’ils avaient ainsi gagné une 2e séance… et sûrement une 3e.

 

Scred connexion – vivre de ma musique http://www.dailymotion.com/video/x61xx1_scred-connexion-16-vivre-de-ma-musi_music

Rohff extériorise sa colère http://www.youtube.com/watch?v=V9u39VcVNeE

Kertra & Weedy toujours pacifistes http://www.youtube.com/watch?v=ktAOrkCA-DM

Booba est très sociable, pédé http://www.youtube.com/watch?v=ajf-pjl4s6Y

le roi de l’humour en action http://www.youtube.com/watch?v=bVApFnc519M

là il fait la connerie de sa vie http://www.dailymotion.com/video/k1svB8gDcM2m7TVYNO
(à 12’50, et payez votre barre de rire…)
« Mes excuses » à la 14e minute : http://www.dailymotion.com/video/k7EN509AxeDCzVWtz1

* nous tenons d’ailleurs à remercier toutes les groupies/starfuckers/dickriders qui nous ramènent des anecdotes de merde et particulièrement celles qui bossent en FNAC.

28 Commentaires

Classé dans booba & rohff sont sur un bateau, gestion de la colère, sliphop