Archives de Tag: isabel furhman

journée de la femme (ou un truc comme ça)

bien que vous soyez des auditeurs de rap, donc a priori des gros cons, vous n’êtes pas sans savoir que y’a à peu près une semaine, c’était la journée de la femme. plus exactement la journée de défense des droits des femmes, paraît-il. A cette occasion, le site 187 prod a démarré une joyeuse série de portraits de rappeuses ricaines. Alors on s’est dit « pourquoi on ferait pas pareil avec des frinçaises ? » et juste après on s’est répondu « parce que personne n’en a rien à foutre ». Sans compter que les rappeuses d’ici qui ont du talent, ça pousse pas dans les arbres non plus. Du coup, on a fait deux montages merdiques à la place. Des vidéos qui honorent, chacune à leur façon, l’idéal de la Femme éternelle dans toute sa splendeur.

et ça c’est pas vraiment de nous, (on peut même dire pas du tout), mais j’aime bien ce remix de DJ Xtreme et il était devenu chiant à trouver sans qu’il soit bloqué dans certains pays pour des questions de droit ou je ne sais quelle merde dont seul youtube a le secret. on notera que le couplet de R. Kelly a fortement influencé la fin du morceau sexy legging & louboutin de Ol Kainry.

Poster un commentaire

Classé dans sliphop

Esther…

… était assez bien comme film. D’une part parce que le retour des enfants tueurs et des enfants maltraités au ciné s’est fait attendre plus de 10 ans (traumatiser une chiarde sourde-muette, respect à Esther), mais surtout, surtout, pasque Esther était le plus bel hommage/pompage qu’on puisse faire à un personnage oublié de tous, en particulier toi là-bas.
BABY-DOLL.
la méchante la plus pathétique et glauque de tous les épisodes de Batman. tu te rappelles pas qui c’est, bah mate ça, tu comprendras le rapport avec Esther.


Si tu captes pas, c’est probablement que tu n’as pas vu Esther, que tu n’as pas fait le rapprochement avec Baby-Doll, voire que tu n’as pas vu l’épisode à l’époque et que par conséquent tu mérites de crever.
Comme j’ai bien fait gaffe d’attendre la fin de la durée officielle d’espérance de vie d’un twist final (4 mois, selon une étude scientifique infaillible), j’ai maintenant le droit de parler plus précisément sans qu’on vienne me faire chier.
Esther c’est un peu ce qu’aurait donné Baby-Doll dans une adaptation ciné qui aurait eu des couilles en quelque sorte la famille : une femme coincée dans un corps de merdeuse de 11 ans à cause d’une anomalie de croissance, que ça fait trop chier de pas pouvoir vivre normalement (et donc, fatalement, de pas pouvoir niquer) et qui opte pour la seule solution possible, c’est à dire devenir une cinglée de première.

pasque y’a pas que le rap dans la vie, y’a batman aussi.

Esther – scènes coupées + fin alternative
Baby-Doll – breathe me

Ces sacrés petits enfoirés ont même repris le truc de la glace déformée/déformante qui lui donne des airs de daronne. it’s all part of the plan.

6 Commentaires

Classé dans cinoche, série