Archives de Tag: Dans ton cul

Photogéniqué

je sais pas bien où vous allez chercher vos infos sur les dernières actus du rap frinçais, et, franchement, j’en ai rien à branler. mais y’a un site que j’aime bien, c’est rapadonf. Pas parce qu’il est spécialement meilleur que les autres, pas parce que son interface est plus claire, et encore moins pour les pubs de merde qui font ramer ton ordi comme un obèse dans une course d’aviron.

Mais parce que, contrairement à pas mal d’autres, quand vient le choix de l’illustration qui va accompagner une actualité, notamment vidéo, le site met souvent un arrêt sur image d’un clip ou d’une interview où l’on voit l’artiste. jusque là rien de bien folichon, mais c’est dans le choix de cette image que le site se démarque. Parce que bien souvent c’est pas une photo flatteuse. Mais alors vraiment pas du tout. Au point qu’on se demande parfois si ces canaillous ne le font pas un peu exprès. Peu importe au fond, c’était l’occasion parfaite de jouer à « trouve une légende pour la photo ».

je détiens Nakk. ma rançon s'élève à 10000 dollars et je ne le relâcherai que s'il répond à TOUTES mes questions.

il y a plein de moments classes dans le clip "elle était belle". celui-ci n'en fait pas partie.

on est toujours sans nouvelle de 16ar, retenu en otage dans une prison pour femmes en Turquie

une victime de plus traumatisée par le Collectionneur. aidez-nous à éviter que ça se reproduise.

Shone a marché sur un clou

ça se confirme, Sadek et Eric Cartman étaient la même personne depuis le début.

la constipation, un fléau dont on parle trop peu

Rma2n n'aurait pas dû mater Inception

contre les lèvres gercées, n'oubliez pas le labello

Flash spécial : Lino a retrouvé sa bouteille de cognac

si tu ne veux pas tchatter avec Mister You, il mangera tes enfants. c'est comme tu le sens.

aujourd'hui les enfants, un exercice original : mimez la tour de Pise

Kamel est heureux, il s'est fait un nouvel ami pour la vie. mais il restera menotté jusqu'à la signature officielle.

Fababy en a une bien bonne à vous raconter

"j'ai un truc coincé entre les dents, non ?"

"ça c'était moi en vacances, et derrière, c'est le type louche dont je te parlais, celui qui me suivait partout"

si vous avez été mordu, pensez à vous faire vacciner contre la rage

ne jamais confier une caméra à n'importe qui

"écoutez, c'est bien simple, soit vous donnez + de fréquences à skyrock, soit je me fous à poil. et croyez-moi que c'est pas joli à voir"

"à qui parle cet homme étrange et surtout qu'est-ce qu'il fout sur mon canapé ?"

2 Commentaires

Classé dans sliphop

HousnInception (intro)

Au sommet d’un building (ça c’est la classe), un homme est pensif. Il scrute un écran d’ordinateur. Après avoir parcouru certains comptes twitter et facebook, regardé certains clips et écouté certains sons, il pousse un long soupir. Puis il appuie sur un bouton d’interphone.

Le type – Suzanne, j’ai pris ma décision. appelez-moi l’équipe de choc.
Interphone – écoutez, pour la dernière fois, moi je suis le gardien du parking, et je n’ai aucune idée de quoi vous parlez.
Le type – ah merde. Autant pour moi.

Quelques heures après qu’il ait lui-même composé le numéro sur son téléphone (parce qu’on n’est jamais mieux servi que par sa main, ou ptêt parce que cet homme est profondément cinglé et que Suzanne n’a jamais existé), deux hommes, à l’allure patibulaire mais presque, entrent dans l’immense bureau. Parce que si t’es au sommet d’un building, c’est pour avoir un immense bureau, pas un studio de 25m2 avec des fientes de pigeons sur les rebords de fenêtre.

Le type – bonjour messieurs. Je vous ai fait venir parce qu’il y a une certaine affaire que je souhaite que vous preniez en main.
Kertra – faut tuer un pitbull ?
Le type – Hein ? Mais non.
Kertra – non parce que moi ça me pose pas de problème, simplement faut le dire maintenant quoi.
Weedy – nous prévenez pas à la dernière minute
Le type – Ecoutez, personne n’aura besoin de tuer qui que ce soit, encore moins un chien…
Kertra – un pitbull.
Le type – non mais de toute façon…
Kertra – Je m’attaquerai jamais à un caniche ou un chihuahua J’ai une réputation quand même.
Le type – Bref. J’ai besoin de vos services pour une mission très spéciale. Vous allez devoir implanter une idée dans le cerveau de quelqu’un. En vous infiltrant dedans ses rêves dedans sa tête.
Kertra – …
Weedy – …
Le type – Mais ne vous inquiétez pas, c’est un procédé qui est possible scientifiquement. En fait, on va injecter un produit à notre cible, puis on va vous injecter le même produit, et…
Kertra – ça a l’air laborieux et chiant. Vous avez qu’à dire que c’est de la magie ou une connerie du genre.
Le type – Ben… oui mais bon… la magie ça fait pas sérieux ni crédible
Weedy – on a dépassé ce stade depuis longtemps je pense. Surtout que vous avez un masque de Mickey sur la tronche.
Le type – C’est pour l’anonymat ça. Bon. Voici la cible. (il sort une photo)
Kertra – mais ?
Weedy – c’est ?


Le type – ça va, c’est Rohff, on va pas faire comme si y’avait du suspens non plus, c’est dans le titre de toute façon. Vous le connaissez bien, c’est un peu vous et vos potes qui lui avez mis le pied à l’étrier dans le rap, vous l’aimez bien et c’est réciproque, vous êtes donc les hommes de la situation.
Weedy – vous voulez qu’on lui fasse quoi ?
Le type – je veux que vous le fassiez redevenir comme avant.
Kertra – facile, ça. On lui pète sa dent et le tour est joué.
Le type – non, non, non. Je veux dire comme avant, comme il était avant. Avant d’accuser la météo quand son album vend pas, avant le feat avec Jena Lee, avant de clasher Booba tous les 4 matins sans jamais dire son nom, avant d’insulter la terre entière sur les réseaux sociaux. C’est le Rohff d’avant tout ça que je veux retrouver.
Weedy – ah ouais quand même.
Kertra – c’est vrai que c’est plus que tendu. Surtout si on fait face à des pitbulls surentraînés.
Le type – c’est pour ça que vous allez être aidés par un expert. D’ailleurs le voilà qui entre.
Orelsan – heu… salut les gens.
Weedy – c’est qui lui ?
Orelsan – en fait moi c’est orelsan. Vous m’avez pas reconnu sans doute parce que j’ai laissé pousser mes cheveux.
Kertra – et aussi parce qu’on sait pas qui t’es.
Weedy – en quoi il va nous aider dans la tête d’Housni ?
Le type – c’est un expert de tout ce qui est rêves et tout ça.
Orelsan – ah non pas du tout.
Le type – mais si. Les histoires de rêves imbriqués et de trucs complexes et cools c’est des trucs de geeks, et t’es le roi des geeks. En plus t’aimes les super héros, genre batman tout ça.
Orelsan – ouais mais je vois pas le rapport.
Le type – Batman a été réalisé par Christopher Nolan. Qui a aussi réalisé Inception.
Orelsan – …
Kertra – en fait vous avez juste appelé un type au hasard quoi.
Le type – possible, mais j’ai pas le temps d’en chercher un autre plus compétent, en plus j’ai déjà dépassé le budget.
Weedy – comment vous avez fait ? Parce que vous avez pas spécialement parlé de nous payer jusqu’ici.
Le type – Hé ho ! Vous avez vu où on est ? Le building ? La taille du bureau ? La fontaine à l’entrée ? C’est pas gratuit tout ça hein. Maintenant, partez, un hélico vous amènera à la cible.
Kertra – un hélico ? Mais rohff je sais où il crèche, c’est à deux rues d’ici.
Le type – écoutez, j’ai acheté un hélico juste pour l’occasion, alors faut quand même le rentabiliser un minimum.

Sur le chemin de chez Rohff. La Hous’House comme on dit dans le jargon.

Weedy – faudrait pas que ça nous prenne la journée non plus
Kertra – grave, on a notre dernier brako à préparer, j’espère que ce sera vite expédié cette histoire
Orelsan – ouais, j’ai pas envie de louper la rediff de Full metal alchemist.
Weedy – n’ouvre pas la bouche quand tu m’adresses la parole.
Kertra – moi je pense à un truc. Imagine que dans le rêve de Rohff où on va, à un moment, sans prévenir, tac ! On tombe sur un pitbull. Parce que le type a dit qu’on aurait pas à tuer de pit. Mais dans ce cas, est-ce qu’on doit…
Weedy – faut vraiment que t’arrêtes avec ça.
Orelsan – en tout cas il a bien changé Mickey Mouse, je trouve, surtout au niveau de la voix.
Kertra – …
Weedy – …

on the road again.

6 Commentaires

Classé dans housninception

Interview de Cassidy des X-Men (Une vraie de vraie, et ouais) 1ère partie

Si vous vous souvenez bien, y a environ un an, on avait fait une fausse interview des X-Men. Et bien le vrai Cassidy est tombé dessus. Surpris, il s’est demandé ce que tous les rappeurs se demandent en nous lisant : « Qui sont ces gens ? », « Que veulent-ils ? » ou bien encore, le classique « Sont ils aussi laids et cons qu’on le prétend ? »  Et de fil en aiguille, on en arrive à une vraie interview de Cassidy des X-Men sur le Blavog (on est aussi surpris que vous). Cass’ face à face avec Teobaldo et Spleenter (Et aussi Hichem qui était là pour l’occasion, parce que c’est un bon pote et qu’il habite pas loin, c’est pratique) c’est parti !

Teo -Bah avant tout présente toi, pourquoi Cassidy ? pourquoi ce blase ? Par exemple.

Cass -Bah voilà, Cassidy, issu du groupe X-Men. Pourquoi Cassidy ? Bah vu qu’à la base on est partis sur le nom X-Men pour tout ce qui concerne l’histoire des mutants et de toutes ces histoires qu’on a lues petits, il se trouve que le seul renoi que j’ai trouvé dans toute la clique c’était Black Tom Cassidy. Quand j’ai regardé le bouquin j’ai dit « Tiens ça va être lui, ça me parle. » C’est parti de ça. D’ailleurs mon 1er nom c’était Black Tom Cassidy. Puis après on a viré et gardé Cassidy.

Teo -C’était le nom dans les crédits de « J’attaque du mike. »

Cass -Exact.

Teo -Sinon, y’avait eu aussi Cassi-Dinero.

Cass -Sur « Retour aux pyramides. » En fait on était partis sur un délire avec Oxmo où on était sur les déclinaisons de Cassidy, où je cherchais à faire des petites fantaisies et ça m’est venu comme ça. Ça a été un blase de circonstances mais voilà ça reste Cassidy.

Teo -Tes débuts, t’as commencé quand ?

Cass -Alors débuts… 95 avec le premier morceau qui était sorti, c’était « J’attaque du mike. »

Teo -Mais avant, t’avais commencé depuis longtemps ?

Cass -Allez, ça fait peut-être 2ans maximum qu’on avait commencé à prendre la plume. Ça a été rencontre avec Ill au collège, puis un peu plus tard Hifi aussi dans la street et les soirées du côté de Pigalle. Et voilà, le truc s’est fait, on a tripé, on a commencé à freestyler ensemble, on s’est dit on va faire des petites maquettes, la sauce a prise et voilà, les X-Men sont nés. Mais c’est vrai qu’avant « J’attaque du mike » on avait une année, peut-être 2 ans de rap dans les pattes.

Teo -Hifi faisait partie du groupe à la base ou ça a toujours été clair qu’il était solo ?

Cass – C’était clair, dés le début. En fait Ill et moi on se connaît aussi parce qu’y avait la géographie qui faisait qu’on était du même coin, le XXe. Donc on était amenés à se fréquenter assez régulièrement et Hifi est venu se greffer à l’ambiance ; même si ça reste un très bon soss, il savait d’entrée qu’il allait faire ses trucs solo. Donc on s’est dit voilà on se lance à 3 en tant qu’X-Men mais c’est vite devenu X-Men & Hifi en guest en fait.

(Subitement, Spleenter se réveille)

Spleenter -Mais t’es au courant que Black Tom Cassidy c’est pas un renoi dans la BD ?

Cass -Bah ils m’ont baisé dans la BD que j’ai eu parce qu’il était bien renoi, ou alors je suis daltonien !

Spleenter -C’est possible, mais c’est pas un renoi.

Cass -À vérifier alors. Je te ramènerai le bouquin parce que je l’ai gardé au cas où on émettrait des doutes.

Spleenter -Mais c’est un Irlandais.

Cass -Non mais ça je suis d’accord mais il est représenté renoi dans la BD. Après je sais pas, t’as peut-être raison, mais tu sais il peut y avoir des Irlandais renois aussi.

Spleenter -T’as aussi le délire Al Simmons, non ?

Cass -Ouais, ça c’est un autre côté que j’exploiterai plus tard justement, mais tu fais bien d’en parler parce qu’il existe, en effet.

Teo -La partie homme seul dans l’ombre

Cass -C’est ça.

Teo -Après « J’attaque du mike » y a toute la période Time Bomb, ça tout le monde connait à peu près. Par contre dernièrement, y a un truc qui est sorti, une compil de DJ Sek. Dessus y avait 2 inéditss des X. Y a beaucoup de sons comme ça qui traînent en réserve ?

Cass -J’espère pas en fait… Normalement on aurait du les récupérer ou au moins être au courant quand tout ça se met en place (rires)

Teo -Vous l’avez su qu’au moment où c’est sorti ?

Cass -Non, pas au moment où c’est sorti. Mais disons qu’on en a eu vent parce qu’en fait c’était des maquettes qu’on avait faites à l’époque juste avant « J’attaque du mike » où on devait signer avec le label Source. Donc on était en processus de maquettes. 4, 5 morceaux dont ceux qui réapparaissent dans la compil de Sek. Nous on pensait que ces morceaux avaient plus ou moins disparus jusqu’au jour où un pote me dit « écoute, y a un pote à moi qui a retrouvé ces bandes là » et il s’avère qu’au même moment Sek a retrouvé ces bandes là et à décidé de les sortir. Donc voilà…

Teo -C’est l’Arche perdu votre truc là.

Cass -Ouais c’était un peu ça. C’est marrant parce que c’est des morceaux qui ont été faits de manière spontanée, pas écrits à l’avance. On a écrit sur place en studio puis ça a donné ces morceaux avec des couplets que j’avais repris plus tard dans « On reste humble. » Je sais plus. C’était peut-être « un garçon discret… » que j’avais posé sur Sad Hill.

Teo -Non, non, attends… c’était sur… « La corde au cou » !?

Cass -Ouais exact !

Teo -Un truc genre « Loin devant au volant de ma hip-hop-mobile… »

Cass -« …Profil type des gars qui escroquent pour de gros deals » exactement.

Teo -Mais vous avez aucun droit sur ces sons là ?

Cass – on a des droits mais en tant qu’auteurs, interprètes et pas en tant que producteurs. Mais voilà, tu sais c’est un peu comme tout, on a fait ça à une époque où l’argent c’était pas le sujet donc ce qui fait que sur le papier, sur le contrat, ça a pas été géré de manière carrée. Allez, on va dire que c’est passé à l’as, quoi.

Teo -Après on arrive assez rapidement au 1er album. Là y a beaucoup de rumeurs qui circulent, on sait pas trop ce qui est vrai. Comme quoi y avait eu un procès avec Marvel par rapport au nom des X-Men. Que vous aviez arrêté le rap. Que le truc a été enregistré en 3 semaines seulement.

Cass -Pour reprendre dans l’ordre : Non. Pour l’histoire, on a été le 1er groupe de rap français signé chez Universal et vu qu’on arrivait avec le nom X-Men, forcément en tant que major, ils voulaient pas prendre le moindre risque en mettant dans les bacs le groupe X-Men, sachant que ça appartenait à Marvel. Donc on a juste anticipé pour éviter un procès, justement. Après, pour ce qui est des 3 semaines pour enregistrer l’album, c’est la vérité. Ça veut dire qu’avant de rentrer en studio, on savait pas ce qu’on allait poser. On arrivait le matin « Ok on part là dessus », on écrivait chaque jour un texte. Donc en 3 semaines. Et enfin, non. On a jamais arrêté le rap, c’est juste que tu prends un peu de recul à un moment donné, tu regardes un peu la scène, mais on a jamais arrêté, on écrit tous les jours. C’est notre gymnastique quoi.

Teo -les reproches qui sont faits sur cet album, comme quoi c’était pas forcément au niveau, que les flows étaient un peu fatigués etc…

Cass -Ouais. Ouais. Mais tout ça… Je peux le comprendre mais en même temps, quand on se retourne, c’est un album qui me donne le plus de satisfaction. Dans le sens où c’est un truc instinctif, tout ce qu’on dit dedans c’est vérifiable, c’est la réalité. Parce qu’on avait pas le temps de cogiter à 1 000 choses. on prenait les journées qui se passaient et on les a plaquées sur l’album. C’est clair qu’y a quelques erreurs de flow, on va pas mentir dessus. Mais ça fait presque partie du projet. On a aussi fait une réédition qui s’est bien passé.

Teo -Pourtant, peu de gens ont été au courant.

Cass -On est d’accord qu’au niveau de la promo, c’était pas super. On espère pouvoir rebalancer la sauce avec des vinyles. Et pour en revenir à l’album, j’te dis, c’est une expérience qui m’a marquée parce qu’elle a aura été formatrice dans le sens où écrire un album en 3 semaines en studio c’était pas évident. À la fin on est quand même contents du résultat.

Teo -Et maintenant une question à la con. Sur l’intro, à la fin, on entend bien une balle de ping pong ?

Cass -T’as tout compris, au moment où on faisait l’intro on jouait au ping pong (rires) C’est exactement ça parce que c’était une grande pièce de studio. Au studio Davoust.

Teo -Ça me hantait depuis longtemps…

Cass -C’est marrant parce que t’es le premier qui le soulève. On s’est dit ‘peut-être que les gens vont capter‘ mais finalement ça a mis le temps. Mais ouais, on faisait une partie de ping pong et je sais plus qui menait d’ailleurs. Mais c’est ça, dans la cabine.

Teo -C’est vraiment la meilleure intro du monde.

Cass -En plus, tu remarqueras que c’est synchro. La balle rebondit au bon moment, ça passe dans le rythme donc parfait. Génial. Niquel.

Teo -T’as des questions toi ?

Spleenter -Je les ai marquées sur une feuille, là. Passe la moi.

Teo -Tiens.

Spleenter -Alors, première question : « Spawn ? »

Teo -C’est pas une question ça…

Cass -OK. Section comics. Normal. Vas-y !

Spleenter -Alors pourquoi Spawn ? Tout connement. (Al Simmons étant le vrai nom de Spawn)

Cass -Bah tu sais quoi, quand j’ai vu ce film là, parce que je connaissais pas à la base…

Spleenter -C’est parti du film ?

Cass -Ouais c’est parti du film.

Spleenter -Mais il est à chier.

Cass -Ouais, selon toi. Moi j’ai kiffé en tout cas. Perso, j’ai aimé la description du personnage de Al Simmons. À savoir, un mec qui était engagé à un moment pour une mission du mossad. Plus ou moins forcé de le faire par les circonstances et du coup il bascule du mauvais côté, mais malgré tout avec un fond noble et sain. C’est un peu ce mix là qui m’a interpelé parce que je me définis un peu comme ça. Je suis double facette. Ça peut être le jour et la nuit. Beau temps et tempête. Mon côté homme seul dans l’ombre ; mon côté « Dexter » si tu veux.

Spleenter -Les films X-Men puent la merde, tu as une explication ? Tu l’as vécu comment ?

Cass -Ouais ça je suis d’accord, mais tu sais c’est comme tous les sujets qui, au delà du divertissement, traitent de vraies choses, à savoir le Viet-Nam et toute cette époque avec des revendications de mutations génétiques, Stan Lee etc… Et ils te passent ça en grand divertissement, donc forcément c’est toujours kitsh. Mais les BDs sont bien mieux, je conseille aux gens qui connaissent pas X-Men de se pencher sur les comics à l’ancienne et pas de se référer aux films sortis récemment. Ça reste du divertissement pur et dur, sans plus.

Spleenter -T’as participé au concert ‘Retour aux sources’ et heureusement on t’as pas encore vu, contrairement à ton collègue, porter un t-shirt « Le rap c’était mieux avant. » Tu penses quoi de ce slogan ?

Cass -Je l’ai déjà porté ce t-shirt, parce qu’à un moment donné j’étais là à me dire ‘Ouais c’est un peu chiant ce qui se fait, à l’époque on était unis, on était soudés, c’était génial, super, nanani nanana…‘ Mais les choses ont évolué, faut vivre avec son temps. Tu vois, je roule pas avec des 4L même si je trouve ça joli ou que ça a son charme. Ça commence un petit peu à s’essouffler mais je vais pas cracher sur les mecs qui pensent que le rap c’était mieux avant. Moi je suis acteur du rap, pas spectateur, donc à moi de faire une came solide pour que les gens disent « Ah ouais le rap c’est pas mal maintenant aussi » ou « c’est aussi bien« . Après, chacun pense ce qu’il veut, je suis pas défenseur des morales ou quoi…

Une serpillère est demandée à l'accueil

Spleenter -Après, quand tu dis « on était tous soudés etc… »

Cass -C’était le discours récurrent mais je suis sorti de ça. Je l’ai pensé à un moment, forcément y a un peu de nostalgie. Mais y a un moment donné où tu te réveilles, on est en 2011, faut faire les choses. On y est.

Spleenter -Ouais mais même à l’époque, quand Time Bomb a…

Cass –Explosé ?

Spleenter -Ouais, on va dire ça comme ça. On pouvait déjà dire qu’il y avait beaucoup de potentiel pour faire des choses.

Cass -Ouais mais c’était encore trop chaud pour nous, on était encore dans le feu de l’action. Même si Time Bomb venait d’exploser, malgré tout on restait pas isolés. C’était le nom Time Bomb qui était parti en éclat mais on continuait à voir les Lunatic, les Ghetto Diplomats, Oxmo. Le truc continuait. Ça a pas été aussi clair qu’une vraie rupture. On était tous encore dans la même sphère. Donc ça a mis du temps avant qu’on se dise que c’était une certaine époque.

(là faut préciser que Spleenter bataille pour formuler 2 mots mais personne ne saura jamais ce qu’il a bien pu vouloir nous dire)

Teo -Donc après l’album y a eu « Bing Bang » avec les Ghetto Diplomats. Volume 1.

Cass -Ouais. Y aurait du avoir mais y aura pas de 2. C’est pas prévu. Tu sais, c’est comme tout à l’époque, quand on a fait ce projet on pensait que ce serait bien de faire un deuxième mais la vie à fait que chacun a fait son parcours. Des directions artistiques un peu différentes pour certains. Qui sait ? Peut-être un jour, mais franchement c’est pas dans les projets à venir.

Teo -Dommage. Je le trouve vraiment frais ce truc là.

Cass -Pareil.

Teo -Le truc sonne vraiment bien, y a un gros mix dessus.

Cass -C’est un projet qu’on a fait dans un esprit famille dans le sens où on était régulièrement ensemble. Donc ça a pu se faire à ce moment là et ça a donné cette ambiance là parce qu’on était tout le temps ensemble et je pense qu’aujourd’hui ça donnerait pas la même chose.

Teo -Il a reçu quel accueil ?

Cass -C’était un projet indépendant, donc en tant qu’indépendant c’était satisfaisant. Mais niveau médiation, c’était pas plus que ça. Ça tournait pas en radio mais dans la street ça tournait.

Teo -Donc pas de volume 2… ?

Cass -Et non, dommage.

Teo -Et pourtant y a des sons qui ont été enregistrés et qui ne sont pas sur le projet final. Y a un son qui s’est retrouvé sur une mixtape des Ghett Diip « Ce  monde ne tourne pas rond. »

Spleenter -Y a même déjà DJ Battle qui gueule, c’est marrant.

Teo -C’est pas DJ Battle…

Spleenter -Je sais mais il gueule.

Teo -Le couplet de Simsky ça doit être le même qu’il a sorti sur « Poing levé tête baissée. »

Cass -C’est des morceaux qu’ont pas forcément été retenus tout de suite. Mais en effet, je me souviens de cette maquette là.

Teo -Donc y en avait d’autres.

Cass -Ouais.

Teo -Je peux les avoir ?

Cass -Non. On avait un petit stock de morceaux de côté mais c’est comme tout. Moi en fait, je pense que ce qui serait bien c’est qu’avec tous ceux de cette époque là, on se réunisse et qu’on fasse un vrai truc plutôt que de tous les sortir les uns après les autres. Ce serait bien de faire un truc cohérent, je suis d’accord. Donc avis à la population, à ceux qui se sentent concernés et à ceux qui se reconnaissent. (hein ?!)

Spleenter -D’ailleurs y en a combien des morceaux enfouis comme ça ?

Cass -Y en a pas tant que ça. Mais je dirais une dizaine de morceaux. Je pense.

Teo -Avec toutes ces périodes, Time Bomb, Universal, Bing Bang, etc… on a l’impression que vous avez fait plus de morceaux pas sortis que de morceaux sortis.

Cass -Ouais mais c’est tout à fait possible, parce que tu sais, on est des serials maquetteurs. Enfin on était des serials maquetteurs, un peu moins maintenant parce qu’on sait où on veut aller quand on pose des morceaux mais c’est vrai qu’y a plein de trucs posés, des freestyles, des 16 mesures, des refrains, des idées de morceaux qui sont en chantier, qui sont de côté, qui sont pas sortis.

Teo -D’ailleurs à cet époque là, on vous a entendu sur le EP des Bass Click. Kuizto vous a refait un son pour « Ghettosuperesta » (sur Bing bang vol. 1) et y avait aussi l’outro « Pour mes gars autour » qui était très laid back, californien un peu.

Cass -Produit par Jimenez.

Teo -Et dernièrement, on t’a vu reprendre un sample de je sais plus qui.

Cass -Bobby caldwell.

Teo -Ça reste très typé West Coast tout ça.

Cass -À fond.

Teo -Est-ce que t’as pensé à bosser avec les mecs de la ‘scène westcoast en France’ (les westeux quoi) ?

Cass -En fait, mon futur projet qui est prévu pour cette année tourne un petit peu autour de ça. Je reviens à ce que j’aimais vraiment, à savoir la musique, les accords, les trucs un peu west coast. Même si j’ai une culture plus New York… enfin non, d’ailleurs, c’est aussi bien Est que Ouest. Donc je vais revenir à des trucs plus basiques, on va dire. À base de samples. Et vu que là j’ai eu la chance de m’associer avec des musiciens pour pouvoir jouer les morceaux live, sur scène ça va donner une autre dimension qui se rapprochera un peu plus de Bing Bang. Donc je suis tout à fait dans le sujet en ce moment. Je reviens à mes premières amours.

Teo -Le prochain projet c’est un solo ou il y a celui en commun avec Atto qui arrive ?

Cass -Oui, y a le projet avec Atto « Visionnaire » qui est censé arriver bientôt. Mais tu sais, la musique c’est pas toujours comme on l’espère. Y a des décalages de temps, mais en tout cas le projet est en cours de préparation. Y a déjà la quasi totalité des morceaux. En fait hier, Atto était en mix sur un son. Le projet sortira cette année. Je sais pas si il sortira avant ou après moi. Mais en ce moment, je suis concentré sur la phase studio, travail avec les musiciens, pour sortir un projet carré à la rentrée 2011. Si tout se passe bien.

Teo -Atto qui fait partie des 2 LUX avec qui tu poses souvent. Y a aussi Suspects (Youssou et Stephen) avec qui tu poses régulièrement. C’est ton équipe , c’est des gens que t’aimerais pousser en avant ?

Cass -En fait, c’est les affinités que j’ai dans le quartier. artistiquement ça passe bien, humainement aussi. Et c’est un peu le but de « Métronome Concept » à terme. C’est de produire des groupes. Si c’est pas Suspects ou Atto ce sera d’autres personnes, parce qu’ils auront sûrement fait leurs trucs entre temps. Mais en tout cas j’ai vocation et j’aime donner la chance à des gens qui, pour moi, le méritent. Les jeunes talents de quartier, aussi bien chanteur, chanteuse, graphiste. Peu importe.

Teo -À ce propos, y a un son avec une rappeuse, Clara Pops, sur Menilcity 2, qui a un flow et un débit assez vif. Et c’est la première fois que je t’entends faire des roulements.

Cass -C’est bien possible.

Teo -C’est un peu sadique pour elle. C’est de la compétition ?

Cass -Ouais, elle m’a fait aller dans son délire, donc j’y suis allé volontiers. Elle m’a dit que c’était un morceau un peu up tempo, roulements. bah vaz-y je te suis, c’est pas un souci. Et voilà ça a donné « Vroum Vroum » qui est un peu surprenant, parce qu’on m’attendait pas forcément là dessus. mais ça fait parti de mes skills comme on dit.

Spleenter -D’ailleurs, comment on peut définir le style X-Men ? Parce que les Sages Po, par exemple, on voit bien, ils ont donné une école (Beat 2 Boul) mais vous pas vraiment…

Cass -Le truc c’est qu’on est durs à imiter. C’est à dire qu’y a plein de trucs… Enfin, c’est pas le discours que j’ai d’habitude, mais c’est à force de l’entendre ; il paraît qu’on a été parmi les premiers à faire du name droping, de citer des trucs, de faire des métaphores, avec retour aux pyramides, etc… Les petits qu’on a fait ils sont métis, ils sont pas facilement identifiables. Apparemment y a eu un avant et un après X-Men dans la manière d’amener le rap et de balancer son parlé.

Teo -Après, pour certains, les Jedis c’étaient les petits des X-Men…

Cass -Ouais exact. Je pensais même pas à eux mais ouais, forcément, on les a un peu influencés.

Teo –Joe & Cross, si on veut…

Cass -Ouais aussi, ils sont un peu dans la même vibes.

Teo -Elle était à chier ta question, en fait, Spleenter…

Spleenter -C’est la magie du direct.

Cass -Non mais je suis d’accord. C’est pas des trucs flagrants. Mais pour les citer, justement, je sais qu’à l’époque le groupe qui m’avait le plus choqué en terme de ressemblance c’était… attends que je dise pas de bêtises… la clique avec le beatmaker Drixxxé…

Teo –Triptik.

Cass -Ouais, surtout par rapport à Ill où y avait quelques rimes qui ressemblaient je crois. Avec les banana, nanana… (ce passage rend pas super bien à l’écrit) une manière de dire les trucs. Mais c’est pareil, je me dis « Et si c’est le cas ? Bah tant mieux. On aura inspiré des gens… »

Spleenter -Et ta rencontre avec Joe et Cross ?

Cass -Joe et Cross, pareil. C’est une histoire de quartier, tu sais, proximité XXème. Je pense que Ill les a cotoyé un peu avant moi puisqu’ils se sont captés en soirée. À un moment on s’est retrouvé dans la même pièce. Les mecs avaient du talent et des plumes, on a commencé à écrire puis à délirer et ça a donné une amitié solide, on va dire.

Teo -Et t’as pas eu envie de faire partie de l’aventure « So Parano » ? (projet réunissant Ill des X-Men, Joe Lucazz, Cross et Work).

Cass -Bah justement, pendant toute cette période, moi j’étais dans mon côté Al Simmons. C’est à dire que Ill était chez 45 scientific, enfin il en sortait plutôt, c’était un peu après, mais je sais que Ill, Cross et Joe se voyaient régulièrement. Moi j’étais vraiment dans mes projets persos, concentré sur mon rap et ce qui fait que je ne suis pas intervenu dans ce projet, non.

Spleenter -Et ça t’a jamais saoulé d’être un peu… comment dire ? Le Calbo des X-Men ? Qu’à chaque fois on te parle de Ill tout le temps ?

Cass -Je vais t’expliquer, c’est marrant parce qu’on m’en parle souvent et je le comprends parce que je vois aussi la même chose chez les autres groupes. Comme tu dis, le Calbo, le Lino dans le groupe. Le Ali, le Booba. Mais le truc c’est que moi je viens d’une formation qui est le sport, ça veut dire que c’est le terrain. C’est à dire que ce sont des choses que je comprends tout à fait et c’est normal, parce que si Ill a ce statut, y a une raison. On est venu à l’écriture ensemble et il avait certaine facilité à l’époque, il avait une langue en plus, il avait l’anglais, ce qui ouvre les oreilles, pour ceux qui capteront. Et ça ne m’a poussé qu’à bosser pour qu’aujourd’hui, si on ressort un album X-Men, les gens se poseront la question et verront eux même. C’est une compétition qu’on a entre lui et moi qui est saine. On s’est encore vus y’a pas longtemps et on se dose à base de rap parce que je sais qu’il a un certain « standing » mais j’arrive méchant. Voilà. J’arrive énervé.

Spleenter -Donc t’as parlé d’un nouvel album des X-Men, là ?

Cass -Ouais parce qu’on se voit régulièrement, on discute de choses et d’autres et notamment de ce fameux album, mais ça passe par des projets solo bien aboutis. C’est à dire moi avec un solo carré, une bonne promotion avec une bonne exposition. Lui, pareil, parce que ça fait longtemps. Et après on pourra faire un album X-Men.

Teo -D’ailleurs comment ça se fait que ça prenne autant de temps ? Parce que le dernier projet X-Men c’était Bing Bang, y a près de 10 ans.

Cass -Le dernier truc c’était « Retiens mon nom » sur la compil Mesrine, mais ça c’était qu’un morceau. Mais parce qu’on sait tous les 2 que pour faire un bon album, on a besoin d’énergie et de temps. On veut pas faire un album à distance, à savoir : j’ai fait un couplet, je te l’envoie, wesh qu’est-ce qui se passe ? Non. Pour nous, la vie va avec la musique donc on a besoin de vivre des choses ensemble, de partager les mêmes délires. En ce moment c’est pas le cas parce qu’il est concentré sur ces trucs, moi sur les miens. Une fois qu’on va mettre la machine en route et qu’on va se dire qu’on fait l’album, là vous serez au courant et ce sera du lourd de toutes façons mais on y est pas encore.

Spleenter -Puisque tu parles de la BO de « Mesrine », ça me fait penser à celle de « Ma 6-T va crack-er ». Y avait eu un truc comme quoi, vous aviez déjà posé le morceau et vous avez vu le film en disant « En fait c’est pas vraiment pour nous. »

Cass -Ouais, ouais, exact. On a été un peu surpris, parce que, comme tu dis, on a d’abord fait le morceau et après vu le film. À l’époque, quand c’est sorti, c’était un peu dans le sillage de « La haine », si je dis pas de connerie, et forcément l’impact était moindre. On s’attendait à un truc hypra-patate, même si ça reste ter-ter. Un truc qui reste la photo d’une époque. Mais c’est clair qu’à l’époque, ça nous a pas bouleversés plus que ça. c’était un bon doc, on va dire, sur ce qui se passait à ce moment là mais ça reste pas comme le film marquant pour moi.

Spleenter -Et vous aviez pas dit en gros ‘on veut pas être dessus’ ?

Cass -Non, non, pas du tout. Parce que malgré tout ça restait un beau projet avec les personnes dessus et le fait d’apparaitre sur une BO pour nous, à l’époque, c’était une chance. Donc non, on a foncé direct et sans regrets. D’autant plus que la séquence musicale de notre instru, c’est la scène d’émeute dans le film qui est une scène forte où ça tire dans tous les sens, donc non, c’était plutôt bien.

Teo -Et ce son, vous aviez pas conscience à l’époque de faire quelque chose qui allait rester, apparemment.

Cass -Pas du tout. Au contraire, on est sortis du studio, on était peut-être même un peu déçus. On était pas super satisfaits du truc. Enfin, tu sais, t’as pas forcément un avis objectif. On avait la tête dedans.

Teo -Tu les réécoutes tes anciens sons, en te demandant ce que les gens ont pu aimer en particulier ?

Cass -Ouais et non, je réécoute ces sons parce qu’ils sont dans mon téléphone mais j’arrive pas à capter forcément pourquoi. Parce que c’est un truc qui est encore chaud. Quand on réécoute les lyrics, pour nous y’a rien d’exceptionnel en soi. C’est une succession d’images, je veux pas enlever la valeur du morceau mais juste pour dire que pour nous c’était l’instinct. C’était un truc instinctif et sur le moment on est pas rentrés en studio avec une idée précise avant. On a écouté la musique, on a écrit directement dessus et c’est une part de nous qui est restée et qui fait que les gens ont accroché, je pense.

Spleenter -Et c’était ce morceau là que vous avez posé assis, non ?

Cass -Exact.

Spleenter -Mais c’est parti de quoi ?

Cass -C’est parti de quoi ? Bah on voulait être à l’aise. Dans de bonnes conditions. On s’est dit « Viens on va sortir des trucs classiques où il faut être debout, je sais pas quoi. On va s’asseoir. » On a demandé aux ingés si au niveau du son c’était bien. Ils ont dit OK. Et voilà c’est parti, on a posé le morceau comme ça.

Spleenter -Après c’était la question de merde bateau sur Paris qui revient, mais c’était à l’époque où j’aimais bien la Sexion d’Assaut. (sacré Spleenter, toujours le mot pour rire, celui là)

Cass -Moi j’étais comme toi, ça m’a fait plaisir que le rap Parisien soit de nouveau devant. Chauvinisme 100% mais j’étais content.

Teo -En parlant de rap Parisien y avait l’album de la Famille Haussmann (Ghetto Diplomats) qu’avait pas mal de choses pour fonctionner. Des gros feats, de bons clips, etc… et ça a pas spécialement buzzé.

Cass -Perso, j’ai pas accroché plus que ça à ce projet. Après, chacun se fait son avis mais j’ai pas particulièrement accroché.

Teo -On revient sur tes débuts en solo. Pendant toute la période où Ill est chez 45, toi on te voit pas trop. Puis tu reviens vers 2005 (à peu près) avec « Cass’Story » sur « Le journal du 20 », t’es sur les « Niroshima » aussi. Comment ça se fait qu’à un moment t’aies disparu puis que tu reviennes très lentement pour finalement enchainer une net tape puis plusieurs projets ?

Cass -C’est la réalité du terrain. Parce qu’on a beau être en France, pendant tout ce moment là où j’étais un peu dans ma période Al Simmons, j’essaie un peu de voir comment marche l’industrie du disque, voir par moi même vu que les gens ne font pas de cadeaux. Dans le sens où si t’arrives pour demander quoi que ce soit, faut que tu sois en mesure de tes attentes* pour pouvoir livrer des lyrics frais, une musique patate. Et j’étais pas forcément impliqué au maximum, ce qui fait que j’ai pris mon temps pour, justement, partir sur de nouveaux projets, écrire de nouveaux morceaux, reprendre le truc à zéro. Ça demande du temps, forcément. Plutôt que de faire des morceaux par ci, par là, je me suis dis je vais me poser, savoir ce que je veux, et voilà je suis reparti dans l’écriture et sur de nouveaux projets et ça a donné ‘Métronome Concept.’

*(alors, sur le coup, personne n’a percuté, mais il semblerait que « être en mesure de ses attentes » ça veut pas dire grand chose. Mais on le laisse parce que c’est rigolo)

Teo -Le reproche qui est souvent fait à cette net-tape c’est qu’y avait pas de tracklist, ni rien, ça faisait très anarchique.

Cass -C’est ça. Je suis d’accord, mais c’était même un parti pris quand on est parti sur la mixtape. On veut faire une plage entière pour que les gens l’écoutent d’un trait, mais en fait c’était une connerie. Je pense que les gens veulent sélectionner leurs morceaux et c’est tout aussi bien comme ça. Mais c’était des erreurs de stratégie à l’époque, ça arrive. Le truc c’est de pas les reproduire aujourd’hui. Et ça n’enlève rien à la qualité du son. Mais quand je me suis mis en mode auditeur et écouté mon propre projet, ça m’a fait chier aussi. Le fait de chercher une plage comme à l’époque du walkman et faire avance rapide… ça a son charme mais c’est dépassé.

Teo -Après on arrive à Menilcity 1 où y avait une partie des sons de Métronome Concept qui se retrouvent dessus. Et une autre partie sur X-Story. X-Story qu’on sait pas trop bien ce que c’est, d’où ça sort ?

Cass -Je vais tout vous expliquer.

Spleenter -Vous étiez signés sur Menace Records en tant que X-Men ?

Cass -En fait,à l’époque on croise Bayes qui voulait nous signer pour un album X-Men. On lui avait expliqué à l’époque « Si tu nous signes pour un album X-Men, c’est sous certaines conditions ; à savoir qu’on a besoin d’être cadré. » C’est à dire qu’on lui demande. On a besoin d’être cadrés, d’avoir un planning organisé et en fait le temps à passé, tout ça ne s’est pas mis en place et finalement ça n’a mené nulle part. Un projet qui est tombé à l’eau. On a peut-être posé 1 ou 2 morceaux en tant que maquette mais c’est pas allé plus loin… Et vu qu’y avait un « contrat » avec Menace Records, pour partir de manière « classe », le projet X-story a servi de monnaie d’échange. Vu que Bayes fonctionne en manière street, on s’est adapté à ses méthodes.

Teo -Il est marrant ce projet. Par exemple, y a Poing levé tête baissée qui a été coupé avant la fin…

Cass -Ça, vous demanderez à Bayes. Voilà, vous l’appelez, vous lui demandez pourquoi tout ça. D’ailleurs j’aimerais bien le capter pour lui parler de ce projet, donc si vous avez son contact au cas où, je veux bien. On pourra discuter de tout ça, ce serait sympa. Mais je le croiserai bien à un moment, y a pas de souci.

                —Donc le blavog passe cet appel à témoin, Bayes, si tu nous lis—

Teo -Alors, Menilcity. On sait pas trop si c’est un album, un street album, un machin.

Cass -J’avoue, y a eu beaucoup de branlette dessus. En fait, moi ce qui m’a perdu à un moment, c’est les définitions que tu devais donner aux projets. C’est à dire qu’un projet, au début c’est une mixtape, un street album… Pour moi, ça reste un album, mais aussi une compilation dans le sens où y a des morceaux qui étaient déjà sortis et des morceaux que j’ai faits pour ce projet. Donc pour moi c’est une sorte de compilation ou d’album concept. mais parler de street album ou de mixtape, c’était à peu près la même chose. La seule différence qui est importante pour moi, c’est la différence avec un album. Et ce que j’amène, le prochain, ça ressemblera pas à ce que j’ai fait avant parce que ce sera un projet cohérent du début à la fin, que des inédits. Pour moi un album c’est ça, c’est un concept pensé de A à Z.

Teo -Durant cette période, t’as pas mal de sons avec des Hollandais.

Cass -Exact. C’était ma période Hollande. En fait c’est parti du beatmaker qui a fait « Des guns et des roses » (Raheem) sur Menilcity et qui est une personne qui intervenait aussi sur le projet en tant que producteur et il s’avère qu’on a fait 1 ou 2 mouv du côté de la Hollande, on a rencontré quelques MCs tels que les Pan Africans. À un moment donné on passait, disons, allez, 2 à 3 fois par mois pour développer le business.

Spleenter (il a entendu business et Hollande dans la même phrase) -Uniquement pour la musique ?

Cass -Ben ouais, par rapport à la musique, plans, connections, concerts, radios et content de l’avoir fait parce qu’aujourd’hui, je connais quelqu’un qui s’est installé là bas ce qui est pratique pour faire des concerts, avoir des dates. ce qui m’a surpris en fait, c’est que les Hollandais connaissaient le rap français. Enfin y a un DJ qui m’a sorti des skeuds de l’époque « c’est justifiable », « retour aux pyramides » etc… Et vu qu’en plus j’aime bien bédav, ça tombe bien, c’est en Hollande, tout tombait pile poile. Un bon 360.

Teo -Sur « des guns et des roses » c’est marqué ‘feat sundance’ mais il fait quoi dessus ?

Cass -Il fait des petites interventions dans le refrain. Il y tenait. C’est des choeurs, des backs au refrain, ils font partie du truc. C’est vrai qu’on les entend pas super bien, mais ils ont leur importance.

Teo -Dans ce projet t’avais pas mal d’instrus syncopées, « Je demande pas la Lune » avec Octobre Rouge, « Joue pas » avec Logan, « Le cash » avec Sundance. Des rythmes limite électro, je saurai pas trop définir en fait (et oui, Teobaldo il y connait rien en vrai)

Cass -Je te dirais que c’était ma vibe du moment. J’étais dans cet état d’esprit là et ça a donné ça.

Teo -Et tu calcules ou pas les tendances ? Tu prends ce qui arrive ?

Cass -En même temps, ça se fait dans une certaine époque, donc les sons qui m’arrivent sont faits par des mecs qui écoutent un peu ce qui se fait à ce moment là. Mais je te dirais que non, y’a pas de calculs par rapport à ça. Si la musique me plaît et que ça me botte tout de suite, c’est parti.

Teo -Et tu donnes des indications sur ce que tu veux aux beatmakers ou tu prends vraiment ce que les gens te ramènent ?

Cass -Non, c’est pas exactement ça. Disons qu’y a des trucs que j’aime pas, ça c’est essentiel de le savoir, donc ça fait que je vais pas dessus. Pour ce qui est des choix des instrus de Menilcity 1, je te dirais que c’est allé vraiment au kiff. J’ai eu quelques commandes en fait. Parce que je savais exactement ce que je voulais pour un son comme ‘des guns et des roses’ mais sinon, pour le reste, les gens me connaissent et ils me font des propositions par rapport à mes goûts.

Spleenter -Mais t’as pas une orientation style, pour faire cliché, plus NY, plus LA, plus south ?

Cass -On va dire que mon prochain album sera plus orienté soul, funk, jazz… Enfin non, pas jazz. Plus soul, funk. Ça c’est pour mon solo. Plus dans l’esprit Chaka Khan avec J’attaque du mike, des gros samples, des trucs rejoués. Ça je pense que c’est ce qui me définit le mieux en fait. Parce qu’après tout ce temps, on finit par savoir vraiment et là je pense que c’est la came qui me parle vraiment. Après ça peut évoluer mais pour l’instant c’est ça.

Spleenter -T’anticipes comment la réaction des gens ? Par exemple, Nakk a gardé un certain flow, un certain esprit et des fans de la première heure ont mal accueilli son album, dernièrement. De même, y a sûrement des mecs qui vont dire « ouais mais cassidy qui revient en solo en 2011, ce sera jamais aussi bien qu’avant. »

Cass -Comme je dis, je viens du terrain, donc la musique va parler et le projet que je suis en train de mettre en place, j’ai confiance à 1000%, en tout cas en ce que j’ai fait et ce qui se prépare. Les gens jugeront, je peux pas me mettre à leur place mais je sais que je vais livrer un truc de qualité.

Spleenter -Ça t’a jamais emmerdé, en gros ?

Cass -Tu sais, si je devais m’inquiéter de tout ce que j’entends à chaque fois, vu qu’on est là depuis un moment, je pense que j’aurais beaucoup de cheveux blancs. Je me rase le crâne, soit, mais quand même. Je me protège un peu de tout ça. J’avance. C’est important de se remettre en question, je le fais parce que j’ai mon entourage qui est là pour me dire quand ça déconne, mais au delà de ça j’écoute pas tout ce qui se dit sur mon rap et tout ça. Je suis moi même, tous les jours, à la recherche de progrès dans ce que je fais. Là je suis satisfait de ce qui se passe, donc on verra avec ça.

Teo -2 ans après, y a Menilcity 2 qui arrive sans trop de promo, y a pas mal de sons qu’on connaît déjà. Peu d’inédits. C’était voulu comme ça dés le départ ?

Cass -En fait, Menilcity 2 c’était une manière de boucler la boucle avec toutes ces histoires de mixtape et de street album, justement. Un condensé de ce qui, pour moi, ces dernières années, m’avait marqué. Y a « des guns et des roses » qui revient dedans, le morceau avec JP. Quelque exclus, le morceau avec Gak et toute la clique, Aketo, Veust Lyricist, etc… C’est une manière de boucler la boucle et de dire que pour ce qui est des mixtapes, je vais mettre un point à tout ça pour, justement, me retirer, préparer un album, prendre le temps et balancer que des fraicheurs. que des fraicheurs. Que des fraicheurs.

Teo -T’as une question con, toi ?

Spleenter -Non, c’est juste par rapport à l’avenir des X-Men. Même si y a pas de dates et d’échéances au truc… est-ce que tu pourrais malgré tout donner une date et une échéance ?

Cass – (rires) Ça arrivera un jour, ça c’est sûr. Ça arrivera un jour. Je peux pas te donner de date, parce que ça ce serait des conneries. Mais c’est un truc qui me trotte dans la tête.

Spleenter -C’est pas comme le prochain album d’Express D.

Cass -Pourquoi ?

Spleenter -Parce qu’y en aura pas. (Référence aux propos de Weeedy au concert Retour aux sources)

S’en suit une conversation où on apprend qu’une réédition de « Guet-apens » pourrait voir le jour, avec quelques inédits de l’époque.

Teo -J’ai une question qui me tient à coeur. Y a une rumeur qui a l’air assez vraie quand même comme quoi t’aurais fait un son avec Dany Dan qui n’est jamais sorti nulle part.

Cass -Ah oui, je vois, exact. Mais au moment où vous parliez de ça (référence au billet « Les X-Men : bande d’enfoirés ! ») ça n’avait jamais eu lieu. Je crois qu’on s’était croisés avec Dany Dan mais on avait pas fait de morceau ni studio ni rien du tout. Par contre, récemment, pour l’album d’Hifi on a maquetté un morceau, justement, avec Hifi, Dany Dan et moi mais ça, ça date de l’année dernière. Mais pas au moment où vous faisiez l’article.

Daphnée -La rumeur c’était Hifi et Dany Dan. Et ça c’était pour le projet de Dany Dan.

(Daphnée en fait c’est la manageuse de Cassidy. On l’a pas présentée dès le début parce qu’on pensait pas qu’elle parlerait. Professionnel)

Spleenter -C’est sur « À la régulière », ouais.

Daphnée -Et la rumeur a été déformée. les gens parlaient de Cass, mais c’était pas ça.

Cass -J’étais pas au courant. C’est pour ça que j’ai pas compris, en lisant ce passage. J’ai fait « non, non. »

Note : à ce jour, le blavog n’a toujours pas reçu de preuve que Black Tom Cassidy eut été représenté noir un jour…

13 Commentaires

Classé dans Cassidy (X-Men), Interview (et ouais mon pote !), X-Men bande d'enfoirés !

La Cuenta (3)

La Fouine -Hé ! Regardez qui j’ai trouvé dans une boite de nuit à Toulouse.
The Game -Where the fuck are we ?
Rohff -Game ? Qu’est-ce qu’il fout là et c’est quoi cette dégaine de clodo ?
Ikbal -Ses tatouages sur la gueule ont l’air encore plus dégueulasse… pas green quoi…
La Fouine -C’est rien ça. Moi aussi sans l’Islam j’aurais autant de tatouages que Lil Wayne.
The Game -What the fuck did you say ?
Rohff -En tout cas, bienvenue à toi mon ami américain célèbre de toujours.
The Game -Who the fuck are you ?
Rohff -But it’s me ! Tchicky R.O.H. two F ! Rohff the capi-chief ! Best french rapper, tu valiiiiiiiiides.
The Game -Who’s this creepy mother fucker ?
La Fouine -T’es sûr que vous êtes potes ?
Rohff -But yes. Mais oui. On a même fait un son ensemble. Poto jusqu’à la mort. Même snoop et Game ont kiffé, va te faire enculer. Allez tous vous faire enculer !
La Fouine -Et vous vous êtes croisés en studio ?
Rohff -Non, pourquoi ?
La Fouine -Bah cherche pas. Il sait pas qui t’es.
Rohff -Parce qu’en plus, fallait qu’il soit là ? Bordel…
The Game – I don’t give a fuck, I will sing in french.
La Fouine – t’aimes le rap français ? c’est cool, merci.
The Game – And I will hide my head at the beginning. Nobody must know it’s me.
La Fouine – et t’inquiète, je vais faire une grosse promo pour annoncer ce feat. le monde entier saura qu’on a rappé ensemble.
The Game – Fuck my life.

D’un coup, ça sonne.

Ikbal -Housni, c’est Snoop aaaauuuu phooooone. Il te demande si tu veux faire le remix officiel de gangsta luv.
Rohff -Demande lui si il sera en studio
Ikbal -Il dit que non.
Rohff -Alors envoie le se faire foutre… Non ! Attends ! Pire ! Dis lui que tu vas remixer Gangsta Luv, toi. Ils sauront ce qu’il en coûte de s’en prendre à Rohff !
Ikbal -Criminel !

La Fouine -Je vais faire un teaser de mon futur duo avec Game. et je vais remettre Jacques Brel par dessus des images en studio.
Rohff -Pourquoi quand Jacques Brel fait des fautes comme « Bien que ça soyent » ça reste un grand poète. et pourquoi quand c’est nous on nous traite de sous culture d’analphabètes ?
La Fouine -Parce qu’il est belge ?
Rohff -Non ! Parce que ce sont des sales rageux de merde !!
La Fouine -Mais qui ça ?
Rohff -TOUS !!
Ikbal -Tousni !
La Fouine -…

Rohff -Tu vas avoir The Game sur ton album et l’autre enculé qui a P Diddy… Moi aussi il me faut un feat américain.
La Fouine -Bah t’es pas super pote avec Flo Rida ? Demande lui.
Rohff -La dernière fois il m’a juste refilé une chanteuse sur « Magnifique »…
La Fouine -Mais je croyais qu’il avait trop kiffé La grande classe et qu’une grosse surprise allait arriver suite à ça…
Rohff -Oui, c’est Cassandra sur Magnifique la grosse surprise…
La Fouine -…
Rohff -Je sais c’est minable…
La Fouine -Réessaie quand même. Si il te dit reste en chien, au moins t’auras essayé. Tu vas pas prendre du ferme ferme ferme pour ça.
Rohff -Ikbal ! Passe moi le téléphone !
Ikbal -Toi aussi tu passes la moitié de ton temps aaauuu phooone ?
Rohff -Tu veux passer tout ton temps sous terre ?

La Fouine -Alors ? lors ? lors ?
Rohff -Il m’a encore refilé une de ses chanteuses, Wynter Gordon. Il se fout de moi. Je ne suis pas respecté.
La Fouine -Tu vas faire quoi ?
Rohff -Un jour, c’est lui qui me demandera un feat !
La Fouine -Mais bien sûr…
Rohff -Et ce jour là, je lui refilerai moi aussi une meuf avec qui j’ai déjà fait un feat.
La Fouine -Je peux te filer le numéro de Zaho si tu veux. J’ai déjà fait un feat avec elle.
Rohff -Gère ! gé gé gère !
La Fouine -Je disais ça pour déconner, hein ?!
Rohff -Appelle la quand même.
La Fouine -Ça t’a pas suffit de passer après moi avec Amel Bent ?
Rohff -Appelle !!!! Sinon la pelle !!!!

Zaho -Ah mais c’est Housni.
Rohff -Ah mais c’est Zaho. Ah mais, Ça sent le feat !
Zaho -Bah c’est pour ça que tu m’as appelé non ?
Rohff -Ta gueule ! Tu gâches tout là ! Ça doit être un moment magique. On va feater ensemble, toi et moi.
Zaho -Euh… oui…
Rohff -Je vais te feater comme jamais on t’a featée.
Zaho -Euh… d’accord…
Rohff -Comme ça quand Flo Rida passera après, il sera nul.
Zaho -Quoi ?
Rohff -Rien, ta gueule ! Laisse toi feater maintenant, viens on va en cabine.
Zaho -Fais doucement.
Rohff -Ta gueule ! Dans tes yeux ! Rrrreeaaaahhh !

Mais Zaho est également la coéquipière infiltrée et aux pouvoirs surnaturels de l’inspecteur Kamel.
Kamelancien -Inspecteur Kamel. Haut les mains en l’air. Tchiky.
Rohff -Mais d’où tu sors toi ? Je t’ai pas entendu arriver.
Kamelancien -Je marche comme un serpent.
Rohff -Mais ça marche pas les serpents…
Kamelancien -C’est ce que je dis. Marche comme un serpent, vole comme un paon. Je suis le lion du désert.
Rohff -Mais y a pas de lions dans le désert.
Kamelancien -C’est ce que je dis.
Rohff -…
La Fouine -Pourquoi il est là, lui aussi ?
Kamelancien -Je te parle pas à toi. Tu te prends pour Snoop Dogg.
La Fouine -Je te répondrai pas, saucisse. C’est comme si Jay Z clashait Will Smith.
Kamelancien -Et maintenant tu te prends pour Will Smith…
La Fouine -Mais non. Je suis Jay Z moi. Et par là je veux dire que je suis pas Snoop.
Rohff -Si t’étais Snoop, je t’enverrai te faire foutre, je suis pas respecté.
Kamelancien -Qu’est-ce que c’est que cette histoire ?
Rohff -Je refuse de faire un remix de Snoop parce que je veux un feat cainri d’envergure.
Kamelancien -Cette déposition n’a aucun sens. C’est une affaire pour l’inspecteur Kamel. Je m’en charge, gogo kamelo patins à roulettes !

Cachin -Ô Rohff, Housni le warior de ton prénom, qu’a prévu le légendaire guerrier linguistique pour la suite de cet album ?
Rohff -Je vais inviter Jena Lee.
Alkpote -Ça c’est bien salope !
Rohff -Mais pourquoi vous partez pas, vous ?
Alkpote -C’est bien de feater Jena Lee, perso je le ferai pas même si je fourre des laiderons avec la tête ronde, mais ça pique le boulot d’Orelsan. Ce petit con qui nous vole notre job.
Rohff -Ouais, je voulais faire un son pop comme Eminem et Rihanna.
Alkpote -…
Katana -…
Mister You -…
La Fouine -…
Ernesto -…
Cachin -…
Ikbal -… green ?
Rohff -Bon en vrai, c’est ma mère qui m’a dit d’arrêter mes conneries et de pardonner à mon frère… Et de me remettre une dent aussi… Alors j’ai décidé de pardonner à mon frère mais sur une chanson avec Jena Lee au refrain, pour bien le faire chier !
Ikbal -T’as pardonné à S’Co de t’avoir envoyé en prison ?
Rohff -Hachek ! Non ! C’est à toi que je pardonne, sale con.
Ikbal -Mais qu’est-ce que j’ai fait moi ?
Rohff -De la musique de drogué !
Ikbal -Mais c’est toi qui m’a refilé toutes les musiques techno qui étaient pour ton album à la base.
Rohff -Ta gueule, putain ! Et toi note pas ça !
Cachin -Très bien Warior, Rohff le Housni de ton prénom.

5 Commentaires

Classé dans La Compta, sliphop

Passe à la cuenta, t’es virret (1)

La Fouine est en studio et il sait que pour revenir il lui faut un gros feat sur son album.
Il a déjà fait Sefyu et Booba. Il referait bien un feat avec Booba mais pour des raisons inconnues, celui ci ne répond pas au téléphone. Pourtant La Fouine prend bien soin d’appeler avant mi-nuit. Etrange…
Alors finalement, ce sera Rohff.
La Fouine -Quoi de neuf Housni Baby ?
Rohff -Ça, t’arrête tout de suite. Moi c’est Housni Montana, the rap is yours.
La Fouine -En tout cas c’est du lourd lourd lourd de ouf de t’avoir sur mon album.
Rohff -Ouais ouais ouais, c’est pour pousser la chaise roulante de ton buzz.
La Fouine -Toi aussi t’as du mal à avoir du buzz en ce moment. Non mais oh. Reste en chien, hein bon.
Rohff -Mais nous, même sur une chaise roulante on reste debout !
Ikbal -Ouais Hous’ ! Criminel ! Moi, même dans mon lit je reste debout !
La Fouine -Ça explique beaucoup de choses.
Rohff -Ouais bah ça va. Toi aussi t’as un petit frère dans le rap, la ramène pas.
La Fouine -On va passer tout de suite au business je pense.
Rohff -Surtout que je vois pas de quoi on pourrait parler d’autre, toi et moi. À part du retour de Kamelancien dans le rap. Mais personne ne veut ça ici.


La Fouine -Ça te choque si je dis que je viole le rap comme un curé ?
Rohff -Non, j’m’en tape.
La Fouine -Pourtant quand Booba avait dit « Je me lave le pénis à l’eau bénie » ça t’avais choqué.
Ikbal -C’est parce que c’était Booba. Il est pas green Booba, pas criminel.
Rohff -Tais toi, toi. J’avais aussi dit « Fuck la techno c’est de la musique de drogués »
La Fouine -Oui c’est vrai.
Rohff -Et aussi « Fuck les blacks qui passent de la house, vous me faites marer »
La Fouine -Aussi oui.
Rohff -Et depuis j’ai fait des sons electros de merde parce que je croyais que c’était la mode.
La Fouine -C’est ça.
Rohff -Et c’est pour ça que je fais des feats avec toi. Faut que je retrouve mon image de rappeur hardcore.
La Fouine -Tu ne pouvais pas mieux tomber. Moi je suis trop hardcore. À partir de maintenant et dans tous tes sons va falloir que tu parles de ton sperme.
Rohff -Hachek ?!
La Fouine -Vaz y champion, essaye.
Rohff -Euh… Euh… Karcher de me-sper… ?!
La Fouine -C’est ça !
Rohff -C’est bien ?
Ikbal -C’est green ?
La Fouine -C’est très bien. Refais le avec plus de conviction.
Rohff -Karcher de me-sper !!!!
La Fouine -C’est ça ! Rajoute des gestes, lâche toi !
Rohff -Ouais ! Karcher de me-sper, et je fais genre je porte un fusil à pompe ! Ouais ! ouais ! Ouais ! Ça c’est du loureuh !
Ikbal -Criminel !!!
La Fouine -Tu le gardes ça, tu le feras dans le clip.
Rohff -Si to the mother fucking si, si si.
La Fouine -Et tu vas recracher de la fumée.
Rohff -T’es sûr ?
La Fouine -Mais ouais, c’est tendance, je te promets. C’est ça !
Rohff -Mais je bouffe pas les strings, OK ?!
La Fouine -Personne n’a parlé de ça…


On continue, pendant l’enregistrement du morceau.
Rohff -T’es sûr que ça se dit « jouissant » ?
La Fouine -Jouissant, c’est un vrai mot.
Rohff -Mais t’es sûr que ça se dit dans ce contexte ?
La Fouine -Non. Donc c’est toi qui le dira dans le clip.
Rohff -Hachek ?! T’es sûr ?
La Fouine -Mais ouais ! C’est tendance !
Rohff -OK.
La Fouine -Et tu vas parler de grosses voitures et de putes.
Rohff -Cla-cla-classe ?
La Fouine -C’est tendance, c’est tendance. C’est moi le pro ici. J’ai fait Cauet.
Rohff -Mais moi je suis partout ! Je confonds même ma glace et mon plasma.
La Fouine -Mais ? Mais ? Mais ? C’est pas toi dans ta télé, là. C’est Scarface avec paccino…
Rohff -C’est pas moi ?
La Fouine -…

 

Dans le clip, vous verrez, Rohff n’est pas du tout dans son élément mais il observe studieusement pour comprendre.
La Fouine lui mettra même une meuf à côté de lui, pour être sûr que Rohff ait l’air totalement perdu.
La Fouine -C’est ta partie Rohff, faut que tu rappes, là.
Rohff -Huhuhu !
La Fouine -Non mais arrête de glousser, bordel !
Rohff -Huhuhu !
La Fouine -Bon, OK, virez la meuf, on la verra que 2 secondes, c’est pas grave.
Rohff -Tiens connasse ! Coup de pelle dans ta gueule !
Ibal -C’est la guerre du rap ! Criminel ! Green !
Rohff (Il crâche sur la meuf à terre) -Tu vas salir tes ongles, starfuckeuze ! Tu vas faire le ménage, la vaisselle. Tu va faire le mariage halel en survet et tu vas acheter un pit bull !

La Fouine -T’es toujours tout géné comme ça avec les meufs ? ça doit être chiant non ?
Rohff –Hysteric love se finit toujours mal.
La Fouine -Mais comment tu fais quand y a une fille qui te plait ?
Rohff -Moi je trouve d’abord un bombasse, tu vois ? Avion de chasse.
La Fouine -Elle a quelque chose de spéciale ?
Rohff –Rien de spécial !
La Fouine -Elle se déhanche correctement dans tous les départements ?
Rohff -Hachek ! Non ! Jamais ! Jamais ! JJJJJJJJamais ! Elle a un petit pull pour protéger son boul.
La Fouine – Un Louis Vuitton ?
Rohff -Non. C’est moi le Loup Vuitton.
La Fouine -…
Rohff -Il faut pas qu’elle pue de la chatte, des aisselles.
La Fouine –La chatte des aisselles ?
Rohff -Ensuite je lui fais des grimaces pour qu’elle rigole comme une gogole ! Truc de lover. J’ai ma sensibilité aussi.
La Fouine -C’est ça !
Rohff -Puis je l’emmène dans ma suite à l’hotel et je lui dis « Faut que j’aille me branler pour pas cracher la purée tout de suite. Dans tes yeux ! »
La Fouine -…
Ikbal -Criminel ! Elle en a marre des tarlouzes comme Chris Brown Brown Brown ! Elle veut son milk shake, ta descendence dans sa bouche ! Et pas dans ses yeux.
La Fouine -Mais elle fait quoi la fille pendant que tu te branles ?
Rohff -Elle peut se promener dans les couloirs de l’hotel. Par contre elle déconne si elle passe aux chiottes avant la levrette.
La Fouine -…
Rohff -Comme ça elle découvre. Moi je suis entre le 5 étoiles et le 9 m². J’ai l’habitude. Mais je sais que la première fois c’est rigolo.
Ikbal -Y a des ascenseurs qui marchent. Et ils sont propres. Criminel !
La Fouine -Ah j’avoue. Moi aussi la première fois dans un palace je suis resté 3/4 d’heures dans l’ascenseur.

 

Le clip est enfin dispo sur le net.
La Fouine -Tu vas voir, ta côte va remonter en flèche. Tu as bien fait de t’adresser à moi et de me demander quoi de neuf Fouiny Baby.
Rohff -J’espère juste que les sales jaloux de merde vont pas encore lancer des rumeurs.
La Fouine -Le téléphone sonne. Allo, quoi de neuf au phony baby ?
Ikbal -Au phoooone !
Brüno -Allo ! Ich bin Brüno !
La Fouine –Oh non ! Pas encore toi… ?!
Rohff -C’est un jaloux de merde ? Si c’est un jalou de merde, dis lui que que je le hais.
La Fouine -Pire ! c’est un Autrichien, chien, chien.
Ikbal -Green ?
La Fouine -Qu’est-ce que tu me veux encore ?
Brüno -Ach ! Gutten tag herr La Fouine ! Je vouloir féliciter toi encore pour « Passe leur le salami », nouvelle chanson de toi où toi parler de lentilles au refrain, parce que salami aux lentilles très bon. Gutt gutt ! Toi encore honorer tradition autrichienne, ja ? Quand toi redire avoir relation avec membres de famille à toi. Ja ? 
La Fouine -Mais bordel de dingue ! Je n’ai jamais fait l’apologie de l’inceste !
Brüno -Pourtant toi bien dire « On a serré ton petit frère, ta petite soeur et mon neveu », ja ?
La fouine -Quoi ? Quoi ? Quoi ? Mais non. Je voulais dire ton neveu ! TON neveu ! Pourquoi personne ne m’a repris ? T’aurais pas pu me dire que j’avais dit ça ?
Rohff -Fallait que j’écoute tes couplets en plus ? Mais on a jamais parlé de ça ! Jamais ! jamais ! JJJJamais !


Notre fouine est dépitée. Mais à peine raccroché, le téléphone resonne.
La Fouine -Allo de ouf ?
Bellanger -Salut Chafouine.
La Fouine -Pour la dernière fois, c’est La Fouine ! Comme l’animal.
Bellanger -Je comprends ton engouement bien naturel pour ce rongeur à l’anus soyeux.
La Fouine -…
Bellanger -Ecoute, j’ai une grande nouvelle. C’est gagné !
La Fouine -Je vais avoir des passages radios ?
Bellanger -Arrête tes conneries. Je te parle de bien mieux !
La Fouine -Je vais passer en boucle ?
Bellanger -Non. Bon écoute, je suis occupé moi, je suis le patron d’une chaine de télé.
La Fouine -De radio.
Bellanger -Si tu veux ! Bref, j’ai pas le temps pour tes conneries, moi. Tu veux que je t’annonce la grande nouvelle ou pas ?
La Fouine -Bon bah allez y…
Bellanger -Tu sais que j’ai des amis hauts placés ? C’est d’ailleurs pour ça que mon procès a pas trop fait de vagues d’ailleurs. Et bien, tiens toi bien, j’ai appris ce matin que tu risquais un procès pour pédophilie quand tu insinues que tu t’es aussi tapé Zahia. Ça y est petit ! Tu peux être fier de toi !
La Fouine -…
Rohff -Et les passages radios, enculé ?
Bellanger -Vous êtes qui vous ? Un nouvel ami ? J’aime les nouveaux amis.
Rohff -Hachek ! Sale rageux ! C’est tchiky R O H 2 F ! Rohff le capi’chef !
Bellanger -Qui ?
Rohff -Bah Rohff quoi…
Bellanger -Je ne vois pas…
Rohff -Je passe depuis des années sur skyrock. Je vous ai fait gagner plein d’argent…
Bellanger -Si tu le dis. Après tout. (Il raccroche)
Rohff -Tu me fais passer pour un con depuis le début, Barbiche !
La Fouine -Euh… NOn. Tu confonds avec mon frère, c’est ça ! Je suis pas La Fouine, moi, je suis Canardo, voilà, Canardo. Ecoute, je fais de l’autotune « jE Ne pErDs  pAs  lE  NorD ! ». Je te le dis en te regardant dans les yeux, je ne mens pas.
Ikbal -Moi c’est Ikbal, Hous’ il est à ta droite.
La Fouine -Putain ! Vous me faites tous chier, les petits frères dans le rap !
Rohff -C’est moi Rohff ! HOUSNI !!! Le rap me ressemble parce que je lui ai niqué sa mère !
La Fouine -Moi j’ai tellement niqué sa mère que je suis son beau père !
Rohff -Tu te fous de moi, en plus ! Tu vas courir Fouiny !!!


On retrouve Rohff en forêt où il enterre La Fouine dans un trou avec sa pelle et Ikbal.
La Fouine -Hé mais je suis encore vivant !
Rohff -Plus pour longtemps. Je vais t’enterrer et faire les choses bien sinon c’est minimum 10 piges, avec un trou creusé dans la conscience, tu piges ??!!
La Fouine -C’est surtout un trou creuser dans le sol avec moi dedans que je vois là.
Rohff -T’es une fouine, je te renvoie dans ton terrier, c’est normal ! Frais !
Ikbal -Ouais ! Frais Hous’ ! Super frais !
La Fouine -Ah ouais ? Bah enterre moi et ce soir je dine avec la darone.
Rohff -C’est beau ce que tu dis. C’est egotrip et je m’en foutiste à la fois.
Ikbal -Ouais c’est green !
La Fouine -Non, moi c’est La Fouine. Green c’est mon pote.
Rohff -N’empèche que ce que tu viens de dire c’était très classe et super tristounet à la fois.
La Fouine -Toi tu pourras jamais sortir des phases comme ça…
Rohff -Jamais jamais ?
Ikbal -JJJJJJJamais ?
La Fouine –Reste en chien.
Rohff -Peut-être qu’en fin de compte je vais te garder pour un feat sur mon album.
Ikbal -Mais du coup on peut pas l’enterrer ici…
Rohff -On peut pas tout avoir. D’ailleurs ce sera le titre du morceau.
La fouine -On peut pas tout avoir ?


Rohff -Ouais ! Je vais prendre La Fouine sur mon album. Et vous savez que ce je vais prendre d’autres ?
Ikbal -Des sous ?
La Fouine -Des bonnes prods ?
Rohff -Non. Je vais prendre mon aigle !
La Fouine -T’as un aigle ?!
Rohff -Je possède un aigle, Ernesto. Ernesto est un aigle depuis de nombreuses années mais c’est également un oiseau.
La Fouine -… (taré !)
Rohff -J’aime bien les aigles ! Parce que l’aigle c’est un animal dont on parle jjjjjjjamais alors que c’est un animal qui peut être très important. Parce que moi je trouve qu’être ami avec un aigle c’est plus important qu’être ami avec des vrais amis, qui sont parfois des sales jaloux de merde ! Fuck ton pote ! L’aigle il vous protège ! Si y’avait du danger comme des haineux par exemple « Ouais bah moi je suis avec un aigle ! » alors là, évidement… Même si parfois tu peux voir un K-sos for life se battre avec un oiseau.
Ikbal -Ou baiser avec ses chaussettes. (On reconnait l’expert en séduction)
La Fouine -… Maman j’ai peur.
Rohff -C’est décidé ! Je vais prendre mon aigle, Ernesto. Et je vais prendre olivier Cachin aussi !
La Fouine -Et moi ?
Rohff -Toi tu vas prendre une douche ! T’as de la terre partout… et sors de ce trou, crétin.

C’est ainsi que Rohff épargna La Fouine et décida de s’allouer les services d’Olivier Cachin. Le Booby Six Killer de la presse rap écrite un peu la famille.

Le clip de La fouine et Rohff – http://www.youtube.com/watch?v=uy-dCNQPNW0

Oups ! pardon, voilà le vrai clip – http://www.youtube.com/watch?v=-vSD8DliZ1w

Ah bah merde, encore trompé dis dont… Allez http://www.youtube.com/watch?v=Isq6mJGEIOo&feature=fvst

Rohff avec Ernesto – http://www.youtube.com/watch?v=iAEjYQQGkNA

24 Commentaires

Classé dans La Compta, Uncategorized

Dead Buzz Walking 5

Tel Charon sur l’Acheron, Doudou Masta fait passer la carrière des rappères de vie à trépas (là il faut avoir quelques notions culturelles. On s’excuse pour ça, ça ne se reproduira plus).

Cela dit, Doudou Masta ne s’occupe que du rap. Par exemple, celui qui distribue les bons et les mauvais points pour la variété Frinçaise, c’est Benjamin Biolay. D’ailleurs lui il ne gère pas de buzz, il sodomise la femme du président de la république. C’est un style.

Mais il arrive quand même que des gens se trompent. Des gens qui ne font plus de rap mais qui veulent quand même du buzz.

Oxmo –Rends moi mon pèze. Enfin, je veux dire mon buse.

Doudou –Euh… Ouais, mais j’ai beau chercher dans mes registres, je crois que je ne te dois aucun buzz. D’ailleurs ton nom n’apparait plus nulle part. T’es sûr de faire encore du rap ?

Oxmo –Je suis Oxmo Puccino. Regarde mieux. Ça s’écrit en tout majuscule. Parce que chaque lettre est aussi importante que la précédente dans Oxmo Puccino. Voire plus !… Euh non. Autant importante.

Doudou –Non mais je sais qui tu es Ox…

Oxmo –Et oui c’est moi ! C’est moi ! C’est moi ! Applaudissez moi ! Sez moi ! Sez moi ! Donc j’ai droit à du buse ! Il est comme ça Ox Puissant !

Doudou –Ox Puissant ? Ecoute, tu ne figures plus sur ma liste de rappères ça doit être parce…

Oxmo –Ridicule ! je suis le Notorious BIG Frinçais ! J’ai forcément du buse ! Si j’en ai pas, qui en a ? Hein ? Hein ?

Bauza –J’en ai moi ?

Oxmo –Ta gueule toi. C’est moi qui parle, ici. Je suis le Black Desperado. Toi le Black Bernardo, faut pas qu’on t’entende. Jamais.

Bauza –Mais je suis bon pourtant. Je suis tellement lourd qu’on m’appelle « Cellulite » !

Oxmo –Ne fais pas attention, Lord Ko, si on l’appelle Cellulite c’est surtout parce qu’il me colle au cul.

Doudou –Et que t’as un gros cul.

Oxmo –Je ne te permets pas, Lord Ko.

Doudou –Je suis Doudou Masta, bordel de merde ! Doudou Masta ! YAGAYA YAGAYA YAGAYAYA ! DOUDOU MASTA !!!

Oxmo –Ouais, ouais. Bon, rends moi mon buse !

Doudou –Non mais t’es pas sur ma liste, je te dis. C’est pour Bauza que je suis là, moi.

Bauza –Cool ! Du buzz !

Oxmo –N’y touche pas enfoiré !

Bauza –Mais pourquoi ?

Oxmo –On est une équipe. Tu dois m’épauler, c’est comme pour une grève de la faim. Si j’ai pas de buse, t’as pas de buse non plus.

Bauza –Quoi ? mais c’est pas juste !

Doudou –Surtout que si vous faites une grève de la faim, y en a un des 2 qui a plus de réserves que l’autre…

Oxmo –C’est comme ça. On est une équipe. On partage le bon et le moins bon. Si je deviens célèbre, tu deviens célebre.

Bauza –Mais TU ES célebre, bordel !

Oxmo –Mais non, voyons.

Bauza –T’as même eu une victoire de la musique, l’autre jour. C’est passé à la télé.

Oxmo –Alors comment t’expliques que j’ai pas de buse, gros malin ?

Doudou –Non mais ce que j’essaye de te dire depuis tout à l’heure c’est que tu as été transféré. Tu n’es plus rappère.

Oxmo –Comment ça je ne suis plus rappère ?

Doudou –Ben non.

Oxmo –Pourtant quand Laurent Ruquier et Nagui m’invitent ils disent bien que je suis un rappère. Puisqu’ils disent que je suis loin des clichés du rap et des autres rappères Frinçais.

Doudou –Ah parce que t’as cru qu’ils y connaissaient quelque chose en rap, eux ? Ils disent ça surtout pour pouvoir insulter les autres rappères au passage.

Oxmo –C’est-à-dire ?

Doudou –C’est-à-dire qu’ils en ont rien à branler de ta gueule. Ils t’invitent surtout parce que t’as l’air plus civilisé, gentil et innofensif que les autres. Comme ça ils remplissent leurs quotas et ils peuvent se servir de toi pour bien enfoncer les autres en disant bien que toi, au moins, tu connais des mots de 3 syllabes. Sous entendus : les autres rappères c’est tous une bande de cons.

Oxmo –C’est rudement habile dis donc.

Doudou –Mais ?! Mais ?! Ça ne te dérange pas d’être utilisé comme un chien savant par des gens qui ne t’aiment pas. Qui le font pour enfoncer tes anciens collègues ? Alors que des mecs comme Naguie ou Ruquier ou n’importe lequels de ces présentateurs n’ont jamais écouté et n’écouteront jamais les autres rappères qu’ils insultent ?

Oxmo –Où veux tu en venir ?

Doudou –Y a une quinzaine d’année ils faisaient déjà ça en mettant Solaar en avant. Disant que lui au moins il était pas abruti comme les autres.

Oxmo –Oui et ?…

Doudou –Oh putain !… Mais y a une quinzaine d’année, les autres, c’était toi ! C’était Time Bomb, La Cliqua, le Beat 2 Boul etc… Ils vous en mettaient plein la gueule sans vous connaitre.

Oxmo –Peut-être qu’ils avaient raison.

Doudou – ????

Oxmo -¨Peut-être qu’effectivement nous étions de petits abrutis sans vocabulaires et que aujourd’hui ils ont toujours raison de dire que je suis mieux que les autres. De toute façon, moi non plus je les écoute pas les autres et ça m’empêche pas de savoir que je suis bien meilleur que eux tous.

Doudou -… je ne sais plus quelle ânerie je dois relever en premier dans cet amas d’assertions sans fondements…

Oxmo –L’essentiel c’est que je ne sois plus un rappère et que je sois devenu maintenant un artiste.

Bauza –Pourquoi on pourrait pas être les 2 ?

Oxmo –Parce que c’est la Frince ici, ducon ! Et maintenant que je suis plus un rappère, je peux faire un clip plein de filles dévétues et personne ne me le reprochera. Et mes amis Nagui et Ruquier continueront de me présenter comme un artiste loin des clichés du rap Frinçais, alors que pas du tout. Mouahahaha !!

Bauza –Tu veux dire avec des danseuses ?

Oxmo –Non, même pas. Elles n’auront même pas l’excuse d’être des danseuses professionnelles qui se sont entrainées des années, juste je sélectionnerait des putes que je trouve bonnes, c’est tout.

Bauza –(il en attrape un ulcère) Tu veux dire que tu peux faire ça ? Juste mettre des meufs choisies pour leur plastique sans aucune autre raison ?

Oxmo –Et oui ! C’est comme ça un artiste, vois tu ?

Bauza –(il vomit du sang) Et personne ne t’en voudra de faire ça ?

Oxmo –Si tu veux je dirait aux putes d’avoir des instruments de musique.

Bauza –Ah ! Tu vois ! Il faut bien justifier la présence de femmes presque à poile, même dans un clip de variété.

Oxmo –Oui, mais on mettra bien en évidence qu’elles ne savent absolument pas en jouer. Pour bien dire qu’elles sont là uniquement parce que j’ai envie de les tringler.

Bauza –… (il s’évanouit)

Doudou –Tu vas vraiment faire tout ça ?

Oxmo –Bien sûr ! Et tu sais pourquoi ? Parce que j’en ai le pouvoir ! Maintenant que je fais de la variété, on ne m’accusera pas de machisme. L’inteligenzia et la pensée unique savent que je suis un artiste. Et pour preuve, le clip sera en noir et blanc. C’est artistique le noir et blanc. J’aurais une écharpe aussi. Et puis je vais sous-exploiter Vincent Cassel et Ludivine Sagner aussi. Et faire une référence grossière à Jacques Brel aussi. Ça montrera bien à quel point je me prends pas pour de la merde et que je renifle mes pets en inspirant bien profond. C’est ça être un artiste en Frince.

Doudou –…

Oxmo –Faudrait ramasser Bauza, ça fait tache sur mon nouveau carrelage saumon de chez Point P.

Doudou -Ah merde ! Comment je vais lui passer son buzz maintenant ?

Oxmo –Pose le buse, ici. Je lui remettrai.

 

Alors question. Oxmo fera-t-il profiter de ce buzz à Bauza, faisant ainsi un beau geste pour le rap Frinçais ? Ou s’éloignera-t-il toujours plus, tel un homme important qui tue les gens avec qui il a grandi pour que plus personne ne sache qu’un jour il n’a été qu’un simple rappère dans les rues du 19ème ?

 

Oxmo, Ludivigne Sagnier, Vincent Cassel, des putes et une écharpe
L’accadémie frinçaise vous explique la frontière ténue entre talent et vulgarité : http://www.youtube.com/watch?v=EpWfwdgRlUU

212 Commentaires

Classé dans dead buzz, sliphop