Archives de Tag: clip

Pour les petits retardataires (bis)

Ron-Burgandy-Finishes-Drink-Quickly-Anchorman

Ouais parce qu’en fait y’a une moitié du Blavog qui participe régulièrement à l’émission Abcdr, histoire d’insuffler un peu d’esprit Cogip dans tout ce bouzin.

Donc ça c’est les 3 premières

l’impact du virus Ebola sur le rap français

un portrait type d’une partie du public rap : les sales puristes

et une sorte de revue de presse focalisée sur toutes les conspirations de ces derniers temps

voilà, merci à tous de votre attention

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le Clashico (rattrapage)

Alors ça en fait c’est ce qu’on aurait dû sortir y’a à peu près un mois ou deux, vu que c’est la suite directe de ça,  sauf qu’on n’avait pas le temps. Du coup faut te dire dedans ta tête que ça se passe avant ce qui se passe maintenant. Je sais, c’est dur, mais tu y arriveras.

Au QG du 92i, Booba déprime, ce qui dans son cas précis veut dire qu’il fait des avions avec des billets de 500 tout en caressant un chat.

Dje – Bah alors ? Gros sur la patate tu as ?
Shay – c’est pas la grande forme on dirait
Booba – mais vous êtes qui à la fin ?
Shay – bah on…
Booba – oh et puis merde, je m’en fous. J’ai d’autres soucis.
Dje – comme quoi ?
Booba – hier j’ai dragué une dominicaine. Vous savez ce qu’elle a fait ? Elle a regardé mes jambes pendant tout le temps où je lui parlais. Et à la fin elle a dit « c’est vrai que ça me rappelle les combats de coq au pays ».
Shay – elle parlait pas espagnol ?
Booba – fous moi le camp.
Dje – si à ce point là c’est, peut-être répondre à Rohff tu devrais
Booba – c’est trop tard, j’ai essayé mais j’ai pas le temps. La technique du saladier a ses limites.
Dje – la technique du saladier ?
Booba – oui, c’est comme ça que j’écris. Je note plein de bouts de phrases sur des petits papiers, je les mets dans un saladier, et je jette le saladier en l’air. Celles qui retombent du bon côté, je les mets ensemble et ça fait un couplet.
Mala – IZI TECHNIQUE
Booba – voilà
Mala – MAIS IZI LIMITES
Booba – je te le fais pas dire. Et c’est pas tout, regardez ce que j’ai reçu comme courrier aujourd’hui
Dje – pas à ton nom c’est. « Mrs Zoulette » y’a marqué sur les enveloppes.
Booba – t’as tout compris. C’est comme ça que tout le monde m’appelle désormais, y compris le facteur. J’ai même surpris le concierge qui voulait changer le nom sur la sonnette ni vu ni connu, l’enzencuzulézé.
Dje – mais console-toi, caramel numéro 1 des ventes il est.
Booba – ventilé ? Mais qu’est-ce que ça veut dire bordel ? Tu sais que tu commences sérieusement à mes les briser à parler comme ça tout le temps ? Tu peux pas mettre des « z » partout comme tout le monde, non ?
Dje – des Zaïrois ?
Booba – oh putain.
Dje – c’est vrai que Grodash tu as invité sur Autopsie 4, mais sinon il n’y a pas eu beaucoup de…
Booba – LA FERME.
Shay – et je me demandais, t’es sûr que t’as vu Heat ? Parce qu’elle est chelou ta phrase.
Booba – pas du tout : Comme De Niro dans Heat sauf qu’à la fin je pars sans la fe-meu. Lui il tente de l’emmener avec lui.
Shay – mais au final il l’abandonne dans la voiture
Dje – du coup que t’as rien compris au film on dirait.
Mala – QUIZIPROZOQUOZO

(mais là, le téléphone sonne)

Booba – Allo ?
25g – salut c’est 25g mon copain
Booba – plaît-il ?
25g – c’était juste pour dire qu’à la base c’était quand même moi le premier à utiliser « morray ».
Booba – et ?
25g – et c’est tout, je tenais à le dire.
Booba – fascinant.
25g – sinon c’est vrai que « wesh morray » c’est pas contre rohff, je le vois bien.
Booba – enfin un qui comprend. T’es moins con que t’en as l’air
25g – ouais tout le monde sait que c’est un clash sur Morsay
Booba – ouais et… hein ?!
25g – c’est pas ça ?
Booba – cette conversation touche à sa fin.
Dje – d’ailleurs Morsay t’a répondu.
Booba – ahaha ! Bravo, tu m’as redonné le sourire.
Dje – c’est pas une blague
Booba – mais… mais… putain de bordel d’izi, c’est quoi tous ces cons qui répondent alors que je leur ai jamais parlé ? Quel est leur projet ? Est-ce que moi je fais ça ?
Mala – en même temps, toi tu réponds même pas quand ça t’est adressé directement.
Booba – c’était une façon de parler, tas de cons ! C’est l’autre salopard qui doit jubiler…
Dje – il est jube ?
Booba – DEHORS.
Shay – sinon j’ai pensé à autre chose
Booba – tu as pensé ?
Shay – hé ho ça va hein. J’ai quand même un mental de paysanne.
Booba – …
Shay – donc je me suis dit qu’on pourrait faire un montage vidéo, où on prend des images de l’ex à rohff qui le clash sauf qu’après on coupe le son et on fout le titre 5.9.1 à fond.
Booba – quel est l’intérêt ?
Shay – bah… sa situation avec la meuf… le gosse… tout ça… c’est ironique quoi, c’est ce qu’il dit dans 5.9.1
Booba – mais dis donc c’est un sacré truc de pute ce que tu nous proposes. Et pourtant t’es encore habillée.
Shay – mais…
Booba – non mais je disais ça comme un compliment. Ceci dit, c’est non.
Shay – mais pourquoi ?
Booba – j’ai dit que je m’attaquais pas aux mamans des gens, c’est pas pour faire chier leurs gosses après, Einstein. Par contre tu m’as fait voir la situation d’un autre œil, il est temps de me reprendre en main.
Shay – c’est à dire ?
Booba – t’es virée. Mala, va lui trouver un remplaçant.

Chez Foolek empire

Ikbal – bah alors ? Tu l’as terminée la zoulette là ! Street célébration, coup de pelle pour tout le monde.
Rohff – mouais.
Ikbal – bah quoi ? On dirait que t’as pas la patate.
Rohff – il me répond pas. A quoi ça sert d’avoir fait tout ça, j’ai repris son instru, je lui ai déclaré la guerre, je l’ai insulté salement, et il fait le mec au-dessus de tout ça.
Ikbal – mais ça c’est parce qu’il a peur. Il flippe dans son slip, hein Alain ?
Alain – si tu le dis.
Rohff – n’empêche que voilà, il vend pareil qu’avant, c’est comme si j’avais rien fait, ça sert à rien tout ça.
Ikbal – attends, mais ça on s’en fout, c’est des zoulous qui achètent ses cd. Un cheval, des chevaux, une zoulette, des zoulous, normal.
Rohff – …
Ikbal – regarde cette vidéo, même s’il est toujours à l’aise niveau ventes, dans la street il est fini ! La rue a parlé !
Rohff – les gens qui parlent ont été sélectionnés, même moi je suis assez lucide pour le voir. En plus vous avez repris les gitans de notre clip, et y’a même mon pote Sayd des Mureaux en plein milieu, comme si personne n’allait le reconnaître.
Ikbal – mais personne ne le reconnaît jamais, c’est un beatmaker et on est en frince.
Rohff – c’est pas la question. Plus rien n’a de sens maintenant. Si j’ai plus d’adversaire je vais faire quoi moi ? Qui c’est qui va remplir mon réservoir de rage ? C’est ça qui me permet d’aller au-delà de mes limites, de me dépasser.
Alain – juste une question comme ça, là. Tu parles au figuré où t’as réellement un réservoir dans lequel tu… hum, entreposes ta rage ?
Rohff – t’es con ou quoi ? C’est une image hein.
Alain – on sait jamais avec vous aussi.
Rohff – tant pis, je vais me réécouter mon feat avec Sofiane, ça me remontera le moral.
Ikbal – euh…
Rohff – quoi ?
Ikbal – concernant ce son, je crois qu’il y a un léger problème
Alain – ce qu’il veut dire c’est que ce feat n’a jamais eu lieu.
Rohff – mais si, ça s’appelle code 187 II, un pur son ghetto où on kicke tous les deux en mode vénèr et… même que le refrain ça fait, heu… non ?
Alain – c’est dans ta tête Housni. Tout ce que t’as fait pour l’instant c’est apparaître dans un clip avec lui. Le dernier mec que t’as featé c’est Sultan
Ikbal – non c’est Zaho
Alain – c’est une meuf.
Ikbal – autant pour moi.

Rohff – Sultan j’ai fait plus que le feater, j’ai lancé sa carrière, on a déjà parlé de ça
Alain – tu sais c’est dur de trouver un rappeur qui n’a pas lancé ce mec à un moment ou à un autre.
Ikbal – mais tais-toi à la fin, tu l’aides pas, là.
Rohff – qu’est-ce que je vais faire maintenant ? S’il répond pas du tout mais que tout le monde pense que j’ai gagné, je vais insulter qui ?
Ikbal – tu peux toujours insulter six coups mc, enfin moi je dis ça je dis rien
Rohff – 6 coups ? Passer de booba à 6 coups ? Non mais tu m’as pris pour qui ?! Il me faut un ennemi, un grand, un vrai, à ma taille. Sinon je vais me faire chier. Maintenant que l’autre est plus dans la course je suis au sommet. Je n’ai plus rien à accomplir. C’est la fin d’un beau rêve, l’aventure s’arrête ici les gars.
Alain – j’aime pas trop quand il se met à parler comme ça.
Rohff – laissez-moi seul. Je dois faire mes adieux à celle qui a guidé mes pas dans la tourmente.
Ikbal – ah ?
Rohff – oui. Il est temps d’enterrer Gisèle. Prends là, et offre lui un enterrement décent.
Alain – donc maintenant on va enterrer une pelle. Tout va bien.
Ikbal – t’inquiète Hous, je m’en charge

(il s’en va avec la pelle)

Rohff – ah, je ne pensais pas que ce serait si dur pour moi d’être le numéro 1 incontesté du rap game mon petit Alain. Tu as bien de la chance d’être un mc médiocre et inconnu tu sais.
Alain – ouais enfin faudrait peut-être aussi que tu sortes un nouvel album un jour.
Rohff – bof, quel intérêt ?
Alain – mais… je sais pas, enfin, c’est assez évident que si t’es le plus fort mais que tu fais rien, le public va se brancher sur d’autres au bout d’un moment. Quand y’a eu un petit creux dans le créneau egotrip, le public a un peu plus écouté La Fouine par exemple, c’est mécanique.
Rohff – attends. Mais t’as raison, Alain.
Alain – ah ?
Rohff – c’est dingue que je m’en sois pas aperçu plus tôt.
Alain – tu me fais peur là
Rohff – mais c’est évident ! Je dois affronter La Fouine désormais ! C’est lui ! C’est le prochain ! Comme dans Highlander !
Ikbal – bon ça y est, j’ai enterré Gisèle. Ça a pas été facile parce que…
Rohff – tu étais triste, oui, je comprends
Ikbal – ah non, c’est juste qu’une fois que j’ai eu fini de creuser je me suis rendu compte que j’avais pas prévu de seconde pelle pour lui remettre des pelletées de terre dessus, donc j’ai dû…
Rohff – peu importe. J’ai à nouveau besoin d’elle. Le devoir m’appelle. J’ai un nouveau rival, Alain me l’a dit
Ikbal – t’as fait ça ?
Alain – non, mais au point où on en est…
Rohff – on a pas de temps à perdre. Va me chercher Gisèle immédiatement.
Ikbal – ouais mais c’est chiant je viens de l’enterrer, on peut pas se contenter d’une bêche plutôt ?
Rohff – UNE BÊCHE ?! Tu te fous de ma gueule ?!
Ikbal – ou alors je sais pas, moi, un… hum… peut-être un râteau ? C’est thématique, en plus.
Rohff – ne sois pas insolent. Alain, accompagne le et assure toi qu’il traite ma pelle comme une princesse.
Alain – évidemment…

Retour chez le 92i

Booba – va aussi falloir lancer le son avec 2 Chainz, peut-être que ça calmera tous ces assistés.
Dje – pourquoi tu lancerais pas celui avec Rick Ross ?
Booba – pourquoi tu fermerais pas ta gueule ? Ah, voilà Mala, avec… mais qu’est-ce que ?
Mala – DE REZETOUZOUR
Booba – ça je vois, mais pourquoi t’as une centaine de mecs avec toi ? Et pourquoi ils ont une catapulte ?
Mala – c’est pas moi, c’est à lui, il dit que c’est sa « catapulte à foutre »
Booba – une catapulte à foutre… de mieux en mieux. quel nouveau genre de cinglé tu m’as ramené ?
C’est alors qu’un rugissement retentit depuis le fond de la salle, et un type se fraie un chemin jusqu’à Booba.
Kaaris – bon, alors on va se poser calmement et tu vas me dire qui doit se faire remplir le cul
Booba – …

on passe enfin aux choses sérieuses

1 commentaire

Classé dans clashico

Dossehlai Lama

Une fois n’est pas coutume, derrière ce titre de billet peu inspiré se cache un petit hors-série dans la rubrique la phrase débile de la semaine, ainsi qu’une excuse pour vous faire profiter des photos trafiquées par les soins de @Asura__   Si vous suivez un peu le blavog, vous devez savoir qu’on apprécie pas mal Dosseh. Et si vous suivez pas le blavog bah vous le savez quand même puisque je viens de vous le dire.

En l’an de grâce 2009, sortait la mixtape Autopsie 3 de Booba, avec sa palette d’invités au niveau hétéroclite. Parmi eux, Dosseh, avec le morceau Non-stop, qui ne sera jamais clippé, faudra donc se contenter de ce superbe montage bâclé et amateur :

Venons-en maintenant à ce qui nous intéresse. A la fin du titre (vers 2’47), on peut entendre dans la tirade de Dosseh qui sert d’outro au son (il fait souvent ça Dosseh, il aime bien, y’en a qui vont réécouter leur couplet après avoir posé, lui il reste en cabine et il parle à un public imaginaire, c’est son truc) :

« On se nique la santé pour essayer de trouver de l’argent, plus tard on niquera de l’argent pour retrouver la santé. On vit dans l’excès comme si on allait jamais crever, puis un beau jour on crève, comme si on avait jamais vécu. »

C’est joliment dit, et c’est sympa comme conclusion, tout ça. Le problème c’est qu’un homme a déjà tenu presque exactement ces propos. En effet, lorsqu’on lui a demandé « Qu’est ce qui vous surprend le plus dans l’humanité ? », un certain Tenzin Gyatso a répondu :

« Les hommes… parce qu’ils perdent la santé pour accumuler de l’argent, ensuite ils perdent de l’argent pour retrouver la santé… et  penser anxieusement au futur, ils oublient le présent de telle sorte qu’ils finissent par ne vivre ni le présent ni le futur… ils vivent comme s’ils n’allaient jamais mourir et meurent comme s’ils n’avaient jamais vécu. »

Tenzin Gyatso, c’était anciennement Lhamo Dhondup (on ne se moque pas) mais il est désormais plus connu sous son blase de mc « le Dalai Lama » qui lui a permis de faire son buzz un peu partout dans le monde.

On entend déjà les plus malfaisants d’entre vous commenter « ah bah bravo, Pit Baccardi reprenait le slogan d’Adidas à son époque, au moins son petit frère il innove » ou « après Coluche, les punchlines des rappeurs cainris et les répliques de film, le rap français va toujours plus loin dans la reprise éhontée de lyrics », etc. D’autant plus que Dosseh La Famine a déjà utilisé des références assez folklo dans ses rimes.

Mais là je dis stop. C’est un peu facile quand même et ça repose sur des préjugés. Rien n’indique que c’est pas le Dalai Lama qui a lui-même pompé le rappeur d’Orléans en premier lieu. Quoi, parce que le mec est né en 1935, se fait appeler « sa sainteté » (un a.k.a pas super original je trouve) et a écrit des bouquins (rarement seul, il se fait ghostwriter à mort le gars), c’est impossible d’imaginer ça ? Réfléchissez deux secondes :

il se rase la tête depuis qu’il est en âge d’avoir des cheveux

il a pas de meuf mais vit avec un crew de mecs qui portent des sapes larges

il a des fans prêts à s’immoler pour lui

il a un discours de victime mais un public de bourges

il se plaint constamment du boycott de la Chine alors qu’il peut crécher dans n’importe quel autre pays, notamment les pays développés.

Ce mec a tout du rappeur hardcore en manque de buzz. On l’imagine très bien aux fourneaux, en train de cuisiner du crack, dispenser à ses bougs du Tibet quelques doctrines essentielles telles « soit t’es un homme soit t’es une pomme » ou encore « on va tous caner un jour, debout sur nos pattes ou à genoux comme des fiottes ». Sans parler de tous les égarés qui s’interrogent sur les conséquences de leurs actes et à qui il répond systématiquement, même à ceux en sandales « tant pis si les mains sont sales tant que les nike air sont propres ».  Alors qu’à la base c’est Dosseh qui a écrit tout ça. C’est vraiment dégueulasse.

Et on espère bien qu’un jour, Dosseh saura réclamer ce qui lui revient de droit.

3 Commentaires

Classé dans la phrase débile de la semaine

journée de la femme (ou un truc comme ça)

bien que vous soyez des auditeurs de rap, donc a priori des gros cons, vous n’êtes pas sans savoir que y’a à peu près une semaine, c’était la journée de la femme. plus exactement la journée de défense des droits des femmes, paraît-il. A cette occasion, le site 187 prod a démarré une joyeuse série de portraits de rappeuses ricaines. Alors on s’est dit « pourquoi on ferait pas pareil avec des frinçaises ? » et juste après on s’est répondu « parce que personne n’en a rien à foutre ». Sans compter que les rappeuses d’ici qui ont du talent, ça pousse pas dans les arbres non plus. Du coup, on a fait deux montages merdiques à la place. Des vidéos qui honorent, chacune à leur façon, l’idéal de la Femme éternelle dans toute sa splendeur.

et ça c’est pas vraiment de nous, (on peut même dire pas du tout), mais j’aime bien ce remix de DJ Xtreme et il était devenu chiant à trouver sans qu’il soit bloqué dans certains pays pour des questions de droit ou je ne sais quelle merde dont seul youtube a le secret. on notera que le couplet de R. Kelly a fortement influencé la fin du morceau sexy legging & louboutin de Ol Kainry.

Poster un commentaire

Classé dans sliphop

Photogéniqué

je sais pas bien où vous allez chercher vos infos sur les dernières actus du rap frinçais, et, franchement, j’en ai rien à branler. mais y’a un site que j’aime bien, c’est rapadonf. Pas parce qu’il est spécialement meilleur que les autres, pas parce que son interface est plus claire, et encore moins pour les pubs de merde qui font ramer ton ordi comme un obèse dans une course d’aviron.

Mais parce que, contrairement à pas mal d’autres, quand vient le choix de l’illustration qui va accompagner une actualité, notamment vidéo, le site met souvent un arrêt sur image d’un clip ou d’une interview où l’on voit l’artiste. jusque là rien de bien folichon, mais c’est dans le choix de cette image que le site se démarque. Parce que bien souvent c’est pas une photo flatteuse. Mais alors vraiment pas du tout. Au point qu’on se demande parfois si ces canaillous ne le font pas un peu exprès. Peu importe au fond, c’était l’occasion parfaite de jouer à « trouve une légende pour la photo ».

je détiens Nakk. ma rançon s'élève à 10000 dollars et je ne le relâcherai que s'il répond à TOUTES mes questions.

il y a plein de moments classes dans le clip "elle était belle". celui-ci n'en fait pas partie.

on est toujours sans nouvelle de 16ar, retenu en otage dans une prison pour femmes en Turquie

une victime de plus traumatisée par le Collectionneur. aidez-nous à éviter que ça se reproduise.

Shone a marché sur un clou

ça se confirme, Sadek et Eric Cartman étaient la même personne depuis le début.

la constipation, un fléau dont on parle trop peu

Rma2n n'aurait pas dû mater Inception

contre les lèvres gercées, n'oubliez pas le labello

Flash spécial : Lino a retrouvé sa bouteille de cognac

si tu ne veux pas tchatter avec Mister You, il mangera tes enfants. c'est comme tu le sens.

aujourd'hui les enfants, un exercice original : mimez la tour de Pise

Kamel est heureux, il s'est fait un nouvel ami pour la vie. mais il restera menotté jusqu'à la signature officielle.

Fababy en a une bien bonne à vous raconter

"j'ai un truc coincé entre les dents, non ?"

"ça c'était moi en vacances, et derrière, c'est le type louche dont je te parlais, celui qui me suivait partout"

si vous avez été mordu, pensez à vous faire vacciner contre la rage

ne jamais confier une caméra à n'importe qui

"écoutez, c'est bien simple, soit vous donnez + de fréquences à skyrock, soit je me fous à poil. et croyez-moi que c'est pas joli à voir"

"à qui parle cet homme étrange et surtout qu'est-ce qu'il fout sur mon canapé ?"

2 Commentaires

Classé dans sliphop

Best rapers alive : retour vers Odd Future

(non, on n’a pas oublié un « p » dans le titre)

On s’emmerde un peu en ce moment, donc voici le compte-rendu de la conférence de Odd Future Wolf Gang Kill Them All à Paris. Vous allez dire mais ça a 1 mois ce truc, ou plus simplement « mais c’est qui ces mecs ? ». Réponse 1 : on nous avait promis la vidéo entière de la conf, mais en fait y’a juste pas eu de captation vidéo, donc si tu ramènes pas ta propre caméra t’as aucune image, donc on fait cet article pour se rattraper et parce qu’ils le valent bien. Réponse 2 : les OFWGKTA c’est comme disent les cons « la sensation du moment » du rap US, adorés par des crétins, détestés par d’autres crétins, comme c’est souvent le cas avec ce genre de phénomène.

Pour les 1ers crétins : non ce groupe n’est pas un truc révolutionnaire dans la musique du rap de Les Etats-Unis, c’est juste des jeunes cons rigolos.

Après pour les seconds, les petits champions qui découvrent qu’en 2011 si tu perces c’est parce que t’as un plan promo béton pas forcément proportionnel à ton talent… on ne peut que prendre un air consterné et leur indiquer la sortie.

Ces ptits gars on les aime bien parce qu’ils font exactement ce qu’on ferait à leur place :  les cons. et profiter du succès le temps que ça dure. Mais surtout faire les cons.

Malheureusement un seul membre du Blavog a pu assister à la conf, donc forcément, c’est l’autre qui va vous la raconter, mais du point de vue du mec qui était là, sans que ce soit lui. C’est un peu mon lot de consolation pour avoir tout loupé. Vous êtes prêts ? C’est parti pour de la narration intradiégétique bande d’enfoirés ! tu sais pas ce que ça veut dire ? bah t’es pas le seul.

et merci à Fizzle « qui nous a mis dans le plan« . Tout le monde s’en fout mais ça lui fait plaisir.

On commence direct par le meilleur passage, Teo prof de français, quand l’esprit Blavog s’invite dans la party :

Dès son arrivée, Tyler n’a pas bien compris où il était. Il a montré un fauteuil du style de ceux qu’on trouve dans les grands hôtels parisiens, mais jamais chez quelqu’un ou alors c’est des gens chez qui personne n’aura jamais l’occasion d’aller tellement c’est classe. « je m’assois là ? » mais à peine assis il le sentait pas. Il s’est illico posé sur l’accoudoir avec les pieds sur le fauteuil.

Leftbrain évoquait à notre journaliste en (mauvaise) herbe une version déformée de Jazzy jeff dans le prince de bel air. Il s’attendait à voir oncle Phil débarquer pour le foutre dehors à chaque instant.
Première constatation : les journaleux viennent vraiment comme au zoo, limite il manque que les cacahuètes. Après il y a aussi ceux qui se ramènent sans trop savoir qui ils vont voir. Tyler le leur a fait remarquer : »je sais que la plupart d’entre vous connaissent même pas notre musique et n’en ont rien à foutre. vous êtes juste là pour vous branler sur le nouveau truc hype du moment« . La conférence a alors pu se poursuivre dans la joie et la bonne humeur.

Un premier gars (vu la question on va pas l’appeler journaliste) demande dès le début une information cruciale à Tyler.
-pourquoi on voit pas tes yeux sur la pochette ?
-parce que j’en ai pas
-bah si, t’en as…
-non
-je les vois, là
-non.

Teo lève la main. L’autre moitié du Blavog lui a bien dit que si ça se passe comme les conférences ciné, un type sera là pour traduire. Et pile poil quand on lui passe le micro, Teo réalise qu’en fait y’a juste personne et qu’il ne sait donc pas quoi dire. Il articule donc dans un anglais que je décrirais comme pathétique une phrase incompréhensible et dit à Tyler qu’un pote a tenté de télécharger son skeud et qu’il est tombé sur du Céline Dion à la place. Tyler était-il oui ou non le responsable de cette calembredaine ? « Oui, c’est bien moi. » Et sinon, il est où Earl ? « Earl est mort ». Une bonne entrée en matière.

Il y avait aussi un type plutôt fâché qui se contentait de crier de temps à autre « poutain ! bonjour poutain ! »Teo parle en fait de Hodgy Beats, mais il mettra 3 heures à le reconnaître lorsque son collègue lui balancera tout un tas de photos le soir même. Il sera donc appelé « Capuche Verte » tout au long de ce compte-rendu. Apparemment il était en mode vénèr pendant toute la conf, tendance autiste. A un moment il a foutu sa capuche sur sa tête jusqu’au cou puis s’est levé. Il est resté planté debout, sans bouger, sans rien dire. Pourquoi pas. Quand il se rassiéra Tyler lui demandera « une question pour toi, pourquoi t’es con ».
A la fin, quand ils sont partis, Capuche Verte a hurlé un truc que Teo qualifiera plus tard de « confus mais injurieux quand même », en versant le champagne par terre, le tout dans un hall d’hôtel assez classe à la base.

Niveau barrière de langage, une meuf a dit à Tyler « You are a raper« . Forcément c’était pas du tout ce qu’elle voulait dire, c’est juste que comme tous les français présents, elle avait un accent qui filerait la diarrhée à googletrad. Là la fine équipe a tiré la gueule, Tyler lui-même était choqué. Teo a jugé le moment opportun pour glousser comme un connard. Évidemment la fille n’a pas saisi la gaffe et a continué avec une longue question chiante, qu’on n’écrira pas, puisque comme on vient de le dire, elle est chiante.
Tyler a demandé à ce que les noirs présents lui posent des questions aussi. Faut pas avoir peur de s’exprimer. Puis il a demandé à une renoi du fond si elle avait une question. Comme beaucoup dans cette situation, elle a même pas capté qu’on lui parlait. Finalement c’est une autre demoiselle qui a pris le micro. Une blanche, mais Tyler avait l’air content. « vas-y ma belle », l’encourage-t-il galamment.
Et là, c’est le drame. La donzelle leur parle de Lil B et son concept de Based god. La surprise des Odd Future confinait au dégoût. On sentait que Capuche Verte pouvait sortir un couteau à tout moment. Donc la jeune femme a été recadrée illico. « hé ho ! à qui tu parles ? t’es à la conférence de qui ici ? c’est Odd Future ! c’est pas Lil B ! » tout ça du ton du mec de 300 qui gueule « THIS IS SPARTA ». Sans parler de Capuche Verte, qui hurlait sous sa capuche (toujours debout) : « We ain’t gay !!!!!!! »

Il y a bien sûr eu des petits moments de vide, que Tyler comblait en se posant des questions à lui-même. Il se cachait et prenait une autre voix. « Pourquoi ta bite est si grosse tyler ? – Je sais pas… mais c’est vrai » « pourquoi t’as baisé ma meuf, tyler ? – c’est elle qui voulait », etc.

Plus tard, Teo testera ses réflexes quand Tyler demande qui ici mate du porno. Première main levée, comme les lèche cul 1ers de la classe un peu. On respecte à fond.
Et là, chabadabada, chabadabada, une jolie blonde, assez stylée, qui devait bosser pour un mag de skate ou un truc pour jeunes, pose des questions sur le skate, et s’interroge aussi sur la nature des goblins du titre de l’album de Tyler. Sont-ce ceux de warcraft ou ceux du seigneur des anneaux (ou autre chose) ? A cet instant précis Tyler est définitivement tombé amoureux. Il a donc fait ce que tout expert en séduction ferait à sa place. Il a passé le micro à Left Brain et a commencé à se lécher les lèvres en matant la charmante jeune femme qui lui donnait chaud dans son slip.

Ils ont aussi expliqué qu’à peine arrivés en Frince, des scarlas voulaient les tester. Pas qu’ils avaient été reconnus hein. Non, non. Juste des mecs prêts à se péta. Leur 1ère vision de Panam a empli Teo d’une certaine fierté. Leftbrain s’est lancé dans un récit épique de son « altercation » avec un mec, baston de regards, insultes et… mais il a été coupé par des merdeux avec des questions de merde.
Le Wolf Gang a pu en outre découvrir les sirènes de keufs de notre beau pays. Ils ont tressailli, puis tendu l’oreille et Capuche Verte a dit que c’était de la bonne musique.

Notre intrépide reporter remarque alors un gratte papier qu’il surnommera mentalement « le petit » assis 2 chaises plus loin. Déjà il n’était pas grand, mais en plus, il se ratatinait sur sa chaise, sans jamais oser se lever ni même se redresser. Fatalement, à chaque fois qu’il posait une question, il obtenait en préambule de sa réponse « Who the fuck is talking ?! », « Don’t do that ! ».

Et maintenant, une super question de journaleux frinçais bien amenée tout en finesse : on dit que vous êtes des terroristes de la musique, que pensez vous de la mort de ben laden ? Tyler a eu une réponse intelligente pour un bouffeur de burgers. « Je pense pas qu’il soit mort, même s’il l’est, j’ai pas plus d’argent dans mes poches, moi, ce que je veux c’est qu’y ait plus d’attentats. » Tu sentais que ça lui en touchait une sans secouer l’autre. Au rang des réponses sympas mais sans grand intérêt, Tyler a dit qu’il saignait des bons sons de jazz, surtout les jours de pluie pour rester à la cool chez soi et se détendre. Pas super top comme info, mais t’étais prévenu. Heureusement il a recentré le débat : « vous devriez arrêter de me poser des questions de robots comme si vous étiez wikipedia ou ce genre de merde, style « alors tyler, à quel âge as tu envisagé de donner cette voie à ta vie »… vous êtes sérieux ? demandez moi plutôt des vrais trucs : quelle est ma couleur de chaussette préférée ? L’autre jour un gars m’a demandé si je bouffais des chattes, il m’a pas du tout énervé, au contraire, je trouve ça plutôt sympa. C’est mieux de connaître le gars pour écouter sa musique»

Quelqu’un a demandé si le gamin du groupe (en fait il s’agissait de Syd, la meuf du groupe, mais Teo n’en est plus à ça près à ce stade d’approximation) avait l’âge légal de boire. Super question ça encore. Syd a répondu pragmatiquement « en France, oui ! ». On leur a demandé ce qu’ils buvaient et ils ont tous gueulé « ROZAY ! ». On saura jamais si c’est la proximité phonétique avec le surnom de Rick Ross ou autre chose, mais ça les a beaucoup fait rire.

Capuche Verte a ensuite synthétisé la démarche artistique du groupe avec une clarté salvatrice. « Arrêtez de faire chier à chercher des messages subliminaux dans tout ce qu’on fait. ça n’a pas de sens. il veut manger des cafards, il le fait. C’est tout ! on a bien le droit de faire ce qu’on veut sans vouloir foutre toujours des trucs sérieux dedans, laissez nous bordel » Lui, un jour, quelqu’un a dû écouter sa musique et commencer à faire son analyse psychologique. Et il a dû moyennement apprécier. « alors comme ça on a des problèmes avec sa daronne ? -t’es qu’un rageux de merde ! », ou quelque chose d’approchant.

Et maintenant le happy end que vous attendez tous. Tyler lance son micro à capuche verte, qui en fait des caisses en le rattrapant, genre artefact magique, j’ai le power tout ça. Et là il prend la pose du mec qu’a fait un truc de ouf en rattrapant une passe d’un mètre. Donc Teo applaudit bruyamment, et Tyler aussi, au même moment. Les regards se croisent, Tyler fait « I like him ! »
Chabadabada bis. Instant gay friendly. Coup de foudre et musique romantique. Teo fait un signe de tête (que l’on ne décrira pas ici, c’est obscène) pour dire « t’inquiètes », tout en claquant des dents sur la droite. S’il avait ramené avec lui une tranche de Lomo (sorte de bacon espagnol), Tyler l’aurait ramené avec lui aux states. Ils vécurent heureux et adoptèrent beaucoup d’enfants, et tout et tout.

Bonus : les questions que Teo n’a pas posées

J’ai un pote fan de vous mais musulman, il peut donc pas manger de bacon, est-ce que c’est grave ? (sacré Hype, même quand il est pas là il est à l’origine de questions de merde)

Si par un miracle de la nature les sex pistols faisaient des enfants avec les monthy pythons, et que ces enfants fassent du rap, pensez-vous que ça vous ressemblerait ?

Bref, Teo s’est levé tôt mais ça en valait la peine. Peut-être pas pour vous, mais pour lui si.

La prochaine fois on inversera les rôles et il vous racontera le soir où j’ai pissé sur la voiture de Benoît Magimel.

Bonsoir à tous.

et nous laissons généreusement le mot de la fin à Big Paul :

« une conférence de presse avec le blavog, ça n’existe pas, arrête tes conneries« . et pourtant si… POUTAIN !

intégralité de la conf en audio

Tyler the creator & Hodgy Beats – Sandwiches live

Là Teo dit k’on le voit bien dans le reflet  de la glace là au début. Tout le monde s’en fout, mais ça lui fait plaisir.

et ça c’est un sketch.

et ça c’est d’autres sketches

Thurnis Haley – Golf Wang 1 (golf wang, wolf gang, jeu de mot !)

Thurnis Haley – Golf Wang 2 (d’où l’intérêt de décaler des bips de censure)

Thurnis Haley – Golf Wang 3 (enculer un sac de golf, what else ?)

8 Commentaires

Classé dans hors-sujet, Interview (et ouais mon pote !), Odd Future

Oncle Samedi bâtard

Seno -C’est cool de reprendre le rap pour venir sur les samedis bâtards.
Mike -J’ai jamais arrêté le rap…
Seno -Ah bon, mais t’as fait quoi dernièrement ?
Mike -J’ai fait un mini-clip avec une pute, un son « y’a un gode monseigneur Mike à gagner », un clip avec Matt Houston et… euh… Ouais, bon bah si, on va dire que j’ai arrêté le rap. C’est mieux.
Seno -Et c’était quoi ce son ?
Mike -Ça s’appelait « Inmichtonnable »
Seno -T’as beaucoup de problèmes avec les michtos ?
Mike -Plus depuis que les chiffres de ventes de mon album sont sortis…
Seno – et ça en est ou l’album golden boy ?
Mike – c’est pas vraiment un album, et c’est plus vraiment un projet
Seno – et la version longue du clip du même nom ?
Mike – j’ai jamais dit que y’en aurait une
Seno – bah si, y’a même marqué teaser dans la vidéo
Mike – oui. C’est un teaser. Et ça en restera un. Je suis pas forcé de passer la version complète après, je fais ce que je veux. De toute façon après j’ai mis le rap de côté, je me suis plongé dans la méditation transcendantale. Je me posais plein de questions existentielles.
Seno – comme quoi ?
Mike – « pourquoi beyonce est aussi bonne ». Celle-là elle revenait souvent.
Seno – t’as quand même posé avec galsenix. Un sombre petit merdeux qui a clashé lil thug sans que personne comprenne pourquoi.
Mike – faut dire aussi que personne a écouté ce type. Personnellement je considère ce featuring comme le moment le plus creux et déprimant de ma carrière.
Seno – et matt houston alors ?
Mike – ah merde…
Seno – c’est pas grave, va. Moi j’ai invité les mallrats sur un précédent samedi bâtard, et je suis toujours en vie.
Mike – pas faux. Par contre je me déplace pas pour rien, ça, c’est mon côté Danny Ocean. On pose sur quoi au fait ?
Seno -Pour les Samedis Bâtards.
Mike -Y a de la maille à se faire ?
Seno -Non, c’est des sons gratuits.
Mike -Bon bah… je prends quand même…

Seno – faudra essayer de faire des phrases marrantes. Moi je vais dire que mes couilles pèsent plus lourd que mon cartable de quand j’étais petit.
Mike – et c’est vrai ?
Seno – comment ça ?
Mike – bah, tu as retrouvé ton cartable de l’époque pour faire la pesée et comparer ?
Seno – non mais…
Mike – et surtout : à partir d’où t’as commencé la pesée de tes couilles ? Juste les boules ou t’es carrément parti du scrotum ? Pasque dans ce cas là faut soustraire la racine carrée du…
Seno – oui oui, mais on s’éloigne du sujet. Tu vas devoir trouver des phases marrantes.
Mike – Chacun son style, moi les michtos veulent sniffer mon sperme en poudre, ou alors de la coke, mais sur ma bite.
Seno – …
Mike – parce que ça leur fait un long rail.
Seno – ah.
Mike – en fait c’est pour dire que j’en ai une grosse. Mais de manière subtile.
Seno – j’aurais pas deviné. Moi j’ai dit « C’est pas un tunnel, c’est le rap céfran qu’ouvre ses fesses ! »
Mike -Il est vachement vulgaire ton passage.
Seno -Et ?
Mike -T’as pas peur que les gens trouvent ça gratuit.
Seno -Mais j’espère bien ! C’est le principe. Les Samedis Bâtards c’est gratuit. En plus ça me permet de recaser une référence à Superman. J’ai toujours voulu faire des références aux comics dans mes sons.
Mike -Et c’est quoi la référence là ?
Seno -Regardez ? C’est un oiseau ? Non ! C’est un avion ? Non ! C’est le rap céfran qui ouvre ses fesses !
Mike -Ah bah ouais… sinon bien vu de faire exprès une faute énorme au titre. Ça renforce le côté sale blanc consanguin élevé au milieu des cochons sauvages de normandie.
Seno – comment ça ?
Mike – « on ralenti ». Il manque le t.
Seno – …
Mike – …
Seno – mais pourtant…
Mike – je parle du t à la fin du mot.
Seno – et merde.

1 commentaire

Classé dans saturday night bâtard