Le mercato du rap : Pourquoi que Kaaris il a été drafté depuis AZ vers Def Jam Frince

PUTES !

PUTES !

Quand t’écris vaguement sur des sites de rap, y a toujours des mecs qui sortent de nulle part pour te poser des questions dont tu connais évidemment pas la réponse. Du coup, on m’a beaucoup demandé Pourquoi Kaaris a signé sur Def Jam. Et bien j’en sais rien, donc je vais inventer. Tout d’abord on va déjà expliquer comment K A Double Rotor a signé sur AZ l’an dernier. C’est parti pour un petit voyage dans le temps.
Générique !

(Super ce générique) L’histoire se déroule pendant l’été 2013, dans les locaux d’une maison de disque tenue par un homme avec une tronche de lopette qui fait exprès d’être mal coiffé et mal rasé. Comme tous les patrons de label rap de Frince, pour une raison qui échappe au bon sens. Un jour, un grand barbu frappe à la porte.

Creuzard –Euh… Bonjour monsieur…Vous désirez ?
Kaaris –Julien Creuvard ?
Creuzard –Euh, non… C’est Creuzard, moi.
Kaaris –Et bien ne creuse plus. T’iras pas plus bas, de toute façon. (Il entre dans les locaux sans y être invité et se met à tapoter les parois du corridor)
Creuzard (Paniqué)–Mais qu’est-ce que vous voulez, à la fin ?
Kaaris –Vous avez des rappeurs incontinents dans vos murs.
Creuzard –De quoi ?
Kaaris –Vous avez des rappeurs incontinents dans vos murs. Des vieux MCs qui devraient mettre des couches.
Creuzard –Et en quoi ça vous regarde, je vous prie ?
Kaaris –Il serait temps qu’ils s’arrêtent. Ça fait trop longtemps qu’ils laissent traîner la crasse de leur raie. Y en a partout. C’est des geysers de merde, les mecs.
Creuzard –C’est élégant, bravo…
Kaaris –Ou c’est comme des Petits Poucets de la crotte, pour les plus constipés d’entre eux, si tu préfères.
Creuzard –Mais je ne préfère rien du tout… Et je réitère ma question, en quoi ça vous regarde ?
Kaaris –Bah c’est là que j’interviens. Je choppe ces chieurs et je leur enfonce mon bouchon de liège dans leur trou du cul !
Creuzard –Et bien c’est très gentil à vous, mais je doute que nous ayons besoin de vos services et…
Kaaris –Ah ouais ?! Et Kool Shen il était pas signé chez vous par exemple ?
Creuzard –Non, alors écoutez, monsieur Shen, Kool de son prénom, a effectivement sorti son deuxième album solo chez nous mais il est de nouveau à la retraite. Et cette fois ci c’est définitif.
Kaaris –La première fois aussi c’était définitif.
Creuzard –Oui mais entretemps il avait tout perdu au poker alors il s’est refait de la seule façon qu’il connaisse : soutirer de l’argent à des collégiens. C’est aussi simple que ça.
Kaaris –Et qui dit qu’il va pas encore perdre tout son argent d’une manière ou d’une autre et revenir en mode super authentique trop trop vrai de la mort ?
Creuzard –Je pense qu’à ce niveau-là, passez-moi l’expression, mais il faudrait être très con ou n’avoir aucun respect du tout pour son public pour refaire le même coup 2 fois de suite.
Kaaris –Justement… Et sinon ça en est où sa reconversion dans le cinéma ?
Creuzard –Et bien, je… Oh mon Dieu.

Kaaris aperçoit alors quelqu’un qui passe au bout du couloir et se met à hurler « Là ! Il y en a un !! » il se précipite alors en courant vers le bout du couloir, puis poursuit l’ombre qu’il a cru apercevoir tout en beuglant « J’te pète comme un bouchon de liège ! J’te pète comme un bouchon de liège !! »

Kery James –Calme toi, mon frère. Que signifie ton agitation. On n’est pas condamné à beugler.  Surtout en présence du grand Kery James, le dernier MC.
Kaaris –Le dernier MC à qui il faut que je foute un bouchon dans le cul.
Kery James –Par contre, fais gaffe, j’aime pas trop qu’on m’emmerde dans les couloirs. Dès qu’on m’emmerde dans un couloir ça part en couille. J’entends une réaction de mauvais garçon …
Kaaris –COMME DIDDY !
Kery James –Bon OK, ça suffit. Je suis un mec pour la paix mais là on va se cogner.
Kaaris –Stocma comme Borck Lesnar. Stoppe-moi.
Kery James -Pourquoi faut-il toujours que je croise des malandrins dans les couloirs, Seigneur ?
Kaaris –C’est éprouvant.
Kery James –Ça doit être pour ça, en effet. Dieu nous éprouve Autant dans la souffrance que dans…
Kaaris –Non. C’est toi qui es éprouvant.
Kery James –M’appelle pas éprouvant. Eprouvant. Je suis pas Rasta éprou… Attends nan, ça veut rien dire, ça. Qu’est-ce que tu racontes en fait ?
Kaaris –T’es éprouvant parce que tu mets trop de mots dans tes phrases.
Kery James –Voilà autre chose… C’est sûr que vous, la nouvelle génération de rappeurs, vous faites carrément des phrases sans mots, maintenant.
Kaaris –Oh Click ?
Kery James –Ouais voilà…
Kaaris –Kaaris ! Kaaris !
Kery James –Ouais mais le grand esprit Hip Hop il m’a dit que le rap c’est aussi de dire des trucs, quand même.
Kaaris –Je vais lui ressusciter le cul, au grand mouvement Hip Hop, moi. Il peut déjà préparer ses couches.
Kery James –C’est une louable attention. Mais t’es vraiment obligé de mettre les mots « cul », « bite » ou je ne sais quoi dans chacune de tes phrases ?
Kaaris –Oh Click ! Sevran Sevran !
Kery James –Ah bah oui… C’est soit ça, soit pas de phrases du tout, c’est vrai… Et c’est moi qui suis éprouvant, après ?
Kaaris –Ouais. Et ta carrière aussi, elle est éprouvante. Tu t’en vas, tu reviens. Tu rentres et tu sors comme dans la chatte d’une vieille pute.
Kery James –On dit un moulin d’habitude, mais passons. Une vieille pute, c’est une belle allégorie du rap Frinçais.
Kaaris –Allez gorilles ?
Kery -De toute façon, mon album « Denier MC » c’est mon dernier album. Donc ton histoire de bouchon, c’est toi qui peux te la carrer au cul.
Kaaris –C’est ton combientième dernier album ?
Kery James –Et bien… Euh… 6… Attends, nan 7… Je retiens 2, je déduis la bissectrice et… Oh et puis qu’est-ce que ça peut te foutre ?
Kaaris –Tu dilues ton bordel. Tu perds de ton impact. Alors que tous les macaques visés qui jactent doivent être pulvérisés par l’impact.
Kery James –Développe, qu’on voit si je te suis.
Kaaris –Par exemple, ton clip Post Rectum, il est bien en soi, pas de problème.


Kery James –C’est Post Scriptum.
Kaaris –De quoi ?
Kery James –C’est Post Scriptum, pas Post Rectum, le nom de l’outro sur mon dernier album.
Kaaris Ah… Bon… Du coup c’est moins bien que ce que je pensais. Mais ça change pas ce que je voulais dire.
Kery James –Alors exprime toi le jeune. T’en as visiblement gros sur la patate.
Kaaris –Ton clip il est bien, il est très joli. Mais combien de fois on t’a vu faire tes adieux ? On a bien tiré la larmichette 1 ou 2 fois y a plus de 10 ans, mais depuis on y croit plus du tout. Et ça c’est dans le meilleur des cas. Le plus souvent, on s’en bat complètement les couilles, depuis le temps.
Kery James –Je tiens à dire au revoir à mon public proprement et je t’emmerde si t’es pas content.
Kaaris –Mais bordel ! Tu n’as fait que ça de toute ta carrière solo ! Depuis 15 ans tu dis au revoir. Tu fais tes petits albums tout propres, bien nettoyés aux entournures, pour partir sur la meilleure image. Et OK, c’est cool. Mais pas tous les 2 ans, putain ! Et c’est pas comme si c’était radicalement différent musicalement à chaque fois.
Kery James –Je vais pas faire des albums entiers de trap, non plus. T’es malade, toi. Et c’est normal que je travaille bien mes albums. Imagine que je revienne vraiment plus cette fois-là.
Kaaris –Honnêtement, depuis le temps, j’arrive pas à imaginer un truc pareil…
Kery James –Ouais, mais au moins, si j’ai plus envie de revenir, je sais que je suis parti sur un vrai album de fin. Qui dit au revoir, en synthétisant bien tous les thèmes que j’ai toujours abordés, comme ça je suis sûr de rien avoir oublié avant de partir, d’éteindre la lumière, de fermer et porte et de verrouiller la chevillette et la bobinette. Bien polie est l’attitude.
Kaaris –C’est ça le problème. Peut-être que ça te soulage, toi et ta petite conscience mais du coup tu t’es jamais autorisé à vraiment te lâcher. Tout tes albums disent  « au revoir et à jamais ». Y en a pas un seul qui soit bien sauvage comme du temps de Ideal J et qui disent « bonjour » pour une fois.
Kery james –Comment ça ?
Kaaris –Un album qui dise « Salut, je suis Kery James et ici on rappe comme ça » et t’envoies le pâté ! Kalash est chargé ! Kalash est chargé ! Cuisine du ke-cra ! Cuisine du ke-cra !
Kery James –Je vois ce que tu veux dire, mais le ke-cra, non merci. Je ne crois plus en l’illicite.
Kaaris –Tu bouffes ce que je te prépare !
Kery James –T’énerves pas, gamin. Et si c’est bel et bien le dernier album que je lègue à la postérité ? Il faut bien qu’il soit parfait ou le plus proche, possible, non ? Y a quoi de mal à ça ?
Kaaris –Je pense que ça te bride. Cette envie de bien faire absolument, se dresse entre ta musique et ce que tu pourrais extérioriser réellement. Et que beaucoup d’auditeurs auraient eu besoin d’entendre un album plus spontané venant de Kery James. Et probablement que toi aussi tu en aurais eu besoin…
Kery James –Bah je ne sais pas trop quoi répondre à ça… Oui, peut-être qu’il y a une part de vrai dans ce que tu dis et que…
Kaaris –En plus tes grands retours c’est toujours le même morceau et ça fait toujours dans les 7 minutes à chaque fois.
Kery James –Je reconnais que c’est un peu long, mais ça passe.
Kaaris –Non. Ma bite c’est un peu long mais ça passe. Mais ce que tu fais c’est juste chiant à force.
Kery James –Bon allez, fous moi le camp. Sale jeune.
Kaaris –Hum Humm !
Kery James –Mais un jour on règlera ça, toi et moi.
Kaaris –Hum Humm ?
Kery James –Je te mettrai une pile à Street Fighter 2.
Kaaris –Impossible, poto. Je suis le meilleur joueur de la Terre avec Guile.
Kery James –Mais ouais… C’est ça… Street Fighter 2 c’est mon jeu !

On retrouve la K Double Napalm assis sur les marches d’une des cages d’escaliers des couloirs de la maison de disque AZ. Booba est à quelques marches au-dessus de lui. Kaaris roule un bédo. Et Julien Creuzard assiste à la scène, médusé, se protégeant derrière un extincteur même si on ne comprend pas bien de quoi il se protège.

Booba –Voilà, t’as bien suivi mon exemple, faut que tu les tacles à la gorge toutes ces antiquités comme NTM, Solaar, IAM et les autres dont je me suis même pas rabaissé à retenir les blases.
Kaaris –Je veux savoir ce que ça fait de prendre leur place.
Booba –Ouais, voilà. Izi.
Kaaris –Je m’entraîne à sourire devant ma glace.
Booba –Ça par contre, ça sert à rien. Je souris jamais moi, en télé. Je méprise tous ces gens. Izer
Kaaris –T’es en rotation, t’es claqué, faudra m’expliquer.
Booba –Ouais, c’est vrai que tous ces enfoirés sont en rotations alors que nous… Attends… Moi aussi je suis en rotation. Hey ! Tu parles pas de moi quand même, j’espère.
Kaaris –J’n’ai aucune peine, j’te nique ta race.
Booba –Mais… Mais… Mais c’est pas gentil du tout ça.
Kaaris –Dans les veines, je n’ai que de la glace.
Booba –C’est moi qui t’es fait ! Je t’ai sorti de mon trou, je t’ai chié, pratiquement. Tu parles mal, alors que t’es mon petit.
Kaaris –Je veux que toute affiliation décède. Je suis le petit à personne.
Booba –Ah ouais ! Tu devrais lécher mes chaussures tous les jours pour me remercier de même te parler. Comme Kennedy et d’autres en leur temps. Même si ça m’agace prodigieusement et que je finis par les tej comme des biatchs. Les suceurs de queues, plus ils m’aiment, plus je les déteste, ces fans mythomanes ! Mais ceux qui me sucent pas du tout, ceux-là c’est les pires ! T’as pas la reconnaissance du ventre !
Kaaris –Je t’ai déjà prévenu, je ne reconnais que le ventre que j’ai quitté. Toi, la seule chose dont tu vas accoucher à parler comme ça c’est de ta propre fin.
Booba –Ah ouais ?
Kaaris –Ouais. Toi aussi t’as trop longtemps laissé traîner la crasse de ta raie ! Bouchon de liège dans le cul !

Booba –Ça suffit ! Creuvard !
Creuzard –Euh… C’est à moi que vous vous adressez ?
Booba –Ouais ouais ! Vire moi ce sauvage. Fous le dehors. C’est un ordre.
Creuzard –Mais ce n’est pas vous qui donnez les ordres ici.
Booba –Je te fais les yeux de la mort (Il enlève ses lunettes de soleil)
Creuzard –Naaaaan. Je vous en prie ne me regardez plus comme ça, c’est d’accord, je vais le virer. Je vais le virer d’AZ.
Booba –T’as j’veux dire.
Creuzard –Mais je sais pas encore comment je vais faire ça…
Booba –Izi. Moi je me débarrasse sans arrêt des boulets. Tu le revends, tu fais ce que t’en veux.
Creuzard –Vous feriez comment ?
Booba –Moi, je vais partager d’autres gens qui font du son comme à Chicago sur mon twitter. Des parfaits inconnus. Y aura énormément de déchets, mais y en a bien un dans le lot qui fera l’affaire. Ensuite tous ses assistés d’auditeurs comprendront enfin que le style de Chicago c’est pas que l’apanage de Kaaris. D’ailleurs mes abrutis de fans retiendront que les meilleurs et parleront jamais du fait que j’ai partagé des dizaines de mecs sans intérêt.
Creuzard –Non mais je voulais dire, que feriez vous à ma place ?
Booba –Justement, j’y suis pas à ta place. J’ai qu’uuuune viiiiiiiiiie ; et à ta place j’aurais tout fait pour être à la mienne. C’est pour ça que j’ai qu’à tweetter des mecs pour qu’il fasse du buzz alors que toi tu dois diriger tout un label pour essayer de faire aussi bien. J’arrête les carrières pour de vrai alors je peux bien en lancer, tant que c’est pas Sultan. Izi blague.

En fin de compte, Julien Creuzard, ou plutôt Julien Creuvard comme il aime qu’on l’appelle, n’osera pas non plus dire à Kaaris qu’il est viré. Il le transfèrera donc vers une autre maison de disque : Def Jam Frince.

Kaaris –Salut.
Lacrim –Salam.  De Marseille à Panam. On vit dans la hram.
Kaaris –Sevran ! Sevran !
Lacrim –On t’monte en l’air ! On t’monte en l’air !
Kaaris –Enfin un endroit où on peut avoir de vraies conversation. Ça se fait rare comme les orangs outangs.
Lacrim –C’est bien vrai. Ici c’était pas aussi bien y a pas si longtemps. Beaucoup d’inconnus et de vieilles gloires.
AKH -…
Lacrim –Enfin, je voulais pas non plus vexer qui que ce soit… On a du pirater mon compte instagram.
Akh –De quoi ? Jy comprinds pas ton lingage de jeune. Oh.
Kaaris –Ça recommence…
AKH –Vous lis jeunes, vous savez mêmeuh plus poser un nom sur un ligumeuh. Peuchère.
Kaaris –Ouais, ouais, l’ancien, tu connais aussi bien le rap que ta poche urinaire, on a compris.
Lacrim –Attends, parce que moi je suis un mec de Marseille aussi maintenant, techniquement, alors je respecte quand même un peu cet homme livide.
Kaaris –oh mais j’ai du respect pour IAM même si musicalement c’est devenu de la merde et que Therapy les encule 10 fois.
AKH –Attentiong garçong. Ty joues lis badeuh boyeus mais ung jour, le calibre que ty portes à la ceinture va te tirer dans les noix, peuchère.
Kaaris –Ou te rafaler dans les dents de sagesse. On sait jamais avec ça.  Mais ce que je voulais dire c’est que malgré le fait que vous vous soyez toujours habillés comme des postiers avec IAM, je suis quand même heureux de voir un mec issu du rap en tant que directeur artistique dans un gros label.
AKH –Mais oh dis donc couillong, vé té la pitchoun alors. Jy suis pas DA di tout. Je suis signé en tant que rappeur itou !
Kaaris –Quoi ?
AKH –Jy vais sortir mon nouveleu aleubum « Jy suis en vieuh »
Lacrim –« Je suis un vieux » ?
Kaaris –Alors je vais devoir T’ENFONCER MON BOUCHON DE LIEGE DANS TON TROU DU CUL !
AKH –Hé mé nan enfin dis là oh !
Lacrim –Mais il t’insulte, là, papy. Réponds un vrai truc, là !
AKH -Mais moi j’y rieng contre son style do rap. C’y bieing que ça ce soit diversifié. Li rap Frinçais est infin commeuh li rap inglais. Il y a mis 10 ans, mais ça y est.
Kaaris -La faute à qui si il a mis 10 ans, la momie ? C’est qui les gardiens du temple qui faisait chier dés qu’on faisait pas des sonorités strictement New Yorkaises alors qu’il y a du rap différent partout aux states ?
AKH -Bah oui mais I luv NY, moi, couillong…
Lacrim -Mais réponds lui en vrai ! Il t’a dit « momie ». C’est pas un compliment. Même pour toi. Rentre lui dedans. On a quand même pas fait tout ce chemin pour se rendre compte que monsieur Akhenaton est en fait une femme ?
AKH –De quoi ?
Lacrim –Ah non, pardon. On a trop repiraté mon compte instagram, là. Je voulais pas dire ça en fait.
Kaaris -…
AKH -…
Lacrim (On ne comprend pas bien à qui il parle) –Hé ! Toi là ! Le hackeur. Va faire des sous plutôt que de hacker des comptes instagram. C’est mieux, t’as vu. Ahah. Trop Kikou lool.
AKH –Bong, écoutez les minots : À tous ceux qui m’appellent « inculé » ji voulais dire…
Kaaris –Je m’en bats les couilles, enculé. VASECTOMIE !

king-kong-end-title-still

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Mercato du Rap

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s