Ah ouais c’est du catch, des putains de castings (2)

Et nous continuons notre hors série spécial autour de Killer Croc. Même si en fait c’est juste une excuse pour parler de catch.
Avant de rentrer dans le vif du sujet, un peu de vaseline. On va faire un tour des notions importantes pour bien appréhender ce sport. Et vu qu’on parle de catch, tu sais ce que ça implique ? Générique pourri !

LA WWE
La World Wrestling Entertainment, la plus importante compagnie qui s’est imposée aux fils des ans.
C’est la plus connue dans le monde.
Avant elle s’appelait la WWF mais c’est aussi le nom de leur SPA de là bas, donc ils ont dû changer.
Ça génère beaucoup de biff, autant le dire.
Le patron Vince MacMahon aime bien rappeler qu’il est très très riche grâce au catch.
Il invite même Donald Trump de temps en temps à venir faire n’importe quoi avec lui, entre thunés, on se comprend.
Précisons que ce patron ne fait pas ses 60ans et que de temps en temps, il aime bien aussi se taper contre ses employés,
le plus souvent pour perdre. C’est pas en Frince que tu verrais un patron dévoué comme ça qui irait jusqu’à se prendre des coups de pieds de biche pour assurer le spectacle.

La célèbre bataille des millionnaires
LA TNA
Eux, c’est les concurrents directs.
La différence de biff se fait sentir, mais niveau talent ils n’ont rien à envier au gros poisson. J’irai même jusqu’à dire que pour ce qui est des combats par équipe, ils enculent profondément la WWE. et même leur division féminine fait bien meilleure figure.
Depuis quelques temps, c’est le lieu que semble avoir choisi Hulk Hogan pour passer sa petite retraite tranquillou. On peut dire que c’est plus ghetto, avec des poubelles, des barbelés ou même des coups de rappe à fromage dans les parties génitales.
On peut les rapprocher de la ECW.

ECW, WCW, etc…
Citons d’autres compagnies qui ont eu également leurs heures. La WCW était la concurrente de la WWE pendant très longtemps. Allant jusqu’à faire venir David Arquette et en faire leur champion du monde poids lourd lors de la course à l’audience entre la WWE et la WCW.
C’était pas une bonne idée. La compagnie a fermé et a été rachetée par la WWE ensuite.
Le ECW a connu ce sort aussi, mais pour d’autres raisons. Eux c’était vraiment trop hardcore pour s’imposer auprès d’un public suffisament large.
C’est des chaises enflammés qui volent dans tous les sens pendant que le public, bourré, chante plein de conneries.
Quand le public normal chante « You suck » le public de la ECW chante « You swallow » (Tu avales). L’amour du travail bien fait.
Sinon, y a d’autres compagnies encore. Le plus souvent, avec des initiales en 3 lettres (ROH, OVW, FCW). Y avait même une NWA (mais pas N*gger with attitude).
Il n’est pas rare qu’un catcheur change plusieurs fois de compagnie au cour de sa carrière, voire même qu’il quitte une
compagnie, aille chez les rivaux, puis revienne quelques années après.
Mais y a des risques.
Pas mal de catcheurs ont quitté la WWE parce qu’elle leur faisait rien faire, ils sont allé faire leurs armes à la TNA et veulent revenir à la WWE quelques années après pour pouvoir exploser mondialement…
Mais il se peut que la WWE te saque malement dans ce genre de cas (demande à Jeff Hardy, Christian ou R Truth)
Mais de toute façon, ils finiront tous à la RIP.
Comme tout le monde.

L’ALLIANCE
Une fois rachetés par la WWE, tous les mecs de la WCW et de la ECW ont joués le rôle d’envahisseurs venus des compagnies rivales pour tout détruire à la WWE. C’est basique comme idée, mais y a de quoi bien se marrer pour des mois et des mois. C’est là que tu captes qu’ils concilient business et création sans hésiter. Pas de complexe.

LES REGLES
Y a des règles, si si. C’est pas évident mais y en a. Dans un match normal, t’as pas le droit d’utiliser d’armes, par exemple. Ton pote peut pas monter dans le ring pour t’aider. Tu peux pas rester indéfiniment hors du ring. Pas le droit de taper un mec qui touche les cordes. Tu gagnes si tu fais abandonner l’adversaire ou si tu rives ses épaules au sol pendant 3 secondes et des poussières (plus
ou moins grosses selon la propreté de la conscience de celui qui compte).
Etc…
Bien sûr toutes ces règles sont contournables. Assommer l’arbitre est un bon moyen, par exemple.

LES MATCHES
Il existent quand même plusieurs sortes de match. En cage, sans disqualifications, en équipe, mixte, etc…
Quelques exemples

STEEL CAGE MATCH
« C’est pas un match en cage, fiston. C’est une nuit en cellule et tu fais la femme ! » (Matt Morgan)
Tout simplement, on met une cage autour du ring, dont on peut sortir par une porte ou en escaladant les grillages. Une fois que les 2 pieds touchent le sol, c’est gagné. Bien sûr, l’autre en face, il va pas te laisser faire.
On peut aussi gagner en tabassant l’autre, à la régulière.

HELL IN A CELL
Toujours en cage, mais avec une plus grosse cage avec toit fermé qui recouvre le ring et ses environs. Logiquement, t’es pas censé pouvoir en sortir tant que le match est pas fini mais y’a toujours des feintes. Par exemple, on peut éclater un des caméraman resté pour filmer au plus proche de l’action. Et une fois que le gars saigne bien, l’arbitre a plus vraiment le choix, il doit demander à des soigneurs d’entrer dans la cage et donc laisser ouvrir la porte.
C’est un ticket de sortie.
Mais soyons clair, même si tu sors de la cage, le match s’arrête pas. Un grand classique consiste aussi à escalader la cage pour se taper sur le toit. Puis à se faire bazarder du toit pour tomber sur une table ou un camion plein de lisiers (rigole pas c’est déjà arrivé).

IRON MAN MATCH
C’est un match où Tony Stark est l’arbitre spécial et.. Non je déconne. C’est un match qui dure 1h. Si tu fais abandonner ton adversaire, s’il est compté hors ring, s’il te flanque un coup interdit où si tu fais le tomber sur lui 1, 2, 3 et bah t’as gagné un point.
Pendant une heure ça peut faire long donc y’a pas bézef de ces matchs là.

LAST MAN STANDING MATCH
La seule façon de gagner est de tellement déchirer la gueule du mec d’en face qu’il puisse plus se relever avant que l’arbitre compte jusqu’à 10. Et comme la plupart de ces brutes sont très résistantes, faut frapper très fort. Ou être inventif.

TABLES MATCH

« Oh my brother !! TESTIFY !! » (Brother Devon Dudley) Pour gagner, faut faire passer son adversaire à travers une table. Voir une table se péter c’est toujours bien. Mais dés qu’elle se pète c’est fini. dommage.

CHAIRS MATCH
Un match comme les autres, sauf qu’il est légal et recommandé de frapper l’autre à coups de chaise.

LADDER MATCH
Le match de l’échelle. généralement, pour en arriver à un match de l’échelle il faut un véritable enjeu. Genre une ceinture de champion ou même un contrat pour du taf accroché quelques metres au dessus du ring. Faut donc aller chercher une échelle et le 1er qui décroche le prix le garde pour lui. Le ou les opposants laisseront pas faire ça, évidemment.

TLC MATCH
C’est un match sur une scène de concert des TLC et… non je déconne (j’adore l’humour).
C’est Tables Ladder & Chairs Match. Comme dans un match de l’échelle, le but est d’aller chercher un truc là haut. Et on peut se foutre des coups de chaise et passer à travers des tables aussi pour déconner. C’est le petit +.

EXTREME MATCH/ HARDCORE MATCH/ NO HOLDS BARED/ NO DISQUALIFICATION/MONSTER BALLS MATCH
Appelle ça comme tu veux, mais le principe reste le même. Si t’as cru que jusqu’ici c’était déjà bien débile, t’as encore rien vu. Dans ce genre de match TOUT est permis, tout peut arriver. On peut venir avec son sac de punaises à déverser sur le ring pour balancer l’autre dessus, un grand classique ! On peut jeter des barbelés aussi, avoir des massues, ou des massues entourées de barbelés et en feu.
Tu peux te manger toute sortes de choses dans la gueule : des escaliers, des échelles, des tables, des marteaux, des couvercles de poubelles, les poubelles elles mêmes, les chaussettes sales de ton adversaire, la cloche, le micro, la ceinture, des bouteilles en plastique, des bouteilles en verre, des tonneaux, des lits superposés, des guitares, des prothèses d’anciens combattants, des excréments ou des DVDs mais là c’est uniquement dans le cas où la compagnie sponsorise le film. #PRO !

CASKET MATCH
Til the casket drops ! » (The Clipse)
Il y a une 20aines d’année, l’Undertaker faisait déjà sa loi et avait plus beaucoup d’opposition en face. Puis Yokozuna est arrivé, un immense Sumo à culotte rose capable de lever son pied jusque dans la gueule des plus grands. Yokozuna a bien fait chier l’autre, alors le Taker il en a eu marre et il a décidé d’inventer le match du cercueil. On l’a vu pendant plusieurs semaines construire lui même un super cercueil pour le gros cul du sumo (c’est un croque mort en même temps le gars). Puis il est arrivé au bord du ring avec son bel ouvrage pour le montrer à tout le monde et foutre bouboule dedans. Cela dit, c’est Yokozuna qu’a gagné en enfermant le grand dedans, mais ça n’enlève rien, c’est créatif. En plus, ça reste à voir pour la bonne et simple raison que l’arbitre spécial était CHUCK  NORRIS : http://www.youtube.com/watch?v=4z3LGESbOw4&feature=fvst
À noter qu’un catcheur comme le Big Show est suffisamment imposant pour soulever le cercueil et te l’envoyer à la tronche
si besoin est. Un peu comme Killer Croc dans Gotham Knight (on est raccord).

BATAILLE ROYALE
Plein de monde dans le ring, dès qu’un type passe par dessus la 3ème corde et finit les 2 pieds au sol, hors du ring, il a perdu. Avec des règles aussi évasives, il existe toutes sortes de moyens de faire tout et n’importe quoi.

LES GONZESSES
Y en a. Souvent, les meufs servent à accompagner un gars pour que les gens s’intéressent en peu à lui. Parfois ça marche pas.
Mais il y a aussi des matchs féminins. Nettement moins, mais y en a. On va pas se mentir, beaucoup sont choisies pour leur physique, leur plastique, etc… Et y en a aussi de vraiment bonnes.

EN ÉQUIPE
C’est un match où il faut taper dans la main de son pote resté dans un coin prédéterminé avant le match pour qu’il puisse
rentrer. Et vers la fin, ça devient un gros foutoir où tout le monde rentre comme dans un moulin ou un bordel Allemand. Ce qui arrive souvent aussi, c’est que quand une équipe se sépare, y en a un qui devient une méga star et l’autre retourne faire de la merde jusqu’à ce qu’on l’oublie. C’est rare que 2 catcheurs qui se sont fait connaître en équipe percent tous les 2 en solo ensuite. Si ça se produit, ça veut dire qu’ils étaient vraiment très forts.

LES SHOWS
Le plus souvent, une émission de catch ça dure entre 45 minutes et 1h30 et c’est toutes les semaines à la télé. C’est là que les embrouilles se font. À mi chemin entre le théâtre et la boxe (ou maintenant le MMA) des gens vont et viennent dans le ring, pas uniquement pour se mettre sur la gueule mais aussi pour raconter leur vie, insulter des gens, faire des bastons de regards, faire sa promo, perdre un concours de danse et même parfois se marier.

PPV
Paye Pour Voir. Une fois par mois, y a un gros show de 3h où là c’est surtout de la tape. Logiquement, faut payer pour celui là, il est pas gratos. Après, internet, hein ? Tu connais. C’est là que les embrouilles se règlent ou s’enveniment durablement, c’est selon. Ce qui empêche pas un mec ou 2 de venir emmerder le public avec ses histoires. Faut bien souffler.

WRESTLEMANIA
Depuis près de 3 décennies, Wrestlemania est LE PPV, LE point d’orgue, le Superbowl du catch. Le gros évènement annuel.
Évidemment, si t’es pas à la WWE, t’y seras pas, mon lossa. Et depuis maintenant plus de 20ans, cet évènement est dominé par l’Undertaker. Un croque-mort de 2m10 de haut tout droit sorti d’un western démoniaque. 20 fois qu’il vient et 20 fois qu’il gagne. Personne ne peut battre ce monstre à Wrestlemania.

LE PUBLIC
Le nerf de la guerre, si t’as aucune réaction du public, je te cache pas que c’est chaud pour ta pomme. Le plus simple pour obtenir une réaction c’est encore d’être un « méchant » et de tous les insulter. Ça marche assez bien. On peut aussi tabasser des femmes, des vieux ou des nains, c’est bien détestable. La foule chantera « You suck ! » Mais si tu fais un vrai truc de ouf, elle chantera « Holy shit ! » par exemple.
On va pas se mentir, les Mexicains et les Anglais restent les boss en public !

NAISSANCE D’UN CHANT
Un exemple d’un chant récent : « YES ! » Là c’est très simple, un petit mec du nom de Daniel Bryan arrête pas de gueuler ça. En ce moment, D Bryan est méchant et il joue le jeu à fond. Une véritable petite teigne insupportable depuis qu’il était devenu champion du monde poids lourd (on passera sur les détails de ce « sacre »).
Lâche, vaniteux, manipulateur, macho, il se cache derrière sa petite amie et ne reculera devant aucune combine pour gagner ses matchs. Ensuite il crie « Yes » plusieurs fois comme un connard. Même quand c’est sa meuf qui a un match, il se démerde pour tricher, la faire gagner et s’attribuer tous les mérites en célebrant à la place de sa copine. En hurlant « Yes yes yes » du haut de la 3ème corde. Au dernier Wrestlemania, quand il est arrivé, toute la foule hurlait déjà « Yes ! Yes ! yes ! » Ensuite, le challenger numéro 1, Sheamus, a profité d’une faute d’inattention de Bryan et lui a dévissé la tête en un coup de pied dans la face et gagne le titre en seulement 18 secondes.
Là, le public hurla YES comme jamais.

LES COMMENTATEURS
Si les commentateurs puent la merde, je te cache pas que tu vas souffrir. C’est super important que les gars soient au taquet, parce que si ils sont pas dans le truc, t’y croiras jamais. Si y a un mec qui intervient et en frappe un autre et qu’ils sont pas foutus de te dire pourquoi, c’est balot. C’est bien aussi quand ils s’envoient des fions entre eux. Parce que bon, ça reste une grosse connerie qu’on est en train de regarder, si c’est trop sérieux, je me barre. En fait il faut des gros fous furieux, à ce poste aussi.

Le mieux c’est bien sûr de guetter ça en VO vu que les gars sont parfois directement impliqués (c’est pas parce que t’es
en costard que tu te prendras pas une botte dans la gueule). Mais mention spéciale quand même à Christophe Agius et Philippe Chereau parce que eux ils me font bien marrer. Ils se sont créés de vrais personnages avec le temps, un véritable duo comique à la complicité évidente. Un coup dans les couilles est ainsi rebaptisé le « Chereau shot » tandis qu’Agius détourne des phrases célebres de la série
Malcolm, des punchlines de rap frinçais et des vannes de Dieudonné. #BAWSS
Sans compter moultes autres références à des chansons d’antan, des bon navets du cinéma d’action et des insultes aux
fans. Sans parler non plus de tous leurs amis imaginaires comme Michel le pilier de bar et Papy l’ancien collabo.  Elle est belle la Frince ! __Les rumeurs veulent que le duo prenne fin sous peu. Et tout cas, chapeau bas, messieurs.

LE MICRO
Et oui, le catch c’est pas du rap frinçais, si t’es nul au crom’, tu dégages.
Faut savoir s’adresser à des salles et des stades remplis. Si t’es pas à l’aise, ça va se sentir, ça va devenir très fastidieux, tu vas calter. Trouve une bonne phrase qui accroche les gens, une catch phrase, et matraque la. Le but, c’est qu’à chaque fois que tu mets un pied dans l’arène et que ta musique d’entrée se fait entendre ça devienne un gros bordel.

INRING
Après, faut quand même assurer dans le ring. Mais comme partout, si t’es déjà super populaire, ça aide. Y a des petits mecs en devenir qui feront des trucs monstrueux et la foule sera pas forcément des plus réceptives. Mais un mec déjà installé qui pète dans une casserole, ça on peut t’en parler pendant 3 mois… C’est un peu comme dans le rap frinçais, de ce côté là.

LES ENTRÉES
Faut savoir que dès que tu ramènes ta gueule, y’a ta musique à toi et tes lumières à toi qui se mettent en marche. Et aussi tes feux d’artifices si t’en as. Et plus t’es côté à l’argus plus tu peux bien prendre ton temps. C’est toujours sympa pour interrompre un connard qui raconte sa vie dans le ring. Une bonne entrée de catcheur ça vaut bien 3 clips de rap frinçais. Et je ne m’appuie sur absolument rien pour sortir ces chiffres.

FACE ET HEEL
Y a les gentils et les méchants, les mecs que la foule acclame et ceux qu’elle hue.
C’est aussi simple que dans Bioman revu par les Inconnus. Les gentils sont appelés Face et les méchants Heel. Quand un mec bien pète un câble et tabasse ses potes puis crache sur le public, on peut dire qu’il fait un Heel turn. L’inverse est fréquent aussi. y’a très peu de catcheurs qui changent jamais tout au long de leur carrière. D’ailleurs, si t’arrives en tant que gentil, t’es juste un héros neutre, une espèce de boyscout. Par contre, en méchant, tu peux te lâcher complètement. Le truc c’est d’être un gros enculé vraiment haï de tous puis devenir gentil. Là, les gens savent déjà que t’es pas irréprochable. Du coup, même si t’es gentil, tu peux insulter salement tes ennemis ou même frapper l’arbitre pendant un match. Les gens vont kiffer quand même.

L’ARBITRE
L’arbitre, il est acteur à part entière du match. Faisant souvent semblant d’être distrait et de pas voir les gens tricher et les interventions d’autres mecs qu’ont rien à
faire là. Et parfois même, il se prend de bonnes grosse baffes dans sa gueule, parce que faut pas déconner. C’est un peu la raison qui fait que malgré des règles établies, tout et n’importe quoi peut arriver.

GIMMICK
Une bonne gimmick, c’est important aussi. Parce que si tout le monde disait « je suis le meilleur athlète, venez on se tape dans un esprit de compétition » ce serait vite chiant. Alors c’est mieux si y’a des gars qui se prennent pour des rappeurs, des pompiers, des chefs indiens, des inspecteurs des impots, des réincarnations du Diable, des cowboys, des communistes, des Cheikh du désert, des monstres de l’opéra, des jetsetteurs, des super héros masqués, des reptiliens, etc… et de mélanger tous ces gens dans de grosses rivalités qui n’ont aucun sens.
« Vous êtes un démon, OK… Mais ça ne vous exempte pas de taxe d’habitation, monsieur ! »
Précisons qu’il y avait une équipe de terroristes arabes à une époque, mais depuis le 11 Septembre on en a plus trop entendu parler, c’est bizarre la vie parfois. Y a aussi eu « La Resistence » des Québécois qui venaient sur le ring au son de La Marseillaise en feignant d’être frinçais et contre la guerre en Irak… Qu’est-ce qu’on se marre.

Y avait aussi le Spirit Squad : des pom pom boys. Des pom pom girls avec des pantalons, quoi… Bah eux, pour moi, c’est un peu l’Entourage, une belle équipe de Heels. Puis ils ont viré Guizmo de manière un peu cavalière. Du coup, Guizmo a fait un face turn et est devenu un favori de la foule. Ça c’était pour faire semblant de parler de rap, un peu.

SHOOT
On peut pas parler de tout non plus, alors on finira là dessus.
Un shoot, c’est quand le catcheur sort volontairement de sa gimmick pour dire un truc qu’il devrait pas. Un exemple connu, c’est quand The American Dream Dusty Rhodes avait été relooké en personnage dont je me souviens déjà plus du nom. Il est arrivé, a pris le micro et à dit avec son franc parlé et sa jovialité coutumière : « Non mais regarde moi ça, je ressemble à l’Oncle Fétide de la Famille Adams… »
Là, il a tué le gimmick. En même temps, Dusty Rhodes, c’est pas n’importe qui, il pouvait se le permettre.
Mais un shoot peut avoir des répercussions bien plus grandes, tu verras ça quand je te parlerai de CM Punk (un bon malade).

Publicités

1 commentaire

Classé dans hommage, hors-sujet

Une réponse à “Ah ouais c’est du catch, des putains de castings (2)

  1. Pingback: Ah ouais c’est du catch, des putains de castings : Le retour | Captcha Magazine - Rap, nazis, gangsters et zombies

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s