Ah ouais c’est du catch, des putains de casting (1)

Aujourd’hui je vais vous parler d’un méchant de Batman que j’aime bien.
Déjà je l’aime bien parce qu’il est né d’une façon complètement débile.
A la base Gotham City s’inspire de grandes villes de la côte Est des États-Unis comme Boston mais surtout New York.
Et tu connais la légende urbaine, y aurait des crocos dans les égouts.
Et hop : Killer Croc est là.
Mi homme mi crocodile, il péta Batman dans les égouts.

D’ailleurs vous connaissez tous son background ou à peu près, en vrai.
Tu vois le Pingouin dans Batman le défi ?
Abandonné à la naissance par ses parents parce que trop moche et trop chelou.
Son couffin jeté dans les égouts où il grandira un temps, puis il est recueilli comme animal de foire dans un cirque.
Bah tout ça, en fait, c’est juste pas le pingouin à l’origine.
Ça c’est parce que Timmy (Tim Burton pour les pète-sec) il aime les monstros, les freaks, les trucs de foire et toutes ces conneries.
Pour lui Elephant Man c’est un magazine pour adulte.

Mais à l’origine le Pingounet c’est juste un thug avec un parapluie, hein.
Un peu comme jay Z dans le clip d’Umbrella, sauf que lui c’est plutôt un chameau mais là on s’écarte du sujet.
Donc le côté phénomène de cirque et manouche qu’a très bien retranscrit le petit Timmy ça colle parfaitement au côté forain de Killer Croc.
Seth Gueko et 25G auraient pu faire leurs clips dans le Gotham de 1992, y a pas de souci là dessus.
Mais par contre, à mon grand désarroi, pour sa version du Pingouin Timmy Tim n’a heureusement pas repris un des aspect que j’affectionne tout particulièrement chez Crocky :
Ce mec est aussi un ancien catcheur !

Donc normal que De Vito ait pas intégré ça dans son smoking de pingouin. C’était pas la peine.
Mais du coup, si Killer Croc était porté sur grand écran un jour, qui qui c’est qui nous faudrait pour l’interpréter ?
On va pas se mentir, les catcheurs puent la merde au cinéma, mais c’est quand même d’eux que je vais parler.
Parce que ces saloperies de catch à la con, c’est aussi une de mes nombreuses passions de merde et ça fait longtemps que ça me gratte de tous vous faire chier avec ça.

Mais j’ai fait semblant de faire un effort avec ce petit montage :

J’en vois 2 ou 3 moins cons que les autres qui m’interrogent du regard…
Alors déjà vous allez baisser les yeux, je suis pas ton pote.
Ensuite, je vous répondrai que non, effectivement, ça n’a aucun rapport avec le rap Frinçais. J’en ai rien à secouer et si vous êtes pas contents, allez vous mettre la merguez sur le grill. En vous remerciant.
Y en a qui se disent « Il déconne, en vrai il va pas parler de catch »
Je t’assure que si.
Alors je sais, pour beaucoup d’entre vous, le catch, c’est de la merde, c’est juste un truc de gros cons totalement dégénérés.
Et c’est parfaitement fondé comme opinion,  quelque part c’est ça qui rend ce sport si noble dans sa profonde débilité.
Faut dire que le catch ça nous passe totalement au dessus, à nous, les céfran.
Tu penses bien, c’est du divertissement pour du divertissement, on sait pas faire ça. Chez nous, on aime te prendre la tête avec tout et n’importe quoi. Faut toujours l’excuse « On apprend des choses » « Y a un message » etc.

Et sous couvert de cette très mauvaise excuse, on nous inonde de saloperies pompeuses où l’instinctif et l’impulsif vital à toute création est sacrifiée sur l’autel de la sacro sainte bienpensance (ce passage fait pompeux aussi mais c’est pas pour défendre le  catch, c’est pour attaquer la frince).

Des trucs qui sont juste là pour te détendre, pour te faire décompresser, c’est tout de suite considéré comme étant quelque chose de négatif… On sait pas trop pourquoi.

D’ailleurs, c’est marrant, je pense exactement la même chose des trous du cul qui m’emmerdent avec leurs conneries de « vrai » rap Frinçais je sais pas quoi.
Des abrutis qui sucent encore New York sans raison, qui tiennent des discours dépassés genre « Nique le rock et la variété » Ouais… c’est bien.
Moi c’est les haricots verts que j’aime pas, tu vas en faire un album ? Non ? Bah ferme-la.

Pour te dire, l’une des plus grandes star du catch a avoir jamais foulé un ring, c’est Andre The Giant.
Ou plutôt André Le Géant !
Un mec de Grenoble ! Un fils d’immigrés parti tenter sa chance aux Etats Unis et qui a tout niqué ! Je sais pas toi, mais moi, ça me parle.
Et à la mort de ce gars là, ça a laissé un tel vide (il était gros, faut dire) qu’il a fallu inaugurer un hall of fame du catch (comme dans d’autres sports comme la boxe, notamment).
Et ouais mon pote !
Un putain de Frinçais qui a braqué la postérité et même si on t’en parlera jamais ici, ce mec est respecté aux USA, au Canada, au Mexique, à Portorico, au Royaume Uni, en Iran, au Japon, dans les îles Samoa ou je ne sais où encore (est-ce que je sais si les inuits guettent du catch?).
Et bin ce mec là, tout le monde s’en contre branle sur la table basse en Frince. Nul n’est prophète en son pays et chacun sa merde, j’imagine.

« Mais c’est même pas un vrai sport ! »
Qu’est-ce que j’en ai à foutre ? Nan, sérieux ? Je vois bien que ça en chagrine certains, mais je sais même pas pourquoi. OK, c’est pas du vrai, ils savent à l’avance ce qu’il va se passer… Et alors ? Y’a plein de cons qui sont allés voir Titanic tout en sachant que le bateau coule à la fin.
Tu peux même aller le revoir en 3D si tu veux, c’est ta vie. A l’inverse, dans un match de ping pong, les résultats sont pas connus à l’avance, c’est pas pour ça que tu vas remplir des stades avec cette merde.

J’aime bien le catch parce que c’est un vrai truc de gros bousillés de la gueule.
Ces mecs peuvent se foutre des coups de chaises dans la tronche, sauter d’une échelle de 3 mètres pour écraser l’autre, le fouetter avec des câbles de batterie, se foutre des essuies-glaces dans les trous de nez et les mettre en marche, finir avec la gueule de leur pote dans les fesses (littéralement) s’éclater les couilles sur une planche pleine de barbelés et le plus souvent pour ne même pas gagner le match.
Là, quand tu sais que c’est prévu à l’avance et que le mec y va quand même… Quelque part c’est encore plus magnifique dans le désespoir.
J’ai envie de dire que ça force le respect.
Mais je le dirai pas.
Tout ça pour la joie de petits et grands venus assister à une bonne bagarre en famille ! Ces mecs doivent vraiment souffrir de carences affectives monstrueuses qu’ils compensent à coups de traumatismes crâniens.
Un exemple flagrant, c’est Chris Benoit, connu pour 2 raisons :
Il se prend un sharpshooter de Bret Hart dans le générique de Malcolm.
Et à force de faire son finish qui était une descente de la tête de la 3ème corde (c’est à dire qu’il se laisse tomber du plus haut possible pour que sa tête choque la tête de son adversaire, déjà au sol) il en a développé des lésions au cerveau très importantes qui expliqueraient qu’un jour il a pété les plombs et massacré sa famille avant de se donner la mort.
Ouais… C’est bien… Mais c’est dans le ring qu’il fallait faire ça ! Pas dans ta cuisine !
T’as pas pensé aux fans, Chris, t’as déconné…
Blague à part, j’espère que là où t’es tu as trouvé la paix que tu ne mérites peut-être pas mais dont tu as grand besoin, RIP.

« Por que si no fuera un payaso seria un asesino »
Si je n’étais pas un clown, je serais un assassin. Dixit un des personnages principaux de « Balada Triste » un film de Alex De La Iglesia (si tu sais pas qui c’est, pour le situer : c’est un mec qui peut faire kiffer le public d’Almodovar et de Tarantino EN MÊME TEMPS).

Parce qu’en vrai, pour vouloir faire catcheur, faut déjà avoir de drôles de pulsions à la base.
Et c’est pas moi qui te jugerais pour ça, des trucs bizarres, des réflexes à la con et des envies d’autodestructions sordides, franchement, on est beaucoup à en avoir. Si t’as ce genre de saloperies, je préfère que t’ailles faire le clown sur un ring si c’est ton truc.
Et je dis même pas clown comme une insulte.
Je te parle du vrai clown, celui qui va piocher au plus profond de sa personnalité, de ses anomalies, de ce qui fait qu’il est ce qu’il est, sans honte, juste pour divertir les gens.
Alors, c’est sûr, t’y laisses des plumes, c’est ça aussi être écorché vif. Crois pas que ce soient juste des cons, ils savent peut-être ce qu’ils font. Peut-être que c’est leur choix de mettre leur vie en danger pour ça. Peut-être qu’ils sont au courant de tout ça.
Mais faut bien faire quelque chose de sa vie.
Et s’ils meurent, au moins ils le feront en faisant ce qu’ils aiment : se mettre en slip devant plein d’enfants !

Dans notre prochain hors sujet, on brossera le portrait de sympathiques gaillards qui aiment les slip en latex et les cordes (ouais, ça me fait marrer) qui seraient susceptible d’interpréter Killer Croc au cinéma . Et ce, que vous en ayez quelque chose à secouer ou non.

Et ça c’est bonus :

Publicités

1 commentaire

Classé dans hommage, hors-sujet, sliphop, string

Une réponse à “Ah ouais c’est du catch, des putains de casting (1)

  1. Ta mère

    Roland Barthes papote aussi du catch à un moment dans Mythologies Quotidiennes. Y’a moins de fougue dans le propos mais c’chouette dans le genre catchkoeurkoeur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s