Interview de Seno (des Sales Blancs) – Partie 3/3

C’est la dernière partie de l’interview. Vous vous demandez tous « Pourquoi Seno ne fuit-il pas tant que Spleenter est aux chiottes ? »
C’est très simple, il avait très envie de rerépondre à une question qu’on lui a déjà posé 2 fois…

Seno -Donc, SENO, réalisé entièrement par Aelpeacha. C’est écrit très vite. En Septembre l’année dernière, je crois, je le balance sur le net.
Je reviens de vacances, je me dis « Allez, je vais faire plaisir au public. » Je prends le skeud, je fais un lien partage facile ou je sais pas quoi. Hop ! Je balance l’album gratos et je reçois pas mal de retours : « L’album est lourd. » « On kiffe. » « C’est mon préféré. » « On aimerait bien l’avoir en original, pour la collec. » Donc je me tate un peu, je regarde le nombre de préco. J’ai vu que je risquais rien.

Teo -Y a un retour sur investissement.

Seno -Voilà, le but c’était juste de pas perdre d’argent. Donc je l’ai pressé, je l’ai sorti et je l’ai vendu.

(Le téléphone de Seno sonne encore. Et quand il raccroche, on en revient au morceau « Libérez Dominique »)

Seno -Je suis d’accord sur l’idée, pour faire un remix. Mais maintenant, il faut que ce soit fait dans le même état d’esprit, c’est un truc marant, second degré. Moi, ça m’intéresse pas un mec qui vient et qui dit : « Fais toi enculer sous la douche, Dominique ! » Ça m’intéresse pas quoi…

Teo -Oh si !

Seno -Ouais, bon, si.

Teo -Même moi je le dirais. C’est même le 1er truc qui me viendrait, je pense.

Seno -Ouais mais ça c’est nul. Ça sert à rien. C’est pas marrant, c’est pas intéressant.

Spleenter -Non, ça c’est pas nul. Alain Chabat c’est nul.

Seno -On m’a dit que je faisais du second degré intelligent.

Teo -Attention ! C’est ta nouvelle fan-base, ça. Attention !

Spleenter -Mais qui te dit ça ?

Seno -C’est quelqu’un sur internet, qu’a écouté le morceau et qui m’a dit ça.

Spleenter -Ah d’accord… C’est Lil Thug, quoi.

Seno -Mais non. On m’a dit que je faisais du second degré intelligent. Je sais pas trop ce que c’est du second degré intelligent…

Teo -Bravo.

Spleenter -Du second degré intelligent, c’est comme quand tu te fous de la gueule de la pote que la meuf hyper bonne, qu’est blonde, a ramené chez toi. Et tu lui dis « Ouais… pfff… t’es quand même moche. » Ça c’est du second degré intelligent.

Seno -Mais t’es pas obligé de dire « intelligent. » C’est du second degré tout court.

Spleenter -Non, ça c’est juste parce qu’ils ont peur de se faire taper. Ils pensent pas que t’habites pas en Île de France.

Seno -Mais si on fait un remix allstar, faut que ça soit une grosse marrade.

Spleenter -Bah évidement.

Seno -J’aimerais bien faire une version coupée décalée. Avec de l’autotune.

Spleenter -Non, parce que ça impliquerait Mokobe.

Seno -Non, t’es fou ! Colonel Reyel !

Teo -Rhoooo non !

Seno -Est-ce que vous avez écouté sa version de…

Teo -Non !

Seno -Sa version skyrock.

Teo -Non !

Seno -Dis la vérité, t’as écouté ou pas ?

Teo -Non.

Seno -Tu vois sa chanson ?

Spleenter -Je la vois sur youtube mais je clique pas dessus.

Seno -Non, mais la vérité : il a fait un truc, moi je l’ai écouté parce que c’est énormissime. Ça me tue ! C’est dingue ce qu’il a fait. Ecoute le mec. Il reprend sa chanson, tu sais ? Le truc qui tourne partout. Il change les paroles : « Tous les matins, je me réveille avec elle, skyrock, ma radio préférée, blablabla. »

Spleenter -Donc il fait l’amour à skyrock ?

Seno -Voilà ! C’est quand même un grand moment de musique !

Teo -Alors je vais te dire…

Seno -C’est moi je vais te dire.

Teo -Tu te calmes bien.

Seno -maintenant je parle à Spleenter, c’est lui qui compte ! Tu m’as menti. C’est lui le patron.

Teo -Hé ho ! C’est qui le blanc ?

Seno -Putain, je voulais dire un truc super con. J’ai oublié…

Teo -Ouais, bah moi je vais te dire une bonne chose : Moi, j’ai eu la gangrène, il a fallu m’opérer en urgence pour me faire une ablation totale de la vésicule biliaire. Et j’ai survécu à la gangrène ! Mais je pense que je ne survivrai pas à Colonel Reyel.

Spleenter -T’as eu la gangrène dans le cul ? C’est ça que t’es en train de dire ?

Seno -Bah moi, je l’ai écouté. C’est Lil Thug qui m’a dit « Faut que t’écoutes une dinguerie, c’est incroyable. Tu vas pas le croire ! »

Spleenter -Mais c’est vraiment de la merde à ce point là ?

Seno -C’est horrible ! C’est super horrible. C’est à un autre niveau de langue coincée dans l’anus de Laurent Bouneau.

Teo -Je me rends pas compte. Par rapport à Hiro Nakamura de Soprano, c’est pire ? Vraiment ?

Seno -Ah non mais si je dois choisir, je mets un poster de Hiro Nakamura dans ma chambre. Cette chanson qu’il a fait, c’est un truc de dingue ! Y a pas… Faire plus, tu peux pas.

Teo -Je suis choqué et calmé.

Seno -Pour faire plus, faut que t’aies couché avec Bellanger de skyrock. Faut avoir des rapports sexuels avec.

Spleenter -En même temps, c’est pas dur, apparemment…

Teo -Pierre Bellanger il tape un peu dans tout ce qui bouge, hein bon… Dés que ça a un peu plus de 14ans… Paf !

Spleenter -C’est 16ans la majorité sexuelle. « Attention ! J’ai peut-être 47ans, mais je sais me tenir, moi, monsieur ! »

Teo -« Je suis Pierre Bellanger, moi ! Je peux rester 16 jours dans mon bureau et pleurer ! »

Seno -« Skyrock sans le haut ! »

Spleenter -« Sur skyrock, on ne coupe pas les disques ! »

Teo -« Mais on coupe les couilles de ton rappeur préféré. »

Seno -Ouais mais après, les rappeurs… Ouais, enfin, on va pas rentrer dans le discours skyrock. On va pas refaire le débat…

Teo -C’est fait, c’est fait…

Seno -Ils le font ! Mais on est d’accord aussi que si y avait moins de rappeurs pour aller à skyrock le froc baissé en marche arrière, ça serait tout aussi bien…

Spleenter -Ouais, je sais pas. Moi j’étais jeune encore, donc je vois le résultat final mais j’étais trop petit pour comprendre le début de tout ça.

Seno -C’est peut-être utopique, complètement con et gnan gnan ce que je vais te dire mais si demain, tous les rappeurs disent : « On arrête de faire de la merde calibrée pour sky, on fait que ce qu’on aime vraiment. » Moi je pense que si skyrock, si ils sont vraiment, comme ils le disent, numéro 1 sur le rap, ils vont quand même passer du rap.

Spleenter -Pour moi, c’est limite l’inverse, parce qu’avant skyrock passait quand même du Express D.

Teo -Ouais mais c’était 98 ça. C’était les débuts.

Seno -Ouais mais ils passent aussi ce que les rappeurs font. Je le défends pas, mais faut arrêter de croire que Laurent Bouneau il est dans les studios derrière tout le monde. Que c’est un grand spectre qui dit : « Non ! Plus de refrains ! » Enfin bref, on s’en fout…

Teo -Si tu passes à skyrock, tu passes à skyrock, bon bah voilà… Tout le monde a déjà baisé une moche…

Seno -D’un autre côté, si je peux y aller, j’y vais. Tant que j’assume mon morceau, j’ai pas de souci.

Spleenter -tes morceaux, même en étant les pires intervieweurs, je vois pas bien quoi te dire de mettre ou pas mettre pour les salir.

Seno -Non mais c’est même pas ça. On parle de Colonel Reyel, mais c’est son problème. Si lui il assume ça. C’est sa connerie à lui, tu vois ? C’était le moment morale, les enfants. Je fais la morale… T’as pas encore des questions rigolotes, là ?

Spleenter -Si, bien sûr.

Teo -Le suisse !

Seno -Le suisse !

Teo -Enculé, le suisse !

Seno -Mais c’est des vraies questions ?

les 2 -Ouais, ouais…

Spleenter -Ah oui !!… Celle là c’est les miennes (de questions) : tu vois Adebisi dans Oz ?

Seno -Oui, oui.

Spleenter -T’es un peu la version blanche.

Seno -Ouais ?! Je vois pas bien, mais si tu le dis…

Spleenter -C’est pas un peu tendancieux pour Lil Thug ? Parce qu’on voit jamais vraiment Adebisi enculer Kenny Wangler.

Teo -On sait pas si il le fait.

Spleenter -Si, on le sait plus ou moins. Dans l’épisode où Augustus Hill parle des super héros, tu vois Adebisi en Bruce Wayne en costard et wangler est en dick grayson et il commence à le caresser.

Seno -C’est bizarre.

Teo -C’est tendancieux.

Spleenter -C’est très tendancieux.

Teo -Magnifique question. En as tu d’autres ?

Spleenter -Oui. J’ai un pote qui s’appelle Hype.

Seno -Je crois que je le connais.

Teo -Peut-être…

Spleenter –Je pense aussi. Et il demande des techniques, des méthodes, par rapport à la perte de poids.
La muscu, tout…

(Là, ça devient le moment diététique. Parce qu’on vise un lectorat féminin, nous. Et vu qu’on sait que vous êtes grosses, mesdames, surtout toi. Voici pour vous)

Seno -Tout ? Ouais j’ai perdu du poids.

Spleenter -Va falloir chiffrer là.

Seno -J’ai perdu presque 50 kilos.

Spleenter -Wahou ! T’étais un gros porc !!

Seno -Ouais.

Spleenter -Putain ! (Là, Spleenter éclate de rire. On l’a perdu pendant plusieurs longues minutes)

Seno -Tu vois ? J’étais dans les 120 kilos, quelque chose comme ça.

Spleenter -Et alors ? La technique ?

Seno -Tu manges plus de trucs dégueulasses. Tu bois plus de coca, de fanta, de… En fait, tu vois une vie nulle ? Tu vois tout ce que t’aimes ? Tu l’enlèves !

Spleenter -Ray Liotta dans la scène des Affranchis « je commande des spaghettis et j’ai juste des pâtes ?! »

Seno -Même pas les pâtes !

Spleenter -Oh mon Dieu !

Seno -Tém, téma : Ray Liotta qui ouvre sa porte et qui a une assiette vide. Faut réapprendre à manger équilibré, t’enlèves tout ce qu’est gazeux, les cocas, les merdes. T’arrêtes de bouffer au kebab, t’arrêtes de bouffer au mac do. Enfin, quand je te dis « t’arrêtes », tu te limites, tu y vas qu’une fois. Parce que je trouve que se priver, c’est le meilleur moyen de craquer. Ce que j’ai fait c’est que du Lundi au Vendredi. J’ai eu des problèmes de santé qui font que. Il a fallu que je perdes du poids.

Spleenter -Tu pouvais plus rentrer dans des pièces.

Seno -C’était ça. c’est pour ça que j’ai mis 2ans à faire Paradis Artificiel, parce que je pouvais pas sortir de chez moi. Et mon fils il voulait pas m’aider : « Tu te démerdes ! » Je suis bon client, les mecs, putain !

Spleenter -Totalement.

Teo -T’es engagé.

Seno -Mais faut manger, hein. De toute façon, se priver, c’est pas la solution. Ce qu’il faut faire, c’est se bouger. Moi je me bougeais pas trop, je reste chez moi, je lis des bouquins, je regarde la télé, je me gratte les couilles, je relis des bouquins, je reregarde la télé, je suis sur mon ordi. Je vais de là à là. Quand j’ai besoin d’aller dehors, j’ouvre la fenêtre. Je respire un coup, ça y est j’ai étais dehors. Tu vois ? C’est comme ça que ça se passe… Un peu geek sur les bords. Totalement, même… Donc tu fais attention à ce que tu bouffes. Tu manges les mêmes choses mais t’en manges moins, forcément. Tu fais attention. Et j’ai fait du sport, tous les jours, quand j’étais dans cette phase là, je faisais un régime, c’est comme ça que ça s’appelle. On va appeler un chat, un chat. Je voulais que ça aille vite, moi. Je voulais pas faire ça sur 3ans, 4ans.

Spleenter -4ans, c’est déjà beaucoup.

Seno -Mais c’est ce qui faut. Quand t’as beaucoup de poids à perdre, c’est ce qu’il faut faire.

Spleenter -Quand t’es obèse, ouais.

Seno -Ce que je voulais, c’est que ça aille super vite, genre en 6 mois. Et j’ai perdu ça en 6 mois. Je perdais 7, 8 kilos par mois, tu vois ? Un truc comme ça. Donc moi, tous les matins, je me levais, j’allais courir, après j’allais à la piscine, puis je rentrais chez moi et je faisais du sons, des conneries, Après, je fais du BMX aussi, donc l’après midi je prends mon vélo. Ça me réussit pas trop, parce que je me suis pété la cheville et le poignet.

Spleenter -Ah carrément ?

Seno -Ouais, ouais. Là, tu vois, je sors juste du kiné. Je viens juste de finir le kiné pour le poignet.

Spleenter -Mais comment tu peux te péter le poignet en vélo ?

Teo -En tombant dessus…

Spleenter -Mais il faut déjà se péter la gueule sur soi et sur son propre poignet, non ?

Seno -Ou en faisant un saut. Enfin bon, je me suis biché la gueule. C’est surtout ça qu’il faut retenir.

Teo -C’est ce que les manuels d’Histoire retiendront. Quand on parlera de DSK, on dira Seno s’est pété la gueule en vélo.

Seno -Mais c’est pathétique d’être un grand fan de BMX, de kiffer plein de trucs et d’être une merde.

Teo -Tu n’es pas seul dans le rap français. Armeni Blanco kiffe le BMX, aussi.

Spleenter – et ses mollets sont une légende à Queens.

Seno -À la base, j’aime bien le délire bi-cross, c’est cool. Y a pas de vitesses, y a rien. Tu peux même virer les freins, tu t’en bats les couilles.
Tu roules tranquille (il siffle) C’est des trucs rattachés à l’enfance, un peu. Le côté vélo, quoi.

Spleenter -Je vois très bien. Sauf que quand je me pétais la gueule en vélo, je le rattachais pas à un générique de dessin animé… J’essayais de l’oublier très vite.
Je remontais chez moi :
-Regarde ce que je me suis fait.
-Mais oui. C’est rien. (donc là spleenter admet se parler tout seul depuis ses 8 ans, pourquoi pas).

Seno -C’est ce que j’ai fait. J’ai pris mon poignet, comme ça. Je suis rentré chez moi. J’ai dit à ma meuf : « T’as 5 minutes, là ? Pour m’emmener à la clinique ? Parce que c’est cassé… » Voilà. On en fait pas toute une histoire. Donc voilà, j’ai bougé mon cul. Un peu de muscu aussi. et puis après, ça fond. Mais moi j’ai fait ça en 6 mois parce que je voulais que ça aille super vite.

Spleenter -Mais par rapport à Hype ? Un mec qui est à peu près aussi grand que toi, il me semble…

Seno -Non, Hype il est plus grand que moi !

Teo -Il est de ta taille, à peu près.

Spleenter -De ma taille à moi ??

Teo -Un poil plus petit.

Seno -Je fais 1m73, je suis pas très grand. Hype il mesure combien ?

Spleenter -Moi je fais dans les 1m95.

Teo -Il doit faire dans les 1m86, par là.

Spleenter -Mais donc : méthode de régime express ?

Seno -Ce que je viens de te dire. Pareil. J’en sais rien moi… J’ai l’impression d’être le docteur Dukan…

Spleenter -Non, mais c’est lui qui m’a demandé, sincèrement.

Seno -Dans ce cas, tout dépend de lui. Comme on dit, y a des gens qui sont sucrés, y a des gens qui sont salés.

Spleenter -Ouais, bah lui, il veut surtout un régime.

Seno -C’est vachement dur pour les gens qui aiment bien les gateaux, les bonbons, les merdes. Moi j’aime pas trop les trucs comme ça, les yaourts, les machins… C’est des trucs de meufs, les desserts. Donne moi un demi kilo de viande ! Mais au lieu de manger un demi kilo, t’en manges la moitié…C’est pas plus compliqué. Je l’ai fait pour ma santé.

Spleenter -et si t’avais un conseil à donner ?

Seno -C’est la rigueur. Moi je faisais mes trucs du Lundi au Samedi, je fais du sport, je me défonce à ça et je fais attention à ce que je mange. Le Dimanche, ou parfois le week-end entier, c’était souvent le week-end entier, je m’en bats les couilles. Je fais pas de sport, je reprends ma vie de merde, à bouffer que de la merde et voilà. Mais dés le Lundi, tu repars dans ton cycle. Tu refais ta muscu, tu refais ton vélo, tu vas à la piscine, tu vas courir… Faut avoir le temps, moi j’étais au chômage donc j’avais le temps.

Teo -RSA rider.

Seno -J’ai fait ça et ça a été vite. Parce que j’ai été rigoureux. Je pense que les gens qui font des régimes qui marchent pas, c’est parce qu’ils le font le Lundi, le Mardi ils font pas, le Mercredi ils font parce qu’ils ont des remords, ils refont pas le Jeudi, Vendredi mais « c’est pas grave, je reprends Lundi. » Et c’est comme ça… Quand je fais un truc, généralement j’aime bien aller au bout, que ce soit sérieux ou pas sérieux. Une connerie ou pas une connerie. C’est comme ça, j’aime bien aller au bout de ma connerie. J’aime bien aller au bout du truc, si je me trompe c’est pas grave. Faut vivre des expériences. Voilà, tu diras à Hype d’être rigoureux et de faire attention.

(Donc voilà. On ne saura jamais si Hype a réellement demandé à Spleenter de poser cette question à Seno, mais ça nous a permis de faire le tour (du ventre) de la question)

Seno -T’as d’autres question magnifiques comme ça ?

Spleenter -Ouais ! Sur les séries.

Seno -Sur les séries ? Vas-y !

Spleenter -c’est quoi que t’aimes bien comme série ?

Seno -Entourage. Entourage j’ai trouvé ça cool.

Spleenter -Rien à foutre. Le reste ?

Teo -On a jamais regardé, donc bon…

Seno -Ça commence un peu à dater mais on en parlait tout à l’heure : The shield. J’ai trouvé ça cool. Ce que j’aimais bien c’est que, parfois même dans le même épisode, les étalonnages sont différents. Ça je trouve ça cool.

Spleenter -Il va falloir que tu t’identifies à un personnage dans chaque série.

Seno -Alors, dans Entourage : « Turtle. »

Spleenter -Ouais. Mais tout le monde s’en fout.

Teo -Nous, on sait pas c’est qui.

Spleenter -Et ouais, ça devient plus dur tout de suite. Et le reste ?

Seno -Le reste de quoi ?

Teo -Je peux pas t’aider, je découvre cette interview en même temps que toi.

Spleenter -Le reste des séries !

Seno -Ah ! Dans The Shield : Vic Mackey. C’est facile. Y quoi d’autres comme séries ? J’aimais bien Sons Of Anarchy. J’aimais bien au début, mais après j’ai trouvé que c’était gnangnan.

Teo -Il se passe rien, surtout. Enfin, c’est pas qu’il se passe rien mais.

Seno -C’est mou du fion.

Teo -Voilà.

Seno -Mais tu vois son pote, l’autre là, le barbu ?

Teo -Ils sont tous barbus.

Seno -Celui dont la femme se fait tuer et…

Spleenter – Dieudonné ?

Seno -Ouais, voilà. En bykers blanc. On s’est compris. J’aimais bien aussi, Nip Tuck.

Spleenter -Nip Tuck ?

Seno -Ouais.

Spleenter -Attends 2 secondes.

(Là, c’est un gros merdier, je sais plus bien ce qui se passe. Plus personne ne sait en fait. Puis ça refinit sur Batman, comme d’hab)

Seno -Si, y a une série que j’aime bien, c’est Mad men.

Spleenter -J’ai pas encore regardé. Mais tout le monde dit que c’est très très bien et tout.

Seno -Ce que j’aime bien dans cette série là c’est qu’ils te montrent comment c’était dans les années 50. Genre la femme c’était vraiment « Va laver mon slip la femme ! » C’était « Ferme ta gueule la femme », limite droit de cuissage. Mais tu sais quoi ? Strauss Kahn il a dû trop regarder Mad men. Il a dû regarder Mad men à mort. Parce que c’était vraiment ça : droit de cuissage dans les bureaux. Comme ça, normal. C’est normal une partouze au bureau… C’est assez cool comme série. Breaking Bad aussi c’est cool.

Teo -Avec l’acteur qui faisait le père dans Malcolm  ?

Seno -Ouais. En tant qu’acteur, il fait un bon truc dedans, je trouve. Parce que tu l’attends pas sur ce terrain là. Et c’est pas mal. C’est pas mal ! Et la fin de la saison 3, elle est dingue aussi.

(Et là, Spleenter envoie « Pauvre Laura »)

Seno -Ah ! Pauvre Laura.

Teo -C’est un hymne pour Pierre Bellanger.

(Là c’est la pause, ça écoute un peu de son et ça parle de chaussures)

Seno -On était sur quoi ? Ah oui. SENO qui est sorti. (On en était plus du tout là depuis longtemps)

Teo -Y a eu le truc avec Gizo aussi.

Seno -On a fait un album avec Gizo. C’était… C’était quoi d’ailleurs ?

Teo -« Mi ange mi démon. » (en fait c’est « Ange ou Démon » mais c’est déjà beau de pouvoir encore articuler des mots à ce stade de la soirée)

Seno -Ah ouais. Je reprenais des morceaux de « Même les anges pleurent », je reprenais mes couplets, Gizo venait dessus. À l’époque, Gizo était déjà parti plusieurs fois là bas, il avait une connection. Avec le label Underworld, les mecs de San Diego. Et les mecs sont venus, ils ont ramené tous leurs artistes. C’est sorti chez Baby Latina. Et ça a bien marché. Là bas ça a bien marché. On a voulu le sortir en France, mais on l’a pas sorti. J’aime pas surfer sur des trucs. Ça y est, c’est fait, on l’a sorti. C’est comme « Libérez Dominique » ça y est, c’est fait. Je fais plus attention. J’aime pas exploiter.

Spleenter -Mais pourquoi c’est pas sorti ?

Seno -Parce qu’on voulait pas.

Teo -Aucun de vous 2 ?

Seno -Non, aucun de nous 2. C’est sorti là bas ! Les mecs de france qui le veulent, ils peuvent le trouver sur internet. On a pas voulu se prendre plus la tête que ça. Lui, il avait déjà ses projets en route, moi j’avais les miens.

Teo -Et sur Edition Collector, y a des chutes de ça. C’est des chutes d’albums.

Seno -Ouais. C’est des chuttes mais même d’avant ça. Avant, avant. Du premier album aussi. Enfin, une partie des chutes du 1er album.

Teo -Et qu’est-ce qui fait que tu t’es dit que ces sons tu les mettais pas sur l’album et que plus tard tu les remets ?

Seno -Parce que c’est des sons que j’avais trop écouté. Pour le 1er album c’est toujours comme ça, tu sais… Tu veux toujours en faire de trop. Tu veux faire trop bien alors t’écoutes tes sons 10 000 fois et quand ton album sort, t’es écoeuré, t’en as marre. C’est une espèce de gâteau avec trop de crème.

Teo -C’est pour ça que si je faisais de la musique, j’en ferais que quand je suis totalement bourré. Là tu t’en fous.

Seno -C’est là que c’est le mieux. Le lendemain, quand tu réécoutes, c’est moins bien… J’ai écrit des trucs super la nuit ; le lendemain matin, je sais pas, ça sonne pas pareil. Ça sonne carrément moins bien. Donc j’ai un peu arrêté d’écrire bourré. Tu fais le boulot, puis après bon…

Teo -En récompense, un peu comme Servietsky ?

Seno -Ouais, voilà. J’aurais bien aimé être Servietsky.

Teo -C’est hardcore, parce qu’il finit quand même très mal… Il finit à sucer des vieux pour du crack, le mec…

Seno -Non mais Servietsky, je trouve que c’est magnifique. Tu te rends compte que South Park… Ah bah voilà ! C’est une série que j’aime bien South Park ! La liberté qu’ils ont ! « On va faire une serviette qui parle et qui est toxico. » Ça c’est bien, tu vois ! En France, on fait pas un dessin animé comme ça…

Spleenter -On fait pas de dessin animé…

Teo -Et Celestin ?! Le fantôme qui fait la sécurité routière ?! Patrimoine français, les mecs !

Seno -Non, je suis pas d’accord.

Teo -On leur fait la nique aux Etats Unis. Ils sont là, ils nous regardent, ils chient mou ! Ils ont les commissions dans le filet !

Seno -Servietsky, c’est cool.

Teo -Bon, c’est vrai qu’on peut pas vraiment lutter contre une serviette qui fume du shit…

Seno -La suite c’était quoi ? Donc y a l’album avec les chutes… On a fini le SENO qui est sorti l’année dernière, au mois de Décembre là… (Oui, ça fait 4 fois qu’il le dit, mais tout à l’heure il a dit Septembre) Il y a bien 5 mois… Et après ! À partir du mois de Janvier, je commençais déjà à avoir envie de faire autre chose. J’ai commencé à bosser avec « l’agent des stars » : Fizzle. L’homme de l’ombre. Mon impresario, comme on dit dans le milieu. On est tombé assez d’accord sur ce qu’il fallait faire, tu vois ? Il m’a dit « Si je bosse avec toi, on fait ça, etc. » J’ai capté sa vision du truc donc on est parti là dessus. C’est lui qui a eu l’idée de faire les Samedis Bâtards, donc on est parti sur ce truc là. Entre temps, je venais de finir un album. Normalement, il devrait s’appeler « Gangsta Funk. »

Teo -Et sur les Samedis Bâtards, le choix des faces b tu le fais comment ?

Seno -Tu sais quoi ? Presque toutes les faces B, c’est Fizzle qui les a choisi. Si je choisis les faces B moi même, forcément je vais choisir des faces B qui sont dans mes ambiances à moi. Le but c’est pas ça ! Le but c’est d’aller vers autre chose et de tenter des trucs. Alors parfois tu te casses la gueule… Ça marche ou ça marche pas. Mais Fizzle a capté le truc. Il écoute des sons qui sont dans l’air du temps aussi. C’était un peu impératif de prendre des trucs du moments. Et les trucs du moment qui ont des covers ! Pour qu’on puisse détourner les covers, c’est Erko qui les détourne. Alors, autant parfois on fait des covers qui sont assez cools, mais on en a une qui est magnifique. Elle est d’un niveau de kitsch, à mort ! Elle va bientôt arriver.

(Teobaldo mime un geste obcène)

Seno -Ah tu l’as vu celle là ?! Elle est superbe ! J’ai encore mon plâtre, ma résine.

Teo -Avec une meuf et une capuche.

Seno -Avec la fourrure…

Spleenter -Je vois très bien le visuel, mais je vois plus les featurings.

Seno -C’est avec Sobre et Aelpeacha.

Teo -On l’a celui là. (parce que oui, on a les samedis bâtards bien avant tout le monde. Donc quand on sort un billet en retard, on a vraiment aucune excuse)

Seno -La pochette de celle là, c’est là qu’on voit qu’on est bien golmon. Avec une meuf qui a été découpée dans un truc et poséE à côté. Parce qu’on est pas foutu de ramener une meuf qui veuille le faire.

Teo -Ça, ce sera dit de l’interview.

Seno -Bah attends ! Tu vas faire quoi ? Tu vas aller voir une copine à toi et lui dire : « S’il te plait, tu pourrais pas te mettre en culotte de dos, pour faire une photo ? Pour les Samedis Bâtards… S’te plait ?! » On va un peu galérer avant de trouver la meuf qui veut bien, qui va vouloir le faire.

Teo -Ça se paye…

Seno -Ouais. Mais l’idée des samedis Bâtards c’est qu’on paie rien. Tout est gratuit. On paye rien du tout.

Teo -Vrai concept de chômeurs. On peut tous en prendre de la graine.

Seno -Donc on est parti sur ça. on a fait tous les morceaux. Ils sont tous faits. Ce que je voulais absolument, c’est que tous les vendredis à mi-nuit : Bam ! On met le son ! C’est pas : « Ce samedi là, on va pas mettre de son parce que je vais à la pizzeria. » Et puis le samedi d’après : « Là, j’en ai fait un, mais il manque l’invité. Il est pas venu. » Non. On voulait faire tous les morceaux, on a tout mis en boîte. On a 4 mois de Samedis Bâtards de prêt.

Teo -4 mois ?!

Seno -Ouais. Ça fait que 16 semaines.

Teo -Ça fait pas mal d’avance.

Seno -Bah là on est à la moitié. J’ouvre ma gueule mais on va être en retard là… (ça se passe un vendredi soir, c’est pour ça) Mais bon, c’est pas dramatique. L’idée c’est ça. Si t’en mets un de temps en temps, que tu loupes des week-end, pour les gens c’est pas sérieux. L’idée c’est d’amener un concept où là, je me lache ! Je me fais plaisir.

Spleenter -Dans les Samedis Bâtards, t’as jamais posé sur un truc vraiment West. Ça vient de là ?

Seno -Mais je veux pas poser sur des trucs West dans les Samedis Bâtards.

Spleenter -Ouais, je comprends, mais parfois t’as des hits qui sont issus de là bas, mais tu les prends pas.

Seno -Ouais, mais je veux pas. Je veux poser sur des trucs que je connais pas.

Spleenter -D’accord.

Teo -Et t’as pas peur qu’en « retaffant » ton image, tu perdes un peu ta fan-base ?

Seno -C’est pas la perdre. C’est évoluer. C’est fusionner !

Teo -Mais t’as pas peur que…

Seno -Peur de quoi ? J’ai pas peur moi ! Bagarre !

Teo -Bagarre !

Seno -Est-ce que j’ai peur de perdre ma fan-base ?

Teo -Ouais. Par exemple, moi je te connais depuis longtemps, je me demande quand est-ce qu’y aura un bon son, un bon hymne gangsta bien West avec beaucoup de bons cas sociaux. Mais ça va, hein. Y’a le truc avec Myssa et Joe Lucazz, ça peut rentrer là dedans, sans problème.

Seno -Mais après, quand tu me parles de fan-base, moi je fais pas de la musique pour une fan-base. Je fais de la musique pour moi, déjà. Donc si demain je décide de faire un truc et que ma fan-base me dit : « C’est nul ce qu’il a fait ! » Mais c’est pas grave, parce que moi je le fais pour moi. Le vrai truc : J’ai pas peur de perdre ma fan-base. Ce qui serait grave c’est que je me perde, moi. Tu vois le délire ? Faire des trucs comme on parlait ; à la Colonel Reyel ou je sais pas quoi. Là je me perds ! Et là, la fan-base a des raisons de m’en vouloir. Mais si je perds ma fan-base, ma vie continue… Même là, je fais le truc sur DSK ; on sait très bien qu’il faut en profiter maintenant. Moi, je m’amuse ! J’en rigole tous les jours. Parce que dans quelques jours c’est fini. faut pas se blaguer. Je veux même pas surfer sur la vague. Parce que c’est plus marrant ! C’est pour ça que je te dis que pour faire un allstar, faut qu’il soit génial le allstar. Pour le diffuser faut qu’il soit génial.
Je suis d’accord pour le faire, mais est-ce qu’on le diffuse ou pas ? ou alors on se le passe qu’en cassette audio… Un truc, les gens savent qu’il existe mais ils l’écoutent pas.

(Là, Spleenter décide qu’il est temps de parler d’OJ Simpson, ça suffit les conneries)

Seno -Moi, franchement, je fais la musique que j’ai envie de faire. (Là, vous pouvez être admiratifs parce que Seno ne se laisse pas déstabiliser, même par les pires intervieweurs du monde entier) Si ma fan-base me suit, bah je suis content !Je suis content, c’est cool. Si elle me suit pas, bah tu veux que je te dises quoi ? Je vais pas les forcer à me suivre, non plus. D’un autre côté, si je fais autre choses, y a d’autres personnes qui vont accrocher. Je vais peut-être montrer d’autres facettes de ma personnalité ; je vais faire des trucs où je me lache plus. Des trucs complètement mongols ! C’est ce qui me plait. Parce que je me suis rendu compte que pendant longtemps, j’ai fait du rap en étant sérieux dans ce que je faisais.

Seno -Et en fait, ça a pas payé plus que ça, tu vois ?… Et si t’écris une chanson en une heure, tu la mets sur internet, t’écris des trucs de mongols et… Alors après, faut pas généraliser. Je dis pas que la facilité c’est forcément la clef de la réussite. Mais j’ai moins envie de me prendre la tête. Je prends la musique pour ce que c’est : de la musique. Je fais des morceaux qui me font marer, parce qu’aujourd’hui j’ai envie de me marrer. Je veux que ça soit cool. Et même si je vais faire des trucs gangstas, véners ou des trucs comme ça, je vais le faire d’une façon décalée. J’ai envie que ce soit comme ça maintenant, que ce soit marrant, même si j’aborde des thèmes sérieux, j’essayerai toujours d’amener des références de ma vie à moi, de trucs de comics, faire en sorte qu’y ait mes repères à moi, dedans. Voilà, mon truc c’est ça. J’ai envie d’évoluer ! J’ai envie qu’y ait plus de personnes qui écoutent ma musique. Je trouve que c’est normal aussi à un moment donné. C’est bien beau de faire le puriste, le mec qui te dit : « Non, moi je vends mes 500 disques et ça suffit. Je veux pas que d’autres mecs écoutent ma musique ! » Mais c’est pas vrai ça, c’est des conneries. C’est parce que t’arrives pas à vendre plus de 500 disques. Point barre ! Demande pas à un mec si il veut vendre des disques !!… C’est mon point de vu, tu vois, ça n’engage que moi. Mais faut pas se mentir.
C’est comme les mecs qui disent : « Mon album ? Non ça a pas marché. Mais c’était un succés d’estime. »

Teo -Y en a pour qui c’est vrai, quand même.

Seno -Ça a pas marché parce que ça a pas marché. J’ai un pote qui m’a dit un jour, au quartier : « J’étais chez cette meuf là. Putain c’était chaud ! J’ai passé une soirée de ouf ! J’ai presque baisé ! » Presque baiser… ça veut dire quoi ? Presque, c’est quand même raté ! J’ai presque réussi, c’est quand même raté.

Spleenter -Il a dit « J’ai presque baisé » ? (Spleenter prononce cet assemblage de mots comme une langue étrangère)

Seno -Ouais ! Mais ça veut rien dire !

Teo -Tu baises ou tu baises pas…

Seno -Donc je vais pas te dire que je fais des albums que pour ma fan-base. Non. C’est pas vrai. J’ai envie de vendre des disques, c’est normal. Demande à un mec qui fait de la musique s’il a envie d’aller travailler, d’être fonctionnaire ou de faire un boulot de je sais pas quoi. Et demande lui si il a pas envie de rester chez lui à laisser sa créativité s’exprimer. S’il a pas envie d’être un artiste. C’est normal. Si t’es vraiment un mec qui aime la musique, si t’es vraiment un artiste, c’est ce que tu veux. Tu veux faire que ça, tu veux vivre de ton art. Après, y a vivre de son art et vivre de son art. Je demande pas de vendre des centaines de milliards de disques mais si je les vends je serai content quand même, faut pas se blaguer. Mais bon, on est loin. Les poules auront des couilles, comme on dit.

Teo – Mais quand tu parles d’évoluer, qu’est-ce que t’entends par là ? Parce qu’y en a qui évolue dans le rap, par exemple Oxmo Puccino… Il fait ce qu’il veut, hein ?! Apparemment il a un public… Mais ça rappe plus.

(On parle d’Oxmo et, comme par magie, Spleenter s’endort. Réflexe)

Seno -Je vais te dire, on parlait tout à l’heure des trucs cainrys où j’accroche pas, pour Oxmo, je reconnais que c’est un bon rappeur. Je serais de mauvaise foi de dire qu’Oxmo c’est pas un bon rappeur, mais moi j’arrive pas…

Teo -Pareil. Donc tu comptes quand même garder un aspect rap ! Un aspect flow ! Quoi qu’il arrive ?

Seno -Ouais. Quoi qu’il arrive. Aujourd’hui, si je fais un morceau où je fais des roulements, je vais faire un morceau qui va tuer sa mère ! Dans l’album, je vais peut-être t’en faire qu’un, mais ça va être LE morceau. Mais y a des rappeurs comme ça où j’y arrive pas, j’y arrive pas. Faut pas m’en vouloir. Mais en France c’est comme ça : si t’aimes pas untel, holàlà ! « Tu connais pas tes classiques ! Holàlà ! »

Teo -Ici, c’est admis, t’es un peu chez les connards. Parce que nous, on n’écoute plus Oxmo Puccino et on aime bien Alpha 5.20. Donc, automatiquement, on nous classe parmi les trous du cul.

Seno -Alpha 5.20, j’aime bien. C’est bien Alpha 5.20. C’est marrant Alpha 5.20. Mais tout dépend comment tu le prends.

Seno -Moi, aujourd’hui, je veux faire du rap avec un côté second degré, décompléxé, libéré un peu. Je veux que ce soit cool, tu vois ?
Ce qui est bien avec le DSK, c’est qu’en 3, 4 jours on a réussi à amener cette image là. « Le mec il est cool, le morceau il est drôle, c’est du second degré, y a de l’humour, y a quand même un côté véner et un côté vulgos qui est magnifique. » On a fait tout ce qu’on voulait, quoi. Et peut-être même que dans toute ma carrière, c’est ça mon tube, tu vois ?

Teo -Niveau positionnement, ouais.

Seno -On a quand même eu un papier sur les inrocks.

Spleenter -les inrock, Elle, closer, 24h je sais pas quoi…

Seno -On est partout, quoi !

Spleenter -Même les mecs qui se basaient sur Wat-TV : « Clip choc ! »

Seno -Clip choc !

Teo -Ouais, j’ai vu ça tout à l’heure. Je vais le mettre sur mon CV : « Je fais des clips chocs… »

Seno -Si des fois ça t’intéresse un petit clip choc ?

Teo -C’est bien, ça fait nom de glace, un peu. C’est l’Eté, tu vas vendre des clips chocs aux gens sur les plages.

Seno -Ou une drogue, un peu.

Spleenter -I want clip choc !

Teo -C’est ce que tu disais tout à l’heure ; en 3, 4 jours, c’est le boulot d’un an.

Seno -Bah ouais, si on avait voulu amener tout ça, si ça se trouve, pendant un an, il aurait fallu qu’on bosse sur les Samedis Bâtards, sur d’autres trucs. Là, en 3 jours c’est fait. Donc c’est bien. Sur ce truc là, y a pas d’argent à faire, tu vois ? Mais au moins, on a fait le boulot. Le truc est fait, on a pu avancer. Même des gens qui me connaissent pas : bah voilà ! À partir de ce morceau là, je peux faire tout ce que je veux.
Vu qu’on a été un peu dans l’extrême de la déconnade et du décalage. Et puis c’est de la chance aussi ! C’est de la chance ! Fizzle aurait très bien pu ne pas m’en parler, j’aurais très bien pu zapper le week-end, ne pas regarder ce truc là comme je loupe la plupart de ce qui se passe…

Spleenter -D’ailleurs, justement, sur ce truc là… Une question qui n’a rien à voir. Quand West Coast La a fermé, par rapport à « On est les Sales Blancs » tout ça. Qu’est-ce qui s’est passé ? (même complètement défait, à la frontière du sommeil et ne captant plus rien à ce qui se passe autour de lui, le Spleenter a la faculté de poser de bonnes questions. Mouche toi le cul, le journalisme frinçais. Le Blavog rappelle que le Spleenter est interdit aux mineurs. Herbe et bouteille de rhum vendus séparément)

Seno -En fait, ce qui s’est passé, c’est que sur le forum du CSA, y a des gens qui ont réagi direct en disant que sur l’émission de skyrock blablabla… Qu’y avait un groupe de noirs qu’avaient fait un morceau qui s’appelait « Les Sales Blancs » et qui insultait les blancs… Et tout de suite, tu t’es pris un niveau de fascisme !!… C’est genre, le mec, avant d’aller sur son ordi, il a mis sa petite chemise catchy, il s’est refait la raie : « Attention le forum !  J’arrive ! » Il a mis ses gants en cuir, c’est parti.

Teo -(il imite l’accent Allemand, en tout cas c’est ce qu’il croit) Ch’ai une egzclucifité !
Che détient informations nouvelles ! Là où c’est fabuleux : Le CSA, à un moment, ils sont obligés de valider, plus ou moins. Faut bien qu’y ait quelqu’un qui vérifie à un moment !? Avant de prendre acte et de dire « Hop ! Supression de l’émission, supression de l’antenne ! » Y a personne qui a vérifié et qui a vu qu’effectivement « Les Sales Blancs » c’était pas le nom du morceau mais le nom du groupe et que vous étiez blancs ?

Seno -Bah non…

Teo -C’est consternant…

Seno -Mais je crois qu’à l’époque, skyrock aussi avait un peu Stomy dans le pif, tu vois ?

Teo -Ils voulaient supprimer les émissions spés.

Seno -Ça a été le prétexte, la petite goutte qui fout le bordel. Donc on en est là… Tiens ?! Je vais appeler mon fils…

(Seno appelle donc son fils. Qu’il nous passera d’ailleurs. Mais seul Lil Thug serait en mesure de vous dire ce qu’on lui a dit. Parce que nous, on s’en souvient plus)

Spleenter -Mais les samedis Bâtards, c’est parti de quoi, à la base ?

Seno -De Fizzle !

Spleenter -pour repartir sur le délire de Kanye qui a été repris par beaucoup de rappeurs français aussi, Black kent et d’autres. Donc tu fais ton truc tous les samedis : tu reprends un hit ricain, tu reposes dessus en invitant quelqu’un à chaque fois. Comment t’as sélectionné tes invités ?

Seno -Faut que la connection soit un peu improbable. On en parle avec Fizzle et on se dit « On verrait qui sur cette connerie ? » On veut des gens qui soient ouverts aussi. Faire des Samedis Bâtards avec que des mecs de la West, c’est pas le but non plus.

Spleenter -En même temps, t’as fait l’inverse, du coup.

Seno -J’ai fait les Samedis Bâtards avec des gens qui sont pas dans mon univers. Des gens que je connais pas. Enfin si, j’en ai fait un avec Aelpeacha, Sobre que je connais depuis peu, Myssa aussi je le connaissais. Joe Lucazz je le connaissais pas, je connaissais sa musique, mais pas lui. Sidi je le connaissais pas. Bunk je le connaissais pas… Y a qui d’autres ?

Teo -Les Mallrats.

Seno -Les Mallrats, c’est des gens que je connaissais de nom, mais je les connaissais pas. J’étais pas connecté avec ces gens là, tu vois ? Et FIzzle a fait en sorte que je sois connecté avec tous ces gens là. Ça a été super vite, parce qu’on se prend pas la tête. On contacte les gens : « Tu veux ? Oui. » « Tu veux pas ? Pas grave. » Y a pas de « Peut-être. » Tu le fais ou tu le fais pas mais si tu le fais, faut que ce soit très rapide, faut qu’y ait une réactivité. Parce que quand tu commences à dire « On t’envoie le morceau et quand t’as le temps, tu le fais. » ça va s’appeler les années bâtardes. On va en mettre un par an. C’était pas le but. Le but c’est d’aller vite, d’être là, dans le coup du moment.

Teo -sinon, pour le reste de ton actualité, y a un EP qui va sortir pendant les Samedis Bâtards ?

Seno -Ouais. Parce que j’avais des prods de Venom.

Teo –Venom et Sovan qui avaient fait « 15ans de retard. »

Seno -Voilà. Et en fait, il m’a filé des prods qui étaient cool, donc j’ai enregistré 5 ou 6 morceaux. Je les avais mis de côté ; je savais pas trop pour quoi ça allait être. Ça date du mois d’Octobre, Novembre, un truc comme ça.

(Lil Thug rappelle Seno, mais il demandera expressément à ne plus jamais nous reparler de toute sa vie)

Teo -Donc on parlait du EP.

Seno -Ouais, du coup on s’est dit : on va le faire. j’ai envoyé ça au mix. Toutes les voix sont déjà envoyées à Venom et il va mixer le truc. Y a un track où il veut aussi ramener du monde donc il va ramener du monde dessus. Je pense que c’est un truc qu’on va balancer gratos. On va mettre les gens bien. Je pense que quand tu fais de la musique comme ça, faut pas dire « Je veux de l’argent ! » C’est pas rien quand même de vendre sa musique ! Je trouve que c’est quelque chose, quand même. Donc quand tu vends un truc, faut que t’en sois fier ! Attention, c’est pas parce que les Samedis Bâtards c’est gratuit, que j’en suis pas fier. Faut donner des bons trucs, pour vendre des trucs encore mieux. Il faut passer par ce stade là, je crois. Tu peux pas toujours tout vendre. À la fin, on va regrouper tous les Samedis Bâtards et rajouter 2, 3 inédits. Là c’est pareil. Je pense que c’est un truc qu’on va donner. On va pas le vendre ! Les gens seront contents. En juillet, on leur filera les sons.

Teo -Pour les vacances.

Seno -cet Eté, ils auront les Samedis Bâtards à s’écouter.
Et puis bon… Ça en fait des conneries à s’écouter d’affilée !!…

Teo -Le prochain album, tu disais que c’était un truc super G Funk, avec des sirènes, de la talk-box, etc… Pour boucler la boucle ?

Seno -Ouais ! Je l’ai attaqué vers le milieu de l’année dernière. C’est Bianksta qui fait les prods et j’ai 2 prods de Makiavelik aussi. Bianksta m’a fait écouter des prods, elles étaient complètement dingues ! Franchement, j’étais presque obligé de le faire. Et franchement, au moins, je trouve que l’album est très très lourd.Honnêtement, il est super lourd. Dans le délire Westeux, à l’ancienne, très G-Funk, je veux finir sur ça. Après tu peux faire des trucs West, mais plus dans la New West à la The Game. C’est pas obligé qu’y ait une sirène dans chaque son que je fais.

Teo -Là, prochainement, on va t’entendre sur Grand Banditisme volume & de Hype et Sazamyzy. Le son tourne déjà. Y’a d’autres gros trucs qui arrivent ?

Seno -Ouais, y a pas mal de trucs qui arrivent.Là, demain, je suis en studio avec 13K de Oussen et 13K.C’est pareil, c’est un mec qui est venu sur les Samedis Bâtards, on s’est bien entendu, le feeling est bien passé.En retour, le mec m’invite sur 2 projets différends qu’il va sortir par la suite. Avec Sidi et Alkpote, y a des trucs en route. On continue, tu vois. On continue ! On s’arrête pas à DSK.On se repositionne pas. Je veux pas ressembler à ce mec qui a fait qu’une chanson…

Teo -Et qui essaie de la refaire.

Seno -Voilà. T’as eu ton truc, c’était cool. C’est pour ça que je me mare le plus possible ces jours ci. J’en profite, on fait les cons.

Teo -On va arriver au mot de la fin, je pense.

Seno -Ouais, je pense. Bah écoute, Spleenter n’entendra pas le mot de la fin… Dans les bras de Morphée.

Teo -Il n’est de bonne compagnie qui ne se cuite.

Seno -Je voudrais vous remercier pour la réactivité. Parce que vous avez été sur le coup des Samedis Bâtards déjà dés le début. Ça été très vite à chaque fois. On s’est bien marrer en lisant vos trucs. Je lisais déjà vos conneries avant, je connaissais déjà. Je me disais « Mais ils sont complètement fous ?!! »

Teo -Tu peux constater.

Seno -Je constate que c’est le cas.

Seno -J’avais bien aimé les dead Buzz Walking. Avec Lil Thug. C’était excellent. C’est une consecration pour moi.

Teo -AHAHA ! Salaud ! Spleenter n’entendra pas ça, parce qu’il dort !

Seno -Et puis, au niveau mongol.

Teo -Je pense qu’on se pose là.

Seno -Et on est pas mal aussi. Je pense qu’y a une vraie team qui est en train de se monter là. Ça va être du lourd. Ça va être de la quenelle bling-bling. Donc merci pour la réactivité. Le Same’Diksa dés le Lundi. Le montage dans la foulée. Dis nous ce qu’il faut faire pour qu’un montage soit pris pour un clip vidéo dans les médias ?

Teo -Ah bah ça ! Je sais pas ce qui leur a pris.

Seno -Un clip choc ! Je pense qu’on va s’arrêter là.

Teo -Je pense que clip choc, c’est le mot qui définit cette interview.

quelques minutes plus tard, Spleenter se réveillera et réalisera avec horreur qu’il n’a pas posé la seule et unique question qui valait le coup : « mais si vous aviez été de confession hébraïque, vous vous seriez appelés les sales juifs  ? »

that’s

all

folks.

1 commentaire

Classé dans Interview (et ouais mon pote !), Seno

Une réponse à “Interview de Seno (des Sales Blancs) – Partie 3/3

  1. Merde, la question manquante les gars !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s